Home

Mai 67 le massacre oublié

Fin mai 1967, la police tuait en Guadeloupe. Aujourd’hui encore, nul ne connaît avec précision le nombre de victimes de la répression des émeutes de Pointe-à-Pitre. Officiellement de 8 morts mais certainement bien plus élevé, le bilan du massacre pourrait s’élever à une centaine de personnes. Artéfact d’une politique coloniale que l’état Français n’a jamais vraiment …

Drame de la Manche : L’Etat français est responsable

Drame de la Manche : L'Etat français est responsableNous reproduisons ci-dessous le communiqué national d'Ensemble !, suite au drame survenu dans la manche cette semaine :

Lorsque les gouvernements français et anglais déplorent le drame qui s’est joué pour 31 personnes dans la Manche, on ne peut que penser à l’hypocrisie de ces mêmes gouvernements.

Ce drame, prévisible, malheureusement devenu réalité, a pour cause les politiques meurtrières qui accablent les migrant.es, en Méditerranée, dans les Alpes, les Pyrénées et maintenant dans la Manche. La non application des articles 13 et 14 de la Déclaration des Droits universels de l’Homme de 1948, les refus de suivre la procédure normale d’examen des demandes d’asile, disons le nettement, les politiques répressives et sécuritaires, ne permettent pas aux personnes en migration de poursuivre leur route paisiblement, d’atteindre les pays dans lesquels elles veulent demander l’asile. Ces personnes se trouvent acculées à des risques insensés et mortifères pour atteindre leurs objectifs. Elles sont plongées dans l’illégalité ce dont profitent les mafias de passeurs.

Pour éviter la reproduction prévisible d’un tel drame, il faut changer de fond en comble la politique actuelle. Qui ne voit pas qu’il est absurde de vouloir à la fois, empêcher les migrant.es d’entrer sur notre territoire et ensuite de les empêcher de sortir de celui-ci. Il faut donc dénoncer l’accord du Touquet qui est une entrave à la libre circulation des personnes, il faut dénoncer la Convention de Dublin qui ne permet pas aux personnes de choisir le pays où déposer leur demande d’asile. Il faut une vraie politique d’accueil (hébergement, suivi sanitaire et administratif, etc..). A court terme, il faut un corridor maritime de secours humanitaire entre Calais et l’Angleterre. Le droit de circulation doit être restauré.

Les hommes politiques d’extrême droite, leurs journaux et leurs télévisions qui passent leur temps à insulter les personnes migrantes, à créer un climat délétère les concernant, à les stigmatiser sont, au moins moralement responsables du désastre qui les atteint.

Le combat en faveur d’une solidarité forte et humaine qui est le fait de nombreuses organisations et personnes bénévoles doit être salué et encouragé. Elles sont un rempart contre la barbarie qui suit un cours médiatique trop ordinaire dans nos pays européens et à nos frontières.



Partager via Gmail


Article original rédigé par Ensemble Le Havre et publié sur Quai du rassemblement
Reproduction interdite sans autorisation

Vigilance jaune neige-verglas en Seine-maritime

Météo France a placé le département en vigilance jaune neige-verglas. Des premières chutes de neige sont attendues en 2nde partie de nuit. Sur les hauteurs du département, des cumuls de 3 à 5 cm de neige sont possibles. Une évolution en pluie et neige melées est prévue pour la mi journée de samedi. Le préfet de la Seine-Maritime appelle à la prudence face à ce 1er épisode hivernal.Informations pratiqueshttps://meteofrance.com

Couples mythiques et femmes sous influence

Pandora Troisième film d’Albert Lewin, cinéaste américain passionné de littérature européenne et de peinture surréaliste, Pandora s'ouvre à la fin de l’été 1930, alors que deux corps sont repêchés au large du village d’Esperanza, en Espagne. Quelques mois plus tôt, la chanteuse américaine Pandora Reynolds enflammait les cœurs de tous les hommes de la région. Un soir, celle-ci observe un yacht amarré dans la baie et décide de s’y rendre à la nage. Elle fait alors la rencontre de son propriétaire, Hendrick van der Zee, qui n’est autre que le Hollandais volant de la légende : un homme condamné à errer sur les océans pour l’éternité, jusqu’à ce qu’il trouve une femme prête à mourir pour lui... Sorti en 1951, Pandora est une somptueuse relecture de la mythologie à travers les figures de Pandore et du Hollandais volant. Ava Gardner et James Mason incarnent le couple mythique de ce conte sophistiqué et romanesque à l’esthétique flamboyante, filmé par le maître du Technicolor Jack Cardiff. Magnifié par une restauration 4K, Pandora envoûte par son atmosphère poétique teintée de surréalisme – «Regarder ce film, c’est comme entrer dans un rêve étrange et merveilleux» affirme Martin Scorsese – et par la grâce de la divine Ava Gardner ! Carlotta Films. Nos plus belles années Robert Redford et Barbra Streisand dans Nos plus belles années. © 1973, renouvelé 2001 Columbia Pictures Industries. Tous droits réservés Considéré comme l'un des plus beaux films de Sydney Pollack, Nos plus belles années débute en 1937 sur un campus américain où vont se croiser deux brillants étudiants que tout oppose. D’origine modeste, Katie est une travailleuse acharnée, ardente pacifiste et militante communiste qui lutte sans cesse pour ses convictions. Issu d’une famille aisée, athlète accompli, Hubbell n’a pas de réelle conscience politique, charmeur et désinvolte, il excelle sans effort dans tous les domaines. Pour elle, tout est si sérieux. Pour lui, tout est si facile. Une admiration réciproque va naître jusqu’à se muer en une irrésistible attirance... Barbra Streisand et Robert Redford forment le couple glamour de ce film bouleversant, sorti en 1973, où le scénariste Arthur Laurents capte avec acuité les tourments d’une époque qui s’entremêlent aux déchirements des passions vouées à l’échec. De Manhattan à Hollywood, des prémices de la Seconde Guerre mondiale à la période noire de la chasse aux sorcières, un homme et une femme s’aiment et l’intime touche à l’universel, tandis que la valse des sentiments nous emporte, rythmé par l'irrésistible mélodie de Marvin Hamlisch. Wild Side. La Rue chaude Jane Fonda dans La Rue chaude. © 1962 Famous Artists Productions-Tous droits réservés Adaptation du best-seller corrosif de Nelson Algren, premier lauréat du National Book Award avec L’Homme au bras d’or, La Rue chaude (1962) se déroule à La Nouvelle-Orléans à l'orée des années 1930. Objet de toutes les convoitises, la brillante et sophistiquée Hallie est la principale attraction de la plus célèbre maison close de la ville. Très éprise d’elle, Jo, la tenancière de l’établissement, la fait surveiller étroitement par ses hommes de main. Tout droit arrivé du Texas – après avoir croisé la route de la jeune et délurée Kitty – Dove va bouleverser la donne en se lançant à la recherche de l’amour de sa vie, Hallie, qui s’était volatilisée quelques années plus tôt. Sublimé par un casting cinq étoiles – Jane Fonda, Capucine, Barbara Stanwyck, Anne Baxter et Laurence Harvey –, rythmé par le tempo jazz du compositeur Elmer Bernstein, magnifié par la mythique ouverture signée Saul Bass, ce film méconnu d'Edward Dmytryk peint les espoirs et désillusions de personnages attachants dans la moiteur de la Louisiane et l’âpreté de la Grande Dépression. Wild Side.

Un label pour l’église de Bébec

En début d’année, la Ville de Rives-en-Seine a constitué un dossier de candidature pour tenter de décrocher le label « Patrimoine Rural de la Seine-Maritime » pour l’église Saint Pierre de Bébec.

Bien que présentant un grand intérêt architectural et historique, l’édifice est isolé au milieu du bois de Villequier, et manque de notoriété.

C’est pour la sauvegarder et la faire connaître au plus grand nombre que la candidature à ce label décerné par le Département de la Seine-Maritime a été proposée. Histoire du lieu, description des matériaux et techniques employées, mesures de mise en valeur réalisées et envisagées, portfolio…autant d’éléments à fournir pour présenter l’église.

Une visite de la commission d’attribution du label a eu lieu cet été. La commune vient de recevoir la bonne nouvelle par courrier : l’église a été récompensée.

Pour officialiser cette distinction, un panneau d’interprétation sera prochainement officiellement installé sur le site en présence de représentant du Département et de la Municipalité .

 

 

 

L’article Un label pour l’église de Bébec est apparu en premier sur Mairie de Rives-en-Seine.

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes