Archive dans 2 novembre 2020

Vers 11 heures, ce lundi 2 novembre 2020, jour des défunts, dans un lycée professionnel normand…

Billet de Florestan:

Vers 11 heures, ce lundi 2 novembre 2020, jour des défunts, dans un lycée professionnel normand...
Hommage à Samuel Paty.
Dans mon lycée, la matinée a été totalement improvisée avant la minute de silence: les professeurs ont refusé de prendre leurs élèves dès la première sonnerie du matin pour avoir un indispensable moment d'échange. Notre proviseur faisant fonction se plaignant d'être informé sur ce qu'il devait faire en écoutant... France Inter a abondé en notre faveur et a laissé faire ne serait-ce que pour savoir quoi faire avec nos élèves avant et après la cérémonie d'hommage.
J'ai lu la lettre de Jaurès aux institeurs à deux voix avec une collègue et les élèves rassemblés dans le gymnase avec toute les adultes de la communauté scolaire ont respecté le moment de silence. Ce fut impeccable, d'une belle tenue et très émouvant. J'ai, ensuite pleuré en me tournant vers le mur.
Par la suite j'ai eu un long échange de près d'une heure dans le hall du lycée avec l'un de mes élèves musulmans pratiquant sa religion et originaire d'Albanie sur tous les grands sujets concernant la laïcité, la liberté de conscience, le véritable blasphème, le sacrifice d'Isaac, les valeurs républicaines, le bien et le mal, le pur et l'impur, le vrai, le faux, le grand et le petit djihad, les frères musulmans, le Coran créé ou incréé, la lecture spirituelle de loi de Moïse et la grâce chrétienne, le Talmud et la Sunna, le sunnisme et le shiisme, les califes "rachidouns", la commission Uthman et les massorètes juifs, les mutazilites et les fondamentalistes, la libre interprétation du Coran et de la Sunna et le sens de la première sourate du Coran "l'ouvrante" qui rappelle à tout musulman le devoir de connaissance lucide du texte sacré pour ne pas "suivre le chemin des égarés" etc...
C'était assez extraordinaire!
Autour de notre conversion passionnée, un petit noyau d'élèves écoutaient, quelques uns de ma classe et d'autres, la plupart des lycéens musulmans ou de tradition arabo-musulmane.
Cet élève finit par me dire qu'il était membre d'une confrérie soufie d'obédience turque et moi que j'étais chrétien protestant.
Il me dit aussi ceci qui m'a ému presqu'aux larmes:
"Quand ce prof a été assassiné par ce fou j'ai tout de suite pensé à vous. Pendant les vacances j'ai fait un rêve à propos de tout ça: j'ai rêvé que j'en parlais avec vous..."
C'est chose faite!
De cette admirable discussion avec un jeune homme de 15 ou 16 ans qui mettait en pratique ce qui avait dit dans la lettre de Jaurès lu précédemment, je retiendrai cette définition du vrai blasphème proposée par mon élève à la suite de notre conversation:
"Tuer un homme au nom de Dieu en se plaçant au dessus de lui" a-t-il déclaré. Mais j'ai complété cette très belle définition quand, malgré tout, il essaya de me dire que les caricaturistes de Charlie Hebdo avaient manqué de responsabilité:
" Ce placer au dessus de Dieu est, certes, le vrai blasphème mais c'est surtout oser se placer au-dessus du Nom de Dieu que l'on dit "grand" (Allahu Akbar) en étant innommable pour venger ce que l'on pense innommable au nom de Dieu alors que tout croyant a le devoir de nommer Dieu et tout ce qu'il a créé pour avoir un nom à respecter." (rôle premier d'Adam et Eve dans le paradis terrestre).
Abdulah G.... ("je porte ce nom que le tueur de Samuel Paty a sali") m'a remercié de cette étonnante conversation: elle restera longtemps gravée dans ma mémoire.

ob_a573fe_chagall-slaying-isaac432x355-1

Prévention du risque d’inondation dans la basse vallée de l’Orne: participez à l’enquête d’utilité publique en ligne…

Vous souhaitez vous occuper sainement pendant le confinement?

Voici un "cliquer et collecter" (disons-le en français, par pitié!) utile à l'intérêt général puisqu'il s'agit de contribuer en ligne à l'enquête d'utilité publique ouverte en ce moment et qui sera clôturée dans moins de dix jours au sujet du nouveau plan de prévention multi-risques de la basse vallée de l'Orne (PPRM).

Ce "PPRM" présente un double enjeu d'intérêt général:

1) Pour la Normandie, il s'agit d'une contrainte qui va encadrer le développement de l'agglomération caennaise, une ville établie depuis sa fondation médiévale à l'époque duc Richard II et surtout de Guillaume le Conquérant dans le fond de la vallée humide de l'Orne sur un passage à gué et au contact des influences marines remontant ce petit fleuve qui fera aussi de Caen, une ville portuaire: en conséquence, il y a un risque structurel d'inondation s'il y a convergence entre fortes pluies, coup de vent d'Ouest et grandes marées, ces dernières empêchant la crue de l'Orne de s'évacuer vers la mer. Les inondations de l'Orne autrefois appelées "crétines" ont marqué l'histoire urbaine de Caen. On se souvient notamment de celle de 1926 avec des hautes-eaux qui s'étaient répandues jusqu'au pied du château le tout associé à une épidémie de choléra: en conséquence, un vaste programme d'assainissement et de modernisation urbain avait été planifié par la municipalité caennaise dans les années 1929-1930 et il faut savoir que ce plan servit de base de réflexion à la reconstruction de la ville après les bombardements de 1944: c'est ainsi que le niveau carrossable de l'île Saint-Jean a été relevé en utilisant les gravats issus des ruines de la ville...

Plus proche de nous, dans les années 1990 il y eut, à nouveau, des inondations spectaculaires du centre ville de Caen provoquées par des crues de l'Orne alimentées par un ruissellement plus important dans le bassin versant d'amont, notamment dans le département de l'Orne après des opérations de remembrement du bocage: la suppression des haies a donc eu des conséquences catastrophiques en aval pour les zones de l'agglomération caennaise exposées au risque d'inondation. Une réponse fut trouvée avec des aménagements hydrauliques du cours de l'Orne à la hauteur de la commune de Louvigny (aménagement d'une prairie inondable servant à l'expansion de la crue) et, en aval de Caen, avec l'aménagement du déversoir du Maresquier qui autorise l'évacuation de la crue de l'Orne par le canal de Caen à la mer.

1

3

2

2) Pour l'urbanisme et les projets des promoteurs immobiliers dans le centre-ville de Caen, le PPRM qui signale une zone inondable couvrant la quasi totalité du centre-ville (notamment l'île Saint-Jean reconstruite dans l'après-guerre) instaure ou devrait instaurer une contrainte importante en terme de prévention et de sécurité contre les inondations et les dégâts des eaux. La principale contrainte réside dans l'interdiction de construire des immeubles dotés de caves trop profondes ou de parkings souterrains sachant qu'il y en a une autre qui, visiblement, semble être quelque peu sous-estimée en raison des enjeux financiers que cela remet en cause, à savoir que la construction d'un parking souterrain met sous pression la circulation naturelle des eaux souterraines dans un sous-sol du centre-ville caennais qui est fait essentiellement de vase plus ou moins liquide avec une nappe phréatique qui est très proche du niveau carrossable, sans parler de la présence de nombreux cours d'eau aujourd'hui souterrains mais autrefois circulant à l'air libre: en effet, "les odons" continuent à exister sous l'asphalte des rues caennaises.

Pour le dire clairement: toute construction nouvelle de parking souterrain dans le sous-sol du centre-ville de Caen exposé au risque d'inondation risque de mettre en danger l'intégrité du sous-oeuvre des immeubles et bâtiments adjacents par inondation des caves, remontées capillaires de l'humidité dans les étages, fissures et lézardes dans les murs, voire... effondrement comme dans le cas d'une partie de l'hôtel de Banville dans les années 1988 à l'occasion du creusement du parking souterrain du centre commercial Doumer alors que ce bâtiment du XVIIIe siècle, qui abritait alors la DRAC de Basse-Normandie, était officiellement classé Monument Historique.

99538-hotel-banville-caen-calvados-construit-xviiie-siecle-nord-nouvelle-place-royale-actuelle-place-republique-

Vue récente de l'hôtel de Banville, rue Jean-Eudes à Caen: en haut à gauche, dans le prolongement visuel du toit de l'immeuble historique on aperçoit le bâtiment moderne qui remplace en volume l'aile de cet hôtel classé au titre des MH qui s'est effondrée après la construction du parking souterrain du centre commercial Paul Doumer. A droite de l'image, on aperçoit les frondaisons des tilleuls situés sur la parcelle ou est projeté la construction d'un nouveau parking souterrain en dessous d'un bâtiment s'élevant jusqu'à 18 mètres de haut...

En terme de parking souterrain, le sous-sol du centre-ville caennais classé en zone inondable peut être considéré comme saturé: avec l'actuel parking de la place de la République, celui du centre Paul Doumer, celui de l'hôtel-de-ville, celui du Monoprix et celui de la place de la Résistance, sans compter ceux situés sous l'hôtel du département et sous les résidences de la cité Gardin, il semble difficile d'envisager de creuser et de cuveler un nouveau grand trou dans l'éponge du sous-sol caennais pour y établir un nouveau parking souterrain permettant de garantir l'équilibre financier d'un nouveau centre commercial, cette soi-disant "halle gourmande" plus sûrement condammée par l'actuelle épidémie de covid que par certaines et indispensables mobilisations citoyennes contre un projet aussi vain qu'ubuesque!

Car, autour de la parcelle envisagée par la municipalité pour y autoriser le creusement d'un grand trou par le plus grand promoteur de la place caennaise (Sédelka Europrom) après l'abattage de 49 tilleuls plantés là dans les années 1950 sur l'emplacement de l'hôtel-de-ville de l'avant-guerre, abattage sournoisement justifié par une opération de fouilles archéologiques, on ne trouve que des immeubles inscrits au titre des Monuments Historiques dont certains présentent certaines fragilités structurelles en raison de la circulation des eaux souterraines: nous avons déjà évoqué le cas de l'hôtel de Banville (XVIIIe siècle) mais ce risque des eaux phréatiques mises sous pression par le béton des promoteurs envahissant le sous-sol peut aussi mettre en péril l'intégrité de deux monuments majeurs de notre ville de Caen rescapés de la tragédie de 1944:

La façade de Notre-Dame de la Gloriette (1689) a perdu avec les siècles son aplomb d'origine tandis que l'élévation de la façade de l'hôtel Daumesnil (1657) fait un ventre au niveau de la goutière: cela témoigne d'une instabilité du sous-oeuvre dans un sous-sol qui l'est encore plus sachant que la tour penchée de l'église Saint-Jean en témoigne le plus symboliquement.

4

On vous invite donc à partager avec nous ces constats et ces inquiétudes sur le registre dématérialisé de cette enquête d'utilité publique sans se faire d'illusions, il faut bien le dire, de l'influence d'une telle enquête dans le processus de décision qui aboutira au plan de prévention des risques majeurs (PPRM) définitif...

Pour renseigner le registre de l'enquête d'utilité publique, suivre ce lien:

https://www.registre-dematerialise.fr/2086/documents?fbclid=IwAR36SyPKAWNp5fgm2-4-0dfjU8XRBhxmS_exq_q8dmf9eyVxktuWonaSg9E

Capture d’écran du 2020-11-01 01-22-20

https://www.registre-dematerialise.fr/document/registerDocument/get/63386/Plans%20de%20zonage%20r%C3%A9glementaire

La feuille 7 correspond au zonage des risques pour le centre-ville de Caen:

  • La zone rouge est classée "non constructible"
  • Le figuré rayé bleu figure la zone classée en risque d'inondation: la place de la République et la parcelle adjacente prévue pour implanter le futur centre commercial/halle gourmande et parking souterrain associé se trouve en zone inondable...

Capture d’écran du 2020-11-01 01-28-45

Le cartouche de légende:

Capture d’écran du 2020-11-01 01-34-33

Aide alimentaire: appel aux dons

L’antenne stéphanaise du Secours populaire, continue la distribution alimentaire hebdomadaire à destination des plus fragiles durement touchés par les conséquences de la crise sanitaire actuelle.

Afin de répondre aux besoins dans la durée, un appel aux dons de denrées non périssables est lancé à la population: conserves (légumineuses, poisson, soupes, fruits, compotes…), pâtes et sauces, biscuits, huile, céréales pour petit-déjeuner, lait, préparation pour nourrissons, produits d’hygiène (savon, shampoing, protections périodiques)…

  • La collecte aura lieu les lundis et jeudis de 9h30 à 12h et de 14h à 16h, 20/24 rue de Stalingrad, dans les locaux du Secours populaire.

L’article Aide alimentaire: appel aux dons est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Les mesures de soutien aux entreprises

Dans le cadre du plan d’urgence économique détaillé par le Gouvernement la semaine  dernière, 15 milliards d’euros par mois sont mobilisés pour financer l’ensemble des mesures de soutien aux entreprises. Chômage partiel, exonérations de charges, fonds de solidarité, prêt garanti par l’État… On fait le point. ➔ Les prêts garantis par l’État Ils sont prolongés […]

Application TousAntiCovid

L’application TousAntiCovid, lancée par le Gouvernement le 22 octobre 2020, facilite l’information des personnes qui ont été en contact avec une personne testée positive à la COVID-19 et permet d’accélérer leur prise en charge, en complément du travail des médecins et de l’Assurance Maladie. En cela, TousAntiCovid complète l’arsenal des mesures barrières déjà existantes face […]

Ne laisser aucun jeune sans solution

Dans le contexte sanitaire et à la suite du confinement instauré pour lutter contre la propagation de l’épidémie du Coronavirus et de ses conséquences, de nombreux jeunes font face à de grandes difficultés financières. Pour faire face à cette situation, le Gouvernement a lancé un plan ambitieux intitulé “Un jeune, une solution”. En proposant des […]

Les aides pour soutenir les entreprises

Economie

Les aides pour soutenir les entreprises

Afin de soutenir les entreprises dans ce contexte sanitaire très difficile, le gouvernement a prolongé et amplifié plusieurs dispositifs d’aides. Pour financer ces mesures, l’Etat déploie une enveloppe de 15 milliards d’euros.

❔ Quelles sont les aides ?

Chômage partiel :

🚫 Pour les entreprises fermées ou qui rencontrent des difficultés, le recours au chômage partiel sera maintenu dans des conditions exceptionnelles qui prévalaient jusqu’à présent : zéro reste à charge pour l’employeur lorsque l’entreprise est contrainte de fermer.

 

🤝 Fonds de solidarité :

Le fonds de solidarité est réactivé et renforcé !
⚠ Le chiffre d’affaire réalisé en « Click & Collect » ne sera pas pris en compte dans le calcul de la perte de chiffre d’affaires.
💻 Toutes les entreprises seino-marines éligibles pourront se déclarer à partir du 20 novembre sur le site impots.gouv.fr. Les aides parviendront quelques jours après la déclaration.

➡ Pour les entreprises et les commerces fermés administrativement

Toutes les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement pourront recevoir une indemnisation allant jusqu’à 10 000 euros quel que soit le secteur d’activité et la situation géographique.

➡ Pour les entreprises, restant ouvertes mais durablement touchées par la crise, des secteurs du tourisme, événementiel, culture, sport et des secteurs liés

Il s’agit de toutes les entreprises de moins de 50 salariés, ne fermant pas mais subissant une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50%. Elles bénéficieront également de l’indemnisation mensuelle pouvant aller jusqu’à 10 000 euros.

➡ Pour les autres entreprises restant ouvertes mais impactées par le confinement

Toutes les autres entreprises de moins de 50 salariés qui peuvent rester ouvertes mais qui subissent une perte de plus de 50% de leur chiffre d’affaires, l’aide du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 1 500 euros par mois sera rétablie. Elle permettra de soutenir tous les indépendants.

 

❎ Exonération et report des cotisations sociales :

➡  Toutes les entreprises et les commerces de moins de 50 salariés fermées administrativement bénéficieront d’une exonération totale de leurs cotisations sociales.

➡  Toutes les PME du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport qui restent ouvertes mais qui auraient perdu 50% de leur de chiffre d’affaires auront le droit aux exonérations totales de cotisations sociales patronales et salariales.

➡  Pour tous les travailleurs indépendants, les prélèvements seront automatiquement suspendus. Ils n’auront aucune démarche à faire.

🏦 Prêts garantis par l’Etat & prêts directs de l’Etat :

➡ Les prêts garantis par l’Etat

Pour soutenir la trésorerie, les entreprises peuvent contracter un prêt jusqu’au 30 juin 2021. L’amortissement du prêt garanti par l’Etat pourra être étalé entre 1 et 5 années supplémentaires, avec des taux pour les PME négociés avec les banques françaises compris entre 1 et 2,5%, garantie de l’Etat comprise.

Toutes les entreprises qui le souhaitent peuvent demander un nouveau différé de remboursement d’un an, soit deux années au total de différé.

Il a été vu avec la banque de France pour que les demandes de différés supplémentaires ne soient pas considérées comme un défaut de paiement des entreprises.

Pour en bénéficier, échangez avec votre conseiller bancaire.

➡ Les prêts directs de l’Etat

L’État pourra accorder des avances remboursables plafonnées à 3 mois de chiffre d’affaires pour les entreprises de plus de 50 salariés.

 

🏢 Pris en charge des loyers :

Dans le projet de loi de finances pour 2021, un crédit d’impôt pour inciter les bailleurs à annuler une partie de leurs loyers, sera introduit. Cette mesure bénéficiera aux entreprises de moins de 250 salariés fermées administrativement ou appartenant au secteur hôtellerie, cafés, restauration (HCR). Tout bailleur qui sur les trois mois d’octobre, novembre et décembre 2020, accepte de renoncer à au moins un mois de loyer, pourra bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des loyers abandonnés.

L’aide sera cumulable avec le fonds de solidarité.  La dépense de l’État pour ce crédit d’impôt est évaluée  à environ 1 milliard d’euros au total.

 

💻 Numérisation des commerçants et des artisans :

Le gouvernement soutient toutes les initiatives qui permettront aux commerçants de continuer à avoir une activité et qui ne présentent aucun risque de diffusion du virus. Ainsi, 100 millions d’euros du plan de relance seront mobilisés pour la digitalisation des petits commerces. C’est notamment ce qu’on appelle le « click and collect ». Cette aide concernera la vente de tous les biens des commerces fermés administrativement avec la possibilité de commander à distance (internet, téléphone) avec un retrait en magasin. Le paiement peut se faire sur place et le retrait de commande peut se faire dans le magasin.

De nombreuses initiatives existent comme par exemple https://www.mavillemonshopping.fr/fr

 

☎ Numéro vert :

Un numéro vert est disponible pour toute information sur les mesures d’urgence pour les entreprises en difficulté : 0806 000 245 (appel non surtaxé, prix d’un appel local). Il est accessible du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h.

Il vient en complément de la plateforme internet déjà existante : https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises

Suivez notre actualité !

L’article Les aides pour soutenir les entreprises est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.