Archive dans 15 novembre 2020

Revue de presse normande au 15 novembre 2020: l’essentiel et le non-essentiel…

Revue de presse normande au 15 novembre 2020...

Est-ce enfin la fin de l'Islam frériste édilitaire à Rouen?

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/les-elus-de-rouen-vont-reflechir-a-de-nouvelles-mesures-pour-le-respect-de-la-laicite_37448786.html

Avenir du parc Normandie-Maine: le mitage du paysage par les éoliennes sera-t-il au menu des discussions?

https://www.ouest-france.fr/normandie/carrouges-61320/orne-cinq-dates-pour-parler-de-l-avenir-du-parc-normandie-maine-7051997

Enfin un peu d'argent pour les hôpitaux normands!

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-27-millions-d-euros-pour-les-hopitaux-7052144

La course au large est vendéenne mais l'accastillage est normand!

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-facnor-enroule-les-voiles-du-vendee-globe-7052182

Des petits jeunes courageux parfois venus de fort loin taillent la pierre de notre patrimoine architectural normand: c'est quand mieux que les bouzes factices et chichiteuses d'un certain art dit "contemporain"!

https://actu.fr/normandie/le-bec-hellouin_27052/le-bec-hellouin-des-benevoles-ont-restaure-la-tour-saint-nicolas_37302907.html

25313-201106101308619-0

Obscurantisme sanitaire! La culture sera le secteur le plus sinistré de cette annus horribilis 2020!

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/pour-la-nuit-des-musees-confinee-les-guides-de-normandie-diffusent-un-flash-mob-de-detresse_37478317.html

On ajoutera à liste de ce non-essentiel vital pour l'âme, la possibilité (pour l'instant suspendue par le gouvernement) d'aller à la messe dans une église ou une cathédrale...

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/rassemblements-pour-la-reprise-des-messes-la-classe-politique-divisee-7052169

Une cathédrale? ça peut toujours servir à une bonne cause...

https://www.paris-normandie.fr/loisirs/covid-19-les-professionnels-du-spectacle-et-de-l-evenementiel-ont-manifeste-leur-ras-le-bol-a-rouen-DE17465732?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email&mediego_ruuid=75651948-db04-4873-ae4e-5e4ac3e27df7_1&mediego_campaign=20201114_news_actu&utm_content=20201114

bm-manifestation-cathedrale-5-sur-8_27432330_20201113183003


 

Un dispositif de plus de l'Etat pour aider les petites villes et les territoires: la Normandie dont la géographie urbaine est très régulière (une ville de 10000 habitants tous les 20 à 30 km) est donc particulièrement concernée. Question: comment ce nouveau dispositif de l'Etat va-t-il pouvoir s'articuler avec ce que le conseil régional propose déjà sans créer une complexité administrative supplémentaire? A cette question, l'article à lire ci-dessous, ne répond pas...

https://actu.fr/normandie/bernay_27056/bernay-brionne-beaumont-le-roger-broglie-et-mesnil-en-ouche-des-petites-villes-de-demain_37465407.html

Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Broglie et Mesnil-en-Ouche : des petites villes de demain ?

25313-201113165930121-0

L'État lance un nouveau dispositif de soutien aux petites villes. Cinq communes (Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Broglie, Mesnil-en-Ouche) vont présenter leur candidature.

C’est une éclaircie dans un ciel bien sombre. Au moment où le pays connaît une crise sanitaire et économique sans précédent, cinq communes du territoire de Bernay (Eure) s’apprêtent à remettre leur candidature pour participer à un nouveau dispositif de l’État, « petites villes de demain ».

Ce programme vise à améliorer les conditions de vie des communes de moins de 20 000 habitants et des territoires alentour, en accompagnant les collectivités dans des trajectoires dynamiques et respectueuses de l’environnement.

La sous-préfète de Bernay a organisé une réunion de concertation dans l’arrondissement le 14 octobre 2020, puis s’est adressée aux maires sept jours plus tard lors d’une conférence de l’intercom Bernay Terres de Normandie. Dans l’Eure, 38 communes ont été présélectionnées, dont 17 dans l’arrondissement de Bernay (qui s’étend jusqu’aux cantons de Beuzeville, Bourg-Achard, Pont-Audemer…).

Parmi ces petites villes, on retrouve donc Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Broglie et Mesnil-en-Ouche.

« Cela correspond assez bien à un territoire rural comme celui de Bernay avec des communes qui jouent un rôle de centralité pour leur bassin de vie, où les gens font leurs courses, où l'on trouve des écoles et des services ». Ce programme « répond aux enjeux de revitalisation des centres-bourgs avec des axes prioritaires sur l'attractivité, la rénovation de l'habitat, la mobilité, l'environnement, l'accessibilité des services publics, le commerce et le patrimoine », détaille-t-elle.

Corinne Blanchot-Prosper sous-préfète de Bernay

« Nous nous donnons plus de chances d’être retenus en jouant collectif »

La sous-préfète a suggéré aux cinq communes d’adresser une candidature groupée. Et c’est cette voie qui a été retenue : Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Broglie et Mesnil-en-Ouche vont former une équipe unie autour de l’intercom Bernay Terres de Normandie.

« Cette idée, que j’ai défendue, a recueilli un large écho autour de la table, affirme Valéry Beuriot, maire de Brionne. Nous nous donnons plus de chances d’être retenus en jouant collectif que si nous y allons séparément. Cela permet d’envoyer un message fort en interne, au niveau de l’intercom, mais aussi vers l’extérieur car cela rejoint notre aspiration commune d’aller vers davantage d’identité pour notre territoire. »

Une lettre de motivation doit être signée par le président de l’intercom et les cinq maires concernés. La date butoir est fixée au 20 novembre. « Les communes doivent mettre en exergue leur besoin de revitalisation et expliquer quelles sont leurs vulnérabilités, signale Corinne Blanchot-Prosper. Le but est de se projeter sur le temps du mandat. »

Au niveau national, ce sont 3 milliards d’euros qui seront mobilisés par l’État et ses partenaires. En Normandie, le comité de sélection ne retiendra pas plus de 65 dossiers. Il faudra être persuasif. 

« Nous avons des projets dans chacune de nos communes, sans être en concurrence, comme la rénovation des logements en centre-ville, la requalification des friches industrielles, la préservation du patrimoine architectural et naturel. Cela s'adresse à des villes qui ont des fragilités et c'est le cas dans l'ouest de l'Eure. C'est une réponse que l'on attendait de l'État, qui n'a pas apporté de fonds pour la 3e phase de travaux du centre-ville de Brionne. »

Valéry Beuriotmaire de Brionne

Au-delà des aides financières, il est aussi question de fournir un accompagnement en ingénierie aux communes pour leur permettre de conduire plus efficacement leurs projets, grâce à des expertises extérieures. « Des subventions sont également prévues pour des postes de managers de centre-ville avec des plans d’actions pour le soutien de l’activité commerciale », complète Corinne Blanchot-Prosper.

« Préparer la sortie de crise »

Les communes sélectionnées pourront bénéficier rapidement des crédits du plan de relance de l’État pour le financement de certains projets. « Il faut développer ce programme pour mieux préparer la sortie de crise », appuie la sous-préfète.

Et au moment où de nombreux Français choisissent de quitter les métropoles pour découvrir les charmes de la campagne, Bernay, Brionne, Beaumont-le-Roger, Broglie et Mesnil-en-Ouche pourraient tirer leur épingle du jeu en devenant des petites villes de demain. « L’objectif, c’est d’avoir un territoire plus attractif et un cadre de vie préservé pour attirer de nouveaux habitants », conclut Valéry Beuriot.


 

En cet automne 2020, la récolte des pommes est bonne. Mais pourra-t-on vendre et écouler les bouteilles de cidre?

https://actu.fr/normandie/mesnil-en-ouche_27049/mesnil-en-ouche-au-manoir-du-val-la-recolte-des-pommes-bat-son-plein-et-s-annonce-riche_37429857.html

Contrairement à ce qu'on raconte (même ici!) les Normands ne sont pas radins: ils sont généreux au point de donner leur sang.

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/covid-19-caen-le-don-du-sang-fait-le-plein-malgre-le-confinement-7051714

Un peu d'espoir dans une ville normande qui en a bien besoin!

https://actu.fr/normandie/lisieux_14366/lisieux-deux-entreprises-rehabilitent-une-friche-rue-rose-harel-et-s-y-installent_37464183.html

Petit dossier consacré à l'affaire de l'agence "Manche  numérique" qui illustre les limites du localisme départemental...

https://www.ouest-france.fr/normandie/manche/manche-numerique-une-etude-sur-le-reseau-de-manche-telecom-7051502

https://www.ouest-france.fr/normandie/manche/manche-numerique-nomotech-la-justice-tranchera-7051501

https://www.ouest-france.fr/normandie/manche/manche-numerique-perd-une-partie-de-son-activite-7051511

https://www.ouest-france.fr/normandie/manche/la-region-normandie-baisse-la-voilure-pour-manche-numerique-7050799

Ligne THT Cotentin-Maine: les dernières maisons rachetées par RTE placées sous les câbles viennent d'être rasées... Il faut bien que les Bretons aient de la lumière l'hiver dans leurs... maisons.

https://www.ouest-france.fr/normandie/coutances-50200/manche-sous-la-ligne-tres-haute-tension-les-murs-tombent-7051482

Au Neubourg, grand dilemme démocratique et écologique à propos d'un projet d'abattage d'une futaie centenaire (alignement de hêtres...):

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/malgre-la-petition-contre-l-abattage-des-hetres-du-neubourg-la-mairie-abat-ses-cartes-OE17463409?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email&mediego_ruuid=75651948-db04-4873-ae4e-5e4ac3e27df7_0&mediego_campaign=20201114_news_actu&utm_content=20201114

Les conquérants du lait normand s'apprête à pénétrer l'Empire du Milieu: attention au peloton d'exécution s'il devait y avoir dans le bon lait normand destiné à la Chine, la moindre défaillance!

https://www.francebleu.fr/infos/economie-social/les-maitres-laitiers-du-cotentin-misent-sur-la-tracabilite-pour-conquerir-la-chine-1605283975

La Seine en partage, ça ne veut surtout pas dire qu'il s'agisse de l'avaler: pensons, en particulier, à Antoine Grumbach qui ne sait toujours pas que la Normandie existe en aval de Paris et que la Seine aval ne s'avale pas surtout sans l'aval... des Normands. La seule grande nouveauté depuis dix ans qu'on parle d'Axe Seine, c'est la réunification de la Normandie.

https://www.linkedin.com/posts/c%C3%A9cile-desjardins-61192246_colloque-covid19-riveraines-activity-6733060323034583040-nfEN/

0

La crise économique liée au Covid se précise et s'annonce durable si nous devons cheminer sur de la tôle ondulée jusqu'à l'été prochain (confinement/ déconfinement/ reconfinement/ redéconfinement...)

https://www.ouest-france.fr/normandie/en-normandie-l-activite-risque-de-se-contracter-en-novembre-7050489

Des travaux routiers, encore et toujours...

https://www.ouest-france.fr/normandie/calvados/calvados-travaux-sur-la-rn13-des-perturbations-a-prevoir-a-la-hauteur-de-carpiquet-7050619

Il faut bien le recaser quelque part! Les dernières nouvelles d'Alain Lambert...

https://www.ouest-france.fr/normandie/orne/alain-lambert-reelu-au-conseil-national-d-evaluation-des-normes-7050687

Le dossier éolien de la semaine: les éoliennes marines ne sont pas prêtes d'émerger au large de nos côtes. Le scepticisme est grand, les inquiétudes et les oppositions dûment informées sont grandes. L'histoire des sciences et techniques au XXIe siècle se rappellera peut-être quel gâchis de temps, d'argent et d'intelligence furent les éoliennes: du vent pour tout le monde ou presque!

  • Des éoliennes au large des côtes normandes? Les marins pêcheurs ont pourtant fait savoir qu'en terme de contraintes d'usage diverses et variées, la mer était... pleine!

https://www.20minutes.fr/planete/2906715-20201113-energie-eoliennes-large-cotes-normandes-oui-jusqu-point

  • Va-t-on enfin ouvrir les yeux sur la plus grosse escroquerie financière de la 5ème République?

https://www.loikleflochprigent.fr/les-eoliennes-en-mer-rentables-pour-qui/

  • Un débat public? Mais à quoi bon si l'on connaît d'avance le résultat de la consultation...

https://actu.fr/societe/eolien-en-mer-les-pecheurs-de-normandie-denoncent-un-travail-bacle-de-l-etat_37430558.html

  • Quoi retenir du dernier débat public pour installer un 4ème parc éolien marin alors que les trois premiers ne sont toujours pas construits?

https://cherbourg.maville.com/actu/actudet_-normandie.-ce-qu-il-faut-retenir-du-debat-public-sur-la-creation-d-un-nouveau-parc-eolien-en-mer_fil-4374215_actu.Htm?abo=1552639&serv=21&utm_source=newsletter&utm_medium=email_interne&utm_campaign=lettre_information_maville&utm_content=actualite

Normandie. Ce qu’il faut retenir du débat public sur la création d’un nouveau parc éolien en mer

Annick Girardin et Barbara Pompili, ministres de la Mer et de la Transition écologique, ainsi que le maire du Havre, Édouard Philippe, ont participé, avec 200 personnes, ce jeudi 12 novembre 2020, à la restitution en visioconférence du débat public portant sur le projet de création d’un nouveau parc éolien au large de la Normandie.

« En mer, en Normandie, de nouvelles éoliennes ? » Telle était la question du débat public lancé au Havre, en novembre 2019. Pandémie oblige, les conclusions des mois de réunions et ateliers ont été présentées par la Commission nationale du débat public en visioconférence, avec quelque 200 personnes connectées, ce jeudi 12 novembre 2020.

Ce débat portant sur la création d’un parc éolien en mer de 1 GW, situé en Manche, entre Cherbourg et Le Tréport, « s’est déroulé en amont du projet, sur son opportunité comme sur son éventuelle localisation ». Une grande première, a rappelé la présidente de la commission, Chantal Jouanno. Fort de 5 000 participations, ce débat a été « la première utilisation d’une nouvelle procédure définie en 2018 », a ajouté le maire du Havre, Édouard Philippe, Premier ministre lorsque le gouvernement a lancé ce débat. 

Des questions qui subsistent

Annick Girardin, ministre de la Mer, s’est dite « persuadée de l’importance de cette consultation publique qui va déterminer les conditions d’un développement acceptable de l’éolien en mer ». Elle a assuré que « l’État doit entendre et acter les interrogations, les craintes et les espoirs ». Il s’agit de « donner la place et la visibilité à tous les usages en mer qui est un bien commun de tous ». 

S’il a semblé y avoir consensus sur l’opportunité d’un tel projet, quelques questions subsistent. Il en va ainsi du sort des pêcheurs, en toile de fond du Brexit. « Nous n’avons pas accès aux bonnes informations, a insisté Dimitri Rogoff, président du comité régional des pêches. La copie n’a pas été rendue sur l’impact environnemental, socio-économique, ni l’évaluation des indemnisations. Trois marées avec des casiers à bulots et trois coups de chaluts par an pour les suivis halieutiques, c’est bâclé. Alors qu’il y a, depuis douze ans, trois projets de parcs éoliens en Normandie qui n’ont toujours pas vu le jour. »

La zone retenue déterminée d’ici à la fin de l’année

Si tout le monde s’est accordé sur le manque de connaissances scientifiques sur le milieu marin, la nécessité de donner une meilleure visibilité à tous les usagers de la mer et celle de mieux planifier les projets ont également été soulevées.

De son côté, un habitant de la Manche a critiqué la loi d’Accélération et de simplification de l’action publique (Asap), votée le 6 octobre, qui limite les recours et rend le Conseil d’État seul compétent pour ces contentieux. La ministre de la Transition écologique, Barbara Pompili, a fait remarquer que désormais les débats avaient lieu avant les décisions et que la loi visait à raccourcir des procédures sans fin. 

La ministre a aussi rappelé que « la programmation pluriannuelle de l’énergie prévoit le long terme, avec notamment le déploiement de l’éolien en mer sur toutes les façades maritimes françaises au rythme de 1 GW par an ». 

Pour ce quatrième parc éolien normand, le gouvernement va déterminer la zone retenue d’ici la fin de l’année, a indiqué la ministre. L’appel d’offres sera ensuite lancé et les offres attendues avant fin 2021.

Natalie DESSE.   Ouest-France  


 

La recherche fondamentale normande au service de la résilience des victimes des attentats territoristes islamistes: l'extraordinaire programme "remember" (du normand se "remembrer" qui veut dire la même chose en... anglais!)

https://www.normandie.fr/remember-les-memoires-vivent?utm_source=Sarbacane&utm_medium=email&utm_campaign=Normandirect%20n%C2%B0179


Rouen capitale européenne de la culture: le dossier va être déposé!

Sur son compte Linked In, Delphine Butelet, chargée de valoriser le patrimoine de la métropole de Rouen oublie de parler de l'évidence... "Ce magnifique territoire" porte un nom. Lequel déjà?

Candidater pour Rouen capitale européenne de la culture en 2028 c'est bien! Mais il faudrait faire l'effort de nommer et d'identifier clairement l'évidence: Rouen et son "magnifique territoire" portent un nom connu et reconnu dans le monde entier: NORMANDIE !

Précisons aussi que 2028 vient après 2027 soit le millénaire de la naissance de Guillaume le Conquérant (mort à Rouen au prieuré Saint Gervais en 1087) fondateur de la civilisation anglo-normande. Les Anglais ne devraient pas rater ça: nous non plus!

https://www.linkedin.com/posts/delphine-butelet-2abb2949_culture-territoire-egalitaez-activity-6732698729855385600-KWTg

Dixit la com' officielle:

Aujourd’hui se tenait l’Assemblée Générale de l’Association Rouen Capitale Européenne de la Culture 2028. Un projet territorial passionnant dans lequel je me sens particulièrement investie. D’une part, en tant qu’habitante de la métropole rouennaise, née ici et passionnée par la Ville de Rouen, et d’autre part, en tant que chargée de valorisation du patrimoine pour l’Agglo Seine-Eure, « adoptée » par ce magnifique territoire.

Penser la #culture, c’est fédérer un #territoire qui honore notre diversité et tisse des liens entre les citoyens. Ainsi l'#egalité hommes-femmes, la #transitionécologique, les mobilités, la culture en milieu rural, l’identité,(sic!) sont autant de sujets qui ont été abordés ce matin autour d’un fil conducteur : l'#AxeSeinee.

C’est autour de ce fleuve qui inspire, anime et unit que le périmètre territorial de la candidature est proposé. J’y contribuerai de plusieurs façons, plus particulièrement en travaillant par des actions ciblées sur la thématique #seineavelo, avec le Pôle Métropolitain Rouen Seine-Eure 😊 A suivre !
Illustration : Souvenir du jeu d'enquête à vélo proposé entre Elbeuf et les Damps le 18 octobre dernier à l'occasion du Festival Zig Zag.

https://www.linkedin.com/posts/metropole-rouen-normandie_la-vall%C3%A9e-de-seine-normande-nouveau-territoire-activity-6732700643619835904-bF1c/

[La Vallée de Seine Normande : nouveau territoire de projet pour la candidature de Rouen-Normandie 2028, Capitale Européenne de la Culture]

Les membres de l’association Rouen-Normandie 2028 – Capitale Européenne de la Culture se sont réunis en Assemblée Générale ce jeudi 12 novembre et ont acté une étape importante de la candidature : la définition du nouveau territoire de projet autour de la Vallée de Seine Normande.
Il s'agissait d'une visioconférence, autour de ses membres fondateurs :

Région Normandie
DEPARTEMENT DE LA SEINE-MARITIME
Métropole Rouen Normandie
Ville de Rouen
Département de l'Eure
Agglo Seine-Eure

Avec le fleuve, porteur d’une histoire, d’une identité commune comme axe structurant, les acteurs de tout un territoire (lequel?) engageront les grands projets culturels et urbains de demain.

📆 Fin 2022 : dépôt du dossier de candidature à la Commission Européenne


 

Vous avez le droit de voter tout en ayant une pensée pour un grand poète belge! Ce pauvre Emile Verhaeren mort accidentellement en 1916 dans cette... belle gare de Rouen en tombant du quai poussé par une foule trop nombreuse, déjà!

https://www.paris-normandie.fr/insolite/a-vous-de-choisir-la-gare-de-rouen-rive-droite-sera-t-elle-elue-plus-belle-gare-de-france-FE17462337

À vous de choisir : la gare de Rouen Rive-Droite sera-t-elle élue plus belle gare de France ?

La gare de Rouen Rive-Droite est en lice pour devenir la plus belle gare de France. Elle est en compétition avec celles de Cherbourg, Deauville-Trouville et Granville, avant le grand concours national. Les internautes ont jusqu'au 23 novembre 2020 pour voter.

gare-rouen-parvis-inaugure-2-3-25384_27430752_20201113083344


 

Rouen c'est aussi la misère de certains étudiants...

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/reportage-sans-petit-boulot-ces-etudiants-de-rouen-ont-besoin-d-aide-pour-se-nourrir_37386362.html

Le bilan de la crise sanitaire s'aggrave en Normandie si l'on en croit une agence régionale gouvernementale spécialisée dans la fermeture de lits d'hôpitaux...

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/infographie-covid-19-la-situation-sanitaire-est-tres-preoccupante-declare-l-ars-normandie-FG17447741?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email&mediego_ruuid=6f8a5ab9-1c4e-4802-8bc1-064075620bbb_0&mediego_campaign=20201111_news_actu&utm_content=20201111

Nouveau bilan pour l'Agence régionale de santé (ARS), au mardi 10 novembre 2020 en Normandie. 1173 personnes sont décédées depuis le début de l'épidémie dans la région.

La situation sanitaire est très préoccupante. La 2ème vague est déjà deux fois plus importante que le pic du printemps, son impact sur les hôpitaux et la médecine de ville progresse toujours et les décès accélèrent.

Le taux d’incidence pour la région reste très élevé, à 319,42 pour 100 000 habitants(contre 328,74 le 3/11). Du fait de ces nouvelles contaminations, très nombreuses bien qu’en très léger retrait par rapport à la semaine précédente (retrait qui devra se poursuivre plusieurs jours pour être confirmé), le nombre d'hospitalisations, le nombre d'admissions en réanimation et le nombre de décès va continuer d’augmenter dans les semaines à venir. Cette incidence est le reflet des malades qui ont été diagnostiqués précédemment. Un malade contaminé va développer des symptômes 4 à 5 jours après, et les formes graves apparaissent entre 8 et 10, voire 15 jours après la contamination.

1338 hospitalisations

Au 10 novembre 2020, 1338 personnes sont hospitalisées en Normandie, dont 166 personnes en réanimation. 3368 personnes sont retournées à leur domicile depuis le début de l'épidémie.

180 clusters

L'ARS précise que 180 clusters sont en cours d'investigation dont 83 en Seine-Maritime, 40 dans le Calvados, 17 dans l'Orne, 12 dans la Manche et 28 dans l’Eure.

 

Capture d’écran du 2020-11-15 19-12-11

Capture d’écran du 2020-11-15 19-12-46


Qui se préoccupe encore de l'usine de la Chapelle Darblay à la métropole de Rouen... Monsieur Bonnaterre? Quelques échos du dernier conseil métropolitain rouennais tenu le 9 novembre 2020:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/politique/apres-le-conseil-metropolitain-de-rouen-les-salaries-de-chapelle-darblay-voient-rouge-FH17451114

Après le conseil métropolitain de Rouen, les salariés de Chapelle Darblay voient rouge

Étincelles. Lundi 9 novembre 2020 au soir, le maire de Caudebec-lès-Elbeuf a tenu des propos, au conseil de la Métropole, qui font bondir les salariés de la papeterie.

« Nous sommes blessés et en colère », fulmine Arnaud Dauxerre, représentant du collège cadres de la papeterie Chapelle Darblay à Grand-Couronne. Depuis un an, avec ses collègues, il se bat pour sauver le site industriel, « fleuron de l’économie circulaire », a rappelé Nicolas Mayer-Rossignol, président de la Métropole lors du conseil métropolitain, lundi 9 novembre.

Cette réaction fait suite aux propos jugés « blessants », tenus par le maire de Caudebec-lès-Elbeuf, Laurent Bonnaterre, lors du conseil, au moment du débat d’orientation budgétaire. L’élu, qui représente le groupe d’opposition Métropole des territoires, a fait part avec virulence de son regret à Nicolas Mayer-Rossignol et sa majorité. « Vous envisagez d’engager notre Métropole dans le sauvetage de Chapelle Darblay alors même que la filière papier semble surcapacitaire en Europe. Et alors même que vous refusez, par idéologie, la création de milliers d’emplois par Amazon, à côté [sur l’ancien site de Petroplus, NDLR] ».

Des propos mal encaissés par les salariés de la papeterie qui planchent sur l’évolution du site afin de sauver l’outil industriel. « Comment un élu en charge de l’animation économique du territoire peut tenir de tels propos ? », s’indigne Arnaud Dauxerre. « On est vraiment au point zéro de la politique.» « C’était bas et méchant », reprend Cyrille Briffault de la CGT. « C’est un caprice qui traduit : “si je n’ai pas mes projets, vous n’aurez pas les vôtres”. Il ne s’est même pas intéressé au dossier ! »

Arnaud Dauxerre réfute l’argument de Laurent Bonnaterre : « Nos projets ne sont pas centrés sur le papier ». Avant de le tacler à son tour : « Il était président de l’office du tourisme, mais il semble oublier le tourisme industriel ! »

« Ce monsieur qui survole ses dossiers »

Les représentants du personnel de Chapelle Darblay invitent Laurent Bonnaterre à venir les rencontrer : « La discussion sera rapeuse, mais on pourra échanger avec ce monsieur qui survole ses dossiers. » Arnaud Dauxerre ironise sur l’opposition que l’élu a voulu faire entre le site de recyclage du papier et l’installation possible d’Amazon : « Une papeterie à côté d’Amazon qui consomme du carton, on aurait pu trouver une osmose non ? »

Lors du conseil, le maire de Caudebec-lès-Elbeuf a été vertement repris par Nicolas Mayer-Rossignol après sa déclaration : « Je ne dis pas qu’on va réussir à sauver Chapelle Darblay. Il est certain que le marché du papier est en grande difficulté. Mais enfin, il y a tout de même le marché de la ouate de cellulose pour l’isolation thermique, le marché du carton avec le développement du e-commerce - si important aux yeux de certains - ou encore la production de chaleur par la chaudière qui peut être utilisée pour du logement ou des entreprises ! »

Dans le cadre du renouvellement du parc de bus, validé lors du conseil métropolitain, les élus ont fait le choix de tester deux nouveaux types de bus : à motorisation électrique et à motorisation à hydrogène. Après avoir rappelé les différents types de motorisation « vertes », Cyrille Moreau, 5e vice-président, en charge des transports, des mobilités d’avenir et des modes actifs de déplacement, a justifié ce choix : « Le temps de faire des analyses fines (...) je vous propose d’opter pour un mix ».
Dix-sept bus électriques standards seront déployés sur le réseau, pour une enveloppe de douze millions d’euros. « On peut se fournir auprès d’usines françaises. »
Onze bus à hydrogène sillonneront la ligne 6 (de Rouen à Grand-Couronne). « Pourquoi cette ligne ? Parce qu’elle est assez longue et donc pas adaptée aux bus électriques. Cela nous permettra de vérifier la fiabilité des bus à hydrogènes ». L’hydrogène « vert » sera produit dans un centre local. Ces onze bus coûteront 9,5 millions d’euros. En parallèle d’autres solutions sont à l’étude dont les trolleybus, le tram ou encore le « biberonnage » qui permet de ravitailler les bus à chaque station. Le choix définitif devrait être fait d’ici trois ans. L’État impose 100 % de bus « propres » en 2025.

Panorama XXL

En marge du conseil métropolitain, Nicolas Mayer-Rossignol est revenu sur l’avenir du Panorama XXL. «   C’était une expérience intéressante, mais les résultats ne sont pas concluants ». Le président l’assure, tous les employés seront reclassés. Actuellement, la Métropole planche sur l’avenir du site, après sa déconstruction. La dalle laissée à nu pourrait servir d’atelier culturel en plein air. Se pose également la question du devenir de l’espace compris entre le Panorama XXL et l’Agence de l’eau voisine : « Dans l’objectif de la future avenue Pasteur ». La réflexion sera lancée en 2021 : «   C’est un lieu stratégique remarquable qui doit s’inscrire dans nos deux objectifs du mandat : « la culture et la transition sociale et écologique ». Reste la question du devenir des toiles de Yadegar Asisi.

Commentaire de Florestan:

Les toiles peintes de Yadegar Asisi doivent rester à Rouen et être intégrées au projet de capitale européenne de la culture. Rappelons que le tableau panoramique, cet art perdu et retrouvé par Yadegar Asisi a été inventé par un peintre normand: Jean-Charles Langlois  (1789- 1870) né à Beaumont-en-Auge. 

https://journals.openedition.org/sabix/1168

2


Maintenant, place à notre chronique portuaire habituelle... Les dernières nouvelles (toujours bonnes d'Haropa) enfin presque!

https://www.haropaports.com/fr/rouen/lettre-rouen-port-estuaire-numero-8

https://www.haropaports.com/fr/rouen/rencontre-avec-2

Commentaire de Florestan:

Nicolas Mayer-Rossignol nous dit, ci-après et non sans raison, que la métropole de Rouen est le "2ème acteur public de Normandie". Certes... Cela implique de savoir qui est le premier. Ce premier acteur public de Normandie n'est plus l'Etat central mais, bel et bien la... Normandie! Alors pour garantir un "effet d'entraînement" maximum mieux vaut deux locomotives plutôt qu'une seule!

« La reconnexion de la ville à son fleuve est un élément central du projet métropolitain »

Maire de Rouen et président de Rouen Normandie Métropole, Nicolas Mayer-Rossignol veut faire de la transition écologique une priorité de son mandat. Le fleuve et le port sont plus que jamais au cœur de cette dynamique.

 Vous dites vouloir faire de la Métropole un territoire de référence en matière de transition écologique. Quelles sont les armes dont dispose aujourd'hui le territoire pour atteindre cet objectif ambitieux ?

Nous vivons un changement d’ère, une mutation à la fois économique et écologique qui impacte notre modèle industriel et urbain. Notre territoire, par ses singularités, son histoire, son potentiel, est au cœur même des problématiques contemporaines de résilience. C’est le défi du siècle. Ici plus qu’ailleurs. 2ème acteur public de Normandie, la Métropole sera accélérateur des changements par son action mais aussi par l’effet d’entrainement qu’elle suscitera. Elle dispose pour cela d’un positionnement stratégique, d’un bassin puissant, d’entreprises innovantes et d’une vraie connexion à la recherche. Nous y ajoutons une dimension indispensable : la concertation et la transparence à tous les niveaux.

Comment la Seine et le port de Rouen peuvent-ils contribuer, selon vous, à développer l'attractivité du territoire à travers cette démarche de transition écologique ?

Nous sommes très fiers de notre Port, de son haut niveau de compétence, conscients du rôle qui doit être le sien dans la transition. La reconnexion de la ville à son fleuve est un élément central du projet métropolitain. Mais l’axe Seine doit être remis au premier plan des priorités nationales. Toutes les grandes métropoles du Monde ont un accès direct à la mer : avec Edouard Philippe, nous avons demandé au Premier ministre d’agir dans le cadre du Plan de Relance. La part du transport fluvial est aujourd’hui insuffisante. Or la multimodalité, c’est l’attractivité du Port de demain. A la fusion des Ports, doit correspondre un projet d’investissement à la hauteur des enjeux. 

Un an après l'incendie de Lubrizol, pensez-vous qu'il soit possible de réconcilier les citoyens avec une activité industrielle historiquement très présente sur le territoire de la Métropole ?

Absolument. Ces 10 dernières années, la métropole s’était transformée de façon fulgurante et l’incendie a été vécu par tout notre territoire comme une injustice. Faisons du judo. Transformons ce qui peut apparaître comme une faiblesse en une force pour l’avenir par la qualité du travail que nous ferons pour la transition écologique du territoire.


 

https://www.haropaports.com/fr/rouen/dossier-lre-8

Commentaire de Florestan: dans la lettre d'information d'Haropa, la rive gauche de l'estuaire de la Seine manque quelque peu de profondeur géographique...

Le terminal de Honfleur développe son offre logistique

Aujourd’hui occupé à près de 90% le terminal de Honfleur prépare l’avenir avec un projet de plateforme multimodale qui devrait être complètement opérationnelle dès 2025. Objectif : capter de nouveaux trafics conteneurisés en profitant d’un accès privilégié au fleuve.

Le projet de plateforme multimodale de Honfleur entame une nouvelle phase avec l’achèvement de l’aménagement de la zone portuaire située à l’ouest immédiat du Pont de Normandie, un ensemble constitué de 32 ha de parcelles aménagées pour les activités logistiques (deux zones d’environ 13 ha et 19 ha) et 18 ha de réserves foncières. Traditionnellement présent sur les trafics conventionnels et notamment les produits forestiers, le terminal honfleurais cherche désormais à développer son activité conteneurisée en bénéficiant du double avantage de sa proximité avec son voisin havrais et de sa localisation sur l’estuaire de la Seine. « C’est une logique de diversification qui s’appuie sur le lien naturel que nous avons avec Le Havre, Rouen et l’Ile-de-France », explique David Legros, le chef du service territorial Honfleur-Port-Jérôme de HAROPA - Port de Rouen.

« Privilégier l’axe Seine comme alternative à la route »

Le terminal de Honfleur traite en moyenne chaque année 6 000 conteneurs qui arrivent par la route en provenance de HAROPA - Port du Havre. « Avec ce projet de plateforme multimodale, l’objectif, est de privilégier l’axe Seine comme alternative à la route ». D’où la volonté de l’autorité portuaire de massifier sur un terminal qui pourrait accueillir une navette effectuant des rotations avec les terminaux havrais. A terme, estime David Legros, ce sont près de 30 000 EVP qui pourraient être traitées à Honfleur en jouant sur l’un des atouts du Port : la disponibilité foncière. Avec la finalisation des études environnementales prévue pour la fin d’année, le dossier d’étude d’impact puis l’enquête publique attendues pour 2021, les travaux pourraient démarrer en 2022 pour s’échelonner jusqu’en 2025.

Un nouveau terre-plein pour SEA-Invest

Sans attendre cette échéance, Honfleur enregistre des signaux positifs de ses clients. Après avoir mis en service un nouveau bâtiment de 5 000 m² en début d’année, SEA-Invest a sollicité le port pour l’aménagement d’un terre-plein de 12 600 m² dédié au stockage de produits forestiers, qui doit être livré début 2021. De son côté, ISB France, déjà présent sur le quai N°1, devrait développer dans les mois qui viennent son activité sur un nouveau terre-plein de 18 400 m².  Le groupe souhaite y construire deux bâtiments de 2 400 m² chacun, pour lesquels les demandes de permis de construire sont à l’étude. Enfin, la société Aswood, spécialiste des granules de chauffage (pellets), prévoit en aval du terminal - derrière le quai N°3 - la construction de 6 000 m² de bâtiment avec un auvent de 3 000 m² qui pourrait être livré en fin d’année prochaine.

Vue aérienne du terminal de Honfleur - corps de page


 

Crise sanitaire mondiale aidant, le commerce opère sa grande mutation et le Printemps n'est plus de saison...

https://www.lefigaro.fr/flash-eco/le-groupe-printemps-annonce-450-suppressions-de-postes-selon-les-syndicats-20201110

Marasme aérien à l'aéroport de Caen-Carpiquet, premier aéroport normand avant la crise:

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-faute-de-passagers-le-vol-caen-marseille-suspendu-7046731

Dans la lettre éco de Normandie (éditée par Nathalie Jourdan, n°1686 datée du vendredi 13 novembre 2020):

Ressac dans la Lettre éco après l'Etoile de Normandie: Michel Segain, président de l'Union maritime portuaire du Havre fait un rêve...

Capture d’écran du 2020-11-15 19-50-37

Avenir des ports en France: Que faire? Surtout en parler!

Capture d’écran du 2020-11-15 19-51-59

https://www.cerema.fr/fr/actualites/assises-du-port-du-futur-3-webinaires-17-18-19-novembre

En attendant que la métropole de Rouen soit une authentique place financière régionale au service de l'économie normande, quelques nouvelles de Gérard Le Conquérant...

Capture d’écran du 2020-11-15 19-52-44

Il faut que les entreprises normandes soient plus grosses et n'aient plus leur tête ailleurs (en région parisienne, à l'étranger...):

Capture d’écran du 2020-11-15 19-56-12

La pauvreté s'accroît en Normandie alors que la Normandie doit être le bouclier social des Normands...

Capture d’écran du 2020-11-15 19-54-02

Serpents de mer...

Capture d’écran du 2020-11-15 19-54-40

Capture d’écran du 2020-11-15 19-56-57

Patrimoine musical normand: l’exceptionnelle vielle à roue Melling (XVIIIe siècle) est sauvée et elle sonnera bientôt!

Vous vous en souvenez peut-être... En juin 2018, l'associaton culturelle normande "Le Pucheux" faisait un appel à la générosité des Normands pour acquérir, sauver et restaurer une exceptionnelle vielle à roue du XVIIIe siècle:

Archive de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2018/06/14/36485662.html

120433881

Les 9000€ exigés ont été trouvés et la restauration aussi scrupuleuse que minitieuse de cet instrument exceptionnel par sa rareté et sa qualité menée par des luthiers chevronnés est en voie d'achèvement: si tout se passe bien, les Normands amateurs de culture régionale et de musique traditionnelle auront le privilège d'entendre la voie claire et forte de cette vielle à roue, désormais l'un des fleurons de notre patrimoine culturel normand, en février prochain...

Lire, ci-après, le communiqué diffusé le 12 novembre 2020 par l'association "Le Pucheux":

vielle1

vielle2

vielle3