Archive dans 22 janvier 2021

De l’utilité nationale de la Normandie. Réponse à Monsieur Roland CASTRO

De l'utilité nationale de la Normandie. Réponse à Monsieur Roland CASTRO

1

Dans un récent entretien accordé au Journal du Grand Paris au sujet de l’avenir complexe de la mégalopole parisienne, Roland Castro nous conte l’histoire d’un « pied trop grand dans une chaussure trop petite » quitte à faire des Normands des Va-nus-pieds sans évoquer le vrai sujet qui est celui d’un pied qui gonfle : l’hypertrophie parisienne donnerait-elle le droit de disposer du territoire d’autrui quitte à mépriser la légitime représentation démocratique des populations concernées ?

 Par ailleurs, les propos de M. Castro risquent de contribuer à une instrumentalisation politicienne de l’actuel projet de fusion portuaire de l’Axe Seine à quelques mois des élections régionales et présidentielles puisqu’il est question de créer un pôle métropolitain entre Paris, Rouen et Le Havre qui peut être perçu comme une menace contre l’intégrité de la région Normandie.

 Et Monsieur Castro de reprendre après Bonaparte, après Delouvrier, après Grumbach la vieille lune d’une fusion absorption de la Normandie utile dans la région parisienne sous le double prétexte de régler les problèmes franciliens et de mieux organiser l’enjeu national de la vallée de la Seine qui permet le lien vital entre la mer et une capitale terrienne trop centrée sur elle-même.

 Vieille lune en effet poursuivie par les pouvoirs centraux parisiens d’un jacobinisme qui n’a jamais rien compris aux affaires maritimes et régionales. Les deux sont liées car un port maritime qui marche bien et qui fait rayonner son hinterland s’appartient : il est toujours géré localement par les acteurs qui le font vivre. C’est le modèle hanséatique qui sied si bien aux villes portuaires de l’Europe de Nord. Cela pose une question que l’on refuse de voir à Paris qui est celle de la subsidiarité régionale à savoir qu’un enjeu d’intérêt national est souvent mieux géré depuis la région où il se trouve et par les autorités locales dont il dépend directement.

 Au Havre en 1802, le Premier Consul n’a rien compris ! Il voulait faire d’un grand port de commerce atlantique un port militaire pour faire la guerre à l’Angleterre. Grâce à l’Entente cordiale ouverte en 1815, la Manche est enfin en paix et les ports normands gouvernés localement par leurs chambres de commerce, s’offrent un deuxième âge d’or clôturé par le retour de la guerre sur la Manche avec la Seconde guerre mondiale et l’anéantissement de la Normandie urbaine et portuaire sous les bombes de la Libération.

 Après le désastre absolu de 1944, la Normandie a été nationalisée pour sa reconstruction avec une confusion néfaste entre l’intérêt régional et l’intérêt national parisien. L’État créa deux régions normandes en 1960 à l’occasion du retour de la vieille lune aperçue par Bonaparte : étendre un serpent urbain le long de la Seine de Paris au Havre au moment où Rouen aurait pu jouer son rôle de métropole régionale d’équilibre pour le Nord-Ouest entre Lille et Nantes dans le cadre d’une région normande unique.

 Le résultat de cet aménagement territorial étatiste, fordiste voire tayloriste fut plus que mitigé pour les Normands: une illusion de progrès et de modernité qui s’est dissipée dans la douleur de la crise des années 1990-2000 avec une stagnation du potentiel industriel et portuaire normand, un retard dans l’équipement du territoire, dans la métropolisation et le niveau de formation, des emplois et des salaires. Des mauvais choix parisiens ont donc, pendant 60 ans, amoindri les réalités régionales normandes : de là à dire que la Normandie n’existe pas ou n’existe plus…Il est probable que si l’État central avait été capable de renoncer à sa tentation coloniale, une Normandie rayonnante aurait apporté bien plus à la France qu’un espace aval divisé et dominé par son amont parisien.

Depuis cinq ans, la Normandie est heureusement réunifiée : c’est la seule région de France où la réforme de 2015 se passe bien car la région de la raison s’est mariée avec la province du coeur. Ainsi, la création d’un conseil régional normand opérationnel, capable de proposer des projets concrets et financés (par exemple : la création d’une « chatière » pour désenclaver le port du Havre vers son fleuve) est la seule action d’importance en dix années de bavardage élégant sur le développement de l’Axe Seine.

 Ce rapide détour par l’Histoire éclaire une vision géographique humaine de l’espace-vécu et de l’enracinement qui permet de s’approprier concrètement les projets. Elle s’oppose à la vision fonctionnelle et froide présentée par Monsieur Castro qui a su pourtant montrer avec talent qu’il était capable d’apprécier à l’échelle des quartiers populaires de la banlieue parisienne ce qu’il refuse aux Normands: une fierté au service d’une communauté de destin capable d’agir dans la réalité.

Au Grand-Paris qui avale la Seine aval sans l’aval des Normands, nous proposons avec d’autres un grand pari normand qui est plus intelligent pour la France et qui est celui du « laissez-nous faire ! » : Le Grand-Paris, 1ère région urbaine d’Europe a besoin de la Normandie qui lui apporte l’air du large. Une coopération territoriale s’avère indispensable mais elle doit se faire dans le respect réciproque en évitant la confusion malheureuse entre la carte et les territoires, entre un projet d’intérêt national et son espace de mise en œuvre.

 Nous invitons Monsieur Castro à venir en Normandie, sur les deux rives de la Seine, au-delà du corridor Paris-Le Havre et il verra que la Normandie n’est pas qu’une réserve foncière passive, qu’une carte postale ou un souvenir remisée derrière la vitrine d’un musée : elle est vivante pour notre temps et pour l’avenir du pays.

 Cordialement,

Philippe Cléris,

collectif « Bienvenue en Normandie »

rédaction de l’Etoile de Normandie, webzine de l’unité normande

séminaire « Normandie » de l’université populaire de Caen

auteur de :

« La Normandie, c’est maintenant ! Boîte à outils de construction territoriale »

avec Florian Hurard et Chloé Herzhaft. Préface de Michel Bussi. (éditions Les Milléniaux, 2017)

Deuxième édition du défi zéro déchet

C’est parti pour la deuxième édition du défi zéro déchet !

La Communauté de Communes Yvetot Normandie avec la Maison de Quartiers de la ville d’Yvetot organisent, du mois de février au mois de mai 2021, la deuxième édition du défi zéro déchet.

 

Echanger sur les trucs et astuces, les recettes, les bons plans pour produire moins de déchets !

 

LE CONCEPT
Démarche concrète, mesurable et conviviale pour :
• Diminuer sa quantité de déchets produits,
• Apprendre à faire soi-même des produits ménagers, d’hygiène du quotidien
• Créer du lien social entre citoyens tout en participant à la réduction de son empreinte environnementale,
• Prendre part à la dynamique de développement durable du territoire.


CONCRÈTEMENT
Les participants s’engagent à mesurer la quantité de déchets générés pendant une période donnée.
Un kit de démarrage sera remis aux participants. Des rencontres / ateliers seront organisés pour sensibiliser les participants aux enjeux de la réduction des déchets et à la sobriété.
Le format du défi pourra être modifié et adapté selon la situation sanitaire.


QUI PEUT PARTICIPER ?
Tous les habitants du territoire peuvent participer. Célibataire ou en couple, avec ou sans enfants, locataire ou propriétaire !
Inscription au 02 35 16 15 78 auprès de fabiola.blondel@yvetot.fr
Il est possible de s’inscrire jusqu’au 29 janvier 2021

CONTACT

Service transition écologique et énergétique
Lucie GAUTHIER
02 35 56 14 14
Communauté de Communes Yvetot Normandie

4 rue de la Brême – CS 60115 76193 Yvetot cedex

 

www.yvetot-normandie.fr

De nouvelles mesures de soutien aux étudiants

Particulièrement éprouvés par les impacts de la crise sanitaire, les étudiants sont nombreux à avoir exprimé leur mal-être ces dernières semaines. Hier, le Président de la République était à leur rencontre à l’université Paris-Saclay pour échanger et faire de nouvelles annonces pour les aider à faire face à leurs difficultés. 3 nouvelles mesures concrètes Deux […]

Organisation de la collecte du tri sélectif

Un petit rappel de l’organisation de la collecte du tri sélectif

Les ramassages du tri continuent de se faire comme d’habitude selon le principe de l’alternance semaines paires et impaires dans les communes.

Voici un rappel des prochaines collectes (merci de sortir vos bacs la veille au soir pour 20h) :

  • Sont collectées en SEMAIRES PAIRES – du lundi 25 au vendredi 29 janvier (puis la semaine du 8 au 12 février… etc), les communes suivantes :
    – Ancretteville-sur-Mer : mardi matin
    – Angerville-la-Martel : mercredi matin
    – Colleville : mardi matin
    – Contremoulins : lundi matin
    – Criquebeuf-en-Caux : jeudi matin
    – Ecretteville-sur-Mer : mercredi matin
    – Eletot : mercredi matin
    – Ganzeville : jeudi matin
    – Les Loges : jeudi matin
    – Maniquerville : jeudi matin
    – Saint-Léonard : jeudi matin
    – Thérouldeville : mercredi matin
    – Theuville-aux-Maillots: mercredi matin
    – Toussaint : lundi matin
    – Valmont : mardi matin
  • Sont collectées en SEMAINES IMPAIRES – du lundi 1er au vendredi 5 février (puis la semaine du 15 au 19 février…etc), les communes suivantes :
    – Epreville : jeudi matin
    – Froberville : jeudi matin
    – Gerponville : mercredi matin
    – Gerville : jeudi matin
    – Limpiville : mardi matin
    – Riville : mercredi matin
    – Sainte-Hélène-Bondeville : mercredi matin
    – Saint-Pierre-en-Port : mercredi matin
    – Sassetot-le-Mauconduit : mercredi matin
    – Senneville-sur-Fécamp : jeudi matin
    – Sorquainville : lundi matin
    – Thiergeville : lundi matin
    – Thiétreville : mardi matin
    – Tourville-les-Ifs : jeudi matin
    – Vattetot-sur-Mer : jeudi matin
    – Ypreville-Biville : mardi matin

→ NB : Fécamp et Yport sont collectées 1 fois par semaine.

→ Rappel de tri : le tri sélectif doit être présenté en vrac dans vos conteneurs jaunes !

The post Organisation de la collecte du tri sélectif appeared first on Fécamp Caux Littoral.

22 janvier 2021, à l’occasion d’un CIMER au Havre, Jean CASTEX découvre la Normandie maritime…

Billet de Florestan:

Capture

Ce vendredi 22 janvier 2020, Jean Castex, notre nouveau Premier ministre se promène au Havre à l'occasion de la réunion d'un nouveau CIMER ( Comité interministériel de la Mer) dans la ville portuaire de son prédécesseur à Matignon. C'est une journée importante pour la Normandie et son statut de région d'intérêt national puisque c'est par la Normandie que ce fait l'essentiel de l'activité maritime, portuaire et logistique qui permet à la France de tenir un rang important dans le domaine maritime mondial... Qu'on en juge par ces quelques données:

La France c'est le second domaine maritime mondial derrière les USA et devant le Royaume-uni. C'est la 5ème marine de guerre mondiale capable de se projeter partout dans le monde avec un système d'armes complet. C'est avec la CMA-CGM le 4ème armement mondial pour l'affrétage des navires. C'est aussi le plus grand porte-conteneurs du monde sous pavillon national: le "Palais-Royal" d'une capacité de 26000 EVP. C'est aussi avec Le Havre, la première escale européenne sur la principale route du commerce maritime qui relie l'Europe de l'Ouest à la Chine. Avec le port de Rouen, la France possède le premier port européen exportateur de céréales et une liaison privilégiée vers l'Afrique. Avec le port du Havre, la France possède le premier port européen importateur pour le café de qualité supérieure.

Voilà un beau tableau d'honneur... Malgré tout.

Mais nous savons ici que le potentiel maritime de la France avec sa figure de proue normande qui est, insistons, et de très loin, la première région de France pour l'économie maritime tous secteurs confondus, est largement sous-exploité pour des raisons terrestres étrangères aux réalités maritimes...

Et parmi ces raisons terrestres étrangères, citons la principale:

Le centralisme jacobin parisien ne sait pas, ne connaît pas les réalités maritimes.

Comme vous le savez, un grand mécano techno est en cours pour fusionner au 1er juin prochain les deux grands ports maritimes normands de l'Axe Seine avec le port fluvial de Gennevilliers-Paris et, comme vous le savez, cet agenda sert de véhicule à un agenda politicien visant à détruire les réalités institutionnelles d'une Normandie enfin réunifiée qui est, depuis cinq ans, le seul outil public et politique à être à la hauteur de l'enjeu national et international d'un Axe Seine logistique maritime et fluvial en proposant des projets de développement concrets ET financés.

Comme d'habitude, fidèle à sa pente naturelle, le centralisme jacobin parisien est tenté, à nouveau, de ne faire que ce qu'il sait faire:

Casser un réel qui marche et qui pourrait encore plus marcher au profit d'une idée qui va donner un machin qui ne marchera pas ou peu... Comme d'habitude!

Quelques chiffres pour finir:

La performance logistique en terme de simplification, de standardisation et de massification du commerce maritime mondial sur sa route principale est telle que désormais, la location d'un conteneur par un grand affréteur est tombée à 600 dollars pour un voyage. Mais il en coûte encore plus de... 1000€ pour un seul conteneur débarqué du Havre et transporté par camion jusqu'à Garonor-Paris.

Et si Le Havre plafonne durablement à moins de 3 millions de tonnes annuels au risque de voir un port municipal belge lui ravir la première place pour la desserte du marché domestique français, c'est que les géants des mers qui, tous, peuvent escaler dans la darse profonde du Havre ne peuvent y décharger la plus grande part de leur immense cargaison car l'hinterland havrais tout-en-camion entre un terminal havrais et un terminus parisien est un bordel logistique menacé par la saturation permanente.

Nous avons ici présenté les solutions. Ces solutions ont le tort d'être, à la fois, concrètes et normandes:

1) la subsidiarité régionale à expérimenter dans la gouvernance portuaire selon le principe simple suivant: celui qui signe le plus gros chèque doit avoir voix prépondérante pour décider.

2) la co-gestion de la gouvernance portuaire avec les acteurs professionnels qui font vivre l'outil portuaire.

3) la création d'une place maritime et logistique régionale normande dans l'amont immédiat des ports du havre et de Rouen pour remonter en qualité la chaîne de valeur logistique dans le traitement des marchandises en créant de nombreux emplois.

4) la diversification des infrastructures logistiques dans la vallée de la Seine avec un report modal massifié vers le fluvial et le ferroviaire en désenclavant le port du Havre: avec la "chatière" pour le fluvial et avec un tunnel sous-fluvial dans l'estuaire vers la rive gauche pour le ferroviaire.

Ces quatre propositions pourraient être portées par une région normande politiquement puissante du simple fait de tenir le carnet de chèque.

Il revient donc à Hervé Morin de défendre ce point-de-vue qui a pour lui d'être celui de la réalité et face au jeu léonin de l'Etat central qui n'a jamais les moyens concrets de ses ambitions et face au jeu politicien de certains professionnels d'eux-mêmes qui ont un agenda étranger à la défense de l'intérêt général normand, il semble évident que la politique de la chaise vide ne soit pas la meilleure solution pour défendre la Normandie, première région française maritime.

Lire l'article de Paris Normandie proposé par Stéphane Siret, article symptomatique du manque d'ouverture sur les solutions régionales concrètes dans la problématique des grands ports maritimes français...


 https://www.paris-normandie.fr/id157899/article/2021-01-21/jean-castex-attendu-au-havre-pour-le-cimer-des-parlementaires-veulent-un-cap

Jean Castex attendu au Havre pour le Cimer : des parlementaires veulent un cap clair pour les ports français

Maritime. Le Premier ministre préside vendredi 22 janvier 2021 le Comité interministériel de la mer. D’ores et déjà, dans un contexte de forte concurrence, des parlementaires attendent un cap clair

Jean Castex et plusieurs de ses ministres sont attendus vendredi 22 janvier 2021 dans le port du Havre, où se tient le quatrième Comité interministériel de la mer (Cimer) du quinquennat Macron. Ce nouveau Cimer se déroulera en trois temps.

Le Premier ministre sera d’abord accueilli à Port 2000 pour une visite du CMA CGM Jacques Saadé, l’un des plus grands porte-conteneurs du monde propulsé au gaz naturel liquéfié. Entré en service en septembre dernier sur une ligne connectant l’Asie à l’Europe, ce navire de 400 m de longueur peut transporter un peu plus de 23 000 conteneurs EVP (équivalent vingt pieds). À la suite de cette visite, le Cimer se déroulera à l’École nationale supérieure maritime puis à l’hôtel de ville, où Jean Castex sera accueilli par son prédécesseur à Matignon, Édouard Philippe.

Zones portuaires stratégiques

À la veille de cette réunion chargée de définir la politique maritime et portuaire de la France, la députée de la Seine-Maritime, Agnès Firmin Le Bodo (Agir), expliquait hier qu’à moins de six mois de la naissance — le 1er juin 2021 — du nouvel établissement portuaire réunissant Le Havre, Rouen et Paris, elle attend que plusieurs thèmes soient abordés, comme les enjeux écologiques, les énergies marines renouvelables, la sécurité portuaire ou encore la mise en œuvre « d’outils participant à une attractivité accrue de nos ports ». Agnès Firmin Le Bodo avait déjà déposé sur le sujet une proposition de résolution sur la création de zones portuaires d’intérêt stratégique. Pour l’élue havraise, il s’agit d’apporter « une réponse française efficace et singulière » à la création de dix ports francs au Royaume-Uni. « Nous devons imaginer des dispositifs propres visant non seulement à adapter les coûts de traitement des marchandises, mais aussi à favoriser une économie plus verte et responsable, et faisant un appel massif au numérique », explique l’élue.

Quant aux députés PCF de la Seine-Maritime, Sébastien Jumel, Jean-Paul Lecoq et Hubert Wulfranc, ils viennent eux aussi de déposer une proposition de résolution à l’Assemblée nationale. Ils pointent « l’urgence de définir une stratégie portuaire nationale et de créer un grand pôle public financier pour investir dans les ports ».

Canal Seine-Nord et concurrence

Estimant que les réformes portuaires de 1992, 2004 et 2008 « sous influence néolibérale » ont conduit à un « sous-investissement chronique dont nos ports payent aujourd’hui le prix fort face à la concurrence des places portuaires belges, hollandes et allemandes », les trois députés communistes expliquent que la construction du futur canal Seine-Nord ne doit pas jouer en défaveur des ports français. Selon eux, le projet doit s’accompagner « d’investissements équivalents sur l’axe Seine pour éviter que la future connexion fluviale à grand gabarit entre le bassin parisien et le nord de l’Europe ne renforce la compétitivité des ports flamands au détriment des grands ports nationaux de la Normandie et de Marseille. »

Stéphane SIRET

Oui aux ports de France garants de l’intérêt national ; Non aux ports francs au profit de quelques-uns

22 janvier - Le CIMER (Comité Interministériel de la mer) se tient aujourd'hui au Havre.
L'occasion pour moi de plaider de nouveau pour la définition d'une véritable stratégie maritime pilotée par l'Etat avec l'ensemble des acteurs maritimes et portuaires. Dans l'unité et le rassemblement, et non dans la division en cherchant à opposer les uns aux autres.
L'occasion aussi de rappeler que ce n'est jamais en libéralisant à outrance que l'on concourt à l'intérêt national. Car vous trouverez toujours sur la (...)

- Actualités /

Le nouveau numéro du magazine de l’Agglo !

Le Mag n°7 Janvier 2021

LE MAG n°7 – LA TAXE D’ENLÈVEMENT DES ORDURES MÉNAGÈRES

Le magazine n° 7 de l’Agglomération Fécamp Caux Littoral vient de paraître. Il est diffusé la semaine du 25 janvier dans les boîtes aux lettres des 33 communes du territoire.

Il vous propose un dossier consacré à la Taxe d’enlèvement des ordures ménagères. Il présente également les actualités et projets en cours de l’Agglomération.

Si vous ne le recevez pas dans votre boîte aux lettres, n’hésitez pas à nous le signaler, en précisant votre adresse, par mail à contact@agglo-fecampcauxlittoral.fr

The post Le nouveau numéro du magazine de l’Agglo ! appeared first on Fécamp Caux Littoral.