Archive dans 29 mai 2020

Philippe AUGIER bien en selle pour… sauver le PMU?

Mais le fringuant cavalier maire de Deauville, une ville aussi connue pour sa plage que pour son rôle éminent dans l'économie nationale et internationale de la filière équine, arriverait à la tête du Pari Mutuel Urbain dans un moment difficile de sa longue histoire avec de nombreuses incertitudes à gérer sinon à solutionner et que la crise sanitaire actuelle n'a fait qu'aggraver:

1° Les courses hippiques peinent à attirer un nouveau public: les encourts du PMU subissent depuis de nombreuses années une lente érosion. A l'instar de la musique classique en France, les courses hippiques sont menacées d'une fracture générationnelle et sociale en terme de public et d'image générale. On compte sur la volonté et l'imagination de Philippe Augier pour y remédier.

Pendant le confinement lié au coronavirus, les hippodromes ont été totalement mis à l'arrêt: il y a une urgence financière et, peut-être, une aide spécifique de l'Etat à négocier pour sauver la trésorerie des professionnels. 

3° La filière équine professionnelle liée au PMU n'est pas assez intégrée ni assez organisée pour créer un lobby efficace dans la gestion et la défense des intérêts du cheval sportif, notamment en Normandie: il va falloir faire pleinement passer le message aux intéressés que la Normandie est LA région française du cheval et que le conseil régional de Normandie développe actuellement, en amont et en aval de l'activité du PMU, des outils structurants essentiels tel que le pôle de Goustranville (avec la délocalisation de la section équine de l'école nationale vétérinaire de Maisons-Alfort) ou un campus international du cheval au haras du Pin. La question de rendre plus visible l'évidence de cette excellence équine normande dans les événements nationaux et internationaux se pose aussi.

4° Dans ces conditions, la question que nous avions déjà ici posée va se poser encore plus:

Est-il judicieux de privatiser le PMU comme la Française des jeux l'a été dans le contexte actuel?

Avec le risque d'une perte de souveraineté financière pour assurer l'avenir d'une filière qui est l'héritière de l'une de nos plus belles traditions, notamment en Normandie?

Archive de l'Etoile de Normandie:

http://normandie.canalblog.com/archives/2019/07/03/37475199.html

Lire la brève suivante:

https://actu-fr.cdn.ampproject.org/c/s/actu.fr/normandie/deauville_14220/maire-deauville-philippe-augier-pressenti-pour-presider-le-conseil-d-administration-du-pmu_33871978.html/amp

Philippe Augier, maire de Deauville, pressenti pour présider le Conseil d’administration du PMU

Selon Jour de Galop, mardi 26 mai 2020, Philippe Augier, maire de Deauville (Calvados), devrait être nommé président du conseil d'administration du PMU.

deau-21-854x569

Mardi 26 mai 2020, selon Jour de Galop, Philippe Augier, maire de Deauville (Calvados), ville phare de la filière équine, et Président de France Congrès et Evénements depuis 2001, devrait être nommé président du conseil d’administration du PMU. Il remplacerait ainsi Bertrand Méheut qui a annoncé sa démission.

Au CH du Rouvray comme à l’hôpital public : non à la répression, oui aux ouvertures de lits

Le comité de soutien des personnels en lutte de l'hôpital psychiatrique du Rouvray se remobilise aujourd'hui. Fondé au printemps 2018 en appui à la grève de la faim qui s'y est tenue pendant 18 jours, il réunit des habitantes et des habitants de l'agglomération rouennaise, usagères et usagers de l'hôpital public en tant que patient·es ou aidant un·e proche souffrant de maladie physique ou psychique.

D'une part nous soutenons spécifiquement les agents du Rouvray visés par des procédures disciplinaires pour avoir lancé l'alerte, au début de la crise sanitaire, sur des consignes mettant en danger le personnel aussi bien que les malades (voir liens ci-dessous). D'autre part, nous défendons plus généralement l'hôpital public et l'accès universel à la santé et à une vie digne.

Nous avons de la mémoire et nous savons que la lutte du Rouvray en ce printemps 2020 s'inscrit dans une longue histoire. Une histoire locale, avec la grève de 2018 qui réclamait déjà des moyens pour du soin et qui luttait contre la maltraitance institutionnelle. Une histoire nationale, avec la grève de multiples services hospitaliers depuis des années pour la défense de l'hôpital public, avec le mouvement des Gilets jaunes, avec la lutte contre la réforme des retraites.

Alors que le protocole signé en 2018 n'est toujours pas respecté par la direction du Rouvray, alors qu'elle tente aujourd'hui de museler toute dénonciation de ses défaillances, alors que le management comptable reprend ses habitudes dans les hôpitaux tout juste libérés de la première vague de l'épidémie, nous appelons à soutenir massivement les soignantes et soignants du Rouvray, du CHU et de l'ensemble du service public de la santé.

Pour que le monde d'après ne constitue pas une aggravation accélérée de celui d'avant, mais son renversement complet, transformons chaque applaudissement en brique pour refonder l'hôpital public.

En nous protégeant collectivement au moyen de masques et avec une détermination sans failles, nous appelons à trois rendez-vous :

  • mardi 2 juin à 18 h : rassemblement devant le CHU de Rouen pour l'hôpital public
  • samedi 6 juin à 11 h : réunion du comité de soutien du CH du Rouvray
    (contactez-nous sur soutienrouvray arrobase netcourrier point com pour y participer)
  • mardi 16 juin : mobilisation nationale pour l'hôpital public}

Davantage d'informations sur la lutte du CH du Rouvray :

Photo Jean Pierre Levaray

Tourisme: La Normandie ce n’est pas:  » ailleurs c’est ici! » La Normandie: « c’est nulle part ailleurs! »

On comprend pourquoi dans une ambiance de concurrence inédite entre les territoires de l'Hexagone pour attirer les touristes français d'après le confinement qui montraient, jusqu'à présent, peu de curiosité intellectuelle pour des régions qu'ils croient connaître sous prétexte d'y résider pour y vivre ou pour y travailler, le comité régional du tourisme normand aura pu hésiter sur le slogan d'une campagne médiatique d'urgence destinée à valoriser la Normandie telle une évidence qui, comme toutes les évidences, risque de ne plus être vue, telle le nez au milieu de la goule!

Le CRT Normandie a cru bon d'opter pour l'efficacité et la simplicité du message pour celles et ceux qui pourraient manquer d'imagination:

"La Normandie, ailleurs c'est ici". Une variation touristique du fameux principe "et en même temps" pratiqué par notre président de la République...

https://pronormandietourisme.fr/2020/05/26/normandie-ailleurs-c-est-ici/?utm_source=newsletter-ctn&utm_medium=mail&utm_campaign=20200528-CTN

Le slogan appelle au dépaysement tout en restant chez soi en Normandie, notre région symbolisant aussi la proximité d'un week-end pour les Parisiens en mal d'inspiration.

Et de sur-imposer dans les visuels de cette campagne de promotion une carte postale venue d'ailleurs sur une vue emblématique de notre Normandie: par exemple, un morceau de falaise irlandaise, vient s'insérer presque parfaitement dans le calcaire éclatant d'Etretat.

index

Ou encore, un post-it venu de Californie se trouve collé sur la plage de Siouville-Hague dans le Nord-Cotentin, paradis des surfeurs normands (si, si ça existe!):

46596766-37175010

On croyait, pourtant, que la Normandie était le nom de région le plus connu au monde, justement après la Californie...

Vous l'aurez compris, cette campagne, ses visuels tout comme le slogan, ne nous convainc absolument pas et elle risque d'être un échec comme toutes fausses bonnes idées...

Car si nous devions pousser jusqu'à l'absurde le principe visuel et intellectuel de cette campagne de pub sur le mode d'un ailleurs qui serait en Normandie à l'occasion d'un détournement parfaitement pervers, cela pourrait aussi donner ceci:

"La Bretagne, ailleurs c'est ici!"

(Slogan du CRT normand détourné par un journaliste breton facétieux du Gorafi...)

img_3750-3558413

IJ2tEmUE3f9Ix71qh-Cs76iP0Zo

Mais ici nous pensons et assumons TOTALEMENT l'évidence normande sans être retenus pas l'obligation de comparer et de vérifier si l'herbe du pré voisin est plus verte que la nôtre...

32084248

La Normandie, ce n'est pas "ailleurs c'est ici!"

"La Normandie, c'est nulle par ailleurs!"

Et tant pis pour les imbéciles qui seraient incapables de lire ce slogan... en entier avec toute l'intelligence que donne le coeur.