Archive dans 17 novembre 2020

plaque "Orange"

Les services "Orange" sont enfin intervenus pour faire les travaux nécessaires au niveau de la plaque qui, à côté de la salle des fêtes, claquait à chaque passage de véhicule. Il aura fallu plusieurs signalements et beaucoup de patience pour que ce problème...

Stopper Amazon avant qu’il ne soit trop tard

17 novembre - J'ai cosigné avec de nombreux élus, responsables associatifs, syndicaux, une tribune sur les dangers d'Amazon, un "modèle" économique à stopper avant qu'il ne soit trop tard...
« Cher Père Noël
Cette année, nous prenons l'engagement d'un#NoëlSansAmazon. En 2020, chaque jour, l'urgence sociale et écologique s'est rappelée à nous. La crise sanitaire que nous traversons a déjà eu des conséquences dramatiques en France : des milliers d'emplois ont disparu, le chômage atteint 9% et un million (...)

- Actualités /

PATRIMOINE NORMAND EN PERIL/14: Quand une paroissienne s’improvise restauratrice d’oeuvres d’art à Caen!

Une fois de plus, on se pose la question:

A quoi sert de nos jours la DRAC et son service spécialisé en charge de la protection, de l'entretien et de la restauration de nos monuments historiques et de nos oeuvres d'art, mission régalienne d'intérêt général, s'il en est?

Réponse: à rien!

Nouvelle illustration avec ce cas qui confine au... pittoresque!


 

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/caen-apres-une-revelation-elle-rate-la-restauration-d-une-vierge-a-l-enfant-du-xvie-siecle-7054424

Caen. Après une « révélation », elle rate la restauration d’une Vierge à l’enfant du XVIe siècle

MjAyMDExZDJmMmZjOTFkNDExMmQzNTJmMmE0NjUyYTMzYTA4ZmE

En décembre 2015, une fidèle bien intentionnée a décidé de repeindre une statue en pierre représentant la Vierge à l’enfant, conservée en l’église Saint-Pierre de Caen (Calvados). L’œuvre dégradée, datant du XVIe siècle, devrait être restaurée – par des professionnels cette fois – fin 2020.

L’histoire prête à sourire et n’est pas sans rappeler le fameux Christ « défiguré » par une restauration hasardeuse, dans la petite cité de Borja, au nord-est de l’Espagne, en 2012. Ou, tout récemment, toujours en Espagne, la restauration ratée d’une statue ornant un bâtiment de la ville de Palencia, en Castille-et-León.

Fin 2015, une statue de la Vierge à l’enfant en pierre, conservée en l’église Saint-Pierre de Caen, a été repeinte par une fidèle. Hélas, c’était sans prendre en compte le caractère historique de l’œuvre, qui date du XVIe siècle.

La fidèle, toutefois bien intentionnée, aurait expliqué « avoir eu une révélation l’incitant à mettre de la couleur sur cette statue afin qu’elle corresponde davantage à celles que l’on trouve à la Martinique ».

Peinture à l’eau

L’histoire devrait plutôt bien se finir, puisqu’elle a utilisé de la peinture à l’eau. Au vu de sa valeur, la Ville de Caen souhaite la faire nettoyer et restaurer – par des professionnels cette fois-ci – d’ici la fin de l’année 2020.

 

Livres en luttes

LenL1109 , ce n'est ni le nom d'un agent secret ni celui d'une nouvelle marque de voiture, c'est simplement l'appellation du site de vente en ligne créé par Livres en luttes Vous pourrez le trouver sur Internet. Grâce aux efforts de notre camarade Carlos...

Jean-Paul CORBASSON nous a quittés et c’était un grand érudit normand.

Jean-Paul Corbasson, membre de la Société des Antiquaires de Normandie,  grand érudit normand, fin connaisseur de l'héraldique de notre région, est décédé ce lundi 16 novembre 2020 à l'âge de 85 ans...

Nous laissons volontiers la parole à Yves Lescroart, inspecteur régional honoraire des Monuments Historiques en Normandie qui lui rend, ci-après, un dernier hommage:

thumbnail

Chers amis,
Nous sommes tous infiniment tristes d’apprendre le décès de Jean-Paul Corbasson, hier matin.
Il avait refusé tout acharnement thérapeutique, après la découverte d’un cancer le mois dernier, et s’est éteint sans souffrance m’a dit son fils Thomas.
Une amitié de 50 ans avec Jean-Paul, et des souvenirs qui s’effaceront pas.
Je suis très mauvais praticien des « selfies », mais je voulais conserver cette image de Jean-Paul, quittant sa maison de Louvigny au printemps dernier, accompagné de Geneviève Cornevin, avec une forme de détachement et de sérénité qui lui faisait "en griller une", après avoir fermé la grille…
Nous sommes rencontrés voici un demi-siècle, dans la boutique de Pierre Orange à Honfleur, conservateur bénévole du Musée du Vieux Honfleur.
Je venais moi-même d’être nommé au Musée de peinture de cette ville, mais avec également la charge d'une riche collection de costumes. Fin connaisseur du folklore normand, il s’était amicalement chargé de la remise en état de cette collection ; je le vois encore tuyauter les coiffes avec délicatesse, repasser les rubans, comme le lui avait enseigné Madame Messager, dont le nom revenait souvent dans son propos à ce sujet.
Et nous avons découvert l’érudit historien, incollable sur les dynasties européennes, et les arcanes de la diplomatie. Tous les aspects du patrimoine normand - et européen - entraient en résonance avec son immense culture.
Il portait bien évidemment un intérêt particulier à l’architecture, avait adopté le Pays d’Auge, en s’installant à la belle saison dans la petite - et très rustique - chaumière de Beaufour, mais nous partagions aussi la passion de tous les aspects de cet héritage, sur lequel il portait un regard d’une curiosité insatiable. Nous lui avions fait connaître Edward Impey, conservateur de la Tour de Londres, directeur d’English Heritage, conservateur les Armures du royaume - et merveilleux connaisseur de l’architecture normande. Entre eux est née une profonde amitié ; je me souviens encore d’Edward, venant aider Jean-Paul à entretenir son jardin de Louvigny, et converser tous deux dans cette langue qu’il maîtrisait à la perfection, acquise au fil de ses nombreux voyages.
Il a contribué à la connaissance du patrimoine normand par des apports inestimables, parmi lesquels je veux citer  le Manoir d’Agnès Sorel, maison des hôtes illustres de l’abbaye de Jumièges, en décryptant son fabuleux décor héraldique, élément décisif du sauvetage de ce monument.
De ses travaux, des vestiges de sa bibliothèque, nous avons essayé de transmettre ce qui pouvait être sauvé de la tragédie de sa maison de Louvigny (Ndlr: dévorée par un incendie accidentel il y a deux ans). Et nous avons eu entre autres la satisfaction d’obtenir le dépôt aux archives départementales du Calvados de l’ensemble de ses fichiers d’héraldique.
Je laisse à d’autres de ses amis le soin d’évoquer les autres facettes de sa riche personnalité, mais je tenais à apporter à ses enfants, et à tous ceux qui l’ont entouré, le témoignage de l’indéfectible amitié qu’Elizabeth et moi-même lui conserverons à jamais.
Yves Lescroart
Le manoir du Mesni-sous-Jumièges (XIVe siècle) où mourut Agnès Sorel, la favorite de Charles VII: ce joyau du patrimoine architectural de la Normandie médiévale a été sauvé et restauré grâce au travail d'érudition de Jean-Paul Corbasson.

Manoir-Agnes-Sorel-1---Le-Mesnil-sous-Jumieges-64516a19bcdb46a6a0758b66ca810b40

https://www.normandie-tourisme.fr/sites-lieux-de-visites/manoir-agnes-sorel/

Commentaire de Philippe Cléris:
Je garde aussi un grand souvenir de Jean-Paul Corbasson, membre de la Société des Antiquaires de Normandie et de ses mémorables causeries autour d'une bonne bière sur la banquette d'un café du centre-ville de Caen après la séance des Antiquaires de Normandie du samedi après-midi: nous parlions, à bâtons-rompus, d'histoire normande mais aussi d'idées politiques et religieuses qui passionnaient le protestant normand qu'il était.
Jean-Paul Corbasson a joué un rôle important dans ma formation intellectuelle.