Incendie sur le Havre ? Non c’est la torchère de la raffinerie.

 

Message du 24 novembre de TOTAL Plateforme Normandie – SITE PETROCHIMIQUE

Déreglage Unité

Nous vous informons que suite au déréglage temporaire d'une unité sur le site pétrochimique, des épisodes de bruit et de torchage peuvent avoir lieu. Nous mettons tout en oeuvre pour en limiter au maximum la durée. Nous vous prions de nous excuser pour la gêne éventuellement occasionnée.

 



 

Le Havre : verdissement ou laisser-aller ?

    •  

    • La carte des zones végétalisees par les particuliers est flagrante. Les zones du quartier Sainte-Anne sont particulièrement actives. Elles ont aussi la particularité d'être peu passantes. La végétalisation va désormais être autorisée dans tous les quartier. On verra ce que cela produira dans l'architecture Perret.

    • La carte des zones végétalisées par les particuliers est flagrante. Les zones du quartier Sainte-Anne sont particulièrement actives. Elles ont aussi la particularité d'être peu passantes. La végétalisation va désormais être autorisée dans tous les quartier. On verra ce que cela produira dans l'architecture Perret.


    • b
Rue de Fleurus au Havre. Quartier Sud.


Rue madame Lafayette – un élément étonnant


 C'est un endroit en plein centre-ville. Le garage situé à gauche servit longtemps de réserve à la librairie Delahaye. Sur la photographie, la présence de briques et d'une pierre au-dessus semble donner l'impression qu'il s'agissait d'une ancienne partie d'une entrée d'une propriété. S'agit-il d'un vestige d'avant-guerre de la rue madameLafayette? S'agit-il du réemploi de matériaux anciens ? Je pencherais pour la première hypothèse mais des points de vue extérieurs sont bienvenus!


Un nouvel élément vient conforter la réutilisation d'anciens matériaux pour terminer celui-ci. Je n'avais jamais remarqué mais une anomalie très visible existe sur la construction en face, faite du même matériau. Deux pierres dépassent de manière visible. Il est donc possible que ces pierres aient été très difficiles à fractionner et qu'il n'y en ait pas eu assez du même genre. Les briques et une pierre d'un autre style auraient donc bouché les trous. Il serait intéressant de connaître la nature des pierres employées.

Casquette du Port Autonome du Havre

 Port Autonome du Havre. J'ai récupéré cette casquette ancienne. Le service T s'occupaitdes radoubs?.  Grand merci aux portuaires qui ont donné la réponse. Au même titre que L H, le PAH représente Le Havre et pourrait donner son nom à une marque de vêtements. Chiche ! Il est essentiel de conserver les traces de notre port. 


Une future ligne de train Port-Jérome Le Havre ?


  La presse normande évoque discrètement aujourd'hui une éventuelle ouverture d'une ligne de train Port-Jérome Le Havre. Une étude est en cours à  ce sujet et ses conclusions sont attendues pour envisager une décision.

Pourquoi pas? Ce n'est pas sûr que le trafic passagers serait grand mais cela rapprocherait cette zone du Havre

Publicité murale à Yvetot faite par une agence du Havre


 Cette publicité que je vois souvent du train livre un secret car, une fois n'est pas coutume, je suis à pied dans ce secteur. Cela renforce dans l'idée qu'il faut photographier toutes les publicités entre Yvetot et Le Havre sur la route nationale. Cette " publicité nouvelle " du Havre est probablement une agence. A approfondir.



Peut-être la trace en bas de l'agence de publicité nouvelle.



Meuble De Santis

Le cartouche semble faire penser à  l'agence nouvelle de publicité 


La moisson de publicités murales entre Yvetot et Le Havre se révèle maigre. Il aurait fallu le faire il y a vingt ans. Quelques endroits montrent des traces quasiment effacées. Des protections récentes de mur laisseront peut-être de belles surprises dans quelques dizaines d'années ! La restauration de deux peintures murales serait une bonne idée. Souvenir d'une autre époque...

Le renouveau du cinéma Normandy au Havre

 

Il y a des moments où l'on n'y croit plus. Il y a des moments où l'on pense que la fin est proche. C'était le cas de l'ancien cinéma Normandy au Havre. Et puis vient le réveil, le retour, le renouveau.


On pourrait citer le dynamique Jessy Spahija, copropriétaire de ce bâtiment, et Christopher Vimare, charismatique président de l'association de sauvegarde du patrimoine havrais, qui ont œuvré afin de permettre cette renaissance. Évidemment toutes leurs équipes sont associées à cette réussite.

L'aspect collectif de ce succès marque les esprits. Bien sûr, ils ne sont que quelques-uns à avoir agi "sur le terrain" mais ils ont réussi à communiquer sur leurs réalisations et l'avancement des travaux de manière remarquable. Les réseaux sociaux, souvent décriés, permettent aussi de partager l'enthousiasme. On suit le feuilleton du Normandy avec des moments longs, des moments forts.

On souhaite le meilleur avenir à cette salle. C'est une aventure et cela plaît. 

On sait bien que certains points peuvent paraître un handicap : éloignement du centre-ville et difficultés de stationnement. Des solutions sont envisageables afin d'améliorer ceci.

La place géographique de la salle du Normandy est originale. Il faut en faire un avantage. Cela demande réflexion et fait penser au vélodrome, équipement oublié et périphérique mais aussi aux anciens abattoirs, excentrés. Ces derniers méritent mieux que leur utilisation actuelle.

Pour terminer, on dira un seul mot à ceux qui le méritent largement : bravo.

 


Permis de démolition – Rue Dumont d »Urville Le Havre

 





 
C'est un beau bâtiment qui est, hélas, promis à la destruction. Il en existe peu du même genre au Havre. On en trouve un, de mémoire,  au bout de la rue Ernest Renan. Cette construction est, en théorie,  faite pour durer très longtemps.  J'invite les amoureux du Havre à voir ce long mur devant lequel se garent les voitures de la clinique des Ormeaux. La façade, rue Dumont d'Urville, reste très discrète, recouverte d'un affreux revêtement en bois. Un historien local nous en dira peut-être un peu plus sur l'utilisation ancienne de ce vieux bâtiment. Décidément ce secteur change à une très grande vitesse. 

Des plantes à l’Espace Oscar Niemeyer









On sent le végétal avant même de le voir de près. Cette opération de verdir le Volcan est réussie. De gros moyens ont été employés. Cet espace en contrebas n'a jamais connu un succès durable. Quelques concerts ou événements( on se souvient de la fièvre de la tektonik ) l'ont animé. Le fait de végétaliser ne montre pas seulement que la ville devient "bobo" dans certains quartiers. Il s'agit d'une réflexion sur la place du végétal dans notre univers si minéral.  

Joséphine Baker et Le Havre

 

 

            Le paquebot Homeric qui faisait la liaison entre Le Havre et le Canada sur  lequel navigua Joséphine Baker.

 Alors que Joséphine Baker entrera dans l'avenir dans le monument du Panthéon Français, il peut être utile de faire un point sur ces relations avec notre ville du Havre.

Plusieurs biographies indiquent que Joséphine Baker arriva en France au Havre en 1925 par un paquebot. C'est faux. Elle voyagea des Etats-Unis en France jusqu'à Cherbourg. Elle l'indique dans ses mémoires et un article de la revue Comoedia confirme que la troupe à laquelle elle appartenait descendît bien à Cherbourg le 22 septembre 1925. C'est le paquebot Berengaria qui l'amena en Europe.  Elle prit ensuite le train jusqu'à Paris. La confusion vient peut-être du fait que Le Havre était la destination la plus connue et la plus proche de Paris.

Joséphine Baker tourna quelques scènes de film au Havre : "la sirène des tropiques". Le film est visible en entier sur internet. On voit notamment le paquebot Ile-de-France à quai.  

On trouve trace en 1955 d'un voyage effectué par Joséphine Baker au départ du Havre sur le paquebot Homeric en 1955 à destination de Québec pour une tournée. Une vente aux enchères de novembre 2015 de papiers personnels de la chanteuse donne cette information. Il est possible que la presse locale havraise évoque ce voyage. J'ignore si elle est revenue en bateau ou en avion. On trouvera peut-être d'autres traces de Joséphine Baker lors de voyages maritimes.

 

 

Article du Chicago Tribune sur l'arrivée de Joséphine Baker en France



Sam des Neiges – Le Havre en Normandie- Le bout du bout de la ville


 Il y eut les Clec, puis les Sam (pour faire oublier le nom Clec), puis les Fabriques ( cela ne veut rien dire mais le mot est " tendance"). Ces photos représentent les locaux désormais inutilisés de la Sam des Neiges et du pôle associatif des Neiges. Je les ai prises cette semaine. Je me demande si un ancien bâtiment municipal dans cet état serait toléré en centre-ville...

J'aime beaucoup les Neiges. On ne voit presque jamais de photos de ce secteur sur les réseaux sociaux. Il serait d'ailleurs intéressant de voir quels sont les endroits les plus représentés sur ceux-ci. La plage sans aucun doute. 

Les Neiges c'est à part : un Village, une île. L'endroit où se trouve cet équipement est au bout du bout, au fin fond des Neiges. Le lieu est entouré, encerclé voire assiégé par les murailles hautes du port. Après la cité Chauvin, rasée, avalée, il reste le "gros morceau " les Neiges ", enclave habitée. Tu as toute ma sympathie, cher territoire.






A la place de l’ancienne UCJG du Havre

 Une petite histoire de l'UCJG du Havre serait à produire. Sortez des sentiers battus! L'essentiel de l'immeuble originel semble avoir été préservé. C'est un bon point.

Des affiches de vente ont fait leur apparition. Certes nous sommes en cœur de ville. 




Quant au nouveau quartier c'est assez exagéré. L'endroit reste très agréable avec une centralité remarquable.

Le Havre en échec avec la Fastnet

On apprend dans un article de actu.fr (entretien avec Jean-Louis Valentin) que Le Havre était candidat à l'arrivée de la course à la voile Fastnet mais n'a pas été retenu. Décidément avec les compétitions de voile des Jeux Olympiques qui iront à Marseille en 2024 et cet échec, on peut se poser des questions sur le manque d'influence de notre cité en matière de voile de haut niveau. Il manque vraiment une personnalité impliquée pour obtenir des succès.

Heureusement il reste la Jacques Vabre.



Ouverture d’un Lidl aux Docks Vauban du Havre

Cette "locomotive alimentaire" de 2500 mètres carrés prendra place dans les Docks Vauban au Havre à la placede l'ancien Leclerc. Une durée initiale de six ans est prévue. Est-ce pour cette raison que Auchan a créé un petit centre de retrait non loin de la gare, boulevard de Strasbourg ? L'endroit est mal choisi puisqu'il  n'y a pas de surfaces commerciales dans le secteur et un environnement de bureaux. L'enseigne Subway avait tenté sans succès de réussir dans le secteur à quelques centaines de mètres.

Le centre Coty ne va pas apprécier non plus...


Petit bilan des trottinettes Lime au Havre


L'opération de location des trottinettes électriques est plutôt une réussite au Havre. Beaucoup de personnes, principalement des jeunes, l'utilisent. Il y a un aspect ludique et nouveau qu'on devine dans le sourire étonné de nouveaux utilisateurs. Beaucoup circulent à deux voire en groupe. On repère aussi quelques touristes habitués à ce style de transport dans d'autres villes. 


Les modes de conduite des utilisateurs différent en général selon l'âge. C'est évident qu'un adolescent aura une conduite assez sportive. Les cinquantenaires et sexagénaires sont largement sous-representés. Quant aux personnes du troisième âge je n'en ai pas encore vu dessus.

Le stationnement des trottinettes est, pour l'instant, en majorité respecté.

On donnera cependant un important bémol. Nombre d'engins circulent sur les trottoirs. Beaucoup de trottinettes sont conduites à deux. Celui qui ne tient pas le guidon semble souvent inquiet! Le pire reste peut-être l'absence quasi-totale de casques. Je n'ai vu qu'un utilisateur muni de cet équipement. C'est d'autant plus risqué que les accidents concernent souvent la tête, organe essentiel. Cet aspect de sécurité est forcément à améliorer.

La sécurité de la mobilité reste améliorable au Havre. Pour prendre l'exemple du tramway,  je trouve que le maximum n'a pas été fait dans ce domaine : risque de confusion entre route et voie de tramway, traversée de piétons...

Entre ville haute et ville basse, et même dans l'agglomération,  un système de location de scooters électriques avec casque intégré aurait du sens.

Addendum du 22 août. 

Les trottinettes ont un franc succès au point de vue de leur utilisation. On voit même certains faire des acrobaties : rouler sur une roue... Il est clair que les règles d'utilisation sont massivement ignorées : rouler à deux dessus, rouler sur les trottoirs, enfants de moins de douze ans... Le défi principal de la municipalité sera de faire perdurer ce succès en réglant les problèmes de sécurité qui inévitablement se posent.

L'exemple du skatepark où il est obligatoire de porter un casque a ses limites. Notoirement, depuis des années, de nombreux pratiquants ne portent aucune protection sans aucune réaction de la mairie. Cela se pratique dans un enclos limité où il n'y a que des volontaires, en nombre limité. Tant qu'il n'y aura pas d'accident très grave cela ne changera pas. 

En ce qui concerne les trottinettes le nombre de pratiquants est élevé, dans un vaste périmètre, en compagnie d'autres usagers de la voie publique. Le non-respect des règles est massif et, à la différence du skatepark, les autorités municipales peuvent difficilement feindre l'ignorance. 

La jeune génération, incitée par la ville, a adopté ce moyen de transport. Une bonne sécurité est désormais nécessaire. 



Bon été ! 

Addendum du 19 septembre 2021

A l'instant je viens de voir trois personnes sur la même trottinette ! C'est très esthétique la nuit de voir tous ces engins rouler. C'est autant un moyen de transport que d'amusement en ce moment. Mais il va falloir bien améliorer la sécurité. Comme d'habitude on semble attendre un accident avant d'agir. Est-ce que les élus havrais ne voient rien? En introduisant cet élément dans les transports, adopté par de nombreuses personnes, des responsabilités s'imposent.

Bar – Heureux de vous retrouver


J'ai vu ce seul café marquer par une belle banderole de retrouvailles. Il aurait pourtant été utile à de nombreux établissements de "marquer le coup". De même les discothèques continuent toutes à agir en ordre dispersé sans animation collective. Les gens ont besoin de contacts humains pendant cette période difficile.

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes