Archive dans 12 janvier 2021

Revue de presse normande au 12 janvier 2021

Visite d'Emmanuel Macron, président de la République ce mardi 12 janvier 2021 à Vernon:

https://www.ouest-france.fr/normandie/emmanuel-macron-est-arrive-en-normandie-7115233

MjAyMTAxMmIxODZjNWYxZTdjY2UzMzA0NTRiZmUwZjExOTEyNjI

Après la visite d’ArianeGroup, Emmanuel Macron dans une ferme normande

Le président de la République Emmanuel Macron est en déplacement dans l’Eure ce mardi 12 janvier 2021. Au lendemain du sommet de Paris sur la biodiversité, il a visité le site d’Ariane à Vernon et vient d’arriver dans une ferme, à Tilly.

Au lendemain du One planet summit à Paris, le président de la République Emmanuel Macron et quatre ministres sont en Normandie pour un déplacement sur le thème de la préservation du climat, ce mardi 12 janvier 2021.

À Vernon, accompagné des ministres Bruno Le Maire et Sébastien Lecornu, le président visite le site d’ArianeGroup et découvre le moteur Prométhéus, construit à 75 % par imprimante 3D.

500 millions d’euros pour le spatial

Emmanuel Macron annonce l’attribution de 500 millions d’euros pour le spatial dans le plan de relance, dont 30 millions pour le site de Vernon, qui consacrera la moitié de cette somme au développement de Prométhéus. « Il faut que la France soit toujours une nation d’excellence face à la concurrence », a souligné le Président.

Son souhait : « Bâtir un modèle plus résilient aux crises car, prévient-il, celle-ci est le prélude à d’autres crises climatiques. La priorité est d’avoir un plan de relance qui se décline sur le terrain concrètement, vite et fort, de manière tangible. »

« La Normandie est un territoire d’excellence spatiale et pour l’hydrogène. On va continuer à investir », poursuit Emmanuel Macron, soucieux d’une mutation de l’industrie aéronautique qui offre « des avions plus écologiques, moins lourds et moins émetteurs de CO2 »

Au lendemain du One planet summit à Paris, le président de la République Emmanuel Macron et quatre ministres sont en Normandie pour un déplacement sur le thème de la préservation du climat, ce mardi 12 janvier 2021.

À Vernon, accompagné des ministres Bruno Le Maire et Sébastien Lecornu, le président visite le site d’ArianeGroup et découvre le moteur Prométhéus, construit à 75 % par imprimante 3D.

500 millions d’euros pour le spatial

Emmanuel Macron annonce l’attribution de 500 millions d’euros pour le spatial dans le plan de relance, dont 30 millions pour le site de Vernon, qui consacrera la moitié de cette somme au développement de Prométhéus. « Il faut que la France soit toujours une nation d’excellence face à la concurrence », a souligné le Président.

Son souhait : « Bâtir un modèle plus résilient aux crises car, prévient-il, celle-ci est le prélude à d’autres crises climatiques. La priorité est d’avoir un plan de relance qui se décline sur le terrain concrètement, vite et fort, de manière tangible. »

« La Normandie est un territoire d’excellence spatiale et pour l’hydrogène. On va continuer à investir », poursuit Emmanuel Macron, soucieux d’une mutation de l’industrie aéronautique qui offre « des avions plus écologiques, moins lourds et moins émetteurs de CO2 ».

Dans une ferme agroécologique

Cet après-midi, c’est avec Julien de Normandie, le ministre de l’Agriculture, et sa collègue à la transition écologique Barbara Pompili, que le Président est arrivé à Tilly, où il visite la ferme des Ruelles, une exploitation qui aspire depuis plus de vingt ans à produire différemment dans une démarche agroécologique.

À l’occasion de ce déplacement, il échangera avec différents acteurs de la filière, notamment des agriculteurs bénéficiaires du volet agroécologique du plan France Relance (1,2 milliard d’euros). Dix agriculteurs, inscrits dans un groupement d’intérêt économique et environnemental, sont inscrits à la table ronde.

Emmanuel Macron a salué le travail de Michel Galmel, propriétaire de la ferme des Ruelles et pionnier de la transition agroécologique grâce à l’implantation de plus de 600 arbres depuis 2017, au milieu des champs. Le professionnel a aussi implanté 4 kilomètres de haies. « Un modèle duplicable », selon le chef de l’État.


 

Dans les Echos en date du 12 janver 2021 (p.25) le Nouveau Maître de Rouen fait parler de lui... Pas à son avantage, au sujet du contournement autoroutier Est de Rouen:

IMG_4254


 

Normandie à hauts risques à Rouen: après LUBRIZOL voici... MULTISOL!

https://actu.fr/normandie/sotteville-les-rouen_76681/exclu-chez-multisol-on-est-passe-a-cote-d-une-catastrophe-pire-que-lubrizol_38565941.html

Chez Multisol, « on est passé à côté d'une catastrophe pire que Lubrizol ! »

Un incident industriel a eu lieu au sein de Multisol, près de Rouen, dans la nuit du 31 décembre au 1er janvier 2021. Des salariés racontent ce qu'il s'est passé.

Les habitants de l’agglomération rouennaise, à travers leurs représentants élus, veulent savoir ce qu’il s’est passé dans la nuit du 31 décembre 2020 au 1er janvier 2021, au sein de l’usine Multisol de Sotteville-lès-Rouen. Vraisemblablement, les mauvaises odeurs senties dans la métropole résultent d’un « incident » industriel de taille.

À lire aussi:

« Vous auriez senti l’odeur quand on a repris le boulot »

Le sujet sera abordé lors du Conseil départemental de l’environnement et des risques sanitaires et technologiques (Coderst), mardi 12 janvier. Pour la première fois, des salariés acceptent de raconter ce qu’il s’est passé cette nuit-là, et mettent en cause la sécurité du site.

À lire aussi:

Dans un premier temps, ces odeurs avaient été identifiées par Atmo Normandie comme étant très certainement liées aux feux de cheminée. Une version appuyée par la préfecture de Seine-Maritime. Mais selon ces salariés interrogés par 76actu, cette odeur de « pneu brûlé » provenait bien de leur usine. « Cela ne fait aucun doute, vous auriez senti l’odeur qu’il y avait le lundi quand on a repris le boulot », peste un employé.

À lire aussi:

« Une équipe a oublié d’appuyer sur un bouton »

Plusieurs salariés ont accepté de revenir en détail sur ce qu’il s’est passé chez Multisol. « Nous avons tous fini à midi jeudi 31 décembre. Et malheureusement, il y a une équipe qui a oublié de couper la « recirculation » sur une unité de fabrication, qui permet de chauffer le produit. »

Cette unité de fabrication mélange une huile et des polymères à une température de 120°C pour produire un additif pour lubrifiants.

En oubliant d’appuyer sur ce bouton, le thermomètre de cette unité de fabrication s’est emballé. « Dans la nuit du 31 décembre 2020 au 1er janvier 2021, vers trois heures, une alarme incendie s’est déclenchée à cause des fumées, explique un employé. Un de nos chefs a alors été prévenu par l’entreprise Securitas et s’est rendu sur les lieux vers huit heures, le 1er janvier. »

À lire aussi:

Des maux de tête, des nausées

Selon le témoignage de ces salariés, l’usine était « enfumée » et le thermomètre était grimpé jusqu’à 251°C. « Alors que le point d’éclair [température à partir de laquelle le produit peut s’enflammer, NDLR] est de 204°C. Normalement, cela ne dépasse jamais les 120°C », indique un autre employé. 

« Le responsable est arrivé tard, mais tout de même à temps pour éviter une catastrophe, explique une de nos sources. Car l’unité de fabrication se trouve juste à côté de la chaufferie à gaz. S’il y avait eu une étincelle ou si l’on n’avait pas arrêté à temps, tout aurait explosé ! » « On est passé à côté d’une grosse catastrophe industrielle, bien pire que Lubrizol », ajoute un autre agent.

« Quand nous sommes arrivés le lundi, ça puait partout autour de l’usine, sur le parking, et à l’intérieur, c’était intenable. On a eu des maux de tête, des nausées. Mais on ne nous a rien dit. Il y avait juste écrit sur un cahier de consignes qu’il ne fallait pas toucher à l’unité de fabrication qui avait surchauffé. On n’était au courant de rien. Sur le thermomètre du mélangeur concerné, il était affiché encore 150°C le lundi matin… »

« Il faudrait une surveillance tout le temps »

Cette surchauffe serait donc due à un oubli. « Mais l’erreur humaine devrait être possible sans risque d’explosion ! L’usine doit pouvoir parer à l’erreur d’un salarié. Il faut une deuxième sécurité, un coupe-circuit en cas de surchauffe, quelque chose qui permette de tout arrêter. »

De plus, ce salarié ne comprend pas pourquoi il n’y a personne la nuit pour surveiller Multisol. « Tous les week-ends, l’usine est vide alors que les unités de fabrication tournent au ralenti. Certes, il n’y a pas de chauffe, mais il faudrait une surveillance les week-ends, la nuit, tout le temps. »

« On a tout caché aux services de l’État »

Ils dénoncent des « mensonges » de la part de leur direction aux services de l’État. « Un incident comme ça, il fallait appeler les sapeurs-pompiers, prévenir la préfecture… Ce n’est pas normal ! » La préfecture assure qu’aucune anomalie ne lui a été rapportée, alors même que la Direction régionale de l’environnement (Dreal) s’est rendue sur place pour une inspection, à la suite d’un « signalement anonyme », mercredi 6 janvier.

On a dû tout nettoyer et tout cacher pour que les services de l'État ne voient rien. La direction n'a rien dit, a noyé le poisson.

Un salarié

La Dreal est revenue chez Multisol le lendemain, jeudi 7 janvier 2021, à la suite d’un communiqué de la CGT envoyée à la presse. « Là, notre direction savait qu’il y avait eu une dénonciation, ils ont donc admis qu’il y avait eu un incident. Mais encore une fois, ils n’ont pas tout dit, notamment sur la température. Ils ont dit que la température était montée à 150°C et non à 251. »

« Un incident mineur »

Interrogée à plusieurs reprises par 76actu, Multisol assure qu’il s’agissait d’un « incident mineur » et la direction n’a pas cru bon de devoir l’évoquer. Multisol admet qu’il y a eu « un peu de fumée, mais pas de flammes ». Cependant, la direction indique ne pas avoir connaissance d’une température montée à 251°C, comme l’affirment ces salariés.

Multisol confirme l’« erreur humaine », sans plus de précision. « Une enquête interne et une enquête de la Dreal sont menées pour savoir exactement ce qu’il s’est passé », souligne l’entreprise.

Le préfet Pierre-André Durant a reconnu lundi 11 janvier, que l’usine a manqué à son devoir en n’effectuant aucun signalement.

Si l'administration a bien effectué toutes les diligences requises au vu des informations ou rumeurs dont elle disposait, l'entreprise Multisol n'a quant à elle pas opéré de signalement ce qui ne saurait être accepté.

Pierre-André Durand préfet de Seine-Maritime.

Le représentant de l’État garantit dans un courrier adressé aux élus de la Métropole, que « cet incident fera l’objet d’une mise en demeure et d’une révision de l’arrêté d’autorisation de cette installation classée pour la protection de l’environnement ».


 

Premiers échos de la campagne pour les élections régionales: on attend encore des idées précises sur la Normandie!

https://actu.fr/normandie/camembert_61071/elections-regionales-2021-le-vimonasterien-hakim-miftah-colistier-de-nathalie-goulet_38657855.html

Elections régionales 2021. Le Vimonastérien Hakim Miftah, colistier de Nathalie Goulet

Le Vimonastérien Hakim Miftah est colistier de Nathalie Goulet aux élections régionales 2021 pour la Normandie. Lundi 11 janvier 2021, il était à Camembert, dans l'Orne.

Nathalie Goulet lance sa campagne en distribuant des camemberts AOP portant une étiquette à son effigie et aux couleurs de l’UDI. Ce lundi 11 janvier, c’est en voisin que son colistier Hakim Miftah, 2e sur la liste dans le Calvados, est venu en offrir un à Michel Cousin, maire de Camembert (©Le Réveil normand)

C’est au cœur même du village de Camembert qu’Hakim Miftah, colistier de Nathalie Goulet aux élections régionales 2021, est venu, lundi 11 janvier 2021, remettre symboliquement au maire de Camembert, Michel Cousin, l’un des camemberts AOP (Appellation d’origine protégée) dont l’étiquette est à l’effigie de la candidate et aux couleurs de son parti, l’UDI (Union des démocrates indépendants) dont elle porte également l’étiquette pour ce premier scrutin régional de la Normandie réunifiée.

Un clin d’œil de la sénatrice de l’Orne, officier de la Confrérie du véritable camembert de Normandie, à ce produit ô combien emblématique de la région normande et de la France, connu à travers le monde.

Un Vimonastérien colistier de Nathalie Goulet

Les élections devraient avoir lieu en juin prochain. « Ce sera fonction de l’évolution du contexte sanitaire » indique Hakim Miftah. Le Vimonastérien de 44 ans, cadre depuis une vingtaine d’années pour le compte d’une entreprise autrichienne dans l’industrie, est président de l’association des musulmans de Vimoutiers, président du Conseil départemental du culte musulman de l’Orne et président de l’Union des Mosquées de France Normandie. Il a été sollicité par Nathalie Goulet.

À lire aussi:

« Nous avons eu l’occasion de travailler ensemble à plusieurs reprises. C’est quelqu’un que je ne connaissais pas plus que ça, mais les valeurs qu’elle défend, sa réactivité, sa motivation, sa présence que j’ai pu constater en tant que sénatrice, m’ont incité à rejoindre sa liste.

Nathalie Goulet, c'est la proximité. Elle aime sa région.

Hakim Miftah

Et puis, ajoute Hakim Miftah en riant « on ne peut pas dire non à Nathalie Goulet ! ».

« Une Normandie qui vous protège »

Le Vimonastérien brigue donc pour la première fois les suffrages des électeurs. Il se situe à la 2e place dans le Calvados sachant que « pour chacun des cinq départements, le choix a été fait que ce soit cinq femmes qui figurent en première place. Je trouve ça super ».

« Nous ne nous présentons pas contre le président sortant, mais contre les extrêmes, et pour la Normandie ».

Hakim Miftah

Un véhicule est floqué à l’image de la candidate et aux couleurs de l’UDI avec ce slogan de campagne « une Normandie qui vous protège ». Ce bureau mobile de Nathalie Goulet et de ses colistiers sillonnera les cinq départements normands « pour une campagne de proximité ».

Michel Cousin, maire de Camembert, a eu ces mots : la campagne pour les régionales, c’est parti ! ». Il se dit prêt à accueillir les autres candidats et s’attend « à de nombreux appels de tyrosémiophiles » des collectionneurs qui ne manqueront pas de se mettre en quête de cette nouvelle étiquette.


 

Commentaire de Florestan:

Un récent sondage (novembre 2020) sur les intentions de vote au premier tour des prochaines élections régionales en Normandie donnait les résultats suivants:

25% pour le RN, 22% pour Hervé Morin, 15% pour un candidat LR, 12% pour l'alliance PS-Ecolo-Pcf. On constate une certaine dispersion des intentions de vote qui ouvre le risque d'une quadrangulaire au second tour: s'il s'agissait de ne pas se présenter "contre le président sortant mais contre les extrêmes et pour la Normandie", pas sûr qu'une candidature en solitaire de plus au premier tour soit le moyen le plus efficace pour y parvenir!


 

Après lu le roman le plus chiant de toute la littérature française ("la nausée" de Sartre qui fut prof de philo au lycée du Havre), le site TOPITO considère que Le Havre est la ville la "plus chiante" de France: évidemment c'est faux!

https://actu.fr/normandie/le-havre_76351/le-havre-parmi-villes-plus-chiantes-france-reponses-topito_25928489.html

Le Havre parmi « les villes les plus chiantes de France » ? Nos réponses à Topito

Alors que le site Topito classe Le Havre parmi les "villes les plus chiantes de France", la rédaction oublie tout devoir d'objectivité et vous prouve le contraire. Suivez le guide.

contre-topito-le-havre-villes-les-plus-chiantes-de-france-960x640

Toujours en alerte lorsque la Normandie fait parler d’elle, la rédaction de 76actu n’a forcément pas manqué le classement publié par le site humoristique Topito, lundi 15 juillet 2019 et de nouveau partagé le 8 janvier 2021, faisant mention du Havre (Seine-Maritime). Quelle ne fut pas notre déception en découvrant qu’il s’agissait en fait du « Top 15 des villes les plus chiantes de France, celles où on s’ennuie à mort ».

Afin de rétablir la vérité dans cette affaire, nous avons mené notre contre-enquête pour établir un Top 10 des éléments qui prouveront au monde que, comme les Havrais le savent déjà, la cité Océane est au top du swag.

1/ Une ville à la plage

C’est probablement l’atout numéro 1 du Havre : la plage se trouve à quelques rues du centre-ville, et est même directement desservie par le tram. Sortir du bureau ou de chez-soi et pouvoir, en quelques minutes, se retrouver en bord de mer pour piquer une tête, déguster une glace ou siroter un cocktail, ça n’a pas de prix !

2/ Une terre de rock’n’roll

Les amateurs du genre le savent, Le Havre a longtemps été un haut lieu du rock en France : Scorpions, Status Quo ou encore les Ramones y ont joué ! La tradition est aujourd’hui perpétuée dans plusieurs établissements comme le McDaid’s, et ce n’est pas Little Bob, figure emblématique du rock, qui dira le contraire.

Une tradition musicale entretenue encore aujourd’hui par le Tetris, salle de musiques actuelles qui accueille régulièrement de jolies têtes d’affiche. Au-delà du rock, le Havre organise tous les étés MoZ’aïque, l’incontournable festival dédié aux musiques du monde.

3/ Ça bouge aussi côté foot

Le Havre, c’est aussi une terre de foot ! Le Hac, Havre athlétic club, est le doyen des clubs français. Pas plus tard qu’en juin, le stade Océane (plus grand stade de Normandie soit dit en passant) a vibré au rythme de la Coupe du monde féminine de football. Même David Beckham a fait le déplacement pour l’occasion, et c’est d’ailleurs sur les pelouses havraises que les Françaises ont battu le Brésil.

4/ L’une des piscines les plus cool du monde

Ce n’est pas nous qui le disons, mais le quotidien britannique The Telegraph qui a sacré l’année dernière Les Bains des Docks, piscine futuriste dessinée par Jean Nouvel, la piscine urbaine la plus cool au monde. Avis aux amateurs de sauna, spa et hammam : c’est ici que ça se passe !

5/ Un classement au patrimoine mondial de l’Unesco

N’en déplaise aux détracteurs du béton, le centre-ville reconstruit par l’architecte Auguste Perret est classé au patrimoine mondial de l’Unesco. Si vous doutez encore de son intérêt, la maison du patrimoine organise cet été une multitude de visites théâtralisées, enquêtes urbaines et autres activités pour en découvrir les richesses.

6/ Un décor de cinéma

Preuve que l’architecture particulière de la ville attire, plus d’une centaine de films ont été tournés au Havre. Du grand classique Quai des Brumes au loufoque Disco, le décor inspire les réalisateurs. Netflix y tourne même l’ensemble d’une série !

7/ Une source d’inspiration pour les artistes

La lumière si particulière du Havre a inspiré de nombreux artistes, et notamment les peintres impressionnistes. C’est ici que Claude Monet a peint son chef d’oeuvre Impression, soleil levant. La mer et le port ont aussi inspiré Raoul Dufy, comme le prouve cette exposition exceptionnelle organisée tout l’été au MuMa. Et comme la ville aime décidément la peinture, elle propose également en ce moment une immersion dans l’univers de Van Gogh.

8/ L’endroit tendance où passer l’été

Depuis les festivités qui ont entouré les 500 ans de la ville, l’événement estival Un été au Havre est résolument devenu tendance. Les installations d’art contemporain et animations qui s’invitent dans les rues de la ville séduisent bien au-delà des frontières de la Normandie.

9/ Le dynamisme des bonnes tables

Pour les gourmets, sachez que c’est ici que l’on trouve l’un des deux seuls restaurants affichant deux étoiles au Guide Michelin de la région : chez Tartarin. D’autres établissements, à l’image du Margote, se font progressivement une jolie place sur la scène gastronomique.

10/ Championne du match sur Tinder

Preuve s’il en faut qu’on ne s’ennuie pas au Havre, la ville figure sur la troisième marche du podium des villes de France où l’on « matche » le plus via l’application de rencontre Tinder. Avis donc à ceux qui cherchent l’âme sœur, la cité Océane est, d’après ce palmarès, The place to be pour trouver l’amour.

11/ En bonus …

Sans rancune pour nos amis de Topito, reconnaissons tout de même qu’ils avaient su dignement rendre hommage aux charmes du Havre il y a quelques mois en publiant le « Top 12 des raisons de penser que Le Havre défonce Rouen (et pas qu’un peu) ». Piochant dans cette liste non-exhaustive, nous avons retenu (sans aucune raison scientifique) deux arguments mettant fin au débat pour compléter ce top. Le premier : Alphonse Brown vient du Havre.

Le second : une étude de l’université de Hill Valley en Californie qui prouve qu’en moyenne les Havrais sont 86 % plus beaux que les Rouennais. « Et franchement quand on traîne dans les rues piétonnes du Havre, on voit que des bombes sexuelles », souligne Topito. Comme quoi, ils n’ont finalement pas tort sur toute la ligne.


 

Voir aussi:

https://actu.fr/normandie/le-havre_76351/le-havre-c-est-pas-terrible-cette-replique-de-la-serie-lupin-qui-fache-un-peu-les-havrais_38662043.html

le-havre-lupin-fache-le-havre-replique-serie-netflix


 

Le patrimoine normand à la une des journaux gratuits Côté Rouen et Côté Le Havre (groupe Ouest-France-Publihebdos)

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/les-chantiers-dans-les-eglises-et-l-avenir-du-normandy-a-la-une-de-cote-rouen-et-du-havre-infos_38648973.html

La crise sanitaire et économique s'acharne contre le tourisme normand:

https://pronormandietourisme.fr/2020/12/21/impact-crise-sanitaire/?utm_source=newsletter-ctn&utm_medium=mail&utm_campaign=20210112-CTN

L’INSEE Normandie a publié ce vendredi 18 décembre 2020 une analyse portant sur 2 secteurs économiques frappés de plein fouet par la crise sanitaire en 2020 : l’hébergement et la restauration.

En effet, bien qu’une saison touristique estivale ait pu finalement avoir lieu, permettant au tourisme normand de retrouver des couleurs malgré le contexte inédit, le mois de décembre entamé permet de dresser un premier bilan sur cette année complètement inédite et bouleversante, qui a particulièrement touché le secteur du tourisme.

S’il ne fallait retenir que quelques indicateurs clés, c’est sans doute du côté du marché de l’emploi que les chiffres sont les plus inquiétants.

  • D’abord, le chômage partiel a concerné, entre mars et juin, au moins 2 fois plus les emplois touristiques que les emplois des autres secteurs confondus.
    En mars, environ 30% des emplois touristiques sont concernés par le chômage partiel, contre environ 10% des emplois totaux. En avril, la proportion monte à environ 70% des emplois touristiques contre environ 25% des emplois totaux. Etc…
  • Ensuite, en terme de destructions d’emplois dans l’hébergement et la restauration : 2 100 emplois touristiques perdus au 1er trimestre 2020 et 3 200 emplois perdus au 2ème trimestre. Cela représente la moitié de la perte d’emploi observés, tous secteurs confondus, dans la région.
  • Enfin, les projets d’embauches dans le secteur touristique ont également baissé de 22% au 1er trimestre 2020 (contre 9% des projets d’embauches tous secteurs confondus) et de 76% au 2ème trimestre.
    Au global, le 1er semestre 2020 a vu le nombre de projets d’embauches chuté de 82% dans le secteur touristique (contre 48% tous secteurs confondus).

Le document fait également état du bilan en termes de fréquentation touristique, mais aussi de dépenses touristiques grâce à une analyse des montants des transactions effectuées par CB, et également des mouvements de chiffres d’affaires des entreprises de l’hébergement et de la restauration.

Plus d’infos ici : https://www.insee.fr/fr/statistiques/4997217


Quelques nouvelles de la Normandie médiévale en tant que destination touristique:

https://pronormandietourisme.fr/2021/01/12/strategie-normandie-medievale/?utm_source=newsletter-ctn&utm_medium=mail&utm_campaign=20210112-CTN

Capture d’écran du 2021-01-12 20-12-44

La Région avec l’ensemble des acteurs touristiques, pilote une stratégie visant à faire de la Normandie une destination d’excellence sur la thématique médiévale.

L’objectif est de permettre à nos visiteurs de découvrir les grandes heures de la civilisation normande, de la période Viking jusqu’à la Guerre de Cent Ans, soit plus de 500 ans d’histoire.

A l’issu d’un travail collaboratif avec vous -acteurs de la Normandie Médiévale- nous avons défini une stratégie commune pour positionner la Normandie comme une destination de référence sur le thème du médiéval.

Pour partager cette ambition commune, vous trouverez les 2 documents de référence à consulter ou à télécharger :

Capture d’écran du 2021-01-12 20-17-48

Sur sollicitation du journaliste Julien Amat, Normandie Tourisme a organisé la livraison d’un plateau de fruits de mer normands pour l’émission La table des bons vivants animée par Laurent Mariotte. Ce rendez-vous radiophonique hebdomadaire sur Europe 1, le samedi de 11h00 à 12h30, réunit chefs, producteurs, artistes ou intellectuels, autour de la gastronomie et des bons produits.
Le samedi 26 décembre dernier, l’animateur, passionné de cuisine, a reçu l’aventurier du Groupe TF1, présentateur de Koh Lanta, l’incontournable Denis Brogniart. Et pour faire honneur à la Normandie, lui qui a habité quelques années à Courseulles-sur-Mer, il s’est testé à la dégustation d’huîtres, « Je vais essayer » comme il l’a dit en plateau.

La mise en avant des producteurs normands 

Nous avons fait appel à Maxime Jourdan et Pierre Hurault, Les iodés, deux jeunes manchois, installés à Paris, pour assurer la livraison des fruits de mer dans les locaux de la radio dans le 15e arrondissement. 

Les produits normands mis à l’honneur :

Les huîtres de Loic Danlos à Blainville-sur-Mer
Les bulots et les praires de Samuel Deshaye à Granville
Le saumon de la Maison Saumon de France à Cherbourg-en-Cotentin.
La coquille Saint-Jacques de Normandie
Les crevettes de l’île de Chausey

Une belle mise en avant proposée pendant les fêtes de fin d’année.

L'aviation d'affaires s'intéresse aux aéroports normands:
Coup de gueule d'Hervé Morin, président de la Normandie sur les débuts désastreux de la vaccination en France:
Mise en valeur de l'aître Saint-Maclou à Rouen que l'on espère pour 2021:
NOUVEAU SCANDALE DE LA DEMOLITION d'une église en Normandie... par l'Eglise catholique (diocèse de Coutances)!

eglise-carteret

L'église de Carteret menacée de démolition : "La municipalité ne peut pas mettre un euro dessus"

Menacée de démolition, l'église Saint-Germain-le-Scot est en sursis à Carteret. Malgré quelques pistes évoquées, le coût des travaux pourrait être un frein rédhibitoire.

Dangereuse, la vieille église de Saint-Germain-le-Scot, à Carteret (Manche), n’est plus accessible au public. Le diocèse, qui possède le bâtiment et le terrain, ne veut pas avancer les travaux et souhaiterait la démolir. Dans l’urgence, une association de défenseurs de l’église est en train de se constituer. Des voix se lèvent pour réclamer un support de la municipalité.

Aucune vue sur l’achat du terrain »

Actu : Vous avez évoqué ce dossier lors du conseil municipal de novembre...

David Legouet : Afin de savoir si la population voulait défendre l'église. Car s'il n'y avait personne, elle était démolie et on n'en parlait plus ! J'ai pu rencontrer le groupe des défenseurs après.

Pourquoi la municipalité ne peut pas intervenir sur ce dossier ?

D. L. : Comme elle a été construite après la loi de séparation de l'église et de l'état, Saint-Germain-le-Scot appartient au diocèse, tout comme le terrain. La municipalité ne peut pas mettre un euro dessus. On ne peut que constater. Et aider la future association par des subventions, qui ne couvriront aucunement le coût des travaux.

« Plus d’un million d’euros… »

Combien coûterait la réparation de l'église ?

D. L. : Il y a d'abord l'étude des travaux, une étape qui coûte cher : par exemple, pour l'église du bourg, elle avait coûté environ 20 000 €. Il y a aussi l'étude géotechnique, c'est-à-dire savoir sur quels types de fondations repose le bâtiment, si c'est du sable ou de la terre. Puis les travaux en eux-mêmes : l'évêché a estimé un total de plus d'un million d'euros. Sachant que comme ce n'est pas une propriété publique, ils auraient à payer TTC, toutes taxes comprises !

Comment récolter la somme ?

D. L. : C'est la grande question. Beaucoup de personnes se sont rassemblées dans un groupe Facebook en proposant de donner pour l'église. Ils doivent rencontrer un architecte du patrimoine qui pourra connaître le montant d'une étude avant travaux. S'ils arrivent à obtenir la classification par la Drac (Direction régionale des affaires culturelles), elle pourra verser 50 % du montant, comme elle l'avait fait pour l'église du bourg.

On entend dire que la municipalité voudrait racheter le terrain afin d'y installer un immeuble ou un parking…

D. L. : C'est une absurdité. Les gens racontent tout et n'importe quoi ! On n'a aucune vue sur l'achat du terrain ! J'ai pu lire ça sur les réseaux sociaux, c'est hallucinant.

Et si l'église est démolie ?

D. L. : Dans le pire des cas, on a soulevé l'hypothèse de créer une chapelle de Carteret dans l'église du bourg. Car je sais qu'il y a un attachement fort pour ce bâtiment. Il y aurait ainsi un lieu de mémoire, avec tout le mobilier que le diocèse accepterait de nous offrir.

Exposition à Rouen « des roses sous ma fenêtre »

Solidarité

Lundi 11 janvier, je me suis rendue à Rouen à l’inauguration de l’exposition « Des roses sous ma fenêtre » par la photographe Isabelle Lebon et la rédactrice Christine Ternat.

A l’initiative de Bertrand Bellanger, Président du Département de la Seine-Maritime et Nathalie Lecordier Vice-présidente en charge de l’enfance et de la famille, de l’égalité des droits et de la santé, cette émouvante exposition met l’accent sur une thématique malheureusement encore d’actualité, celle de la violence faite aux femmes.
Il aura fallu deux ans de rencontres et de recueils de témoignages grâce au CIDFF, avant que des visages de femmes et des textes forts soient affichés sur les grilles du département de Seine-Maritime.

En tant que rapporteure pour le réseau des femmes à l’APF, je suis particulièrement attentive à ce que de nos jours, des femmes puissent trouver auprès des structures mises en place par les associations, tout le réconfort et l’aide dont elles ont besoin pour s’en sortir.

L’Art est un véhicule indéniable pour nous interpeller sur notre rôle à jouer dans cette société afin de la rendre chaque jour plus forte et plus solidaire.

CIDFF 76 : 02 35 63 99 99 – violences Femmes Info (24h /24) : 3919

Suivez notre actualité !
Rapport ministériel

Gestion du risque des marniéres

Fin septembre, avec le soutien de mes collègues normands, j’attirai l’attention du Ministre de la Transition écologique et solidaire sur la situation préoccupante des marnières en Normandie.

Le Ministre, François de Rugy, a entendu notre demande et il a missionné le Conseil Général de l’Environnement et du Développement Durable (CGEDD) pour réaliser un état des lieux sur la gestion du risque des marnières. Des pistes d’amélioration des dispositifs en place seront proposées d’ici quelques mois.

L’ensemble des services seront mobilisées pour la réalisation de ce rapport : le bureau de recherches géologiques et minières (BRGM), l’Institut national de l’environnement industriel et des risques (Inéris), le centre d’études et d’expertise sur les risques, l’environnement, la mobilité et l’aménagement (Céréma), les universités, les sociétés savantes, la Direction régionale de l’Environnement, de l’Aménagement et du Logement (DREAL) et les Directions départementales des territoires (DDT) des préfectures.

Suivez notre actualité !

L’article Exposition à Rouen « des roses sous ma fenêtre » est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.

4ème One Planet Summit : des engagements concrets en faveur de la biodiversité

Hier, le président de la République a accueilli à Paris la 4ème édition du « One Planet Summit », dédiée aux enjeux de protection de la biodiversité. Ce nouveau Sommet, qui rassemble chefs d’État et de gouvernements, leaders d’organisations internationales, d’institutions financières, du secteur économique et d’ONG, a été l’occasion d’acter de nouveaux engagements concrets […]

Votez pour le nouveau logo de la Ville d’Yvetot

Dans le cadre du nouveau mandat, la Ville d’Yvetot a décidé de créer un nouveau logo. Et c’est vous qui allez participer au choix de cette nouvelle identité graphique !

 

La direction de la Communication vous donne rendez-vous demain matin à partir de 10h (13/01/2021) sur le marché d’Yvetot afin d’élire le prochain logo de la Ville d’Yvetot. Pour cela, rien de plus simple, un agent sera équipé d’une tablette et vous demandera votre avis.

 

Vous pourrez également choisir votre logo préféré sur notre page Facebook Ville d’Yvetot en mettant un j’aime ou un j’adore.

Les vergers du Val

L’un des projets de la municipalité est de planter des arbres fruitiers au Val-de-la-Haye.

A défaut de vous présenter ces projets lors de réunions (mesures sanitaires très restrictives obligent), voici donc quelques explications sur ce projet d’arbres fruitiers.

Tout d’abord, cette volonté de planter des arbres fruitiers dans le village répond à un double constat :

  • Le Val-de-la-Haye dispose de grandes parcelles en herbe qui n’ont, actuellement, d’autre vocation que d’être tondues de façon répétée sans aucune plus-value.
  • Les cerisiers plantés avant même la création de la piste cyclable (ce qui les rend donc plus accessibles) sont appréciés depuis de nombreuses années par les amateurs de clafoutis.

Un programme étudié et réfléchi

En conséquence de ce constat, la commission Environnement a élaboré un programme pluriannuel de plantation répondant à différents objectifs :

  • Offrir à tous les Vaudésiens une plus grande variété de fruits sains et savoureux, en diversifiant les espèces fruitières, se déclinant elles-mêmes en nombreuses variétés à toutes les saisons.
  • Contribuer à la sauvegarde du patrimoine fruitier en créant un conservatoire à dominante de fruits anciens et locaux.
  • Recréer dans le village des paysages de vergers en fleurs comme on peut le voir sur d’anciens documents de la commune.
  • Créer du lien entre Vaudésiens lors de fêtes centrées sur la récolte et la distribution de fruits.
Les pommes pigeons ou pigeonnets (comme ici la pigeonnet de Rouen) ont une forme conique plus ou moins arrondie

Les plantations d’arbres fruitiers s’étaleront sur toute la mandature (c’est à dire 6 ans) pour aboutir à la plantation de 300 arbres fruitiers nouveaux.

Où seront plantés les vergers ?

Trois principaux sites de plantation ont été retenus :

  • La prairie située à côté du lotissement Révil.
  • Une bande prairiale au sein du lotissement Michon.
  • Et les espaces enherbés entre la Seine et le RD 51.

Pour obtenir des fruits rapidement, la saison de plantation 2020-2021 se situera tout d’abord sur le terrain Révil qui offre une bonne faisabilité technique et un sol propice aux pommiers.

Il va sans dire que les fruitiers plantés dans chaque quartier ne seront pas à l’usage exclusif de leurs riverains, mais accessibles à tous les Vaudésiens.

Le pommier la Calville de Rouen sera planté du côté de Révil

Quelles variétés d’arbres fruitiers plantés à Révil ?

Sur le terrain situé à côté du lotissement Révil, c’est un choix de variétés de pommiers qui a été arrêté par la commission Environnement. Au total, 52 sujets en haute-tige seront plantés pour 2021.

Les variétés choisies étant : Bailleul-Gros-Hôpital, Belle du Havre, Reinette de Caux, Reinette de Dieppedalle, Astrakan, Belle de Pontoise, Belle fleur jaune, Double bon pommier, Gravenstein, Pigeon de Jérusalem, Rever, Pigeon de Rouen, Reinette du Neubourg, Richard, Transparente de Croncels, Reinette grise de Saintonge, Grand Alexandre, Eclat, Reinette grise du Canada, Châtaignier, Belle fille normande,  Cramoisie de Gascogne,  Calville du roi, Transparente blanche, Melrose.

Un poirier de plein vent viendra compléter cette belle famille de pommiers. Le poirier choisi est le Tabaltier. Réputé pour ses poires à douillons, il sera donc également planté, ainsi que deux noyers.

Vous souhaitez profiter de l’occasion pour planter chez vous ?

Pour les personnes qui souhaiteraient également effectuer des plantations sur leur propriété, nous avons obtenu de notre fournisseur la possibilité d’effectuer des commandes groupées pour avoir de meilleurs prix.

Si beaucoup de Vaudésiens étaient intéressés, nous pourrions aussi mettre en place des ateliers de plantation, de taille ou de greffage.

Avant d’avoir le plaisir de déguster nos premières récoltes ensemble, nous vous tiendrons régulièrement au courant des développements de ce projet.

La pomme de châtaignier est une variété de… pommes

L’article Les vergers du Val est apparu en premier sur Val de la Haye.

Fabriqué avec WordPress | Theme: SpicePress par SpiceThemes