Archive dans 15 février 2021

Saint-Senier-de-Beuvron: quand les puissants de ce monde croient pouvoir disposer de notre Normandie à leur guise…

Eh bien il faut leur démontrer par tous les moyens qu'ils se trompent et qu'ils ont intérêt à respecter ce que nous sommes!

On mettra donc dans le même sac Anne Hidalgo, Rolland Castro ou Antoine Grumbach qui veulent nous faire disparaître dans une grande région parisienne et... Elon Musk, l'homme le plus riche du monde qui croit pouvoir déposer sur Terre ses cochonneries électromagnétiques partout où il le souhaite.

Il croyait avoir la paix et passer inaperçu en jetant son dévolu sur la commune normande de Saint-Senier-de-Beuvron qui, comme son nom semble l'indiquer, est un trou perdu au fin fond de notre ploukistan de l'Avranchin. Les Américains ont confondu les 368 habitants de la commune et la famille des riverains de la future implantation d'antennes, avec leurs vaches, veaux, ânes, juments, cochons, poules, lapins, chiens et chats... qui, s'ils pouvaient, eux-aussi, donner leur avis n'en penseraient que du mal!

Pour lors, les humains, s'en chargent! Les gens d'ici sont discrets et n'aiment pas faire d'histoires. Mais ce n'est pas parce qu'on ne dit rien ou qu'on ne fait pas beaucoup de bruit que l'on n'existe pas... Et si le mépris s'en mêle, ces gens-là peuvent devenir têtus et opiniâtres pour lutter contre ce projet de pollution autant esthétique qu'électro-magnétique...

On souhaite bon courage à Monsieur... Musk!

https://www.ouest-france.fr/leditiondusoir/2021-02-15/un-village-normand-declare-la-guerre-au-milliardaire-americain-elon-musk-2b2817f7-40de-404b-be22-4fe7290c872f

1ff1cb8971a3f6383ffde4252249ff31-16892529

Un village normand déclare la guerre au milliardaire américain Elon Musk

Par Audrey VAIRÉ

​L’entreprise américaine SpaceX, du milliardaire américain Elon Musk, veut développer un réseau internet haut débit par satellites partout dans le monde. En France, elle a choisi le sud de la Manche ( Normandie) pour accueillir l’une de ses trois stations terrestres. Au grand désespoir des habitants, unis contre le projet.

« Quand on choisit de vivre dans un village de campagne, ce n’est pas pour vieillir à côté d’une station pour satellites. » Quand Anne-Laure et Dimitri Gesbert-Falguières ont posé leurs valises à Saint-Senier-de-Beuvron (Manche) il y a quinze ans, ils n’imaginaient pas avoir un jour Elon Musk, l’un des hommes les plus riches du monde, pour voisin.

Un projet reçu avec inquiétude

Sa société SpaceX convoite un terrain de trois hectares dans ce village de 356 habitants, situé juste à côté d’une installation de réseau longue distance de fibre optique. C’est là qu’elle veut installer sa troisième station française, après avoir choisi Gravelines (près de Dunkerque) et Villenave-d’Ornon (près de Bordeaux).

Dans la commune normande, ce projet est reçu avec inquiétude. Dès novembre, le conseil municipal s’est prononcé, à l’unanimité, contre. Un arrêté d’opposition à la déclaration préalable a été pris début décembre. Tous soutiennent le couple de quadragénaires, qui vit ici avec un garçon de douze ans et une fille de dix ans.

« Le maire nous a annoncé la mauvaise nouvelle le dimanche du week-end de Toussaint, en nous remettant toutes les informations dont il disposait. Depuis, nous n’avons cessé de nous renseigner sur Starlink. » Leur première crainte était visuelle : neuf antennes de 2,86 m de haut chacune, réparties sur 400 m² clôturés par des panneaux métalliques de deux mètres de haut… De quoi gâcher la belle vue sur la campagne normande dont la famille profite, avec leurs nombreux animaux.

Des antennes trop puissantes ?

Depuis, des craintes sanitaires et sonores se sont ajoutées. Ils ont reçu un dossier d’analyse des risques de rayonnement de la part de Sipartech, entreprise parisienne spécialisée dans le déploiement des réseaux de fibres et transmissions optiques en France et en Europe depuis 2008, missionnée pour mener à bien ce projet. Il affirme que « les passerelles des services SpaceX sont conformes et n’entraîneront pas des niveaux d’exposition dépassant les limites de risque de rayonnement applicables ».

7494125d2c9064330585471c685c90a0-16892526

Le couple s’est rapproché de scientifiques et d’associations pour mieux comprendre les données fournies dans ce dossier. « Un ingénieur nous a rappelé paniqué pour nous, pensant déjà que nous vivions à côté de ces antennes, qu’il juge trop puissantes. Nous savons déjà que si le projet se concrétise, il nous faudra partir. »

Une perspective qui trouble leurs nuits ces derniers mois et les désole. Car à La Gralemois, dans ce petit hameau normand, ils se sont construit un vrai havre de paix, où deux ânes, un paon, trois chats, un chien, un cochon d’inde et des poissons rouges cohabitent joyeusement.

Sans oublier les volailles pour les œufs, les abeilles pour faire leur miel, le verger pour le jus de pomme et le potager. « Nous sommes à la campagne pour assurer notre autonomie et pour éduquer nos enfants avec nos valeurs. À quoi ça rimerait de limiter le temps de consoles et d’écran ou d’éteindre le Wifi la nuit si c’est pour être exposé aux ondes hautes fréquences à longueur de journée ? »

 

Pas engagés politiquement, ils ne veulent pas pour autant être traités de technophobes.

« Gros enjeu économique »

« Je passe mes journées à télétravailler ici, glisse Dimitri, dessinateur dans un cabinet d’architecte Breton. Nous ne sommes pas des Gaulois qui veulent stopper l’évolution technologique. Mais des parents inquiets d’un projet qui veut s’implanter sans même étudier les retombées possibles sur ses voisins. » Anne-Laure, guide dans la Baie du Mont-Saint-Michel, souligne : « Le principe de précaution devrait s’appliquer. On ne veut pas attendre quinze ans et tomber malade ou voir nos animaux mourir. »

Il y a un mois, le samedi 16 janvier, ils ont eu un appel de Sipartech, qui ont tenté de les convaincre. « Ils nous ont dit clairement que c’était un gros enjeu économique pour eux avant de nous répéter beaucoup d’éléments de marketing. »

Le couple a eu la surprise de voir arriver la semaine dernière un gros stock de fourreaux électriques en face de chez eux. Comme un pied de nez. Après tout, le 1er décembre, l’entreprise américaine a déjà obtenu une autorisation « d’utilisation de fréquences radioélectriques » à cet endroit auprès de l’Autorité de régulation des communications électroniques, des postes et de la distribution de la presse (Arcep).

Pour ce combat qui s’annonce compliqué, ils peuvent compter sur le soutien de François Dufour, conseiller régional EELV, préoccupé depuis longtemps par l’impact des ondes sur le vivant.

Né à Saint-Senier-de-Beuvron, il ne comprend pas comment « notre démocratie » laisse s’imposer ces multinationales. « Dans leur course à qui sera le plus riche du monde, ces milliardaires passent outre le temps du débat et le droit à l’information. C’est une vraie violence qu’ils font aux populations. »

df3c208a2185c45dd5ecf21c4c2b03e5-16892531

 

Pas de dérogation pour l’accueil de loisirs

L’accueil de loisirs n’a pas de dérogation pour rester ouvert en activités extrascolaires après le couvre-feu.

Pendant les vacances, l’accueil de loisirs fermera ses portes à 17h45.

 

Seuls les enfants dont les parents ont une dérogation par leur activité professionnelle pourront rester en garderie de 17h45 à 18h30.

Merci de votre compréhension.

ROUEN, le 15 février 2021: Assemblée plénière d’un Conseil Régional de Normandie qui agit dans la réalité!

A Rouen, dans l'hémicycle Antoine Rufenacht de l'hôtel de région, se tenait l'assemblée plénière du conseil régional de Normandie: c'était l'occasion pour l'actuelle majorité régionale et pour le président de la Normandie de réaffirmer quelques évidences après la semaine d'esbroufe que nous venons de vivre sur les eaux de la Seine...

Les dures lois du réel ont été rappelées par Hervé Morin dans son propos liminaire: l'actualité principale ce n'est la chorégraphie de deux présidentiables au-dessus des eaux de la Seine mais les rigueurs d'une crise sanitaire, économique et sociale qui s'annonce longue et profonde qui provoque aussi une atteinte jamais vues à nos libertés fondamentales...

Le président de région a rappelé d'emblée le plus essentiel: le conseil régional s'est mobilisé pour venir en aide auprès  de 4500 entreprises normandes. Le dispositif "impulsion-résistance"  fonctionne dans toute la Normandie avec le soutien des intercommunalités: 2024 petites entreprises sont actuellement aidées notamment dans le domaine de l'événementiel, du sport, de la culture, du tourisme...

La région a, de même, distribué  40 millions d'euros au titre de prêts participatifs grâce à la mobilisation en Normandie d'une première tranche du plan de relance européen.

Dans le domaine du sport et de la culture, 200 établissements et 15 clubs sont actuellement aidés

Malgré l'urgence de la crise actuelle, il faut continuer à préparer l'avenir:

C'est ainsi que 6000 ordinateurs ont d'ores-et-déjà été achetés pour les lycéens normands à la rentrée de septembre 2021

Cet effort va coûter 20 millions d'euros par an à la Région suivant une convention signée avec le rectorat de l'académie de Normandie qui inclue la formation pour les enseignants chargés de déployer ces outils.

11 millions d'euros sont budgétés pour aider les jeunes normands à trouver un stage en entreprise ainsi que pour ceux qui n'arrivent pas à trouver leur premier emploi: 600 missions sont déjà pourvues.

Du côté des dentistes, Hervé Morin veut faire cesser un vrai scandale: la Normandie a la plus faible démographique médicale dentaire de toutes les régions de France faute de n'avoir toujours pas de facultés spécialisées ni à Caen, ni à Rouen. L'objectif est de pouvoir en ouvrir une à terme. En attendant, 1 million d'euros sont prévus pour l'ouverture de dix fauteuils dentaires à Evreux et à Cherbourg: l'objectif est de multiplier par deux le nombre d'étudiants dentistes normands.  800000 euros de crédits régionaux sont fléchés pour réaliser cet objectif.

La région s'inquiète des effets de la crise sanitaire sur la vie des étudiants normands: 1,5 millions sont débloqués pour financer les cours à distance à Caen Rouen, pour ouvrir des épiceries solidaires sur les campus. Pour la prolongation des bourses des doctorants,  463 mois supplémentaires seront pris en charge par la Région pour un coût de 1,2 millions.

La Région le CROUS et ses oeuvres sociales:  1800 étudiants infirmiers vont bénéficier d'un soutien exceptionnel pour un coût de 3 millions d'euros. La région Normandie veut ainsi saluer leur dévouement dans la crise sanitaire en cours. Enfin, mesure importante, tous les transports régionaux seront gratuits pour les étudiants normands.

Hervé Morin fait, ensuite, part de sa mauvaise humeur au sujet du futur Contrat de Plan Etat Région:

Sur le dossier essentiel du rattrapage du retard normand dans le domaine de l'enseignement supérieur et la recherche, le compte n'y est pas! Pourtant, il y a urgence car la Normandie est passée à côté de tous les grands appels d'offres nationaux.

Il y a de grands projets à Caen, Rouen et Le Havre mais c'est le technopôle du Madrillet près de Rouen qui est le projet le plus avancé...

Plus d'un milliard sur dix ans sont budgétés dans deux Contrats de plan sur 5 ans. Dans ces contrats, il faut financer le gros dossier de la rénovation d'un immobilier universitaire, un patrimoine qui appartient à l'Etat selon la clef de répartition suivante: 100 millions pour la région, 200 millions pour l'état et 200 millions pour le bloc communal et les départements concernés.

Mais l'Etat a décidé de n'accorder que... 46 millions pour rénover nos trois universités normandes! Soit deux fois moins qu'en Bretagne ou pour les Pays-de-la-Loire.

C'est à croire que dans certains bureaux parisiens ils ne savent toujours pas que la Normandie est réunifiée! Hervé Morin a mis en demeure Jean Castex de rectifier le tir sinon, pas de CPER! On attend donc les arbitrages: Matignon donnera sa réponse dans 15 jours.

 Comme d'habitude, il fut question de la question ferroviaire:

Hervé Morin a salué l'unité des principales collectivités territoriales normandes pour obtenir le financement des travaux pour réaliser le "saut-de-mouton" en aval de la gare de Saint-Lazare pour séparer le trafic des grandes lignes normandes de celui de la banlieue Ouest de Paris. On espère une réalisation opérationnelle pour 2027. La région met 50 millions pour ce projet.

Enfin, Hervé Morin revient sur la qualité du service ferroviaire en Normandie qui reste aléatoire: pas une semaine sans qu'il y ait sur les grandes lignes normandes un incident. A l'automne, le service rendu était à ce point lamentable qu'il a fallu assigner la Sncf devant la justice! Un plan d'urgence pour rétablir la qualité du service ferroviaire normand a été mis en oeuvre. Hervé Morin a rencontré récemment le Pdg de la Sncf pour dresser un premier bilan: la Sncf a déployé plus de personnels et de matériels sur les lignes normandes. 20 rames Omnéo sont, désormais, en circulation. Concernant la ponctualité, ça va mieux: on est passé de 88% seulement à l'automne dernier à 93% janvier 2021. On aimerait du ... 100%!

Dans le débat qui a suivi la déclaration préliminaire d'Hervé Morin, la question du contournement Est de Rouen qui était à l'ordre du jour des votes de l'assemblée régionale a suscité de vifs débats aussi bien à l'intérieur de l'enceinte qu'à l'extérieur...

L'assemblée régionale normande a donc voté la ralonge de 48 millions qui permet de sauver le financement de ce projet après le retrait de la métropole de Rouen.

Lire le reportage proposé par Xavier Oriot pour Ouest-France:

https://www.ouest-france.fr/normandie/contournement-est-de-rouen-debat-acharne-a-la-region-7155243

Contournement est de Rouen. Débat acharné à la Région

La Région a voté une rallonge financière de 48 millions d’euros pour construire ce barreau autoroutier de 41,5 km après de vifs débats entre la gauche et les écologistes, qui sont contre, et la majorité de droite et du centre jusqu’au Rassemblement national, qui est pour.

A l’extérieur de l’hôtel de région de Rouen, des militants écrivent à la craie en grandes lettres sur les murs des grilles les slogans chantés par quelques dizaines de manifestants derrière une grande banderole : « la 133 on n’en veut pas. Le contournement c’est le monde d’avant. Déclarez l’urgence climatique. »

Après le refus de la métropole de financer ce contournement est de Rouen, la Région et le Département de la Seine-Maritime ont augmenté leur participation de 48 millions d’euros pour la Région (de 157 à 205) et de 18 pour le département (de 22 à 40). « Vous avez sorti le carnet de chèques et débloqué des dizaines de millions en quelques heures, » ironise Céline Brulin, présidente du groupe communistes et du Front de gauche. « J’espère que ce ne sera pas au détriment des besoins de la Région et au mépris des enjeux climatiques. Mais on verra que ce n’est qu’une opération de com, car ce projet sera abandonné. »

Les bobos seront satisfaits

Nicolas Bay, président du groupe Bleu marine (Rassemblement national), abonde : « bien sûr que c’est un enjeu régional. Mais de là à ce que la Région en supporte le coût le plus important !! Et vous nous mettez devant le fait accompli. » Mais s’en prend d’abord aux socialistes « qui veulent que Rouen reste la seule métropole française à ne pas disposer d’un contournement autoroutier maintenant une pollution visuelle, olfactive et sonore. Vous essayez de teinter votre volte-face d’écologie. Mais vos petits arrangements avec les écologistes sont une honte pour la démocratie. Peut-être que les bobos de Rouen seront satisfaits de votre décision, mais les classes populaires seront encore pénalisées. » S’il souhaite « un référendum sur le sujet » Nicolas Baye a indiqué qu’il voterait « pour le projet. »

Aucune résolution de la congestion

Laëtitia Sanchez présidente du groupe des Verts-EELV s’amuse que le RN « qui s’était abstenu sur ce projet se fait maintenant le soutien d’Hervé Morin. Sur 1,3 million de déplacements journaliers, 1,2 vont et viennent à Rouen et ne sont donc pas concernés par ce contournement obsolète. Ça n’apportera aucune résolution à la congestion rouennaise. En votant ce financement vous privilégiez les intérêts privés sur l’intérêt général. » Et de citer toutes les villes qui n’ont pas de contournement. Toujours pour les écologistes, Claude Taïeb évoque ses « tristesse, colère et inquiétude. »

« Vous êtes un bon cuisinier »

Joachim Moïse, maire communiste de Saint-Etienne-du-Rouvray, où un viaduc de 40 m serait construit, s’étonne « d’un tel niveau d’investissement de l’argent public. Vous parlez de tambouille politique à la métropole, mais vous êtes vous-même un bon cuisinier en passant de 157 millions à 205 millions. Avec 84 % de part de financement des collectivités, vous allez bientôt égaler celui de l’État. Cette autoroute c’est le monde d’avant, celui du capital. En tout cas, les lignes de clivages sur ce projet autoroutier à quatre mois des élections régionales sont nettes. »

Timour Veyri du groupe SRC et élu d’opposition d’Évreux parle « de calcul politicien saugrenu et insensé avec votre homologue du département citant Sébastien Lecornu, ancien président de l’Eure « on peut tolérer quelques désagréments, on ne va pas en plus les payer. »

Reniements

Pour Jean-Baptiste Gastinne, vice-président aux transports « c’est un projet d’intérêt général et d’utilité publique confirmé par le conseil d’État. » Pascal Houbron, maire LR de Bihorel et élu de la métropole, a réglé quelques comptes avec la majorité de gauche de la Métropole où, note-t-il, « 33 maires sur 71 ont voté pour le contournement. Il nous faut cette infrastructure, la Normandie en sera plus attractive. » Catherine Morin Dessaily (centre) : « vous dites que c’est un projet d’un autre temps mais 91 % des 18-24 ans sont favorables à ce projet qui dépasse largement Rouen et la métropole. » Et, s’adressant à Nicolas Mayer-Rossignol, tacle « votre reniement de vos prédécesseurs, Frédéric Sanchez à la métropole, et Yvon Robert, maire de Rouen, qui étaient favorables. »

« Pourquoi j’ai changé d’avis… »

Nicolas Mayer Rossignol, maire de Rouen, et président de la métropole qui a dit non, lundi dernier au contournement, estime qu’il « aboutirait à une augmentation de la pollution de 4 à 14 % selon les polluants. La part de transport par camion est supérieure à tous les ports qui nous taillent des croupières en Europe. Ils sont meilleurs que nous avec moins de camions et nous, nous devrions utiliser plus de camions ? » Quant au trafic voyageur « le trafic transit c’est 40 000 véhicules contre 1,2 million pour le trafic interne avec une moyenne de 1,2 personne par voiture ! » Sur son changement d’avis « j’ai changé d’avis parce que le monde change. J’avoue avoir sous estimé l’importance des enjeux écologique. Cinq ans après les accords de Paris, nous sommes sur une trajectoire qui n’est pas soutenable. »


 

Commentaire de Florestan:

Réponse à Nicolas Mayer-Rossignol: le contournement Est de Rouen c'est, avant tout, contribuer à achever le contournement Ouest de la région parisienne. Le report modal de la route au fluvial sur l'Axe Seine ne sera pas suffisant puisque la métropole de Rouen est surtout encombrée par un trafic routier de transit Nord Europe- Espagne.

Pour suivre l'intégralité des débats:

 https://www.youtube.com/watch?v=YNfTCgGKoOc

Capture

 

Ordre du jour de cette assemblée plénière (modifié le 11 février 2021):

Capture

 

 

Victime ou témoin d’une discrimination ? Nous lançons la plateforme antidiscrimination.fr

La lutte contre toutes les formes de discriminations est une priorité depuis le début du mandat. La plateforme de signalement et d’accompagnement antidiscriminations.fr, annoncée le 9 décembre dernier par le président de la République en est un engagement fort. Ce nouveau service, lancé la semaine dernière, permet – en lien avec les associations de lutte […]

A Toussaint, auprès des députés en herbe du Parlement des enfants

Education

Parlement des enfants

Interdire les doubles emballages, rallonger la date de péremption des aliments, arrêter les produits chimiques sur les légumes et dans les aliments…

Dans la classe de CE2, CM1 et CM2 de l’école de Toussaint, les élèves ont planché sur le thème « une alimentation saine et équilibrée » proposée dans le cadre de la 25e édition du Parlement des enfants. Cette opération vise, au terme de sélections au niveau des académies, puis à l’échelon national, d’énoncer une « proposition de loi » qui sera débattue dans l’ensemble des classes participantes, et peut-être même dans l’hémicycle du Palais Bourbon.

C’est là un bel exercice de démocratie sur un sujet auquel, en tant que secrétaire de la commission du développement durable à l’Assemblée nationale, et comme rapporteure de la loi AGEC (anti-gaspillage et pour une économie circulaire), je suis particulièrement attachée.

Ce vendredi 12 février, j’étais, donc, à l’écoute des propositions des « députés en herbe » de Toussaint pour l’élaboration de leur texte, et expliquer à la classe de Céline Gilles le rôle et les différentes missions du député.

 

Pour en savoir plus sur le parlement des enfants https://www.education.gouv.fr/le-parlement-des-enfants-12299

Suivez notre actualité !

L’article A Toussaint, auprès des députés en herbe du Parlement des enfants est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.

Un·e agent·e d’accueil et de gestion administrative

Au sein du Département Solidarité et sous l’autorité du responsable de la division seniors, vous assurez l’accueil et le renseignement du public au guichet seniors. Vous participez aux inscriptions à l’ensemble des activités et services proposés aux seniors, et assurez le suivi administratif et la facturation des services relatifs au maintien à domicile. Enfin vous participez à l’évaluation des besoins et au travail de coordination des interventions à domicile.

Vos missions seront les suivantes :

  • Accueillir les personnes âgées ou leur entourage, les renseigner et les orienter sur les services de maintien à domicile, les prises en charge financières possibles, les solutions d’hébergement, les animations et actions de prévention proposées aux seniors
  • Inscrire les seniors aux activités et services proposés par la division : prendre les inscriptions et réservations pour le Mobilo’bus et les services de restauration proposés aux seniors, prendre les inscriptions des seniors âgés de 65 ans et + au service Vie Sociale des Seniors et participer aux opérations d’inscriptions aux grandes manifestations, ainsi qu’aux activités mises en place par le service Vie Sociale des Seniors, encaisser les sommes correspondantes aux inscriptions et vérifier les encaissements des chauffeurs du Mobilo’bus
  • Assurer le suivi administratif et la facturation des prestations assurées par le service seniors et participer aux missions de secrétariat du service : préparer et adresser les courriers et factures aux usagers du service, gérer les demandes de prélèvement automatique, prendre contact avec les usagers en situation d’impayés, paramétrer les modifications d’activités et de tarifs sur le logiciel de suivi et de facturation, assurer la tenue des tableaux de suivi d’activités du service
  • Evaluer les demandes de portage de repas à domicile et des autres services à la personne, par téléphone et à l’occasion de visites à domicile, évaluer la fragilité des personnes âgées, et participer à la coordination des acteurs du maintien à domicile
  • Participer à la mise en œuvre du plan canicule et autres plans d’urgence

Profil

  • Titulaire d’un diplôme de niveau IV minimum, vous avez acquis et développé des compétences dans le domaine de la gestion administrative
  • Vous avez des notions sur l’activité d’un service seniors
  • Capacité à accueillir différents publics âgés éprouvant des difficultés d’origine sociale, culturelle ou individuelle
  • Sens du service public et de l’accueil
  • Sens de la discrétion et de la réserve
  • Capacité d’écoute et d’adaptation

REMUNERATION : statutaire + RIFSEEP + Prime de Fin d’Année.

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire Département des ressources et relations humaines

Hôtel de Ville – CS 80458 76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX

Ou par e-mail : courriel@ser76.com

L’article Un·e agent·e d’accueil et de gestion administrative est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Un·e gestionnaire paie carrière, référent·e études statistiques

Sous la responsabilité du responsable paie carrière, intégrée dans une équipes de 5 agents, vous serez chargé.e d’appliquer et de gérer, dans le respect des dispositifs législatifs et réglementaires, l’ensemble des processus de déroulement de carrière et de paie d’un portefeuille d’agents de tous statuts confondus. Parallèlement à cette activité, vous serez également la référente/le référent études statistiques de la division. Vos missions seront les suivantes :

  • Assurer la gestion des carrières pour un portefeuille d’agents tous types de statut confondus : à l’aide de l’outil informatique, élaborer les actes administratifs (positions, avancement de carrière, cessations de fonction, contrats, etc.) et suivre, anticiper et mettre en œuvre les différentes échéances relatives aux carrières des agents
  • Préparer et mettre en œuvre le calcul et l’exécution de la paie : vérifier les éléments variables de la paie, les saisir ou les interfacer, contrôler et réaliser le calcul et l’exécution de la paie  Constituer et gérer les dossiers du personnel.
  • Collecter, exploiter et organiser les informations saisies et élaborer des documents de synthèse et les documents réglementaires (tableau de bords, bilan social …)
  • Assurer l’accueil téléphonique et physique des agents au sein de la division
  • En qualité de référente/référent études statistiques, créer les états de suivis statistiques, les tableaux de bord et les indicateurs RH, réaliser le reporting RH et les études statistiques, analyser et contrôler les données de la DSN

Profil

  • De formation administrative ou RH, vous devrez justifier d’une expérience confirmée sur le même type de poste
  • Vous avez une très bonne connaissance du statut de la fonction publique territoriale notamment sur la carrière de l’agent et la paie, vous avez des aptitudes certaines à la lecture des textes réglementaires
  • Vous avez une appétence pour les chiffres et une grande rigueur et une compétence certaine dans l’analyse des données
  • Doté.e de qualités rédactionnelles et relationnelles, vous savez communiquer et avez une aptitude à travailler au sein d’une équipe de 5 gestionnaires
  • Vous êtes réactif.ve, curieux.se d’esprit et vous avez également le sens de l’organisation, du respect des obligations de neutralité, de discrétion et de confidentialité, du contrôle et du respect des délais
  • Très bonne maîtrise des outils bureautiques et particulièrement Excel, la connaissance du logiciel de gestion Paie et Carrière (CIRIL) serait un plus

Rémunération: statutaire + RIFSEEP +prime de fin d’année

C.V. et lettre de motivation sont à adresser à :

Monsieur le Maire Département des ressources et relations humaines

Hôtel de Ville – CS 80 458 76806 SAINT ETIENNE DU ROUVRAY CEDEX

ou par e-mail : courriel@ser76.com

Référence de l’offre : GPCP-022021

L’article Un·e gestionnaire paie carrière, référent·e études statistiques est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

JOUONS À YVETOT

JOUONS À YVETOT, Terre de Jeux 2024, musclez vos méninges !

 

Dans le cadre du label « Terre de Jeux 2024 », la Ville d’Yvetot, en partenariat avec les clubs sportifs yvetotais et les commerces dYvetot, organise un jeu concours sur le thème du sport, de la culture et des jeux olympiques.

 

Ce jeu concours est ouvert à tous, quel que soit l’âge. Pour les récompenses, les mineurs devront être accompagnés d’un parent ou d’un représentant légal.

DÉROULEMENT

Le jeu concours est organisé sur la période du lundi 15 février au dimanche 4 juillet 2021 inclus.

 

Chaque lundi, deux questions relatives à la vie sportive locale ou au sport olympique seront publiées dans l’évènement de la page Facebook Ville d’Yvetot.

 

Aucune réponse en commentaire ne sera acceptée ; SEULES les réponses envoyées à l’adresse mail « terredejeuxyvetot@yvetot.fr » avant 18h le dimanche seront prises en compte (date et heure du mail faisant foi).

 

De plus, trois questions « fil rouge » seront posées dès le 15 février 2021 (du 15 février au 4 avril, du 5 avril au 23 mai et du 24 mai au 4 juillet) et la réponse sera à donner pour le 4 juillet 2021 au plus tard.

 

Le mail devra impérativement comporter :

– la réponse à la question

– les nom, prénom, date de naissance, adresse et le numéro de téléphone du participant.

 

Dans le cadre de la réglementation générale de la protection des données (R.G.P.D.), chaque participant pourra, à sa demande, avoir accès aux informations le concernant.

Les bonnes réponses seront publiées chaque semaine sur les réseaux sociaux. Un point d’étape sera réalisé à chaque question fil rouge ; un mail sera envoyé aux personnes éligibles au tirage au sort.

RÉCOMPENSES

Un tirage au sort, parmi toutes les bonnes réponses, sera organisé le samedi 4 septembre 2021 lors du forum des loisirs et des sports.

 

A gagner :

40 bons d’achat d’une valeur de 50€ à utiliser à la Buissonière, la Maison de la Presse, l’espace culturel de E. Leclerc ou Intersport.
Pour participer au tirage au sort, il faudra avoir trouvé 24 bonnes réponses sur les 40 questions.

 

3 bons d’une valeur de 100€ maximum pour une adhésion/licence à un club sportif yvetotais.
Pour participer au tirage au sort, il faudra avoir trouvé
24 bonnes réponses sur les 40 questions ET une bonne réponse à une question « fil rouge ».

Service social: l’accueil de l’hôtel de ville exceptionnellement fermé

L’accueil du service social situé au sein de l’hôtel de ville est exceptionnellement fermé du 15 au 19 février inclus.

Les services de la Ville restent mobilisés pour répondre aux situations d’urgence.

Les usagers peuvent se rendre à l’accueil de la Maison du citoyen, ou demander à être reçus en rendez-vous par e-mail.

Maison du citoyen
Place Jean-Prévost
Tél. : 02.32.95.83.60
Courriel : maisonducitoyen@ser76.com

Hôtel de ville
Tél. : 02.32.95.83.83
Courriel : affairesociales@ser76.com

L’article Service social: l’accueil de l’hôtel de ville exceptionnellement fermé est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.