Archive dans 19 avril 2020

[Radio] plateau Acentrale du 18 avril 2020 sur la précarité

Émission autour de la pauvreté étudiante, de la Parole Errante Demain, des inégalités dans l'école à distance, du confinement en maison de retraite, des exilé·es à Calais, des révoltes dans les CRA. Plateau réalisé le 18 avril 2020 de 15h à 17h sur l'Acentrale, collectif de radios qui participent aux luttes sociales.

Lien de téléchargement sur l'Internet Archive : https://archive.org/details/2020.04.18.acentrale-18avril20-precarite

Pour avoir accès à l'émission non découpée, au sein des 5h d'antenne de l'Acentrale ce 18 avril 2020, c'est de 3h à 5h ici : page archives de l'Acentrale ou là : lien mp3 direct pour le 18 avril

  1. Incursion dans le plateau collectif de l'Acentrale pour parler de la série autour des radios de confinement sur Dijoncter.info et du réseau Mutu, né en 2013 pour fédérer des sites web indépendants.
  2. Entretien avec Maëlys, étudiante à l'université Paris 8 St Denis, à propos de la pauvreté étudiante et de la mise en place d'une distribution alimentaire.
  3. « Du pain et des masques », un auto-reportage de la Parole Errante Demain sur sa transformation en fabrique de masques et en cuisine populaire
  4. Un sifflet de Nina Garcia pour le Désordre + Entretien avec Fatou, lycéenne à Massy, sur les difficultés techniques et sociales de l'école à distance
  5. Témoignage d'une femme de 102 ans sur le confinement en maison de retraite
  6. Chant des internes du CHU de Rouen + Lettre de la communauté érythréenne de Calais + révoltes dans les Centres de rétention administrative
  7. Lecture téléphonique d'un extrait des Chroniques de San Francisco, d'Armistead Maupin, par un artiste associé au Théâtre de la Colline + « Les derniers » de Benoît Bories pour la revue sonore Le Grain des choses

Archives des précédentes émissions sur intempestive.net.

En Normandie, le déconfinement sera une solution 100% normande!

Charité ordonnée commence par soi-même!

Face à l'impéritie de l'Etat central, le conseil régional de Normandie présidé par Hervé Morin qui a reçu, rappelons-le, les plein pouvoirs votés par les élus régionaux siégeant lors de la dernière commission permanente dans le but de prendre toutes les mesures urgentes et utiles pour lutter contre la crise sanitaire, a décidé de prendre en charge totalement la logistique des masques qui vont être mis à la disposition des salariés normands dès ce lundi 20 avril 2020: la région va s'appuyer sur le réseau 100% normands des artisans et commerçants locaux, notamment les boulangeries. Il fallait y penser!

Par ailleurs, Hervé Morin fait fabriquer, à la demande du conseil régional, des masques en tissu lessivable et réutilisable par des entreprises normandes, notamment la tricoterie Saint-James dont la réputation n'est plus à faire.

Enfin, un plan régional normand de relance est à l'étude avec un fonds de solidarité normand doté de 25 millions d'euros à destination des plus petites structures professionnelles indépendantes, notamment celles qui ont été créées à partir du 1er janvier 2020 (75 restaurants en Normandie sont, par exemple, dans cette difficile situation) afin de combler les trous dans la raquette du dispositif d'aide national.

Sous le lien suivant proposé par nos confrères de TVNC on pourra regarder deux captations vidéos qui présentent tous les détails de cette grande opération de... souveraineté normande au service de tous les salariés Normands!

https://www.tvnc.tv/La-Region-Normandie-met-des-masques-a-disposition-des-Professionnels-normands_a1367.html

La Région Normandie met des masques à disposition des Professionnels normands

Samedi 18 avril 2020

Conférence de presse du vendredi 17 avril 2020 à Coutances.
Présentation du dispositif de commande en ligne.

Présentation par Hervé Morin de la politique menée par la Région Normandie

morinmasques

 Face aux atermoiements, revirements et divagations de l’État, la Région Normandie, à travers son Agence de développement (ADN), a engagé une action de solidarité pour l’ensemble des acteurs économiques, en commandant 3 millions de masques à usage professionnel non sanitaire ainsi que 200 000 masques textiles afin de couvrir les besoins des entreprises du territoire.

L’estimation des besoins ainsi que la distribution de ces masques constituent un défi logistique majeur étant donné le volume d’entreprises (essentiellement des TPE-PME), reparties sur l’ensemble du territoire. 

Face à cette complexité, la Région a décidé de s’appuyer sur un réseau de distribution constitué des associations de filières ainsi que les organisations professionnelles et consulaires. Chaque organisme a été consulté pour faire remonter les besoins de ses adhérents ou membres. Les livraisons seront effectuées la Région en des points disséminés à travers le territoire pour chacune des organisations participant à l’opération. Chaque association de filières, chambre consulaire ou organisation professionnelle aura ensuite à charge de distribuer les masques aux entreprises.
 
Mais pour permettre aux entreprises les plus isolées ou non-affiliées à des associations de filières ou des organisations professionnelles et consulaires, un service de commande en ligne.

Et plutôt que de créer une structure hac oc, coûteuse, longue à mettre en place, il a été décidé de s’appuyer sur un site déjà existant et fonctionnel : la Maison du Boulanger

Lors d’une rencontre à Coutances, le vendredi 17 avril 2020, Hervé Morin a présenté avec Jean-Manuel Cousin (Conseiller régional de Normandie / Maire adjoint de Coutances) cette action mise en place avec le Groupement des Boulangers de la Manche présidé par Fabrice Suzanne et Jean-Louis Meslin, président de la Chambre des Métiers de la Manche : fort de son réseau d’adhérents et sa plate-forme de vente en ligne, les Professionnels de Normandie, tous secteurs d’activités confondus, pourront commander les masques fournis par la Région, et soit se les faire livrer en colissimo (si la Poste fait son boulot…) soit les retirer directement dans les boulangeries participantes.
Et ce, dès ce lundi 20 avril.

Cette action de solidarité se fait au prix coûtant d’achat des masques par la Région.
Il faudra que les Normands se souviennent que c’est le monde des artisans, TPE, PME qui a permis de tenir en ces jours difficiles et non les grandes surfaces qui ont augmenté sans vergogne leurs prix…

Voir par ailleurs:

Pour les artisans normands, la libération c’est lundi grâce aux 3 millions de masques de la Région

Si le coronavirus continue de tuer plusieurs centaines de Français tous les jours, il va aussi tuer dans le secteur de l'économie. Mais la solidarité Normande joue à plein régime.

Il en avait presque les larmes aux yeux cet artisan poseur de fenêtre, vendredi 17 avril 2020 dans les locaux de la Fédération du Bâtiment du Calvados à Caen. Dans un petit sac gris, il a glissé les quarante masques chirurgicaux qui lui étaient destinés. Un trésor qui va permettre à son entreprise de reprendre espoir ! 

Le Covid-19 fera aussi des morts dans l’économie

Un trésor pour un espoir rendu possible par l’action concertée de l’Agence de Développement de Normandie (ADN). La structure de soutien à l’économie régionale qui dépend de la Région Normandie a pris les choses en main pour livrer aux artisans normands les masques chirurgicaux dont tout le monde a besoin pour espérer retrouver une vie un peu plus normale.

Car si le Covid 19 tue encore des centaines de français par jour dans les hôpitaux, il va aussi faire des morts dans les milieux économiques. Et parmi les entreprises les plus menacées, celles du secteur du bâtiment sont particulièrement vulnérables. Sans masque, impossible de respecter les mesures gouvernementales de distanciation sociale. Impossible d’envoyer des équipes sur les chantiers sans faire courir des risques sanitaires au personnel.

Lire aussi : Sortie du confinement. « Dangereuses », « insensées » : Hervé Morin réagit aux déclarations du MEDEF

80% des chantiers sont aujourd’hui à l’arrêt selon la Fédération

Alors on a cherché des masques partout explique Marc Rollet, le Président de la Fédération qui mis en place une cellule de crise au lendemain des décisions de confinement. Lorsque tout s’est brutalement arrêté. Evidemment on s’est tournés vers la Chine qui en produit des millions tous les jours. A chaque fois il fallait payer cash avant la livraison… Ca sentait l’arnaque tout ça…

Le salut est venu de la Région Normandie, via l’ADN, « qui nous a envoyé un message pour nous demander de recenser les besoins des artisans adhérant de la fédération. Il a fallu réagir en quelques heures… »

Après ses livraisons aux personnels soignants, ses stocks pour les collectivités locales, la Région Normandie s’est tournée vers les entreprises pour les aider à redémarrer. Cette fois, ce sont 3 millions de masques qui ont été commandés dont une première livraison de 500 000 est arrivée en milieu de semaine dernière.

Une chaîne de solidarité made in Normandie

« Les 2,5 millions restants arrivent le 26 avril » note Hervé Morin, président de région qui a voulu suivre la première livraison en fin de semaine dernière.

A la Fédération du Bâtiment, ce sont 175 000 masques qui seront livrés au total après la première réalisée vendredi 17 avril. Dans la foulée, le président de Région est allé à Coutances (Manche) pour livrer 80 000 masques à la Maison du Boulanger.

Le marché des masques en Chine, c’est le Far-west

Dans l’opération montée par l’ADN, la Région sert en fait d’intermédiaire car elle dispose désormais des bons contacts en Chine pour acheter du matériel de qualité sans risquer l’arnaque. La Région paye à la commande et revend à prix coûtant aux entreprises via les fédérations ou associations professionnelles. Les cinq départements normands sont évidemment concernés par l’opération. 

Lire aussi : Coronavirus. Afflelou, le roi de la lunette a réussi l’opération « SOS Masques » pour les soignants

Pour Marc Rollet, Président de la fédération qui réunit près de 500 entreprises dans le département, l’enjeu est maintenant de « repartir au plus vite. Lundi 20 avril au matin ça sera un peu comme une libération pour des dizaines d’entreprises qui espèrent traverser la crise du coronavirus sans y laisser la peau. Cette solidarité régionale, c’est assez génial ».

Au total, la Région Normandie aura acheté 8 millions de masques au profit des acteurs de la santé et de ceux qui font la vie locale.

REVUE de presse normande au 19 avril 2020 après un mois de confinement…

L'Etoile de Normandie vous propose une nouvelle revue de presse couvrant à peu près l'ensemble de notre Normandie en souffrance après un mois de confinement contre l'épidémie de Coronavirus...

  • Dans la dernière édition de l'hebdomadaire caennais "Liberté" (16 avril 2020) on trouvera ces propos d'Hervé Morin, président de la Normandie: il serait temps que certains redescendent un peu sur le plancher des vaches!

morinmédef

  • Toujours dans la même édition, l'alarme des professionnels du tourisme normand: dans le Calvados, les hôteliers craignent, pour certains, de ne pas pouvoir passer l'année 2020...

hôtelscalvados

Appel des professionnels normands du tourisme aux touristes... normands:

Par pitié! cet été, ne partez en vacances en Bretagne ou dans le "Sud"!

https://actu.fr/societe/coronavirus/coronavirus-industriels-tourisme-lancent-appel-normands_33098811.html

adobestock-79115480-768x510

Coronavirus. Les industriels du tourisme lancent un appel aux Normands

Le coronavirus fragilise de nombreuses entreprises dont celles de l'industrie touristique. L'association Normandie Sites (136 sites dans la région) lance un appel aux Normands.

Derrière ce mot « industrie », on compte en vérité des milliers d’opérateurs, principalement des petites entreprises, des artisans, des centaines de communes qui en vivent et des millions d’emplois salariés. Cela représente plus de 7% du Produit Intérieur Brut français. 

Ce sont des musées, des parcs d’attractions, des parcs d’aventure, des zoos, etc qui pour la plupart ont une activité saisonnière qui débute au printemps et se poursuit pendant les vacances d’été. 

Lire aussi : Coronavirus. L’édition 2020 d’Eclat(s) de rue annulée cet été à Caen

Ces entreprises, petites ou grandes, engrangent leurs résultats pour passer l’hiver mais quand la saison ne peut redémarrer ou risque de redémarrer avec beaucoup de retard, le ciel se noircit très vite. 

Nous étions les premiers à avoir compris début mars, constatant chaque jour des annulations massives, que la crise serait longue et dramatique. La saison estivale est déjà compromise.

D’où ce cri du coeur et cet « appel aux Normands* » que lancent aujourd’hui ces acteurs du tourisme réunis au sein de l’association Normandie Sites qui rassemble 136 sites touristiques normands. 

« Nous faisons ce métier avec passion quels que soient nos thèmes et quels que soient nos secteurs . Pour nos territoires. Pour nos millions de clients qui nous font confiance. Pour les distraire. Pour les instruire. Pour bien les nourrir. Pour les accueillir et les loger. Pour leur faire aimer notre région. Pour occuper leurs enfants. Pour vivre des instants en famille. Pour tout simplement nous confier des moments importants et attendus de leurs vies » témoignent ces industriels du tourisme qui s’interrogent : 

Nous ne savons pas exactement quand et comment nous allons pouvoir travailler. Nous savons que l’été sera très difficile. Nous savons que l’hiver sera long.Mais nous savons aussi que sans vous nous ne repartirons pas.

Une situation qui pourrait bien s’avérer dramatique pour certains si la réouverture des sites touristiques devait tarder et qui affaiblira de toute façon tous les acteurs du tourisme. Plus que jamais, ils comptent sur les Normands pour venir leur rendre visite dès que le déconfinement le permettra.

*Cet appel aux Normands est lancé par les membres du bureau de Normandie Sites (Cité de la Mer /Cherbourg,Festyland / Caen,Zoo de Jurques,Paléospace/ Villers sur mer,Zoo de Champrépus,Mémorial de Caen,Mémorial de Falaise,Arromanches 360,Manufacture Bohin/ L’aigle,Fonderie Cornille Havard/ Villedieu ,Vedettes Jolie France / Granville,Muséoseine / Lillebonne,Calvados Expérience /Pont L’évêque,La Michaudière/ Domfront,Manche Iles Express/ Granville,Viaduc de la Souleuvre/ Souleuvre en Bocage et les 122 membres de l’association Normandie Sites.


 

  • Les cavistes normands s'inquiètent: les Anglais ne seront pas là!

https://actu.fr/normandie/ouistreham_14488/confinement-labsence-la-clientele-anglaise-inquiete-cavistes-ouistreham_33082056.html

  •  Toujours dans Liberté (16/04/20), on craint la boucherie chevaline dans le réseau normand des centres équestres. La Normandie est une terre équestre d'excellence: le conseil régional va devoir là encore intervenir directement pour éviter un effondrement de cette filière essentielle!

centreéquestre

  • La solidarité entre artisans et entrepreneurs normands s'organise avec des initiatives innovantes (Liberté, 16/04/20):

 

cartecollaborative

  • Dans la dernière édition de la Lettre Eco Normandie (17/04/20) on apprendra avec intérêt que la relocalisation industrielle souhaitée par tous pour l'après crise est déjà à l'oeuvre pour le lin normand: après la coopération entre la Normandie et l'Alsace en voici une autre entre la Normandie et le Quercy (le Lot c'est dans le Quercy pour ceux qui l'auraient oublié).

relocalisationlin

  • Mais en attendant l'après, la crise en cours destabilise aussi le processus industriel de la fillière linicole normande (teillage):

https://www.ouest-france.fr/economie/agriculture/coronavirus-coup-de-frein-pour-le-teillage-du-lin-6811621

 

  • Dans une édition récente de Ouest-France (Caen) la langue normande reste un patois... Quant au patois breton!

patoisnormand

  • Langue normande, suite! un quizz pour la redécouvrir dans son quotidien. Le français régional de Normandie provient de la langue normande, faut-il le rappeler...

https://actu.fr/loisirs-culture/quiz-une-clenche-bezot-connaissez-vous-mots-normand-sur-bout-doigts_33082358.html

  • Des étudiants demeurent isolés à l'occasion du confinement: l'université de Caen leur vient en aide...

https://www.ouest-france.fr/normandie/caen-14000/normandie-l-universite-de-caen-aide-ses-etudiants-en-detresse-6811128

  • Les étudiants infirmiers normands s'insurgent contre le manque de moyens pour lutter contre l'épidémie!

https://actu.fr/societe/coronavirus/les-etudiants-infirmiers-normandie-reclament-mesures-face-la-crise_33090069.html

  • La métropole de Rouen va distribuer des masques aux habitants:

https://www.ouest-france.fr/normandie/rouen-76000/500-000-masques-pour-les-habitants-de-la-metropole-de-rouen-6811107

  • Grâce au soutien de la région, les pêcheurs normands sont équipés pour lutter contre le coronavirus:

https://actu.fr/normandie/dieppe_76217/20-000-masques-six-tonnes-solution-hydroalcoolique-pecheurs_33089503.html

  • Une grande industrie normande va redemarrer...

https://www.ouest-france.fr/normandie/evreux-27000/normandie-le-geant-du-verre-riou-glass-rouvre-ses-sites-de-production-6811036

  • Face à la crise sanitaire, les industriels normands se montrent créatifs!

https://actu.fr/normandie/grandes-ventes_76321/seine-maritime-guillaume-installe-parois-sanitaires-contre-covid-19-dans-vehicules_33096744.html

  • Coeur de Neufchâtel, Pont-L'Evêque, Camembert, Livarot... Les ventes de nos quatre fromages normands AOC s'effondrent!

https://actu.fr/normandie/neufchatel-en-bray_76462/covid-19-senatrice-ecrit-ministre-lagriculture-sauver-4-fromages-aop-normands_33065084.html

  • Le désarroi des artisans et commerçants dans le Pays d'Ouche:

https://actu.fr/normandie/aigle_61214/confinement-avenir-noir-les-artisans-les-petits-commercants_32981541.html

  • Il faut ouvrir, de nouveau, les marchés forains!

https://actu.fr/societe/coronavirus/coronavirus-marches-calvados-confederation-paysanne-sengage-leur-reouverture_33072295.html

  • La communauté urbaine de Caen au chevet des commerçants et des artisans:

https://actu.fr/normandie/caen_14118/coronavirus-commercants-artisans-difficulte-caen-mer-lance-nouveaux-dispositifs_33105524.html

  • Etre confiné pour payer son crédit...

https://www.20minutes.fr/societe/2761231-20200416-coronavirus-galere-payer-credit-renonce-toutes-depenses-superflues-chomage-partiel-ressent-deja-finances

  • Ne pas sortir et rester chez soi avec de l'eau non potable, des maux de ventres et les... rats! (Qu'en pense Madame Slimani?)

https://actu.fr/normandie/saint-just_27554/eure-entre-maux-ventre-invasion-rats-habitants-chapelle-longueville-nen-peuvent-plus_33042959.html

  • Un respirateur normand pour nous sortir d'affaire?

https://actu.fr/normandie/dieppe_76217/deux-entreprises-dieppe-une-rouen-sunissent-concevoir-respirateur_33072022.html

  • Le CHU de Caen élabore un test de dépistage du covid-19 ultra-rapide!

https://www.ouest-france.fr/sante/virus/coronavirus/coronavirus-un-kit-mobile-de-depistage-rapide-du-covid-19-elabore-avec-le-chu-de-caen-6811697

  • Les dernières statistiques de l'épidémie de covid-19 en Normandie au 17 avril 2020:

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/infographie-3160-cas-confirmes-de-covid-19-en-normandie-dont-101-nouveaux-et-262-deces-GI16693544?utm_source=newsletter_mediego&mediego_euid=7b65029da2&mediego_ruuid=c17d10aa-ced0-495b-9b06-6422fe759f25_4&mediego_campaign=20200418_news_actu&utm_content=20200418&utm_campaign=newsactu&utm_medium=email

(source: ARS Normandie)

covid170420a

covid170420b

 

  • Solidarité normande à Cherbourg:

https://actu.fr/normandie/_50129/cherbourg-aider-ancien-commercant-propose-local-gratuitement-plein-centre-ville_33090901.html

  • La victoire du 8 mai 1945 contre le nazisme ne sera pas célébrée cette année: le député LR de la Manche, Philippe Gosselin est scandalisé! Nous aussi...

https://www.ouest-france.fr/normandie/manche/manche-le-depute-gosselin-scandalise-par-l-annulation-des-ceremonies-commemoratives-du-8-mai-6811814

  • Dans l'Orne, la CGT s'inquiète de la situation des personnes âgées, notamment dans les maisons de retraite...

https://www.ouest-france.fr/normandie/orne/orne-l-union-des-retraites-cgt-alerte-sur-la-situation-des-seniors-6811743

  • Catherine Morin- Desailly, sénatrice centriste de la Seine-Maritime et présidente de la commission des affaires culturelles du Sénat s'inquiète vivement de la gestion calamiteuse du gouvernement des conséquences de la crise sur le secteur culturel très présent dans l'économie de nos territoires:

http://www.les-centristes.fr/la-grande-interview-de-catherine-morin-desailly

Inquiétude des acteurs du monde culturel 

>> Le monde de la Culture est inquiet. Beaucoup d’associations ou de structures culturelles subventionnées ont peur de ne plus pouvoir bénéficier du chômage partiel. Vous avez interrogé le Ministre Franck Riester à ce sujet, vous a-t-il rassuré ?

Catherine Morin-Desailly : Les réponses évasives du ministre de la culture lors de son audition par notre commission de la culture, de l’éducation et de la communication du Sénat le 16 avril dernier ont inquiété une grande partie des acteurs du secteur culturel. Je regrette par exemple que seules les associations culturelles soient autorisées à cumuler le dispositif d’activité partielle avec les subventions. Qu’en est-il pour les établissements publics de coopération culturelle (EPCC) qui sont aujourd’hui la forme la plus répandue parmi les organismes culturels ?

>> Comment imaginez-vous la reprise des grandes manifestations culturelles type festivals ou même plus simplement des théâtres et salles de cinéma ?

Catherine Morin-Desailly : La question des festivals a été longuement abordée lors de notre entretien avec le ministre de la culture. C’est une préoccupation vive au Sénat car les festivals participent du rayonnement et de l’attractivité de nos territoires.
Le Président de la République a annoncé que les grandes manifestations culturelles ne pourraient pas se tenir au moins jusqu’au 15 juillet 2020. Les acteurs des festivals s’inquiètent de la discordance entre ces annonces et celles du ministre de la culture. Ces décisions dépendront-elles par conséquent des préfets ? Le flou laissé à cet endroit suscite aujourd’hui des questions et des inquiétudes.

Il faut comprendre qu’il y a actuellement une forme de désarroi des acteurs du monde de la culture, touché de plein fouet et dont l’emploi sous toutes ses formes est menacé, auquel il faut répondre. Le manque de visibilité et d’anticipation de la part du ministère ne leur permet pas à ce stade de se projeter dans l’après-crise.

Or, les organisateurs ont besoin de prendre leurs dispositions dès maintenant pour penser la rentrée prochaine, organiser la saison 2020/2021, élaborer et, si besoin est en fonction des contraintes sanitaires, adapter leur programmation.

Enfin, on se doute bien que les salles de spectacle en espace confiné et les cinémas seront les derniers lieux à rouvrir compte tenu de l’imprévisibilité du contexte sanitaire et d’une forme de réapprentissage qu’il faudra imaginer.

C’est pourquoi il faut à la fois un plan d’urgence pour sauvegarder les emplois et soutenir les structures les plus fragiles et penser d’emblée un véritable plan de relance pour accompagner la reprise de l’activité, faute de quoi les dégâts pourraient être considérables.

Car ne l’oublions pas, sans aide suffisamment forte, les répercussions dans de nombreux autres domaines de la vie économique et sociale seront immenses, tant la culture est un vecteur de développement économique, de cohésion sociale et d’attractivité des territoires.

#Avenir des librairies indépendantes

>> Les petites librairies indépendantes sont aujourd’hui très fragilisées. Comment expliquez-vous que l’on autorise la vente de livres via des plateformes en ligne (même si Amazon a, sur décision de justice, fermé ses ventes) et que l’on ne permette pas aux petites librairies de quartier d’ouvrir ?

Catherine Morin-Desailly : Cette situation est emblématique de la position prédatrice des plateformes numériques et de la concurrence déloyale exercée par les géants du Web dans bien d’autres domaines. Lors de son audition, le ministre de la culture nous a affirmé que les librairies pourraient faire partie des premiers commerces déconfinés à partir du 11 mai. Je le sais pour le vivre dans ma région, que les libraires souffrent particulièrement durant cette période et ont à cet égard interpellé le ministre de l’économie et des finances. Cela souligne d’une part leur fragilité et d’autre part l’absence pour l’heure d’organisation d’une vente en ligne locale préservant un marché de proximité.

La crise du Covid-19 doit être l’occasion pour les tutelles du ministère de la culture et des collectivités territoriales de soutenir les acteurs de la filière pour faire face à l’urgence mais aussi réfléchir et accompagner des solutions innovantes.

Je suis extrêmement attentive aux niveaux national et régional à l’accompagnement de l’ensemble des acteurs de la filière, des éditeurs aux libraires en passant par les imprimeurs et auteurs.

Nous avons d’ailleurs réclamé au ministre un véritable statut de l’artiste-auteur indépendant.

Déconfinement à la mode girondine: que l’Etat jacobin nous laisse faire!

Après plus de quarante années d'un "laissez faire" libéral mondialisé passant devant l'oeil morne d'un état central chef de gare, la crise en cours par sa violence et son étendue interpelle tous les responsables et décideurs: de notre point de vue régionaliste normand, le moment est donc venu de passer du "laissez faire" libéral gestionnaire et austéritaire à un "laissez- nous faire" montant de tous nos territoires.

AKG251559

“Le dernier voyage des Girondins”. (Brissot de Warville, Vergniaud, Valazé entre autres se rendant à l’échafaud. Tableau, 1880, de Karl Theodor von Piloty (1826–1886). Huile / bois, 28 × 44 cm.

Une position "girondine" qui est celle depuis longtemps d'Hervé Morin, président de la Normandie et réaffirmée ci-après (entretien donné au magazine "Valeurs actuelles" le 14 avril 2020):

http://www.les-centristes.fr/jaimerais-que-l%C3%A9tat-nous-laisse-plus-de-marges-de-manoeuvre

14.04.2020

J'aimerais que l'État nous laisse plus de marges de manoeuvre.

 

Hervé Morin a accordé un entretien à Valeurs Actuelles dans lequel il présente les dispositifs qu'il a lancés dans sa Région. Il revient également sur la gestion de cette crise sanitaire par le gouvernement.

 

En pleine crise du coronavirus, les collectivités territoriales se démènent pour faire face aux enjeux économiques, sanitaires et sociaux qui secouent l’hexagone. Hervé Morin, président de la région Normandie et anciennement ministre de la défense sous Nicolas Sarkozy, livre son plan d’action face au Covid-19…

 

Valeurs actuelles. En 2018, l’économie touristique représentait 6,4% du PIB normand, 37 700 emplois et 2,2% des richesses dégagées dans la région. Craignez-vous que la crise ait de graves répercussions sur ce secteur central de votre collectivité ?

Tout dépend du déconfinement et de ses conditions. Il est aujourd’hui crucial que le Premier ministre nous communique des scénarii possibles de sortie de crise, même si nous savons qu’il y a encore beaucoup d’inconnus. Pour le secteur du tourisme, des questions qui paraissent baroques sont en fait d’une grande importance. Par exemple : pourra-t-on se rendre sur les plages en juillet ?

 

Le problème dans le secteur des services, c’est que ce qui est perdu l’est définitivement. Dans l’industrie, il est toujours possible d’utiliser les stocks ou augmenter le temps de travail pour rattraper des retards. Si on ne loue pas une chambre d’hôtel en avril, on ne la louera pas deux fois en août ! Je ne vous parle même pas du secteur de la restauration, déjà en grave difficulté, surtout pour ceux qui ont acheté leurs commerces ces deux dernières années.

 

Comment comptez-vous pallier le problème de la baisse des flux touristiques ?

Au sortir de la crise, nous allons lancer une grande campagne d’attractivité pour inciter les français qui ne partiront pas à l’étranger à venir en Normandie. Pour cela, la Région fera appel à une agence de communication aux stratégies inventives et disruptives.

 

Le tourisme mis à part, de nombreux autres secteurs d’activités risquent d’être durablement touchés par le confinement. Quelles mesures avez-vous mises en place pour soutenir les PME durant cette crise sans précédent  ?

En premier lieu, nous avons “raclé tous les fonds de tiroirs”. Ensuite, nous avons produit un long travail d’analyse des non-dépenses de la Région. Grâce à ces deux opérations, le conseil régional a pu ajouter 70 millions d’euros aux 100 millions annuellement alloués à l’accompagnement aux entreprises. Pour favoriser la relance, nous comptons également sur notre savoir-faire d’aide en matière d’accompagnement  des entreprises en difficultés. Grâce à notre dispositif A.R.M.E - Anticipation Redressement Mutations Economiques - nous en avons sauvé plus de 500 avec plus 80% de survie à trois ans. Mais notre action ne s’arrête pas là. Nous allons également mettre en place un fond régional de soutien avec les intercommunalités de 25 millions d’euros pour soutenir les entreprises « oubliées » par le fonds de solidarité nationale, notamment les commerçants, certaines TPE et des indépendants.

 

Je m’inquiète aussi pour les entreprises qui étaient déjà en difficulté avant le confinement. Aujourd’hui, face à leurs appels à l’aide, les banques ne se montrent pas toujours très engageantes… Pour favoriser la reprise,  la Région est aussi en train d’acheter des masques et du gel en quantité massive.

 

Pensez-vous que les collectivités locales bénéficient d’assez de compétences pour gérer la crise ?

J’aimerais que l’État nous “lâche la grappe”. Nous ne disposons pas d’une marge de manœuvre suffisante. Ainsi, les fonds de solidarité régionaux et intercommunaux chargés de combler « les trous dans la raquette »  du fond de solidarité nationale doivent pouvoir être financés par l’emprunt compte tenu de la gravité de la crise. L’année 2021 risque d’être particulièrement difficile…

 D’après certaines remontées des renseignements, la colère gronde parmi les français. A votre échelle, des citoyens normands vous ont-ils fait part de leur sentiment quant à la gestion de la crise ?

Les Français réclament l’unité nationale. Cependant, beaucoup d’entre eux se posent des questions… Comment se fait-il que nous n’ayons pas su anticiper la crise ? Pourquoi l’Allemagne s’en sort-elle mieux que nous ? Quid des masques et des tests ? Pourquoi n’avons-nous pas davantage protégé les Ehpads alors qu’il est évident que nous allons vers la catastrophe ? Faute de tests généralisés et de masques, nous n’avons pas su protéger nos anciens.  Tant qu’on ne teste pas et que l’on n’isole pas, la France restera une cocotte-minute. Je me demande encore pourquoi les laboratoires vétérinaires, hautement équipés et prêts à soutenir l’effort médical, ont mis tant de temps à être réquisitionnés par l’État pour produire des dizaines de milliers de tests par jour.

Permettez-moi cette comparaison avec 2008, lors de la crise H1N1. Lors des réunions quasi quotidienne autour du chef de l’État, pour anticiper l’arrivée du virus, j’entends encore Nicolas Sarkozy dire à Roselyne Bachelot, ministre de la Santé, de laisser parler ceux qui trouvent que le Gouvernement en faisait trop alors que «  lorsqu’il s’agit de risques pandémiques aussi grave, on n’en fait jamais assez trop. »

 

Source : Valeurs Actuelles

 

En marche forcée vers la reprise du travail et de l’économie. « Il y a un moment, faut y aller ! ».

C’était l’annonce surprise lors de la dernière allocution du président qui prend le contre-pied de beaucoup de pays occidentaux : Les crèches, les écoles, les collèges et les lycées sont censés réouvrir le 11 mai. Il n’a échappé à personne, et surtout pas aux enseignants, que le but de la manœuvre était évidemment de libérer …

Trafic maritime et portuaire : (A)nvers et contre presque tout… Haropa

     Le périodique spécialisé Mer et Marine a publié le 17 avril dernier deux articles évoquant, l’un, le trafic portuaire du port belge d’Anvers : https://www.meretmarine.com/fr/content/anvers-un-trafic-en-hausse-de-4-grace-aux-conteneurs, l’autre celui des trois ports français (Le Havre, Rouen et Paris) constituant le GIE Haropa : https://www.meretmarine.com/fr/content/haropa-forte-baisse-du-trafic-portuaire-au-premier-trimestre

Port d'Anvers

Port du Havre

     On ne sera pas étonné d’y lire que les opérations « ports morts » en relation avec le conflit portant sur la réforme des régimes de retraite n’ont pas défavorisé de la même façon tous les ports de l’axe Seine, et favorisé le port d’Anvers…

… « Le trafic du port d’Anvers a progressé de 4 % à 59,1 Mt sur le premier trimestre de l’année. » …

… « Globalement, les trois ports d’HAROPA (Le Havre, Rouen, Paris) enregistrent une baisse de plus de 12 % en tonnage. » …

… « Sur les trois premiers mois de l’année, le port belge a vu son trafic conteneurisé progresser de 9,5 % à 3,04 MEVP. » … « en tonnage, les conteneurs augmentent de 9,4 % à 35,9 Mt. » …

(HAROPA) … « Conteneurs : une baisse de 23 % » … « Quant aux conteneurs, baromètre de la consommation, ils dégringolent de plus de 20% en unités et en tonnage. » … « L’analyse ne laisse aucun doute sur les raisons de cette dégringolade. Avec les mouvements sociaux du début de l’année, un nombre important de flux conteneurisés se sont reportés à Anvers. Une façon pour les chargeurs français d’éviter les grèves et les journées « Ports Morts ». Anvers affiche sur les trois premiers mois de l’année une augmentation de 9,4 % de son trafic conteneurisé en EVP et de 9,5 % en tonnage. Pour un Havrais cela doit sembler indécent. Cette diminution a surtout été marquée sur les terminaux havrais, ceux de Rouen ayant réussi à franchir le cap de ce premier trimestre avec une progression. Petite lumière dans ce tableau bien sombre, le trafic céréalier a progressé et permis à Rouen de conserver sa place de second port céréalier européen. » …

     Dans les trois ports constituant le GIE Haropa, quel a été le principal perdant ?