Archive dans 1 janvier 2021

Culture normande: l’exposition des « Goules de haies » se visite en plein air en faisant du vélo à Bricbé!

L'Eteile de Normaundie fait volontier la réclame pour nos amis des "amis du Donjon" de Bricbé/Bricquebec qui nous annoncent une bien belle initiative à voir en images ci-après!

Message de Rémi Pézeril...

  Boujou !

   Les Amis du Donjon ont affiché en extérieur sur la Voie verte à Bricquebec une expo de 26 panneaux 120 cm x 150 cm :  photos de personnages que l'on peut observer dans les haies : humour, défense des haies, dialogues en normand. Une balade à faire sans risque de virus ! (près du carrefour vers Pourbâs, Cartret, Tchidbou)

    Fred Vaquin (Normand de l'Eure qui vient chaque année en vacances en Cotentin) et Marie-Suzanne Claux (Savoie) expliquent leur démarche : 

  "I sount grimachus, fyirs, hardis, effâochis, écalaés de rire ou débâochis de penne, mais touos sount uniques ! Il ount-z-eu l'élégaunche de nouos faire accreire que ch'est nous qui l's aviouns démuchyis. En véritaé, ch'est ches Frélampyis-lo qui nouos ount happaés. Il avaient eune idaée dauns le caquevet et ch'est pourqui qu'achteu i nouos bâlent lus message :

   "Je soumes eul pétit peuplle des pllantaées. Tcheu les houmes, vouos prêchaez eud diversité biologique... Cha veurt dire qu’i fâot de touot pou faire eun mounde : des habitaunts, des baêtes, des pllauntes, du câod, du freid, du solé, de l'iâo... Et touot cha deit vivre en balaun. Et ch'est parel pou touot cha qu'est de noute pllanète. Seyouns dé raisoun et garantissouns-nouos touos par ensemblle. Sinoun, no va touos yête byin espaosaés !"

   Et veilà, ch'est dit. Allaez veî les Goules des haies. Prêchaez d'aveu ieus. Hallaez lus pourtraits, si o veulent byin...!"
 
   Vous remarquerez la participation en "bonus" de 3 autres photographes. Envoyez-nous vos photos !
 
+ couv. de la Voix du Donjon n° 106
 
Amitiés,
Bouon tchu de l'Aun et Bouone Annaée 2021 !

p 2 titre Expo Goules de haies

thumbnail

 

thumbnail

 

Eun miot d'merquyi pou l'espo. Dis-mei cha que t'en pense.

Fred Vaquin lun. 21 déc. 2020

A Rémi Pézeril.

 Eun jou, à d'z-annaées d'ichin, no lâonait d'aveu Marie-Suzanne à l'entou du viaduc eud Fermanville. No-z-avait prins de d'quei pou les photos, pis no jostait liement d'aveu cha.

"Guette donc cette pllantaée lo coume elle est boulue !" Et hop,clic-clac.

"Chu r'nouvé est rêvablle et pis, coume cha sent à bouon !" Et hop, clic-clac.

"Mate-tei lo devaunt, j'vas te hallaer l'pourtrait". Et hop, clic-clac.

 No-z-avait du bouon temps, héreus et en vacaunche... Je sais paé qui de nouos déeus a veu la prémyire goule. Coume no veit eune baête dauns les nuages, ou de d'quei dauns eune taque eud peinteure... Mais j'i souvenaunche que no-z-a brin tergi à halaer eune photo. Coume si no-z-avait veu eun vuus copan ! No savait paé aco qu'no venait de merquyi eul tite d'eune loungue histouère qui deure aco annyi...

 I sount grimachus, fyirs, hardis, effâochis, écalaés de rire ou débâochis de penne, mais touos sount uniques ! Il ount-z-eu l'élégaunche de nouos faire accreire que ch'est nouos qui les aviouns démuchyis. En véritaé, ch'est ches Frélampyis-lo qui nouos ount happaés. Il avaient eune idaée dauns le caquevet et ch'est pourqui qu'achteu i nouos bâlent leus message :

"Je soumes eul pétit peuplle des pllantaées. Tcheu les houmes, vouos prêchaez eud diversité biologique... Cha veurt dire qu’i fâot de touot pou faire eun mounde : des habitaunts, des baêtes, des pllauntes, du câod, du freid, du solé, de l'iâo... Et touot cha deit vivre en balaun. Et ch'est parel pou touot cha qu'est de noute pllanète. Seyouns dé raisoun et garantissouns-nouos touos par ensemblle. Sinoun, no va touos yête byin espaosaés !"

 Et veilà, ch'est dit. Allaez veî les Goules des haies. Prêchaez d'aveu ieus. Hallaez lus pourtraits, si o veulent byin. Et maême si o vouos fount des agrignoches... Ampraès touot, fâot byin qu'o ritounent eun miot…!

 

TRADUCTION

 Un jour, il y a des années, on se promenait avec Marie-Suzanne vers le viaduc de Fermanville. On avait pris l'appareil photo et on s'amusait avec gentiment...

"Regarde donc cette haie comme elle est touffue !" Et hop, clic-clac.

"Ce printemps est vraiment extra et puis ces odeurs sont si bonnes !" Et hop, clic- clac.

"Tiens, mets-toi là que je te prenne en photo !" Et hop, clic-clac.

 On était bien, heureux et en vacances... Je ne sais pas de nous deux qui a vu la première goule. C'était comme voir un animal dans les nuages ou reconnaitre quelque chose dans une tache de peinture. En tout cas je me souviens qu'on n’a pas tardé à faire une photo comme si on avait vu un vieux copain ! On ne savait pas encore qu'on venait d'écrire le titre d'une histoire qui dure encore aujourd'hui...

 Ils sont grimaçants, fiers, hableurs, timides, morts de rire, ou écrasés de chagrin mais ils sont tous uniques ! Ils nous ont fait croire que c'est nous qui les avons trouvés. Mais en vérité se sont ces chenapans-là qui nous ont attrapés. C'est parce ce qu'ils ont un message à nous adresser. Ils nous l'ont confié et voici ce qu'ils ont à nous dire :

"Nous sommes le petit peuple des haies. Chez les humains vous parlez de diversité biologique. Cela veut dire que tout est lié, qu'il faut de tout pour faire un monde : des habitants, des bêtes, des végétaux, du chaud, du froid, du soleil, de l'eau... Et tout ça doit vivre en équilibre. C'est la même chose partout sur notre planète. Alors soyons raisonnables et protégeons nous mutuellement, car sinon nous sommes tous en grand péril !"

 Et voilà, c'est fait. Allez voir les Trognes des haies. Parlez avec elles. Prenez-les en photo s'elles sont d'accord. Même si elles vous font quelques gentilles grimaces, car après tout, faut bien qu'elles se moquent et rient un peu…!

Flaubert-Maupassant – C’était écrit…

Soirée émouvante au Croisset, chez Flaubert. Au crépuscule de son existence, le vieux maître demanda la présence de Maupassant pour ne pas avoir à brûler seul ses correspondances, ombres de sa vie passée. (© Guillaume Néel)


Extrait Patrimoine Normand n°116.
Par Stéphane William Gondoin.

 

Gustave Flaubert occupe une place à part dans la galaxie Guy de Maupassant, au moins aussi importante que celle de sa mère, quoique bien sûr différente : à la fois conseil en écriture, guide dans le cercle fermé et élitiste des auteurs de ce temps, il devient au fil des ans un véritable père spirituel pour le jeune homme.

À y regarder de plus près, la rencontre entre ces deux monuments de notre héritage culturel était sans doute inscrite quelque part, en lettres d’or, au firmament des dieux de la littérature, tant elle s’impose comme une évidence aux observateurs ultérieurs. Disons-le tout net : sans Flaubert, point de Maupassant. Ou du moins, pas de Maupassant tel que nous le connaissons.
 

Oncle absent, ami perdu

Nous avons brièvement évoqué la relation unissant depuis l’enfance Laure de Maupassant et Flaubert, leur correspondance attestant de la persistance d’un lien fort par-delà le temps et les aléas de l’existence, jusqu’à la mort de Gustave en 1880. Mais celui-ci était surtout, à l’origine, le meilleur ami du frère aîné de Laure, Alfred Le Poittevin (1816-1848), poète émérite décédé prématurément pour avoir, selon l’expression consacrée, « brûlé la chandelle par les deux bouts. » Voilà d’ailleurs qui ne manque pas d’annoncer la destinée tragique de Guy… À un autre de ses grands amis, le magistrat Ernest Che…

 

Il vous reste 91 % de cet article à lire.

Dossier « Maupassant » (14 pages) :




Abonnement Patrimoine Normand

Bonne année 2021 !

C’est avec ces quelques mots écrits par les habitants du village que l’équipe municipale vous souhaite une merveilleuse année 2021.

Merci aux Vaudésiennes et Vaudésiens d’avoir écrit de si beaux textes sur leurs cartes de voeux.

L’opération “cartes de voeux” se poursuit d’ailleurs en janvier, alors n’hésitez pas à prodiguer vos messages aux habitants. Si vous le souhaitez, des cartes enfants et adultes sont disponibles gratuitement en mairie.


Très belle année à toutes et tous !

Bonne année 2021 Bis
Bonne année 2021

L’article Bonne année 2021 ! est apparu en premier sur Val de la Haye.

Bâtissons ensemble un nouvel avenir français

Alors que s’ouvre l’année 2021, je tenais à vous adresser mes plus sincères vœux de bonheur, de réussite et surtout de santé pour cette nouvelle année. 2020 est derrière nous. Sans aucun doute, cette année a été difficile pour chacun d’entre nous. La crise sanitaire que nous traversons a profondément bouleversé nos vies mais grâce […]

Naissance de la collectivité européenne d’Alsace… En attendant le retour à la région Alsace?

L'Etoile de Normandie, en ce 1er janvier 2021, salue la naissance d'une nouvelle collectivité territoriale française, à savoir la Collectivité Européenne d'Alsace résultant de la fusion départementale entre le Haut et le Bas-Rhin: avec la Corse mais aussi la métropole de Lyon, l'Alsace est donc la 3ème collectivité unique présente dans le paysage institutionnel des collectivités territoriales formant la République française, "une et indivisible" (précisons-le d'emblée pour éviter toute arrière-pensée!).

Mais à la différence de la collectivité unique de Corse, la collectivité européenne d'Alsace va devoir rester dans le giron de la très artificielle région dite du "Grand-Est" créée en 2015 pour contrecarrer des élus Alsaciens travaillés par le régionalisme tout en étant incapables de s'entendre sur la nécessité d'une fusion départementale alsacienne: c'était en 2013 et la réforme régionale fort maladroite de 2015 (sauf pour le cas normand) a ravivé la question alsacienne.

Edouard Philippe, Premier ministre d'Emmanuel Macron a donc accepté de reprendre le dossier alsacien en acceptant l'idée de fusion départementale en tant que compromis entre la situation héritée de 2015 (l'Alsace fondue dans le néo-machin Grand Est) et le retour à une région Alsace de plein droit.

Mais il nous paraît évident que la toute nouvelle Collectivité européenne d'Alsace ne saurait rester durablement au sein de la région Grand-Est dont le siège est pourtant à Strasbourg et ce pour deux raisons:

Les Lorrains et les Champenois ne vont pas accepter une augmentation du poids et du lobby alsacien dans le néo-machin Grand-Est et les attributions de la nouvelle CEA sont telles qu'elles donnent l'impression d'être une... région: deux régions ne sauraient cohabiter longtemps au sein d'une même... région!

Il est probable que l'on réentendra parler du dossier alsacien au cours du prochain quinquennat présidentiel après 2022 et il est aussi probable que d'autres questions régionales vont se réveiller suite à l'exemple alsacien: des fusions départementales pour retrouver le territoire cohérent d'anciennes provinces au sein des trop grandes régions issues de la réforme de 2015 sont dans les cartons, par exemple, du côté de la Savoie ou du Dauphiné ou dans le Val-de-Loire avec le Maine ou le Berry (régions Centre et Pays-de-la-Loire), sans même parler du serpent de mer du retour du département de la Loire atlantique au sein de la Bretagne historique!

magnet-blason-alsace-bretzel

Le Bas-Rhin et le Haut-Rhin fusionnent et deviennent la Collectivité européenne d'Alsace (lefigaro.fr)

Le Bas-Rhin et le Haut-Rhin fusionnent et deviennent la Collectivité européenne d'Alsace

Voici les caractéristiques de cette CEA qui rassemble désormais sous une appellation unique près de 1,9 million d'Alsaciens.

Ni conseil régional, ni super-département: la Collectivité européenne d'Alsace (CEA), qui voit le jour ce vendredi 1er janvier, va fusionner les conseils départementaux du Bas-Rhin et du Haut-Rhin au profit d'une structure unique en France, aux compétences spécifiques.

La création de cette collectivité hybride répond à une revendication forte des Alsaciens dont beaucoup jugeaient l'identité alsacienne diluée depuis 2015 dans la région Grand Est même s'ils vont devoir rester dans son giron.

Nouvelles prérogatives, budget, futur siège : voici les caractéristiques de cette CEA qui rassemble sous une appellation unique, près de 1,9 million d'Alsaciens.

«Spécificité » alsacienne

En 2015, la Région Alsace se fondait avec la Lorraine et la Champagne-Ardennes dans le moule de la «super-région» Grand Est. Un crève-coeur pour nombre d'Alsaciens qui y ont vu non seulement une perte de visibilité pour l'Alsace mais aussi une dilution de leur identité. De quoi réveiller le serpent de mer d'une collectivité alsacienne unique. Mais en 2013, un référendum visant à consacrer sa création n'y parviendra pas.

L'idée d'acter administrativement une certaine «spécificité» alsacienne continue cependant de faire son chemin et, en juin 2018, le préfet de l'époque Jean-Luc Marx remet au premier ministre un rapport qui constate la persistance d'un «désir d'Alsace» et privilégie la création d'un «département unique d'Alsace».

En juillet 2019, la loi sur les compétences de la CEA porte cette nouvelle collectivité sur les fonts baptismaux.

Des compétences spécifiques

La CEA, qui va regrouper 880 communes bas-rhinoises et haut-rhinoises, hérite des compétences classiquement dévolues aux conseils départementaux: gestion des collèges, aide sociale et aux séniors, services d'incendie et de secours... Mais elle sera aussi dotée de nouvelles compétences, véritables marqueurs de sa spécificité. Elle pourra ainsi organiser son propre schéma de coopération transfrontalière avec l'Allemagne et la Suisse voisines, dans des domaines comme les liaisons transfrontalières ou la santé.

La CEA aura aussi la liberté en matière de bilinguisme, pouvant recruter de son propre chef des intervenants pour enseigner l'allemand, en complément des programmes nationaux. Elle coordonnera la politique touristique sur son territoire et se verra transférer les routes départementales, nationales ainsi que les autoroutes non concédées, sur lesquelles elle pourrait par exemple instaurer à terme une redevance poids lourds afin de réguler leur transit.

De la même manière, la CEA aura la haute main sur le tourisme, un pan important de l'économie locale qui génère 2,5 milliards d'euros de revenus et 39.000 emplois même s'il a été mis à mal par la crise sanitaire. Précision: si les conseils départementaux disparaissent, les entités administratives, à savoir les départements Bas-Rhin et Haut-Rhin demeurent, ainsi que leurs préfectures, à Strasbourg et Colmar.

Les chiffres

La CEA brassera 2 milliards d'euros de budget. Une part importante (450 millions) ira à l'aide aux séniors et aux handicapés, tandis que 285 millions seront dédiés à l'insertion et au retour à l'emploi.

Les 147 collèges alsaciens, gérés jusqu'à présent par les départements, vont entrer dans son périmètre avec 144 millions d'euros injectés dans la «réussite éducative». Elle récupère également 6.410 km de routes et 4.550 itinéraires cyclables.

La CEA, c'est également 6000 agents et 80 «conseillers d'Alsace», les anciens conseillers départementaux ainsi renommés (46 dans le Bas-Rhin, 34 dans le Haut-Rhin) élus en juin prochain pour un mandat de six ans (d'ici là, ce sont les conseillers départementaux sortants qui siègeront).

Quant aux automobilistes, ils pourront apposer sur leurs plaques minéralogiques le «Acoeur», symbole figurant un «A» dans un coeur qui évoque également un bretzel, choisi à l'issue d'une consultation en octobre dernier.

Siège et présidence

Où la CEA siègera-t-elle? A Strasbourg, capitale de l'Europe et chef-lieu du Grand Est? Où à Colmar, la riche cité haut-rhinoise? Épineuse question qui devrait être tranchée en septembre 2021.

En revanche, c'est à Colmar qu'aura lieu dès le 2 janvier la première réunion de la CEA.

Quant à la question de sa présidence, là non plus rien n'est réglé, même si le président du conseil départemental du Bas-Rhin, le LR Frédéric Bierry, a déjà déclaré sa candidature. D'ici à l'élection, c'est le doyen d'âge de l'assemblée qui présidera la CEA, en l'occurrence Yves Le Tallec, 83 ans.


 

Commentaire de Florestan:

Yves Le Tallec, président (provisoire) de la toute nouvelle collectivité européenne d'Alsace! Un patronyme bien... breton pour un président alsacien: voilà qui ne manque pas de sel et qui confirme, dans l'ordre du hasard et du symbole notre propos liminaire...

Voir aussi, justement, l'enthousiasme de Ouest-France, le 11 décembre 2020:

Nantes. Le drapeau breton bientôt hissé sur l’hôtel de ville (ouest-france.fr)

Nantes. Le drapeau breton bientôt hissé sur l’hôtel de ville

La maire de Nantes l’avait promis. Jeudi 17 décembre, à 11 h, Johanna Rolland hissera le gwenn ha du, drapeau de la Bretagne, depuis la cour d’honneur de la mairie.

Ils pavoisent. Jeudi 17 décembre, à 11 h, le drapeau breton flottera sur l’hôtel de ville de Nantes.

À la grande satisfaction des militants bretons, notamment ceux de Bretagne réunie, qui « félicitent Johanna Rolland pour la mise en œuvre de cet engagement du programme électoral pour lequel les Nantais ont voté en juin dernier. Les citoyens ont besoin de symboles, celui-ci est fédérateur et enthousiasmant, considèrent-ils. Le Gwenn ha du porte des valeurs aujourd’hui essentielles : la convivialité, l’échange, la solidarité, l’ancrage local et l’ouverture sur le monde. » (sic!!!)

Doléances

C’est Johanna Rolland elle-même qui hissera le drapeau depuis la cour d’honneur. D’ailleurs, Bretagne réunie se saisit de l’occasion pour rappeler à la maire de Nantes ses autres engagements électoraux.

En l’occurrence, ils lui demandent d’intercéder auprès de l’État pour organiser une consultation en Loire-Atlantique sur la réunification du département avec la région Bretagne. Et veulent aussi l’ouverture d’un débat public sur le sujet et la création, par la Ville, « d’une instance pérenne rassemblant toutes les parties prenantes pour définir avec l’État les modalités de cette consultation en Loire-Atlantique ».

Au même moment, le 17 décembre, rappelle Bretagne réunie, le conseil régional de Bretagne sera en session : « Nous invitons l’ensemble des élus régionaux à s’exprimer publiquement afin que la Ville de Nantes soit représentée lors de la première session du conseil régional de 2021, puis des suivantes. »

XVM37723556-451b-11eb-b24a-89d459643e2c

Les voeux de l’Etoile de Normandie pour la Normandie et les Normands en 2021

cc_gg_120054

L'équipe de l'Etoile de Normandie, Poule d'eau (revue  de presse quotidienne normande), l'Impertinent (dossier portuaire havrais), Dominique (modération), Michel Patin (fondateur de la publication) et Florestan, votre serviteur (rédaction) souhaite à tous les Etoiliennes et Etoiliens et, au delà, à toutes les Normandes et à tous les Normands qui aiment sincèrement la Normandie une bonne et heureuse année 2021 dans l'espoir pas trop fou qu'elle ne sera pas trop la queue de la triste comète sanitaire de l'année précédente: 2021 doit être impérativement, l'année des solutions pour sortr de la crise voire, pour en affronter d'autres avec une crise économique et sociale qui s'annonce rude au début du second trimestre  avec la fin des mesures d'aides aux entreprises en difficulté.

Plus que jamais la Normandie doit être le bouclier social des Normands: voilà un bon slogan pour qui voudrait servir la Normandie et les Normands à l'occasion des prochaines élections régionales de juin...

Car pour exposer en quelques mots nos voeux pour la Normandie et les Normands, nous dirons simplement ceci:

Nous souhaitons vivement que ces secondes élections régionales qui se dérouleront dans le cadre de notre Normandie réunifiée soient la confirmation et l'accélération de la RENAISSANCE NORMANDE conduite jusqu'à présent lors de ce premier mandat de l'unité normande ouvert en décembre 2015 sous la présidence d'Hervé Morin...

Il nous faut confirmer cette renaissance normande car les défis sont immenses: la tempête a frappé l'océan et la houle roule toujours assez longtemps après le coup de vent: l'esnèque normand, notre drakkar, notre langskip remis à l'eau dans son intégrité au 1er janvier 2016 tient bon la mer. Il nous faut surtout confirmer l'équipe si ce n'est l'équipage, c'est-à-dire, la capacité de nos élus et de nos décideurs d'être Normands ensemble pour défendre ensemble l'intérêt général de la Normandie et des Normands: nous savons que sur ce dernier point, il y a encore beaucoup de progrès à faire...

Face aux défis qui nous attendent:

1) Confirmer la solidarité et la solidité du tissu économique des entreprises normandes.

2) Faire de la Normandie une figure de proue et une tête de pont de la liaison privilégiée et indispensable à maintenir entre la France et le Royaume-Uni: le Brexit va continuer à faire de nombreux remous en 2021.

3) Faire du patrimoine historique, culturel et artistique de la Normandie une source stratégique territoriale essentielle pour la relance de l'économie régionale après la crise: le patrimoine c'est le pétrole de la Normandie!

4) Accélérer la transformation de l'économie normande face aux enjeux de la transition énergétique et du changement climatique notamment dans l'agriculture, la logistique, les transports, la production énergétique.

5) Prendre le contrôle de l'intérêt national de l'Axe Seine en expérimentant la subsidiarité régionale.

6) Faire des principales villes normandes, Caen, Rouen et Le Havre, des lieux où, enfin, les jeunes Normands pourront se dire qu'ils y trouveront leur avenir: l'un des objectifs les plus symboliques du second mandat de l'unité normande sera d'éviter que 3000 de nos jeunes post-bac normands fuient littéralement notre région pour aller chercher fortune ailleurs...

Ceci nous amène à dire que cette année 2021 après cinq premières années passées à établir l'unité normande et à reconstruire un outil politique au service de tous les Normands, doit être la première d'un cycle de reconstruction d'un espace-vécu commun et d'une fierté normande partagée par tous les Normands!

BONNE ANNEE A TOUS!

48313457_p