Archive dans 9 avril 2020

De Rouen à Dieppe !

40E68CA0-655A-4904-A1E2-F96B112EEA11Virgile, un des infirmiers anesthésistes de notre équipe, a choisi d'apporter son aide au Centre Hospitalier de Dieppe. Après avoir découvert la réanimation généraliste, il vient d'intégrer l'unité des malades Covid. Plusieurs éléments m'ont impressionné dans ses récits.

D'abord, la combinaison intégrale étanche, associée à la charlotte, la visière, le masque FFP2, font monter la température ambiante à plus de 30°. Associé à la mobilisation de patients de 100 ou 150 kg, les gestes dans ces conditions sont très physiques et fatiguants.

Un autre point concerne les techniques de ventilation non invasive. C'est un point sur lequel nos collègues réanimateurs du CHU de Rouen avaient insisté : "essayez de nous transférer les personnes atteintes sans réaliser d'intubation". En effet, avec la ventilation artificielle, l'inflammation pulmonaire peut s'aggraver plus rapidement. De même, à Dieppe, les collègues tentent la respiration assistée avec des masques et de l'air sous pression, un peu comme les plongeurs sous-marins. L'inconvénient de cette technique est que des débits d'oxygène très importants sont nécessaires. De ce fait, il y a un risque important d'aérosolisation du virus et la protection des soignants doit être extrêmement rigoureuse.

Enfin, la baisse du nombre de patients, malgré le transfert de malades venus d'Evreux et de Paris, confirme la tendance régionale et nationale.

Comme pour les autres collègues, il apprécie la qualité de l'accueil des équipes locales et de pouvoir les soulager après de semaines de mobilisation.

ALENÇON: menace de démolition de maisons urbaines médiévales à pan de bois…

Par principe, en Normandie compte tenu de la portée symbolique forte de la construction à pan de bois dans l'identité de notre région mais aussi après les destructions massives liées à la seconde guerre mondiale avec la perte d'ensembles urbains inestimables (on pensera, hélas, à la ville de Lisieux toujours orpheline de son patrimoine urbain à pan-de-bois incendié en 1944), on ne devrait pas avoir le droit de démolir une maison de ville ancienne à pan-de-bois dans aucun centre-ville de Normandie: cela devrait être INTERDIT...  Avec l'obligation  d'une substitution de la puissance publique à toute propriété privée défaillante.

Les outils de protection juridiques existent pourtant mais la volonté du ministère central en charge de la protection du patrimoine a perdu  toute volonté politique et tout moyen pour ce faire: les maires se retrouvent en première ligne avec, parfois, souvent, un désintérêt pour ce sujet faute d'avoir les compétences intellectuelles nécessaires.

Nouvelle exemple de cette consternante situation à Alençon signalé par la gazette du patrimoine qui tire la sonnette d'alarme:

Nous reproduisons en intégralité cet article aussi intéressant qu'urgent à lire non sans vous inviter à signer la pétition mise en ligne.

https://www.lagazettedupatrimoine.fr/blog/files/5b1bd67070648cceb8288227f13afae5-66.html?fbclid=IwAR3gcTSO6aF8J3ImlaCHXCcTjXwAKfNabyncWYiKpMwSGx4CMs-456P87e4

Alençon : adieu maisons à pans de bois

Il ne s’agit ni de châteaux spectaculaires, ni d’églises remarquables, juste de « modestes » maisons à pans de bois, comme il en existait beaucoup, mais comme il en existe de moins en moins. La défiguration des centres anciens est très à la mode. On se réfugie derrière une vétusté ignorée pendant des années et sans crier gare, à grands coups « d’état de péril », on démolit sans la moindre compassion et sans le moindre état d’âme ces petits témoins de l’histoire locale et, souvent, sans le moindre projet derrière, laissant un trou béant en lieu et place, comme pour gommer la trace d’un passé pourtant glorifié à quelques pas de là.

La ville d’Alençon montre le mauvais exemple en projetant de façon imminente la destruction de plusieurs de ses maisons « historiques », alors qu’à quelques mètres de là, une maison identique est protégée au titre des Monuments Historiques. Entre incohérences et précipitation, voici le constat que dresse Jean-David Desforges, historien du patrimoine :

Au cœur de la ville d’Alençon, quelques terrains vagues coexistent au-côté de maisons en déshérence, comme rue du Château et rue Bonette. En janvier 2020, M. Darcissac, maire d’Alençon, a signé un arrêté de péril imminent pour un ensemble de bâtiments. On pourrait souscrire à l’idée qu’il y ait danger si… si cela ne faisait pas 12 ans que personne ne se préoccupe de ces maisons vides. Les propriétaires sont des octogénaires, le principal vivant à Nantes. A Noël, des squatters ont fait voler en éclats les vieilles vitres. Des tessons de verre jonchent le trottoir. Un premier expert a conclu à des chutes de matériaux, justifiant la sécurisation par la destruction. Un deuxième a vu un trou dans le toit. Le troisième a entériné l’avis des deux autres. C’est implacable sur le plan administratif.

maison1

Rue du Château à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

Le quartier où se situent ces bâtiments a déjà été bien malmené dans les années 1960-1970. Un mouvement de citoyens avait fini par avoir gain de cause sur le massacre urbain. Cinquante ans après, on recommence.

Ces maisons à pans de bois sont édifiées sur de petites parcelles caractéristiques du tissu urbain médiéval intra-muros. Les éléments que j’ai pu observer en façade pour l’une d’elle sont assez comparables à ceux de la maison des Sept Colonnes, en face d’elle dans la rue, inscrite ISMH, et en cours de restauration. Cette maison de la fin du XIVe siècle est un dossier privé qui intéresse beaucoup la ville, du fait de son état et de sa forte valeur symbolique pour l’histoire locale. Ce n’est pas le cas pour ses voisines, en revanche.

maison2

La maison des Sept Colonnes, angle de la rue du Château et de la Grande rue à Alençon (J.-D. Desforges, janvier 2020).

Si les pièces de bois de ces maisons sont taillées et marquées comme celles de leur prestigieuse voisine, elles sont cependant en position secondaire. En effet, les façades sur rue ont été frappées d’alignement vers 1760. Nous sommes donc en présence de maisons de la fin du Moyen Âge, partiellement remaniées au XVIIIe siècle. Cela enlève-t-il de l’intérêt à ces constructions ? Non, aucun, du fait qu’Alençon ne possède presque plus de maisons à pan de bois. Elles sont devenues rares. Si l’on regarde les maisons médiévales à façade pans de bois remontées au XVIIIe siècle, nous en faisons vite le tour.

 

maison3

Les n° 9 et 11, rue du Château à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

maison 4

Le n° 13, rue du Château à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

plandeville

Carte de répartition de l’architecture à pans de bois à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

Ainsi, Grande rue, près de Notre-Dame, le remplissage est en briques. On voit bien une poutre maîtresse sciée apparaître en façade : c'est un indice de transformation entre 1755 et 1770. Les encorbellements ont disparu au profit d’une façade plane, alignée avec ses voisines.

maison5

Le n° 57, Grande rue à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

Un peu plus loin Grande rue, nous avons une construction contemporaine de la maison des Sept Colonnes. Des éléments en bois conservés à l'intérieur jusqu'à il y a peu, vont d'ailleurs servir de modèles pour reconstituer ce qui y a disparu : les fenêtres à croisées. Là aussi, la façade est remontée avec des pièces de bois médiévales.

 

maison6

Le n° 79, Grande rue à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

Toujours Grande rue, regardons à présent ce Monument Historique, qui ferme la Cour Cochon, daté du milieu du XVe siècle. L'étage a été remanié vers 1755-70. La structure est un mélange de pièces en place et d'assemblages du XVIIIe siècle.

maison7

Le n° 137, Grande rue à Alençon (J.-D. Desforges, mars 2020).

Mais comment argumenter que ce sont des maisons transformées à la même période ? Avec cet assemblage formant le panneau sous les fenêtres, qui se retrouve dans trois des exemples connus, rue du Château puis Grande rue, est-il nécessaire d'en écrire davantage ? Mêmes charpentiers, même époque, même problématique.

Pour la maison couverte d'un enduit rue du Château, et dont on devine les pans de bois, regardons les baies, avec un linteau un peu cintré. Là aussi, nous sommes dans les années 1755-1770. Ce serait dommage de découvrir un pan de bois intéressant le jour de la destruction, n'est-ce pas ?

 

maison8

A gauche, le 157, Grande rue (MH) et à droite, le 13, rue du Château (J.-D. Desforges, mars 2020).

Sur l’arrière, en second rideau, une grande bâtisse des années 1770-1780 se dresse encore. Nous n’avons pas eu confirmation du fait qu’elle serait aussi touchée par l’arrêté de péril imminent. Alors que faire ? Puisque des fonds publics sont engagés pour ces maisons, pourquoi ne pas les sécuriser ? Un architecte y verrait-il un chantier insurmontable ? Pourquoi détruire et créer une friche pour les 50 ans qui viennent alors que la maison des Sept Colonnes en face, va retrouver son lustre ? Nous sommes face à une stratégie urbaine déséquilibrée dans la même rue, en face à face. Une maison est restaurée, deux autres sont détruites. La maison visée par toutes les attentions va se retrouver dans une semaine face à un terrain vague, un véritable « coin à pisse » et décharge sauvage comme on en voit d’autres à moins de 100 m, perdurant depuis des décennies.

Ces maisons ont une place, une histoire, un rôle à jouer dans notre environnement. Donc non, ne les démolissons pas.

Bien que les jours soient comptés avant le début du chantier de démolition, une pétition a été lancée par « Les amis du vieil Alençon », afin d’interpeler les services de la culture et bien entendu, la municipalité.

Merci de
signer et de partager le plus possible ici.

Vous avez aimé cet article ?
N’hésitez pas à soutenir
La Gazette du Patrimoine en cliquant ici.

EN ATTENDANT DES JOURS MEILLEURS N°21

UNION SPORTIVE FORGIONNE ATHLÉTISME

Interview Corentin BOULON

Soutenez BRAYSPORTS, votre média sports 100% gratuit
FAITE UN DON

Durant cette période difficile, nous avons souhaitez garder le contact avec les clubs et sportifs de notre région. Pour cette 21ème interview ( par mail ) , nous avons rencontré Corentin BOULON, du club d’athlétisme de Forges les eaux. Il nous parlera également de sa formation professionnelle du bpjeps.

En attendant prenez soins de vous et de vos proches et surtout respecter les consignes RESTEZ CHEZ VOUS pour revenir au plus vite sur vos terrains de jeux.

Bonjour Corentin, peux tu te présenter en quelques mots ?
Bonjour je m’appelle Corentin j’ai 20 ans. Je prépare un bpjeps apt je suis en alternance au club d’athlétisme à Franqueville Saint Pierre section locale du stade Sottevillais

Comment vis tu cette période « CORONAVIRUS » ?
Et bien, c’est une période un peu compliqué pour tout le monde. Je suis en télétravail avec l’école et ma structure . Je fais quelques footings . Mais il faut être patient et attendre que ce virus soit passé .

Parles nous de ton début de saison ? Et comment t’entraines tu pendant cette période ?
J’ai participé à la saison de cross cet hiver où je suis plutôt satisfait de mes résultats. La saison de route devait commencée fin mars, mais avec ce virus elle sera reculée mais c’est pour tout le monde pareil. Pendant cette période je cours quelques kilomètres bien sur aux alentours de chez moi et du renforcement musculaire ça fait toujours du bien .

Quelles sont tes prochaines échéances ? Tes objectifs ?
En octobre je participerai à mon premier marathon à Amsterdam, c’est un objectif,  même un rêve. Bien sûr l’envie de le finir et de bien faire est là. Dès la fin de la période de confinement on commencera l’entrainement plus sérieusement . J’espère aussi passer sous la barre des 40 minutes sur 10km cette année si possible.

Tu prépares un Bpjeps au Stade Sottevillais, comment cela se passe t’il? Et quelle est la spécialité ?
Oui je prépare un bpjeps à l’EAPE section locale du stade Sottevillais et cela se passe très bien. Mes collègues sont trés sympa ils sont à mon écoute et acteur de ma formation et ça m’aide vraiment pour mon apprentissage. Là bas j’encadre aussi les sections jeunes et j’ai découvert la marche nordique . La spécialité de mon bpjeps c’est activité pour tous.

Quel est le contenu de ta formation, et vers quel métier souhaites tu t’orienter?
Ma formation me servira pour être éducateur sportif pour tout public . A la suite de cette formation, je voudrais préparer un diplôme d’état dans l’athlétisme et devenir entraîneur d’athlétisme.

En parallèle tu es éducateur à l’US Forges athlétisme. Quelles sont tes missions au sein du club?
Oui j’entraîne les jeunes à l’US Forgionne des plus petits aux cadets . Mon but c’est de faire grandir le club surtout la section jeunes les amener en compétition en salle à Val de Reuil par exemple ou sur piste l’été, j’ai vraiment à cœur de faire grandir cette section même si des fois certains pourraient me prendre pour un fou et me dire que j’arriverai jamais à faire grandir l’USF, mais moi j’y crois et je ne lâcherai pas et je pense que le président Dédé ne me mettra pas de bâtons dans les roues car il aimerait aussi voir son club grandir et avoir de bons petits jeunes . Pendant la période de confinement plusieurs jeunes m’envoient des messages pour me demander des exercices et je réponds avec plaisir ça montre leur motivation.

Comment définirais tu ton club de l’US Forges?
Le club de Forges est un club familial tout le monde s’entend bien, il grandit peu à peu et c’est bien. On se sent à l’aise dans ce club, on s’intègre vite et ça c’est le principal.

Un dernier mot ?
Prenez soin de vous, restez chez vous et à bientôt autour d’une piste.