Aya Nakamura ajoute des dates à Rouen et à Caen à sa tournée française : les réservations sont ouvertes

Aya Nakamura sera en séance de dédicaces chez Auchan Englos, près de Lille (Nord), ce samedi 3 novembre 2018.

Aya Nakamura se produira en concert au Zénith de Rouen le 28 novembre 2019. (©Facebook/Aya Nakamura)

« Y a pas moyen Djadja », pas moyen que les fans manquent ces rendez-vous qu’Aya Nakamura donne à ses fans rouennais et caennais, le 28 novembre et le 17 décembre 2019.

LIRE AUSSI : Aya Nakamura annonce un concert au Havre : déjà l’euphorie chez les fans

À Rouen puis Caen

Dans un tweet, la chanteuse a annoncé qu’elle viendrait en effet à Rouen (Seine-Maritime) le 28 novembre, puis à Caen (Calvados) le 17 décembre (au Zénith à chaque fois), à l’occasion de dates supplémentaires dans sa tournée qui avait déjà prévu faire escale en Normandie, au Tétris du Havre (Seine-Maritime) le 4 mai 2019.

La jeune artiste n’en est pas à sa première scène en Seine-Maritime, puisque depuis 2015 elle a déjà donné plusieurs concerts dans des discothèques du Havre et de Rouen.

Pour les dates rouennaise et caennaise de la tournée 2019 de la star, les préventes sont ouvertes. Ne tardez pas à prendre vos billets, il y a fort à parier que beaucoup vont vouloir chanter Djadja à l’unisson avec Aya Nakamura.

AVANT MATCH

Samedi 26&dimanche 27 janvier 2019

Samedi 26 et dimanche 27 janvier 2019, la ligue de Normandie & et le district de Seine Martime, ont programmé de nombreux matchs de retard. Mais aux vues des conditions météoritiques, beaucoup de rencontres devraient être à nouveau reportées. Nous vous tiendrons bien évidemment au courant de la situation. N’oubliez pas de nous informer de l’état de vos terrains afin d’établir une liste la plus complète possible. Merci – christophe@braysports.fr

LIGUE DE NORMANDIE

REGIONAL 1
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
AS MADRILLET CHAT BL – FUSC BOISGUILLAUME 
CS SERV MUN LE HAVRE – AC ST ROMAIN COLBOSC 

REGIONAL 2 GROUPE C
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
US LUNERAY – AS FAUVILLE  
ES TOURVILLE – U.S. DE BOLBEC 

REGIONAL 2 GROUPE D
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
ST MARCEL F – GCO BIHOREL 
FC BONSECOURS ST L – ST AUBIN FC 
CAUDEBEC ST PIERRE F – R. SAPINS FC GD MARE 

REGIONAL 3 GROUPE F
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 15H00 
ES DU MONT GAILLARD – HAVRE CAUCRIAUV S 

REGIONAL 3 GROUPE G
SAMEDI 26 JANVIER 2019 – 19H15 
CANY FC – FC LE TRAIT DUCLAIR 
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
FC FREVI.BOUVI.SIVOM – GRAND COURONNE FC 

REGIONAL 3 GROUPE H
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
AS LE TREPORT – PLATEAU AS  
AS OUVILLE – US LUNERAY 2  
ST-NICOLAS AL 2 – NEUVILLE AC  
FC NEUFCHATEL EN BR – STADE VALERIQUAIS 

Classement R3 GH 22 janvier 2019

REGIONAL 3 GROUPE I
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
AS GOURNAY EN BRAY – MONT SAINT AIGNAN FC  
C ANDELLE PITRES – AS VAL DE REUIL V P 
ES VALLEE DE L OISON – US GRAMMONT 
CS LES ANDELYS – ALIZAY F.A.C. 

Classement R3 GI 22 janvier 2019

REGIONAL 3 GROUPE J
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 12H30 
EVREUX FC 27 3 – SAINT SEBASTIEN SP 
FC EPEGARD NEUBOURG – ES NORMANVILLE 
FC EURE MADRIE SEINE – CS THIBERVILLE 
FC AVRAIS ST LUBIN – CA PT AUDEMER 

REGIONAL 1 U18
SAMEDI 26 JANVIER 2019 – 14H30 
EVREUX FC 27 – US ALENCONNAISE 61 
SAMEDI 26 JANVIER 2019 – 15H15 
CMS OISSEL – FC DIEPPE 
SAMEDI 26 JANVIER 2019 – 15H30 
US QUEVILLY R. M. 11 – FC ROUEN 1899 
US AVRANCHES MSM – AS DE CHERBOURG FB 

REGIONAL 2 U18 GROUPE 2
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 10H00 
GRPT CO SEINE FOOTBA – FC ST ETIENNE DU R 

REGIONAL 3 U18 GROUPE 5
SAMEDI 26 JANVIER 2019 – 15H30 
JS ST NICOLAS D ALIE – GP TOURVILLE OFFRAN 

DISTRICT SEINE MARITIME

SENIORS APRES MIDI D1 GROUPE A
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
TOURVILLE-SUR-ARQUES 2 – ENT.VIENNE ET SAANE 
PLATEAU/ASSOCIATION 2 – BACQUEVILLE 
LONGUEVILLE-SUR-SCIE – BOSC-LE-HARD 

Classement D1 GA 22 janvier 2019

SENIORS APRES MIDI D1 GROUPE B
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
DOUDEVILLE – PAVILLY 2 

SENIORS APRES MIDI D1 GROUPE C
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
DEVILLE MAROM 3 – OISSEL CMS 3 

Classement D1 GC 22 janvier 2019

SENIORS APRES MIDI D1 GROUPE D
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 12H30 
GODERVILLE US – R.C HAVRAIS 
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
LA FRENAYE AS – EPOUVILLE US 2 
ST ROMAIN AC 2 – LE HAVRE F.C. 2012 

SENIORS APRES MIDI D2 GROUPE A
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
GRANDCOURT – AUMALE 2 
MESNIERES-EN-BRAY 2 – CRIEL-SUR-MER 

Classement D2 GA 22 janvier 2019

SENIORS APRES MIDI D2 GROUPE C
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
HERICOURT-EN-CAUX – YEBLERON 
VALLEES/CAUDEBEC – YVETOT 3 

SENIORS APRES MIDI D2 GROUPE E
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
MALAUNAY A – GOURNAY A.S. 2 
ARGUEIL CANTON – BIHOREL GCO 2 
ST JACQU/DARN – BOISGUILLAUME 3 

Classement D2 GE 22 janvier 2019

SENIORS APRES MIDI D2 GROUPE F
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
GAINNEVILLE AC 2 – HAVRE S PORT  
ST ANTOINE 2 – HAVRE CAUCRIAUV. S 3 
ST VIGOR YMONVILLE – HAVRE TREFIL. NEIGES 3 

SENIORS APRES MIDI D2 GROUPE G
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
BEUZEVILLE AS – EPREVILLE FC 
MANEGLISE FC – FONTAINE U. 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE A
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 12H30 
LE TREPORT 3 – MELLEVILLE 
ETALONDES 2 – NORMANDE 76 2 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE B
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
ST-NICOLAS AL 3 – ST AUBIN CAUF UNITED 2 
CRIEL-SUR-MER 2 – ENVERMEU 2 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE C
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
LES GRANDES-VENTES 2 – F.C.NORD OUEST 2 
OFFRANVILLE 3 – ETOUTTEVILLE-YVECRIQ 
AUFFAY 2 – JANVAL 2 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE D
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
COLLEVILLE-ANGERVILL – SASSE/THEROUL 2 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE E
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
ST-PIERRE VARENGEVIL 2 – ENT.MOTTEVIL-CROIXMA 2 
STE-AUSTREBERTHE – MALAUNAY A 2 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE G
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
FORGES A.C. BRAY-EST 2 – ST SAENS VARENNE FC 
NESLE HODENG – VIEUX MANOIR 

Classement D3 GG 22 janvier 2019

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE H
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
ENT.ALLOUVIL-LOUVET – SAINT JEAN AS 
FAUVILLE-EN-CAUX 3 – PRESQU ILE 2 
GRUCHET FC 2 – VALLEES/CAUDEBEC 2 

SENIORS APRES MIDI D3 GROUPE I
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 12H30 
LA FRENAYE AS 2 – MANEGLISE FC 2 
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 – 14H30 
GODERVILLE US 2 – ANGERVILLE O. AS 
POINTE DE CX ES – ST LEONARD 76 JS 
HAVRE US ST THOMAS – LILLEBONNE US 3 

Ou en est le salaire minimum et le revenu disponible individuel, en Europe

Sur 28 États membres, 22 disposent d’une législation nationale qui établit un salaire minimum. Les six autres pays (Autriche, Chypre, Danemark, Finlande, Italie, Suède)  ont fixé un salaire minimum par branches ou prévoient que les salaires minimums soient déterminés par négociation entre les partenaires sociaux. Selon Eurostat, au sein des Etats membres en ayant instauré …

Continue reading

CLASSEMENT DES BUTEURS

anigif pub braysportsanigif pub braysportscap-finances-baptiste-mazure2

Classement Des Buteurs 2018/2019

MISE A JOUR DU CLASSEMENT 28 MAI 2019

Retrouvez le classements des meilleurs buteurs de la saison 2018/2019 dans le pays de Bray ( Uniquement buteurs championnats)  

RCUS FORGES-SEP BLANGY

RCUSF 20-12 SEPBB

Forges remporte le derby!

Le derby s’annonçait chaud entre Forges et Blangy. Un match retour aux saveurs de revanche pour le RCUSF qui voulait effacer la défaite 22-15 encaissée à Blangy, le 07 octobre dernier. Alors, ce dimanche 20 janvier 2019 après-midi, sur leurs terres, au stade Camille Planelles, lors de la 8e journée du championnat 3ème/4ème série, les Forgions n’ont pas fait de cadeau aux joueurs du SEPBB.

Forges s’est imposé sur le score de 20à 14, signant ainsi une deuxième victoire en championnat. Un résultat qu’il faudra confirmer dimanche prochain à Barentin.

Commandez vos mugs personnalisés, logo, texte, photos……christophe@braysports.fr
Classement 3ème/4ème série
Partenaires BRAYSPORTS sur la rencontre RCUSF-SEPBB
Cliquez sur l’image pour visionner + de 460 photos de la rencontre

COUPE DE CROSS

COUPES DE CROSS PAYS DE BRAY

3ème étape à Neufchâtel samedi 2 février 

Combien seront-ils le 2 février sur les bords de la Béthune, à défendre leurs chances lors de la 3ème journée de la 49 ème saison des coupes de cross du Pays de Bray ? Fort nombreux comme à Conteville (343) et à Mesnières (265) et pourquoi pas avec de nouveaux coureurs n’ayant pas disputé les 2 premières journées, espèrent les 3 organisateurs que sont la ville de Neufchâtel, l’école Claude Monet et l’Amicale Neufchâtel Athlétisme. Alors que la ville de Neufchâtel mettra le terrain et le matériel à disposition, les enseignants et les parents d’élèves de Monet assureront la constitution des petits sacs aux arrivées, la restauration d’après course des participants et la tenue du stand « buvette et crêpes » au profit de la coopérative de l’école.

l’ANA quant à elle sera responsable de l’encadrement technique et sportif de la compétition. Maryline Hombecq nouvelle directrice du groupe scolaire et Catherine Sanson responsable en titre comptent également sur les parents et sur l’équipe enseignante locale afin d’encourager le maximum de petits neufchâtellois à courir à domicile. Si les 2 villes de Neufchâtel (519 pts) et de Forges les Eaux (426 points) semblent solidement accrochés aux 2 premières marches du classement général, la lutte pour la troisième place va par contre se jouer serrée entre les 4 SIVOS du Petit Bray (325 pts), de l’Eaulne (263 pts), de la Béthune (246 pts), et du Mont Arnould (245 pts). Derrière MOB (156 pts) et le nouveau SIVOS de l’Epte (126 pts) risque de concourir au coude à coude alors que Quiberville (105 pts) et Aumale ( 102 pts) vont tout faire pour demeurer dans le top 10 devant Bosc le Hard, Hanvoile, Caule Ste Beuve, Eawy et BBC… S’agissant de la dernière étape avant la finale du 16 mars à Sommery ou s’effectuera la remise officielle de toutes les récompenses, rappelons que comme l’an passé, en plus des classements habituels, la marque de fidélité, instituée en faveur des microbes est désormais étendue à toutes les catégories pour les concurrents ayant couru les 4 courses et n’étant pas déjà primés au titre du classement individuel.

Finale à Sommery

L’organisation de la finale du 16 mars prise en charge par la commune de Sommery en collaboration avec le club de l’ANA est déjà sur les rails. Aussi, afin de faciliter le lourd travail de collecte de récompenses auprès des élus et des villages participants, Nicolas Lorphelin et Daniel Corroy qui aideront à l’organisation de cette finale seront présents à Neufchâtel afin que vous puissiez déjà éventuellement les informer de vos intentions de dons. D’avantage de renseignements auprès de Daniel Corroy au 02 35 93 82 91.

Personnalisez vos mugs, BRAYSPORTS réalise vos mugs personnalisés!
Cliquez sur l’image pour télécharger votre dossard

EAWY BASKET SAINT-SAENS

EBSS 18-42 ROUXMESNIL U13F

Des maillots neufs pour les U13fémines

Samedi 19 janvier 2019, les U13 féminines de l’EB saint-Sans recevaient leurs horloges de Rouxmesnil Bouteilles, pour le compte de la 2ème journée du championnat département 3. Malgré des équipements neufs offerts par les sociétés POLIMETAL et EAWY ARCHITECTURE, les jeunes filles ont dû s’incliner 18 à 42.
Prochain match pour les U13 féminines à Saint Nicolas d’Aliermont le samedi 26 janvier.

Les Bois Brayons, partenaire pour les reportage photos ce samedi 19 janvier 2019
Cliquez sur l’image pour visionner les photos de la rencontre

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr & Pubs» au prix de 2.5 euro (possibilité de tirage papier) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.
Télécharger le bon de commande, tarif et procédure pour retrouver le numéro de vos photos: Bon de commande

Commandez vos mugs personnalisez! christophe@braysports.fr

EBSS 50-51 BOLBEC U18F

Défaite dans les prolongations pour les U18

Au terme d’une rencontre animée entre deux belles équipes de ce championnat U18, les filles de Bolbec se sont imposées en prolongation d’un petit point. Un match qui s’est joué à pas grand chose. Pour les filles de Ludovic Dumouchel, il faudra rebondir vite, et cela passe par un succès samedi prochain à domicile face à Offranville.

Cliquez sur l’image pour visionner les photos de la rencontre

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr & Pubs» au prix de 2.5 euro (possibilité de tirage papier) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.
Télécharger le bon de commande, tarif et procédure pour retrouver le numéro de vos photos: Bon de commande

Ou les jeunes vont-ils étudier après le baccalauréat : sur place ou dans d’autres académies ?

À l’entrée dans l’enseignement supérieur, 6 bacheliers sur 10 choisissent une formation dans une autre zone d’emploi que celle où ils étudiaient en terminale. Cette mobilité dépend de la diversité de l’offre locale de formation. Elle varie aussi selon l’origine sociale des jeunes, selon l’INSEE. Les changements d’académie à l’entrée dans l’enseignement supérieur sont en revanche moins …

Continue reading

Discussion sur la révolution ukrainienne

Le mouvement populaire qui a soulevé l'Ukraine durant l'hiver 2013-2014, dit « Révolution de Maïdan », est un événement peu connu de l'histoire révolutionnaire récente. Souvent caricaturé comme un conflit entre pro-européens et pro-russes, puis considérée comme simplement fasciste, la révolte ukrainienne reste aujourd'hui mal comprise de ce côté-ci de l'Europe. Pourtant, de nombreuses similitudes la rapproche du mouvement qui bouleverse aujourd'hui la France : la révolte des Gilets Jaunes.

C'est dans ce contexte que nous invitons deux personnes ayant participées au mouvement ukrainien sur la place Maïdan, à Kiev. L'un est ukrainien et l'autre est française. Elle traduira la discussion.

C'est une très bonne occasion de se retrouver et de pouvoir échanger autour d'un événement révolutionnaire passé, et de prendre un peu de recul sur le mouvement des Gilets Jaunes.

Si vous le pouvez, avant de venir, regarder le magnifique reportage sur le sujet : Winter on Fire (disponible sur Netflix) (http ://www.allocine.fr/film/fichefilm_gen_cfilm=239862.html)

Venez dès 18h. Ramenez de quoi grignoter.

lundi 21 janvier 18h à la conjuration des fourneaux 149 rue saint Hilaire Rouen.

Historique des armes dites « non-létales »

Une enquête — historique, technique et géographique — sur les armes à létalité réduite, c'est-à-dire toutes les armes de la police censées ne pas tuer. A lire en trois parties, par le site Reims Médias Libres. Ces extraits ont été originellement publiés en 2015, depuis l'arsenal s'est développé, mais cet article conserve toute sa pertinence.

Depuis les évènements du 7, 8 et 9 janvier 2015, le ministère de l'Intérieur a demandé aux maires de consulter leur police municipale sur l'opportunité d'armer ces agents. Dans la région, Châlons-en-Champagne a décidé de franchir le pas et Reims a lancé une réflexion sur ce sujet. Si armement il y aura, il sera question d'armes à létalité réduite, renommée "non-létale" par les médias. Il apparaît donc important de se pencher un peu sur ces joujoux dont vont probablement disposer de plus en plus de policiers municipaux.
Dans une série de trois articles, seront étudiés l'utilisation effective en France de ces armes, ensuite ce qu'il se fait dans les autres pays et le commerce de ces armes. Mais d'abord, commençons cette série par un petit historique.
Irlande du Nord : Laboratoire de la première génération

Historiquement, donc, si la présence d'arme non-létale est à constater un peu partout, et surtout dans les colonies dès le début du siècle dernier, les premiers à utiliser de manière répétée et réfléchie ces armes vont être les britanniques. L'Irlande du Nord est considérée comme le laboratoire des armes non-létale sur les populations locales de la Métropole. Leur utilisation va intervenir dans deux circonstances, sommes toutes très différentes : l'interrogation des prisonniers de l'IRA et la gestion des émeutes. La première de ces utilisations sera qualifiée de "traitements inhumains et dégradants" par la Cour Européenne des Droits de l'Homme dès 1976. En revanche, la seconde utilisation, celle durant les manifs, va poser beaucoup moins de problèmes éthiques.
Les britanniques testent. La Squawk Box fait partie de leur arsenal non-létale. Il s'agit d'une boite qui émet deux hyperfréquences différentes [par exemple 16 000 Hz et 16 002 Hz], qui une fois mixées par l'oreille deviennent insupportables, et causent des étourdissements, des nausées et des évanouissements.
Les armes non-létales deviennent très rapidement létales, Il s'agit des prémices de ces armes et les tests grandeur nature à Belfast font plusieurs morts.
En 1970, apparaissent des balles en caoutchouc, puis en plastiques, qui tueront 17 personnes, connues. Entre 1973 et 1998, la BBC estiment que les forces britanniques ont tirés 125 000 balles en plastique sur le sol irlandais.
Le Royaume-Uni n'obtient pas du tout l'effet escompté, l'utilisation de ces armes va intensifier le conflit.
Le parlement britannique interdit l'utilisation des armes à létalité réduite partout en Grande-Bretagne, sauf en Irlande du Nord...
En 1995, les nord irlandais perdent leur privilège d'unique victime des armes non létales au Royaume-Uni. Le quartier de Brixton, dont la très grande majorité de la population est noire, s'embrasse suite à la mort de Wayne Douglas en garde à vue. La police utilise des armes non létales face aux habitants de Brixton.
Le Non-Fatal Offences Against the Person Act de 1997 qui interdit l'utilisation "de la chaleur, de la lumière, de l'électricité, du bruit, ou toute forme d'énergie" contre les personnes va rendre illégal un bon nombre de ses armes, bien que leur utilisation continue...
Ces armes à létalité réduite se voient donc utiliser contre des populations sur lesquels la police possède une très grande marge de manœuvre puis peu à peu cette utilisation s'étend à un pan plus large de la société. Ainsi, en 2011, lorsque Tottenham, loin d'être un ghetto uniquement constitué de noirs, s'émeute suite à la mort d'un homme de 29 ans, tué par un policier, la Metropolitan Police annonce son intention de se servir de balles en caoutchouc, celles testées pendant des années en Irlande du Nord. Tout le Royaume-Uni devient donc un terrain d'application d'un savoir faire acquis contre une minorité.
Un développement international grâce aux États-Unis

Pendant plusieurs années, la Grande-Bretagne en Irlande et Israël en Palestine vont être les seuls à avoir une utilisation industrielle du non-létale. De nombreux pays s'en servent bien sûr mais cela reste ponctuel, et surtout plutôt secret. Peu se vantent de l'utilisation de ces armes.
Il va falloir attendre 1991 et le lancement par Dick Cheney, secrétaire d'État à la défense, d'un groupe de travail autour des armes non-létales pour que celles-ci gagnent leur respectabilité.
En 1992, les casques bleus de l'ONU utiliseront ce type d'arme en Somalie, notamment canons à eau et gaz lacrymogènes. En 1996, l'OTAN organise un séminaire autour de leur utilisation, 12 pays membres y participent (Allemagne, Belgique, Canada, Danemark, États-Unis, France, Grèce, Italie, Norvège, Pays-Bas, Royaume-Uni et Turquie), en revanche, il n'y a pas de trace significative de leur conclusion. La même année, la réflexion lançait aux États-Unis aboutissait à la Directive 3000.3, document considéré comme fondateur de la théorie de la non-létalité qui concluait :
« Les armes non létales sont des armes discriminantes qui sont explicitement mises au point et principalement utilisées pour frapper d'incapacité le personnel et le matériel, avec un minimum de risque mortel, de lésions permanentes au personnel et de dommages indésirables aux biens et à l'environnement ».

La Somalie devient un laboratoire pour les États-Unis. Ils y testent de nombreux gadgets, dont le sticky foam, sorte de mousse gluante et acide qui empêcherait les mouvements de la personne qui la reçoit.
Les tests de certaines de ces armes vont s'avérer concluants, d'autres non, pas de nouvelle par exemple du sticky foam... Elles vont donc être testées aux États-Unis.
D''abord dans les quartiers noirs où tout le monde se souvient des émeutes de 1992 à Los Angeles, dans le quartier de Watts, après la mort de Rodney King. Puis peu à peu à chaque fois où il y a une foule à gérer. Le sommet du G8 de Seattle va servir de terrain d'entraînement grandeur nature pour tout un tas de lacrymogènes, projectiles, etc. Dernièrement, la gestion policière du mouvement Occupy Wall Stree témoigne de la généralisation des gaz et projectiles non létaux.
Les États-Unis servant de modèle vont inspirer les français et d'autres pays occidentaux, qui par le biais de revente de leur savoir-faire vont peu à peu développer ces armes à létalité réduite partout dans le monde.

En France, un outil contre les quartiers

La France utilise très vite les gaz lacrymo et les bâtons de défense dans la gestion de foule lors de la période de l'après-guerre. En mai 68, les CRS ont déjà dans leur arsenal les matraques et les gaz. Les meurtres policiers de 1961 ont tout de même marqué une bonne partie de la population et il s'agit ici de manifestations d'étudiants pour la plupart, il n'est pas question d'en tuer à la pelle. Les armes non-létales trouvent donc leur utilité dans cette volonté, ou plutôt impossibilité politique, de ne pas toujours tuer.
Les lacrymos et les canons à eau, même si ces derniers sont peu utilisés en France il est vrai, vont devenir une image d'Épinal des manifs, à tel point que plus personne ne sera choquée par leur usage. En revanche, dans les quartiers se développe une toute autre vision. Avec l'arrivée de Mitterrand, la gauche souhaite éviter de trop tuer, la violence des derniers ministres de l'intérieur (dont les deux tarés Marcellin et Poniatowski) a un tant soit peu écorné l'image de la police dans les couches populaires. C'est donc en 1982 qu'arrivent les célèbres GOMM-COGN de l'entreprise ManuFrance tirées par des fusils à pompe. Les policiers vont très vite les adopter et leur présence va se généraliser dans les rangs des forces de l'ordre au cours des années 1980, notamment dans les quartiers.
En 1992, les premiers Flash-Balls font leur apparition suite à des émeutes ayant mis en grande difficulté la police. "Ils sont destinés à être utilisés uniquement dans les cas de légitime défense pour arrêter un individu menaçant les policiers d'un pistolet à grenaille ou d'une arme blanche" selon Pierre Richert, leur concepteur. En 1994, la création de la BAC de nuit puis leur généralisation en 1996 va permettre aux armes non létales, notamment Flash-ball, de connaitre une utilisation quotidienne dans les banlieues grâce à leur côté ludique, les flics les considèrent comme des jouets, dont ils peuvent se servir quand ils veulent contrairement aux armes à feu. En 1999, le Flash-Ball superpro arrive dans les mains des policiers, fabriqué par Verney-Carron, il dispose d'un double canon de 44 mm et crée une détonation équivalente à un calibre 12. Après les émeutes de 2005, des Flash-Ball encore plus puissant remplacent les anciens, ces armes additionnées à l'esprit de vengeance des policiers tendront vers une utilisation plus nombreuse et plus violente.
Dans le même temps, en 2004 le Taser X6 arme la police française pour la première fois. Il envoie deux dards délivrant une décharge comprise entre 20 000 et 50 000 volts avec un ampérage de 0.0036 amp. D'abord conçu pour la police nationale, son usage est élargi à la municipale en 2008, ce que le conseil d'État annulera en 2009 dans un premier temps avant qu'un autre décret n'autorise définitivement le Taser pour les policiers municipaux.

Partout, le même schéma

Dans ce petit historique, nous avons pu voir que l'utilisation de ces armes dites "non-létales" était dans un premier réservé aux populations de seconde zone à l'intérieur des métropoles, les irlandais du nord pour le Royaume-Unis, les habitants de banlieues en France. Puis sous l'impulsion des États-Unis, la plupart des pays ont élargi leur utilisation à toutes les personnes confrontées à la police. Elles sont devenues un outil primordial dans la gestion de foule et il est actuellement impossible de participer à une manifestation sans être face à une police possédant plusieurs de ces armes (matraques, lacrymo, Flash-ball, Taser), dans les quartiers elles font partie du quotidien de nombreuses personnes.
Dans un second chapitre, nous reviendrons plus en détail sur les caractéristiques de ces différentes armes, on étudiera un peu aussi les dorénavant célèbres grenades de désencerclement et on tentera de faire un bilan, malheureusement non-exhaustive, des victimes de ces armes.

P.-S.Une série de quatre articles sur l'utilisation du son comme arme sur le site Article 11

Le Havre : Solidaires au soutien des gilets jaunes

Les syndicats Solidaires ont voté au niveau national leur soutien aux gilets jaunes. Pour la base du Havre présente depuis le début du mouvement, c’est l’occasion de donner sa vision du conflit social, des manifestations et des violences policières. A lire: [LIVE] L’acte 10 des gilets jaunes au Havre

L’article Le Havre : Solidaires au soutien des gilets jaunes est apparu en premier sur Seinomedia.fr.

La place des groupes et réseaux d’enseigne dans le commerce

L’INSEE a présenté deux notes intéressantes sur l’organisation du commerce en France. La première dresse un portrait des groupes dans le commerce. Près d’une société commerciale sur dix fait partie d’un groupe en 2016. Bien que minoritaires en nombre, ces sociétés emploient 71 % des salariés et réalisent 80 % du chiffre d’affaires du commerce. L’organisation en …

Continue reading

[radio]#Épisode 12 Domestiquer Les Contestations

Le gouvernement vient d'avancer la possibilité de la création de 6 nouveaux réacteurs nucléaires alors même que la nouvelle loi sur la transition énergétique ne semble pas être une priorité pour l'Etat.

Un nouvel EPR est en construction depuis 2007 à 3H30 de la ville de Rouen : Flamanville. Avec de très nombreux déboires, liés à des pièces défectueuses mais aussi au coût qui avait été sous-estimé. Par ailleurs, le projet très contesté d'enfouissement sur le site de Bure est toujours d'actualité et ce, malgré une très grande opposition ; en plus d'un parc nucléaire obsolète, des milliers de tonnes de matières radioactives circulent partout en France dans des convois ferroviaires. Le nucléaire est présent partout, et parce que le nucléaire ne doit jamais être une histoire de spécialistes, nous vous proposons une série de documentaires radio réalisés par le collectif « La fabrique de l'oubli ».

Épisode 12 : Domestiquer la contestation
1. « Avec la société nucléaire, l'utopie perd tout sens... »
Société nucléaire, Roger Belbéoch, Encyclopédie philosophique universelle,
2. Domestiquer les écolos chevelus
Ce titre est emprunté à un chapitre de Sezin Topçu, La France nucléaire.
L'art de gouverner une technologie contestée, Éditions du Seuil, 2013. Le texte qui court tout le long de cet épisode est largement inspiré de ce
chapitre.
3. Visite du Général de Gaulle au centre nucléaire de Marcoule
Les Actualités françaises, 6 août 1958, archives INA.
4. Entretien du Premier Ministre Pierre Messmer avec Jean-Marie
Cavada
Office national de radiodiffusion télévision française, 6 mars 1974, archives INA.
5. Manifestation nucléaire à Fessenheim
Alsace soir, 26 mai 1975, Archives INA.
6. Extrait de Plogoff, des pierres contre des fusils, Nicole Le Garrec,
1980.
7. Extrait de Plogoff, des pierres contre des fusils, Nicole Le Garrec,
1980.
8. Centrale nucléaire de Saint-Laurent-des-Eaux
JT Reims, 9 avril 1975, Archives INA.
9. Manifestation de Creys-Malville
JT FR3, 1er aôut 1977, Archives INA.
10. Incidents entre policiers et écologistes lors de l'arrivée du Pacific
Crane ce matin à Cherbourg
Normandie Soir, 4 août 1981, Archives INA.

Le projet de Nucléaire, la fabrique de l'oubli est né après la lecture de Oublier Fukushima, d'Arkadi Filine, et de La supplication, Tchernobyl, chronique du monde après l'apocalypse, de Svetlana Alexievitch.
À la lecture de ces livres, le sentiment que 25 ans après « quelque chose » se rejouait prenait à la gorge. Après le 11 mars 2011, nous étions gavés d'une bouillie d'informations sur la situation à Fukushima. Et puis très vite, comme toujours, au milieu du flot continu des nouvelles, le drame japonais est devenu obsolète. La catastrophe de Fukushima est toujours en cours, celle de Tchernobyl aussi.
Au travers d'autres lectures, il est très vite apparu que le désastre du nucléaire n'était pas que celui des catastrophes, mais bien celui de la routine de la société nucléaire et de la façon dont nous nous en accommodions.

Est donc née l'envie de partager ces textes et d'y réfléchir collectivement. Un petit groupe s'est créé avec le projet de concevoir un document radiophonique. Au bout de deux ans de travail, nous présentons Nucléaire, la fabrique de l'oubli. Deux ans pour lire, écrire, discuter, enregistrer, monter ce document. Nous ne faisons partie d'aucune organisation, nous ne sommes pas spécialistes du nucléaire et nous ne sommes pas non plus spécialistes des techniques sonores. Nous avons appris en faisant à plusieurs.

Nucléaire, la fabrique de l'oubli est un assemblage d'extraits d'analyses, de témoignages, de textes littéraires, d'archives sonores. En une quinzaine d'épisodes de quarante minutes, nous avons essayé de dérouler un fil, d'apercevoir cette société nucléaire qui par son omniprésence se fait oublier.

Communauté urbaine : Lemonnier s’offre (encore) des voeux

Officiellement élu mardi 15 janvier, le conseil communautaire de Le Havre Seine Métropole présente ses voeux 2019 ! L’occasion d’en savoir un peu plus sur les modalités de cette communauté urbaine ? Réponse jeudi 17 janvier dès 18h ! A lire: [LIVE] Le premier conseil communautaire de Le Havre Seine Métropole

L’article Communauté urbaine : Lemonnier s’offre (encore) des voeux est apparu en premier sur Seinomedia.fr.

Communiqué des prisonniers du centre de rétention de Oissel en lutte !

La lutte dans les centres de rétention continue... et s'amplifie ! Aujourd'hui 11 janvier c'est au tour du centre de rétention de Oissel de partir en grève de la faim. Les keufs ont bien compris le danger d'une grève de la faim qui s'étend de CRA en CRA. Alors aujourd'hui celui qu'ils considéraient être un leader a été plusieurs fois convoqué par le chef du CRA pour lui mettre des coups de pression : interdiction de visites si les gars ne se remettent pas à manger, transfert punitif à Marseille loin de sa famille... Deux autres retenus ont été placés à l'isolement au CRA après avoir refusé le repas. Pour le moment on n'a pas de nouvelles d'eux.

Aujourd'hui un des prisonniers de Oissel a aussi raconté une violence qu'on passe souvent sous silence : les agressions sexuelles des policiers. Dans le communiqué de Mesnil aussi, les prisonniers témoignent pour une victime d'un viol policier qui depuis s'est fait déporter.
La parole des copains est écoutable pendant presqu'une heure dans cette émission.

Communiqué des prisonniers en lutte de Oissel (Rouen) !

Nous relayons ici le communiqué des copains :

Aujourd'hui 11 janvier, nous rejoignons nous aussi la lutte dans les centres de rétention contre les conditions d'enfermement et les violences policières quotidiennes. Nous sommes déjà presque 40 en grève de la faim.
Sur les conditions d'enfermement ici y a beaucoup à dire.
Déjà la bouffe n'est pas bonne, rien n'est propre. Quand on mange, les policiers ils nous regardent et utilisent leurs smartphones. On a l'impression qu'ils nous snap, ce qui est sûr c'est qu'ils se moquent de nous.
Hier à un vieux gars d'ici qui mangeait lentement, les policiers lui ont mis la pression pour qu'il finisse plus vite : « Hé India ! Hé India ! Dégage ! Il te reste plus qu'une minute ! »
Ici on nous respecte pas.
Pour boire de l'eau c'est aux toilettes. Si tu tombes malade, c'est qui qui te soigne ? Pas la police en tout cas !
On nous traite comme des animaux, et pendant les visites la porte continue d'être ouverte et les policiers continuent de nous écouter. Ils continuent de nous empêcher tout contact avec nos proches, même de faire la bise à ta femme.
Ici il y a eu des histoires de viols pendant la fouille.
On a décidé de pas tout casser. Parce qu'on veut pas se faire accuser « d'ancien taulard vener », pourtant y a de quoi ici.
Ici tu peux même pas cantiner et la bouffe est vraiment dégueulasse.
Ici il y a plein de profils différents : travailleurs, ceux avec un titre de séjour d'un autre pays [européen] mais que l'État veut quand même déporter au pays. Puis y a plein de nationalité enfermées !
Chez les femmes aussi, là-bas c'est la galère.
Même quand t'as ton passeport et que tu veux rentrer… Bah il se passe rien et on te laisse à galérer. Nous ici on comprend rien.
Hier on a parlé avec Mesnil Amelot. Là-bas aussi c'est le système du bon et mauvais flic. Nous aussi on va lutter avec eux !
Ici, à Oissel, on nous a déjà gazé dans le bâtiment. Hier ils ont voulu prendre des contacts dans des smartphones en fouille... pour voir de quel pays on pouvait venir. C'est totalement illégal !
Ici il y a beaucoup de gens, ils se coupent les veines, on doit appeler nous-mêmes l'ambulance. Et quand elle arrive, la police, la seule chose qu'elle veut savoir c'est qui a appelé. Et les flics nous engueulent.
Y a un gars ici, il a des problèmes aux reins et il pisse du sang. Elle a fait quoi la police ? Elle lui a donné un doliprane. De toute façon à l'infirmerie c'est soit doliprane soit drogue.
Pour la justice... Même quand y a des vices de procédure on nous libère pas. On nous donne des numéros pour connaître nos droits. Personne n'a jamais répondu.
Après le premier communiqué, on avait vu le chef du centre. On avait décidé d'être gentils mais ça sert à rien.
Ce qu'on vit c'est le néo-colonialisme. La France a colonisé nos pays avant et maintenant ça...
Nous on a toutes nos attaches ici : parents, copines, poto, famille.
On nous dit que si on nous libère on va s'enfuir. Mais on va s'enfuir où ? Y en a ici ils sont venus pour demander la protection à l'État français... Et là c'est la protection qui t'enferme !
Y en a marre de tout ça !
Nous les enfermés on voit plus nos proches, les allers retours CRA-Prison-CRA empirent encore tout ça.
On va pas passer notre vie à être enfermés !
On appelle les autres centres de rétention à rentrer en grève de la faim avec nous et ceux de Vincennes et Mesnil en banlieue parisienne !

Les retenus du CRA de Oissel le 11/01/2019

Pour rappel il y a quelques semaines un communiqué était déjà sorti de ce même centre de rétention (disponible ici). Les prisonniers avaient des revendications très claires que nous recopions ici :

Nous revendiquons :

  • La fermeture de ce centre de rétention qui n'est plus en état d'accueillir des humains dignement.
  • Le changement de l'équipe de policiers de jours, présente depuis trop longtemps et qui se comporte comme une mafia.
  • La fin des violences policières au centre de rétention et pendant les déportations.
  • La fin des condamnations inutiles à de la prison, comme quand on est condamné pour avoir refusé d'aller voir le consul.
  • Un véritable accès aux soins.
  • Respect de l'intimité des parloirs, et des parloirs qui durent plus longtemps pour respecter le besoin de voir ses proches.
  • Un accès permanent à la cour.
  • La fin de l'isolement, qui est un moyen de pression à l'intérieur. C'est un endroit où on nous torture moralement et physiquement.
  • La fin des actes racistes de l'administration ou de la police.

Des retenus du centre d'Oissel, le 27/12/2018

Pour nous contacter pour s'organiser et diffuser les infos : anticra@riseup.net

Ecole maternelle obligatoire

L’école obligatoire à 3 ans !! Le ministre de l’éducation nationale vient d’annoncer la mise en place de l’obligation scolaire à 3 ans pour la rentrée prochaine. Des statistiques nous informent que 97,6 % des enfants de 3 ans et quasiment 100% des enfants de 4 à 5 ans sont scolarisés. Quelle avancée pédagogique cette obligation […]

Rester informé sur les élections européennes de mai prochain, dans chacun des pays qui votent

Alors que s’ouvrent les congrès des partis politiques européens, première étape vers les élections de mai 2019, beaucoup d’interrogations se font jour sur les bouleversements en cours au sein des démocraties libérales. Le départ des députés britanniques et l’affaiblissement des principaux partis créeront une nouvelle donne au Parlement européen à un moment crucial pour l’Union. …

Continue reading

Communauté urbaine du Havre : qui gagne ? qui perd ?

Le conseil communautaire de Le Havre Seine Métropole a rendu son verdict mardi 15 janvier. En effet, les 129 nouveaux conseillers ont élu leurs président, vice-présidents et membres du bureau communautaire. Un partage équitable ? A lire: [LIVE] Le conseil de la CODAH du 19 février 2018

L’article Communauté urbaine du Havre : qui gagne ? qui perd ? est apparu en premier sur Seinomedia.fr.

L’acte X à Rouen : tout ce qu’il faut savoir et bien plus…

Le Grand débat national a commencé hier à Bourgtheroulde, dans une ambiance de complaisance génerale avec le président et toujours sans notre parole. On ne pouvait d'ailleurs même pas s'approcher de cette ville de 3000 habitants, protégée par 2500 gendarmes. Là-bas, le port du Gilet Jaune était hier puni de 135 euros d'amende. Bref, des conditions idéales pour ouvrir le débat.

Ce débat a donc bien pour but de canaliser le mouvement de colère dans une forme d'inertie où l'Etat décide de toutes les règles. C'est ce qui est contenu dans l'idée d'un débat purement "consultatif".

Il faut faire la démonstration collective dans la rue que nous ne nous laissons pas avoir par cette tentative grossière de fabrication d'un consentement, alors même que le mouvement ne souhaite que le départ de ceux qui prétendent parler à notre place.
Nous voulons pouvoir exprimer par nous-mêmes ce que nous voulons et non être réduits à remplir des cahiers de doléance. Nous ne sommes pas des gueux, ils ne sont pas nos rois.

Rendez-vous donc à Rouen ce samedi 19 à 10h. Le lieu de regroupement sera donné le matin même sur cette page.
Le midi, un pic-nic aura lieu sur la place de l'hôtel de ville, donc apportez de quoi manger et boire, mais surtout pas de couteau (sinon vous pouvez vous faire embarquer par les flics pour port d'arme.)
Un deuxième départ se fera à 14h à partir de l'hôtel de ville

Apportez vos gilets et de quoi faire du bruit.

Rappel de quelques conseils :

La stratégie est la même, éviter les quais rive gauche où la police cherche chaque fois à nous envoyer. Rester dans l'hyper-centre : nous sommes plus visibles et bien plus gênants.
Attention aux unités de la Bac, et surtout aux camionettes banalisées de la B.R.I d'où peuvent sortir des agents aux mauvaises intentions.

Voilà une carte des lieux de pouvoirs rouennais pour nous donner des idées.

Quelques conseils pour bien se préparer :

  • Manuel de survie en garde à vue : Ce petit guide a pour objectif de donner corps à une généralisation du silence, à l'extension la plus universelle possible du sabotage du travail policier.
  • En cas de garde vue n'oubliez surtout pas que vous n'avez en aucun cas besoin de donner votre code pin en garde vue voici quelques explications ici.
  • Si vous voulez vous organiser en une medic team voici une brochure très utile : « Les gestes à adopter en manif », recensant l'ensemble de l'armement utilisé par la police en contexte de manifestations, et indiquant les réactions adaptées à chaque type de blessure.
  • En cas d'arrestation ou si vous avez besoin du numéro d'un avocat avant la manifestation, contactez le 07 68 84 84 92 ou via le FB : Legal Team Rouen.
  • Filmer la police c'est se protéger, protéger les autres et se défendre. alors voici un guide

Un cadavre exquis public au Diable au Corps

« Le cadavre exquis boira le vin nouveau ».

C'est la première phrase qui fut réalisée par le jeu inventé dans les années 20 par les surréalistes. L'idée est simple, un jeu d'écriture collaboratif « qui consiste à faire composer une phrase, ou un dessin, par plusieurs personnes. »

Il y a plusieurs façons de jouer, et ici nous vous proposons ici une manière plus étendue : l'écriture collective d'une nouvelle. Le principe est simple : on lance les inscriptions jusqu'au 29 janvier.
On tire au sort l'ordre d'écriture le 30.
On commence l'écriture le 1er février.

Chaque participant se voit attribuer un jour d'écriture. Chacun doit donc écrire, le jour J, une à deux pages maximum et la publier en capture d'écran sur la page de l'événement avant minuit. Ainsi tout le monde pourra suivre l'avancée quotidienne de l'histoire aux multiples auteurs, essayer d'influencer les prochains contributeurs, donner son avis, en toute bienveillance bien sûr !

Le diable au corps réserve 5 places. Il reste donc 23 jours à pourvoir. Pour s'inscrire, merci d'écrire un message sur la page de l'événement !
Faites-le rapidement et invitez vos amis à l'événement !

Tout le monde peut participer, qu'on habite à Rouen ou pas, puisque tout se fera à distance. Cependant, a la fin, on organisera un vernissage où tout le monde pourra se rencontrer et repartir avec une version papier de la nouvelle !

Le diable au corps
100 rue Saint Hilaire, 76000 Rouen

en savoir plus sur le diable au corps : 159

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes