Accueil

TOURNOI JUDO CSB NEUFCHATEL

Plus de 220 judokas à Neufchâtel

Samedi 26 janvier 2019, le CSB Neufchâtel en Bray, a organisé dans la salle Omnisport Jean-Luc Thérier la 2ème étape du challenge TICTAC.

Avec plus de 220 participants et  13 clubs représentés (Quincampoix, Aumale, Neufchâtel en Bray, Grugny, Neuville, Criel, Offranville, Dieppe, Val de Saâne, Tôtes, Auffay, Sotteville, Petit Quevilly et Veauville les baons), le tournoi du CSB Neufchâtel en Bray a été un tournoi de qualité et une belle satisfaction pour la présidente Catherine CANU, et son professeur David MAINNEMARRE.

Le CSB Neufchâtel en Bray, remercie la Mairie pour le prêt de la salle de sport Jean-Luc Thérier, le service technique municipal pour le côté logistique et surtout la trentaine de bénévoles qui ont contribué au bon déroulement de ce tournoi.

La prochainement étape du challenge aura lieu le 6 avril 2019 au gymnase Robert Vain à Neuville les Dieppe, organisé par le Judo Club de Dieppe.

RESULTATS ET CLASSEMENTS 2ème étape NEUFCHATEL

Commandez vos mugs personnalisés, pour toutes occasions!
Cliquez sur l’image pour visualiser les photos de la série N°1 « BABY-JUDO »

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr & Pubs» au prix de 2.5 euro (possibilité de tirage papier) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.
Télécharger le bon de commande, tarif et procédure pour retrouver le numéro de vos photos: Bon de commande

Cliquez sur l’image pour visualiser les photos de la série N°2 « BENJAMIN-MINIMES »

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr & Pubs» au prix de 2.5 euro (possibilité de tirage papier) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.
Télécharger le bon de commande, tarif et procédure pour retrouver le numéro de vos photos: Bon de commande

Cliquez sur l’image pour visualiser les photos de la série N°3 « POUSSINS »

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr & Pubs» au prix de 2.5 euro (possibilité de tirage papier) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.
Télécharger le bon de commande, tarif et procédure pour retrouver le numéro de vos photos: Bon de commande

Cliquez sur l’image pour visualiser les photos de la série N°4 « PRE-POUSSINS »

BRAYSPORTS, vous propose d’acheter, une ou des photos en version numérique, haute définition sans filigrane « braysports.fr & Pubs» au prix de 2.5 euro (possibilité de tirage papier) , notez le numéro de la photo avec le nom de l’album, renvoyez le à l’adresse suivante : « BRAYSPORTS-BUNEL CHRISTOPHE-17 LA CLE DES CHAMPS-76270 NEUFCHATEL EN BRAY » accompagné du chèque à l’ordre de Christophe Bunel. Dès réception vous recevrez dans votre boite mail la photo.
Télécharger le bon de commande, tarif et procédure pour retrouver le numéro de vos photos: Bon de commande

Allô le centre des impôts ? Le personnel en grève pour défendre un accueil téléphonique

À Rouen, 87 % des agents

À Rouen, 87 % des agents du Centre impôts service étaient en grève, lundi 28 janvier 2019. Ils étaient aussi 68 % à Nancy et 40 % à Lille contre « le tout numérique » de l’administration fiscale, dans le cadre de la réforme sur le prélèvement à la source. (Illustration ©Adobe stock)

Alors que les premiers bulletins de salaire sont tombés, avec leur lot de questions concernant le prélèvement de l’impôt à la source, une partie du personnel des finances publiques était en grève, lundi 28 janvier 2019. Pour certains contribuables qui souhaitaient avoir des réponses sur leur situation, il a fallu attendre un peu plus longtemps que d’habitude au téléphone.

« Bientôt, il risque de ne plus y avoir personne au bout du fil »

En effet, dans les Centres impôts service de Rouen (Seine-Maritime), Lille (Nord) et Nancy (Meurthe-et-Moselle), des agents ont cessé le travail à l’appel de l’intersyndicale Solidaires, CFDT, FO et CGT finances publiques. « C’est une situation à laquelle il va falloir s’habituer, parce que bientôt, il risque de ne plus y avoir personne au bout du fil », craint Guillaume Inizan, secrétaire de la section CGT finances publiques de la direction impôts service.

Les syndicats dénoncent une remise en cause de leur mission auprès des « usagers les plus fragiles » dans le cadre de la réforme du prélèvement à la source. De source syndicale, sur les 150 agents affectés à cette mission, 87 % étaient en grève à Rouen, 68 % à Nancy et 40 % à Lille.

« 26 % de la population n’a pas d’accès à internet »

Selon l’intersyndicale, la direction générale des finances publiques (GDFIP) « veut supprimer ce service d’accueil à distance. Les principales victimes de cette politique seront les usagers qui pourront encore plus difficilement qu’actuellement joindre les services fiscaux »*.

Guillaume Inizan dénonce une dérive potentiel de la mise en place de la e-administration :

Un rapport de France stratégie indique que 26 % de la population n’a pas d’accès à internet. Le moyen de lutter contre cela est de conserver nos missions téléphoniques. Le tout numérique ne doit pas être la seule réponse aux suppressions d’emplois.

La CGT insiste sur le fait qu « un contact physique voire téléphonique est à l’évidence toujours nécessaire ». Selon Guillaume Inizan, « Bercy veut remettre en cause ce point d’accueil téléphonique pour affecter ses agents à la gestion de dossiers ». En plus de défendre « l’existence d’un service public d’accueil fiscal généraliste », l’intersyndicale demande « le rétablissement de l’accès à notre service jusqu’à 22 heures et le samedi, afin d’être plus facilement accessible ».

Cet appel à la grève concernait l’ensemble des plateformes téléphoniques de l’administration fiscale, soit environ 800 fonctionnaires des Centres impôts services, des Centres de contact et des Centres prélèvements service.

Une réforme « sans bug »

La CGT dit regretter que le ministre Gérald Darminin, ministre de l’Action et des comptes publics ait « balayé d’un revers de main la question sur la mobilisation des agents de la DGFIP », lors de son interview dans l’émission Les 4 vérités de France 2. En revanche, le ministre s’est félicité du bon fonctionnement de son administration : « Nous avons réussi à faire, sans bug, cette grande réforme de l’impôt à la source, qui consiste à prélever directement sur le salaire des personnes, comme dans plein de pays européens, l’impôt à la source, sans décalage d’un an. »

L’intersyndicale appelle à une nouvelle mobilisation le 31 janvier et le 5 février.

*Contactée, la direction des Centres impôts service n’a pas répondu à nos sollicitations.

Après l’acte XI des Gilets jaunes, une dizaine de vitrines du centre-ville de Rouen dégradées

Après l'acte XI des Gilets jaunes samedi 26 janvier 2019, à la nuit tombée, une soixantaine de personnes ont dégradé des vitrines de commerces et de banques en centre-ville à Rouen (Seine-Maritime).

Après l’acte XI des Gilets jaunes samedi 26 janvier 2019, à la nuit tombée, une soixantaine de personnes ont dégradé des vitrines de commerces et de banques en centre-ville à Rouen (Seine-Maritime). (©MN/76actu)

Au petit matin lundi 28 janvier 2019, un ballet devenu habituel s’organise en centre-ville de Rouen (Seine-Maritime). Des artisans décrochent les plaques de bois fixées sur les façades des banques, pendant que des miroitiers réparent les dégâts sur les vitrines. À l’issue de l’acte XI des Gilets Jaunes, ces derniers ont un peu plus de travail qu’à l’accoutumée.

Une soixantaine de personnes se sont en effet rassemblées samedi 26 janvier 2019, place de la Cathédrale à la nuit tombée, indique la police. Après avoir descellé des pavés de la chaussée, ils sont partis à l’assaut des vitrines d’une dizaine de commerces dans les rues de l’hypercentre.

LIRE AUSSI : Revivez l’acte XI de la mobilisation des Gilets jaunes en Seine-Maritime

Aucune interpellation

Ce groupe a agi de 21h30 à 23h30. Il a pris pour cible des grandes enseignes, ainsi que de plus petits commerces, mais aussi un assureur et des banques dans les rues à proximité de la place, comme celles des Carmes, du Gros-Horloge, Jeanne-d’Arc ou Jean-Lecanuet.

Aucune interpellation n’est venu s’ajouter à celles de la manifestation un peu plus tôt. « Les policiers se trouvaient en effectif réduit après la manifestation de la journée », indique une source judiciaire. Ils ont pu disperser ces quelques dizaines d’individus, mais sans les appréhender.

Une enquête est en cours pour retrouver les auteurs des dégradations.

LIRE AUSSI : Acte XI des Gilets jaunes : une dizaine de blessés et 20 interpellations en Seine-Maritime

« Ils s’attaquent aux mauvaises personnes »

Certains commerçants ont été prévenus le lendemain par téléphone. D’autres ont fait la découverte en ouvrant leur boutique. Pour eux, comme pour les salariés interrogés, la situation devient « difficile ».

Ils ont porté plainte et lancé une procédure auprès des assurances. Après deux mois où les clients se sont montrés peu nombreux, les commerçants vivent une période des soldes « très calme ». L’incompréhension domine.

« Je me suis senti aussi surpris que dégoûté en découvrant ce qui s’est passé », lance l’un d’eux. Pour lui, les commerces pâtissent du mouvement de façon injuste. « Je pense qu’ils s’attaquent aux mauvaises personnes. Nous sommes comme eux. On est tous payés au Smic ici. »

LIRE AUSSI : Reportages, analyses, interviews… Retour sur deux mois de Gilets jaunes en Seine-Maritime

VIDÉO. Violent incendie au centre-ville du Havre : un homme décède dans un appartement

Un homme de 70 ans es décédé à la suite de l'incendie dans un appartement, situé non loin du centre-ville du Havre (Seine-Maritime).

Un homme de 70 ans est décédé à la suite de l’incendie dans un appartement, situé non loin du centre-ville du Havre (Seine-Maritime). (©M-B/76actu)

Lundi 28 janvier 2018 à 14h05, un violent incendie s’est déclenché au cinquième étage de la résidence des Paillettes, rue George-Braque dans le centre-ville du Havre (Seine-Maritime).

Un homme de 70 ans décédé

Arrivés sur les lieux, les sapeurs-pompiers et le Service mobile d’urgence et de réanimation (Smur) ont prodigué des soins à l’occupant de l’appartement en flammes, un homme âgé de 70 ans, qui est finalement décédé. Son appartement a été ravagé par le feu.

LIRE AUSSI : Incendie dans un local à archives au Havre : 60 personnes évacuées, deux blessés légers

Au total, une trentaine de sapeurs-pompiers et huit engins ont été mobilisés, et 26 personnes ont dû être évacuées de la résidence.

Situation des services en charge de l’action sociale et de la protection de l’enfance : un urgent besoin de moyens

Depuis des mois, les élus du groupe communiste et républicain du Front de Gauche alertent sur la dégradation des conditions de travail dans les services en charge de l’action sociale et de la protection de l’enfance déployés au sein des différents Centre Médico-Sociaux (CMS) de notre Département, au regard notamment de leurs effectifs, de leur accessibilité pour les usagers ou de nouvelles consignes et procédures de travail délivrées aux agents.

Ces interventions s’appuient notamment sur des alertes et témoignages reçus d’usagers, de maires ou de représentants syndicaux des agents de la collectivité départementale.

Ces questionnements et interrogations ont largement alimenté leurs interventions au cours des dernières séances du Conseil départemental sans que, pour l’heure, des réponses claires et précises aient été obtenues.

En particulier concernant l’état des lieux comparatif entre les postes affectés dans le secteur des solidarités entre 2015 (année d’élection de la majorité des Droites au Département) et aujourd’hui, ou encore sur les conséquences des nouvelles procédures visant l’organisation du travail au sein des équipes et entre CMS.

Aujourd’hui, la mise en œuvre du référentiel des Informations Préoccupantes (IP) est source d’inquiétudes supplémentaires puisqu’il conduirait à une nouvelle dégradation des conditions de travail, à une perte de qualité et de fiabilité, et à un non respect des obligations règlementaires s’imposant à la collectivité.

Dans un esprit constructif et par nécessité de transparence, les élus du groupe ont donc écrit au Président du Conseil départemental pour obtenir l’organisation d’une réunion d’information et d’échange afin que soit exposé l’état des lieux précis des moyens déployés pour répondre aux besoins des seinomarins, mais également les différentes modifications intervenues ou envisagées dans l’organisation et les procédures en vigueur dans ces services.

Cette réunion pourrait également permettre de disposer d’une première évaluation sur les modifications intervenues dans l’organisation territoriale de l’action sociale en début de mandat.

Télécharger le courrier d’intervention : 2019 01 22 – Let SB Pdt réunion info pratiques action sociale

 

 

Sport. Blessé, Renaud Lavillenie déclare forfait pour le Perche Elite Tour de Rouen

Recordman du monde de la discipline, Renaud Lavillenie sera bien à Rouen.

Recordman du monde de la discipline, Renaud Lavillenie ne concourra pas lors du Perche Elite Tour de Rouen. (©Archives / 76actu)

Déception pour les fans : Renaud Lavillenie ne participera pas cette année au Perche Elite Tour à Rouen (Seine-Maritime). Le 9 février 2019, le Kindarena accueillera la compétition où l’homme est chaque année l’un des chouchous du public.

LIRE AUSSI : Perche Elite Tour. Kevin Mayer sera présent au Kindarena de Rouen

Kévin Mayer toujours de la partie

Le recordman du monde a ressenti une douleur à l’ischio-jambier lors de son échauffement au meeting de Paris indoor. 

Il restera toutefois du beau monde en compétition au Perche Elite Tour de Rouen, puisque Kévin Mayer, le recordman du monde du décathlon, sera de la fête, tout comme les Américains Katie Nageotte et Sam Kendricks, auteurs des deux meilleures performances mondiales de la saison.

Tribune du mois de janvier : Cette année, transformons l’essai !

 

Tribune du Groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche de Seine-Maritime

Bulletin départemental du mois de janvier 2019

 

CETTE ANNEE TRANSFORMONS L’ESSAI !

Depuis des années nous alertons et nous proposons que soit mis un terme aux injustices sociales et fiscales, aux cadeaux en faveur des plus riches en puisant dans les poches de tous les autres.

Depuis des années nous disons et nous démontrons que laisser les services publics être rationnés, regroupés, fermés en leur appliquant des logiques de rentabilité totalement étrangères à leur raison d’être, c’est accroitre les fractures et l’éloignement de la République.

Depuis des années nous dénonçons et nous revendiquons une juste répartition des richesses dans l’un des pays qui en produit le plus au monde, au risque de voir un jour les citoyens venir réclamer leur dû par la colère et la révolte.

Depuis des années nous parlons de l’humain d’abord quand on nous répond, ici comme là haut, par des ratios comptables, des statistiques totalement éloignés de la vie et du ressenti des gens.

Puis le mouvement des gilets jaunes, faisant suite à une multitude de mouvements sociaux méprisés par nos gouvernements, s’est exprimé avec force, rappelant que la politique consistait à agir pour l’intérêt général et non à servir des intérêts particuliers.

C’est ainsi que 2019 ne sera plus tout à fait comme avant. A défaut d’une très bonne année, faisons en sorte qu’elle soit enfin meilleure pour le plus grand nombre. Nous y veillerons avec vous.

Pour télécharger la tribune : Tribune 2019 01

 

 

 

 

 

 

 

 

 

RESULTATS EXPRESS

Samedi 26 et Dimanche 27 JANVIER 2019

RUGBY:
DIMANCHE 27 JANVIER 2019 –15H00
R C Barentin 20-12 Rugby Club Union Sportive Forges Les Eaux

BASKETBALL:
DIMANCHE 27 JANVIER 2019
DM7: CO REGION YERVILLE 98-91 1BASKET CLUB BUCHOIS
D3F: EAWY BASKET SAINT SAENS 53-61 CBPQ – 1
DM5: BASKET CLUB BARENTIN 72-80 EAWY BASKET SAINT SAENS – 2
DM8: EAWY BASKET SAINT SAENS 46-41 MONTVILLE HOUP BASKET

HANDBALL:
SAMEDI 26 JANVIER 2019
EXREGFEM: ES AUMALOISE HB 18-18 E. VEXIN NORMAND
EXREGMAS: RC BOLBEC HB 33-21 BRAY HB
HOREGMAS: STADE SOTTEVILLAIS CC 39-19 AS GOURNAISIENNE
D2M: ES AUMALE 39-38 HBC EU
D2M: HBC FOUCARMONT- CJ DOUDEVILLE
D3M: HBC YVETOT 20-24 BRAY HB
D3M: HBC BROTONNE LE TRAIT 1 34-32 HBC LONDINIERES
D3M: SEP BLANGY BOUTTENCOURT 29-25 US FORGES LES EAUX
D3M: DIEPPE UC 1 25-21 AS GOURNAY PAYS DE BRAY HB

TENNIS DE TABLE:
VENDREDI 25 JANVIER 2019
D1M: RAQUETTE NEUFCH 1 9-9 CEP ST NICOLAS
D1M: COF DUMOISE 8-10 TT BULLY 3
D1M: TT BULLY 2 11-7 CEP ST NICOLAS 3
D2M: A S GOURNAYSIEN 2-GOHTT
D2M: BLAINVILLE CREV 2-CP BUCHY 2
D2M: LA CRIQUE TT 8-10 ENVERMEU
D2M: CP ST SAENS 1 4-14 CANTELEU MAROMM 4

La dernière ferme de Bonsecours menacée, nature et patrimoine en danger !

nature et patrimoine en danger à Bonsecours !

  Le promoteur Nexity et la municipalité de Bonsecours (commune à proximité de Rouen) veulent supprimer l'ultime ferme de la commune, pour proposer une zone pavillonnaire. L’association Bouillons Terres d’Avenir, toujours vigilante  à tout de suite contesté ce projet, et en novembre 2018   l’Association pour la protection de la ferme de Bonsecours et de ses environs à été créée. Vous pourrez retrouvez toutes les infos sur : lafermedesbouillons.fr qui regroupe toutes les actions et informations importantes de ces collectifs, ou sur https://fermedebonsecours.org. Et si vous souhaitez adhérer à l'association c'est par la : https://www.helloasso.com/associations/association-protection-ferme-de-bonsecours.

Le lieu actuel :

image : http://www.lafermedesbouillons.fr/sauvons-la-ferme-de-bonsecours/
image : http://www.lafermedesbouillons.fr/sauvons-la-ferme-de-bonsecours/

  Actuellement, le site prévu pour cette zone pavillonnaire, est celui d'une ferme, La Ferme de la Basilique dite Ferme Lefebvre et du terrain attenant, appartenant à l’archevêché, pour une surface totale de 18,5 hectares, dont des naturalistes ont confirmé le caractère exceptionnel du site, dixit lafermedesbouillons.fr, qui explique ensuite que "la ferme Lefevre présente une unité paysagère remarquable, avec prairies, mare, rangées d’arbres de haut-jet et verger composé de variétés anciennes (principalement des poiriers). Cet espace agricole a toujours été géré de manière respectueuse de l’environnement, et il présente l’indice de biodiversité maximale."

 

  On constate donc qu'il est parfaitement absurde de proposer une zone pavillonnaire sur ce lieu, si ce n'est pour des raisons financières ?  D'autant que outre l'aspect écologique et de sauvegarde de cette zone remarquable, il y a aussi dans ce projet l'idée de détruire le bâtiment même de la ferme, qui pourtant est un lieu reconnu du patrimoine local. En effet cette ferme existe depuis le XIème siècle, elle était au départ propriété de l’abbaye Ste Catherine. On l'appelait  alors Ferme de l’Aumônerie,  bordée de forets , les habitants des alentours avaient le droit de récupérer tout le bois mort et même de couper le surplus de bois frais. Cultures variées et élevages divers y étaient pratiqués. Et si, à la Révolution, la ferme fut nationalisée, puis vendue aux enchères publiques en 1795 à Jérôme Lefebvre, elle restera la même jusqu'au début XXème siècle ou auront lieu les plus importantes modifications, tout en conservant l'idée de garder les terres cultivées, un souhait de la famille Lefebvre toujours propriétaire.

 

  Mais ça c'était avant ! Car les héritiers actuels, eux, ont émis le souhait de vendre, et de laisser disparaitre ce patrimoine au profit de constructions...

Le projet pavillonaire :

image : http://www.lafermedesbouillons.fr/sauvons-la-ferme-de-bonsecours/
image : http://www.lafermedesbouillons.fr/sauvons-la-ferme-de-bonsecours/

  Nous vous proposons de découvrir le déjà ancien, mais toujours d'actualité rapport de présentation du projet ici : http://www.lafermedesbouillons.fr/wp-content/uploads/2018/11/Rapport_presentation-ZAC-2009.pdf

 

On retiendra qu'il est prévu de garder des hectares de nature, ou plutôt de recréer une nature domptée et propice au tourisme, pourquoi ? Alors que la nature est déjà la et magnifique !

 

On notera le nombre très important de logements prévus, puisqu'il y en aurait aux alentours des 350, dont de nombreux immeubles, puisqu'il n'y a que 80 maisons individuelles prévues. Ce qui permet de constater qu'en plus des désastres écologiques et historiques du projet, le secteur visible depuis si loin sur la rive gauche, sera complétement défiguré par cette "bétonnite" aigüe, une fois de plus !

 

  "Ce site possède un fort potentiel caché de transformation urbaine..." voila ce qui est dit aussi dans ce rapport, alors pour le coup, il est très bien caché, et ne demande absolument pas être révélé. Et quel prétexte fallacieux  que celui de la transformation urbaine, voulant faire croire à une amélioration de l’urbanisme, et en l’occurrence de l'écologie en milieu urbain, car on parle ici d'un écoquartier, vu que précisément le secteur n'est pas urbanisé, il ne peut donc pas y avoir de transformation de la zone urbaine, mais bien destruction d'autres types de zone, des zones naturelles et agricoles.  Il est dit plus loin dans le rapport qu'il faudra recréer des écosystèmes naturels, la ou ceux existants vont très bien, et vous remercient de l’intérêt que vous leur porté

 

  Et à votre avis pourquoi préférer des immeubles plutôt que des maisons individuelles ? Et bien le rapport explique sans honte, que les petits immeubles atténueront plus le bruit de la vallée et permettront une splendide vue aux résidents. La aussi c'est tellement absurde, étant donné que plus de constructions et de véhicules provoqueront plus de bruit, la ou les arbres eux sont de parfaits antibruits naturels,  et puis admettons cette hypothèse des immeubles anti-bruit, quid de la pollution ? Et pour la vue, certes au troisième étage des immeubles la vue sera magnifique, mais pour tout le reste de la population de l'agglomération et les touristes, la vue sur Bonsecours, la magnifique foret et la Basilique sera elle complétement gâchée !

 

  Enfin notons tout de même, ce qui peut paraitre positif dans le projet, la réfection de l'espace du marché, avec des grandes Halles, un véritable parvis devant la Basilique, en fait la partie du projet qui ne nécessite pas la destruction de la ferme et des terrains attenants. Signalons pour en terminer avec le projet qui risque devoir le jour, qu'il n'y a pas eu de véritable consultation publique, que les associations et citoyens du secteur ont été mis de cotés, et que si la ville à des obligations en terme de logements sociaux, de nombreux autres sites sont possibles qui ne provoquerais pas tant de controverses. A moins qu'encore fois, la seule chose prise en compte soit l’intérêt financier à très court terme.

Des propositions qui préserveraient le lieu :

Contrairement à ce que certains pensent, les associations et collectifs ne sont pas que dans l'opposition à ce projet de zone résidentielle urbaine. Conscients de la nécessité de faire vivre le lieu économiquement pour le préserver, plusieurs idées, dont la faisabilité  à  déjà été prouvée ailleurs, ont germées :

 

- Remise en culture et maraîchage biologique pour un approvisionnement des cantines et restauration collective

 - Distribution en circuit court

- Vente directe à la ferme 

- Espace pédagogique et ouverture au public…

- Lieu de résidence artistique  et d'expositions

- Projet de construction de logements sur les terrains de la maison diocésaine  MAIS incluant la réhabilitation de la grande bâtisse faisant partie du patrimoine et de l’identité de la commune.

 

Des idées qui pourraient êtres associées les unes aux autres, sous forme de tiers-lieu autour du bien-manger et de la nature, tout en proposant  aussi des logements, et qui économiquement seraient à long terme bien plus intéressantes pour les collectivités locales, dont le montant alloué à la restauration collective baisserait drastiquement, tout comme les transports de marchandises et donc la pollution. Nous pourrions aussi évoqué l'aspect indispensable et urgent de proposer aux enfants, mais pas que, des espaces pédagogiques concrets et vivants.


Gospel pour 100 voix : une force vocale et des messages d’amour à partager au Zénith de Rouen

Lors de leur tournée en Allemagne, les artistes de la tournée Gospel pour 100 voix ont été salués par une standing ovation de 25 minutes. Ils se produisent au Zénith de Rouen (Seine-Maritime), samedi 2 février 2019.

Lors de leur tournée en Allemagne, les artistes de la tournée Gospel pour 100 voix ont été salués par une standing ovation de 25 minutes. Ils se produisent au Zénith de Rouen (Seine-Maritime), samedi 2 février 2019. (©D.R.)

Fort d’un million de spectateurs, suivi par 70 millions de téléspectateurs, nominé aux premier Gospel award à Londres, le spectacle Gospel pour 100 voix se produit au Zénith de Rouen (Seine-Maritime), samedi 2 février 2019.

LIRE AUSSI : Eddy de Pretto, Kendji Girac, Pascal Obispo, Soprano… Les rendez-vous du Zénith de Rouen en 2019

Comment est né le projet Gospel pour 100 voix ?
Jean-Baptiste Guyon, créateur, directeur artistique et producteur de Gospel pour 100 voix : On me pose souvent cette question, et j’ai toujours du mal à y répondre en fait. En 1994, lors d’un voyage au Kenya je me souviens être allé dans un village avec un guide et j’ai entendu des chants dans une église. J’ai demandé à mon guide ce que c’était. Il m’a répondu que c’était du gospel. Lorsque je suis revenu en France, je me suis dit qu’il fallait faire découvrir le gospel aux Français, mais pas celui qu’on peut chanter dans les églises romanes du XIIIe siècle, celui qui vient des églises en bois.
En 1995, j’ai sorti le gospel des églises et je l’ai proposé dans des salles de concert. En 1998, j’ai unifié plusieurs chorales pour les produire dans des salles. Au départ c’était juste pour un one shot.

Standing ovation de 22 minutes !

Un coup unique qui s’est développé et qui tourne aujourd’hui à travers le monde.
En effet, Gospel pour 100 voix est devenu mondial. Nous nous sommes produits en Tunisie, à Londres, en Espagne… Nous revenons de faire cinq dates en Allemagne. C’était merveilleux. À Berlin, ce qui s’est passé est du domaine de l’indéfinissable. Au final, il y a eu une standing ovation de 22 minutes. Mais le public français est toujours notre premier public et demeure toujours très fidèle.

Les chanteurs et danseurs viennent eux-aussi du monde entier.
La troupe regroupe 25 nationalités différentes et de toutes les confessions religieuses. Les artistes viennent d’Allemagne, du Brésil, d’Haïti, de l’Île Maurice, de Madagascar, du Cap vert, de Bali, de Suisse, de Belgique, de Cayenne, et des pays africains. Nous sommes 130 personnes sur les routes dont 100 artistes, y compris une quinzaine de lead, qui sont sur scène.

VIDÉO. Écoutez un extrait du spectacle : 

Un message d’amour et de partage

Quel est le secret de longévité de cette tournée. Il n’y a pas que l’énergie scènique ?
Il y a plus que de l’énergie communicative car nous n’aurions pas tenus 21 ans. Le public a besoin de messages, de consistance… Il y a un message d’amour, de partage. Quand le public voit 25 nationalités différentes aller dans le même sens, ça donne une grosse impression. Si c’est possible pour nous, pourquoi ça ne le serait pour eux ? Gospel pour 100 voix, c’est un show à l’américaine, c’est l’alliance du fond et de la forme. Il y a beaucoup de surprises et nous proposons un voyage dans le temps, jusqu’aux origines du gospel.

D’où vient le gospel ?
Gospel vient de God Speeking, la parole d’Évangile. Un des premiers à avoir fait deux albums de gospel, c’est Elvis. Chacun marque sa différence musicale, mais le plus important c’est l’interprétation qu’on fait.
Thomas Dorsey s’est fait connaître dans le blues américain. Sa femme a accouché le soir d’un de ses concerts. Il a téléphoné à l’hôpital pour prendre de ses nouvelles. Il a appris que sa femme et son enfant étaient morts. Il a écrit les premières paroles de Gospel sur une musique blues : I love the lord.
Ensuite on a puisé dans le répertoire du Négro spiritual, le chant des esclaves. Dans les années 50, les chanteurs ont remixé les répertoires de leurs ancêtres qu’ils ont remis au goût du jour.

Infos pratiques :
Au Zénith, avenue des Canadiens, au Grand-Quevilly, à 20h30.
Tarifs : de 19 à 59 euros.

ENTENTE CYCLISTE NEUFCHATELOISE

LONGUEVILLE SUR SCIE

Dimanche 27 janvier fut la reprise des compétitions pour 9 de nos vététistes qui se sont rendus au VTT de Longueville sur Scie, Cette course était le support départemental pour participer au National UFOLEP en Juin.

Chez les 7/8 ans, doublé du club avec Hugo Vatignez sur la 2ème marche et Léo Vatignez sur la 3ème et chez les filles belle 2ème place d’Elia Quesnel. Chez les 9/10 ans, Charlotte Vatignez monte sur la 2ème marche du podium et Nathan Gamard finit 7ème des garçons. Chez les 11/12 ans, Oneil Quesnel termine 10ème et Fabien Carpentier se classe 9ème des 15/16 ans. Belle 2ème place de Marion Capron chez les féminines 17/29 ans qui se classe 40ème au scratch. Et chez les 30/39 ans, Nicolas Fontaine finit 3ème et prend une belle 8ème place du scratch. Rendez-vous pour la prochaine compétition le dimanche 3 février à Darnétal.