Archive dans 17 avril 2020

DIAGNOSTIC: Les langues régionales de France sont en grave danger… (journée d’étude du Sénat, Paris le 8 avril 2019)

Ce n'est pas à cause d'un virus chinois mais plutôt d'un cancer qui ronge la francophonie de France depuis des lustres.

Son nom? Le jacobinisme qui permet, aujourd'hui, à certaines "co-morbidités" linguistiques de prospérer au détriment de ce que le centralisme français cherche à préserver: l'unité et le respect de la langue française en France.

On en est hélas loin!

A l'extérieur de l'Hexagone, la Francophonie institutionnelle qu'elle soit gouvernementale ou associative ressemble de plus en plus à une jachère alors qu'il s'agit de notre principal outil d'assurer un "pouvoir doux" à la française dans le monde entier. A l'intérieur, la langue française subit les assauts de plus en plus forts du "globish-19" un virus particulièrement infectieux inoculé par le "soft power"  mondial dominant à nos soi-disant élites médiatiques et politiques concentrées à Paris: dans ce domaine, il n'est, hélas, pas encore question de confinement!

Conséquence, la langue française ainsi attaquée à sa tête manque d'anticorps pour résister. Sauf que ces anticorps syntaxiques et lexicaux pour résister à l'agression permanente du globish-19 qui aggrave l'évolution de la tumeur jacobine qui affecte la langue de la République, se trouvent dans la diversité linguistique régionale francophone qu'elle soit encore présente dans nos provinces ou dans tous nos outremers.

Malheureusement, cette diversité linguistique francophone régionale (qui n'est d'ailleurs pas que francophone) est menacée puisque la tumeur jacobine, telle une langueur séculaire et mélancolique, s'acharne, peu à peu à la faire disparaître dans le vain objectif de faire de la langue française une langue aussi désincarnée et déracinée qu'un espéranto de communication: c'est faire fi de toute la littérature, de toutes les littératures car la littérature des langues régionales, orale et écrite, existe même si personne ne l'entend ni ne la lit à Paris, cette capitale mondiale des sourds et des muets en ce qui concerne l'avenir de la langue française!


 

A l'initiative de l'association des régions de France, il y a un an , une journée d'étude s'est déroulée le 8 avril 2020 au palais du Luxembourg (Sénat) sur la situation actuelle des langues régionales en France. On peut résumer le constat d'un mot simple: la situation est... catastrophique!

Les actes de cette journée d'étude sont enfin publiés et disponibles...

http://regions-france.org/actualites/actualites-nationales/journee-etudes-langues-regionales-peril/

Capture-d%u2019écran-2020-04-14-à-16

 

Journée d’études: les langues régionales en péril

Nous publions ici les actes de la journée d’études organisée le 8 avril 2019 au Palais du Luxembourg sur la situation et les perspectives des langues régionales.

Les actes de la journée d’études du 8 avril 2019 sur les langues régionales

Cette journée était organisée dans le cadre de l’année internationale des langues autochtones 2019 par le Réseau européen pour l’égalité des langues (ELEN), le Congrès permanent de la langue occitane et la Coordination culturelle associative de Bretagne (Kevre Breizh).

“Bien sûr, nous avons d’autres préoccupations en cette période de lutte contre la pandémie mondiale à laquelle nous devons faire face en respectant les mesures nécessaires avec une grande solidarité, en particulier avec les revendications combien légitimes de toutes celles et tous ceux qui sont en première ligne au risque de leur santé ou de leur vie”, nous écrit Tangi Louarn, Président de la Coordination culturelle associative de Bretagne.

 “Espérant sortir dès que possible de cette situation, notre ambition sera aussi de poursuivre nos objectifs de construction d’une société de liberté, d’égalité et de fraternité, respectueuse d’une véritable égalité et en particulier de la diversité des territoires de la France, de ses langues et de ses cultures. Cette diversité est un fondement absolument nécessaire pour l’humanité comme doit l’être aussi la biodiversité.

“Or, vous le savez la diversité linguistique régionale de la France, malgré l’engagement de beaucoup de citoyennes et citoyens, est en péril. L’introduction des langues régionales dans la Constitution ne s’est traduite par aucune loi de protection de ce patrimoine de la France, patrimoine européen et mondial aussi.

“Vous le savez encore, l’usage de sa propre langue est aussi un droit qui fait partie des droits humains fondamentaux. La France a été mise en cause à différentes reprises, notamment par les Nations Unies, pour sa politique linguicide.

“Le ministre de l’Éducation nationale, par la réforme du lycée et du bac, malgré ses dénégations, a réduit considérablement l’accès et l’attractivité des langues régionales, remettant en cause les avancées législatives obtenues récemment en 2013, au lieu de les améliorer. Il méprise ainsi le travail des enseignants, des associations et des citoyennes et citoyens qui œuvrent pour leur développement, voire leur survie.

“Ces actes sont une contribution à la réflexion et à l’action pour nos langues et au-delà pour la démocratie et le type de société que nous voulons. Nous souhaitons que vous puissiez en prendre connaissance dès maintenant, dans l’attente, aussitôt que possible, de nous mobiliser avec vous pour ces enjeux fondamentaux concernant le sens de notre vivre ensemble sur lequel nous sommes actuellement brutalement interpellés.”

Voir aussi:

http://regions-france.org/wp-content/uploads/2020/04/Lettre-annonce-actes-Se%CC%81nat_200402.pdf

Une réponse aux accusations et aux craintes de la police du renseignement au sujet de l’explosion sociale à venir

Suite à la note du renseignement révélée dans les médias en début de semaine sur notre rôle supposé dans la prétendue révolte à venir après le confinement, nous décidons de faire paraître quelques éléments de réponse. – Les agents du renseignement territorial télétravaillent pour la première fois comme beaucoup d’autres. Derrière leurs bureaux de fortune …

Nos aides-soignants montent au front !

E097C42D-0292-4884-B9A7-5F39B63B3BB8La clinique Saint-Hilaire continue à s'engager dans la lutte contre la pandémie virale. Au moment où nos 12 infirmières et infirmiers terminent leur mission à la clinique Ambroise Paré de Neuilly, tandis que deux de nos collègues en relaient deux autres ce week-end à l'hôpital Bichat de Paris, où travaillent encore nos infirmiers anesthésistes, alors qu'un autre poursuit son engagement une semaine de plus en réanimation médicale du CHU de Rouen et un dernier à l'hôpital de Dieppe, deux aides-soignants viennent de partir à Notre Dame de Bondeville. En effet l'association du Pré de la Bataille nous a demandé de l'aide pour leur centre d'hébergement de Notre Dame de Bondeville.

Cet établissement pour personnes atteintes de handicap a été touchée par le Covid-19, tant au niveau du personnel d'encadrement que des résidents. Ils avaient besoin d'un coup de main pour maintenir la qualité de leur prise en charge. Nos deux aides-soignants ont reçu un très bon accueil tant des personnels que des résidents qui sont très attachants. Les moyens de protection sont comptés, comme partout. Ils utilisent ainsi des bleus de travail en guise de surblouse. L'accompagnement des personnes âgées atteintes d'un déficit mental nécessite des moyens humains importants, surtout dans cette épreuve sanitaire. Avec professionnalisme, dévouement et bonne humeur, Emmanuelle et Jean-Marc (photo) ont pris leur poste depuis hier. Un grand merci à eux aussi car l'épidémie ne s'arrête pas aux portes des services de réanimation ! Leur engagement est tout aussi précieux !

Comment profiter d’une crise sanitaire pour déréglementer les installations télécom ?

La stratégie du choc ou les « catastrophes » comme opportunités La situation engendrée par l’épidémie de Covid-19 est vécue comme une tragédie par l’écrasante majorité. Mais pour certains acteurs politiques et économiques, le moment actuel est aussi une gigantesque opportunité. Naomi Klein a décrit dans son best-seller de 2007, La stratégie du choc le …

Le cafouillage comme mode de gouvernement

🔴 RENTRÉE DU 11 MAI « PAS OBLIGATOIRE », NOUVEAU DÉLIT DE VIOLATIONS RÉPÉTÉES DU CONFINEMENT JUGÉ ILLÉGAL – LE CAFOUILLAGE COMME MODE DE GOUVERNEMENT Le retour à l’école le 11 mai « ne sera pas obligatoire » Sandale des masques, des blouses, de tests, etc. On ne revient pas sur les épisodes précédents. Les dernières 48h ont …

Crise du CORONAVIRUS: la région Normandie au chevet de tous les territoires normands!

Nous l'avons déjà dit: la crise sanitaire et économique que nous vivons est historique par sa gravité et son ampleur. C'est le baptême du feu de la réunification de la Normandie et à partir de l'unité régionale retrouvée, il nous faut bâtir sur cette solide évidence, une solidarité normande qui, n'a, de fait, jamais existé dans les 60 dernières années passées dans la division régionale et le localisme départemental ou communal: la main de l'Etat central parisien a été lourde et sa protection infantilisante ne nous aide pas à prendre les bonnes décisions par nous mêmes dans l'urgence.

Or la crise de 2020 par la violence de son surgissement dévoile sous nos yeux ébahis l'incompétence de cet Etat central que l'on croyait protecteur. Il l'est mais il le fait mal et certains commencent, enfin, à ouvrir les yeux: on ne peut plus tout attendre du seul Etat central.

Et l'échelon régional montre sa pertinence. En Normandie du moins car nous avons la chance de vivre dans une vraie région ayant à sa tête un exécutif qui prend au sérieux l'idée régionale et l'action régionale.

Le couple conseil régional / intercommunalité, bien plus que le couple Etat/ région ou Etat/ département marqué par une verticalité descendante jacobine parisiano-centrée inadaptée aux urgences de l'heure, est celui qui importe désormais.

En revanche, il faut admettre que le couple région/ département encore marqué par une concurrence territoriale sur les compétences (malgré les clarification de la loi NOTRE de 2015) a du mal à fonctionner.

Enfin, au sein du fonctionnement de plus en plus étroit entre le conseil régional et le réseau des intercommunalités normandes, il faudrait qu'il y ait une relation encore plus étroite et coordonnée entre le conseil régional de Normandie et les intercommunalités de Caen du Havre et de Rouen, notre métropole régionale en titre: avouons que cette coordination étroite manque encore.

Il faudra donc avec le retour d'expérience de la crise en cours, bâtir une solidarité en réseau des grandes collectivités territoriales normandes autour du conseil régional: la conférence territoriale de l'action publique prévue par la loi NOTRE de 2015 sert officiellement à cela. Mais l'essentiel est que ce réseau solidaire puisse exister en tant que tel en ciblant les grandes urgences stratégiques pour l'avenir de la Normandie...

pantheres

Bref, une fois encore, chasser en meute de léopards normands, en quelque sorte!

En attendant, le communiqué officiel suivant diffusé par la majorité régionale actuelle fait le point de la solidarité qui existe entre le conseil régional de Normandie et l'ensemble de la population normande: la Normandie est notre bouclier social!

aiderégion1

aiderégion2

aiderégion3

 

 

[Expo] Dessins originaux de Yotsuba &! au Parco Museum d’Ikebukuro

Il y a un an, juste après l’exposition Natsume Yûjinchô, j’avais eu l’occasion d’aller voir une expo concernant une autre référence de mon univers anime/manga, mais d’autres billets ont pris la priorité et je n’ai [...]

Cet article [Expo] Dessins originaux de Yotsuba &! au Parco Museum d’Ikebukuro est apparu en premier sur Souvenirs à venir - Le blog Japon de Katzina.