Home

L’usine Carrier Transicold à l’arrêt, près de Rouen : des salariés en grève reconductible

A l'une des entrées de l'usine Carrier, les salariés ont allumé un feu de palette.

À l’une des entrées de l’usine Carrier Transicold, les salariés en grève ont allumé un feu de palettes, jeudi 24 janvier 2019. (©Nicolas Gaillard / Le Bulletin de l’arrondissement de Rouen)

De loin, chacun peut apercevoir la fumée noire provoquée par deux feux de palettes allumées aux deux accès de l’usine Carrier Transicold, située aux abords de la route de Paris, à Franqueville-Saint-Pierre, près de Rouen (Seine-Maritime). Les klaxons de soutien de conducteurs de poids lourds circulant sur cette route très fréquentée se font aussi entendre.

LIRE AUSSI : Vente de Kleenex par Kimberly-Clark : « suspension du conflit », près de Rouen

Débrayage… et grève

Après un débrayage de deux heures mercredi, près de 170 salariés ont décidé de se mettre en grève jeudi 24 janvier. L’origine de ce mouvement est partie de la base des travailleurs et non pas d’un appel syndical. La CGT qui représente 47 % des salariés de Carrier s’est donc décidée à y prendre part en encadrant cette grève.

Le mécontentement a démarré en décembre dernier après les annonces d’Emmanuel Macron à la suite du mouvement des Gilet jaunes. Ce jour-là, le président de la République a demandé aux entreprises qui le pouvaient de faire un geste pour le pouvoir d’achat de leurs salariés. Plusieurs d’entre elles ont versé une prime, mais cela n’a pas été le cas chez Carrier.

Lors d’une réunion du comité d’entreprise au mois de décembre, l’ensemble du personnel a sollicité la direction. Sans réponse pendant plusieurs semaines, la direction a demandé un délai de quelques jours mardi 15 janvier. Au début de cette semaine, les salariés ont appris que la multinationale américaine UTC (United technologies corporation) détenant Carrier leur a refusé cette prime.

Des négociations salariales dans l’impasse

Parallèlement à cette déception des salariés de Carrier, le mois de janvier est marqué par les négociations salariales entre la direction et les syndicats CGT, UNSA, FO et CFDT.

Les propositions des syndicats faites mercredi étaient recevables de la part de la direction de Carrier qui était prête à les valider. Mais ce jeudi matin, nous avons appris que l’Amérique (UTC, ndlr) ne validait pas les propositions sous prétexte qu’il y avait eu deux heures de débrayage la veille. Selon eux, cela s’apparentait déjà à un conflit, explique Christian Lesale, délégué CGT.

Grève reconductible

Dans une conjoncture sociale tendue avec des fins de mois difficiles, ce nouveau refus a été celui de trop pour les salariés de Carrier qui ont entamé une grève reconductible qui pourrait durer au moins jusqu’en début de semaine prochaine. Pour le moment, la direction de Carrier n’a pas répondu aux sollicitations de la rédaction.

Spécialisée dans le secteur d’activité de la fabrication d’équipements aérauliques et frigorifiques industriels, l’usine Carrier est le plus gros employeur de Franqueville-Saint-Pierre avec 510 salariés en CDI et près de 150 intérimaires. Le dernier mouvement de grève chez Carrier remonte à février 2010 : au bout de trois jours, les salariés avaient réussi à obtenir 80 euros d’augmentation sur un salaire de base.

Tennis de table : le SPO Rouen accueille Pontoise au Kindarena, concurrent direct au podium

Lors des rencontres du SPO Rouen à domicile, au Kindarena de Rouen (Seine-Maritime), la compétition est accompagnée d’un dispositif festif : concerts (la chanteuse Nidcy Namite est à l'affiche mardi 29 janvier 2019), pom-pom girls, lasers et fumigènes

Lors des rencontres du SPO Rouen à domicile, au Kindarena de Rouen (Seine-Maritime), la compétition est accompagnée d’un dispositif festif : concerts, avec la chanteuse Nidcy Namite, pom-pom girls, lasers et fumigènes. (©C. LECORVEC)

C’est la rentrée pour les pongistes du SPO Rouen tennis de table. Après un mois de trêve, l’équipe pro accueille le club de Pontoise-Cergy AS, mardi 29 janvier 2019, au Kindarena, à Rouen (Seine-Maritime)

LIRE AUSSI : Perche Elite Tour. Renaud Lavillenie et Kevin Mayer seront présents au Kindarena de Rouen

Des places à gagner. 76actu/Côté Rouen, met en jeu dix places (5 X 2) pour le match de tennis de table SPO Rouen-Pontoise, mardi 29 janvier 2019, à 19h15 au Kindarena (ouverture des portes à 18h30), à Rouen. Pour cela, il faut adresser un mail à l’adresse cote.rouen@publihebdos.fr, vendredi 25 janvier 2019, à partir de 8 heures, (en mentionnant, nom, numéro de téléphone et adresse). Les premiers à écrire seront sélectionnés et prévenus par mail.

Un couac en fin d’année

L’équipe a terminé l’année 2018 avec une première défaite à domicile (2 à 3), face à Hennebont, leader du championnat. « Ça a été une grosse baston, et le score n’est pas si mal, rapporte Julien Georges, coordinateur du projet professionnel au sein du club. En revanche, la défaite suivante, face à Saint-Denis (2 à 3 également), une équipe plutôt de milieu de tableau, est un point plus négatif. »

Pendant le mois sans compétition avec le club, les joueurs en ont profité pour se ressourcer, mais aussi pour participer à des compétitions en individuel.

LIRE AUSSI : Nouveau. Des séances gratuites et sans inscription de cardio boxe, au Kindarena de Rouen

Deux équipes au coude-à-coude

Mardi, au Kindarena, ils affronteront leur concurrent direct pour le podium – objectif affiché du SPO Rouen cette saison -, Pontoise-Cergy AS, actuellement à un point des Rouennais au classement. « Si on avait la bonne idée de gagner mardi, ce serai un signe fort… », estime Julien Georges. 

Et comme toujours lors des rencontres à domicile, la compétition est accompagnée d’un dispositif festif : concerts (la chanteuse Nidcy Namite est à l’affiche mardi), pom-pom girls, lasers et fumigènes. Face à Hennebont en décembre, un pic de fréquentation (815 spectateurs) a été enregistré.

LIRE AUSSI : Fort d’un nouveau projet « cohérent », le club Rouen Handball a le Kindarena en ligne de mire

Manifestation sociale samedi 26 janvier 2019

Une manifestation sociale est attendue le samedi 26 janvier 2019. La Ville de Rouen et la Métropole ont subi de nombreux dégâts matériels samedi 19 janvier 2019 sur leur territoire.  De ce fait, la Préfecture de Seine-Maritime recommande à l’ensemble de la population rouennaise de rentrer ses bacs poubelles et de ne pas sortir d’encombrants sur le domaine public afin d’éviter qu’ils ne soient incendiés ou n’occasionnent d’autres dommages en servant de projectiles à des fins d'agression ou de destruction. En complément et afin de prévenir de tels actes qui portent atteinte à la sécurité des personnes et des biens lors de ces rassemblements, la préfète de la Seine-Maritime, a pris deux arrêtés en date du 18 janvier 2019, pour : interdire la vente et l'utilisation de pétards et feux d'artifices dits de divertissement du vendredi 25 janvier 2019 (18h) jusqu'au dimanche 27 janvier 2019 (soir).interdire la vente et l’utilisation de bouteilles ou bidons contenant des produits chimiques, inflammables ou explosifs, sous la forme liquide, solide ou gazeuse (essence, acide chlorhydrique, acide sulfurique, soude, chlorate de soude, alcools à brûler et solvants) et la vente de carburant aux usagers sous forme conditionnée (jerricans, bidons, etc.) du vendredi 25 janvier 2019 (18h) jusqu'au dimanche 27 janvier 2019 (soir). Il est également recommandé aux usagers de la route d'adapter leurs déplacements dans les zones concernées et, à l'approche de possibles ralentissements, de faire preuve de civisme et de calme.

La production de nuit reprend chez Renault Sandouville : 300 intérimaires embauchés

L'usine de Renault Sandouville, près du Havre; va à nouveau tourner la nuit. Une reprise d'activité qui entraîne l'embauche de près de 400 personnes.

L’usine de Renault Sandouville, près du Havre, va à nouveau tourner la nuit. Une reprise d’activité qui entraîne l’embauche de près de 300 personnes. (Archives ©RT/76actu)

Bonne nouvelle pour l’emploi en Normandie ! Jeudi 24 janvier 2019, la direction de l’entreprise Renault située à Sandouville, près du Havre (Seine-Maritime), a annoncé l’embauche d’environ 300 personnes, lors du comité social et économique.

LIRE AUSSI. En Seine-Maritime, l’usine Renault de Cléon annonce le recrutement de 230 postes, dont 200 en CDI

La production de nuit reprend

En tout, ce sont donc environ 300 intérimaires qui ont été recrutés et formés au fil des semaines. Ces nouveaux venus vont être affectés à la remise en marche la production sur la chaîne de nuit, qui avait été stoppée avant l’été en raison d’une trop faible cadence.

Le carnet de commandes du site de Sandouville, qui produit les utilitaires Trafic, se remplit donc de mieux en mieux. Pour répondre à cette demande croissante, 130 véhicules supplémentaires sortiront de l’usine chaque nuit, une cadence qui devrait être progressivement atteinte d’ici la fin du mois de janvier 2019.

Renault Sandouville en chiffres : 
Le site emploie aujourd’hui 2 500 personnes, dont 20 % d’intérimaires. À l’heure actuelle, ce sont 514 véhicules qui sortent chaque jour de l’usine.

Bientôt des fourgons pour Mitsubishi

Une bonne nouvelle pour le site normand qui peut espérer continuer dans cette lancée à l’avenir. En novembre dernier, lors de la visite du président Emmanuel Macron sur le site Renault de Maubeuge (Nord), l’entreprise avait annoncé que l’usine de Sandouville assemblerait bientôt un nouveau fourgon Mitsubishi, basé sur le Renault Trafic.

Le volume de cette nouvelle production et les embauches qui pourraient en découler ou non n’ont pour le moment pas été précisées par l’entreprise.

VIDÉOS. À Rouen, les professeurs de collèges et lycées manifestent, « angoissés par les réformes »

Jeudi 24 janvier 2019, près de 500 professeurs de lycées et collèges de Seine-Maritime ont défilé à Rouen.

Jeudi 24 janvier 2019, près de 500 professeurs de lycées et collèges de Seine-Maritime ont défilé à Rouen. (©SL / 76actu)

YvetotBuchyCanteleuSotteville-lès-Rouen… Jeudi 24 janvier 2019, près de 500 professeurs venus d’une quinzaine de collèges et lycées de Seine-Maritime ont manifesté à Rouen. Opposés à la réforme des lycées voulue par Jean-Michel Blanquer, ministre de l’Éducation nationale, ils prédisent « un fiasco ». Ils réclament aussi une meilleure reconnaissance de leur travail, réunis sous le mot d’ordre « Stop mépris ».

« Autour de 180 suppressions de poste sur l’académie »

Pas de doute pour ce professeur d’histoire de l’agglomération, « nous sommes tous angoissés par ce que va détricoter cette réforme ». Celle des lycées généraux, professionnels et du baccalauréat. Le remplacement, à la rentrée de septembre 2019, des filières par 12 spécialités inquiète Caroline, prof des Sciences de la vie et de la Terre militante des Stylos rouges :

Je travaille sur deux établissements. Je vais perdre des heures et peut-être redevenir remplaçante. J’ai eu mon Capes il y a huit ans. C’est encore une forme de précarisation.

Les pertes d’heures liées à la réforme impliquent « autour de 180 suppressions de poste sur l’académie »*, selon Claire-Marie Feret, secrétaire académique du Syndicat national des enseignements du second degré. Le Snes fait partie de l’intersyndicale qui a appelé à la grève, avec les branches éducation de la CGT et Sud.

LIRE AUSSI : Les « Stylos rouges » de l’Académie de Rouen se mobilisent pour rendre visible le travail des enseignants

VIDÉO. Claire-Marie Feret dénonce les « dégradations » qui découlent de la réforme des lycées :

« Des inégalités entre les territoires »

Pour les professeurs mobilisés, l’inquiétude est renforcée par le flou qui entoure les futures conditions d’étude des lycéens. Claire-Marie Feret cite deux exemples « des inégalités engendrées entre les territoires » : « À Yvetot ou Dieppe, les élèves ne pourront pas du tout suivre de spécialité lettres classiques, plus de latin, plus de grec, ce qui prive une partie des élèves d’une option à laquelle ils avaient droit. »

LIRE AUSSI : Près de Rouen, un lycée mobilisé pour avoir deux spécialités littéraires : « Nous aussi on aime lire »

Dans le cortège, on craint aussi l’impossibilité pour les élèves de suivre une spécialité qui ne serait pas dans le bouquet proposé par leur établissement. « Un élève ne peut pas gérer des cours entre deux lycées, et un lycée ne peut pas gérer la fusion de deux emplois du temps », explique-t-on sous les drapeaux CGT. Et bien sûr, l’hypothèse de cours par correspondance rebute : « L’idée est de les dégoûter de l’école à vie ? »

Comme à Caen ou au Havre, des Gilets jaunes se sont mêlés aux enseignants, « pour les soutenir ». Le point commun du pouvoir d’achat est réel, explique Pauline : « Les policiers ont eu 300 euros de prime. Ils la méritent, mais nous, on a rien, avec des salaires gelés depuis dix ans. Où est la justice ? »

*Jeudi à 16 heures, le rectorat n’avait pas encore répondu à nos sollicitation.

Les assistant(e)s maternel(le)s plus mobilisé(e)s que jamais.

Les assistant(e)s maternel(le)s plus mobilisé(e)s que jamais.

Après une première grande journée d'action le 07 janvier devant les Pôles Emploi, les assistant(e)s maternel(le)s  remettent cela le 02 février place Saint-Sever à Rouen, mais pourquoi cette grogne des Gilets Roses ?

C'est ce que nous allons voir avec  un texte du collectif, puis en laissant la parole  aux principal(e)s concerné(e)s :

Un texte du collectif des Gilets Roses :

Nous vous proposons ce texte, parfait résumé du nouveau problème des assistant(e)s maternel(le)s et qui provient d'un tract du mouvement des Gilets Roses :

 

"Le gouvernement a lancé le processus de renégociation de la convention UNEDIC, c'est dans ce cadre qu'il entend imposer plus de 3 milliards d'économie aux partenaires sociaux. Des économies drastiques qui ne sont pas sans conséquence sur le quotidien des assistantes maternelles.

 Alors que jusqu'à présent, la perte d'une partie de son activité suite à un déménagement, l'entrée à l'école de l'enfant, ou la perte d'emploi du particulier employeur pouvait être compensée par Pôle Emploi, le scénario proposé par le MEDEF visant à diminuer le complément d'activité est totalement inadmissible pour des salariés qui permettent à des millions de français de faire garder leurs enfants et ainsi pouvoir aller travailler !

 La réforme envisagée par le gouvernement va nous rendre encore plus précaire, refusons la régression sociale ! "

Parole aux assistant(e)s maternelles :

Le groupe facebook Assmats en colère du 76 et 27 contre la réforme du cumul emploi-chômage :

https://www.facebook.com/groups/554212238420728/

Et le groupe Assistants maternels en colère « Gilets Roses » :

https://www.facebook.com/groups/1942189282544547/

 

Nous donnons la parole à Claudy Eudeline assistante maternelle, membre de l'association Les Petites Gambettes à Petit-Quevilly :

Notre première revendication est la réforme pour le calcul du cumul-emploi-travail : c’est-à-dire lorsque nous perdons un contrat (entrée à l’école, déménagement ou autre) nous pouvons avoir une compensation de cette perte de salaire par une indemnisation du Pole Emploi en attendant de retrouver un contrat. Or ce nouveau calcul sera forcément à notre désavantage !!! Nous travaillons déjà bien plus que 39h/semaine payée entre 3€ et 3,50€ de l’heure!!! Donc le calcul est en fonction de ce salaire horaire déjà pas mirobolant.....

Les assmats en couple peuvent s’en sortir grâce au salaire du conjoint (s’il en a un) mais les assmats seules ne pourront pas !!! Imaginez .... vous touchez 1000€ un mois et dès le départ d’un enfant vous tombez à 600€ .... vous faites comment concrètement ????

 

Autre problème : la vaccination obligatoire des enfants ... si un parent dont vous gardez l’enfant ne veut pas faire vacciner son enfant - sans raison valable- vous ne devez plus accueillir l’enfant !!!! Donc vous devez démissionner !!!! Qui dit démission (pour faute de l’employeur certes) dit problème avec Pole Emploi pour faire valoir ses droits à indemnisation .... pas normal que l’employé (l’assmat) soit pénalisé dans ce cas de figure !!!

 

Ce métier est bien particulier : nous ne pouvons pas trouver d’employeur comme n’importe quel emploi.... les parents ne s’inscrivent pas au Pole Emploi comme employeur mais cherchent une assmat par le biais des listes éditées par les pmi ou les RAM (relai d’assistantes maternelles)...

...Et à Carole Fontaine, assistante maternelle, présidente/fondatrice des Petites  Gambettes depuis 2002 et représentante des assistant(s) maternel(le)s en gilets roses pour les départements 76 et 27.

Nous somme un collectif d'assistant(e)s maternel(le)s national en "gilets roses" qui contestons contre la future réforme du cumul emploi-chômage en cas d'activité réduite ou conservé.

 

Je suis Carole Fontaine, assistante maternelle depuis 20 ans, présidente/fondatrice d'une association d'assistant(e)s maternel(le)s depuis 2002 sur Le Petit-Quevilly et la représente des assistant(s) maternel(le)s en gilets roses pour les départements 76 et 27. J'ai déjà organisé deux manifestations le 7 et 12 janvier pour justement commencer à faire bouger les choses. Nous avons eu l'aide de certains médias qui ont publié des articles et ça a permis d'alerter un peu les gens de notre département.

Grâce au groupe sur Facebook assistants maternels en colère " Gilets Roses" où nous sommes plus de 9000 membres, 2 syndicats (CGT et FO) nous soutiennent depuis le 14 janvier.

La ministre du travail, Muriel Pénicaud, souhaite revoir les règles de cumul à la baisse afin d'inciter la reprise d'emploi. Nous ne pouvons pas accepter que cette réforme passe pour notre profession.

Il ne faut pas oublier que nous ne pouvons pas nous inscrire dans les différentes boites d'interim, que nous ne pouvons pas rechercher du travail dans les annonces de Pôle emploi........... Non, car les parents ne vont pas chercher leur futur "assmat" dans ces établissements. Nous ne pouvons pas aller au devant de notre futur employeur pour leur proposer nos services. C'est le contraire qui se passe, nous devons attendre qu'un employeur se manifeste pour pouvoir postuler.

Si cette réforme passe, comment allons nous faire lorsque nous perdrons un ou deux contrats dû à l'entrée des enfants à l'école, déménagement ou autres ? Aujourd'hui nous pouvons percevoir, sous certaines conditions

(tel que perdre plus de 30% de notre salaire mensuel par exemple) une indemnité de 57% à 75% du revenu perdu. Demain, qu'allons nous avoir ?

 

Il y a de moins en moins d'enfants, trop de chômage (donc moins de particuliers employeurs), beaucoup trop "d'assmats" (assistant(e)s maternel(le)s) vu que Pôle emploi propose automatiquement aux chômeuses de devenir assistante maternelle pour faire baisser leur statistique. C'est un vrai métier et pas un métier

"bouche trou" ! Ce métier doit être fait par vocation !

 

Nous sommes de vrai professionnel de la petite enfance et les parents et les enfants ont besoin de nous.

Si cette réforme passe, nous ne pourrons continuer notre métier car nous ne pourrons plus vivre avec le peu que nous gagnons ! Comment feront les parents pour aller au travail si nous ne sommes plus là ?

 

Nous (assistants maternels en colère " Gilets Roses" ) avons écris de nombreux courriers qui ont été envoyés aux différents députés, la ministre du travail a répondu à coté et laisse le soin aux partenaires sociaux de prendre une décision par rapport à notre métier assez complexe.

Sa réponse n'étant pas du tout satisfaisante, nous continuons notre mobilisation pour que cette réforme ne passe pas car il n'est pas normal que le gouvernement fasse des économies sur notre dos et il faut prendre en compte la spécificité de notre métier et ses contraintes !!!

De plus, nous venons de recevoir une directive du département que si un parent employeur ne fait pas les 11 vaccins obligatoires à son enfant, nous devons démissionner pour non-respect de l'obligation vaccinale.

Trouvez vous logique qu'une assistante maternelle doit démissionner, aller devant les prud'hommes pour demander que cela passe en démission légitime et que ce n'est même pas sur que cela soit accepté ? Faut arrêter là !!!! Dans quel monde vivons nous ?

Et l'exonération des heures complémentaires et supplémentaires pour notre profession ? Nous sommes complètement dans le flou car notre rémunération étant assez complexe, PAJEMPLOI n'est pas à jour pour valider nos bulletins de salaire pour janvier ! Nous sommes le 23 janvier et personne pour expliquer aux parents comment ils vont faire pour trouver notre salaire de nos HC/S.

Et bien sur, cela n'es pas fini ! Le prélèvement à la source est repoussé pour 2020 pour les assistant(e)s maternel(le)s car trop complexe à mettre en route pour notre profession !

En résumé, ce à quoi doit faire face un(e) assistant(e) maternel(le) :

Liste proposée par Carole Fontaine :

 

- Faire face à des périodes de plus en plus sans demandes

- Faire face à des demandes très spécifiques (comme une amplitude horaire très importante : commencer à 5 h 00 du matin et terminer à 22 h 00, travailler 6 jour sur 7, accepter un contrat de travail de 15 h 00/semaine sans pouvoir accueillir un autre enfant car les jrs d'accueil sont aléatoires........)

- Adapter notre logement pratiquement comme une crèche mais sans subvention

- Faire face à de nombreux impayés de la part de nos employeurs

- Des employeurs qui sont complètement perdus sur les contrats de travail

- RAM (Relai d'Assistants maternels) qui raconte n'importe quoi tel que payement des cp 10%/mois alors que c'est illégal, calculer le salaire de l'assmat en partant sur du net mais c'est illégal et après, c'est l'assmat qui doit se dépatouiller avec les prud'hommes, si bien sur elle ose y aller!

- Travailler 50h/semaine pour arriver à 1000€

- Les aberrances de certains PMI lors des visites (là, il y en a un paquets)

- Les formateurs (pour la formation des assmats) qui racontent également n'importe quoi (le même problèmes que le RAM)

- Perte de salaire lorsqu'un enfant part à l'école mais pas de complément car il n'y a pas de rupture de contrat

- Pas de médecine de travail .......................................................Etc

Donc pour tout ces motifs nous allons nous battre. Nous sommes resté(e)s trop longtemps sans rien dire !

Voyons  les divers  réponses apportées  par  la  ministre du travail et  le président de l'Assemblée Nationale :

 Justice sociale comme demande, et précarité et balayage des problèmes comme réponse,  on comprend mieux la grogne des "assmats", mais il est important de rappelé que les problèmes ne datent pas d'hier, et que de nombreuses journées d'action ont eu lieu depuis de très nombreuses années, et que la réponse est souvent la même, l'ignorance de leurs problèmes, voir une progression de la précarisation. Parfois ce sont leurs droits vis à vis des parents employeurs qui sont visés, parfois les services liés (RAM etc...) dont on coupe les budgets, parfois aussi c'est le sérieux de leur profession qui est remis en cause par certains, qui sans doute considère que ce n'est pas un "vrai travail"... 

 

 Toutes ces  raisons font qu'aujourd'hui plus que jamais, les assistant(e)s maternelles ne lâcheront pas le combat pour une certaine justice sociale qu'elles et ils mènent, et il est certain que les dernières annonces sur la convention UNEDIC ne vont pas dans ce sens. 

Et pour finir les   derniers échanges  syndicats/patronat :


Report du concert d'Al di Meola

En raison du décalage de sa tournée eu Europe, la venue d'Al di Meola à Rouen, prévue samedi 9 mars 2019, est reportée de 3 semaines. La nouvelle date annoncée pour le concert qui aura lieu à la chapelle Corneille est donc le samedi 30 mars 2019. Toutes les infos auprès de la billetterie de l'Étincelle au 02 35 98 45 05

Le Safran collectif organise son "Freak Show"

Le Safran collectif organise, samedi 2 février 2019 à l'Auberge de jeunesse, son tout premier "labo expérimental" sur le thème du bizarre et du monstrueux. Une soirée intitulée "Kabaret Freak Show" qui réunit une douzaine d'artistes locaux sur un seul plateau. Début du Freak Show à 20h30, à l'Auberge de jeunesse, 3 rue du Tour. Tarif : 2 € Sur réservation par téléphone au 02 35 15 02 10

Baseball : Rotterdam à Rouen pour un match de gala

Les Huskies de Rouen accueillent, du 22 au 24 mars 2019, l'équipe de Rotterdam, multi-championne d'Europe de baseball, sur leur terrain à Saint-Exupéry. Trois matches amicaux a en trois jours sont prévus entre les joueurs rouennais et ceux de Neptunus, qui signeront là leur première venue dans la capitale normande. En bonus, pour le public, l'entrée au stade est libre et gratuit. Toutes les infos sur Facebook.com/RouenBaseball76

Nouvelle campagne de recensement

La nouvelle campagne de recensement de la population est organisée du 17 janvier au 23 février 2019. À Rouen, tous les quartiers de la ville sont concernés. Surveillez votre boîte aux lettres. Les 34 agents recenseurs arpentent les rues de la ville dès le jeudi 17 janvier. Pour les reconnaître, c'est facile, ils sont en possession de leur carte officielle. Les habitants recensés sont d'abord avertis du passage de l'agent recenseur par un mot dans leur boîte aux lettres. Deux possibilités ensuite : soit l'habitant répond au questionnaire via le site dédié (voir ci-dessous), soit il répond à l'agent enquêteur. Cette action est obligatoire, les données collectées étant anonymes, conservées par l'INSEE, et jamais communiquées à qui que ce soit. Rappelons aussi que le recensement est gratuit ! Le recensement, à quoi ça sert ? À savoir combien sont les Rouennais (113 406 au dernier comptage de 2016). En fonction des données collectées, il agit aussi et surtout sur les moyens mis à disposition de la Ville pour mener sa politique. Le recensement, c'est toujours utile. Informations pratiques Campagne de recensement 2019 Du 17 janvier au 23 février 2019 Numéro vert : 0 800 828 284 Retour questionnaire sur le-recensement-et-moi.fr

ESS : Katapult appelle à de nouvelles candidatures

Le 2nd appel à candidatures de porteurs de projets ESS en Normandie est ouvert jusqu'au 28 février 2019. C'est l'incubateur régional des entreprises socialement innovantes, Katapult, qui a lancé cet appel depuis le 7 janvier. Si votre projet d'entreprise porte une innovation sociale, a un fort impact social, environnemental ou économique, a une dimension collective, prévoit une lucrativité limitée et s'implante en Normandie, vous êtes éligibles ! Les lauréats seront accompagnés par l'incubateur dans la réalisation de leur entreprise. Pour tout savoir sur le dispositif, une réunion d'information est prévue, mercredi 23 janvier 2019, à partir de 9h30, au Kaléidoscope (Petit-Quevilly). Toutes les infos sur http://www.adress-normandie.org/entreprendre-autrement/lincubateur-katapult-candidatures/

Conférence : "Mes parents vieillissent"

A suivre à la Maison des aînés ce vendredi 18 janvier 2019 après-midi, une conférence intitulée "Mes parents vieillissent, je m'inquiète...". Ce rendez-vous d'information est ouvert à tous et gratuit. Fidèle à sa mission de prévention, le Clic des aînés de Rouen (Centre local d'information et de coordination) organise une conférence sur le thème "Mes parents vieillissent, je m'inquiète...". Assurée par le psychologue-gérontologue Guy Lemmonier, elle se déroulera au sein de la salle polyvalente de la Maison des aînés. Guy Lemmonier est bien connu des seniors rouennais : il intervient de façon régulière, à titre bénévole, pour proposer des animations aux personnes âgées, notamment aux pensionnaires des résidences autonomie de la Ville. Un véritable partenaire de la Maison des aînés, auquel on doit en particulier des séances de lecture à voix haute. Pour la première fois, l'homme va changer de registre pour se livrer à un exercice de sensibilisation à un enjeu de santé publique. Il développera un propos visant à alerter les aidants (ces "jeunes seniors" qui soutiennent un parent vieillissant) sur les signes de la perte d'autonomie. Ses conseils seront précieux pour éclairer un public qui peut avoir tendance à dramatiser. En complément de cet exposé, nourri d'échanges avec les participants, la responsable du Clic Valérie Petit prendra la parole pour présenter les services de la structure qu'elle dirige. Le Clic, conçu comme un guichet unique ou une interface, permet aux seniors et à leurs proches de bénéficier de tout un pôle de ressources. Informations pratiques Conférence "Mes parents vieillissent, je m'inquiète..." Vendredi 18 janvier 2019, à 14h30 Maison des aînés Gratuit sur réservation obligatoire au 02 32 08 60 80 Retrouvez tout le programme mensuel des activités de la Maison des aînés sur le site du Clic Photo : DR

Basket : le RMB a battu Chartres

Le Rouen Métropole Basket a battu Chartres (89-77) ce mardi 15 janvier 2019, au Kindarena. Cette victoire, obtenue dans le cadre de la 14e journée du championnat de Pro B, replace les Rouennais à la 8e place du classement. Prochain rendez-vous, à Orléans, ce samedi 19 janvier. VICTOIRE !! @RouenMBasket - @ccbmbasket #GORMB #RMBCHA pic.twitter.com/GXyzTlghFJ— Rouen Métro Basket (@RouenMBasket) January 15, 2019

Nouvelle semaine thématique au conservatoire

Le Conservatoire de Rouen ouvre une nouvelle semaine thématique ce vendredi 18 janvier 2019. "Dans le silence de la nuit", tel est le point commun aux sept temps forts proposés. La deuxième semaine thématique de la saison se déroule du vendredi 18 au vendredi 25 janvier 2019. Activités et spectacles sont au programme : Vendredi 18 (12h15), samedi 19 (16h30) et dimanche 20 janvier (16h) Constellation : de la danse au Musée des Beaux-Arts, en lien avec l'exposition de dessins contemporains du musée, et avec les élèves danseurs du conservatoire. Samedi 19 janvier (à partir de 18h) Nuit de la lecture : la bibliothèque Simone-de-Beauvoir accueille "Nocturnal", à 20 heures, avec le guitariste Alain Rizoul et le comédien Eric Verdin. À 21 heures, c'est "À la bougie", par les musicens du département des musiques de tradition orale. Mercredi 23 janvier Berceuse et bal : de 9h30 à 11h, le conservatoire propose ce temps fort musical, en compagnie des musiciens du département des musiques de tradition orale.Le garçon tamtam : ce conte musical sera donné à 16h et 16h45 dans la salle Varèse du conservatoire. "À contrepied du silence de la nuit, un garçon tambourine toute la journée...". À découvrir à partir de 3 ans. Réservation au 02 35 08 88 41.Soleil levant : une création qui se joue à l'auditorium du conservatoire à 19h30. C'est le guitariste japonais Moojigen, à l'occasion de la sortie de son album "Father's sea". Vendredi 25 janvier Mozart requiem - De l'ombre à la lumière : c'est au temple Saint-Eloi, et à 20 heures, que se déroule ce concert qui vient clore cette semaine thématique. Informations pratiques Semaine thématique du conservatoire Du vendredi 18 au vendredi 25 janvier Le programme complet sur conservatoirederouen.fr

Hockey : Rouen poussif, mais vainqueur

Les Dragons de Rouen se sont imposés ce mardi 15 janvier 2019 à l'île lacroix face à Nice, dans le cadre de la 34e journée sur le score de 4-2. Il a fallu attendre les 3 dernière smiutes de jeu pour que le défenseur finlandais Makinen donne l'avantage aux Normands (3-2) avant que l'attaquant québécois Deschamps ne scelle le sort des Aigles par un 4e but en cage vide.  Ne reste aux leaders de la saison régulière que 10 rencontres à disputer avant d'entamer les quarts de finale, dont quatre à domicile. Prochain match : la réception d'Amiens, 3e du championnat, ce vendredi 18 janvier 2019, affiche qui se jouera à l'île Lacroix à guichets fermés, à 20h. 

L'Omnia reçoit le réalisateur François Ozon

Mercredi 23 janvier à 19h45, l'Omnia accueille le cinéaste François Ozon à l’occasion de l’avant-première de son nouveau long-métrage « Grâce à Dieu ».  Prévu en salle le 20 février 2019, ce film tourné à Lyon pour les extérieurs aborde le problème de la pédophilie au sein de l’Eglise. François Ozon s'est inspiré de l'affaire Preynat, ce prêtre lyonnais accusé d'abus sexuels sur des scouts dans les années 1980-1990, et du silence qu’a choisi sa hiérarchie à travers l’attitude du cardinal Barbarin. Le réalisateur s'est entouré pour son casting de Melvil Poupaud, Denis Menochet, Swan Arlaud, Josiane Balasko ou encore Eric Caravaca.