Archive dans 3 novembre 2021

Ne me jugez pas

 Aujourd'hui c'est le premier jour ou je rentre de nuit à vélo, c'est un grand moment comme un rite de passage, les premiers jours sont toujours un peu compliqués le temps de se réhabituer, à l'ambiance, aux bruits, aux angoisses qui reviennent. Pour cela je prends toutes les précautions possibles : gilet, lumières, ... On peut considérer que je suis exemplaire car j'ai même servi de mannequin l'année dernière ! 

En ce moment, les médias alertent sur la dangerosité du changement d'heure et de l'augmentation à cette période des accidents, les associations lancent des opérations comme la FUB avec son "cyclistes brillez", des parades lumineuses sont organisées pour sensibiliser cyclistes et piétons. Et je suis la première à räler après ces cyclistes habillés en noir et sans lumières qu'on appelle les ninjas. 

Cela étant dit, ce matin je prépare tout mon matériel et .... 

Ce soir je m'aperçois que j'ai oublié ma lampe frontale, bon tant pis j'ai une autre (très bonne) lampe sur l'avant du vélo, ça devrait aller 

Et ce qui devait arriver arriva ma lumière avant s'est coupée en plein milieu de la forêt ! Trop loin loin pour faire demi-tour, je me suis retrouvée dans la nuit noire essayant de suivre la ligne droite dessinée par la crête des arbres. Mais j'ai eu un mauvais pressentiment, trouvant ma méthode risquée, mes pneus sont fins et la différence de hauteur entre le chemin et le fossé suffisante pour me faire chuter. Je suis donc descendue de mon vélo et au moment ou je posais le pied celui-ci a effectivement atterri à la limite du fossé ! quelle frayeur !

J'ai continué seule dans la forêt en poussant mon vélo sur plusieurs kilomètres ! En me maudissant, moi exemplaire ? Foutaises ! 

Je suis étourdie, je le sais et je n'y peux rien, il faut vivre avec, alors inutile de me dire ce que j'aurais du faire, je le sais très bien ! Par contre si vous avez un remède définitif contre l'étourderie je prends ! 


24ème petit-déjeuner du Réseau des Ambassadeurs – Table Ronde

PETIT DEJEUNER DES AMBASSADEURS 24

Dans le cadre du mois de l’ESS, l’Agglomération Fécamp Caux Littoral organise à la suite de cette rencontre, une table ronde avec les acteurs locaux et les entreprises sur le thème des Achats Socialement et Écologiquement Responsables. 

Ce rendez-vous a lieu le Mardi 16 Novembre 2021 à 8h00 à l’EPMS de Fécamp – ESAT.

Si vous souhaitez participer, merci de noter que l’inscription est obligatoire. Veuillez remplir ce formulaire afin de réserver votre place !

invitation é' eme petit dejeuner des ambassadeurs

 

The post 24ème petit-déjeuner du Réseau des Ambassadeurs – Table Ronde appeared first on Fécamp Caux Littoral.

Football : le FC Rouen ira à Chambly (N) en Coupe de France

Le tirage au sort du 7e tour de la Coupe de France, efectué ce mercredi 3 novembre 2021, a désigné le FC Chambly comme adversaire des Diabes Rouges.Loin d'être le meilleur tirage possible, d'autant que le FCR devra se déplacer sur le terrain de l'équipe de l'Oise, pensionnaire de National. Le match se déroulera le week-end des 13 et 14 novembre.

Démarche collective pour la révision de la répartition des quotas de pêche, en faveur des pêcheurs normands

3 novembre - L'Organisation des Pêcheurs Normands (OPN) regroupe 240 navires de pêche répartis de Granville au Tréport. Une des missions des Organisations de Pêche est de gérer les quotas fixés au niveau européen, et dont chaque Etat en reçoit une part.
Chaque ministre a ensuite la liberté de mettre en œuvre la gestion qu'il juge la plus adaptée. En France, cette gestion est déléguée aux Organisations de Pêche. Celles-ci reçoivent une part du quota nationale calculée en fonction de l'activité réalisée par (...)

- Actualités /

Tennis de table : Jura Morez trop fort pour Rouen

Le SPO Rouen s'est incliné dans la salle 1000 du Kindarena (1-3) face à Jura Morez ce mardi 2 novembre 2021 pour le compte de la 3e journée de Pro A. Il n'y a pas eu photo entre les Coyotes et le club visiteur, vice-champion de France en titre et champion de France 2019.Le leader local Robert Gardos (28e joueur mondial) a certes remporté son match en ouverture des débats, mais par la suite le camp d'en face a fait parler l'expérience et le talent de son équipe, dont trois membres font partie des 60 meilleurs mondiaux.A noter que Rouen a été pénalisé par l'absence de son numéro 2 Alexandre Robinot, souffrant, ce qui a contraint le coach Stéphane Hucliez à engager dans ce match au sommet le jeune Adrien Rassenfosse. L'international belge de 18 ans a joué crânement sa chance, prenant un set à son adversaire.Avec cette victoire on ne peut plus logique, Jura Morez, plus bel effectif de Pro A, rejoint La Romagne en tête du classement. Rouen pour sa part reste à la 6e place et devra s'imposer à Caen (3e) mardi prochain pour basculer dans la première moitié de tableau.

François Reynaud

Chaque jour, jusqu’à la date du salon du livre de #Pavilly, (qui se déroulera le dimanche 14 novembre), Cultur’Esne vous présente un auteur. Aujourd’hui : François Reynaud.

François Reynaud est né le 10 décembre 1970 à Fontainebleau.
Après une scolarité exemplaire (!)… et quelques changements de domiciles, il échoue à Rouen et commence sa vie active par le métier de… disquaire.
Divers boulots s’enchaînent en ayant toujours en ligne de mire le projet de faire de la BD et d’en vivre (enfin un peu !…..), ce qui n’est pas une sinécure…
Arrivent alors les premières publications dans des collectifs des éditions « Petit à Petit », puis à « l’A.N.B.D », « Varou » et « Clair de Lune » entrecoupés de divers travaux d’illustrations pour divers acteurs de la communication et de l’édition.

Bibliographie
Bande dessinée :
Éditions « petit à petit » (dessinateur, coloriste) :
– « Chansons de Claude François en bandes dessinées » (janvier 2003)
– « La cour des Grands » Tome3 (juin 2004)
-« Rouen » Tome3 (octobre 2017)
-« Dieppe » (juin 2018)
-« Toulouse » Tome1 (octobre 2019)
-« Strasbourg » Tome1 (octobre 2019)
-« Histoires incroyables du Tour de France » (août 2020)
-« Police les métiers en BD » (octobre 2020)
Éditions « Fetjaine » (dessinateur, coloriste) :
– « Claude François chansons en BD » (mars 2012)
Éditions « Clair de Lune » (coloriste) :
– « Cerise et Garou 1. Qui a peur du méchant petit loup ?  » (mars 2011)
– « Cerise et Garou 2. Le loup sort du bois  » (mars 2012)
– « Wally Doyle et le passe-mémoire » (mai 2012)
– « Voisin, voisine Tome1 » (mars 2014)
Éditions « L’Eure du Terroir » (coloriste) :
– « Histoires et légendes normandes Tome3 La marée des âmes » (août 2010)
– « Histoires et légendes normandes Tome4 Petites fées et grandes dames » (août 2011)
– « Histoires et légendes normandes Tome5 Féeries et goublineries » (Août 2013)
– « Histoires et légendes normandes Tome6 Démons et merveilles » (août 2014)
– « Histoires et légendes normandes Tome7 Complainte des flots » (Août 2015)
– « Histoires et légendes normandes. Pays d’Evreux » (août 2016)
– « Mont Saint Michel Histoires et légendes » (mai 2012)
– « Mont Saint Michel Histoires et légendes Tome2  » (août 2017)
– « Ânecdotes ni bête ni têtu » (août 2011)
-« Nono & Moumoune T2  » (septembre 2018)
-« Nono & Moumoune T3  » (août 2019)
-« Nono & Moumoune T4  » (août 2020)
-« Les Vikings » T1 (août 2021)
-« Bibliomanie » (août 2021)
Éditions « A.N.B.D » (dessinateur, scénariste, coloriste) :
– « Au pas de l’âne » (octobre 2005)
– « Variations culinaires » (novembre 2006)
– « De Deep en Dieppe » (septembre 2008)
– « Théo et le dragon volant » (septembre 2008)
– « Les âmes vagabondes » (septembre 2009)
– « Dieppe entre Terre, Ciel & Mer » (septembre 2009)
– « Variations culinaires Tome 2 » (septembre 2011)
– « Retour vers Oméga 3-6-9 » (juin 2012)
– « Normandie mélodie » (juin 2013)
Éditions du Signe (coloriste) :
– « Puy-de-Dôme, Une Terre d’Histoire » (2e trimestre 2021)
Éditions « Print media productions » (coloriste) :
BD : Strip Magazine, « Times Arrow ».
Éditions « PGT » (coloriste) :
-« Objectif F1 » (décembre 2019)

Projection du film « Freddy, les griffes de la nuit » à la bibliothèque Simone-de-Beauvoir

La bibliothèque Simone-de-Beauvoir propose la projection du célèbre film d'horreur "Freddy, les griffes de la nuit", ce vendredi 5 novembre 2021 à 18h30.Attention, le film est réservé aux plus de 13 ans. L'équipe de la bibliothèque vosu invite à vous maquiller et à vous déguiser. C'est gratuit, les inscriptions sont ouvertes.Plus d'informations sur rnbi.rouen.fr.

Collecte décalée des déchets

Pour rappel, ce lundi étant un jour férié (1er novembre, fête de la Toussaint), les collectes des déchets végétaux, des déchets organiques et des déchets de tri sont décalées cette semaine de 24 heures chacune.

C’est à dire :

  • la collecte des déchets végétaux (sacs blancs légèrement transparents) aura lieu en porte à porte exceptionnellement vendredi 5 novembre (au lieu de jeudi habituellement). Merci de sortir vos sacs jeudi soir.
  • les collectes des déchets organiques (bacs à roulettes) et des déchets de tri (sacs jaunes) auront lieu en porte à porte exceptionnellement samedi 6 novembre (au lieu de vendredi habituellement). Merci de sortir vos bacs à roulettes et sacs jaunes vendredi soir.

L’article Collecte décalée des déchets est apparu en premier sur Val de la Haye.

Basket : un pigiste médical pour le RMB

Le Rouen Métropole Basket enregistre la signature du Nigérian Martins Igbanu en tant que pigiste médical. Il vient supléer Isaiah Philmore, blessé et absent pour au moins 8 semaines.Le joueur, qui évolue en 4-5, a été formé aux États-Unis avant de rejoindre l'Europe et la Serbie en 2020.

Rétro Lazer #11

Le nouveau Rétro Lazer est sorti, et il est en vente sur le site de Omaké Books et dans les bonnes librairies ! Plein de chouettes sujets abordés, des origines de Spirou à un récap’ de Gundam en passant par un retour sur le Bébête Show… Autant dire que c’est varié !

Réunions d’information « Katapult »

Le 3 janvier 2022 sera lancé l’appel à candidatures Katapult, l’incubateur normand des entreprises socialement innovantes de l’Adress Normandie. Afin de préparer au mieux cet appel à candidatures, l’Adress Normandie organise des réunions d’information à destination des entrepreneurs du territoire, afin de leur présenter de quelle façon ils peuvent être accompagnés pour développer leurs projets à fort impact social, environnemental et économique.

  • Mardi 16 novembre à 10 h, à l’Atrium, 115 boulevard de l’Europe à Rouen. Réunion en visio jeudi 2 à 18 h et vendredi 10 décembre à 10 h. Renseignements au 02.35.72.12.12 ou adress-normandie.org

L’article Réunions d’information « Katapult » est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray – Site officiel.

taux d’incidence en hausse au 2 novembre

L'Agenbce régionale de santé signale qu'"au 2 novembre, le taux d’incidence en Normandie augmente de +5,8 % par rapport à la semaine passée. À l’exception du département du Calvados (-17% en une semaine), tous les départements présentent une augmentation de leur incidence. L’Eure affiche l’incidence la plus élevée (43,28 cas pour 100 000 habitants) mais stable (+1,2%). L’Orne (+57,6%) et la Manche (+46,6%) connaissent une augmentation importante de leur taux d’incidence, qui reste toutefois à un niveau bas, au-dessous du seuil d’alerte fixé à 50 cas pour 100 000 habitants.   Normandie : +5,8 % (taux d’incidence SPF du 24/10 au 30/10 : 35,72)Calvados :  -17 % (taux d’incidence SPF du 24/10 au 30/10: 39,63)Eure : +1,2 % (taux d’incidence SPF du 24/10 au 30/10: 43,28)Manche : +46,6 % (taux d’incidence SPF du 24/10 au 30/10: 30,8)Orne : +57,6 % (taux d’incidence SPF du 24/10 au 30/10: 33,6)Seine-Maritime : +9,8 % (taux d’incidence SPF du 24/10 au 30/10: 32,3)Comme sur le reste du territoire, la circulation du virus montre des signes de reprise en Normandie. Par ailleurs, le contexte sanitaire est celui d’une probable co-circulation du virus grippal, des autres virus de l’hiver et du coronavirus.Dans ce contexte, restons vigilants : le respect des gestes barrières est essentiel, notamment en présence de personnes fragiles ou en cas d’interaction avec plusieurs personnes dans des lieux clos : port du masque, lavage des mains, limitation des interactions sociales, aération régulière des locaux."

Portrait du mag : Quentin Ménétrier, Monteur attitré

Le festival du court métrage britannique This is England, qui fête ses 10 ans du 12 au 21 novembre, a son technicien à lui : le professionnel du montage Quentin Ménétrier, responsable des sous-titres depuis l’origine.Happy birthday This is England ! Fier de ses 10 ans d’existence, ravi de ses 10 ans de collaboration avec Quentin Ménétrier, directeur technique au rôle mo(n)teur. C’est lui qui a toujours réalisé les sous-titres de ce festival so british 100% V.O.S.T. Passé à la trappe par la faute de la Covid-19 l’année dernière, This is England revient gonflé à bloc avec une 10e édition riche de 96 courts métrages, soit la programmation 2020 plus celle de 2021. Fictions, animations, documentaires. Deux ou trois long métrages en prime. Des milliers d’écoliers, de collégiens et de lycéens attendus au Kinépolis. Le festival, émanation de l’association Rouen Norwich Club, repose sur une équipe de 27 personnes (dont beaucoup d’enseignants).Parmi ces acteurs, l’indispensable Quentin Ménétrier, Mister sous-titres, interlocuteur unique du projectionniste pendant le festival. "J’étais en 1re année de BTS Audiovisuel au lycée Corneille, section montage, quand This is England a émergé. Au bout de deux mois de cours, on a eu un exercice de sous-titrage à partir de films prévus pour la 1re édition. Mon prof a demandé "Qui veut en faire davantage ?". J’ai dit "Moi ! Moi !". Un peu plus tard, il m’a présenté au fondateur du festival, Christophe Thierry : "Tiens, voici ton directeur technique." Ça a été mon 1er salaire, après même pas trois mois de formation..."Le lien entre This is England et les élèves du BTS Audiovisuel perdure : ils assurent chaque année un tiers du sous-titrage (les bandes-annonces, aussi). Le reste revient à l’autoentrepreneur Quentin Ménétrier, prestataire technique officiel du festival. Un natif de Rouen spécialiste du montage, dont l’activité privilégie les clips et les captations vidéo de concerts. "On reçoit un bon millier de films par an. On demande un script voire une liste de dialogues ou des fichiers sous-titres, en anglais, confiés aux traducteurs. Ensuite j’interviens pour créer les sous-titres. C’est un travail de l’invisible : si le sous-titre saute aux yeux, c’est qu’il y a une erreur, une faute de frappe. Un film représente entre 50 et 200 lignes."Travail de l’ombre, travail de fourmi, où tout est calibrage, calage, synchronisation. Réécriture, au besoin, pour adapter les paroles aux images. "Je suis bilingue. Il m’est déjà arrivé de traduire un petit court métrage. A l’âge de deux ans j’avais une Game Boy dans les mains. Je suis vite devenu un grand consommateur de contenus en anglais : jeux vidéo, musique, séries. Je n’aime pas les versions françaises."Quentin Ménétrier a grandi avec This is England. "Ce festival est une chance pour les scolaires. J’aurais adoré le vivre quand j’étais enfant." Du haut de ses 27 ans, il est en ce moment en immersion totale dans les productions à l’affiche du 10e opus. Derrière son ordinateur, en tête à tête avec le logiciel de sous-titrage Aegisub. "Pendant le mois qui précède l’ouverture, je ne vois pas la lumière. Je finis sur les rotules !" This is England en V.O. bien la peine.Plus d'informations : www.thisisengland-festival.com

Chambre des visiteurs : les votes sont ouverts

La Chambre des visiteurs est de retour pour une 6e édition consacrée aux poils, barbe, cheveux et autres expressions qui en parlent. Le public a jusqu'au 5 janvier 2022 pour choisir les oeuvres issuss des réserves des musées qu'il voudra voir exposer en mai 2022.Chaque année, ils sortent des réserves. Eux, ce sont des oeuvres d'art gardées "au chaud" sous forme de tableaux, de sculptures, de manuscrits, d'objets, de céramiques, de photographies.Au lieu de laisser tapis dans l'ombre des réserves, la réunion des musées métropolitains Rouen Normandie fait participer le public à la Chambre des visiteurs.Cette année, la manifestaiton a pour thème les poils, au coeur d'expressions populaires telles "poil à gratter" ou "poil au nez", de la mode (retour de la barbe, coupe de cheveux), du monde animal, comme marqueur social ou plus symbolique avec les figures de nus, comme le rappelle l'histoire de la statue dans l'Antiquité.             Le vote est ouvert jusqu'au 5 janvier 2022. Les oeuvres choisies par le public, toutes plus insolites les unes que les autres, seront ensuite exposées à l'occasion de la Nuit des musées en mai jusqu'aux journées européennes du Matrimoine et du Patrimoine en septembre 2022.Plus d'infos et vote sur le site Internet de la Chambre des visiteurs

Sphère Immo, un champion de la croissance made in Normandie

Vingt-trois salariés installés à Mont-Saint-Aignan... Sur le papier, Sphère Immo ressemble à une PME comme une autre. Pourtant cette année, encore, elle figure au palmarès des champions de la croissance publié par Les Echos. « Nous sommes dans le classement tous les ans depuis sa création, sourit Jean-Marc Grisel, co-fondateur de l'entreprise de courtage en immobilier neuf. Nous affichons une croissance qui oscille entre + 50 et + 300 % par an. » En 2011, c'est pourtant dans la cave de son associé Marc Merle, avec 15 000 € en poche, que tout a commencé pour ces deux amis d'enfance. A l'époque, la fin de la loi Sellier entraîne un rapidement retournement sur le marché de l'immobilier neuf. « Avec Marc, nous avons alors réfléchi à un nouveau positionnement de courtiers, où, en fait, nous partons du besoin client, se souvient Jean-Marc Grisel. Et nous essayons de le faire en référençant un maximum de produits qui correspondent à leurs besoins ». Commissionnés par les promoteurs A une époque où le courtage en financement explose, le positionnement est novateur et séduit rapidement. En effet, le consommateur final, que ce soit pour habiter ou pour investir, va déterminer en un rendez-vous, avec un interlocuteur, le produit qui correspond le mieux à sa demande... Du temps et de l'énergie gagnés, plutôt que de faire le tour des promoteurs, des plateformes en ligne, ou des conseillers en gestion de patrimoine. Mieux, Sphère Immo fait immédiatement le choix de la gratuité du service : ni frais de dossiers, ni frais d'agence. Les appartements sont vendus au prix direct promoteur. « Nous sommes commissionnés par le promoteur », explique simplement Jean-Marc Grisel. En effet, sur le marché du neuf, contrairement à l'ancien, le prix affiché est le même pour tous et non-négociable. Le coût de distribution est donc intégré de fait, dans le prix de base, par les promoteurs. Ces derniers s'y retrouvent également. Ils sont 250 à faire appel aux services de l’entreprise. Tous n'ont en effet pas l'envie d'investir dans une chambre de vente et ils voient souvent dans Sphère Immo, un bon moyen de faire la promotion de leurs produits auprès des investisseurs. En parallèle, Sphère Immo s'appuie sur un large réseau d'indépendants, agents commerciaux, agents immobiliers ou conseillers en gestion de patrimoine, qui assurent le contact avec les clients. Jean-Marc Grisel : « Aujourd'hui, nous avons plus de 300 partenaires distributeurs qui viennent s'alimenter chez nous en produits. Certains ont un statut premium ; nous les alimentons aussi en clients. » Deux d'entre eux ont même été salariés en mai dernier. Une place de marché Chaque année, ce sont ainsi 4 000 programmes immobiliers (60 à 70 000 appartements) qui sont suivis par Sphère Immo, qui réalise 1 000 à 1 200 réservations par an. Une activité qui a conduit la holding immobilière Arche (notamment propriétaire des franchises Laforêt, Guy Hoquet et Century 21) à s'intéresser à la PME devenue, en dix ans, le leader français sur le marché du neuf. Sphère Immo a rejoint le groupe en mai dernier et compte bien s'appuyer sur la force de ce colosse (25 % des transactions dans l'immobilier ancien) comme nouveau levier de croissance. « Cela va notamment nous permettre d'accélérer le développement de nouveaux services ; pour le client final, mais aussi pour les professionnels avec un potentiel d’à minima 200 bureaux de vente partout en France à destination des promoteurs », explique Jean-Marche Grisel. Moteur de recherche et CRM exclusif, call Center, backoffice personnalisé, courtage en financement, gestion, formation… Sphère Immo veut offrir aux professionnels un accompagnement avec des outils exclusifs. Et se positionner comme une place de marché unique. Pour Aletheia Press, Benoit Delabre

Lyveat propose son service de livraison à Vire

En activité depuis 2020, Lyveat est une entreprise française spécialisée dans la livraison de repas à domicile. La structure, fondée par Enzo Chagny et Maxime Villeneuve, travaille en collaboration avec les restaurants locaux, mais aussi les grandes enseignes. Elle développe son activité dans les communes regroupant une population comprise entre 5 000 et 6 .000 citoyens. Par ailleurs, Lyveat, qui regroupe 35 salariés, est présente dans plus de 121 agglomérations. Cette nouvelle implantation à Vire fait suite aux candidatures des restaurants reçus par l’enseigne. En effet, les citoyens de Vire et de ses environs pourront commander les plats de Buffalo Grill et de la Mie Câline, et ce, via le site internet de l’entreprise ou l’application mobile, disponible gratuitement sur AppStore et Google Play. D’autres restaurants adhéreront également au concept dans les semaines à venir. Les restaurateurs et les livreurs souhaitant rejoindre l’enseigne ont la possibilité de candidater via le site internet de Lyveat. Rappelons que les livraisons sont assurées par les coursiers de Lyveat tous les jours de 10h30 à 14h30 et de 17h à 22h30.

Ventes et cessions d’entreprises : net coup de frein sur les transactions en 2020

Un nombre de transactions en repli de 10,5%, un prix moyen de cession en hausse de 6,6% mais qui connaît de fortes variations en fonction des secteurs d’activité, et un vieillissement sensible de l’âge moyen des vendeurs. Tels sont les principaux enseignements tirés des données relatives aux ventes et cessions d’entreprises en France en 2020, publiées fin septembre par le groupe Altares. Repli en 2020, reprise en 2021 Alors que le nombre de transactions est en baisse continue depuis plusieurs années, la crise sanitaire a porté un coup de frein aux ventes et cessions d’entreprises, en repli de 10,5 % en 2020. De 30 000 en 2017 et 2018, il est passé à 28 291 en 2019, avant de tomber à 25 320 l’an dernier. La crise sanitaire a notamment lourdement affecté l’hôtellerie-restauration, premier secteur en nombre de transactions avec habituellement plus de 10 000 opérations chaque année, or ce nombre est tombé à 8 448, en 2020. Mais si le nombre de transmissions d’entreprises a enregistré un recul dans toutes les régions françaises l’an passé, ces dernières ont également toutes observé une reprise et une hausse de ces transactions au premier semestre 2021. Un prix moyen en hausse, tiré par les fonds de pharmacie En dépit de la diminution du volume des transactions, le prix moyen de cession a augmenté de 6,6 % en 2020 et atteint 198 000 euros. Mais cette hausse des prix de vente, tirée par la valorisation des fonds de pharmacie, est très variable selon les secteurs d’activité. Ainsi, alors que le prix de vente médian peine à dépasser 100 000 euros, la valorisation moyenne des fonds de pharmacie s’établit à un niveau 10 fois plus élevé. L’âge moyen des vendeurs augmente L’étude d’Altares met également en exergue le « vieillissement sensible des vendeurs ». En l’espace de cinq ans, l’âge moyen du vendeur est ainsi passé d’un peu plus de 50 ans à 53 ans. Le « vieillissement de l’acheteur » est en revanche beaucoup moins sensible, puisque son âge moyen reste compris entre 42 et 43 ans. Le plus grand nombre de transactions concentré en Île-de-France Avec en moyenne 5 000 ventes et cessions d’entreprises conclues chaque année sur la période 2017-2020, l’Île-de-France reste en tête de toutes les régions en termes de nombre de transactions. Et ce, même si celui-ci enregistre une tendance baissière : il est passé de 5 500 opérations en 2017 à 5 000 en 2019, puis 4 269 avec la crise en 2020. La région continue donc de conserver la première place devant l’Auvergne-Rhône-Alpes (3 553 transactions en 2020), l’Occitanie (2 610), la Provence-Alpes-Côte d'Azur (2 674) et la Nouvelle-Aquitaine (2 523). En termes de valorisation des fonds de commerce, les Pays de la Loire arrivent en tête pour la première fois au premier semestre 2021, avec un prix de cession de 227 819 euros en moyenne, devant l’Île-de-France (226 705 euros) et la Corse (223 952 euros). Des fonds de commerce en perte d’attractivité Selon le directeur des études d’Altares, Thierry Million, « la crise sanitaire a indéniablement impacté la dynamique des transmissions des fonds de commerce de TPE et PME en France » même si « de belles affaires ont été signées ». Surtout, la baisse régulière du nombre de transactions, observée au fil des ans, fait craindre une fragilisation durable « de l’attractivité de nos commerces et, plus généralement, de nos territoires ». Alors que se profile la fin des dispositifs d’aide mis en place par le gouvernement, « l’emploi et la revitalisation des territoires, la question de la transmission, et donc de la continuité de nos TPE PME, et en particulier de nos petits commerces, pourrait rapidement devenir centrale ». Face à cette perte d’attractivité des fonds de commerce, « redonner de l’élan à leur transmission sera absolument essentiel pour relever les défis de la relance et de la revitalisation de nos territoires ».

L’énergie : ressource de base à prix de luxe

Alors que l’énergie avait connu une chute des prix importante en 2020, en raison de la crise sanitaire et de son cortège de confinements, l’année 2021 est celle de leur flambée ! À tel point que la Commission européenne recommande de baisser temporairement la fiscalité sur l’énergie et de redistribuer une partie de la somme aux ménages, au travers notamment de chèques-énergie et de baisses temporaires de la TVA ; ce qu’envisagent de faire presque tous les États européens. Forte demande de pétrole Après les restrictions à la production et aux transports au plus fort de l’épidémie de covid-19, les entreprises ont redémarré quasiment de concert leur production. D’où l’apparition de goulets d’étranglement sur les matières premières. Le pétrole, en particulier, demeure pour l’instant indispensable à l’activité, d’où une demande extrêmement forte partout dans le monde, renforcée par le prix élevé des autres sources d’énergie, comme vient de le confirmer un rapport de l’Agence internationale de l’énergie (AIE). Conjugué au jeu trouble des pays exportateurs de pétrole, rien d’étonnant à ce que tous ces facteurs propulsent le baril de Brent au-delà de 80 dollars (+ 70 %, depuis janvier), son plus haut depuis octobre 2018. Les répercussions sur les agents économiques sont nombreuses. Tout d’abord, les prix du fioul domestique et des carburants ont rapidement augmenté. En France, selon une étude du ministère de la Transition écologique, une hausse de 1 % du prix du gazole raffiné importé se traduit par une hausse de 0,75 % du prix HT et de 0,3 % du prix TTC du gazole à la pompe. En une semaine, 50 % de l’ajustement de prix est déjà réalisé et l’étude conclut que la variation du coût de la matière première est totalement intégrée aux prix des carburants après quatre semaines. C’est dire l’effet ressenti depuis l’été ! Quant aux entreprises, leurs coûts de production augmentent, ce qui pourrait peser sur une reprise somme toute assez fragile, d’après le FMI. De l’eau dans le gaz Un chiffre qui donne le tournis : sur le marché de référence du gaz en Europe, le TTF (Title Transfer Facility) aux Pays-Bas, l’indice Neutral Gas Price (NGP) a doublé entre septembre et mi-octobre ! Cela donne une idée de l’envolée des prix du gaz depuis le début de l’année… Cette évolution des prix tient certes à la reconstitution de stocks, après un hiver relativement froid en Europe, et à l’augmentation du prix des quotas d’émission de CO2 incitant à privilégier le gaz pour la production d’électricité. Mais, c’est surtout la forte reprise économique en Asie, notamment en Chine, qui a conduit à une demande massive de gaz, conjuguée à celle des autres régions du monde — dont l’Europe — , dans la mesure où les contraintes environnementales incitent à privilégier le gaz à d’autres énergies. Cela n’aura néanmoins pas empêché de nombreux pays de faire tourner à plein régime leurs centrales à charbon… Face aux critiques des dirigeants européens l’accusant de réduire les flux de gaz pour obtenir l’ouverture rapide de son gazoduc controversé vers l’Allemagne (Nord Stream 2), le président russe, Vladimir Poutine, répète à l’envi que cette situation en Europe résulterait principalement de l’absence de contrats de livraison à long terme de gaz avec son pays. Il est vrai que pour l’UE, l’équilibre entre dépendance au gaz russe et sécurisation des approvisionnements est difficile à trouver. L’énergie, un marché pas comme les autres Pour les ménages, la facture de gaz tient compte des coûts d’approvisionnement, de transport, de distribution, de stockage et de commercialisation, ainsi que de nombreuses et lourdes taxes. Comme la France importe la quasi-totalité de son gaz naturel, elle se retrouve donc soumise aux variations de prix sur les marchés de gros. Au total, début octobre, la douloureuse pour un ménage qui se chauffe au gaz avec des tarifs réglementés est en hausse d’environ 45 % depuis le début de l’année. Et en ce qui concerne les fournisseurs alternatifs, il n’est pas certain qu’ils aient les reins suffisamment solides pour tenir encore bien longtemps… Quant à l’électricité, la tarification au coût marginal sur le marché du gros implique de fixer le prix du MWh sur la centrale la plus chère, souvent au gaz. Dès lors, une hausse du prix du gaz fait monter le coût de production d’électricité par une centrale à gaz, d’où par répercussion une hausse des tarifs de l’électricité pour le client ! La situation actuelle rappelle donc avec force que l’énergie, en raison de son importance capitale dans l’économie et ses contraintes physiques d’exploitation, ne peut pas être régie par un marché en libre concurrence, comme une simple marchandise.

Albatros

Pour "Albatros", son nouveau film, le réalisateur Xavier Beauvois a posé sa caméra à Etretat. La ville côtière normande est le décor d'une histoire autour du quotidien de gendarmes confrontés à des situations souvent difficiles, jusqu'à celle qui tournera au drame pour le personnage principal incarné par Jérémie Renier.L'histoireLaurent, un commandant de brigade de la gendarmerie d’Etretat, prévoit de se marier avec Marie, sa compagne, mère de sa fille surnommée Poulette. Il aime son métier malgré une confrontation quotidienne avec la misère sociale. En voulant sauver un agriculteur qui menace de se suicider, il le tue. Sa vie va alors basculer.La bande annonceLes infos sur le filmAlbatrosLong métrage de Xavier BeauvoisAvec : Jérémie Renier, Marie-Julie Maille, Victor Belmondo...Genre : DrameConsulez l'intégralité des séances à Rouen pour ce film et le reste de la programmation en cliquant sur le bouton ci-dessous.Consulter la liste des films à l'affiche à Rouen

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes