Archive dans 11 septembre 2020

Moulins menacés de disparition: la dernière boulette d’Edouard Philippe avant de quitter Matignon…

Une boulette de papier qui aurait dû prendre la direction de la corbeille à papier de Monsieur le Premier ministre au lieu d'être restée agrafée au parapheur...

https://actu.fr/normandie/aumale_76035/les-moulins-sont-ils-menaces-de-disparition-en-seine-maritime_36031274.html

s37-moulins1-854x641

Les moulins sont-ils menacés de disparition en Seine-Maritime ?

Un récent décret autorise la destruction des moulins sur une simple déclaration. En vallée de la Bresle, des voix s’élèvent pour le dénoncer. Certains parlent même d'aberration.

C’est un article du Canard Enchaîné qui l’a révélé il y a quelques jours, jetant du même coup un pavé dans la… rivière. Avant de quitter Matignon et son poste de Premier ministre en juin 2020, Edouard Philippe a signé un décret autorisant à « effacer » la majorité des 60 000 retenues d’eau en France sur une simple déclaration.

La vallée de la Bresle est évidemment concernée. Et si à une certaine époque, elle comptait plusieurs centaines d’ouvrages, dont une dizaine de moulins rien qu’à Aumale (Seine-Maritime), il n’en reste plus que quelques-uns aujourd’hui. L’un d’eux, le moulin de Brisepot, est la propriété de Claude Dehan et sa femme Yveline, entre Aumale et Saint-Germain-sur-Bresle (Somme). Depuis des années, ils le restaurent, l’entretiennent. Forcément, le décret signé par l’ancien Premier ministre les a fait bondir. Leur réaction : 

C’est une aberration de vouloir détruire les différents ouvrages qui se trouvent sur les cours d’eau. Les rivières sont pleines de poissons quand il y a plein de moulins. La destruction de ces derniers, comme des seuils (ouvrages qui barrent les rivières type vannages, N.D.L.R.), est surtout un contresens écologique et économique. Leur présence permet d’oxygéner l’eau, de réguler les débits. Ils offrent un amortissement des inondations et créent des zones humides favorables à la biodiversité ».

« Ils noient le poisson »

Et le ton monte même quand on lui parle des écologistes qui devraient être favorables à la protection de ces ouvrages.

Ils profitent de l’Europe pour faire du zèle. Ce sont des apprentis sorciers. La moitié de leurs discours sont politiques et non écologiques. Au lieu de vouloir dépenser des millions d’euros dans des utopies comme ce décret, on devrait plutôt aider les propriétaires à entretenir les moulins et à les garder en état. C’est tellement évident mais quand on leur en parle, ils noient le poisson ».

«  Aucune roue ne sera cassée »

Autre voix à se faire entendre, celle de Pierre-Marie Michel, chargé de projets « continuité écologique » au syndicat mixte d’aménagement de gestion et de valorisation du bassin de la Bresle (SMAB), plus connu auparavant sous le sigle d’EPTB.

Quand on parle d’une simple déclaration, il ne faut pas croire qu’il s’agit juste de quelques paroles. C’est un dossier très complexe à monter au titre de la loi sur l’eau. L’article est très partial. Il est à charge ».

Mais il se veut ensuite rassurant.

Aucune roue ne sera cassée en vallée de la Bresle. Elles sont très utiles à la vie de la rivière. Grâce à eux et aux passes à poissons qui ont été installées, on a constaté depuis 2011 un changement dans le comportement des saumons quand ils remontent la rivière pour frayer. Avant, ils s’arrêtaient à Senarpont. Maintenant, on en retrouve à Saint-Germain-sur-Bresle. On a gagné 15 kilomètres ».

Lire aussi : Découverte. Du saumon dans la Bresle près d’Aumale

En revanche, aucune étude n’a été réalisée sur la présence des « canards (enchaînés) » que l’on peut parfois apercevoir sur la Bresle.


 

Commentaire de Florestan:

Quand l'écologie devient l'écologisme cela devient une pollution aussi néfaste que toutes les autres!

 

Pour les journées du Patrimoine: visitez le « château des rêves » au coeur du Pays d’Ouche!

Coup de coeur de l'Etoile de Normandie!

A la Ferté-Fresnel, au coeur du pays d'Ouche, secrètement niché dans son écrin de verdure, voici le "château des rêves"... une folie du XIXème siècle qui copie de façon réussie sinon virtuose le grand style français des châteaux "briques et pierres" de l'époque de Louis XIII et de Louis XIV.

Cette demeure familiale est ouverte au public et propose un parcours féérique qui va émerveiller les petits et les grands!

https://chateaudelafertefresnel.com/

châteaudesrêves

Et pour ces journées du patrimoine, on pourra entendre au "château des rêves" un extraordinaire orgue de foire...

https://actu.fr/normandie/la-ferte-en-ouche_61167/au-chateau-de-la-ferte-fresnel-un-orgue-unique-en-europe-devoile-lors-des-journees-du-patrimoine_36036960.html

lau-5460-854x569

Pratique : Visites du Château des Rêves lors des Journées du Patrimoine, jusqu’à la lueur des chandelles. Vendredi 18 septembre 2020 (14h-22h), samedi 19 septembre 2020 (10h-22h) et  dimanche 20 septembre 2020 (10h-18h). Réservations ICI.

Nouveau progrès de l’unité normande: création de l’Institut Normand de Sciences Religieuses

Jeudi 10 septembre 2020 était inauguré à Caen dans les locaux du séminaire Saint-Paul près de la rue de Bayeux l'Institut Normand de Sciences Religieuses (INSR), autrement dit une école supérieure de théologie catholique agréée par la faculté de théologie de Paris qui va rayonner sur l'ensemble des six diocèses de la province ecclésiastique de Rouen, elle-même rétablie sous l'autorité de l'archevêque de Rouen, "primat de Normandie" depuis 2004 renouant ainsi avec une histoire millénaire (la Seconde Lyonnaise du IVe siècle après Jésus-Christ et qui sera le berceau de la future Normandie ducale...)

Cette nouvelle école supérieure établie à Caen résulte de la fusion des deux instituts de sciences religieuses qui existait l'un à Caen, l'autre à Rouen: désormais il n'y a plus qu'un seul institut pour toute la Normandie, basé à Caen mais avec une antenne à Rouen: on voit que l'organisation de l'unité normande contemporaine depuis 2015 a inspiré, avec sagesse, l'église catholique normande et son primat, Mgr Dominique Lebrun...

https://insr-normandie.fr/

Capture d’écran du 2020-09-11 21-08-44

Bien entendu, l'Etoile de Normandie salue chaleureusement ce nouveau progrès de l'unité normande mais dans le domaine des églises chrétiennes, l'évidence de l'unité normande doit encore cheminer:

Du côté de l'église catholique normande, il reste à rapatrier en Normandie, la formation des jeunes prêtres normands en Normandie car pour lors, leur séminaire se trouve à Rennes et même si le séminaire breton "Saint Yves" a été fondé par un grand Normand du XVIIe siècle, le caennais Saint Jean Eudes pour ne pas le nommer, cette formation se fait à Rennes mais pas à Caen et encore moins à Rouen: ce serait cohérent avec la création de l'INSR que ce séminaire revienne en Normandie.

Toujours du côté de l'église catholique normande, il reste encore beaucoup de choses à faire pour redonner du lustre aux deux grands pélerinages chrétiens normands qui ont une aura internationale:

1) Il faut relancer et renouveler le pélerinage à Sainte Thérèse de Lisieux en créant, par exemple, un festival culturel associé au pélerinage et à sa basilique.

2) Il faut reconquérir le Mont-Saint-Michel, pour en faire une destination authentiquement spirituelle: cela passe par la relance sinon la recréation du pélerinage via les chemins montois. Le projet de centre d'accueil des pélerins prévu dans l'ancien prieuré d'Ardevon, tout près du Mont, va dans le bon sens.

Médiatiquement, le concile des évêques normands pourrait se réunir plus régulièrement dans les lieux emblématiques du patrimoine spirituel normand: le Mont-Saint- Michel, la basilique de Lisieux, la cathédrale de Rouen...

Du côté de l'église protestante unie de France, l'organisation interne n'a pas bougé d'un iota depuis la réunification normande de 2015: les protestants Normands sont toujours divisés en deux consistoires, l'un de Basse et l'autre de Haute Normandie et ces deux consistoires normands dépendent d'une improbable région "Nord-Normandie" qui va de Pontorson à la frontière belge et jusqu'à... Reims.

Compte tenu de la démographie des pasteurs et des paroissiens protestants qui ont déjà l'habitude de la dissémination et de l'isolement, il faudra que cette géographie trop large évolue: la fusion des deux consistoires protestants normands finira par se faire.

Pour l'instant, seule la société savante d'histoire du protestantisme normand assure l'unité régionale indispensable...

Trafic maritime de conteneurs : quand, avant même l’inauguration de Port 2000, le port du Havre était en… surcapacité !…

     Au hasard de ma recherche documentaire permanente, qui me sert aussi de... formation permanente, j'ai capté, à nouveau sur le précieux site "Cairn.com", un article datant d'une quinzaine d'années :

https://www.cairn.info/revue-annales-de-geographie-2005-2-page-187.htm

Transport maritime conteneurisé et mondialisation

Antoine Frémont, Martin Soppé

Dans Annales de géographie 2005/2 (n° 642), pages 187 à 200

     J'en propose un extrait en relation avec le titre de ce billet :

" .../...

Indice d’utilisation de la CHTC offerte dans les 32 premiers ports mondiaux

Transport capacity use index for 32 top-rank container ports (in % of WCTC)

197

Les ports qui ont un indice inférieur ou égal à 1 ont une utilisation maximale de leur capacité offerte. Ces ports n’ont pas de concurrents directs et permettent la desserte d’une très grosse région métropolitaine. Los Angeles et Long Beach en sont les deux meilleures illustrations. Dubai, aux Émirats Arabes Unis, offre l’exemple d’un port situé dans un environnement particulièrement attractif qui bénéficie d’une expansion exceptionnelle. Manille ou Tanjung Priok, port de Djakarta, sont caractéristiques des ports de feedering dans des pays en voie de développement. Les grands navires mères transocéaniques n’y escalent pas directement afin de ne pas se dérouter de l’axe maritime est-asiatique Singapour, Hong Kong, Busan et pour ne pas pâtir de conditions portuaires qui ne sont pas optimums. Des navires feeders ou nourriciers en provenance de Singapour, de Hong Kong ou de Kaohsiung, ports où s’effectuent les opérations de transbordement entre les navires mères et les navires feeders, les raccordent à l’artère circumterrestre de circulation. Dans ces ports de Manille (2,5M d’EVP en 2003) ou de Tanjung Priok (2,2 M d’EVP en 2001), les trafics sont très intenses : les navires feeders, effectuant les navettes avec le hub de transbordement, y sont entièrement déchargés puis rechargés. Laem Chabang (3,2 M d’EVP en 2003), port de Bangkok, mais avec un degré plus faible d’utilisation des capacités s’inscrit aussi dans cette logique qui révèle la division internationale du travail à l’intérieur même de la zone Asie orientale. Pour ce premier groupe de ports, la très forte utilisation des capacités indique une situation possible de saturation.

Les ports situés généralement au centre des rangées portuaires et à proximité d’un hinterland riche se caractérisent par une bonne utilisation des capacités, comprise entre 1 et 2. Il s’agit de ports qui dominent le système portuaire et génèrent du trafic : Hong Kong, Singapour, Busan, Kaohsiung, Shanghai en Asie orientale, Rotterdam, Hambourg et Anvers en Europe et New York en Amérique du Nord.

Cependant, leur utilisation des capacités est moins bonne que la première catégorie car ils doivent compter avec la concurrence de ports qui appartiennent à la même rangée maritime mais sont plus périphériques par rapport au cœur de l’hinterland. Ces derniers présentent les indices d’utilisation les plus faibles. La capacité de transport offerte dans ces ports est sous-utilisée : les armateurs y font escale pour compléter leurs cargaisons, mais le nombre d’opérations de chargement/déchargement y reste limité. Il s’agit généralement de ports situés en entrée ou sortie de façade, à proximité d’une grande route maritime. Les ports japonais de Kobe, Nagoya, Yokohama ou Tokyo, ainsi que le port malais de Port Klang sont ainsi des ports d’entrée ou de sortie de l’Asie orientale. Les ports du Havre et de Southampton jouent le même rôle en Europe et les ports de Halifax, Savannah et Charleston en Amérique du Nord. En Asie orientale, Yantian, dans la zone économique spéciale chinoise de Shenzen, concurrence et complète aussi le port de Hong Kong. Appartiennent aussi à cette catégorie des ports de transbordement récents qui sont situés sur l’artère circumterrestre et où les armements effectuent des opérations d’éclatement de leur trafic conteneur.

198

Le port malais de Port Klang tente ainsi de concurrencer Singapour alors que le hub méditerranéen de Gioia Tauro n’a pas la même maturité que celui d’Algeciras, plus ancien. Colombo au Sri Lanka permet une desserte de la péninsule indienne par feeders reliés aux navires mères engagés sur la route Asie orientale/Europe.

.../... "

     Donc, antérieurement à l'année 2005 et avant l'inauguration de Port 2000 courant 2006, l'indice d'utilisation des capacités offertes du port du Havre était environ égal à 5,01.

Le Havre : MSC gagne Port 2000

     Cela ne justifiait pas le renoncement à Port 2000 car l'accroissement de la taille des porte-conteneurs a conduit à la réalisation de navires qui, actuellement atteignent 400 m de long... lesquels ne pourraient pas manoeuvrer dans le port "intérieur" du Havre... Mais cela relativise la pertinence d'un certain nombre de déclarations publiées depuis la mise en service de Port 2000 par une partie des représentants des milieux maritime et portuaire...

Médiathèque: les Stéphanais·es enthousiastes

Les résultats de la concertation citoyenne menée auprès des habitant·e·s à propos de la future médiathèque a révélé leur attachement à l’objet livre et au contact humain.

Pensée pour tous les publics, tous les âges et toutes les conditions sociales, la future médiathèque Elsa-Triolet grande de 1800 m2 se situra place Blériot et devrait ouvrir en 2022. Pour parfaire ce projet inscrit dans le Nouveau programme de renouvellement urbain (NPNRU), la Ville a mis les Stéphanais.es à contribution. Du 15 au 25 juin dernier, une concertation citoyenne a permis de réunir les avis de 166 habitant·e·s, un chiffre dix fois plus important que le nombre premièrement envisagé. Du fait de la crise sanitaire, les ateliers citoyens prévus ont finalement pris la forme d’un questionnaire en ligne sur le site de la Ville. À quelle heure aimeriez-vous vous rendre à la médiathèque ? Quels contenus souhaitez-vous y trouver ? Préférez-vous des tables collectives ou des fauteuils individuels ? les réponses à la quarantaine de questions seront prises en compte dans l’organisation des services et l’aménagement du bâtiment.

Une fréquentation plus régulière

Très branchés par une connexion Wi-Fi (oui à 58 %), pas vraiment pour un photocopieur (non à 75 %), les Stéphanais.es sondé.e.s ont manifesté leur intérêt pour l’objet livre. 40,4 % d’entre-eux se rendraient en priorité à la médiathèque pour y trouver des ouvrages à feuilleter, quand 9,6 % souhaitent surtout y trouver des CD et des DVD. Le rapport humain a également son importance : bien que l’emplacement envisagé des trois bornes de retours et d’emprunts soit jugé pertinent pour 61 % de sondé·e·s, 71,5 % d’entre-eux ont assuré préférer s’adresser aux bibliothécaires pour emprunter. À terme, ce nouveau pôle culturel devrait attirer plus de public, et plus souvent : 25,5% des sondé·e·s indiquent qu’ils viendraient au moins une fois par semaine, plutôt le soir ou le week-end, et 52,7 % plusieurs fois par mois (contre 18,7 % et 42,5 % actuellement). Les Stéphanais.es espèrent par ailleurs y trouver des spectacles (théâtre, danse, comique, slam), des concerts, des expositions et des représentations pour les publics scolaires.

L’article Médiathèque: les Stéphanais·es enthousiastes est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.