Archive dans 16 février 2021

Chirurgie esthétique du visage : solution contre le vieillissement

La chirurgie plastique et la médecine esthétique offrent de nombreuses possibilités de traitement des besoins médicaux mais aussi des besoins qui améliorent le bien-être de l’individu. En Tunisie, nous avons à bord l’un des chirurgiens les plus renommés du monde dans la chirurgie du visage.

Nous proposons une large gamme de traitements. Nous nous concentrons sur la chirurgie faciale, la chirurgie mammaire et les procédures de remodelage du corps avec une forte proportion de chirurgie corrective. Pour vos besoins individuels, nous sommes à votre disposition. Pour une consultation personnelle, nous nous réjouissons de votre appel. 

 Différentes modalités de traitement sont disponibles en Tunisie pour traiter les différents aspects des lésions cutanées. Pour plus d’informations sur ces traitements, visitez chirurgietunisie.org.

Les chirurgies du visage en Tunisie peuvent améliorer l’apparence des rides et ridules de l’ensemble du visage ou celles qui se développent dans des régions spécifiques du visage, comme la lèvre supérieure et le contour des yeux. Ces traitements peuvent également être utilisés pour traiter les troubles de la pigmentation, tels que le soleil et les taches de vieillesse, et ils peuvent servir à améliorer l’apparence des cicatrices d’acné ou d’autres affections cutanées.

Le type de traitement spécifique qui répondra le mieux à vos préoccupations est déterminé après une consultation avec votre chirurgien plasticien agréé en Tunisie. La plupart des traitements de la peau nécessitent une série de traitements et une approche multimodale pour obtenir d’excellents résultats. Plus important encore, le patient doit s’engager à protéger sa peau à l’avenir afin que les résultats obtenus soient plus durables.

La chirurgie esthétique du visage pour vous aider à être au mieux de votre forme

La première étape vers votre nouveau look est de prendre rendez-vous avec un chirurgien plastique en Tunisie. Nous vous proposons une consultation complète pour discuter de vos objectifs et de la manière dont nous pouvons vous aider. 

Nos chirurgiens plasticiens hautement qualifiés sont spécialisés dans un large éventail de procédures pour vous aider à être au mieux de votre forme et de votre bien-être. 

Nos cliniques de chirurgie visage Tunisie, traitent exclusivement les patients ayant des problèmes de reconstruction plastique et d’esthétique plastique du visage. 

Par exemple, êtes-vous incapable de respirer librement par le nez depuis longtemps et êtes-vous également insatisfait de l’apparence de votre nez ? Notre objectif en matière de rhinoplastie et de correction du nez est de vous permettre de respirer librement par le nez tout en conservant une forme de nez discrète. Nos spécialistes sont également spécialisés dans la reconstruction du nez. 

 

Nous effectuons également d’autres corrections plastiques et esthétiques du visage : par exemple, le lifting des paupières. Sur la paupière inférieure, si celle-ci est bombée vers l’intérieur ou vers l’extérieur en raison d’une position incorrecte et que l’œil est de ce fait constamment irrité. Ou sur la paupière supérieure, si elle pend vers la pupille et empêche ainsi la vision. Nous corrigeons également les poches gênantes sous les yeux. En outre, nous pouvons réparer les défauts des oreillettes ou créer des oreilles décollées par la chirurgie. L’élimination des tumeurs de la peau et la restauration des parties du visage touchées pour leur redonner un aspect presque parfait sont un autre axe de notre travail. Nous effectuons également des traitements au Botox. En outre, nous corrigeons les changements faciaux liés à l’âge et proposons des traitements des rides.

 

L’Europe libérale continue d’avancer malgré la crise : la preuve par 6 cette semaine !

16 février - Six actualités m'ont données envie d'interroger le gouvernement sur la question de l'Union européenne...
Entre le projet Hercule qui répond à une injonction de la Commission européenne, la mise en concurrence de la SNCF et la destruction des services publics de transport, les négociations pour un traité de libre-échange entre l'Union européenne et plusieurs pays d'Amérique Latine, la saisine d'un tribunal par une entreprise allemande qui s'estime flouée par une politique écologique (...)

- Actualités /

Elections régionales normandes 2021: une vidéo pour tout savoir ou presque sur… Nathalie GOULET

Nos amis de TVNC, la webtélé du Mouvement Normand et les membres du Cercle Normand de l'Opinion qui animent les "Répliques normandes" se sont associés pour la diffusion de vidéos plutôt pédagogiques et bien informées pour alerter les électeurs et les électrices de Normandie qui ont l'intention de voter aux prochaines élections régionales de juin 2021 parce qu'ils prennent la Normandie au sérieux.

Nous saluons cet exercice salutaire pour notre démocratie locale et régionale qui en a bien besoin car la crise sanitaire en cours a mis en suspens le peu de débat public régional qui pouvait authentiquement exister sur la question normande.

A toute seigneurie, tout honneur... Puisque la sénatrice centriste de l'Orne Nathalie Goulet fut la première a officialiser sa candidature, la première vidéo de cette série lui est donc consacrée:

https://www.tvnc.tv/Regionales-2021-la-liste-UDI-manque-de-saveur_a1460.html

 

Capture

Régionales 2021 : la liste UDI manque de saveur…

Régionales 2021 : bienvenue au Far-West ! cette série d’émissions, consacrées aux têtes de liste qui prétendront occuper le siège de la Présidence à l’Abbaye aux Dames, pour les 5 prochaines années. Volontairement flingueuse et irrespectueuse, cette chronique ne s’en veut pas moins exacte, factuelle – les faits, rien que les faits ! – et uniquement focalisée sur la Normandie et ses intérêts. On peut être un bon élu à Paris, à Bruxelles ou même dans une mairie ou un département normand et être un très mauvais candidat pour notre région, voire un candidat nocif. Notre credo, c’est la Normandie. Nous sommes partisans, et à ce titre, on se régale dans les embuscades !

Nathalie Goulet est la première candidate déclarée pour les élections régionales de 2021 en Normandie, sous les couleurs blafardes de l’UDI. C'est donc elle qui inaugure cette série d’émissions, consacrées aux têtes de liste qui prétendront occuper le siège de la Présidence à l’Abbaye aux Dames, pour les 5 prochaines années.

La candidate

Nathalie Milsztein, épouse Goulet, est née en 1958 à Boulogne-Billancourt. Elle a deux enfants, qui vivent aux États-Unis. Elle confie s'habiller « en Prada, comme le diable », posséder un tapis persan et trois iPhone, « ses meilleurs amis pour rester connectée. » Sur l'écran de l'un d'eux, le chanteur Charles Aznavour : « Le grand amour de sa vie ».
Nathalie Goulet sait d'ailleurs cultiver son capital séduction, entre alimentation végétarienne, jeûne thérapeutique et pratique acharnée du sport.
Elle le confesse volontiers, « l'idée de vieillir l'insupporte ! »
C’est une battante. Depuis toujours.

Après des études de droit et un premier prix au concours général de droit civil, s’il vous plaît, Nathalie Milsztein devient avocate au barreau de Paris. Mais elle est radiée en janvier 2000 par le conseil de l'ordre de Paris pour des manquements graves à la déontologie du métier d'avocat, une décision confirmée en appel en 2006. Décision plutôt rare dans le monde feutré de la Justice. Qu’à cela ne tienne, elle dépose un pourvoi en cassation et elle est réinscrite au Barreau de Paris en 2011. C’est rarissime.

Compagne du sénateur RPR de l'Orne, Daniel Goulet, elle devient son assistante parlementaire en 1999, avant d'être sa suppléante à partir du 23 septembre 2001. Elle l'épouse en 2004.
Le 19 février 2007, au cours d'une mission parlementaire au Moyen-Orient, Daniel Goulet fait une attaque cérébrale et meurt le 25 à l'hôpital Cheikh-Khalifa d'Abou Dabi aux Émirats arabes unis. La rumeur enfle, on l'accuse plus ou moins à mots couverts, voire carrément à voix haute, de l'avoir assassiné pour récupérer son siège au sénat ! À la suite d'une plainte contre X, déposée en avril 2007 par les deux filles du Sénateur, l'enquête retient la mort naturelle par AVC et se conclut par un non-lieu en décembre 2008.

Elle a balayé toutes ces épreuves qui en auraient abattu plus d’un – ce n’est pas François Fillon, terrassé par une histoire de costume, qui nous contredira — et elle a fait condamner tous ses détracteurs ou obtenu des non-lieux. Le journal Le Point et Frantz-Olivier Giesbert s’en souviennent encore.
Plus récemment, elle a aussi obtenu de la justice que les journalistes Christian Chesnot et Georges Malbrunot soient condamnés pour leur livre Nos très chers émirs. Ils mettaient en avant, dans leur ouvrage, des demandes répétées de Nathalie Goulet aux pétromonarchies du Golfe pour obtenir des financements ou des cadeaux. Là aussi fait assez rare, outre les quatre chefs de diffamation retenus contre eux, ils ont eu l’obligation de retirer les passages incriminés, des rééditions éventuelles du livre.

C’est une femme, elle est déterminée, efficace et tenace : bref, elle emmerde du monde. Ses scores aux élections sénatoriales dans l’Orne la légitimisent sans l’ombre d’un concurrent, comme l’une des deux sénateurs de l’Orne… 60,37 % en 2011 au second tour, 58,20 % en 2017, dès le premier tour, s’il vous plaît !

Ce ne sont pas ses amitiés sulfureuses avec des pays qui font fi des droits de l’Homme et de la condition de la femme ou des minorités sexuelles, comme les Émirats Arabes Unis et l’Azerbaïdjan, que nous retiendrons de son activité parlementaire. On peut même dire que cela fait désordre. De plus, être la première, dès le premier jour et le premier obus tombé sur le Haut-Karabagh, à défendre mordicus, l’invasion sauvage de l’Arménie par l’armée azerbaïdjanaise et ses milices islamiques supplétives, n’est pas à son honneur.
Les scènes de décapitation de civils et de soldats arméniens vont faire tache au Forum Mondial de la Paix normand, si elle devenait présidente de la Région Normandie…

Non, ce que l'on peut retenir, c’est son action courageuse sur des sujets épineux, voire risqués, et parfois même au point de mettre son intégrité physique en danger.
Il en est ainsi de la lutte contre le terrorisme : elle est, depuis octobre 2014, présidente de la commission d'enquête « sur l'organisation et les moyens de la lutte contre les réseaux djihadistes en France et en Europe ».
Fin 2015, Nathalie Goulet est à l’initiative d’une mission d’information du Sénat « sur l'organisation, la place et le financement de l'Islam en France et de ses lieux de culte » dans laquelle elle est nommée rapporteur, en octobre de la même année. Elle est aussi membre de la Commission d'enquête sénatoriale sur l'évasion des capitaux et des actifs hors de France et ses incidences fiscales depuis 2012.
Elle est vice-présidente de la Commission d'enquête sur le rôle des banques et des acteurs financiers dans l'évasion des capitaux créée après à l’affaire Cahuzac en 2013.
En 2014, elle s’investit également dans une campagne dénonçant le sort réservé à l’enclave palestinienne de Gaza, dévoilant le blocus et la famine orchestrée par Israël. Ce qui lui vaudra bien sûr d’être accusé d’antisémitisme par tous les lobbys sionistes de la planète… alors qu’elle est, elle-même, fille d’un Français juif, raflé au Vel d’Hiv en 1942, déporté et survivant.

On le voit, Nathalie Goulet sait se choisir des ennemis puissants et dangereux, et mène des combats de longue haleine.
Revers de la médaille, si Nathalie Goulet est une sénatrice française de choc, c’est aussi, il faut bien le reconnaître, une sénatrice normande… fantôme.
Le bilan normand de Nathalie Goulet se limite à une défense plutôt malvenue de la réforme de l'AOC du camembert de Normandie qui est heureusement tombée à l'eau… puisque faut-il le rappeler, un vrai camembert doit être moulé à la louche et affiné en Normandie à partir du lait cru issu de vaches de race normande ayant brouté l'herbe ou le foin d'un pré situé en Normandie. Et il devrait en être de même des candidats aux élections régionales.
Car cette absence de centres d’intérêt normands au Sénat pose problème quand on sollicite les suffrages des Normands pour diriger la Normandie. 

Le programme : un régime minceur, tant il est léger !

Du programme de Nathalie Goulet, on ne sait pour l’instant que deux choses. Il tient dans une boîte de fromage et il est entièrement consacré à la sécurité… qui n’est en rien une compétence régionale !
Vouloir transposer son action du Sénat à la Région ne constitue pas un programme électoral ! On voit d’ailleurs transparaître sur le site de campagne de Nathalie Goulet, une méconnaissance totale de l’institution régionale
De la dizaine de CV qui y figurent – rappelons au passage qu’il faut quand même trouver près de 120 colistiers, et qu’il y aurait moins de 100 adhérents UDI en Normandie – de la dizaine de ces CV donc, aucun n’a l’expérience ne serait-ce que d’un mandat de Conseiller Régional. C’est très léger et quelque peu présomptueux…

La démarche est visiblement teintée du préjugé négatif localiste des partisans des départements et des communes qui ont le Sénat comme caisse de résonance naturelle puisque ces élus locaux sont les "grands électeurs" des sénateurs.
Nathalie Goulet est membre de cette institution, et de fait porte-parole de ces esprits chagrins qui se méfient de tout progrès de l'institution régionale.
Depuis le vote de la loi NOTRe de 2015 qui confie aux conseils régionaux l'essentiel des compétences permettant le développement territorial, économique ou l'attractivité, ces partisans "localistes" ne désarment pas. En Normandie, leur chef de file attitré est Jean-Léonce Dupont le président… UDI – ah tient, encore un ! - du département du Calvados.
Il paraît évident qu'en l'état du débat actuel, la candidature de Nathalie Goulet à la présidence de la Normandie peut s'apparenter à une candidature de neutralisation du conseil régional pour éviter de renforcer l'option régionale sinon régionaliste normande qui est actuellement poursuivi non sans succès par l'actuelle majorité emmenée par Hervé Morin.

Pour preuve, l’absence quasi-totale d’analyse de la politique régionale menée depuis 5 ans par l’équipe sortante. Pas un chiffre, pas un bilan, pas un mot des politiques régionales. Le programme tient en exactement 5 lignes sur son site de campagne ! Quid de l’aménagement du territoire, de la culture, du patrimoine, de l’identité normande, du tourisme, de la pêche, de l’agriculture, des forêts, du développement économique, de l’enseignement supérieur, des lycées, de la filière équine, du numérique, de la formation, de l’emploi, de la santé, du sport, des ports, des transports ?… 
Comme si depuis la réunification, strictement rien n’avait été fait. Comme si, de toute cette liste, aucune compétence n’était du ressort de la Région…
C'est trop facile, totalement faux, et on l'aura compris purement politicien…

Du coup, deux idées nous viennent à l’esprit.
La première, c’est que Nathalie Goulet aimerait se faire une place au soleil au sein de la future majorité régionale et qu’elle fait monter les enchères pour se vendre à qui pourrait lui confier un poste de vice-présidente. Il lui faut donc passer la barre des 5 % et trouver une liste avec qui fusionner au second tour. Pour cela, nul besoin d'un programme, mais d’une bonne campagne médiatique, domaine qu’elle maîtrise parfaitement. Il risque d’y avoir des colistiers fort déçus au lendemain du premier tour quand ils vont s’être couchés élus dans leur tête et se réveiller cocus sous leur couette…

La seconde, c’est que tout cela n’est qu’une pitoyable vengeance politique téléguidée par le Parisien Jean-Christophe Lagarde, président de l’UDI.
Nulle part ailleurs, en France, l’UDI, ne présentera de liste autonome : elle négocie des strapontins auprès de LR ou de LREM, son poids politique étant quasi nul. C’était le jouet de Jean-Louis Borloo, qui l’a cassé en partant électrifier l’Afrique. Il n’y a que la Normandie pour susciter un tel intérêt de la part de l'UDI. La Normandie présidée par Hervé Morin, l'ennemi personnel du sieur Lagarde depuis la scission UDI – Nouveau Centre.
Lagarde, spécialiste des combines politiciennes, est connu des observateurs politiques et des journalistes pour instrumentaliser associations, candidats parasites, subventions et être peu regardant sur les personnes qui le servent. L’homme qui cite du Goebbels, ministre de la propagande du IIIe Reich, dans le texte, reconnaît sans souci mentir quand il en a besoin, et agir au mieux de ses intérêts… Il n’aurait donc aucun scrupule à téléguider une liste centriste pour priver la majorité sortante – de sensibilité centriste, rappelons-le – de 2 ou 3 points, et ainsi faire chuter Hervé Morin et lui interdire un second mandat nécessaire à la consolidation des fondations de la Normandie réunifiée.

Dans les deux cas, les intérêts de la Normandie et des Normands semblent bien secondaires aux yeux de l’UDI et de sa liste couleur violette, qui rappelle plus la vache Milka des montagnes suisses que la Normande de nos près herbeux.
Les Normands méritent quand même un peu plus de considération, et Nathalie Goulet mérite certainement mieux que ce rôle de fromagère flingueuse. Sa détermination, son courage, seraient bien plus profitable à la Normandie sous les ors du Sénat, qu’en tête d'une liste téléguidée.
Dans les faits, sa candidature ne peut ravir que les ennemis de la Normandie et les tyrosémiophiles. Pour les néophytes, un tyrosémiophile c’est un collectionneur d’étiquette de fromages, et un ennemi de la Normandie, c’est quelqu’un qui contribue à sa division, menace son avenir, et se la joue perso.

Dont acte !
CANDIDATURE REFUSÉE !

 
CNO – Central. Le 15 février 2021


 

Pour regarder la vidéo, suivre le lien suivant:

https://www.tvnc.tv/Regionales-2021-la-liste-UDI-manque-de-saveur_a1460.html

Projet de loi Climat & Résilience – Damien ADAM désigné rapporteur au fond sur le code minier

Ce jour, à l’Assemblée nationale, s’est tenue la réunion constitutive de la commission spéciale chargée d’examiner le projet de loi portant lutte contre le dérèglement climatique et renforcement de la résilience face à ses effets, dit “Climat et résilience”. À l’issue de cette première réunion, Damien ADAM, Député de la 1ère circonscription de la Seine-Maritime, […]

Contournement Est de Rouen: la crainte d’une ZAD pourrait faire reculer le préfet de région…

 Dans sa dernière enquête, les journalistes du site d'investigations rouennais et normand du "Poulpe" se proposent de faire un décryptage du dossier du contournement Est qui, il faut bien le dire, n'apporte pas plus d'informations et d'analyses que celles qui ont été partagées ici. Le propos de cette enquête soi-disant objective est même quelque peu biaisé car, contrairement à ce que nous avons fait ici, à savoir, dire clairement notre soutien à ce projet de contournement autoroutier Est de Rouen tout en expliquant les raisons, l'article du Poulpe n'assume pas clairement son opposition au projet...

Ceci étant, dit, nous vous proposons de lire un extrait de cet article à retrouver en intégralité sous le lien suivant car il pose clairement ce qui pourrait être mis en balance par l'Etat et son préfet de région pour confirmer définitivement la poursuite ou non de ce projet d'intérêt national...

Capture

https://www.lepoulpe.info/presque-decapite-le-serpent-de-mer-du-contournement-autoroutier-de-rouen-bouge-encore/

Une ZAD à l’Est ?

Certains secteurs, logiquement ceux situés à l’est, y gagneraient, mais d’autres y perdraient, à l’ouest essentiellement. Le nombre de poids lourds diminuerait bel et bien sur certains axes, comme le pont Mathilde et le tunnel de la Grand-Mare. Sur les quais rouennais, en revanche, cet effet positif serait annulé par une surcharge de voitures. Or, ces véhicules légers représentent l’essentiel des trafics quotidiens internes à l’agglomération. Au total, cette liaison autoroutière accueillerait entre « 19 950 et 29 550 » véhicules, dont 10 à 30 % de poids lourds. Mais un exemple récent, et jamais évoqué par les promoteurs du projet, incite à la prudence. Comme détaillé par Le Poulpe, l’autoroute A 150, près de Rouen, dont une portion payante a été mise en service en 2015, montre un trafic bien en deçà des prévisions. 

Outre son vote négatif, la Métropole a présenté, en parallèle, une série d’alternatives afin de faire face à ces soucis de congestion, telle la création d’un simili-contournement par l’Ouest, qui nécessiterait de lourds aménagements, notamment au niveau du pont Flaubert. L’Etat estime que ces propositions « doivent être analysées en détail ». Mais Région et Département les balayent sans attendre.

A côté des recours prévisibles en cas de maintien du projet par l’Etat, reste la question, peu abordée, de l’éventuelle apparition d’une ZAD, ces « zones à défendre ». Elle a tout de même été posée aux deux présidents de Région et de Département et la perspective ne semble pas les effrayer. Les services de renseignement, en revanche, prennent ce scénario au sérieux. Début 2018, une enquête du Figaroa révélé que ces services ciblaient une « cinquantaine de foyers potentiels à travers le pays », dont le projet d’autoroute rouennais.

Le billet d’Eric VALIN: Riche ou pauvre en Normandie c’est un choix!

Pour son nouveau billet, Eric Valin, notre expert en intelligence économique territoriale revient sur la semaine passée dominée par une belle opération politico-médiatique d'esbroufe sur le thème de l'Axe Seine et d'une éventuelle fusion territoriale entre la Normandie et l'Ile-de-France...

297-2974327_amazing-pac-man-pictures-backgrounds-pacman-png

Riche ou pauvre en Normandie c'est un choix !

 Choix1 que feront les Normands selon le traitement qu'ils réserveront à l'injonction parisienne du "Grand-Paris axé Seine" à l'occasion des élections régionales de juin prochain.

 Pendant des siècles l'aménagement du territoire s'est résumé à l'entretien des voies commerciales entre les villes de foires. Au XIXème on constate concomitamment d'une part un essor de la production industrielle géo-concentrée d'où un accroissement des échanges et d'autre part un essor des sciences économiques.

L'invasion allemande de 1914 a imposé de concevoir un aménagement industriel du territoire pour compenser la perte des usines des zones occupées dans le Nord ou menacées autour de Paris.

Après les deux guerres mondiales, l'activité économique se concentre sur les villes ou zones à reconstruire et autour de la région parisienne qui, étant intacte, peut se consacrer à son développement selon un phénomène de polarisation naturel en économie. On peut choisir de subir ou compenser ce phénomène pour des raisons d'ordre politique, militaire, économique, sociale.

 Suite au cri d'alarme de Jean-François Gravier "Paris et le désert français", en 1947 mais toujours d'actualité, la planification de l'aménagement du territoire devient autant un besoin qu'une volonté traduite par la création de la Délégation à l'Aménagement du Territoire et l'Action Régionale (DATAR, 1963) dont la première publication choc reprend le tocsin de JF Gravier avec le scénario de l'inacceptable. Ce scénario part d'une évolution constatée dont le prolongement aboutirait à un développement économique de la France le long de la frontière nord et est, de la Seine, du Rhône; le reste étant désertique sauf l'oasis toulousain.

La nationalisation de l'essentiel de l'économie en 1945 et les "30 glorieuses" ont permis l'intervention étatique pour une répartition autoritaire de l'activité dans les zones de dépression jusqu'à ce que le libéralisme, les crises pétrolières et la mondialisation conjuguent leurs impacts pour mettre un terme à cette facilité et nous fassent entrer dans la concurrence internationale des territoires, par le vagabondage des entreprises qui prend le relais de la division internationale du travail.

 Au milieu des années 1990 la DATAR préconise avec plus ou moins de réussite un polycentrisme maillé pour un aménagement équilibré du territoire déterminant six grandes régions économiques donc, par nature, informelles d'un point de vue institutionnel; au moins dans un premier temps parce que assez proches d'un projet de régionalisation dans les tiroirs de l'UE à Bruxelles. Ce scénario de prospective éviterait la désertification d'une grande part de l'hexagone mais laisserait une nette prédominance au bassin parisien qui est une autre dimension que la simple Île- de- France.

Acteurs et décideurs franciliens se sont évidemment emparés de ce scénario pour en faire un plan selon deux axes; d'une part Seine-Nord le canal liant la région parisienne à Anvers et à la banane bleue de l'Europe, d'autre part l'axe Seine ouest par le biais de la fusion des ports de Le Havre, Rouen, Paris (projet HAROPA)2 afin de donner à Paris un autre accès à la mer et surtout inclure pour son bénéfice la vaste zone industrielle implantée le long du fleuve.

 Si ce plan de vampirisation se réalise on constatera une polarisation de l'activité économique française dans le bassin parisien, toujours au détriment croissant du reste du pays en particulier dans la partie de la Normandie "inutile" qui n'aura que des retombées marginales assimilables au revenu minimum d'insertion. Le ruissellement atteindra péniblement d'abord Évreux et Dieppe, éventuellement Caen parce que préfecture au centre des bases de loisirs des parisiens le week-end, quant au reste (ouest Calvados, Manche, Orne, sud Eure, nord Seine Maritime) il ne pourra que regretter d'avoir raté un aménagement équilibré de la Normandie à partir d'une démarche régionaliste que permet l'histoire, la culture et la géographie économique ainsi que le réseau urbain de la Normandie.

 La promotion du bassin parisien au niveau d'un État-Région au sens mondialiste du concept aurait le même impact sur les autres parties de l'hexagone moins utiles pour cet ensemble et laisserait la verticale Strasbourg-Marseille fricoter avec ses voisins européens de l'est, laissant la diagonale du vide autour du massif central se développer au sud-ouest de la ligne Le Havre-Paris-Lyon-Marseille; sauf quelques grandes villes pompeusement baptisées métropoles d'équilibre.... Ce serait revenir au scénario de l'inacceptable édité en 1971 !!!

Les Normands, les Français en sont-ils conscients, le veulent-ils ?

 

1Synthèse d'un webinaire de Eric Valin pour les adhérents de Front Populaire de Normandie.

2Sur ce projet et le risque de fusion Normandie-Île de France voir la vidéo de Philippe Cléris sur le site de Front Populaire : https://frontpopulaire.fr/o/Content/co386473/alerte-a-la-fusion-normandie-ile-de-france

Participez aux sondages

L’application Néocity Saint Valery en Caux permet aux habitants de s’exprimer à travers l’onglet “Démocratie participative” Grâce à cet outil, la vie publique s’enrichit avec de nombreux thèmes proposés pour améliorer le cadre de vie, la sécurité, l’attractivité… de notre ville. Ces idées font l’objet d’un sondage en direct où …