Archive dans 16 septembre 2021

Des projets autour du four à concentration solaire

Innovation

Des projets autour du four à concentration solaire

« Nous n’en sommes qu’aux débuts. Il y a là d’énormes potentialités et on peut imaginer aller très loin en termes d’applications « , a souligné Arnaud Crétot, le boulanger de Montville, « artisan-ingénieur » en énergie solaire, à l’occasion de la présentation d’un four à concentration solaire Lytefire 5, ce mercredi 15 septembre sur le belvédère dominant la plage de Saint-Jouin-Bruneval.

Cette présentation, en présence d’Elise et Mike Hauters, les dirigeants de l’entreprise CPM (Chaudronnerie Panchout Muller) qui a réalisé le prototype et lancé la fabrication dans ses ateliers de Saint-Romain-de-Colbosc, s’accompagnait du lancement d’un appel à projet original par la commune. Celle-ci souhaite créer, dans l’ancienne étable d’un clos-masure, « un lieu où l’on explique la transition énergétique », selon les propos du maire François Auber. Un lieu pédagogique, partagé – car on peut très bien imaginer que plusieurs « solar-preneurs » s’allient pour acquérir une machine vendue 23 000€ – et dédié aux énergies renouvelables.

Comme secrétaire de la Commission du développement durable à l’Assemblée nationale, je veux saluer ici ce beau et intéressant projet.

Suivez notre actualité !
Rapport ministériel

Gestion du risque des marniéres

Fin septembre, avec le soutien de mes collègues normands, j’attirai l’attention du Ministre de la Transition écologique et solidaire sur la situation préoccupante des marnières en Normandie.

Le Ministre, François de Rugy, a entendu notre demande et il a missionné le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) pour réaliser un état des lieux sur la gestion du risque des marnières. Des pistes d’amélioration des dispositifs en place seront proposées d’ici quelques mois.

L’ensemble des services seront mobilisées pour la réalisation de ce rapport : le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Inéris), le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Céréma), les universités, les sociétés savantes, la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) et les Directions départementales des territoires (DDT) des préfectures.

Suivez notre actualité !

L’article Des projets autour du four à concentration solaire est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.

Artisans, commerçants , libéraux : nous lançons un plan d’action pour mieux protéger les 3 millions de travailleurs indépendants. 

Emmanuel Macron participait aujourd’hui aux rencontres annuelles de l’Union des entreprises de proximité, l’une des principales organisations professionnelles du secteur et a présenté un “plan indépendants”.  Les indépendants représentent trois millions de travailleurs français qui créent de l’activité, de l’emploi et qui font vivre notre société au quotidien. Parce qu’ils peuvent parfois avoir le sentiment […]

Pour faire face à la hausse des prix de l’énergie, nous lançons un chèque énergie exceptionnel de 100 euros pour les foyers les plus modestes

En avril dernier, 113 585 ménages de Seine-Maritime ont reçu un chèque énergie d’un montant moyen de 150 €. Cela représente 17 millions d’euros d’aide pour les habitants les plus modestes du département. Ce chèque annuel que nous avons mis en place depuis 2018 permet aux personnes les plus modestes de payer leurs factures de […]

Création en Normandie : deux appels à candidatures

Avis aux artistes normands qui veulent faire remarquer leur talent, bénéficier d'un coup de pouce ou d'un accompagnement : c'est le moment de répondre à l'appel à candidatures lancé pour deux dispositifs de soutien à la création.Présences #1, rencontres professionnelles/création émergenteLes associations RN13 Bis – art contemporain en Normandie – et RRouen – Réseau arts visuels Rouen métropole – organisent des rencontres professionnelles destinées aux jeunes artistes liés à la Normandie et travaillant dans le champ des arts visuels. Deux sessions auront lieu sur 2 jours, respectivement à Caen et à Rouen, en octobre et novembre 2021. Une petite trentaine d’artistes rencontreront, sur chaque lieu, une douzaine de professionnels de l’art contemporain susceptibles de porter un regard attentionné sur leur travail.Candidatures avant le 17 septembre 2021 minuit.Renseignements et dossier de candidature pour Présences #1La bourse 50cc Air de Normandie En 2021, le Centre photographique Rouen Normandie et Le Point du Jour, centre d’art / éditeur à Cherbourg, en partenariat avec Cadre en Seine et l'artothèque de Caen, reconduisent la bourse 50 cc Air de Normandie pour soutenir la création photographique en Normandie. La bourse 50 cc Air de Normandie est dédiée aux photographes professionnels/artistes résidant en Normandie. Elle vise à soutenir un projet photographique en cours dont le sujet n’est soumis à aucun genre ni périmètre géographique. La bourse se compose d’un soutien financier de 6 000 euros nets et d’une dotation matérielle.Date limite d'envoi des dossiers : 30 septembre 2021Renseignements, règlement et formulaire pour la bourse 50cc Air de Normandie

Achat d’un véhicule électrique

Vous l’avez certainement déjà croisé dans les rues de la commune : le nouveau véhicule électrique des services techniques du Val de la Haye.

Un achat financé intégralement avec le fruit de la vente de l’ancien tracteur qui n’était pas adapté à la configuration de notre village. D’ailleurs, ce tracteur n’avait été utilisé que 105 heures en 5 ans, d’où la décision de la municipalité de s’en séparer pour financer l’acquisition de ce véhicule électrique, plus petit, plus fonctionnel, silencieux et surtout plus adapté à la physionomie des rues de la commune.

Arrivé début juin au Val de la Haye, l’achat du véhicule électrique a donc été plus que largement couvert par la vente du tracteur. Surtout que, en plus, la commune a aussi bénéficié de subvention et de bonus écologiques liés à cette acquisition.

Avantages économiques

Nombre de communes passent à l’électrique pour leur flotte automobile. En effet, avec les aides publiques, investir dans un véhicule électrique permet de réaliser de belles économies au moment de l’achat.

De plus, à plus long terme, les économies en matière de consommation de carburant sont indéniables avec l’électrique (par rapport aux moteurs thermiques).

Autre point d’économie, à l’usage un véhicule électrique demande moins d’entretien, le système de moteur étant simplifié.

Avantages écologiques

Certes la production des batteries des véhicules électriques posent des problèmes environnementaux. Particulièrement en matière de recyclage des batteries en fin de vie. C’est un sujet sur lequel travaillent d’ailleurs de nombreux acteurs du recyclage en développant progressivement la réutilisation des anciennes batteries.

Malgré ce point, il est indéniable que les véhicules électriques offrent de nombreux atouts écologiques. En effet, ils ne rejettent pas de polluants dans l’atmosphère quand ils roulent. Pas non plus de NOx, pas de particules fines, ni d’hydrocarbures imbrûlés et autres monoxydes de carbone, souvent incriminés pour leurs impacts sur la santé. Passer au véhicule électrique présente donc un bénéfice immédiat pour la qualité de l’air dans les villes et à proximité des routes.

Les véhicules électriques n’émettent pas non plus de CO2 lors de l’utilisation, le bilan carbone de la solution électrique étant donc meilleur que celui des véhicules thermiques. De nombreux avantages expliquant pourquoi de nombreuses communes optent désormais pour des véhicules électriques.

Être un éco-village passait donc aussi par l’achat de ce véhicule électrique. C’est désormais chose faite depuis quelques semaines.

L’article Achat d’un véhicule électrique est apparu en premier sur Val de la Haye.

Portes ouvertes à l’ASPTT Rouen pour le Kinder Joy of Moving Athletics Day

Comme 591 clubs d’athlétisme à travers la France, l’ASPTT Rouen participe ce samedi 18 septembre 2021 à la 5e édition du "Kinder Joy of Moving Athletics Day", grande opération portes ouvertes organisée par la Fédération Française d’Athlétisme.L’ambition : faire découvrir la pratique de l’athlétisme aux enfants de 7 à 15 ans et leur transmettre la passion qui anime tous les amoureux du premier sport olympique. Une séance d’éveil destinée à tous les jeunes de cette tranche d’âge (les licenciés du club ont été invités à convier leurs amis).Rendez-vous au stade Lemire à la Petite Bouverie de 14h30 à 16h30 pour une série d’ateliers ludiques et pédagogiques autour de sauts, courses et lancers. Avec la présence de Pascal Martinot Lagarde, champion d’Europe et finaliste olympique du 110m haies.La nouveauté de cette année : un livret pédagogique créé en collaboration avec les Éditions Nathan. L'art et la manière de familiariser les enfants avec les différentes disciplines au travers d’anecdotes, de chiffres clés et de jeux.Le pass sanitaire sera exigé pour les éducateurs et les accompagnants majeurs

Organisons la transition écologique et industrielle tous ensemble à ciel ouvert

15 septembre - Organiser la transition écologique et industrielle tous ensemble à ciel ouvert et pas seulement dans les Conseils d'administration des grands groupes...
Par communiqué de presse du 14 septembre, élus locaux, parlementaires et représentants du personnel ont appris que TOTAL et AIR LIQUIDE annoncent leur association pour développer la production d'hydrogène bas carbone dans le bassin industriel normand.
Ces deux industriels comptent notamment développer une infrastructure de captage (...)

- Actualités /

Un financement participatif pour restaurer la rose sud de l’abbatiale Saint-Ouen

Dans le cadre de la restauration de l’abbatiale Saint-Ouen, un financement participatif est lancé dès ce jeudi 16 septembre 2021, pour sauvegarder la rose sud.A l’image de l’abbatiale Saint-Ouen, dont les travaux ont été officiellement inaugurés le 7 juillet, la rose du transept sud, située au-dessus du portail des Marmousets, a subi les outrages du temps.Aujourd’hui, l’ensemble a besoin d’être restauré.Un appel au mécénat pour récolter 500 000 euros est lancé par Rouen Normandie Tourisme & Congrès, mobilisé aux côtés de la Ville, en partenariat avec la fondation du Patrimoine.Ce financement participatif s’adresse aussi bien aux particuliers qu’aux entreprises.Les dons peuvent s'effectuer en ligne sur le site Internet Restaurons-SaintOuen.fr.Consacré aux travaux de restauration de l'abbatiale, ce site très complet propose, entre autres rubriques, des informations sur l'histoire de l'édifice, les grandes étapes du chantier ainsi que sur les animations et visites qui y seront programmées.     Les dons serviront, entre autres travaux, à procéder au nettoyage des verres sur les faces intérieure et extérieure, à l’élimination de la rouille, au remplacement de certaines pièces de verre, au dessertissage partiel du réseau de plomb.D’une largeur de 8, 50 mètres, la rose sud a été imaginée par l’architecte Alexandre de Berneval, sous l’abbatiat de Guillaume d’Estouteville et réalisée en 1467 et 1483.Ses vitraux représentent un arbre de Jessé, motif très fréquent dans l’art chrétien de l’époque, symbolisant l’arbre généalogique de la Vierge Marie et de Jésus.Une fois remise en état, la rose du transept sud reprendra sa place originelle et sera protégée par une double verrière.Informations pratiquesFinancement participatif pour restaurer la rose sud de l'abbatiale Saint-OuenDisponible à partir du jeudi 16 septembre 2021Toutes les informations sur le site Internet Restaurons-SaintOuen.fr  Photo Thomas Boivin

Rouen ville européenne

C’est en février 2021 que Rouen a reçu le label « Ville européenne » décerné par le Mouvement européen - France, les Jeunes européens – France et l’Union des fédéralistes européens, en récompense de l’engagement de la ville en faveur de l’Europe.Une récompense remise symboliquement le 18 septembre 2021 à l'Hôtel de Ville et un signe que Rouen entend bien soigner de plus en plus sa notoriété en France et à l’étranger. 

Rentrée des cours de danse orientale à la maison Saint-Sever

Envie de faire de la danse tout en découvrant d'autres cultures ? L'association L'Orient en scène propose des cours de danse orientale le mardi à la maison de quartier Saint-Sever. Trois sessions sont proposées aux personnes de tous âges et de tout niveau. Plus d'infos au 06 46 45 55 70 par mail : orientenscene@gmail.com  et sur le site Internet de l'association Orient en scène

Le centre de formation continue Ceppic s’installe sur la Plaine de la Ronce à Isneauville

C'est une rentrée pleine de nouveautés pour le Ceppic ! Auparavant situé au sein de Neoma Business School, le centre de formation continue de la CCI Rouen Métropole a pris place au cœur de la zone d'activité de la Plaine de la Ronce à Isneauville depuis le 5 juillet. Dans un bâtiment de 1 325 m2, l'établissement compte désormais 22 salles de formation, modulables et équipées, dont une salle multimédia et une salle de conférences. Un « lieu rêvé » pour Olivier Gontier, directeur du Ceppic et Eric Barat, président de Ceppic Association, qui a coûté 4 millions d'euros. Au cœur de la zone d'activité de la Plaine de la Ronce, « le Ceppic est proche des entreprises et bénéficie d'une plus grande visibilité ». Côté pratique, le parking et les transports en commun permettent un accès facilité au centre de formation. « Ici, le développement des compétences se fait dans des conditions optimales », lance Eric Barat. Les salles ont été pensées pour s'adapter aux différentes formations proposées (avec du mobilier modulable), mais aussi à la situation sanitaire actuelle. « Nous avons tous les outils pour permettre des enseignements en présentiel, à distance ou en simultané », précise Béatrice Lemarchand, responsable commerciale et communication du Ceppic. Des enseignements adaptés aux besoins des entreprises Depuis 50 ans, le Ceppic intervient auprès des entreprises du territoire de Rouen, Dieppe et Elbeuf, et a pour mission de faire évoluer les compétences des salariés pour améliorer la performance économique de ces entreprises. « Nous formons les collaborateurs de nos entreprises tout au long de leur vie professionnelle, c'est un élément de motivation pour eux et cela permet de maintenir leurs compétences au plus haut dans les entreprises », explique Vincent Laudat, président de la CCI Rouen Métropole. C'est aussi un enjeu pour les entreprises qui doivent s'adapter aux évolutions des outils, notamment liés au digital. « Les formations du Ceppic s'adresse à tous les secteurs d'activités, que ce soit le tertiaire, l'industrie, le commerce », précise Eric Barat. Environ 250 formateurs vont permettre d'enseigner 350 formations interentreprises et plus de 30 formations certifiantes dans quinze filières différentes : entrepreneuriat, culture digitale, management, communication, ressources humaines, droit, commercial et marketing, développement à l'international, logistique, comptabilité, informatique, développement durable, santé et social, sécurité et langues. Les entreprises peuvent faire appel au Ceppic pour des formations sur-mesure ou déjà proposées, et les salariés peuvent participer à certaines d'entre elles grâce à leur compte formation (CPF). Une formation d'agent de sûreté dispensée Récemment, le Ceppic a remporté un appel d'offres de la Région Normandie pour proposer une formation d'agents de sûreté. « Nous avons reconstitué un portique de sécurité pour que les apprentis puissent mettre en pratique et passer leurs examens », présente Béatrice Lemarchand en montrant la salle dédiée avec écrans de surveillance et talkie walkie posés sur une table. Prochainement, c'est l'autre structure de formation de la CCI Rouen Métropole, l'IFA, qui viendra enseigner deux formations (bachelor Ressources humaines et diplôme supérieur de comptabilité/gestion) au sein de ces nouveaux locaux.

Le groupe CIC lance la 2e édition du concours Start Innovation CIC Business Award

En 2020, la première édition du concours Start innovation CIC Business Awards avait attiré 200 candidats pour le CIC Nord Ouest, qui couvre les régions Hauts-de-France et Normandie (900 candidats au total). Le groupe CIC a décidé de réitérer l'événement avec une seconde édition, organisé en partenariat avec les incubateurs Euratechnologies, Evident !, Eurasanté et Normandie Incubations.  Ce concours national, décliné au sein des cinq banques régionales dont le CIC Nord Ouest, vise à mettre en lumière et à donner un coup de pouce aux start-up et aux entreprises innovantes. L'objectif final est de sélectionner trois entrepreneurs par banque qui accéderont à la finale nationale le 15 décembre à Station F à Paris. Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 15 octobre. Trois prix en jeu Avant la finale nationale, les porteurs de projets présélectionnés pourront concourir pour trois prix : le prix Start (entreprise en phase de démarrage), le prix Scale (entreprise en phase de développement), le prix Impact (entreprise à impact RSE fort).  Le jury, composé de dirigeants de La Redoute, Baudelet Environnement, Tricots Saint James, Hodefi, Réseau Entreprendre Nord, Euratechnologies, Evident !, Eurasanté, Normandie Incubation, Hauts-de-France Innovation Développement, sera chargé de départager les candidats sélectionnés lors de la finale régionale.  Lors de la première édition, trois sociétés issus de la banque régionale CIC Nord Ouest ont été récompensées (Lattice Médical, Constructions 3D et Stirrup).

Entreprises artisanales : une rentrée sous le signe de l’optimisme et de la vigilance

La reprise s’amorce aussi pour les artisans. Malgré la pénurie de main d’œuvre et la hausse du coût des matières premières, ces derniers semblent avoir retrouvé le moral et se montrent prêts à dépasser les répercussions liées à la pandémie.C’est ce qui ressort d’ une étude Qualitest réalisée par CMA France, le réseau national des chambres des métiers et de l’artisanat. Portant sur l’état de santé économique des entreprises artisanales, celle-ci a été menée du 22 juillet au 23 août auprès de 2 083 artisans. Un secteur résilient À la fin de la saison estivale, les indicateurs de l’artisanat sont positifs, mais le secteur reste toutefois vigilant. Dans ce sens, environ 36% des artisans interrogés jugent leur situation économique bonne ou excellente, soit +7,3 points comparé à mai 2021. Mais les situations divergent selon le secteur d’activité : l’alimentation, les services et la fabrication se portent généralement bien et se projettent dans l’avenir, tandis que la situation du bâtiment demeure fragile. Confirmant la résilience du secteur, et grâce aux différentes mesures de soutien mises en place par le gouvernement, le nombre de radiations d’entreprises artisanales en 2020 (90 000) est resté inférieur de 5% à 10% par rapport à celles constatés en 2018 et 2019. Mais la tendance commence à s’inverser, due notamment à un effet de rattrapage : sur le seul premier semestre 2021, l’enquête révèle autant de radiations que pendant toute l’année précédente. Sur la même période, le nombre d’immatriculations d’entreprises a affiché une nette progression comparativement à 2020. Quelque 31 500 entreprises artisanales ont été créées entre janvier et juin 2021. « Aujourd’hui l’heure est à la relance de notre économie et elle ne se fera pas sans l’artisanat. C’est notre mot d’ordre en cette rentrée. Un certain nombre d’indicateurs sont orientés positivement et c’est aussi ce que nous ressentons très directement sur le terrain, souligne Joël Fourny, président de CMA France. Et le réseau entend bien « faire de l’économie de proximité un pilier de la relance ». Développement du digital et formation Les chiffres dévoilés semblent plutôt rassurants. Néanmoins, les CMA font preuve de vigilance. Les entreprises artisanales se retrouvent confrontées à de nouveaux défis. Le numérique se classe en tête de liste : la crise sanitaire a accéléré la prise de conscience sur la nécessité d’intégration des outils digitaux, mais aussi sur l’usage pratique de ces derniers. Le développement durable bénéficie également d’un niveau d’intérêt élevé de la part des artisans qui s’orientent de plus en plus vers la transition écologique. A cela, s’ajoutent, deux préoccupations majeures : la formation et la transmission du métier aux nouvelles générations. « De nombreux métiers sont en tension, 8 % des entreprises, soit près de 130 000 entreprises sont à reprendre dans les deux prochaines années, une situation qui paralyse le développement de certaines entreprises », argumente CMA France. Pour assurer leur pérennité, un quart des structures artisanales sont prêtes à accueillir, dans les six prochains mois, un ou plusieurs apprentis, principalement dans les secteurs de l’alimentation et du bâtiment. L’objectif étant de pallier le manque de main d’œuvre qualifiée. La prolongation de six mois des aides à l’apprentissage de France relance ( jusqu’au 30 juin 2022), annoncée le 6 septembre, par le Premier ministre, Jean Castex, devrait contribuer à soutenir cette dynamique. Aicha BAGHDAD et B.L

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes