Archive dans 12 février 2021

PATRIMOINE NORMAND EN PERIL/21: un orgue à sauver à Vire et un ancien palais épiscopal à valoriser à Lisieux…

L'Etoile de Normandie en avait déjà parlé dans un billet précédent de notre lancinante série sur le patrimoine normand en péril:

L'orgue Cavaillé-Coll de la chapelle de l'hôpital de Vire est en grave danger puisqu'il s'agit de laisser partir en Allemagne pays plus réputé pour sa mélomanie que la France, un orgue qui a réussi à échapper aux bombes  ayant rasé la ville de Vire à la fin de la Seconde Guerre Mondiale.

Symboliquement, ce dossier est donc plutôt lourd et en dit, hélas, long sur le manque de curiosité intellectuelle ou de compétence culturelle de nos élites gestionnaires administratives!

5FQ53CEZMGRTVXHQCLTFX6FUCE

Bonjour à toutes et tous,
Je n'ai pas l'habitude de solliciter mes amis sans raison sérieuse.
L'Association pour la Sauvegarde de la chapelle Saint-Louis de Vire, dont je suis membre du bureau, a engagé une course contre la montre pour éviter la perte d'un élément précieux du patrimoine virois : l'orgue Cavaillé-Coll de la chapelle Saint-Louis.
Je vous adresse en pièce jointe la pétition que nous lançons pour alerter la Ministre de la Culture et mobiliser tous les défenseurs du Patrimoine pour le sauver.
Dans une  ville de Vire détruite à 90% en 1944, l'ancien couvent des Ursulines (ISMH) est l'un des rares monuments historiques (XVIIe siècle) ayant survécu aux bombardements du 6 juin.
La chapelle Saint-Louis de ce couvent abrite un orgue Cavaillé-Coll jugé exceptionnel par les spécialistes (organistes et facteurs d'orgue). Conçu spécialement pour ce lieu sur commande du chapelain, offert par une généreuse Viroise, inauguré en 1864, cet orgue est aujourd'hui menacé.
Dans les années 90, victime de la négligence des hommes lors du chantier de transformation de l'ancien couvent/hospice en EHPAD, l'orgue a été gravement endommagé par des projections de ciment, son pédalier noyé dans une chape de ciment, les claviers sont devenus quasiment inaccessibles car accolés à une paroi, l'unique accès se faisant par le local à linge sale de l'EHPAD. Il n'en demeure pas moins restaurable et il mérite de l'être.
Or, sans concertation, sans informer notre association qui a son siège social à l'hôpital et œuvre depuis 1994 pour faire connaître cette chapelle et son orgue, dans le plus grand secret, le directeur du centre hospitalier, un fonctionnaire de passage, a engagé une procédure de cession gratuite de cet instrument précieux au diocèse de Mayence (Allemagne), laissant penser qu'il n'y a pas d'autre solution.
Notre orgue est là depuis l'été 1864 et il doit le rester. Ce que nos amis allemands veulent faire, les Virois ont la volonté et les capacités de le faire.
 
Merci de manifester votre soutien à notre démarche en signant cette pétition numérique.
 
Et si vous souhaitez soutenir plus concrètement nos efforts, rejoindre notre association, connaître notre projet, n'hésitez pas à me solliciter à votre tour.
Cordialement
Serge Couasnon

Capture d’écran du 2021-02-10 23-46-30


Lire aussi l'article suivant du Parisien:

Le vieil orgue de l’hôpital de Vire rejoindra-t-il l’Allemagne ?

L’instrument hors d’usage du XIXe siècle qui trône dans une chapelle, propriété de l’hôpital de Vire (Calvados), est l’objet d’une bataille.

Le 11 février 2021 à 14h19, modifié le 11 février 2021 à 17h48

Il domine toujours avec majesté la chapelle Saint-Louis, à Vire. « Un orgue construit par Aristide Cavaillé-Coll, construit en 1864 spécialement pour ce lieu », s'enthousiasme le docteur Pascal Martin, membre du conseil de surveillance de l'hôpital et conseiller municipal d'opposition. Hélas, l'instrument a perdu de son lustre depuis longtemps déjà et son propriétaire, le Groupement hospitalier de territoire (GHT) « Les collines de Normandie » (qui regroupe les hôpitaux de Vire, Flers, Domfront, La Ferté-Macé) voit son avenir ailleurs.

« Cela fait 70 ans que l'orgue ne joue plus. Il est très délabré. Et la chapelle dans laquelle il se trouve est interdite au public à cause de sa vétusté », replace David Trouchaud, directeur général du GHT. La chapelle fait partie d'un ancien couvent des Ursulines, devenu hospice puis Ehpad. C'est d'ailleurs par une porte du service que l'on accède au clavier décrépit de l'orgue ».

« Quand je suis arrivé en 2018, je me suis penché sur l'avenir de ce bâtiment, attenant à l'hôpital de Vire, poursuit le responsable. « On estime les travaux dans la chapelle compris entre 300 000 et 500 000 €. Et pour l'orgue, entre 100 000 € et 250 000 €. Or, les crédits de la santé n'ont pas vocation à financer la rénovation d'un orgue. »

« Un vrai projet »

Aussi la direction du groupement hospitalier s'est elle mise en quête d'une porte de sortie pour l'instrument. Quelques communes françaises ont manifesté leur intérêt avant de renoncer, face aux coûts induits. Et puis, à l'été 2020, l'évêché de Mayence, en Allemagne, a fait une offre « documentée, financée, avec un vrai projet pour réparer l'orgue et le remonter dans une chapelle adossée à un Ehpad, comme à Vire ».

David Trouchaud, soutenu par la ville, a engagé les démarches administratives pour céder l'imposante pièce à titre gracieux. L'avenir du vieil orgue semblait scellé.

Mais début décembre, le projet agite la conseil de surveillance de l'hôpital. Le docteur Martin, entre autres, s'indigne du départ « d'un élément du patrimoine virois d'avant-guerre, alors que la ville a perdu beaucoup pendant les bombardements de la Seconde guerre mondiale. Il faut préserver ce qui a été épargné ».

Les opposants ont obtenu un délai pour monter un projet alternatif et garder « ce joyau, ce bijou » dans le bocage, en vue de futurs concerts et projets culturels. La clé : le financement. « La chapelle est classée monument historique. Et l'orgue en est un élément immobilier », note Pascal Martin. Il espère, si l'instrument intégrait le classement, que d'importantes subventions publiques pourraient garnir la cagnotte. « Si c'est le cas, nous pourrions compter sur 80 % des 200 000 € nécessaires à la réparation du Cavaillé-Coll ». Un dossier a été déposé auprès des autorités.


 

A Lisieux un autre élément insigne de notre patrimoine religieux normand est en souffance, à savoir l'ancien palais épiscopal de Lisieux, un ensemble composite datant des XVIIe et XIXe siècles qui avait longtemps abrité le palais de justice de la ville désormais transféré dans une ancienne manufacture de la ville.

Ces lieux historiques intimement liés à l'histoire de la ville de Lisieux et de sa cathédrale en tant que siège épiscopal ont été miraculeusement épargnés par les bombes de 1944.

En revanche la partie la plus historique avait eu à subir, il y a quelques années, un incendie qui dévora la charpente et la toiture: d'importants travaux de restauration ont été depuis réalisés.

L'ensemble en impose avec d'importants volumes intérieurs qu'il va falloir valoriser avec des idées et des projets dignes de ce nom!

Les élus locaux n'en ayant guère, ont mis sur le coup un cabinet spécialisé. On peut donc craindre le pire comme le meilleur mais surtout le pire lorsque le président de la communauté d'agglomération de Lisieux Normandie a qui échoit la responsabilité de trouver un avenir à ce magnifique patrimoine architectural se permet de faire certaines déclarations qu'un authentique amoureux du patrimoine ou un connaisseur spécialisé de ces sujets ne feraient jamais...

Quand l'incompétence et l'incurie peuvent aller de pair...


Lire l'article suivant:

https://actu.fr/normandie/lisieux_14366/lisieux-une-etude-lancee-pour-reflechir-a-l-avenir-du-palais-episcopal_39323471.html

Lisieux : une étude lancée pour réfléchir à l'avenir du palais épiscopal

20210202-143704

20210202-144019

20210202-144052

Une étude lancée lundi 1er février 2020 doit permettre de réfléchir à l'avenir du palais épiscopal de Lisieux (Calvados).

Une page s’est tournée dans le centre-ville de Lisieux (Calvados) en octobre 2020, avec le déménagement du tribunal judiciaire vers l’ancienne usine Wonder. Un départ qui remet sur la table la question de l’avenir du palais épiscopal, cet important ensemble immobilier de plus de 4 000 m². On devrait en savoir plus dans les prochains mois.

À lire aussi

Mairie et agglomération de Lisieux étaient réunies lundi 1er février 2021 avec de nombreux partenaires – parmi lesquels l’État, le Département, la Banque des territoires, le Sanctuaire, la Direction départementale des territoires et de la mer et les Bâtiments de France – pour le lancement d’une étude « de potentialité » du palais épiscopal.

Résultats attendus avant cet été

Le cabinet Hank a été missionné pour travailler sur ce dossier complexe et « interroger les usages possibles sur le site ». L’étude, financée par la Banque des territoires, doit durer un peu moins de quatre mois. La première phase doit permettre à l’équipe du cabinet Hank de réaliser un diagnostic en interrogeant les acteurs locaux, élus et techniciens, en s’inspirant d’opérations de reconversion similaires, et en réalisant des études de marché, pour en ressortir avec deux ou trois pistes possibles.

La deuxième phase consistera à mettre en perspective ces scénarios avec les différents partenaires, de les approfondir et de voir leur faisabilité technique et financière. Les résultats sont attendus en juin 2021.

Aucune piste écartée pour le moment

Sébastien Leclerc et François Aubey se disent très attentifs au projet qui naîtra dans ce lieu « magique » et « chargé d’histoires ». Habitat ? Services ? Culture ? Loisirs ? Commerces ? Bureaux  ? Pour le moment, aucune piste ne se dégage, comme le confirme le président de l’agglo :

C'est prématuré de dire ce qu'il va s'y passer. Mais en tout cas, nous nous mettons au travail pour définir un vrai projet entre la ville de Lisieux et l'agglomération, dans le cadre d'Action cœur de ville.

François Aubey Président de l'agglomération de Lisieux

Même son de cloche pour le maire, qui le trouve aujourd’hui « enclavé ». Il veut le rendre « plus vivant et plus attractif », un lieu de passage et en harmonie avec la place Mitterrand et la cathédrale d’un côté, et le jardin public de l’autre.

ALERTE ALERTE ALERTE ALERTE !!!

Faut-il tout garder ? François Aubey s’interroge notamment sur l’aile qui surplombe le jardin public : « Est-ce que cela ne doit pas être mis par terre pour oser un projet mixant l’ancien et le moderne ? Je crois qu’il ne faut rien s’interdire ».

20 millions d’euros de travaux estimés

Il faudra de toute façon voir ce que les finances permettront de faire. Sébastien Leclerc et François Aubey souhaitent que le Département et l’État, qui sont les propriétaires des lieux et sont vendeurs, accompagnent financièrement l’éventuel futur projet. Pour la remise en état de l’ensemble, le chiffre de 20 millions d’euros circule.

 

Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime 2021-02-12 15:02:47

Apepl à projet

Appel à projet d’investissement industriel

Dans le cadre du Plan France relance, l’Etat met en place un fonds de 150 M€ en faveur des projets industriels les plus structurants pour les territoires.

Dans ce cadre, la Direction générale des entreprises (DGE) et Bpifrance mettent en place un appel à projets visant à soutenir des projets d’investissement industriel dans 6 secteurs stratégiques d’une part (volet national), et à forte composante territoriale d’autre part (volet territorial).

Les entreprises, groupement d’entreprises, associations ou établissements de formation, ayant un projet d’investissement industriel d’au moins 200 000 € peuvent en bénéficier.

Les critères de sélection des projets sont :

  • La pertinence du projet industriel
  • Les retombées économiques et sociales, directes ou indirectes du projet, en matière de :
    1. Résilience économique du territoire (la manière dont le projet participe à la reconstruction économique du territoire)
    2. Transition écologique
    3. Sauvegarde des savoir-faire et développement des compétences
    4. Développement des solidarités
  • La maturité du projet et la faisabilité de son démarrage rapide une fois l’aide accordée (viabilité et réalisme technique, économique et financier du projet)

 

Cet appel à projet peut notamment concerner l’industrie du lin, fierté des agriculteurs normands.

Les secteurs du bâtiment, de l’automobile ou de l’aéronautique sont intéressés par cette plante aux nombreuses qualités techniques. La fibre possède de nombreuses caractéristiques : « Elle est renouvelable, légère, résistante, avec des propriétés acoustiques et thermiques », selon Marie-Emmanuelle Belzung, directrice de la Confédération européenne du lin et du chanvre (CELC). « Depuis toujours, on sait que le lin a d’autres propriétés que le textile. »

Les projets sont à déposer sur des espaces dédiés à chaque région et sont instruits dans une logique de proximité par la Préfecture de région, le Conseil régional et les directions régionales de Bpifrance.

Les candidatures sont ouvertes jusqu’au 1er juin 2021.

Plus d’informations :

Site de Bpifrance : relance.projets-territoriaux.bpifrance.fr

Site du Ministère de l’économie des finances et de la relance : https://www.economie.gouv.fr/plan-de-relance/profils/entreprises/soutien-investissement-modernisation-industrie

Suivez notre actualité !

L’article est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.

Vers une suppression du dispositif TSL en faveur des élèves atteints de troubles spécifiques du langage ?

12 février - Je suis surpris d'apprendre que le dispositif TSL, qui prend en charge au sein des établissements scolaires des élèves atteints de troubles spécifiques du langage, pourrait disparaître.
C'est ce qu'il ressort de mes échanges avec des parents d'élèves et des membres des équipes éducatives des collèges Raoul Dufy et René Descartes au Havre.
La dysphasie, la dyslexie et la dysorthographie touchent environ 5% de la population et nécessite donc des réponses éducatives adaptées pour éviter aux (...)

- Actualités /

Restriction des règles d’urbanisme dans le quartier des Neiges : je demande l’organisation d’une concertation publique

(Article mis à jour le 12 février)
12 février - Mieux vaut tard que jamais ! Plus d'un an après mon alerte accompagnée de mon appel à la transparence et à la construction de solutions, les habitants du quartier ont enfin reçu une information officielle du Maire du Havre et de la Sous-préfète pour leur confirmer... ce que je leur disais dans ma lettre ouverte de septembre dernier.
Bien sûr que la sécurité des riverains est une priorité et bien sûr que des mesures de protection s'imposent au nom du (...)

- Actualités /

Les inscriptions scolaires débutent le 15 février

Les inscriptions scolaires débutent lundi 15 février et se déroulent jusqu’au mercredi 31 mars. Elles concernent en maternelle les enfants ayant 3 ans au plus tard le 31 décembre 2021 (pour les enfants ayant 2 ans au plus tard le 31 décembre 2021, il existe une classe de toute petite section dans les écoles Macé, Wallon et Robespierre) et en élémentaire les enfants ayant récemment déménagé. Les enfants actuellement en grande section seront automatiquement inscrits en CP. L’inscription administrative se fait en mairie, à la Maison du citoyen ou en ligne, rubrique « Mes démarches ». Attention, l’inscription en ligne nécessite de disposer d’un numéro de famille Unicité.

Il faudra ensuite prendre rendez-vous avec la direction de l’école.

L’article Les inscriptions scolaires débutent le 15 février est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

dispositif petit déjeuné à l’école

Intervention de Claire Gueville sur la délibération portant sur l’expérimentation des petits déjeuners à l’école. Impossible de nier l’utilité de ce dispositif mais on ne peut que constater qu’il est finalement réservé qu’à un petit nombre d’élèves. On ne peut s’empêcher de penser que cela semble bien dérisoire au regard des besoins, particulièrement dans un contexte de paupérisation générale de la population. Une étude un …