Archive dans 23 février 2021

Mégots jetés par terre : nous renforçons les obligations des industriels pour réduire ce fléau

Chaque année en France, 30 milliards de mégots sont jetés par terre. Pour en finir avec ces déchets polluants qui jonchent nos rues, nous avons voté l’an dernier plusieurs dispositions dans le projet de loi pour l’économie circulaire qui sont entrées en vigueur au 1er janvier. Concrètement, les fabricants de cigarettes sont désormais responsables des […]

Les plages normandes du Débarquement de 1944 ne seront JAMAIS inscrites au patrimoine mondiale de l’humanité de l’UNESCO.

Ce n'est pas encore une information mais tout simplement une évidence logique...

Si l'on plante au large des plages historiques du Débarquement de 1944 un parc d'éoliennes marines, jamais l'UNESCO ne voudra classer le site historique et paysager des plages normandes du Débarquement de 1944 sur la liste du patrimoine mondial de l'Humanité.

Nous précisons cette évidence car les journalistes de la presse locale et régionale d'abord préoccupés à délayer des communiqués de presse officiels se garderont bien de faire le moindre rapprochement entre l'agenda d'un parc éolien au large de Courseulles-sur-mer et l'agenda du classement d'un site historique au patrimoine mondial de l'humanité par l'UNESCO.

Pourquoi faire ce rapprochement voire ce télescopage?

Car l'UNESCO avait menacé au cours des années 2010 de déclasser la baie du Mont-Saint-Michel en raison de l'explosion de projets d'éoliennes sur les collines et belvédères  ou "montjoie" entourant le célèbre rocher: dans ce cas précis, l'UNESCO a exigé des élus et autorités françaises à faire un choix car les éoliennes étaient de trop.

Dans le cas de Courseulles, on pourra donc, tout à loisir, scruter l'horizon marin pour tenter d'y discerner quelque chose, par exemple, des éoliennes comme le firent les vigies de l'armée allemande au petit matin du 6 juin 1944...

1

 https://actu.fr/normandie/courseulles-sur-mer_14191/avec-six-ans-de-retard-la-construction-du-parc-eolien-en-mer-de-courseulles-est-lancee_39693675.html

 

Avec six ans de retard, la construction du parc éolien en mer de Courseulles est lancée

Lundi 22 février 2021 a été annoncé officiellement le lancement de la construction du parc d’éoliennes en mer du Calvados à Courseulles-sur-Mer.

C’est finalement avec six ans de retard que le parc éolien en mer au large de Courseulles-sur-Mer (Calvados) va être mis en service. Prévu en 2018 au lancement du projet, c’est en 2024 que les 64 éoliennes commenceront à fournir de l’électricité. Ce sera le 3e parc de ce type en France après Saint-Nazaire (mis en service en 2022) et Fécamp (2023).

Lundi 22 février 2021, EDF Renouvelables, (actionnaires avec Enbridge et wpd) a annoncé le lancement officiel de la construction de ce champ offshore dont la concrétisation n’est pas si éloignée du projet inital. De 75-80, le nombre d’éoliennes est tombé à 64. « Elles seront alignées pour une meilleure intégration paysagère et dans le sens des courants pour aider les pêcheurs », explique Bernard Guitton, directeur du projet du parc éolien en mer du Calvados.

Toujours pour aller dans le sens du monde de la pêche « l’emprise du parc (une superficie de 50 km2) retenue correspond à moins de deux tiers de ce qui était mis à disposition par l’État. »

1 000 emplois pour la construction, 100 pour la maintenance

Pendant les trois ans et demi du chantier, ce sont « 1 000 emplois directs en Normandie », annonce EDF, qui bénéficieront de cette construction. Pour la maintenance des équipements – la base sera construite à Ouistreham -, ce sont « 100 emplois pérennes » qui sont promis.

À lire aussi

Le projet en 5 chiffres

64 éoliennes. 64 éoliennes en mer pour une puissance totale de 450 MW.
105 m au-dessus de la mer. Distantes d’1 km, les éoliennes ont un diamètre du rotor de 154 m. La hauteur du moyeu au-dessus du niveau de la mer est de 105,5 m.
45,3 km². Les éoliennes seront localisées à plus de 10 km des côtes du Bessin, sur une surface globale de 45,3 km².
90 % des foyers du Calvados. La production envisagée (450 MW) équivaut à couvrir l’équivalent de la consommation domestique en électricité de près de 630 000 personnes, soit plus de 90 % des habitants du Calvados.
42,5 %. EDF Renouvelables détient 42,5 % du projet. Tout comme Enbridge. Le 3e actionnaire est wpd, énergéticien européen, pour 15 %.

Construites au Havre

Les éoliennes du futur parc « seront fabriquées au Havre (Seine-Martime) dans l’usine de Siemens Gamesa en cours de construction ».

À lire aussi:

L’assemblage des éoliennes s’opérera sur le port du Havre d’où elles seront directement transportées jusqu’au site d’installation par voies maritimes. Ce sera en 2023-2024. Demain à l’échelle du projet.

Caen, place de la République ce 23 février 2021: les tilleuls tronçonnés en catimini dans la matinée

Billet de Florestan:

Blitzkrieg ce matin du 23 février 2021 sur la place de la République de Caen, du moins, ce qu'il en reste depuis les bombes de l'été 1944: le maire de la ville, Joël Bruneau, jusque-là quelque peu falot, plutôt discret du fait d'une éloquence laborieuse, se révèle être, à la surprise générale, un vrai général Guderian en pleine opération sur une place publique normande mise en interdit à l'aide de barrières dans la nuit pour un tronçonnage éclair des tilleuls de la discorde malgré son engagement de ne rien faire sur cette parcelle tant que les recours prospérant devant la justice administrative (l'un en appel devant le TA de Nantes et l'autre devant le Conseil d'Etat) n'étaient pas "purgés"...

Mais ces recours devant la justice administrative n'étant pas suspensifs, le général Guderian caennais est donc intervenu ce matin en profitant de l'agenda de la crise sanitaire et des vacances scolaires.

https://france3-regions.francetvinfo.fr/normandie/calvados/caen/caen-l-abattage-des-arbres-de-la-place-de-la-republique-est-une-operation-commando-outrageante-estime-l-opposition-1968124.html

153559073_10221705748504310_7819877177002542230_n

Devant quelques dizaines Caennais médusés derrière des grilles sévèrement gardées par des dizaines de CRS, policiers nationaux et municipaux avec le renfort d'un peloton de gendarmes (on se demandera qui est véritablement responsable de ce trouble à l'ordre public), une société d'élagage venue de l'Orne (Aube) avec de puissants moyens a transformé en moins d'une heure une trentaine de hauts tilleuls plantés dans les années 1950 en deux grands semi-remorques remplis de copeaux à ras-bord: dans la prose pasteurisée de Ouest-France, on lira que les arbres ont été "compostés sur place"...

La propagande officielle ne manquera pas de rassurer les braves gens sur les ondes de la télévision régionale que ces arbres étaient malades, qu'ils présentaient un risque pour les passants et que les plus jeunes sujets ont été laissés sur place afin d'être transplantés (au risque de les faire crever): en revanche, les tilleuls alignés le long des rues bordant la parcelle ainsi ratiboisée ont été conservés car ils ont le bonheur d'être plantés à l'extérieur de l'emprise du futur centre commercial bétonné au-dessus d'un futur parking souterrain qui sont le prétexte à faire des fouilles archéologiques dont on connaît déjà les résultats scientifiques.

Et de cette histoire pathétique en terme de démocratie locale ou de développement urbain, l'analyse suivante, proposée par Pierre Dac en rendra parfaitement compte:

"Parler pour ne rien dire et ne rien dire pour parler sont les deux principes majeurs et rigoureux de tous ceux qui feraient mieux de la fermer avant de l'ouvrir. "

Car l'affaire était entendue dès le début du premier mandat de Monsieur Joël Bruneau avec le premier promoteur de la ville, le premier investisseur de la ville sous l'oeil vitreux d'un Architecte des Bâtiments de France aussi indolent qu'impotent...

Archive de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/02/05/36117017.html

Voir aussi:

http://drakkarfuribard.canalblog.com/archives/2020/09/05/38514110.html?fbclid=IwAR17Xx2Lv04uDc4VTU5Mm24mimrb4z5x-7hklByj0KsYe45pgzJMMz0Pv0I

Colère et tristesse des Caennaises et des Caennais qui étaient sur place ce matin:

Capture d’écran du 2021-02-23 15-42-16

https://www.youtube.com/watch?v=0UgCzp87_p4&feature=emb_logo&fbclid=IwAR1UQ4ZGvCCyPfUnPnLYhzhGRK8ROmqplLCQx7hPX9c1ILQ7EzETQKRLGow

Il est à craindre que ce coup mal parti restera sous la semelle de Joël Bruneau maire de Caen jusqu'au terme de son actuel mandat: il aura beau rincer sa gaudasse aux grandes eaux de la communication, rien n'y fera! une solide odeur de m... restera.

Car l'épreuve des arbres coupés ce jour n'était que le dernier épisode de la saison 1 et la saison 2 s'annonce saignante avec le sujet de fond:

La construction d'un parking souterrain de trois niveaux dans un sous-sol saturé par une eau déjà mise sous pression par les parkings souterrains cuvelés voisins ne manquera pas de fragiliser très sérieusement le sous-oeuvre de tous les bâtiments historiques dont certains sont classés qui ont eu le bon goût d'échapper aux destructions massives de la Seconde Guerre Mondiale...

Pour mémoire, en 1988 lorsque fut creusé et construit le parking souterrain sous l'actuel centre commercial de la rue Paul Doumer, l'hôtel particulier de Banville du XVIIIe siècle, classé MH et abritant, à l'époque, les locaux de la DRAC de Basse-Normandie, avait failli s'effondrer: les eaux souterraines chassant sur le sous-oeuvre au point de lézarder dangereusement une partie de ce bâtiment historique qui fut abattu avec, pour conséquence, le déménagement de la DRAC dans ses actuels locaux de la rue Saint-Ouen.

2

L'hôtel de Banville déjà victime du parking souterrain du centre commercial Paul Daumer est situé au début de la rue Jean Eudes, soit juste devant le projet controversé de centre commercial de la place de la République avec creusement d'un nouveau parking souterrain au coeur d'une zone qui vient d'être déclarée inondable dans le cadre du plan de prévention des risques majeurs dans la basse vallée de l'Orne.

Archives de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2020/11/02/38622043.html

Triste moralité:

Ce que la RAF ou l'US air force n'avaient pas réussi à faire par les airs en juin et juillet 1944, le général Guderian-Bruneau risque de le faire par le sous-sol: achever la destruction du patrimoine végétal et architectural de la ville de Caen!

119545128

Pour mémoire, nous avions présenté un projet alternatif pour la place de la République et ses tilleuls:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/03/24/36259144.html

119558984

Conseil Citoyen Participatif

Intégrez le nouveau Conseil Citoyen Participatif de Rives-en-Seine !

Pour tenir son engagement de proximité et être à l’écoute des habitants, la municipalité de Rives-en-Seine a souhaité innover et remplacer le Conseil des Sages par un Conseil Citoyen Participatif.

Au service de l’intérêt général

Sa mission sera de proposer des actions concrètes et réalisables au service de l’intérêt général.

Sans se substituer aux élus, aux agents ou aux associations, le Conseil Citoyen Participatif pourra porter des actions en partenariat avec eux. Avec pour objectif de développer les liens entre les générations, il sera un outil au service de la cohésion sociale et « du mieux vivre ensemble ». Comme l’expliquent Emilie Dutot, Brigitte Malot et Alexandre Voiment, au sujet de cette nouvelle instance dont ils ont la charge, « elle permettra de développer l’esprit de citoyenneté auprès des habitants ».

25 membres à nommer d’ici le 19 mars 2021

Lors de la dernière séance du Conseil Municipal, la création de ce Conseil Citoyen Participatif a été actée. Ce dernier sera composé de 25 membres répondant à cinq critères : la volonté de s’engager à titre individuel, être majeur, être titulaire de ses droits civiques, résider ou être propriétaire à Rives-en-Seine et ne pas être élu municipal ou conjoint d’un élu municipal.
Le Conseil Citoyen Participatif est ouvert à toute personne majeure désirant participer concrètement à la vie de la commune. Si vous êtes intéressé, adressez votre candidature au Maire d’ici le 19 Mars 2021 à 17h. Toute personne remplissant les critères sera nommée, après validation de sa candidature par le Maire Bastien Coriton et, en cas de candidatures trop nombreuses, les membres seront tirés au sort. Leur nomination sera effective jusqu’aux prochaines élections municipales, date où l’ensemble du Conseil sera renouvelé (sauf en cas de décision de démission de l’un d’eux).


Pour tout renseignement, vous pouvez contacter Maude Varnière à la Mairie de Rives-en-Seine au 02 35 95 90 10.

Emilie Dutot, Brigitte Malot, Alexandre Voiment et Bastien Coriton présentent la Charte du nouveau Conseil Citoyen Participatif.

L’article Conseil Citoyen Participatif est apparu en premier sur Mairie de Rives-en-Seine.

Visite du Colonel Rémy WECLAWIAK

Accueilli par le chef de centre, Thierry Chevalier, le colonel Rémy Weclawiak, directeur adjoint du Service Départemental d’Incendie et de Secours de la Seine-Maritime, était en visite, dimanche dernier au centre de secours de Duclair.

En présence des sapeurs pompiers, il a échangé très librement et répondu aux questions tant sur les problématiques d’équipements, de formation ou encore sur le futur centre en se montrant optimiste.

Le Maire, Jean Delalandre, entouré de ses adjoints Claude Petit et Michel Allais ainsi que des conseillers départementaux Pierrette Canu et Christophe Bouillon, participait à cette rencontre.