Archive dans 8 septembre 2020

Élections législatives partielles

Tous aux urnes ! Élections législatives partielles
 
Suite à la démission de Christophe Bouillon, député de la 5ème circonscription de Seine-Maritime, au profit de son nouveau mandat de Maire de Barentin, et à la démission de son suppléant Bastien Coriton, les électeurs sont appelés à voter :
 
Les dimanche 20 septembre (1er tour) et 27 septembre (si 2ème tour)
 
Ci-dessous la liste des candidats (et leur remplaçant) :
 
- Gérard Leseul (et Martine Blondel)
- Jean-Christophe Loutre (et Amélie Marquer)
- Auban Al Jiboury (et Enora Chopard)
- Maxime Da Silva (et Marie-Odile Lecourtois)
- Valérie Foissey (et Fréderic Podguszer)
- Jean-Cyril Montier (et Anaïs Thomas)
- Patricia Lhoir (et Paul Bonmartel)
- Michel Allais (et Corinne Buquet)
 
Les bureaux de vote A1 et A2, situés dans les réfectoires du groupe scolaire, seront ouverts de 8h00 à 18h00.

Face aux clichés d’une clique médiatique féodale, éloge de la Normandie médiévale…

Mais que lui arrive-t-il? Quel étrange mal s'est emparé de lui? Quel charme? Quel envoûtement?

Une maladie? Un virus?

A l'occasion de la parution du numéro 638 de sa Chronique de Normandie qui, d'ordinaire, nous fait le récit hebdomadaire de ce qu'il faut retenir d'important et d'intéressant dans la vie politique, économique, sociale et culturelle de toute la Normandie, Bertrand Tierce qui nous propose, depuis des années, cette revue de presse de bénédictin normand indispensable et reconnue comme telle par tous les connaisseurs et suiveurs de nos affaires régionales, nous apprend qu'il veut arrêter et faire autre chose.

C'est normal que de vouloir se reposer, passer la main sinon le flambeau à d'autres plus jeunes ou ayant d'autres idées pour que le service de l'intérêt général normand se perpétue...

Aussi, nous nous apprêtions à rendre un digne hommage à Bertrand Tierce en lisant ce dernier numéro annoncé comme tel de sa Chronique de Normandie mais nous ne le ferons pas car l'ami Bertrand est pris d'une fièvre tierce sinon quarte depuis l'arrivée du Covid-19 dans nos contrées:

En effet, le rédacteur de la Chronique de Normandie a l'idée saugrenue de nous proposer, dorénavant, une lettre d'information sur l'actualité régionale normande à la sauce... médiévale!

Loin de l'enthousiasme sympathique parfois débordant ou maladroit des groupes de reconstitueurs historiques qui sont nombreux à se passionner pour l'héritage prestigieux de notre Normandie médiévale, la nouvelle chronique de Monsieur Tierce voudrait donner dans le féodal de pacotille pour mieux tourner en dérision nos réalités normandes en suivant quelques vieux clichés jacobins sur l'obsolescence historique de la province...

Bertrand Tierce, héraut de la Normandie ou plutôt son visiteur: Jacquouille la Fripouille? ou Godefroy de Montmirail?

LESVISITEURW0084230_COV4_2424_NEWTV_HD

La Normandie vue, revue et corrigée par les nouvelles lunettes féodales de Monsieur Tierce (achetées à Festyland avec le casque viking à cornes fourni avec) ça pourrait donner ça:

 

Capture2

 

Capture0

chronique1


 Parlons, quelques instants, du fond:

C'est une tradition idéologique qui remonte, bien entendu, à la Révolution française que d'assimiler nos réalités provinciales à la féodalité et plus largement à un "ancien régime" politique, social et symbolique périmé et rendu obsolète par le "nouveau régime" instauré par la Révolution française sauf que Tocqueville nous a averti que la Révolution française avait finalement aboli le meilleur de l'Ancien régime (par exemple, nos libertés locales et provinciales) tout en en conservant le pire quitte à l'aggraver (par exemple, l'hypercentralisation parisienne)...

La marotte négative avec laquelle le troubadour Tierce qui n'a jamais eu la fibre régionaliste normande voudrait nous amuser vient de cette vieille confusion idéologiquement entretenue depuis la Révolution française entre le féodal et le médiéval pour que le premier, désormais honni, puisse recouvrir le second de son sombre bouclier:

C'est bien connu, nous n'existons dans la pleine lumière que depuis 1789. Avant nos ancêtres étaient des crétins arriérés qui survivaient dans les pénombres d'un Moyen-âge illuminé par les feux de la superstition et de la domination féodale.

C'est bien connu, la modernité d'après 1789 c'est le progrès comme nous le démontre sans peine les atrocités de la Seconde guerre mondiale et les grands totalitarismes du XXe siècle...

On dira, pour finir, que le Moyen-âge de dérision en carton-pâte que voudrait nous proposer Monsieur Tierce risque de paraître plus "sénescent" qu'un sénéchal normand du XIIe siècle...

Eloge de la Normandie médiévale, la vraie!

wir

Car la Normandie à l'époque de Raoul Le Sénéchal, le ministre d'Henri II Plantagenêt roi d'Angleterre et duc de Normandie en ces années 1180, je n'aurais pas été fâché d'y vivre même en tant que simple "manant" pour la bonne et simple raison que des "manants", à savoir ces ouvriers agricoles quasi-esclaves assimilés à des bêtes de somme, il n'y en avait tout simplement pas en Normandie!

Du fait de la coutume de Normandie, premier code juridique complet écrit ayant réapparu en Occident depuis la fin de l'Empire romain au cours des XI et XIIe siècles, chaque sujet du duc était réputé égal devant la loi qui était aussi celle de tous les Normands.

La loi normande était très moderne pour son époque qui sera nommée "gothique", "médiévale" ou "féodale" bien après la fin du Moyen-âge...

A l'avenant:

  • Egalité homme/ femme dans le droit d'aînesse.
  • Protection particulière, corps et biens, de la personne individuelle contre toute voie de fait: c'est la fameuse procédure de la clameur de Haro qui institue aussi un devoir de responsabilité collective contre toute violence.
  • Droit de réflexion avant tout engagement contractuel définitif (c'est l'origine de notre fameux "ptêt ben qu'oui, ptêt ben qu'non").
  • Droit accordé aux collectivités locales de résister contre tout arbitraire ducal et royal (Jean Sans Terre en fera les frais avec la "Magna Carta")
  • Tolérance à l'égard des Juifs.
  • Déclaration de ses revenus avant de payer l'impôt ducal et royal (cela donnera l'extraordinaire Domesday Book toujours conservé en Angleterre).
  • Consentement préalable de la communauté locale avant de payer l'impôt ducal et royal.
  • Création d'une justice administrative pour recevoir les plaintes des contribuables et des justiciables du duc-roi: ce sera la cour de l'Echiquier qui siégeait au château de Caen.

ed0e3b8475961ffe44b80c510c95c4e8

  • Prise en charge des frais de justice par le duc-roi  pour les plaignants qui sont trop pauvres.
  • Interdiction du port d'armes sur les chemins du duché de Normandie (concile de Caen, 1047).
  • Enquête et débat contradictoire préalable avant tout jugement définitif.
  • Interdiction de torturer les prévenus.
  • Pas d'emprisonnement sans procès ni procédure.
  • Instruction scolaire primaire obligatoire à la charge des écoles abbatiales pour tous les garçons.
  • Dispensaire et infirmerie ouverts à tous dans chaque monastère.
  • Grandes écoles supérieures dans certaines abbayes: par exemple, celle de Fécamp qui était une véritable école d'administration pour les cadres du duché de Normandie et du royaume d'Angleterre.
  • Une grande politique de l'aménagement du territoire avec un monastère bénédictin tous les 20 km pour mettre en valeur les terres et encadrer la population et un château associé à un bourg tous les 10 km.
  • Création d'une ville nouvelle à Caen.
  • Développement du commerce maritime et portuaire très important au cours du XIIe siècle à Rouen, Londres, Caen, Fécamp ou Barfleur à l'initiative des monastères (Basse-Seine) ou de la bourgeoisie des villes (Rouen).

Bref! Nous affirmons sans trop hésiter que le XIIe siècle anglo-normand fut plutôt une belle époque sinon un âge d'or qui n'a rien à voir avec le pauvre Moyen-âge de caricature de Monsieur Tierce!

Fermons le ban et n'en parlons plus!

 

101330640_o

Remise du "grand coutumier de Normandie" ou "Charte aux Normands" par le roi de France Louis X le Hutin (1315) à l'occasion du centenaire de l'entrée de la Normandie dans le domaine royal français: le lien institutionnel entre la France et la Normandie était alors constitutionnel voire contractuel...

Voir aussi, archive de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2015/01/04/31254610.html

Don du sang

La collecte de DUCLAIR qui aura lieu le Vendredi 11 Septembre 2020 de 8h à 12h à la Salle des Hallettes

[#Urgence #DonDeSang]

Pendant la période estivale, venez donner votre sang !

Les besoins sont toujours aussi importants pendant la période estivale, on compte sur vous !

 

Pour vous accueillir en toute sécurité, nous invitons les donneurs à privilégier le RDV

 

Pour connaitre tous les lieux pour donner http://efs.link/lieux

 

Les travaux

Voirie

Reprise de plateau surélevé dans le cadre de l’aménagement des rues Buée et Jamet.
  • La circulation est interdire rue Lazare-Carnot  dans sa partie comprise entre la rue de Verdun et la rue Amiral-Cécile, pendant la durée des travaux. Un itinéraire de déviation est mis en place.
  • Le stationnement est interdit au droit du chantier.
  • La vitesse est limitée à 30 km/h aux abords du chantier.

Voir l’arrêté municipal n°2020-09-412

L’article Les travaux est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Le Rive Gauche saison 2020/2021: «Je vous préviens, tout est bien »

La directrice du Rive Gauche Raphaëlle Girard revient sur quelques temps forts du nouveau programme de la salle municipale. Cette année, le théâtre a aussi son mot à dire.

« En septembre, ça redémarre. On y croit! », la joie de Raphaëlle Girard, directrice de la salle municipale le Rive Gauche, est communicative. Et pour cause! Dès le début du confinement le 17 mars dernier, la scène conventionnée d’intérêt national art et création – danse avait dû baisser le rideau pour une durée indéterminée, annulant de fait tous les évènements de la programmation. Pendant cette période, les équipes se sont démenées pour mettre sur pied une saison 2020/2021 aussi riche que d’habitude, mais également la plus dense possible, malgré la crise. Résultat : une cinquantaine d’évènements prévus de septembre à juin prochain. « Je vous préviens, tout est bien, enchérit la directrice, tout en croisant les doigts pour éloigner le Covid-19. J’aime tellement cette saison que j’espère qu’elle aura lieu dans des conditions normales ».

Du théâtre engagé et caustique

L’ensemble du programme est bien sûr susceptible d’être modifié, et tous les spectacles se feront dans le respect des mesures barrières. Mais au Rive Gauche, l’heure est à l’optimisme. Rendez-vous d’abord place Jean-Prévost vendredi 18 septembre à 18h30. La saison débutera par une représentation gratuite de théâtre de rue avec le Collectif 2222 qui présentera Traverser la rivière sous la pluie. Tout un symbole. Comme toujours, la part belle est faite à la danse (lire programme complet distribué avec ce numéro du Stéphanais) mais cette année, il faut noter que le Rive Gauche a tenu à donner la réplique à un théâtre particulier: « cette saison, il sera politique, engagé, et caustique par l’humour », indique Raphaëlle Girard. Pour les plus jeunes, la compagnie Théâtre à cru propose Vilain! (13 novembre), en référence au vilain petit canard, l’histoire d’une orpheline (Nelly Pulicani, peintre et plasticienne) qui se réfugie dans la forêt et raconte son histoire. « C’est très frais, dédié au jeune public mais programmé le soir, tout le monde y trouvera son bonheur ». Tout aussi « feel good », mais aussi social et féministe : Féminines, où la compagnie La part des anges de Pauline Bureau fait vivre l’histoire (vraie) d’une petite équipe de foot féminin devenue championne du monde en 1978. La date du 11 février est aussi à cocher pour Place « très engagé politiquement et très drôle ». Tamara Al Saadi, Franco-irakienne arrivée en France à trois ans, raconte avec humour comment elle a mis des années à trouver sa place. Son personnage tantôt irakienne, tantôt française, est joué par deux comédiennes.

Faisons un pas de côté pour parler danse : le grand temps fort aura lieu jeudi 10 décembre pour À vous de danser, signé Jean-Claude Gallotta. « Jean-claude est quelqu’un qui compte dans l’histoire de la danse française, précise Raphaëlle Girard. Il a lancé la danse contemporaine dans les années 1980. Il a apporté une écriture réjouissante, pétillante, de groupe, qui n’appartient qu’à lui. Quand on aime la danse si on n’a jamais vu Jean-Claude Gallotta, il faut absolument venir au Rive Gauche ! » Et pour finir sur une autre bonne note : le 3 décembre pointant la venue de Pomme, une jeune voix française fascinée par le japon de Miyazaki dont le souffle habité renverse les cœurs engourdis.

Temps fort : « C’est déjà de la danse ! »

En janvier ne ratez pas la première édition de C’est déjà de la danse ! Le Rive Gauche s’est associé avec plusieurs salles de la Métropole pour proposer des voyages chorégraphiques et interdisciplinaires. En tout : huit spectacles où la danse se marie à un autre art. Marionnettes, slam, arts plastiques et d’autres habiletés s’entremêleront à la danse pour quatre représentations au Rive Gauche, puis à l’Étincelle à Rouen, à l’Opéra de Rouen, au Trianon Transatlantique à Sotteville-lès-Rouen et à l’Université du Madrillet en entrée libre. À noter également: un spectacle amateur en collaboration avec le Conservatoire de Saint-Étiennedu-Rouvray et celui de Rouen.

Le public convié pour une présentation de saison

La saison 2020/2021 du Rive Gauche sera officiellement présentée au public mercredi 9 septembre à 19h. Pendant deux heures, le public pourra célébrer ses retrouvailles avec le théâtre municipal et découvrir – en images et avec la présence de certains artistes – la cinquantaine de spectacles qui se dérouleront de septembre à juin, au Rive Gauche ou ailleurs… La soirée se poursuivra avec l’équipe autour d’un verre, d’un temps d’échange, dans le respect des conditions sanitaires du moment. Le 9 septembre au Rive Gauche. Entrée libre et gratuite. Le port du masque sera demandé.

www.lerivegauche76.fr

L’article Le Rive Gauche saison 2020/2021: «Je vous préviens, tout est bien » est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

L’avenir du quartier des Neiges doit être assuré : Alban Bruneau et Sophie Hervé saisissent le Préfet

Suite au travail d’identification et d’évaluation des risques pour les salariés et les habitants situés à proximité de zones de stockage et de stationnement de matières dangereuses, un porter à connaissance, assorti de préconisations à appliquer systématiquement par les maires concernés sur les documents d’urbanisme, a été notifié par le Préfet fin 2019. Au Havre, le quartier des Neiges est presque entièrement impacté.

Ainsi à ce jour, les habitants, artisans, commerçants du quartier se voient interdire tout travaux d’extension ou de modification substantielle de leur habitation ou commerce. De plus, ces mesures visent à empêcher un accroissement de la population. Il en résulte évidemment une forte émotion, un sentiment également d’incompréhension voire d’abandon dans un quartier où la population est déjà fragilisée par les effets de la crise économique.

Sans compter que ces mesures entrainent de facto une dépréciation des biens immobiliers.

Si l’objectif de sécurité qui a guidé les travaux de l’Etat et ce porter à connaissance ne sont évidemment pas contestables, et même souhaitables pour ne pas subir de drames liés au transport des matières dangereuses, la sérénité recherchée pour les habitants des Neiges à travers cette procédure est actuellement fortement contrariée par le sentiment que leur quartier va s’éteindre.

En cause notamment l’absence totale à ce jour de concertation et d’information grand public.

Complétant les démarches engagées par le Député Jean-Paul Lecoq, Alban Bruneau et Sophie Hervé, Conseillers départementaux, viennent de saisir le Préfet.

Ils lui écrivent notamment : « Nous sommes convaincus, parce que nous l’avons déjà vécu à Harfleur ou à Gonfreville l’Orcher, que la coexistence, dans la sécurité, des activités industrielles et de la vie quotidienne des populations est parfaitement conciliable, dès lors qu’un travail réel est engagé, à la fois pour réduire au maximum le risque à la source, et pour aider les riverains situés à proximité à réaliser des travaux adaptés pour renforcer le niveau de protection.

C’est ce travail de concertation que nous souhaitons voir s’engager par l’Etat, la nature du risque aux Neiges étant liée à l’activité du Grand Port Maritime du Havre.

Vous comprendrez notre inquiétude Monsieur le Préfet et le sens de cet appel afin que la voie du dialogue et du travail concerté puisse atténuer les inquiétudes et les tensions perceptibles dans ce quartier à la forte identité, puisque ses habitants y sont particulièrement attachés. »

Pour télécharger la carte des zones à risque sur lesquelles s’appliquent les restrictions d’urbanisme : Cartographie

Pour télécharger le courrier d’Alban Bruneau et Sophie Hervé : Courrier au Préfet

Pour télécharger la lettre d’information publiée par le Député Jean-Paul Lecoq : Lettre d’information JPL