Femmes agressées et laissées nues en forêt, près de Rouen : trois dealers condamnés

Trois hommes étaient jugés, mardi 26 mars 2019, au tribunal de Rouen (Seine-Maritime) pour un trafic de stupéfiants qui a conduit à l'agression de deux femmes en forêt de Canteleu, en mai 2018.

Trois hommes étaient jugés, mardi 26 mars 2019, au tribunal de Rouen (Seine-Maritime) pour un trafic de stupéfiants qui a conduit à l’agression de deux femmes en forêt de Canteleu, en mai 2018. (©SL/76actu/Archives)

Trois hommes comparaissaient au tribunal correctionnel de Rouen (Seine-Maritime), mardi 26 mars 2019, pour une affaire de trafic de stupéfiants. Il leur était également reproché l’agression de deux femmes en forêt, à Canteleu en mai 2018.

Cette affaire commence en juin 2017, lorsque la police trouve, dans les parties communes d’un immeuble de la Cité rose de Canteleu des armes de poing, couteau, sachet de conditionnement, ainsi que des stupéfiants : 29 grammes d’héroïne et 3 grammes de cannabis. Une enquête est alors ouverte.

Un trafic important

Fin juin 2017, à Canteleu toujours, Mehdi* fait l’objet d’un contrôle d’identité. Les policiers remarquent qu’il détient dans sa sacoche une balance de précision recouverte « d’un produit marron semblable à de l’héroïne », précise la présidente du tribunal. Les policiers notent également que son téléphone ne fait que sonner. Faute d’éléments probants, il est laissé libre. Puis en juillet 2017, cette fois, il est retrouvé porteur de trois téléphones portables et de l’héroïne et du cannabis sont découverts dans un buisson.

Lire aussi : Plusieurs kilos de drogues et des armes saisis dans l’agglo de Rouen : quatre hommes interpellés

L’exploitation des téléphones par les policiers aboutit à la découverte d’un trafic de stupéfiants assez important, « une cinquantaine de clients par ligne de téléphone soit environ 200 clients au total », détaille le tribunal.

Des surveillances sont alors mises en place et permettent d’identifier « un groupe de jeunes qui est là toute la journée et va au contact de plusieurs personnes en voitures pour réaliser des transactions », ajoute la présidente. En plus de Mehdi, un autre suspect, Sacha*, est identifié courant mars 2018. Les deux sont interpellés et placés en garde à vue.

Un trafic géré notamment par téléphone

L’enquête se poursuit et remonte à Damien*, qui sera jugé ultérieurement. Lors de son audition, il reconnaît être consommateur et revendeur. 

Les gens viennent spontanément ou commandent par téléphone, il y a toujours quelqu’un de disponible pour vendre de la cocaïne, de l’héroïne et du cannabis.

Il dit avoir acheté auprès d’un certain « Karim » de l’héroïne et du cannabis et identifie Mehdi, Sacha et Charles* comme étant le « Karim » auprès duquel il se fournissait.

Lire aussi : Coup de filet en Normandie : saisies d’armes et de drogues, 19 personnes en garde à vue

Dans le box, Mehdi et Sacha reconnaissent leur participation au trafic de stupéfiants. Mehdi dit avoir commencé comme guetteur avant d’évoluer dans son « travail ». Il touchait entre 500 à 600 euros la semaine. Plusieurs centaines d’euros et des vêtements de marque ont en effet été retrouvés lors des perquisitions chez les prévenus. Charles, pour sa part conteste toute participation au trafic de stupéfiants assurant :

Depuis que je suis majeur, je n’ai plus rien vendu, car je savais quelle peine je risquais.

Frappées et laissées nues en forêt

Mais il ne s’agit pas pour le tribunal de juger de simples dealers. Il leur est également reproché de graves violences. Le 17 mai 2018, deux femmes sont retrouvées en forêt de Canteleu. Elles ont été frappées à coups de bâton, forcées à se dévêtir avant de voir leurs vêtements brûlés. L’une d’elle s’est fait dérober sa carte bancaire.

Lire aussi : Deux femmes nues appelant à l’aide secourues dans une forêt, près de Rouen

L’enquête révélera qu’elles étaient consommatrices de stupéfiants et avaient été agressées sur fond de dette du petit ami de l’une d’entre elles. « J’ai mis une ou deux claques », reconnaît Sacha qui conteste toute utilisation d’un bâton ou vol de carte bancaire.

J’y suis allé pour la dette et parce qu’elles nous ont mal parlé, mais ce n’était pas une bonne idée de faire ça.

Charles pour sa part, reconnaît sa présence sur les lieux, parlant d’insultes réciproques. « J’ai pris un bâton, elles ont continué à m’insulter, je lui ai alors mis deux baffes. Comme elles continuaient, je leur ai remis une baffe et je leur ai demandé de se déshabiller, mais c’était sur le ton de la rigolade. » En revanche, il conteste également une partie des faits : le vol de la carte bleue, l’incendie des vêtements et d’avoir demandé à Sacha d’aller chercher des préservatifs pour les violer.

« Traumatisée par la scène de violence »

L’une des victimes, sous curatelle renforcée, n’a pu venir à l’audience. « Elle ne sort plus de son domicile depuis les faits. Elle a été traumatisée par la scène de violence et ne s’en est toujours pas remise », explique sa défense, demandant au tribunal de renvoyer l’examen des dommages et intérêts à une audience ultérieure et d’ordonner une expertise psychiatrique de sa cliente.

Le ministère public pointe « un trafic de quartier, très bien organisé avec pas moins de 35 clients identifiés ».  Pour le substitut du procureur, ils ont fait preuves d’une violence extrême et « sauvage » en menaçant de viol, en humiliant les deux femmes, en les laissant nues sur la voie publique « pour une dette dont elles n’étaient même pas redevables ».

Après dix mois de détention provisoire, ils sont dans le déni des faits et n’assume pas leurs responsabilités.

Il requiert pour chacun des prévenus une peine de cinq ans d’emprisonnement dont un avec sursis.

Lire aussi : Femmes retrouvées nues en forêt, près de Rouen : 14 interpellations sur fond de trafic de stupéfiants

Des réquisitions « disproportionnées »

La défense de Mehdi met en avant son sentiment de rejet par la société. « Il voulait avoir ce qu’il ne pouvait pas s’offrir pour réintégrer cette société et par ces réquisitions, on ne lui donne aucune chance de rédemption », estime son avocat qui demande au tribunal que son client « puisse réintégrer la société en évitant de faire d’un jeune de 19 ans un exemple ».

Les avocats des deux autres prévenus jugent également les réquisitions disproportionnées. Le conseil de Sacha rappelle que son client reconnaît les faits, qu’il a agi ainsi « pour se faire de l’argent facilement » et pris conscience de la gravité des faits.

La défense de Charles souligne que son client doit être jugé pour cette même affaire par une juridiction pour mineur et craint une sorte de « double peine » et assure que son client a arrêté le trafic de stupéfiants à sa majorité, ce pourquoi il demande la relaxe.

Quant aux violences, il souligne les incohérences et les « mensonges » des victimes sur les circonstances des faits. « Elles ont caché les raisons réelles de leur présence sur Canteleu dès le départ et après on devrait croire sur parole tout ce qu’elles disent, je ne suis pas d’accord. »

Prison ferme

Le tribunal les déclare finalement coupables. Mehdi et Sacha sont condamnés à la peine de quatre ans d’emprisonnement dont deux avec sursis et mise à l’épreuve pendant deux ans. À cette peine, vient s’ajouter pour Cacha, quatre mois de prison, émanant d’une précédente condamnation en 2015.

Charles, quant à lui, est condamné à 30 mois d’emprisonnement dont 15 avec sursis assortis d’une mise à l’épreuve pendant deux ans. Ils sont tous trois maintenus en détention. Il leur est également interdit de détenir ou porter une arme et de paraître à Canteleu pendant une durée de cinq ans**. 

*Les prénoms ont été modifiés.

** Cette peine est susceptible d’appel. Toute personne est présumée innocente tant que toutes les voies de recours n’ont pas été épuisées.

Frédéric Bernard

VIDÉOS. « Dumbo », « Let’s dance », « Boy erased »… Les sorties cinéma du mercredi 27 mars 2019

 

Tim Burton revisite les aventures de Dumbo, le célèbre éléphant.

Tim Burton revisite les aventures de Dumbo, le célèbre éléphant. (©Disney Enterprises, Inc. All Rights Reserved.)

Dumbo

Les enfants de Holt Farrier, ex-artiste de cirque chargé de s’occuper d’un éléphanteau dont les oreilles démesurées sont la risée du public, découvrent que ce dernier sait voler… Colin Farrell et Danny de Vito sont à l’affiche de cette relecture des aventures de Dumbo, signée Tim Burton.

VIDÉO. La bande-annonce de Dumbo :

  • Où voir ce film en Seine-Maritime ?
    Au Havre : Gaumont  (les horaires, ici), Sirius (les horaires, ici)
    À Rouen : Gaumont Rouen Grand-Quevilly (les horaires, ici), Pathé Docks 76 (les horaires, ici), Kinepolis (les horaires, ici).

C’est ça l’amour

Bouli Lanners est à l'affiche du film « C'est ça l'amour ».

Bouli Lanners est à l’affiche du film « C’est ça l’amour ». (© Mars Films)

Depuis que sa femme est partie, Mario tient la maison et élève seul ses deux filles. Frida, 14 ans, lui reproche le départ de sa mère. Niki, 17 ans, rêve d’indépendance. Mario, lui, attend toujours le retour de sa femme. Avec Bouli Lanners.

VIDÉO. La bande-annonce de C’est ça l’amour :

  • Où voir ce film en Seine-Maritime ?
    Au Havre : Au Sirius (les horaires, ici)
    À Rouen : Omnia, (les horaires, ici), Pathé Docks 76 (les horaires, ici).

Let’s dance

Let's dance ou la passion du hip-hop.

« Let’s dance » ou la passion du hip-hop. (©Pathé.)

Joseph, danseur passionné de hip-hop, refuse d’entrer dans l’entreprise de son père pour tenter sa chance à Paris. Avec sa copine Emma et son meilleur ami Karim, il intègre le crew parisien de Youri, un célèbre breaker, pour tenter de gagner un concours international de hip-hop. Mais le jour des sélections, rien ne se passe comme prévu. 

VIDÉO. La bande-annonce de Let’s dance :

  • Où voir ce film en Seine-Maritime ?
    Au Havre : Gaumont  (les horaires, ici)
    À Rouen : Gaumont Rouen Grand-Quevilly (les horaires, ici), Pathé Docks 76 (les horaires, ici).

Boy erased

Lucas Hedges et Nicole Kidman, à l'affiche de « Boy erased ».

Lucas Hedges et Nicole Kidman, à l’affiche de « Boy erased ». (©Universal Pictures International Germany GmbH)

L’histoire vraie du coming-out de Jared Eamons, le fils d’un pasteur baptiste dans une petite commune rurale des États-Unis où son orientation sexuelle est brutalement dévoilée à ses parents à l’âge de 19 ans. Craignant le rejet de sa famille, de ses amis et de sa communauté religieuse, Jared est poussé à entreprendre une thérapie de conversion (aussi appelée thérapie réparatrice ou thérapie de réorientation sexuelle). Il y entre en conflit avec le thérapeute principal, découvrant et revendiquant progressivement sa réelle identité. Avec Lucas Hedges et Nicole Kidman.

VIDÉO. La bande-annonce de Boy erased :

  • Où voir ce film en Seine-Maritime ?
    Au Havre : Gaumont  (les horaires, ici)
    À Rouen : Omnia (les horaires, ici), Pathé Docks 76 (les horaires, ici).

Gentlemen cambrioleurs

Michael Caine et ray Winstone, à l'affiche de « Gentlemen cambrioleurs ».

Michael Caine et ray Winstone, à l’affiche de « Gentlemen cambrioleurs ». (©Studiocanal GmbH.)

Célèbre voleur dans sa jeunesse, Brian Reader, veuf âgé de 77 ans, réunit une bande de criminels marginaux sexagénaires pour fomenter un cambriolage sans précédent à la salle des coffres de la société Hatton Garden Safe Deposit (HGSD). Se faisant passer pour des réparateurs, ils pénètrent le dépôt, neutralisent les alarmes et se mettent à percer un trou dans le mur de la chambre forte. Un film de James Marsh, avec Michael Caine.

VIDÉO. La bande-annonce de Gentlemen cambrioleurs :

  • Où voir ce film en Seine-Maritime ?
    Au Havre : Gaumont  (les horaires, ici)
    À Rouen : Gaumont Rouen Grand-Quevilly (les horaires, ici), Kinepolis (les horaires, ici)

Les Entretiens de l’excellence : une rencontre entre jeunes et professionnels organisée au Havre

Organisés au Havre samedi 30 mars, les entretiens de l'excellence sont l'occasion pour les jeunes d'échanger avec différents professionnels sur leur parcours.

Organisés au Havre samedi 30 mars, les entretiens de l’excellence sont l’occasion pour les jeunes d’échanger avec différents professionnels sur leur parcours. (©Illustration / Pixabay)

C’est une première pour le Havre (Seine-Maritime) : samedi 30 mars 2019, la cité Océane accueillera les « Entretiens de l’Excellence« . Un événement original pour donner aux jeunes un aperçu des carrières auxquelles ils peuvent aspirer. Explications.

Lire aussi : Parcoursup : une enseignante du Havre publie un guide pratique pour y voir plus clair

Une première prise de contact

Ceci n’est pas un énième salon de l’orientation ou forum des métiers : comme son nom l’indique, l’événement entend permettre à de jeunes collégiens et lycéens de rencontrer différents professionnels et donner lieu à de véritables échanges sur leur parcours.

Médecins, avocats, ancien énarque… En tout, une quarantaine d’intervenants originaires de la région se mobilisent pour présenter leur profession. « Chacun témoignera de son parcours, des obstacles qu’il a pu rencontrer ou des craintes qu’il a pu avoir, présente Étienne Lejeune, avocat qui coorganise l’événement, en partenariat avec l’EM Normandie. Le but étant bien sûr de susciter des questions et des échanges avec les jeunes au cours des ateliers. »

Que les jeunes puissent se dire « pour moi aussi c’est possible »

Déjà testé dans 25 grandes villes, le format se veut accessible à tous, et surtout à ceux qui se sentent a priori les plus éloignés de ces filières. « Tout le monde n’a pas dans ses connaissances ce type de profession, poursuit Étienne Lejeune. Cela peut donc être un premier contact qui débouchera par la suite sur un stage par exemple. »

On constate que beaucoup de jeunes s’auto-censurent et ont tendance à se dire que certaines formations et certains métiers ne sont pas faits pour eux. L’objectif, c’est de leur donner envie de poursuivre leur rêve, peu importe l’établissement, le quartier ou le milieu d’où ils viennent, qu’ils puissent se dire « pour moi aussi c’est possible ».

En tout, les participants pourront suivre deux ateliers parmi les 16 thématiques proposées : métiers de la santé, du sport, de l’ingénieur, de la logistique, du social ou encore commerce et marketing, haute fonction publique, culture, architecture, droit, médias, défense, nouvelles technologies ou création d’entreprise.

Informations pratiques : 
Samedi 30 mars, de 13h30 à 18 heures, sur le campus de l’EM Normandie.
Inscriptions en ligne sur le lien suivant.

Ivre, elle fait tomber son bébé de quatre mois puis frappe une policière du Havre

Une femme âgée de 38 ans a été interpellée, mardi 26 mars 2019 au Havre (Seine-Maritime) après avoir fait tomber son bébé âgé de quatre mois.

Une femme âgée de 38 ans a été interpellée, mardi 26 mars 2019 au Havre (Seine-Maritime) après avoir fait tomber son bébé âgé de quatre mois. (©Adobe Stock Illustration)

Elle était « en complet état d’ivresse », selon une source judiciaire. Mardi 26 mars 2019, une femme âgée de 38 ans a été interpellée au Havre (Seine-Maritime). Les policiers avaient été appelés après qu’elle ait fait tomber son bébé de quatre mois et la poussette dans laquelle elle l’avait laissé.

Lire aussi : Il vole pour 5 000 euros d’objets, près du Havre, et tente de les revendre sur Snapchat

Le bébé emmené à l’hôpital pour examens

Elle était entrée dans une pharmacie havraise en laissant la poussette où était son enfant dehors « sans surveillance ». En ressortant de l’officine, la mère de famille « a fait tomber le bébé et la poussette par terre ». La scène a été confirmée par plusieurs témoins aux policiers. Lesquels ont prévenu les pompiers, qui ont emmené le nourrisson âgée de quatre mois vers le Centre hospitalier Jacques-Monod, pour examens. 

Sa mère a pris le même chemin, dans le véhicule de police, pour obtenir un certificat de non hospitalisation avant son placement en cellule de dégrisement. « Pendant le transport, elle a insulté les fonctionnaires, et plus particulièrement une policière », explique une source judiciaire. La scène s’est répétée aux urgences de l’hôpital : « Elle est parvenue à mettre un coup de pied au tibia de la même policière. »

Maîtrisée, elle a été placée en garde à vue pour « violences et outrages sur personnes dépositaires de l’autorité publique » et « soustraction aux obligations parentales ».

Lire aussi : Accusé de corruption sur des policiers en Russie, un professeur, originaire du Havre incarcéré

Près de Rouen, un ouvrier d’une carrière se coince l’épaule sous une poutre, à dix mètres de hauteur

Un ouvrier de 23 ans a eu l'épaule coincée sous une poutre dans une carrière d'Yville-sur-Seine, près de Rouen (Seine-Maritime), mercredi 27 mars 2019.

Un ouvrier de 23 ans a eu l’épaule coincée sous une poutre dans une carrière d’Yville-sur-Seine, près de Rouen (Seine-Maritime), mercredi 27 mars 2019. (©Adobe Stock/Illustration)

Intervention compliquée pour les sapeurs-pompiers de Seine-Maritime, mercredi 27 mars 2019. Dans une carrière d’Yville-sur-Seine, près de Rouen, un ouvrier a eu l’épaule coincée sous une poutre, à dix mètres de hauteur.

Coincé sous la poutre d’un trieur à cailloux

Les pompiers ont été appelés vers 9h30 pour intervenir aux carrières d’Yville-sur-Seine. Ils ont été requis pour porter secours à un ouvrier de 23 ans dont l’épaule était coincée sous la poutre d’un trieur à cailloux. 

Lire aussi : Un ouvrier grièvement blessé à 40 mètres de hauteur chez ExxonMobil en Seine-Maritime

L’intervention a été compliquée par la hauteur, dix mètres, à laquelle se trouvait le jeune ouvrier. Un renfort du Groupe de reconnaissance et d’intervention en milieu périlleux de l’Eure a été nécessaire.

Vers 11h30, le jeune homme avait pu être dégagé. Selon le Service départemental d’incendie et de secours, il n’était que légèrement blessé.

VIDÉO. 49 chiens et chats sauvés dans une maison insalubre de Seine-Maritime par la SPA

la SPA a délivré 46 chats et 3 chiens détenus dans une maison insalubre en Seine-Maritime.

La SPA a sauvé 46 chats et 3 chiens détenus dans une maison insalubre en Seine-Maritime. (©Adobe stock/Illustration)

La Société protectrice des animaux (SPA) a réalisé un sauvetage d’envergure lundi 12 mars 2019 en Seine-Maritime, avec l’aide des équipes des refuges d’Étalondes et de Poulainville (Somme). À la demande de la Direction départementale de la protection des populations (DDPP), elle est allée avec les forces de l’ordre au secours de trois chiens et 46 chats dans une maison insalubre et abandonnée. Séquestrées, les bêtes étaient en détresse.

Lire aussi : Chien maltraité au Havre : une pétition en ligne pour que le propriétaire soit poursuivi en justice

Trois chiens couverts d’excréments

« Les propriétaires déjà connus de la SPA se sont laissés dépasser », a déclaré l’association de protection animale dans un communiqué. La SPA indique qu’elle leur avait déjà proposé à plusieurs reprises de céder une partie de leurs animaux, sans succès. Régulièrement nourris, les chiens et chats étaient détenus dans de très mauvaises conditions.

Dans cette maison insalubre, les détritus s’amoncelaient. Les chats, peu habitués à la présence humaine, fuyaient lors de la tentative d’approche des équipes de secours. Trois chiens se trouvaient quant à eux dans une pièce de quelques mètres carrés sans aération, ni lumière du jour. Couvert d’excréments, ils ne sortaient jamais, au point d’avoir peur de l’extérieur, indique encore la SPA dans son communiqué. 

Lire aussi : VIDÉO. Malades et amaigris, ces chiens sauvés par la SPA ont repris du poil de la bête !

Accueillis dans l’attente d’un jugement

En se rendant au logement des propriétaires, l’association a découvert une trentaine d’autres chats. « Une surpopulation mettant à mal le  bien être des personnes et des animaux, souligne-t-elle. Sur décision de la DDPP, la SPA a saisi les félins. »

Les 49 animaux recueillis au total ont été transférés dans différentes structures de la SPA. Dans l’attente du jugement de leurs propriétaires, ils ne sont pas encore proposés à l’adoption. La SPA appelle à « une décision exemplaire » afin que « cette situation désastreuse ne se reproduise pas ».

• VIDÉO. La SPA sauvent 49 chats et chiens dans une maison insalubre en Seine-Maritime :

Accusé de corruption sur des policiers en Russie, un professeur, originaire du Havre incarcéré

Gurvan le Gall, originaire du Havre professeur de Français a été interpellé en Russie.

Gurvan Le Gall, originaire du Havre professeur de Français a été interpellé en Russie. (©French teacher)

Il risque jusqu’à huit ans d’emprisonnement. Un professeur de Français, originaire du Havre (Seine-Maritime) et installé en Russie est en prison depuis jeudi 21 mars 2019. Il est accusé lors d’un contrôle d’avoir voulu corrompre des policiers. 

Lire aussi : Un homme arnaqué chez lui par deux fausses femmes de ménage, à Rouen

« Il risque huit ans d’emprisonnement » 

« Gurvan n’a pas pu appeler ses parents ». Le post facebook de French teacher l’école dans laquelle ce professeur de Français originaire du Havre enseigne appelle au soutien et expose les faits.

Jeudi 21 mars 2019 selon French teacher, Gurvan Le Gall fait l’objet d’un contrôle par des policiers à Togliatti. Ne disposant pas de papiers, il aurait proposé de l’argent aux policiers. Depuis, il a été placé en détention provisoire en attendant son procès comme le confirme Le Parisien

Gurvan était toujours scrupuleux en ce qui concerne les documents administratifs, indique French Teachers dans son message facebook. 

Друзья! МАКСИМАЛЬНЫЙ РЕПОСТ!Сегодня, 25.03, у нашего любимого Гурвана день рождения. Так вышло, что он не может…

Publiée par French Teachers sur Lundi 25 mars 2019

Dans des conditions « monstrueuses »

Impossible pour les professeurs, animateurs et écoliers de laisser selon eux « la personne la plus optimiste du monde en prison dans des conditions monstrueuses. » Ils appellent donc au soutien pour sa libération.