Archive dans 16 avril 2020

Fret ferroviaire, le manque d’ambition, tardif de surcroît, des cheminots normands

     Le 30 septembre 2019, l'auteur de ces lignes avait publié un billet sous le titre :

Urgence climatique : Défense du fret ferroviaire dans un mouchoir de poche à Caen

http://normandie.canalblog.com/archives/2019/09/30/37674326.html
     Il s'en est souvenu en découvrant l'article suivant :
Coronavirus. Les cheminots de la CGT pensent à l’après et veulent relancer des lignes de train autour de Caen

Actu.fr - Liberté Caen - Publié le 14 Avril 20 à 11:10

https://actu.fr/normandie/caen_14118/coronavirus-cheminots-la-cgt-pensent-lapres-veulent-relancer-lignes-train-autour-caen_32909233.html

Alors que le confinement va se prolonger, la CGT des Cheminots de Caen (Calvados) pense déjà à l'après. Pour relancer l'économie, le syndicat veut relancer des lignes ferroviaires.

Pour relancer l’économie après la crise du coronavirus, la CGT-Cheminots de Caen (Calvados) propose de relancer les lignes ferroviaires, dont la Caen – Flers, fermée depuis les années 1970. (©Orne combattante.)

C’est un projet que les représentants du syndicat CGT-Cheminots de Caen (Calvados) portent depuis longtemps. Mais, en ces temps de crise sanitaire et économique, ils estiment qu’il peut être un bon moyen pour relancer l’économie, lorsque la période de confinement sera passée. Allan Bertu, secrétaire général du syndicat, insiste :

« Il faudra un changement aux niveaux économique et social. Cela passera forcément par un plan de relance. »

70 M€ pour relancer la ligne Caen – Flers

C’est dans ce cadre que les cheminots de la CGT espèrent convaincre la Région Normandie et l’État, décideurs respectivement pour les TER et les lignes inter-cités, d’investir dans la rénovation de plusieurs lignes abandonnées de longue date. À commencer par la ligne Caen – Flers. Allan Bertu détaille :

« Elle n’a pas été déferrée, les rails existent toujours. Le tracé de la voie verte les longe, il y a possibilité de le sécuriser et de rénover les gares qui existaient, à Saint-André-sur-Orne, Amayé-sur-Orne et bien sûr Thury-Harcourt. »

Se basant sur une étude réalisée en 2005 par la Région, la CGT a chiffré ces travaux à « environ 70 M€, une goutte d’eau dans un plan de relance de l’économie ». Surtout, selon le secrétaire général du syndicat, le potentiel de voyageurs en provenance du sud de Caen a doublé, voire triplé, en 15 ans. Il était de 800 par jour en 2005, toujours selon l’étude du Conseil régional. « Sans compter l’intérêt touristique ».

Lire aussi : Coronavirus. 10 millions d’euros d’aides promis aux entreprises par le Département du Calvados

Outre cette ligne vers le sud, la CGT imagine de prolonger la ligne de Blainville-sur-Orne jusqu’à Ouistreham, de créer des haltes, à proximité du centre commercial Mondevillage ou du Zénith. « Il s’agit de réhumaniser les trains et les gares ».

Des contacts ont été noués avec différentes associations de défense de l’environnement et des collectifs d’usagers, afin de peser plus efficacement sur les collectivités.

Le fret comme soutien à l’emploi

La CGT-Cheminots souhaite également relancer le fret ferroviaire, dans la zone de Mondeville – Cormelles-le-Royal. Ils avaient déjà participé à une action en ce sens, en septembre 2019. Allan Bertu souligne :

« Au-delà du service public, cela créerait une émulation dans l’économie régionale. Les entreprises vont avoir besoin qu’on les aide, cela ne pourrait être que bénéfique pour l’emploi. »

Et si le monde d’après se déplaçait en train ? C’est ce que proposent les cheminots de la CGT de Caen.

Lire aussi : Coronavirus. Pour les entreprises du Calvados, beaucoup de faillites redoutées à la fin du confinement

Par : Nicolas Claich| +Liberté Caen

     Pourquoi l'auteur de ces lignes s'est-il souvenu de son article du 30 septembre dernier ? Parce qu'il peut y apporter le même commentaire :

     Fort bien, mais qu'est-ce que les militants CGT et les écologistes, pourtant sollicités par votre serviteur et à plusieurs reprises, ont fait de concret et d'efficace depuis 22 ans quand il a été question de sauver la desserte ferroviaire de Honfleur en la raccordant au réseau desservant la zone industrialo-portuaire du Havre par un franchissement ferroviaire de l'estuaire aval de la Seine ?!

CLASSEMENTS 2019/2020

LIGUE DE NORMANDIE & DISTRICT SEINE MARITIME

saison 2019/2020

Sauf erreur de notre part voici à quoi doit ressembler les classements pour la saison 2019/2020

CHAMPIONNATS LIGUE

A venir

CHAMPIONNATS DE D1

VIDEO – Feu à Tchernobyl

La situation devient critique : Depuis dix jours, plus de 350 pompiers tentent de contenir un immense incendie qui se propage dans la zone désertée depuis 30 ans. Son étendue est jugée « gigantesque » et « imprévisible ». Depuis 24h, la situation empire avec plusieurs milliers d’hectares qui brûlent, plusieurs foyers différents, le tout …

LES DECISIONS FFF

Arrêt des championnats

Le communiqué du président de la FFF

Le Comex de la Fédération Française de Football a validé l’arrêt des championnats amateur ce jeudi matin, avec toutes les modalités de montées et descentes.

Le 12 mars dernier, à la suite de l’annonce par le président de la République des mesures sanitaires de confinement pour lutter contre la pandémie de Covid-19, Noël Le Graët prenait aussitôt la décision de suspendre l’ensemble des compétitions afin de préserver la santé des licenciées et acteurs du football amateur. La FFF espérait une reprise des compétitions tant le rôle social du football est essentiel. Il devait être au rendez-vous d’une reprise des activités sur le territoire.

Mais à la lumière des dernières annonces du président de la République, le lundi 13 avril, prolongeant les mesures sanitaires de confinement jusqu’au 11 mai, cette possibilité de reprise raisonnable des activités n’est plus possible.

Face au caractère exceptionnel de la situation, la FFF a organisé une large consultation des acteurs du football, de leurs organisations représentatives, des Ligues et des Districts pour déterminer une solution harmonisée avec des modalités d’arrêt des compétitions équitables sur l’ensemble du territoire. Au terme de cette phase d’échanges et d’études, le Comité Exécutif de la FFF a donc pris les décisions suivantes concernant les modalités d’arrêts des compétitions des Ligues et Districts :

– un arrêt des compétitions à la date du 13 mars (date de suspension des compétitions) quel que soit le nombre de matchs joués.

– la fixation des classements selon le quotient nombre de points obtenus / nombre de matchs joués afin de neutraliser l’effet des matchs reportés.

– le départage des clubs à égalité de points en fonction du règlement de la compétition concernée. Si le règlement de la compétition est inopérant ou ne permet pas le départage, des critères fixés par la Fédération seront appliqués.

– la limitation du nombre de descentes à une par poule, en cohérence avec le règlement qui prévoit l’impossibilité de repêchage du dernier quelles que soient les circonstances.

– la fixation du nombre de montées en fonction du règlement qui prévaut pour la compétition concernée.

Concernant les compétitions nationales (hors National 1 et D1 Arkema), le mode de fixation des classements sera identique à celui établi pour les championnats des Ligues et des Districts. Les montées et les descentes seront décidées selon le règlement habituel de chacune des compétitions concernées.

Concernant le National 1 et le championnat féminin de D1 Arkema, le Comité exécutif de la FFF, qui souhaite un traitement harmonisé du haut niveau féminin et masculin, a décidé de poursuivre la réflexion en faveur d’une éventuelle reprise compte tenu de la nature spécifique de ces deux compétitions. A l’heure actuelle, la possibilité de report du calendrier de ces deux compétitions à partir de juin permet en effet d’envisager une reprise. L’enjeu sportif de la fin de saison pour le National 1, avec les barrages d’accession au monde professionnel en L2et celui de la D1 Arkema avec le principe de qualification pour les compétitions européennes de l’UEFA, participe également à cette réflexion. Les demi-finales et la finale de la Coupe de France féminine de même que la finale de la Coupe de France masculine seront également prochainement reprogrammées en fonction des conditions sanitaires. Dans tous les cas de figure, la FFF tient à préciser qu’elle restera attentive à l’évolution des mesures sanitaires et que les principes de précaution pour les clubs et de santé pour les joueuses et les joueurs seront observés.

Le Comité exécutif de la FFF annoncera dans les prochains jours un plan massif de soutien au football amateur et ses 14 000 clubs afin de soutenir leur redémarrage la saison prochaine et de faciliter l’accueil de nos licencié(e)s, en particulier les plus jeunes d’entre eux.

La FFF tient à saluer l’engagement et le sens des responsabilités et de la solidarité des élus, des clubs et des licenciés. Par ces décisions comme par ses actions de soutien aux soignants, la FFF souhaite contribuer aux efforts de tous dans la lutte contre la pandémie de coronavirus. Le moment venu, le football fort de ses valeurs et de son rôle social et éducatif participera pleinement au vivre ensemble.

SOURCE FOOT AMATEUR

Reprise progressive d’activité

Suite à l'annonce du Président de la République lundi soir concernant la reprise progressive d'activité à partir du 11 mai prochain, la Mairie mettra tout en oeuvre pour permettre la réouverture des écoles maternelle et primaire.
 
A ce jour nous devons attendre les directives de l'académie et du préfet concernant les conditions de rentrée.
 
De plus suite à l'annonce du premier ministre ce dimanche 19 Avril, nous devons attendre les directives et mesures à prendre, du retour à l'école progressif et par régions.
 
Nous n'avons cependant que très peu d'instructions concrètes à ce jour (distances de sécurité, port du masque obligatoire etc.) et vous tiendrons informés dès que possible. 

REPRISE LIGUE 1 – TOP14

Ministère des Sports

Dans une déclaration donnée à Ouest-France, le ministère des Sports a indiqué que les championnats (Ligue 1, Top 14…) reprendront « mi-juin, au mieux ».

Le sport français s’organise face à l’épidémie de coronavirus et échafaude des plans de reprise affinés depuis l’annonce d’un déconfinement progressif à partir du 11 mai. Une date qui pourrait permettre aux différents championnats qui n’ont pas encore acté leur arrêt définitif, comme la Ligue 1et le Top 14, d’espérer encore achever la saison si les conditions sanitaires sont favorables. Mais déconfinement le 11 mai ne signifie pas reprise de l’activité sportive de haut niveau immédiatement. C’est le message passé par le ministère des Sports auprès de Ouest-France ce jeudi.

Pas de stades pleins dès la mi-juillet

Le quotidien régional rapporte des déclarations du ministère des Sports en ce sens:  « Toutes les hypothèses sont sur la table. Si les conditions sanitaires le permettent, les championnats reprendront mi-juin, au mieux. Mais il ne faut pas s’imaginer des stades pleins dès le 16 juillet. Comme le déconfinement, la sortie du huis clos devrait être progressive. »

Le ministère a par ailleurs rappelé à Ouest-France qu’ »aucune dérogation ne sera accordée avant le 11 mai » aux sportifs de haut niveau pour reprendre les entraînements.

source article RMC

L’inquiétude grandit chez les libraires normands: exemple à CAEN

On craint d'avoir à penser que l'économie culturelle n'est pas prioritaire dans les arbitrages de l'urgence sanitaire imposés par le gouvernement.

Comme on pouvait s'y attendre, le ministère dirigé par l'ancien maire de Couloummiers pèse d'un poids relatif face à la forteresse de Bercy et sa légion d'inspecteurs des finances qui ont, semble-t-il,  d'autres priorités idéologiques que la culture.

Sauf que le secteur culturel avec tous ses effets induits notamment pour dynamiser l'économie locale pèse autant dans le PIB français que la seule industrie automobile ou aéronautique: la saison estivale des grands festivals s'effondre sous nos yeux tel un château de cartes. On apprend, par ailleurs, que les salariés de la culture du fait de la complexité des statuts et des situations ne pourront pas bénéficier ni du chômage partiel ni du chômage technique et les quelques millions provisionnés par le ministère pour sauver les intermittants du spectacle vivant ne vont manifestement pas suffire!

Dans le secteur culturel où derrière quelques grosses structures institutionnelles et festivalières largement subventionnées par les tutelles publiques se cache la forêt d'une myriade de petits acteurs indépendants qui relèvent de l'artisanat, on angoisse: l'après crise sanitaire risque d'être sanglante malgré le soutien rassurant donné par la plupart des collectivités territoriales. La région Normandie n'a pas failli en renouvelant, comme si de rien n'était, toutes les conventions de subvention dont elle a pu avoir la connaissance.

Mais cela ne suffira pas. Certaines voix s'élèvent pour réclamer une "année blanche" pour 2020, c'est-à-dire que s'il n'y a pas de chiffre d'affaires il ne doit pas y avoir de charges.

En Normandie, le conseil régional réfléchit à cette éventualité et à la façon dont elle pourrait être accompagnée car c'est l'existence même du tissu culturel normand dans ce qu'il a de plus qualitatif, original et authentique qui est enjeu, à l'instar de ce que l'on peut observer non sans inquiétude avec d'autres filières artisanales qualitatives notamment dans l'agro-alimentaire et la pêche.

Outre le spectacle vivant qui risque d'être bien mort cette année il y a le secteur de la librairie indépendante qui est resté très important dans nos centre-villes normands comme nous l'avions déjà montré ici même dans un billet précédent.

Sauf qu'en raison des arbitrages jacobins et aveugles du gouvernement, la fermeture des librairies considérées comme "commerces non essentiels" depuis un mois désormais risque de provoquer des situations financières catastrophiques chez ces artisans indépendants:

Certains libraires normands tirent d'ailleurs la sonnette d'alarme.

Par exemple à Caen, la librairie PUBLICA, située rue Saint-Jean et spécialisée dans la spiritualité chrétienne, lance le SOS suivant:

unnamed

 

 

Chers amis de la librairie PUBLICA,

Malgré le confinement et l'impossibilité de nous retrouver, nous tenons à vous rejoindre pour partager cette joie de Pâques avec vous.
Nous vous écrivons aussi aujourd'hui car ...

Nous avons besoin de vous.

Notre librairie existe depuis bientôt 70 ans, et nous en sommes les acteurs depuis 15 ans. Nous déployons toute l'année nos compétences pour vous accueillir, vous faire partager nos lectures et vous offrir un choix de livres dans de nombreux domaines, vous proposer des objets religieux de qualité, et témoigner de notre foi.

Durant les 2 dernières années, notre librairie a bien souffert des différents événements que notre pays a rencontré. Nous avons, à force de travail et grâce à votre confiance, réussi à traverser ces tempêtes.

Nous ne pouvons plus ouvrir notre librairie, et ceci depuis le 16 mars, et encore pour plusieurs semaines. Toute la chaîne du livre est à l'arrêt. Le respect du confinement nous impose actuellement de ne pas faire d'envois, ni livraisons.

Nous avons besoin de votre aide dès aujourd'hui,
pour que nous puissions envisager
un avenir pour la Librairie PUBLICA.


En effet notre trésorerie, déjà bien mise à mal ces 2 dernières années, ne nous permet plus de faire face aux charges fixes de notre structure ( loyer, charges sociales, règlements fournisseurs, prêts bancaires...).

Votre prière est une aide très précieuse.

Mais, pour traverser cette période inédite et continuer l'aventure avec vous,
nous avons aussi besoin d'une aide financière.

Si cela vous est possible, vous pouvez nous faire un don sans contrepartie ou nous acheter des bons d'Achat utilisables dès la réouverture de la librairie et pendant une période d'un an.
Nous vous remercions d'avance pour votre soutien.

Concrètement:
- Vous pouvez envoyer un chèque à l'ordre de PUBLICA, à l'adresse suivante :
Christophe SCELLES-PUBLICA 111 rue de Bayeux 14000 CAEN,
en spécifiant au dos du chèque Don ou Bon d'Achat
- Sur la cagnotte en ligne www.onparticipe.fr/cagnottes/BgQnB5xT, en précisant en
commentaire Don ou Bon d'achat.
- Pour toutes autres formes, envoyez nous un message à l'adresse librairie.publica@orange.fr

Nous vous remercions de partager largement
autour de vous cette demande d'aide


Dès la réouverture de PUBLICA, nous serons heureux de vous accueillir à nouveau, et de vous rencontrer autour d'une soirée pleine de joie, sourires, et échanges.

Nous avons hâte de vous retrouver très bientôt.

Que la joie de Pâques inonde vos coeur!

Natacha et Christophe SCELLES

Voir aussi:
Voir enfin les premières annonces du ministre de la Culture sur l'antenne de France Inter (16/04/20):