Archive dans 15 octobre 2021

Incidents sur nos lignes téléphoniques

En raison de problèmes liés à notre opérateur de télécommunications, nous déplorons plusieurs incidents sur nos lignes téléphoniques. Les lignes concernées sont tout simplement indisponibles. Si vous nous confiez votre enfant en garderie périscolaire à Fréville, vous avez probablement déjà constaté le dérangement. Il est en effet impossible de joindre la garderie de Fréville depuis […]

Cet article Incidents sur nos lignes téléphoniques est apparu en premier sur Saint Martin de l'If.

Incidents sur nos lignes téléphoniques

En raison de problèmes liés à notre opérateur de télécommunications, nous déplorons plusieurs incidents sur nos lignes téléphoniques. Les lignes concernées sont tout simplement indisponibles. Si vous nous confiez votre enfant en garderie périscolaire à Fréville, vous avez probablement déjà constaté le dérangement. Il est en effet impossible de joindre la garderie de Fréville depuis […]

Cet article Incidents sur nos lignes téléphoniques est apparu en premier sur Saint Martin de l'If.

L’Orient-Le Jour

A l’occasion d’un récent séjour à Beyrouth, j’ai eu l’opportunité d’illustrer un article du quotidien libanais francophone de référence, L’Orient-Le Jour. L’article est disponible en ligne ici et s’intitule « L’armée en proie à une hémorragie de ses effectifs ».

Grand-Couronne : UPM choisit Samfi/Paprec pour Chapelle Darblay

Vendredi 15 octobre, le conseil de surveillance d’UPM France SAS a voté la cession du dernier site de recyclage papier en France Chapelle Darblay, situé à Grand-Couronne, au groupement Samfi/Paprec. Ce projet comprend une activité de tri de déchets, sans recyclage, et la mise en place d’ici trois à cinq ans d’une unité de production d'hydrogène.  Un choix regretté par les représentants du personnel, mais aussi le président de la Métropole Rouen Normandie, Nicolas Mayer-Rossignol, ainsi que les ministres de l'Economie et de l'Industrie, Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher. Cette décision conduit à la perte "des compétences et de la valeur ajoutée du site en matière de recyclage papier/carton, uniques en France par leur nature et leur ampleur industrielle", indique le président de la Métropole Rouen Normandie par voie de communiqué. Ce dernier avait d'ailleurs été à l'initiative d'un courrier destiné au président de la République.  L'offre de Veolia rejetée par UPM « Nous regrettons qu’UPM n’ait pas retardé sa prise de décision alors même que les deux offres n’ont pas pu bénéficier d’un examen suffisamment détaillé, ont déclaré Bruno Le Maire, ministre de l'Economie, des Finances et de la Relance, et Agnès Pannier-Runacher, ministre déléguée en charge de l'Industrie, dans un communiqué. [...] Nous menons depuis deux ans une action déterminée pour le site de Chapelle Darblay. Nous estimons que l’offre alternative de Veolia mérite d’être examinée dans le détails ». L'offre portée par Veolia et Fibre Excellence, déposée en dernière minute et qui devait permettre de maintenir l'activité papetière du site, a été écartée par UPM. Un investissement de plus de 100M€ pour moderniser l'outil de production et la préservation de plus de 200 emplois étaient promis par le groupe Veolia.  "La Métropole Rouen Normandie se met donc en ordre de bataille pour user de son droit de préemption, comme le permet la législation française", peut-on lire dans le communiqué de la Métropole qui évoque "un gâchis dramatique". Par ailleurs, Bercy a annoncé que les ministres Bruno Le Maire et Agnès Pannier-Runacher allaient "s’entretenir dans les prochaines heures avec les élus du bassin rouennais pour décider des prochaines actions à mener conjointement".

Hayao Miyazaki et le studio Ghibli : l’animation à son sommet

Réalisé par Hayao Miyazaki en 1988, Mon voisin Totoro est un bijou attachant, drôle et onirique. Le récit s'ouvre avec deux petites filles s'installant avec leur père dans une maison à la campagne afin de se rapprocher de l'hôpital où séjourne leur mère. Elles vont découvrir l'existence de leurs nouveaux voisins, invisible aux yeux des autres humains, des créatures merveilleuses, mais très discrètes dont Totoro, un esprit de la forêt, qui peut voler et se déplacer en «Chat-Bus», dormant le jour mais, les nuits de pleine lune, jouant avec des ocarinas magiques... Avec cette ode à la nature et à la vie dans le Japon rural de la fin des années 1950, Hayao Miyazaki conjugue admirablement ses thèmes de prédilection. À l’image de son personnage titre, Mon voisin Totoro est un film d'une poésie rare qui vibre au rythme d’une BO devenue l'hymne officiel des écoliers de la péninsule. Un film intemporel oscillant entre dialogue intergénérationnel et peinture fine de l'enfance où les rêves sont fertiles et les sources de joie parfois inattendues. Mon voisin Totoro. © 1988 Studio Ghibli Plus sombre mais plus intense, Princesse Mononoké (1997) se déroule dans le Japon du XVe siècle. Jadis protégée par des animaux géants, la forêt se dépeuple à cause de l'homme. Blessé par un sanglier rendu fou par les démons, le jeune guerrier Ashitaka quitte les siens et part à la recherche du dieu-cerf qui seul pourra défaire le sortilège qui lui gangrène le bras. Au cours de son voyage, Ashitaka rencontre Lady Eboshi qui se défend contre ceux qui lui reprochent de détruire la forêt pour alimenter ses forges. Parmi ses pires ennemis se trouve San, une jeune fille sauvage élevée par des loups, aussi appelée Princesse Mononoké, la princesse des spectres... Hayao Miyazaki signe ici l’un de ses plus fabuleux chefs-d'oeuvre, une fable à l'impressionnante mythologie, parcourue d’un souffle épique rare, qui parle à toutes les générations sans manichéisme mais avec l’infinité de nuances qui composent la vie. Derrière la puissance des combats et les scènes d’action éblouissantes se dévoile la quête de symbiose entre l’humain et la nature, l'un des thèmes centraux de l'oeuvre du cinéaste. Princesse Mononoké. © 1997 Studio Ghibli Réalisé par Hayao Miyazaki en 2001, Le voyage de Chihiro est encore aujourd'hui le plus grand succès dans l’histoire du cinéma au Japon mais fut aussi un immense triomphe mondial, décrochant l'Oscar® du Meilleur Film d’animation. L'histoire de Chihiro, une fillette de 10 ans en route vers sa nouvelle maison en compagnie de ses parents. Au cours du voyage, la famille fait une halte dans un parc à thème délabré. Lors de la visite, les parents dégustent quelques mets très appétissants, apparus comme par enchantement, mais cette nourriture les transforme en porcs. Prise de panique, Chihiro s’enfuit et se retrouve seule dans cet univers fantasmagorique ; elle rencontre alors l’énigmatique Haku, son seul allié dans cette terrible épreuve... Fruit d’une imagination foisonnante, ce chef-d'oeuvre conjugue avec virtuosité tradition et modernité. Rythmé par la musique du compositeur Joe Hisaishi, magnifié par le génie poétique et pictural d’Hayao Miyazaki, Le voyage de Chihiro entremêle rires, frissons, personnages fabuleux et une héroïne en quête d’identité dans un monde peuplé d’esprits… Un conte enchanteur.

Pas de navette fluviale pour le match de hockey de ce vendredi 15 octobre 2021

Suite à une panne, en cours de réparation, la navette fluviale ne pourra exceptionnellement pas assurer la desserte de l’Île Lacroix ce vendredi 15 octobre 2021 pour le match de hockey ; la rencontre met aux prises à 20h à la patinoire olympique Nathalie-Péchalat les Dragons du Rouen Hockey Elite 76 et les Pionniers de Chamonix, dans le cadre de la 10e journée de Synerglace Ligue Magnus.

Marché de Noël de la MJC Grieu : appel à participants

La MJC Grieu prépare son marché de Noël ainsi qu’une bourse aux jouets, programmés le samedi 4 décembre 2021 de 10h à 18h. L’équipe organisatrice recherche des exposants artisans (pas de revendeur).Les participants auront à leur disposition un espace de 2,40 x 0,80 m au tarif de 7€ et une grille caddie sur demande. Un espace supplémentaire de 1,20 x 0,80 m peut être obtenu au tarif de 4€.Restauration possible sur place pour 8,50€ (plat, boisson, dessert).Pour tout renseignement, contact@mjcgrieu.org ou 02 35 71 94 76.

Exposition de peintures : James MacKeown à la galerie Rollin

La galerie Rollin (31 rue Ecuyère) présente à partir de ce mardi 19 octobre 2021, et jusqu'au samedi 13 novembre, une exposition dédiée au travail de James MacKeown, l'un des talents qu'elle accompagne.1991-2021 : cela fait 30 ans que la galerie Rollin promeut l'oeuvre de James MacKeown. L'artiste né en 1961 a grandi en Irlande. Il a vécu en East Anglia, en Turquie et au Pays de Galles avant de s'installer en Normandie près d'Etretat. Il est désormais ancré en Bretagne, à Paimpol.Peintre figuratif primé et reconnu sur la scène internationale, James MacKeown capte les ambiances des paysages côtiers avec beaucoup de douceur. Une profonde sensation de bonheur se dégage de ses tableaux.James MacKeown sera présent à la galerie Rollin ce mardi 19 octobre 2021 à 18h pour le vernissage, où il dédicacera son nouveau livre, "Je ne pourrai jamais vivre loin de la mer".Pour en savoir plus, il y a le site de James MacKeown

Journée mondiale du lavage des mains : le geste qui peut sauver

La date de ce vendredi 15 octobre 2021 marque la Journée mondiale du lavage des mains. Objectif de l’opération : rappeler l’importance cruciale pour la santé publique de cette pratique qui peut réduire de 25 à 50% le risque de contracter une maladie respiratoire ou intestinale.La journée internationale invite à mettre au rang de réflexe le lavage des mains à l’eau et au savon, notamment avant de manger, de toucher de la nourriture, ou après être allé aux toilettes.A l'heure où se manifeste un relâchement dans l'application des gestes barrières, il est important de faire passer le message.Une enquête Ifop révèle qu'en mars 2020, 86% des Français déclaraient se laver les mains en rentrant chez eux ; en juillet, après le confinement, ils n’étaient plus que 75% ; et au mois d’octobre 63% !

Julie-Anne Bastard

Chaque jour, jusqu’à la date du salon, (qui se déroulera le dimanche 14 novembre), Cultur’Esne vous présente un auteur. Aujourd’hui : Julie-Anne Bastard.

Originaire de Dieppe en Normandie, mon enfance a été bercée par le bruit de la mer et le cri des mouettes. Mes parents m’ont nourri aux grands auteurs classiques, et naturellement m’ont conduite à prendre la plume.

Dans mes rêves, je suis une auteure à plein temps, mais dans la réalité, je travaille à temps plein et je suis maman à temps plein de trois petits monstres. C’est donc durant mon temps libre (très limité) que je m’amuse à inventer toutes sortes de récits.

– De miroir et d’amour, tome 1, Gloriana éditions (novembre 2019) rééditée en mai 202O chez BMR

 

– A tes souhaits (recueil de nouvelles collectives), Something else édition, novembre 2019

 

– A tes amours (recueil de nouvelles collectives), Something else édition, janvier 2020

 

– Reves d’horizons, (recueil de nouvelles collectives), nos plumes pour vous, 2021

 

– Dans les choux, roman feel-good, Elyxiria, parution le 6 août 2021

 

– De miroir et d’espoir, tome 2, BMR, juillet 2021

Au conseil municipal, du local et du global

Le conseil municipal du 14 octobre a donné lieu à des échanges de fond, où s’invitaient des questions politiques globales appliquées au contexte local. 

Le conseil municipal est le reflet de la vie d’une commune. S’il en fallait une preuve, l’assemblée du 14 octobre l’a apportée. Ce huitième conseil du mandat a été le moment de déclarations et de débats intéressants sur des sujets concrets et importants pour les Stéphanaises et les Stéphanais: la sécurité (ou l’insécurité) routière, la hausse du prix des énergies (et par extension le pouvoir d’achat), les finances de la Ville, ou encore l’application et le coût social de la ZFE-m (zone à faibles émissions mobilité) qui doit bouter les véhicules polluants hors des villes. Et ces sujets sont parfois liés.

Sécurité routière

En ouverture de séance, tout le monde a en tête le terrible délit routier qui a coûté la vie à un enfant le 21 septembre dans une rue de Saint-Étienne-du-Rouvray. C’est d’abord Sarah Tessier, conseillère municipale d’opposition, qui à travers son vécu personnel déplore les vitesses excessives, les incivilités, les voies mal adaptées et propose la création de réunions de quartier ou d’un groupe de travail sur le sujet. Conscients que la sécurité est au cœur des préoccupations des habitants, les adjoints au maire en charge de la question, Anne-Émilie Ravache et Pascal Le Cousin, rappellent ce qui a déjà été mis en place: les radars mobiles de la police municipale, le partenariat avec la police nationale, les ralentisseurs, les opérations menées contre les rodéos urbains. Joachim Moyse annonce enfin le projet d’installer en ville la verbalisation vidéo sur feux tricolores, qui sera discutée lors du prochain conseil municipal en décembre.

Le prix des énergies

Alors que la précarité énergétique concerne 12 millions de personnes en France, que la hausse du prix des carburants touche d’abord les plus modestes et que l’hiver approche, la hausse du prix du gaz, de l’électricité et de l’essence est au cœur de l’actualité. Dans ce contexte, le maire Joachim Moyse formule un vœu demandant au gouvernement « de prendre toutes les mesures possibles pour limiter l’impact de ces hausses de prix de l’énergie sur la population de notre ville ». Comment ? « Il pourrait abaisser la TVA à 5,5%, taux retenu pour n’importe quel produit de première nécessité. Il pourrait réduire les taxes prélevées sur la facture d’électricité et sur les carburants. Il pourrait initier la sortie du champ concurrentiel des secteurs stratégiques de l’énergie. » Ce vœu interpelle Léa Pawelski (groupe des élus socialistes et écologistes pour le rassemblement) et Hubert Wulfranc, qui s’interroge notamment sur la pertinence d’une baisse de la TVA. Selon ce dernier, au-delà de la conjoncture actuelle, c’est la structure même de la production et de la distribution d’énergie qu’il faut repenser, dans le cadre de la transition écologique et de son nécessaire accompagnement social. Ce vœu du maire est donc adopté à l’unanimité après discussion et correction concernant la baisse de la TVA, sans la participation d’Hubert Wulfranc.

L’extension de la ZFE-m

Le sujet qui suit rejoint celui qui précède, par la route. Rappel: dans le cadre de la ZFE, les métropoles de plus de 150 000 habitants ont l’obligation de réduire la circulation des véhicules les plus anciens et polluants sur leur territoire. La mesure est entrée en application à Rouen le 1er juillet, et elle devrait s’étendre au 1er janvier prochain à quinze villes autour de Rouen, dont Saint-Étienne-du-Rouvray. 25 000 véhicules seront concernés sur la Métropole. Le débat qui s’engage au conseil municipal ne concerne pas la pertinence de la ZFE sur le fond, mais son application abrupte et imprécise, sans garantie d’accompagnement social et financier pour les plus modestes, particuliers et petites entrepreneurs, qui seront contraints de changer leur véhicule. « Nous ne sommes pas contre le dispositif, mais les garanties de soutien financier sont trop insuffisantes », explique Joachim Moyse qui souhaite proposer à la Métropole de différer d’un an l’application de la ZFE dans sa commune. L’adjoint écologiste David Fontaine défend la ZFE au nom de l’action pour la transition écologique et du pragmatisme (« Les plus pauvres n’ont même pas de voiture, la priorité c’est l’investissement sur les transports en commun »). Mais, par les prises de parole de Léa Pawelski, Mathieu Vilela, Hubert Wulfranc, Johan Queruel, Jocelyn Cheron et Didier Quint, les conseillers et adjoints s’interrogent collectivement: pourquoi en effet ne pas commencer par développer le réseau de transports en commun? Et relancer le transport ferroviaire (Saint-Étienne-du-Rouvray est une des douze villes de la Métropole à avoir une gare, sous-exploitée)? Pourquoi accepter une écologie punitive, qui oppose urgence sociale et environnementale et risque de pénaliser et isoler les plus précaires ? Pourquoi se lancer tête baissée dans le passage à la voiture électrique alors qu’elle aussi un coût écologique élevé?… En fin de compte, la proposition de Joachim Moyse est approuvée par le conseil municipal avec une majorité de 20 voix avec l’abstention du groupe socialiste et Europe Écologie les Verts.

Le prochain conseil municipal aura lieu le 9 décembre, avec le vote du budget 2022 de la Ville, dont les orientations, et notamment la réduction des dépenses de fonctionnement, ont commencé à être débattues.

L’article Au conseil municipal, du local et du global est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray – Site officiel.

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes