Archive dans 26 mai 2020

Collecte des déchets

L'organisation de la collecte des déchets mise en place dans le cadre de la lutte contre le Covid 19 est prolongée jusqu'au 30 juin. La collecte des bacs gris continuera donc à se faire une semaine sur deux (semaine impaire).

Adolphe-Félix Cals

Adolphe-Félix Cals. 1810-1880 (© Guillaume Néel).


Extrait Patrimoine Normand N°113.
Caricature de Guillaume Néel.
Par Stéphane William Gondoin.

 

Festival Normandie Impressionniste oblige, c’est un peintre que nous avons décidé de mettre à l’honneur ici. Les esprits tatillons nous objecteront qu’il n’était pas normand d’origine, puisque né à Paris. Certes répondrons-nous, mais c’est quand même bien à Honfleur qu’il choisit de s’installer et qu’il passe les dernières années de sa vie. Élève des graveurs Jean-Louis Anselin et Nicolas Ponce, ami de Jongkind et de Corot, il est proche des peintres de l’École de Barbizon. Bon, la forêt de Fontainebleau est fort jolie, mais cela n’a quand même rien à voir avec les côtes de la Manche, non ?

Inconditionnel des rencontres de la ferme Saint-Siméon (voir notre article), il y côtoie les Boudin, Monet, Daubigny, Dubourg et autres Courbet. Son plaisir, à Adolphe-Félix Cals, consiste à planter son chevalet sur le port ou sur les bords de mer. Il aime saisir paysages et scènes de vie rurale et se distingue aussi par ses portraits particulièrement profonds, qui mettent en lumière le petit peuple des travailleurs, des gens humbles. Des personnages à son image, en quelque sorte…
 




Abonnement Patrimoine Normand
 

On ne peut laisser la Normandie sans aucun quotidien régional… normand!

Si le groupe de presse et le titre Paris-Normandie devait disparaître ou passer sous contrôle nordiste ou belge, la Normandie se retrouverait dans la situation d'être la seule région de la France métropolitaine à ne plus disposer sur son sol d'un titre de la presse quotidienne régionale indépendant: notre région se retrouve donc avec la liquidation judiciaire du quotidien rouennais dans la même situation peu enviable dans laquelle se sont trouvées les Antilles françaises et la Guyane, l'hiver dernier, avec la faillite du groupe France Antilles repris in extremis par un oligarque français bien connu...

https://www.maydaymag.fr/france-antilles-repris-par-njj-presse/

La Normandie dispose pourtant avec le groupe Leclerc- La Manche Libre-Tendance Ouest-Le Courrier Cauchois d'un groupe multimédias 100% normand et 100% indépendant qui aurait pu reprendre le quotidien Paris-Normandie (sans la dette mise en liquidation judiciaire) mais c'était sans compter avec l'épineux problème du doublon industriel des imprimeries (le groupe Leclerc disposant déjà de la sienne à Saint-Lô).

Donc si l'un des trois repreneurs qui se sont faits connaître dans les délais impartis était confirmé par le tribunal de commerce de Rouen, la Normandie orientale passerait sous pavillon belge sachant que la Normandie occidentale est déjà sous pavillon... breton ou ligérien avec le groupe Ouest-France.

nl1558-logo-paris-normandie-v2


 

On lira donc, ci-après, le dernier communiqué du réseau citoyen du cercle normand de l'opinion:

 

GUTENBERG, REVIENS  !   ILS  SONT DEVENUS FLOUS  !

 

                Depuis la transformation du Normandie  de Ch. Villain, après la guerre, en ce quotidien régional actuel, Paris-Normandie , fondé par P.R. Wolf, dont le directeur de publication est présentement R. Uzan, sans que l’on sache vraiment les liens qui rattachent le « roi de la palette », J.-L. Louvel, à ce journal, les vicissitudes les plus diverses ont marqué l’existence du quotidien rouennais qui peine, faut-il le rappeler aux jeunes générations ?, à prendre la succession du  Journal de Rouen  de l’avant-guerre… Il semble qu’aujourd’hui, plus qu’hier ou avant-hier, la situation financière de Paris-Normandie soit à ce point compromise qu’on s’interroge sur la survie du journal dans les prochains jours.

                Il est en liquidation judiciaire : on recherche pour l’instant des repreneurs. Il faudra quand même apurer les comptes (dettes sociales, 2 millions d’euros à l’URSSAF, que vont devenir les créanciers ? Le personnel technique ? Les journalistes ? Qui va payer?). Curieusement, on ne découvre d’enquêtes journalistiques d’investigation sur la tambouille qui entoure cette aventure calamiteuse.

                On peut s’interroger – et, là, cela dépasse le cas de Paris-Normandie -  sur les motivations de ceux qui, un jour, prennent le contrôle d’un organe de presse, entreprise qui, paraît-il, perd TOUJOURS de l’argent. Pourquoi ces chevaliers d’industrie, pourquoi les banques s’engagent-ils dans des opérations financières à perte ?

                Le Cercle Normand de l’Opinion ne prétendra pas répondre à ces questions : l’opinion publique, dans ce cas-là, est la dernière à pouvoir intervenir, sauf à accorder son soutien à la presse en continuant à l’acheter.

                Pourtant, nous nous placerons délibérément du côté du lectorat. Nous laisserons de côté les crises d’urticaire du Syndicat des Industries du Livre, du Papier et de la Communication (SILPAC  CGT), toujours prompt, par réflexe corporatiste, à mettre des freins dès lors qu’une évolution des techniques impliquent des changements. Pas plus que nous nous arrêterons aux sollicitations intéressées de soutien au principal syndicat de journalistes (SNJ), en rappelant opportunément qu’il faut défendre le pluralisme des opinions… qu’il méprise habituellement.            

                   Nous partirons d’une idée simple : une Région, ou si ce n’est pas possible, un territoire moins vaste, a besoin d’un quotidien régional. Les succédanés audiovisuels et informatiques, dont il faut tenir compte évidemment, ne remplacent pas la presse écrite. Elle participe à l’identité et à la construction d’une Région.

                         La Normandie est dominée, au quotidien, par le Groupe Ouest-France, dans sa partie occidentale, et, hebdomadairement, sur la quasi-totalité du territoire normand. Ce quasi monopole (nous ne portons pas de jugement) est battu en brèche par le Groupe Manche Libre (Manche Libre, Courrier Cauchois) et la Vallée de la Seine restait le fief de Paris-Normandie. Son inconcevable disparition augure-t-elle d’une bataille acharnée entre les deux protagonistes précités, voire d’un troisième larron, le Parisien Libéré ? Ou bien d’autres fées (sic!) vont-elles se pencher sur le berceau d’un quotidien Rouen Vallée de Seine pour des raisons plus ou moins avouées, financières ou politiques ? Nous sommes à quelques mois d’échéances électorales majeures et allons devoir faire face à une dépression économique inquiétante… Mais le nature a horreur du vide.

                Les autorités (i-e l’État) ne sont pas neutres, mais actrices. La préfecture 76, par exemple, en torpillant les annonces légales, a éliminé les Affiches de Normandie – pour conforter Paris-Normandie peut-être ? - ; les collectivités locales pourraient beaucoup si elles confiaient à la presse leur communication au lieu de distribuer des publications aussi coûteuses qu’auto-satisfaites… La Région veut aider l’entreprise de presse Paris-Normandie. Est-ce suffisant ?

                                                                                              C.N.O.                Rouen, le 25 mai 2020  

Emiéville (Calvados): le jacobinisme laïcard montre son vrai visage… Bête et méchant!

Surtout lorsque le laïcisme le plus obtus est défendu par... Monsieur le curé!

Histoire édifiante qui révèle que la maison du Bon Dieu n'appartient certainement pas à ceux que l'on croit. Mais à ceux qui croient et qui croient pouvoir dire que c'est aussi leur maison commune: avant 1789 ou 1905 c'était ainsi et c'était tellement plus simple!

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/calvados-le-maire-elu-dans-l-eglise-le-prefet-et-l-eveche-faches-6846079

MjAyMDA1YmU3MWUxOTc3ZDY4NjRkY2U0ODE5YTk2Y2YxNTY3MmY

Calvados. Le maire élu dans l’église, le préfet et l’Évêché fâchés

Le maire d’Émiéville, petite commune à l’est de Caen, a été élu ce lundi 25 mai 2020 dans l’église du village, afin de respecter la distanciation physique. Et ça n’a pas plu à l’Évêché.

« Je ne vais pas célébrer la messe, je ne suis pas père et maire ! » Stéphane Amilcar a le sourire farceur. Il est bientôt 19 h, ce lundi soir, et le nouveau conseil municipal d’Émiéville, petite commune de 600 habitants près de Caen, va bientôt l’élire maire pour la deuxième fois.

Les conseillers arrivent en avance. Ça fait deux mois et demi qu’ils attendent cette séance d’installation. « Un par banc pour garder les bonnes distances, encourage Stéphane Amilcar. C’est bon, vous pouvez rentrer dans l’église. »

Mairie trop petite, salle polyvalente réquisitionnée pour l’accueil des enfants, le maire a tranché : l’église du village sera parfaite pour célébrer la République au temps du Covid-19. Urne au bout de la nef, isoloir dans le transept, élus à la place des fidèles… Sacrée histoire !

« C’est chez nous ! »

Qui n’a pas fait rire tout le monde. « Dans l’après-midi (lundi), j’ai reçu un coup de fil du curé de Troarn qui n’était pas content qu’on fasse le conseil ici, puis de la préfecture du Calvados. L’Évêché s’est plaint et le préfet (1) m’a prévenu que l’élection risque d’être annulée. » Coup de théâtre.

Pas du genre à porter sa croix sans se battre, Stéphane Amilcar, appuyé par son conseil, n’a pas reculé : « Depuis 115 ans, ce sont nos impôts qui paient l’entretien de l’église. La mise en accessibilité ? C’est la commune qui s’en est chargée ! Ici, c’est chez nous. »

(1) L’Évêché et la préfecture du Calvados n’ont pas pu être joints par Ouest-France, ce lundi soir, à cause de l’heure tardive.