Archive dans 10 janvier 2021

Un vaccin qui n’empêche pas d’attraper la covid !

VirusAu moment où la vaccination commence (enfin) à prendre de l'ampleur, chacun aura pu entendre le ministre de la santé préciser les bénéfices attendus du vaccin contre la Covid actuellement disponible. Ce vaccin n'empêche pas d'attraper la Covid ni de la transmettre. Ce vaccin permet à 96 % d'éviter les formes graves de la maladie. Ainsi protégées, les personnes vaccinées n'auront pas besoin d'être hospitalisées en cas d'atteinte par le virus. Peut-être permet-il de diminuer la charge virale et la contagiosité des personnes atteintes.

C'est pourquoi, même vacciné, les mesures de précaution doivent être maintenues : masque, distentation... C'est pourquoi aussi, la vaccination doit être priorisée sur les soignants et les personnes à risque dans un premier temps. En espérant ne pas être confrontés rapidement à une pénurie de vaccins lorsque les actuels sceptiques viendront réclamer leurs injections !

10 Janvier 2021: c’est la Saint-Guillaume, fête de l’unité normande…

Nous avons encore respecté comme il se doit l'une des traditions que s'est fixée notre collectif "Bienvenue en Normandie" depuis sa fondation en 2006 qui est de célébrer tous les 10 janvier, jour de la Saint-Guillaume au calendrier, la mémoire de Guillaume de Normandie, dit le Bâtard, dit le "Conquérant", fondateur de l'Etat normand puis anglo-normand qui refonda aussi en la renforçant pour l'histoire l'unité de notre région en créant à Caen à l'Ouest de la rive gauche de la Seine une seconde capitale après celle de Rouen.

A l'heure où quelques "politichiens", à quelques mois des prochaines échéances électorales régionales, s'amusent dangereusement avec le principe sacré pour nous de l'unité normande, cette commémoration, avec le dépôt de primevères aux couleurs normandes au pied de la tombe du Conquérant dans le choeur de l'abbatiale Saint-Etienne de Caen, revêtait cette année une dimension particulière.

Nous souhaitons que ce geste, politique, de fleurir d'or et de rouge la tombe du Conquérant chaque 10 janvier soit partagé par tous les défenseurs de l'unité normande et par tous les amoureux de la Normandie:

Ne baissons pas la garde!

Dex Aïe!

Sire de Sei!

IMG_0209

thumbnai2l

L’Etat central jacobin organise-t-il la panne de la décentralisation pour des raisons politiciennes?

 Le dernier communiqué du Réseau citoyen du cercle normand de l'Opinion pourrait confirmer notre lecture proposée ici: le président de la République a, semble-t-il, décidé d'ignorer et de contourner le "bloc régional" décentralisé pour mener sa politique territoriale ou pour gérer une campagne vaccinale qui démarre trop doucement aux yeux des élus locaux que le gouvernement n'a de cesse de caresser dans le sens du poil au niveau communal et départemental pour mieux isoler les conseils régionaux. On sent bien quels sont les arbitrages politiciens qui président à de tels choix surtout au moment d'affronter les urgences d'intérêt général d'une crise sanitaire sans précédent!

1

​Communiqué du Réseau citoyen du Cercle Normand de l'Opinion


La lutte erratique contre le Covid 19 ne résume pas l’action gouvernementale ainsi qu’on pourrait le croire selon le matraquage médiatique qui finit par déglinguer la société plus que la pandémie elle-même. La vie continue pourtant et les observateurs attentifs relèvent deux initiatives du Gouvernement qu’on peut intégrer dans le grand mouvement de décentralisation / déconcentration, voire dans l’aménagement du territoire : il s’agit du Programme Petites Villes de demain et de la nomination d’un sous-préfet à la relance, attaché au Préfet de Région.

 Comme toujours en pareil cas, une lecture double est portée sur les significations économique et politique de ces volontés gouvernementales. D’un côté, il est noté tout l’intérêt des objectifs de ces dispositifs, de l’autre, certains – méfiants – redoutent, à la fois, le retour au jacobinisme et les visées politiciennes d’un Gouvernement, maître des horloges des prochaines élections régionales et départementales.

 Savoir raison garder en l’occurrence, c’est analyser avec objectivité ces initiatives gouvernementales et leur traduction sur le terrain, mais l’honnêteté ne doit pas nous dispenser de nous déterminer et c’est ce que nos Cercles entendent délivrer dans ces premières « Répliques Normandes » de 2021… Occasion pour tous nos correspondants et amis de souhaiter une bonne nouvelle année à tous les Normands.

 160 communes, de moins de 3 500 hab. pour la moitié d’entre elles, ont été retenues dans le cadre du dispositif « Petites Villes de demain ». Jacqueline Gourault, très active et très présente Ministre de la Cohésion des territoires, fait « la tournée des popotes » pour expliquer le but de ce projet et les moyens mis en œuvre pour revivifier le tissu des petites cités qui, en Normandie, sont une des garanties pour combattre les désertifications dont souffre la France périphérique. « Redonner de la force à ces petites villes », « Coup de pouce pour ces petites cités », tels sont les titres des articles que l’on trouve dans la presse normande. Pour chacune d’elles, l’État va apporter des aides spécifiques. Quelques exemples : à Livarot, amélioration de l’habitat, à Beuzeville, restauration d’un manoir, à Barentin, revitalisation du centre-ville et réaménagement de la friche Badin… 160 communes retenues, 160 projets aidés.

Un « Monsieur Relance », en la personne du sous-préfet Paul Bourgeois, va seconder le Préfet de Région au chevet de l’économie normande, assez mal en point à cause de la crise virale. Son rôle : coordonner organismes et forces vives pour redonner du dynamisme. Sans doute va-t-il disposer de moyens…

 Les méfiants ont une autre lecture : le Gouvernement flatte le niveau communal car il ne dispose pas de relais suffisants au niveau des départements et de la Région et… on est à la veille des élections locales. D’autre part, la haute administration, toujours technocratique, entend contrôler la politique de relance économique. On peut développer à l’envi ces remarques, peut-être justifiées, mais – parce qu’il faut être positif – nous pensons qu’il convient de tout faire pour que ces deux initiatives gouvernementales réussissent. Les arrière-pensées ne sont pas de mise en ces temps très difficiles et, puisque nous sommes en période des vœux, souhaitons que l’ON (indéfini et général) ait la sagesse d’associer la Région et les départements à ces entreprises de salubrité économique.

 

C.N.O. de Bolbec, le 10 janvier 2021

Chambray (Eure): une antenne de téléphonie de plus de 40 mètres va défigurer le paysage normand!

Le principal argument des vandales cyniques de notre patrimoine paysager normand (comme ailleurs en France) c'est d'accuser les particuliers ou les associations qui s'opposent à leurs projets hideux, parfois, souvent, mal conçus (parce qu'il faut y mettre le moins d'études et donc le moins d'argent possible) de ne le faire que par intérêt selon le principe bien connu du "Not In My Back Yard": on veut bien de la 4G sur son téléphone mais pas d'antenne au fond de mon jardin. 

C'est logique que les professionnels cyniques de l'intérêt privé n'entendent rien à l'intérêt général et prêtent les mêmes intentions à toute personne ou groupe qui s'opposent au nom de l'intérêt général à leurs entreprises de destruction de notre patrimoine commun!

Une fois de plus le dilemme se pose: le progrès et le confort moderne notamment en terme de communication, un enjeu essentiel pour le désenclavement des territoires ruraux normands et leur développement futur à une ou deux heures d'une région parisienne qui voit s'accélérer un exode démographique vers la province proche au prix de la préservation et de la valorisation d'un patrimoine à la fois naturel, paysager et culturel ou architectural qui contribue largement à  l'attractivité du territoire normand à une ou deux heures de la région parisienne.

Avec plus d'imagination, d'anticipation, plus de volonté et de moyens financiers, bref! avec plus de politique locale au service de l'intérêt général il est possible d'échapper au vieux conflit de l'intérêt privé du plus gros qui écrase l'intérêt privé du plus petit!

Autrefois, dans le droit normand, un tel principe était inscrit dans la loi pour protéger les intérêts des petits propriétaires face aux agissements des plus puissants...

https://www.francebleu.fr/infos/societe/une-antenne-orange-de-plus-de-40-metres-le-village-voit-rouge-1609775648

Orange va installer une antenne de plus de 40 mètres, le village voit rouge

L'opérateur Orange va installer une antenne 4G de 42,5 mètres pour améliorer la couverture mobile à Chambray dans l'Eure. Certains habitants s'inquiètent de voir "le bord de l'Eure défiguré" et ont lancé une pétition contre le projet.

Capture d’écran du 2021-01-10 09-35-00

Didier Schwartz s'est installé à Chambray il y a vingt-et-un ans "pour son charme bucolique" et se bat depuis plusieurs mois contre le projet d'installation d'une antenne de 42,5 mètres par Orange : "C'est un immeuble de 14 étages !  s'étrangle-t-il   à proximité de la rivière et de la ligne touristique du Chemin de fer de la vallée de l'Eure.

Pour s'élever contre ce projet, Didier Schwartz a lancé une pétition en ligne qui a recueilli quelques centaines de signatures. "La hauteur du pylône de Chambray dans l’Eure est prévue pour couvrir un maximum de logements et d’entreprises du territoire" répond le service communication d'Orange.

"Les opérateurs téléphoniques ont signé une charte où ils s'engagent à inclure les antennes dans le paysage de façon à ne pas l'abîmer" rappelle Didier Schwartz qui prend pour exemple La Baule où l'antenne de la forêt d'Escoublac est camouflée dans un faux sapin. "Nous avons pris en compte la typologie de l'environnement" indique le service communication de l'opérateur.

Améliorer la couverture mobile

Didier Schwartz le reconnaît, il arrive que la réception du réseau Orange soit un peu moins bonne dans le village de 423 habitants. Une meilleure réception, c'est le but d'Orange avec cette nouvelle installation : "Pour nos besoins de  couverture afin d’améliorer et optimiser la couverture mobile sur ce territoire rural, Orange a donc décidé d’installer son propre pylône. Cette nouvelle antenne donnera l’accès au numérique par la 4G. Nous n’avions pas d’autre pylône existant à proximité permettant une couverture optimale sur ce  territoire".

Capture d’écran du 2021-01-10 09-36-47

Les voeux à la presse régionale d’Hervé MORIN, président conquérant et offensif de la Normandie et candidat à sa réélection…

Hervé Morin, président de la Normandie, a présenté ses voeux à la presse régionale ce 8 janvier 2021:

Le président s'est montré offensif, montrant son envie de rester aux commandes de la Normandie après juin prochain, en espérant que le Covid ne perturbera pas trop le calendrier électoral prévu. Le président normand sortant va opter pour une campagne électorale éclair à partir d'avril prochain: d'un point de vue tactique, cela peut se comprendre. En revanche nous craignons que le Covid et les diverses tactiques politiciennes sans parler du manque de curiosité pour les questions authentiquement normandes de nos grands médias régionaux, risquent de confisquer, une fois de plus, la possibilité d'organiser un grand débat public normand devant les électeurs normands avec pour conséquence, la confirmation de la seule certitude que nous pouvons avoir au sujet des prochaines élections régionales:

L'abstention!

Pourtant que d'enjeux à porter! Que de projets à mener pour faire rayonner la Normandie: Hervé Morin, à lire l'article ci-dessous, nous en donne un petit aperçu notamment dans le domaine de l'enseignement supérieur car la Normandie doit refaire son retard.

Lire ci-après, l'article proposé par Paris-Normandie proposé par un journaliste semble-t-il rouennais contraint d'aller jusqu'à Caen pour écouter les voeux du président de région. On précisera à ce journaliste que la seule vraie ville  "capitale" qui existe en France c'est... Paris! Caen est le siège de la région et Rouen est la métropole régionale siège de la préfecture de région: il n'y a rien d'autre à dire! Espérons que les "journaleux" vont enfin bosser un peu plus les dossiers normands pour les prochaines élections régionales et nous épargner leur plan foireux sur la pseudo guéguerre de la "capitale" normande!

https://www.paris-normandie.fr/id154873/article/2021-01-08/un-nouveau-musee-des-grands-evenements-un-data-center-le-bras-de-fer-avec-letat?mediego_campaign=20210109_b480285b-72f6-4702-8314-b3efbfbe5aca&mediego_euid=e00T6WA&mediego_ruuid=3d7b55ef-7c1c-460a-bcd9-c926a1fc25cb_1

Un nouveau musée, des grands événements, un data center, le bras de fer avec l’Etat : Morin annonce la couleur pour 2021

DATA_ART_27540723

En ce début d’année 2021, Hervé Morin pense davantage aux projets pour la Normandie qu’aux élections régionales dont on ne connaît pas encore les dates.

C’est un Hervé Morin conquérant et offensif qui a présenté, vendredi 8 janvier 2021, ses vœux à la presse. Candidat à sa propre succession à la tête de la Région Normandie, l’ex ministre de la Défense n’attaque pas la nouvelle année sur la pointe des pieds.

C’est à Caen, « capitale » de la Normandie « conquérante » qu’il préside depuis décembre 2015 qu’Hervé Morin a profité de ses traditionnels vœux à la presse pour faire le point sur les dossiers en cours et dévoiler des nouveaux projets.

La trêve des confiseurs n’a pas permis de faire aboutir le nouveau contrat de plan Etat/Région

« Aujourd’hui, je ne le signe pas. Le compte n’y est toujours pas pour l’enseignement supérieur régional (ESR). J’ai proposé au Premier ministre de reflécher 40 M€ prévus sur les routes vers l’enseignement supérieur. Il y a 130 M€ de subventions d’Etat pour les routes, et nous savons que nous n’en utiliserons que 80 à 90 M€. Il faut redonner un nouvel élan à l’ESR en Normandie. La Région met sur la table 200 M€. Caen et Le Havre continueront à apporter leur écot. La Métropole Rouen Normandie est aujourd’hui décidée à y contribuer. Le département du Calvados est un financeur régulier. Si l’Etat est à la hauteur du rendez-vous avec la Normandie, nous pouvons réunir 500 M€. Nous en avons besoin pour construire les campus connectés du XXIe siècle à Caen et à Rouen (ndlr : Le Madrillet). Je ne peux pas rester les bras croisés quand je vois que 3 500 étudiants en Master 2 quittent chaque année la Normandie. Il faut que l’on se fixe d’accueillir chaque année une nouvelle grande école.»

Pour Hervé Morin, l’installation de l’Isen (ndlr : une grande école d’ingénieurs des hautes technologies et du numérique accessible après le baccalauréat) à Caen ne doit pas un « one shot ». « L’école Fauchon (ndlr : à Rouen), c’est toujours d’actualité. J’ai demandé à Jean-Guy Bernard (ndlr: l’ex directeur général de l’EM Normandie) de prospecter en Grande-Bretagne pour attirer en Normandie des antennes de grandes écoles anglaises.»

Un data center numérique

Toujours en lien avec l’enseignement supérieur, la Région veut bâtir son propre data center pour stocker toutes les données produites par les universités et grandes écoles« La question est de garantir notre souveraineté numérique. C’est un investissement de 10 M€. Initialement, nous étions sur la réhabilitation d’un bâtiment sur la commune de Val-de-Reuil. Il n’est pas impossible finalement que nous prenions l’option de construire un bâtiment neuf dans une autre ville.»

Ce data center ne sera pas réservé uniquement à l’enseignement supérieur. Il sera également ouvert au secteur de la santé.

Ce seront les futurs étudiants de demain : les lycéens. Ils ne seront pas oubliés par la Région en 2021. La collectivité régionale a décidé de doter les 40000 élèves de seconde d’un ordinateur portable à partir de la rentrée de septembre 2021. Coût de l’opération : 20 M€/an. L’opération sera reconduite pendant trois ans.

Un nouveau musée de la Seconde guerre mondiale

Hervé Morin est resté assez évasif mais il a esquissé les contours d’un nouveau projet muséal en Normandie. Un projet porté par un investisseur privé que « j’ai rencontré en décembre à Paris.» . Le thème est inédit : il s’agit de recréer un lieu de mémoire pour évoquer les milliers de prisonniers allemands qui ont été cantonnés durant de longs mois après le D-Day dans le camp de Marmion à Ravenoville dans la Manche.

Les héritiers du colonel Kennedy, l’officier américain qui dirigeait ce camp de prisonniers, ont fait don du fonds photos et vidéos au porteur du projet. Ce dernier a déjà récolté 1,5 M€ aux Etats-Unis auprès de « grandes personnalités » selon Hervé Morin.

Pour rester en 2021, la Région a programmé plusieurs événements : le salon de l’Orientation (en mode virtuel en février), une nouvelle édition de Normandie pour la Paix à Caen en juin, le festival de l’Excellence Normande (FENO) à Rouen à l’automne, et un nouveau rendez-vous gastronomique, un « Top Chef » normand à Granville le 14 avril. « Il s’agit d’un concours national ouvert aux amateurs et aux professionnels. A Granville, les finalistes devront travailler des produits exclusivement normands. »

Et ce n’est qu’à la toute fin de cet exercice de style qu’il maîtrise depuis janvier 2016 qu’Hervé Morin a évoqué le prochain rendez-vous avec les électeurs normands. « Le gouvernement nous a donné les dates des 20 et 27 juin. Si ces dates sont confirmées, je n’entrerai en campagne qu’en avril. » Une campagne éclair qui fait généralement le jeu du sortant. « Les sondages qui ont été réalisés en fin d’année dans toutes les régions indiquent - à une exception près - que les présidents sortants sont bien placés pour être reconduits.»

Aujourd’hui, Hervé Morin a beau scruter l’horizon, il n’a pas encore aperçu la silhouette d’un rival capable de troubler ses nuits. « Ma liste sera encore plus ouverte qu’en 2015. Elle sera ouverte à des personnalités normandes bien ancrées sur leur territoire et qui ont envie de mettre en œuvre le programme que nous allons bâtir ensemble. »


 

Commentaire de Florestan:

C'est peut-être le moment d'ouvrir la liste et la majorité régionale sortante qui a confirmé son intérêt pour les spécificités normandes à la société civile régionale qui s'implique dans la Normandie: le réseau régional des quelques 10000 ambassadeurs de la Normandie pourrait peut-être servir à quelque chose...