Archive dans 5 novembre 2020

COVID: L’académie de Normandie en pleine tourmente!

Crise de nerfs dans les lycées normands (mais aussi ailleurs en France):

Les chefs d'établissements, notamment les proviseurs, sont ulcérés d'apprendre les dernières évolutions du protocole sanitaire et du cadre d'organisation des lycées, par... voie de presse! En consultant, par exemple, dès potron-minet l'application pour smartphone d'un grand quotidien du soir pour connaître la dernière humeur du cabinet d'un ministre de l'Education Nationale qui gère la crise au fil de l'eau et au... doigt mouillé!

Comme toujours, les conséquences sont concrètes. Par exemple, pour diminuer le nombre des élèves présents dans les établissements, faut-il fonctionner en "mode hybride" c'est-à -dire, à la fois, en "présentiel" avec une partie des classes dans les murs du lycée et en "distanciel" avec l'autre restant à la maison (télé-enseignement)? Faut-il faire une rotation des élèves en semaine pair et impair en coupant les effectifs en deux? Sachant que le dilemme consiste à faire respecter un protocole sanitaire renforcé tout en gardant  "en même temps" (sic!) au maximum tous les élèves (crainte de l'absentéisme et du "décrochage" scolaire) tout en les distancant au maximum entre des murs que l'on ne peut pas repousser, dans des classes que l'on ne peut pas démultiplier et un dernier passage à la cantine qui ne peut pas se faire à ... 15heures.

A Paris, tant au ministère que sur les plateaux de télé, la position de M. Blanquer n'arrête pas de valser et la rectrice de Normandie fait, elle aussi de la communication de crise dilatoire dans les médias en attendant des consignes claires et définitives d'une hiérarchie jacobine qui a perdu... la tête!

Pendant ce temps-là, du côté de la région Normandie, Hervé Morin a bien raison de garde son sang froid mais alors qu'un projet régional de dotation de tablettes aux lycéens normands en cas de reconfinement partiel ou total des établissements scolaires est en attente depuis juillet dernier, on peut comprendre que le président de la Normandie finisse par perdre patience lui aussi!

https://actu.fr/normandie/caen_14118/covid-19-en-normandie-dans-les-lycees-nous-ferons-du-cas-par-cas_37291503.html

Covid-19 en Normandie : « Dans les lycées, nous ferons du cas par cas »

Rectrice de l'Académie de Caen (Calvados), Christine Gavini-Chevet évoque la situation sanitaire dans les lycées, où le brassage des jeunes inquiète élèves, enseignants et parents.

25161-201105171626901-0

Christine Gavini-Chevet, la Rectrice de l’Académie de Caen (Calvados), assure que les établissements scolaires resteront ouverts. Pour l’instant. (©Nicolas Claich/Liberté – Le Bonhomme libre.)

Actu : La situation sanitaire inquiète nombre de lycéens, mais aussi d'enseignants et de parents d'élèves. Que leur répondez-vous ?

Christine Gavini-Chevet : Le nouveau protocole, publié le 30 octobre, accentue déjà les mesures précédentes. Il sera mis à jour le 9 novembre, avec l'objectif de diminuer le brassage des élèves, notamment au moment de la restauration scolaire, où le respect des distanciations sociales n'est pas évident. Certains établissements pourront ajouter un service à la cantine, par exemple. En primaire et au collège, c'est relativement simple à mettre en place, d'autant que nos établissements ne sont pas bondés.

À lire aussi

« Pas de fermeture, pour l’instant »

C'est dans les lycées que se posent le plus de problèmes...

C. G-C. : Nous avons demandé à tous les établissements de la région Normandie de nous proposer un plan de continuité d'ici au 9 novembre. Nous les étudierons au cas par cas, en fonction de la configuration des locaux et toujours en lien avec la situation épidémique. Certains seront peut-être amenés à faire des cours à distance une partie du temps. Mais l'objectif est de rester le plus possible en présentiel. Il est important de ne pas perdre le lien avec les élèves, pour éviter le décrochage. Une chose est certaine : il est hors de question de passer brutalement à 50% du temps à distance. Pour l'instant, il n'est absolument pas envisagé de fermer les établissements comme au mois de mars. Nous sommes relativement confiants car nous n'avons eu que très peu de contaminations en milieu scolaire.

Et Vigipirate ?

À la crise sanitaire s’est ajoutée, après l’assassinat par un islamiste radical de Samuel Paty, professeur d’histoire-géographie à Conflans Sainte-Honorine, un contexte sécuritaire anxiogène autour des établissements scolaires. Ceux-ci font l’objet d’une surveillance particulière dans le cadre du plan Vigipirate. « Nous avons deux crises majeures à gérer en même temps, observe Christine Gavini-Chevet. En terme de priorité, Vigipirate devance la crise sanitaire. Protéger les élèves et nos personnels est notre priorité absolue ».

Quelles solutions pourraient être envisagées ?

C. G-C. : Nous avons déjà reçu des projets d'établissements, qui sont très intéressants. Dans l'Eure, un lycée va proposer un rythme sur trois semaines, avec trois groupes différents : deux semaines en présentiel, une semaine à distance. À Caen, un lycée va mettre en place une partie des cours à distance, sauf pour les élèves repérés comme « décrocheurs » lors du premier confinement. L'idée est de faire connaître ces bonnes pratiques aux autres établissements, sans a priori idéologique.

Certains lycées passent à l'hybride

Certains établissements ont déjà activé leur "plan de continuité" de l'enseignement, après avoir reçu l'aval du rectorat. "Nous avons déjà dit "oui" à certains lycées dont les projets étaient très bien construits", indique Christine Gavini-Chevet.
Les lycées Arcisse-de-Caumont de Bayeux et Jean-Rostand de Caen, par exemple, ont franchi le pas et vont passer rapidement à une partie d'enseignement à distance.

« Un effort particulier pour les bacheliers »

Les élèves de Terminale, qui doivent passer le bac en fin d'année, sont particulièrement inquiets...

C. G-C. : Un effort particulier sera fourni en leur direction. Ils ont déjà été affectés l'an dernier, avec trois mois de cours en moins. Nous ne souhaitons pas, autant que possible, réduire les cours en présentiel. Une réflexion est en cours au ministère. Un comité de suivi a soumis l'idée d'annuler les épreuves communes prévues en novembre et janvier, mais ce n'est pas encore acté.

À lire aussi

Qu'en est-il des classes d'enseignement supérieur hébergées au sein des lycées (BTS, prépa...) ?

C. G-C. : Ces élèves sont considérés comme plus autonomes. Le distanciel serait plus simple à mettre en place. Mais, encore une fois, chaque établissement proposera une solution en fonction de sa configuration.

Lutte contre le terrorisme : nous doublons nos forces de sécurité aux frontières

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé lors d’un déplacement à frontalière franco-espagnole du Perthus (Pyrénées-Orientales) ce jeudi 5 novembre 2020, de nouveaux moyens pour lutter contre le terrorisme et renforcer le contrôle aux frontières. Le président a notamment annoncé le doublement des forces contrôlant nos frontières, qui passeront de 2400 à 4800 […]

Covid-19 – Application TousAntiCovid

Application TousAntiCovid

Avez-vous téléchargé l’application TousAntiCovid ?

C’est une application, mise en place et conseillée par le Gouvernement, qui permet d’être alerté et d’alerter les autres en cas d’exposition à la Covid-19.

Elle met également à disposition des informations officielles en temps réel, donne accès à des ressources téléchargeables comme les attestions dérogatoires, répertorie les centres de dépistage près de chez vous etc…

L’utilisation de l’application est fondée sur le volontariat et chaque utilisateur est libre de l’activer et la désactiver au gré des situations.

Retrouvez la présentation détaillée et le fonctionnement de l’appli sur le site du Gouvernement.

The post Covid-19 – Application TousAntiCovid appeared first on Fécamp Caux Littoral.

Marché du samedi

Suite aux dernières mesures gouvernementales concernant les marchés de plein-air imposant la seule installation des commerçants non-sédentaires de type « alimentaire », il a été décidé de regrouper les étals.

Dès ce samedi, la partie de la rue du Mail allant du rond-point de la Mairie jusqu’à l’église est libérée à la circulation. Tous les commerçants alimentaires sont regroupés sur l’autre partie (de l’église vers la rue des Victoires). 

 

Cette mesure ne concerne que les marchés du samedi.

Message pour nos habitants de St Pierre de Gérard Leseul – Député

"La situation sanitaire a entrainé un reconfinement auquel nous devons toutes et tous nous adapter. Comme vous, je dois donc trouver les meilleures solutions car je souhaite garder un contact le plus actif possible avec tous les citoyens de la cinquième circonscription.

Ainsi, je tenais à vous informer que plusieurs dispositifs sont mis en œuvre dans ce but :

Mes collaborateurs sont joignables sur l’adresse permanence@gerard-leseul.fr ou au 06 73 20 85 42 du lundi au vendredi de 9h30 à 12h30 et de 14h à 18h. Ils peuvent recevoir les appels des administrés, et si besoin, fixer des rendez-vous téléphoniques avec moi les matinées des jeudis, vendredis et samedis de 9h30 à 12h30.

Un premier « Facebook Live » sera organisé vendredi prochain à 18h30. Il sera ouvert à tous. Si vous le pouvez, vous êtes invité à y participer. Il suffira de se connecter à mon compte Facebook puis de visiter mon profil :  www.facebook.com/gerard.leseul.1

Trois points seront à l’ordre du jour : actualités parlementaires, situation sanitaire et laïcité. Je répondrai en direct aux questions qui seront posées mais aussi aux questions qui me seront envoyées par mail d’ici là.

Restant à votre disposition, je vous remercie et vous souhaite de passer au mieux cette nouvelle période difficile.

Bien cordialement,

Gérard Leseul – Député"

Capture d’écran 2020-11-05 à 14.04.35.png

Sauvons nos commerçants de proximité, parce qu’ils font battre notre coeur de ville…

Après avoir reçu les commerçants du centre ville le lundi 2 novembre et adressé personnellement une lettre au Préfet et au Premier Ministre, le Maire d’Yvetot, Emile Canu, a fait voter au Conseil Municipal du mercredi 4 novembre, une motion pour alerter sur la situation de nos commerces de proximité.

 

Le Conseil Municipal a adopté à l’unanimité cette motion qui demande avec insistance au Président de la République et au Gouvernement de revenir sur leur décision de fermeture des magasins de centre ville. Le Conseil Municipal propose que les ouvertures puissent être autorisées par le Maire après vérification de l’application des règles du protocole sanitaire.