Tous les articles par dans Saint Etienne du Rouvray

Moufid Taleb : l’aventure comme horizon

Moufid Taleb va partir pour le Grand Nord au printemps prochain. Son objectif ? Traverser le Groenland en solitaire et sans assistance.

Vous avez peut-être croisé Moufid Taleb dans les rues de Saint-Étienne-du-Rouvray, tractant des pneus au bout d’une corde. Entraînement insolite pour un jeune homme de 27 ans qui est sur le point de réaliser son rêve. « Le Grand Nord est une terre magique, à la fois merveilleuse et hostile. Les récits des explorateurs Fridtjof Nansen ou Mike Horn ont nourri mon désir de le découvrir », révèle le Stéphanais. L’hiver dernier, il se rend au Svalbard, un archipel de la Norvège, et éprouve une émotion intense, porté par la contemplation de paysages où le sublime et le tragique se mêlent, où chaque effusion de vie est un spectacle. L’envie de se confronter à cette nature et d’éprouver ses propres limites l’a poussé à ce défi extrême : traverser le Groenland d’Est en Ouest, sur 600 kilomètres en tirant, sur la calotte glaciaire, une luge d’une centaine de kilos contenant son matériel, ses vivres et sa tente. Seul, il reliera deux villages inuits, parcourant l’équivalent de Rouen-Toulouse en ligne droite avec, pour uniques moyens de communication, un téléphone satellite et une balise SOS. Dans ces contrées, les vents peuvent atteindre 200 km/h et la température ressentie peut chuter à – 60°C.

– 60°C ressentis

Novice en la matière, Moufid Taleb n’en garde pas moins la tête froide. « J’ai conscience des risques, je m’y prépare. » Il apprend ainsi à construire un igloo à l’aide d’une scie à glace ou à s’orienter en observant les formes du glacier. Cet hiver, il suivra un stage de préparation aux expéditions polaires en Suisse et traversera le parc naturel du Sarek en Suède pour confirmer sa préparation. « La vie passe vite. Cette expédition demande tellement d’investissement et de temps que je ne me voyais pas commencer par une autre aventure », affirme-t-il, déterminé.Pour ce faire, Moufid Taleb a convaincu des sponsors et remporté la bourse de l’aventure de la Guilde européenne du Raid. Des producteurs audiovisuels s’intéressent déjà à son expédition. La Ville soutient aussi « ce projet hors du commun qui est une opportunité pour tous puisque Moufid partagera son expérience et ses connaissances de la biodiversité du Pôle avec les Stéphanais », souligne Édouard Bénard, adjoint au maire, notamment à la culture et aux sports.

D’ici le grand départ au mois d’avril, le jeune développeur en informatique continue de tirer cent kilos de pneus à travers sa ville natale, guidé par la magie des nuits bleutées de l’Arctique.

L’article Moufid Taleb : l’aventure comme horizon est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Sortie en forêt et remise en forme

Des balades actives en forêt, accessible à tou·te·s, sont animées par le Club gymnique stéphanais. Ces activités sont gratuites, sur inscription et se déroulent un jeudi après-midi sur deux (hors vacances scolaires) en forêt du Madrillet.

  • De 14 h à 16 h. Rendez-vous forêt du Madrillet, rue de la Mare Sansoure. Renseignements et inscriptions au 06.79.08.56.23.

L’article Sortie en forêt et remise en forme est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Moment partagé avec son enfant

Dans le cadre des « Rendez-vous du jeudi », « Partager un moment plaisir avec son enfant [0-5 ans] : découvrir la lecture, s’initier aux jeux… » avec l’intervention de l’association APELE Interlude.

  • De 14 h à 16 h, salle d’animations partagée de la bibliothèque Louis-Aragon. Atelier pour adulte. Gratuit. Renseignements et inscriptions obligatoires au 06.79.08.56.23.

L’article Moment partagé avec son enfant est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Sortie en forêt

Le service développement social propose des sorties en forêt animées par Grégory du Club gymnique stéphanais. Ces sorties sont accessibles à toutes et tous. Au programme : marche en forêt et ramassage de déchets.

  • De 14 h à 16 h, forêt du Madrillet. Métro arrêt Technopôle et bus 27 arrêt Mare aux Sangsues. Gratuit Inscriptions et renseignements au 06.79.08.56.23.

L’article Sortie en forêt est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

« C’est déjà de la danse »

Le Rive Gauche inaugure la première édition du temps fort « C’est déjà de la danse ! » qui se déroule du 5 au 30 janvier dans la salle stéphanaise et dans les structures partenaires.

Jeudi 21 janvier, 20 h 30

Re:incarnation

Qudus Onikeku – The QDance Company

Qudus Onikeku, danseur chorégraphe originaire du Nigéria, poursuit son exploration de la mémoire corporelle, avec dix jeunes danseurs de son pays. Débordant d’énergie, portés par des rythmes urbains joyeux, mêlant hip-hop, capoeira, arts du cirque, ils offrent une danse généreuse pleine de fougue et d’espoir.

La suite du programme est à retrouver sur lerivegauche76.fr ou dans le programme 2020/2021. Renseignements au 02.32.91.94.94.

Mardi 26 janvier, 20 h 30

The Great He-Goat – Cie Mossoux-Bonté

Dix gardiens enfermés une nuit dans un musée. Au fil des heures, ils se trouvent entraînés dans l’univers du peintre Goya et perdent tout repère. L’une des œuvres de la période la plus sombre du peintre et de l’Espagne, Le Grand Bouc, inspire cet étrange et fascinant tableau vivant en mouvement.

Jeudi 28 et vendredi 29 janvier, 20 h

Vice Versa – Cie Mossoux-Bonté

+Impressions, nouvel accrochage – Herman Diephuis

Une soirée en deux temps composé d’un duo de femmes explorant les gestes de l’intimité, de la Cie Mossoux-Bonté, et d’un duo inspiré des notions récurrentes de l’impressionnisme, signé Herman Diephuis.

L’Etincelle, Théâtre(s) de la Ville de Rouen, salle Louis-Jouvet, en partenariat.

Samedi 30 janvier, 18 h

une maison – Christian Rizzo

Le chorégraphe Christian Rizzo s’empare du thème universel de la maison avec treize danseurs, dans une scénographie de toute beauté.

Opéra de Rouen Normandie, en coaccueil.

L’article « C’est déjà de la danse » est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Rendez-vous du mardi

Deux mardis matins par mois, des rendez-vous gratuits sur des thématiques variées (environnement, santé, insertion, accès aux loisirs, culture…) sont proposés au sein du centre socioculturel Georges-Brassens ou en dehors. Le 12 janvier sera dédié à une visite de l’éco-appartement suivi d’un atelier « Mon jardin dans un bocal » via « Mon p’tit atelier de la COP21 » de la Métropole.

  • De 9 h à 11 h, éco-appartement, rez-de-chaussée de l’immeuble Hauskoa, 2 rue de la Chartreuse. Gratuit. Renseignements et inscriptions au 02.32.95.17.33.

L’article Rendez-vous du mardi est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Atelier bien-être

Un moment de détente pour découvrir différentes astuces coiffure et bien-être. Au programme : relaxation (apporter tapis de sol, coussin et plaid).

  • De 9 h à 11 h 30, loge de la tour Calypso, rue Eugénie-Cotton. Gratuit. Renseignements sur place lors des ateliers ou auprès de l’animatrice au 06.21.18.44.16.

L’article Atelier bien-être est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Le petit commerce secoué par la crise

À l’approche de Noël, il manque un air de fête. Le deuxième confinement a surpris les commerçants de proximité même si tous ne sont pas logés à la même enseigne.

Début novembre, quatre-vingts maires de Seine-Maritime – dont Joachim Moyse – publiaient une lettre ouverte au président de la République et au Premier ministre, pour les alerter sur le risque que faisait courir le deuxième confinement aux commerces de proximité. Pour certains, cette fermeture forcée a fait l’effet d’une douche froide. « Je ne m’y attendais pas », avoue Carmen Panadero qui tient la boutique de prêt-à-porter As de cœur, avenue Olivier-Goubert. Si, au premier confinement, elle arrive à s’en sortir grâce aux mesures de soutien mises en place et un peu trésorerie elle vit plutôt mal cette nouvelle mise en quarantaine. « Comme beaucoup, je me suis mise au Click & Collect, à partir de ma page Facebook », explique-t-elle.

Une « punition »

Avec des journées à rallonge pour prendre en photo la marchandise, organiser les rendez-vous, les éventuelles reprises, Car- men Panadero sauve au moins la moitié de son chiffre d’affaires. C’est aussi l’option qu’a choisi le fleuriste, situé à deux pas rue Léon-Gambetta : « L’espace presse est resté ouvert et on a mis une table dehors pour les commandes passées sur les réseaux sociaux », indique de son côté Isabelle Torreton.

Nathalie Pelfrene, qui tient le salon de coiffure Nath & Meches au centre commercial du Château blanc en revanche ne décolère pas, avec ce sentiment « qu’il y a eu deux poids deux mesures ». « Pendant un mois, je n’ai pas pu travailler et il n’y aura pas de rattrapage. Pourtant le salon est aéré, nous avons respecté tout le protocole sanitaire. Ce deuxième confinement a été pour nous comme une punition ! » Quant aux promesses d’aides, Nathalie Pelfrene les mesure surtout à la réalité de son compte en banque. Et pour l’instant, le compte n’y est pas. « Je n’ai pas pu obtenir l’aide aux loyers* mise en place par la Métropole de Rouen et la banque n’attend pas pour prélever les agios. »

Autre son de cloche du côté des commerces alimentaires qui admettent ne pas avoir à se plaindre. « Beaucoup de personnes étant en télétravail et les restaurants étant fermés, nous avons été très sollicités durant le premier confinement – en particulier pour les livraisons – moins pour le second confinement, mais nous avons gardé les nouveaux clients », souligne Éric Thomas, primeur rue Olivier-Goubert. « Nous avons récupéré une clientèle de quartier », confirme Hervé Pruvost qui tient, lui, le bar-tabac presse devant le parc du Champ des Bruyères, plus touché par les travaux menés autour de l’ancien hippodrome.

Vente à emporter

Plus difficile est la situation des restaura- teurs pour lesquels le confinement a été prolongé jusqu’au 20 janvier. Ceux qui le peuvent se rabattent sur la vente à emporter et attendent eux aussi « les aides promises par l’État », résume Jocelyne Ressencourt du restaurant Le Commerce, rue Lazare-Carnot. L’enseigne travaille surtout avec une clientèle d’entreprises et a gardé le lien là encore grâce à sa page Facebook.

Entre le 9 et le 12 novembre 2020, une enquête flash réalisée par la chambre de commerce et d’industrie (CCI) de Normandie auprès de 400 commerçants normands montrait que 56 % d’entre eux avaient trouvé une solution pour vendre leurs produits à distance et à 70 % grâce aux réseaux sociaux. À l’occasion du deuxième confinement, la CCI mettait en place, en partenariat avec La Poste, une boutique de vente en ligne « Ma ville mon shopping » accessible aux commerçants. Mais, pour la plupart, ces derniers ont préféré jouer la carte de la proximité avec ce qui reste leur meilleur atout : leur clientèle. « Les gens ont été très solidaires et ça a fait chaud au cœur ! » reconnaît Carmen Panadero.

* Dans le cadre du Plan local d’urgence solidaire

L’article Le petit commerce secoué par la crise est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

La chasse aux trésors au coin de la rue

Guidés par leur smartphone, des milliers de promeneurs vadrouillent sur des dizaines de kilomètres en ville ou dans la nature à la recherche d’objets cachés. C’est le principe de l’application gratuite Géocaching très utilisée lors du confinement. Il y a aujourd’hui plus de 3 millions de géocaches dans le monde.

On les trouve parfois dans la forêt du Madrillet. Ils tournent en rond, soulèvent une pierre, regardent dans un tronc… ce sont les géocacheurs, des utilisateurs de l’application Géocaching qui permet, via le système de géolocalisation de leur smartphone, de partir à la recherche d’objets cachés par d’autres utilisateurs. Pour chaque objet, des coordonnées approximatives sont accompagnées d’un texte qui sert d’indice. Un trésor à la clé ? Pas du tout. Le plus souvent, ce sont des petites boîtes hermétiques qui renferment une liste de noms auquel chaque géocacheur ajoute le sien. « On a découvert ça pendant les vacances cet été sur un sentier de randonnée. On a vu un logo, on a téléchargé l’application et on a appris l’existence de tous ces endroits dans les environs où des inconnus cachent des choses », explique Christophe, un habitant de Sotteville-sous-le-Val (76). Avec sa femme Natacha et son fils Guillaume, ils ont créé « la Team Viking », c’est le nom de géocacheur qu’ils inscrivent sur les objets qu’ils trouvent. En septembre dernier, la team fait route vers la forêt du Madrillet où une poignée de ces « géocaches » ont été dissimulées au cours des dernières années. « On a trouvé un premier objet, puis un deuxième et on a voulu en trouver un troisième. On a fini par faire une bonne balade d’une dizaine de kilomètres ! », se rappelle Christophe qui vante chaudement les multiples qualités de ce loisir dont l’application existe depuis déjà dix ans et qui comptabilise aujourd’hui plus de trois millions d’objets cachés dans le monde.

Apprendre en s’amusant

« C’est à la fois individuel pour celui qui trouve et collectif car tout le groupe s’amuse à chercher. C’est aussi une bonne manière d’apprendre à s’orienter ou de s’instruire en s’amusant. Certaines géocaches vous entraînent dans des endroits de votre ville que vous ne connaissiez pas, d’autres où vous n’auriez jamais mis les pieds et l’objet referme parfois des explications historiques sur le lieu où vous vous trouvez. »

Un bon prétexte

Actuellement en service civique dans les centres socioculturels, Maxime Eitler a eu l’idée de se servir de Géocaching pour animer une séance du club science et nature (chaque mercredi de 17 h à 19 h, hors confinement). « Le mieux pour aborder les aspects de la nature, c’est de mettre les gens dans la nature. Ce jeu est un bon prétexte, on cherche un trésor et on en découvre plein d’autres, en observant les arbres, les insectes, etc. Les enfants ont adoré ! Ils ont vu qu’il suffit parfois de s’arrêter un moment et d’observer autour de soi pour découvrir plein de choses que l’on croit cachées et qui sont en fait sous nos yeux.»

Lexique

Parlez-vous géofrançais ?

Géocache

Lieu où se trouve un objet dissimulé par les géocacheurs pendant leur pratique du geocaching.

Géomoldus

Combine le préfixe « géo » avec le suffixe « moldu », un terme emprunté à l’univers Harry Potter. Ce qui fait du géomoldu une personne néophyte du géocaching et qui ne perçoit pas la magie de cette chasse au trésor.

Handicaching

Pratique du géocaching permettant aux personnes en situation de handicap d’accéder aux endroits où sont dissimulées les géocaches. Les géocacheurs indiquent l’accessibilité d’une géocache dans leur application.

Écocaching

Opération de nettoyage environnemental qui consiste à ramasser les déchets trouvés en même temps que la chasse au trésor.

Apérocache

Terme inventé par la communauté de joueurs français qui organisent des rencontres entre géocacheurs. S’apparente au « géodating » qui applique le loisir à une opération de rencontre entre deux personnes.

Objets voyageurs

Se dit des objets, souvent sans valeur, placés dans les géocaches. Les géocacheurs peuvent les prendre pour les placer dans une autre géocache et l’indiquer à son premier propriétaire. Certains objets font ainsi le tour du monde.

L’article La chasse aux trésors au coin de la rue est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Vidéo : un Noël en couleurs

Les lieux culturels sont fermés ? Le conservatoire de musique et de danse s’invite chez vous ! En partenariat avec le centre socioculturel Georges-Déziré, ils ont réalisé un court-métrage pour mettre de la couleur et de la joie dans le cœur des Stéphanais pendant les fêtes de fin d’année. Installez-vous confortablement pour découvrir les quatre morceaux de ce concert virtuel.

L’article Vidéo : un Noël en couleurs est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Un·e agent·e d’entretien et de restauration

Au sein du département Propreté des locaux et Atsem, vous serez placé (e) sous la responsabilité d’un.e coordinatrice.teur propreté des locaux, vous assurez l’entretien des locaux et participez à la participerez à la distribution et service des repas sur l’école Ampère élémentaire.

Votre planning annuel de travail est organisé en deux cycles distincts: temps scolaires et non scolaires. Vous travaillerez 36h60 par semaine sur cycle scolaire avec un roulement sur trois semaines, du lundi au vendredi avec une prise de poste à 6h45. Pendant les périodes de congés scolaires vous travaillerez 35.00 h semaine sur 5 jours du Lundi au Vendredi pour assurer des missions de maintien de la propreté des locaux municipaux selon les besoins du service.

Vos missions seront les suivantes :

  • Nettoyage des locaux (écoles et sur l’ensemble des bâtiments municipaux) dans le respect des normes d’hygiène spécifiques aux locaux et aux surfaces à entretenir
  • Accompagnement des enfants sur les temps des repas
  • Tri et évacuation des déchets courants
  • Entretien courant et rangement du matériel utilisé
  • Contrôle de l’approvisionnement en matériel et produit
  • Participation aux travaux de remise en état des locaux pendant les vacances scolaires : décapage des revêtements de sol au mouillé ou à sec, nettoyage des revêtements de sols textiles par shampoing…

Profil

  • Expérience significative sur un poste similaire est exigée
  • Diplôme souhaité : CAP maintenance et hygiène des locaux ou BEP Métier de la propreté et de l’environnement
  • Connaissance des techniques de nettoyage et de désinfection, des produits et règles de dosage, des matériels
  • Connaissance des règles d’hygiène spécifiques au nettoyage des locaux
  • Connaissance des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire
  • Connaissances des consignes de prévention et de gestes et postures
  •  Autonomie et rigueur au travail
  • Aisance relationnelle avec les enfants, capacité à s’adapter
  • Aptitude au travail en équipe

REMUNERATION : statutaire + régime indemnitaire + prime de fin d’année + avantages en nature

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire
Département des ressources et relations humaines Hôtel de Ville – CS 80458
76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX
ou par e-mail : courriel@ser76.com
référence de l’offre : DPLAGL-122020

L’article Un·e agent·e d’entretien et de restauration est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Dix questions sur la vaccination

Avec l’arrivée prochaine en France de vaccins contre la Covid-19, en toute fin d’année ou en début d’année prochaine, de nombreuses questions émergent sur fond de défiance. Le docteur Jean-Philippe Leroy, référent vaccination au sein du Pôle santé publique du CHU de Rouen, répond aux principales interrogations. Avec une bonne dose de pédagogie.

1- Avec un vaccin injecte-t-on toujours une version atténuée de la maladie que l’on souhaite combattre ?

Non, ce n’est plus le modèle le plus fréquent. C’est le principe des vaccins comme celui mis au point par Jenner contre la variole au XVIIIe siècle. Depuis, on a commencé à utiliser des virus inactivés pour apprendre au corps à se défendre. Puis des fragments de virus que l’organisme reconnaît. Le tout avec davantage d’efficacité.

2- Quelle est la nouveauté avec ces vaccins contre la Covid-19 ?

Il y a beaucoup de recherche sur plusieurs types de vaccins. Mais ceux conçus par les laboratoires Pfizer/ BioNTech ou Moderna, qui seront les premiers à être commercialisés, sont des vaccins à ARN messager. Ce seront les premiers à être utilisés chez l’homme. Schématiquement, il s’agit d’injecter à une personne un code génétique qui va faire produire au corps des protéines. Les protéines choisies sont celles qui permettent au virus de s’attacher aux cellules, il s’agit des spicules du Coronavirus, ces pointes qui entourent son noyau. Le but est alors d’empêcher le virus de se développer.

3- A-t-on assez de recul pour savoir si ces vaccins à ARN messager sont efficaces et s’ils possèdent des effets secondaires dangereux pour l’homme ?

En fait, les coronavirus ne sont pas une nouveauté. C’est le SARS-CoV-2 qui l’est. D’autre part, l’utilisation d’un ARN messager n’est pas non plus une nouveauté et des recherches existent depuis de nombreuses années à ce sujet. C’est son utilisation dans le cadre d’un vaccin chez l’homme qui l’est. Mais les premiers tests, après que les scientifiques chinois ont dressé la carte génétique du virus dès janvier, ont commencé il y a déjà près de six mois. Il est donc vrai de dire que ces vaccins ont été mis au point rapidement, mais sans brûler les étapes, et avec toutes les garanties sanitaires que l’on peut attendre pour un tel produit qui semble être particulièrement efficace.

4- Pourquoi a-t-on l’impression que la mise au point des vaccins a été plus rapide que d’ordinaire ?

Ce qui s’est passé, c’est que, face à l’urgence sanitaire, les phases d’essais, de plus en plus étendues, ont été « tuilées » pour gagner du temps. Mais toutes ont bien eu lieu. Quant au montage financier, toujours complexe pour de telles recherches qui nécessitent de gros investissements, il a été accéléré par l’appui des gouvernements, notamment celui des États-Unis.

5- Quand devrait-on débuter la campagne de vaccination et qui décide de son organisation ?

En France, elle devrait débuter fin 2020 ou au tout début de l’année 2021 et doit se décliner en cinq phases. C’est la Haute autorité de santé (HAS) qui fait ses préconisations au ministère de la Santé en fonction des informations fournies par les laboratoires et des recommandations faites par les experts indépendants qui travaillent au sein de l’HAS.

6- Qui va-t-elle concerner ?

La phase 1 va concerner les résidents des établissements d’hébergement pour personnes âgées dépendantes (Éhpad) et les soignants qui y travaillent et sont atteints de certains problèmes de santé. Au total, on parle d’environ deux millions de personnes. La phase 2, celle qui va s’adresser aux personnes à risque, notamment les seniors, va, elle, concerner environ quinze millions de personnes, soit environ trente millions de doses de vaccin car les deux premiers mis au point nécessitent deux injections.

7- Comment va-t-on être vacciné ?

Il ne faut pas imaginer qu’on ira chercher son vaccin à la pharmacie dans un premier temps comme avec celui de la grippe. Pour l’heure, le vaccin est conditionné en flacon de cinq ou dix doses. À chaque phase correspondra une organisation différente. Selon le type de vaccin disponible et sa conservation, les médecins généralistes, les infirmières, les pharmaciens ou un centre de vaccination seront sollicités.

8- Si je suis un jeune adulte sans problème de santé particulier, quand pourrais-je me faire vacciner ?

Certainement pas avant la phase 4, voire la phase 5. Cela devrait nous emmener jusqu’à l’automne 2021 pour toucher l’ensemble de la population.

9- Pourquoi a-t-on entendu dire que les moins de 18 ans ne seraient pas vaccinés ?

Actuellement nous avons peu d’information sur les résultats de la vaccination au-dessous de 16 ans. Les moins de 18 ans sont par ailleurs moins à risque de Covid grave, nous avons donc un peu de temps pour compléter les informations manquantes et plus tard proposer une vaccination.

10- Si le virus évolue, devra-t-on se faire à nouveau vacciner avec une nouvelle version du vaccin chaque année comme avec la grippe ?

Jusqu’à présent, les études montrent que le récepteur du virus qui nous intéresse et que cible le vaccin est relativement stable. Il n’évolue pas beaucoup. Et si le vaccin devait être « recalé » au fil des mois, cela pourrait se faire en quelques semaines.

L’article Dix questions sur la vaccination est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Un·e ludothécaire multimédia

La ludothèque est un lieu de vie, de convivialité et de rencontres intergénérationnelles et interculturelles où les adhérents jouent ensemble et peuvent emprunter des jeux. Sous la responsabilité du responsable de la division « Ludothèque » et en vous appuyant sur la ludothèque et ses projets, vous participerez à la bibliothéconomie et l’animation de la division ludothèque. Enfin vous conserverez et assurerez la promotion des collections. Vos missions seront les suivantes :

  • Concevoir et mettre en œuvre des activités ludiques à dominantes numériques : Bâtir des projets d’animation et de médiation, soit individuels soit collectifs, à destination d’une partie des publics, composer un répertoire d’actions ludiques en lien avec les TIC, rédiger des fiches « action » et leur évaluation
  • Entretenir les relations avec les publics via les TIC et les réseaux sociaux : utiliser les outils informatiques pour promouvoir et valoriser l’ensemble des actions programmées par la ludothèque, contribuer aux productions écrites et visuelles
  • Participer à la gestion de l’ensemble des ressources : analyser les besoins ludiques et les attentes des usagers, contribuer à l’acquisition et au renouvellement des collections
  • Préserver le partage des collections ludiques : équiper les nouvelles références, procéder régulièrement au rangement et au nettoyage des zones de travail et des outils utilisés, vérifier le contenant et le contenu d’une boîte de jeu
  • Communiquer avec la population et les professionnels : relayer l’offre en services de la collectivité et celle des associations de proximité tout en actualisant ses connaissances, accompagner et aider les usagers dans leurs recherches ou dans leurs consultations documentaires
  • Participer aux événementiels et aux actions transversales : proposer et mettre en œuvre des activités ludiques en fonction d’objectifs transversaux, rencontrer des interlocuteurs variés dans le cadre de réunions de coordination et de réunions d’évaluation, valoriser le jeu sous toutes ses formes et l’offre municipale auprès de nouveaux publics.

Profil

  • Vous devrez justifier au minimum d’un diplôme bac + 2 dans les métiers du livre, de l’animation, de la culture ou l’éducation, vous justifiez d’une expérience professionnelle ludothèque ou dans l’animation notamment dans le multimédia
  • Connaissance dans le domaine du jeu (édition et animation) et du multimédia
  • Aptitude à l’animation, qualité rédactionnelle
  • Vous êtes organisé(e), curieux(euse), dynamique et avez l’esprit d’initiative
  • Vous détenez des qualités relationnelles, d’écoute, pédagogique
  • Vous aimez travailler en équipe et partenariat
  • Vous maîtrisez les outils numériques
  • Disponibilité demandée : du mardi au samedi jusqu’à 18 heures et deux dimanches deux fois dans l’année et une soirée chaque 2ème vendredi de chaque mois jusqu’à minuit.
  • Permis B (Déplacements sur plusieurs sites stéphanais ou hors commune)

REMUNERATION : statutaire + régime indemnitaire+ prime de fin d’année

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire Département des ressources et relations humaines

Hôtel de Ville – C.S. 80 458 76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX

ou par e-mail : courriel@ser76.com

Référence de l’offre : LUDOLU-122020

L’article Un·e ludothécaire multimédia est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Un·e chargé·e de recrutement

Sous la responsabilité du responsable de la division recrutement, vous êtes chargé.e des procédures de recrutement des remplacements ou des renforts, au sein de la collectivité, de la définition du besoin de recrutement à l’arrivée des nouveaux recrutés. Vous aurez également en charge leur gestion et leur suivi. En suppléance, vous pourrez être amené.e à réaliser des recrutements sur poste permanent. Vos missions sont les suivantes :

  • Définition et mise en œuvre du processus de recrutement par typologie d’emploi (poste permanent / renfort / remplacement) : participation à la définition et à la rédaction des profils de poste, rédaction et diffusion des annonces de recrutement, réception et sélection des candidatures, organisation et participation aux jurys de recrutement…
  • Gestion et suivi des contractuels : suivi des remplaçants/ renforts en poste ou en fin de contrat, élaboration et suivi des outils de recrutement et des tableaux de bord d’activité, gestion des contractuels et du suivi de leur affectations entre les services, proposition de règles de gestion en matière de remplacement d’agents momentanément indisponibles ou de renfort , conseil auprès des responsables de service sur les contraintes juridiques et les procédures internes de la collectivité
  • Mise en place et maintien d’un vivier de remplaçants /renforts
  • Mise en œuvre des opérations administratives et réglementaires nécessaires au recrutement : réalisation des formalités administratives obligatoires avant embauche (demande de casier, planification de la visite médicale préalable avant l’embauche…)
  • Participation aux projets transversaux de développement RH

Profil

  • Diplôme de niveau Bac+2 en Ressources Humaines, vous devrez justifier d’une expérience en recrutement de minimum 6 mois
  • Connaissance des techniques d’entretien de recrutement
  • Connaissance du statut de la fonction publique ainsi que des règles des recrutements contractuels
  • Maîtrise des outils bureautiques
  • Qualité rédactionnelle
  • Sens de la communication et de la négociation – Esprit de synthèse – Discrétion – Rigueur – Méthode
  • Goût pour le travail en équipe
  • Sens des relations humaines

Rémunération : statutaire + régime indemnitaire + Prime de Fin d’Année.

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire Département des ressources et relations humaines

Hôtel de Ville – CS 80458 76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX

ou par e-mail : courriel@ser76.com

L’article Un·e chargé·e de recrutement est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Sortie en forêt et remise en forme

Des balades actives en forêt, accessible à tou·te·s, sont animées par le Club gymnique stéphanais. Ces activités sont gratuites, sur inscription et se déroulent un jeudi après-midi sur deux (hors vacances scolaires) en forêt du Madrillet.

  • De 14 h à 16 h. Rendez-vous forêt du Madrillet, rue de la Mare Sansoure. Renseignements et inscriptions au 06.79.08.56.23.

L’article Sortie en forêt et remise en forme est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Atelier urbain citoyen, mémoire de quartier

La Maison du projet est un lieu d’information et de concertation sur le Nouveau programme national de la rénovation urbaine. Ce lieu est gratuit et ouvert à tou·te·s. Cet atelier a pour objectif la création d’une exposition autour des témoignages, photographies, journaux, etc. sur le quartier du Madrillet.

  • De 9 h à 11 h, Maison du projet, place Jean-Prévost. Gratuit. Renseignements et inscriptions au 06.70.07.16.74

L’article Atelier urbain citoyen, mémoire de quartier est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Plan local d’urgence sociale: des actions «plus» concrètes

Le premier volet de Plan local d’urgence sociale (Plus) à destination des plus fragiles ont été présentées lors du conseil municipal du 10 décembre.

Initié en octobre par le maire Joachim Moyse suite à l’annonce du second confinement, le Plan local d’urgence sociale (Plus) de la Ville se décline dès cette fin d’année en une trentaine d’actions. Elles doivent répondre à dix priorités identifiées par les services municipaux et les élus. «Il s’agit d’aller au devant des conséquences que peut avoir la crise sanitaire sur la vie des plus fragiles, réagit Joachim Moyse. Beaucoup de moyens de soutien existent déjà, car les questions de solidarité sont l’ADN des politiques de la Ville depuis plus de 60 ans, mais la situation nous exhorte à en faire encore plus, ce plan d’urgence porte donc bien son nom.» Associations et commerçants sont également concernés par ce plan dont le surcoût a déjà été intégré au budget 2021.

«Le nombre de tournées pour le portage de repas à domicile est déjà passé de trois à quatre quotidiennement en 2020, c’est un des investissements conséquents qui entrent dans ce plan d’urgence», indique le premier élu. Dès début 2021, de nouveaux ordinateurs et imprimantes vont être mis à la disposition des habitants dans différents lieux d’accueil de la ville, avec accompagnement d’un agent. Objectifs: renforcer le contact aux usagers et favoriser l’aide aux démarches administratives. Pour les Stéphanais·es les plus en difficulté, des aides financières d’urgence pourront être débloquées.

Les associations pourront bénéficier de subventions exceptionnelles et d’un soutien logistique et matériel (prêt d’un véhicule, ouverture d’une salle…), des réductions de loyer seront possibles pour certains commerçants. La Ville va également lutter contre le décrochage scolaire, développer les emplois aidés et les possibilités de stages pour les jeunes. «Le Plan aura ainsi un impact à long terme, notamment grâce au financement de formations exceptionnelles pour la petite enfance, nos jeunes doivent être mieux protéger des effets de la crise, ajoute Joachim Moyse. C’est en somme un engagement financier, collectif et humain avant tout.»

Un soutien psychologique gratuit

Dans le cadre du «Plus», des permanences d’écoute et de soutien psychologique sont ouvertes, gratuitement, à tous les Stéphanais·es. Un psychologue spécialiste des risques psychosociaux et des thérapies comportementales et cognitives reçoit sur rendez-vous à la Maison du citoyen. Uniquement sur rendez-vous le jeudi matin jusqu’à la fin mars, excepté le jeudi 31 décembre.

  • Informations et rendez-vous : contacter Frédéric Tran au 07.67.70.81.92 ou par courriel à l’adresse frederictran@free.fr

L’article Plan local d’urgence sociale: des actions «plus» concrètes est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Les élus approuvent un budget «de solidarité et d’efficacité» pour 2021

Le conseil municipal a voté le budget 2021 lors d’une séance organisée en «présentiel» mais à huis clos. Le maire a également présenté le premier volet du Plan local d’urgence sociale (Plus).

À l’heure même où le Premier ministre Jean Castex annonçait un déconfinement limité avec l’instauration d’un couvre-feu durci le 15 décembre et la fermeture prolongée des établissements recevant de public, le conseil municipal se réunissait jeudi 10 décembre pour une séance organisée en «présentiel» mais à huis clos. Afin de garantir le caractère public des débats municipaux, la séance était néanmoins retransmise en direct sur le site internet et la page Facebook de la Ville.

Un «plus» à 250.000 euros

Comme annoncé en octobre, le maire Joachim Moyse a couronné le traditionnel tour de parole de début de séance par la présentation des premières mesures concrètes du plan local d’urgence sociale (PLUS). Un premier volet qui se décline en dix axes et dont le coût se chiffre à plus de 250.000 euros. Ce «Plus» comprend notamment la mise en place de permanences de soutien psychologique, l’attribution d’aides sociales exceptionnelles pour les habitant·e·s les plus fragiles, des subventions aux associations et des réductions de loyers pour les commerces occupant des cases municipales. L’ensemble des groupes s’est félicité de cette main tendue aux Stéphanais·es qui subissent les conséquences de la crise sanitaire.

Le budget à l’équilibre malgré «un contexte dégradé»

S’en est rapidement suivi le débat sur le budget 2021 de la Ville, principal sujet à l’ordre du jour. Les élus l’ont approuvé à l’unanimité moins l’abstention du groupe Nouveau Parti anticapitaliste et Citoyens indépendants républicains et écologistes. Chiffré à 54,6 millions, ce budget à l’équilibre prévoit de ne pas augmenter les taux d’imposition tout en réduisant l’endettement de la commune. «C’est un budget de solidarité et d’efficacité, a résumé Hubert Wulfranc, conseiller et député de Seine-Maritime. Mais face à l’équilibre extrêmement fragile de la situation, il faut garder à l’esprit que ça ne peut pas durer 107 ans !» Des propos qui faisaient référence à la crise sanitaire et aux multiples baisses de dotations de l’État aux collectivités, et dont Pascal le Cousin (Communistes et citoyens) s’est aussi fait l’écho: «Dans un contexte social dégradé et malgré le désengagement de l’État, il y a de quoi être inquiet. Il faut saluer l’engagement fort de la Ville pour les plus modestes et le maintien de ses grandes ambitions.» Au-delà des 250 000 euros dédiés au «Plus», la Ville confirme ses investissements conséquents pour les projets de la nouvelle médiathèque et de construction d’un nouveau groupe scolaire rue Pierre-Sémard. «Ces investissements sont d’autant plus nécessaires au vu du contexte actuel», a justifié Gabriel Moba (Élu·e·s soclalistes écologistes pour le rassemblement).

Deux absentions et des propositions

Pour le Nouveau Parti anticapitaliste (NPA), Noura Hamiche a également pointé les multiples «baisses des dotations de fonctionnement attribuées aux collectivité par l’État, […] nous ne pouvons qu’être inquiets des répercussions de ces politiques de l’État sur la commune, c’est pourquoi je m’abstiendrai sur ce vote». À l’autre bout de la salle, Sarah Tessier (Citoyens indépendants républicains et écologistes) a également justifié l’abstention de son groupe : «Je suis en faveur des actions menées auprès de la population et notamment celles du «Plus», mais je m’abstiens de voter ce budget qui comporte des choses avec lesquelles je ne suis pas d’accord.»
Au nom de groupe Europe Écologie les Verts, David Fontaine a regretté que “ces choses” ne soient pas explicitées afin qu’un débat puisse avoir lieu. Il s’est ensuite félicité de ce budget qui «s’appuie sur un principe de solidarité» tout en indiquant pouvoir «aller plus loin» étayant plusieurs propositions comme «développer le bio dans les écoles», «équiper le Rive Gauche d’un écran de cinéma» ou «de mettre un en place des conseils de quartier, un conseil municipal des adolescents», une initiative qui, si elle prenait forme, serait, à coup sûr, elle aussi retransmise en direct sur internet.

L’article Les élus approuvent un budget «de solidarité et d’efficacité» pour 2021 est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Un·e agent·e territorial·e spécialisé·e des écoles maternelles

Au sein de l’école Curie, vous assistez le personnel enseignant pour l’accueil, l’animation et l’hygiène des jeunes enfants à partir de 2 ans. Vous travaillez les lundi, mardi, jeudi et vendredi de 08h15 à 17h15. Durant les vacances scolaires, vous interviendrez en centres de loisirs ou dans les écoles pour effectuer le nettoyage des locaux.

Vos missions seront les suivantes :

  • Assistance au personnel enseignant : accueil des enfants, assistance dans la préparation des activités pédagogiques et éducatives, assistance dans l’animation des activités ;
  • Assistance aux enfants dans les gestes de la vie quotidienne ;
  • Accompagnement des enfants sur le temps des repas : participation à la distribution des repas dans le respect des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire ;
  • Nettoyage des locaux (écoles ou centres de loisirs) ;
  • Tri et évacuation des déchets courants
  • Participation aux travaux de remise en état pendant les vacances scolaires.

Profil

  • Diplômé CAP Petite enfance exigé
  • Expérience souhaitée dans un poste similaire
  • Capacité à créer le contact avec les enfants
  • Souplesse relationnelle, patiente et maîtrise de soi
  • Aptitude à travailler en équipe
  • Connaissance des techniques d’animation de jeux et d’activités
  • Connaissance des règles d’hygiène spécifiques aux locaux nettoyés et des règles d’hygiène et de sécurité alimentaire
  • Connaissance des consignes de prévention et de gestes et postures

Rémunération : statutaire + régime indemnitaire + prime de fin d’année.

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire
Département des ressources et relations humaines Hôtel de Ville – Place de la Libération CS 80458 76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX
ou par e-mail : courriel@ser76.com
Référence de l’offre : DPLAATSEM-122020

L’article Un·e agent·e territorial·e spécialisé·e des écoles maternelles est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Un·e coordonnateur·trice propreté des locaux

Pour un remplacement d’une durée de 6 mois.

Sous la responsabilité de la responsable de la division propreté des locaux et au sein d’une équipe de 3 coordinateurs « propreté des locaux », vous aurez en charge la gestion, le suivi et l’évaluation des moyens humains (15 agents) et matériels mobilisés pour assurer les missions de propreté des locaux sur les différents sites de la Ville (écoles, structures municipales)

Vos missions seront les suivantes :

  • Elaboration et adaptation des plannings de travail des agents à partir des besoins définis : construire et adapter les plannings et activités quotidiennes en fonction des moyens disponibles et des contraintes (absences, présences, aménagements de postes)
  • Accompagnement et animation des équipes dans une démarche de professionnalisation: participer à l’élaboration du plan de formation et accompagner les agents vers un parcours de formation métiers, former et transmettre les savoirs sur site, repérer, réguler et tracer les dysfonctionnements relationnels et organisationnels, accueillir de nouveaux agents
  • Evaluation de l’efficience de l’organisation et des moyens en personnel mis à disposition : participer au repérage des locaux et aider à la définition de besoins, planifier et réaliser les audits qualité sur site
  • Suivi de la mise en œuvre des actions de prévention des risques professionnels et de l’absentéisme : gérer les stocks, contrôler la dotation et l’utilisation des EPI, mettre en œuvre les règles de sécurité, établir les déclarations d’accident de travail, et leur analyse, animer des “quart d’heure sécurité”
  • Conduite des évaluations professionnelles annuelles des agents

Profil

  • Diplômé.e bac professionnel dans les métiers de la maintenance et hygiène des locaux et d’une expérience de deux ans sur un poste similaire Capacité à travailler en équipe ;
  • Aptitudes pédagogiques ;
  • Connaissance des techniques, produits et du matériel de nettoyage et des règles d’hygiène spécifiques aux locaux nettoyés ;
  • Maîtrise des outils bureautiques ;
  • Connaissances des consignes de prévention et de gestes et postures ;
  • Permis B indispensable.

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire
Département des ressources et relations humaines Hôtel de Ville – Place de la Libération CS 80458 76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX
ou par e-mail : courriel@ser76.com
Référence de l’offre : DPLAR-122020

L’article Un·e coordonnateur·trice propreté des locaux est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

[Test] Inovagora – shortcode événement

L’article [Test] Inovagora – shortcode événement est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.