Bientôt de nouvelles places pour les demandeurs d’asile en Seine-Maritime : « Une goutte d’eau »

L'État va ouvrir 78 places d'hébergement en plus en Seine-Maritime pour les demandeurs d'asile en octobre 2019.

L’État va ouvrir 78 places d’hébergement en plus en Seine-Maritime pour les demandeurs d’asile en octobre 2019. (Illustration ©Adobe stock)

Les migrants continuent de fuir leurs terres hostiles pour tenter de prospérer en Europe. En Seine-Maritime, le nombre de demandeurs d’asile est passé de 1 972 à 1 861, entre 2017 et 2018. Une baisse donc, mais « ces chiffres sont à prendre avec précaution », puisqu’au niveau national, « la demande d’asile se maintient à un niveau élevé », indiquent les services de l’État : + 22 % sur la même période.

Pour faire face à cet afflux et tenter d’accueillir dignement ces exilés, l’État s’apprête à ouvrir 78 places dans le département pour les demandeurs d’asile. De nouvelles places qui seront effectives dès octobre 2019. Pour les associations, il s’agit d’une « bonne nouvelle », mais l’ambition n’est pas à la hauteur du problème.

Lire aussi : Du sport pour intégrer les migrants, et créer du lien avec les Français, à Rouen

Une décision « bienvenue »

Une décision locale qui s’inscrit dans un schéma national voulu par le gouvernement. En 2019, l’exécutif a décidé de la création de 3 500 places réservées à l’asile, de la répartition suivante : 2 500 places en Hébergement d’urgence pour demandeurs d’asile (Huda) destinées aux personnes en procédure accélérée et 1 000 places pour les Centre d’accueil de demandeurs d’asile (Cada), réservées aux exilés en procédure normale.

Pour répondre à cette volonté gouvernementale, comme l’indique un document préfectoral daté du 15 janvier, le département ouvrira dès octobre 45 places d’Huda et 33 en Cada. Concernant les migrants ayant déjà obtenu le statut de réfugié, 2 000 places supplémentaires seront créées dans les Centres provisoires d’hébergement (CPH) au niveau national, dont 50 en Seine-Maritime. « On n’est peut-être pas arrivé au maximum de places nécessaires, mais c’est bienvenu, cela vient compléter notre dispositif », commente Yannick Décompois, responsable de la direction départementale de la cohésion sociale.

Lire aussi : Des mineurs étrangers affluent chaque jour à Rouen : « Je ne croyais pas survivre »

« Cela représente 10 à 15 % des besoins »

Du côté du secteur associatif, Sophie Toupin directrice départementale de France terre d’asile parle « d’une bonne nouvelle », car « cela répond à la demande d’hébergement ». Jacqueline Madeline, présidente de l’association rouennaise Welcome, est nettement plus réservée. Elle parle « d’une goutte d’eau » pour ce qui concerne les demandeurs d’asile :

 Beaucoup de femmes et familles sans solution d’hébergement vivent dans une précarité extrême, alors qu’ils sont passés par la préfecture et qu’ils ont un récépissé de demandeur d’asile.

Selon Jacqueline Madeline, ces ouvertures d’État représentent « 10 à 15 % des besoins ». Yannick Décompois concède que dans le département « ce n’est pas tant que ça, mais au niveau national c’est conséquent ».

Lire aussi : Entrer dans l’emploi pour mieux s’intégrer : une formation à Rouen pour aider les migrants

La crainte de « l’appel d’air »

Une décision sensible prise par l’État, à qui l’on oppose régulièrement l’argument de « l’appel d’air ». Ouvrir des places d’hébergement enverrait des signaux aux filières d’émigration. Récemment, le cabinet du président du Département évoquait cette problématique au sujet des migrants mineurs devant recevoir la protection des pouvoirs publics : « La crainte de l’appel d’air est clairement liée à l’augmentation des places. »

Yannick Décompois, de la direction départementale de la cohésion sociale, balaie d’un revers de main l’inquiétude et évoque « une solution équilibrée » :

C’est une offre nécessaire, mais ce ne sont pas 1 000 places de créées dans le département. Là, ça serait un appel d’air et ça poserait souci. On parle d’une centaine de places.

Même position pour Sophie Toupin de France terre d’asile  : « La nouvelle loi asile et immigration de septembre 2018 stipule que quand un département n’a plus de place, l’Office français de l’immigration et l’intégration peut réorienter les demandeurs dans une autre région sans possibilité de revenir : c’est l’orientation directive. Donc, il ne peut pas y avoir d’appel d’air ».

Au 31 janvier, la Seine-Maritime comptait 177 demandeurs d’asile, selon les chiffres de la préfecture.

Une organisation de nos territoires profondément remise en cause ?

L’actualité récente a placé sur le devant la question des différences des territoires, entre les espaces métropolitains et les espaces périphériques. Pour Une réorganisation nécessaire , il faut d’abord bien comprendre cette transformation.  Loin de se réduire à un tel affrontement, les tensions territoriales actuelles s’apparentent davantage à des luttes pour l’accès aux ressources des territoires. …

Continue reading

Un magasin Alinéa s’installe près du Havre : pourquoi le projet dérange-t-il ?

Le projet prévoit une surface de vente de 4 500 m2, 2500 supplémentaires pour le stockage des marchandises ainsi qu'un parking de 180 places.

Le projet prévoit une surface de vente de 4 500 m2, 2 500 supplémentaires pour le stockage des marchandises ainsi qu’un parking de 180 places. (©Ville de Montivillers)

Ils refusent de voir sacrifiées « 4 500 m2 de terres agricoles » dans le cadre de l’installation d’Alinéa, magasin d’ameublement et de décoration qui doit voir le jour dans la zone d’activités d’Épaville à Montvilliers (Seine-Maritime). Samedi 9 février 2019, les opposants au projet manifesteront donc sur place dans l’après-midi.

Lire aussi : Commerces. Alinéa, un magasin dédié à l’ameublement et la décoration s’installe près du Havre

Grignotage des terres agricoles

« Alors que la majorité parle de défendre le commerce de proximité, on continue à vider le centre-ville du Havre avec ce genre de projet périurbain qui amène les gens à l’extérieur », présente Alexis Deck, élu Europe Écologie Les Verts et membre du collectif organisateur du mouvement.

Surtout, « ce sont à nouveau des terres agricoles qui vont être bétonnées, souligne Nicolas Guillet, de la France Insoumise, lui aussi co-organisateur du rassemblement. Même si l’agriculteur ne souhaitait poursuivre cette activité, on aurait pu imaginer la convertir en zone de maraîchage », imagine-t-il.

Des friches ailleurs dans l’agglomération

Lui évoque également les soucis que pourraient entraîner cette transformation « qui pose aussi des problématiques autour du ruissellement des eaux sur une commune comme Montivilliers sensible aux inondations. »

De son côté, Alexis Deck regrette également ce choix de la zone d’Épaville « alors que nous avons sur l’agglomération des friches commerciales qui pourraient être réhabilitées, et notamment un ancien magasin d’ameublement à Gonfreville-l’Orcher. »

Rendu public le mois dernier, le projet Alinéa est déjà bien enclenché. La demande de permis de construire a été déposée et les travaux devraient normalement débuter d’ici la fin de l’année. Un permis de construire que Nicolas Guillet n’exclut pas d’attaquer à l’avenir.

Lire aussi : Quelle valeur juridique pour L’affaire du siècle, la pétition record aux deux millions de signatures ?

Informations pratiques : 
Rendez-vous samedi à 15 heures au niveau du rond-point de Leroy Merlin à Montivilliers.
Tous les détails sur la page Facebook de l’événement.

Soirée indienne, concerts, conférence… Nos idées de sorties en Seine-Maritime, ce vendredi

Bonjour à tous !

Après une petite accalmie dans la matinée et en début d’après-midi, la pluie devrait faire son retour en Seine-Maritime, et le ciel restera gris quoiqu’il en soit. Côté températures, comptez entre 8 et 10 degrés. Malgré ce climat morose, plusieurs bonnes nouvelles pour ce vendredi 8 février 2019. D’abord, ce soir, c’est le week-end ! Et ensuite, la rédac vous a concocté le meilleur des sorties du jour : 

Conférence

Docteure en histoire de l’art, Aline Lemonnier-Mercier donnera une conférence sur Édouard Riou, illustrateur des récits de Jules Verne, auquel la bibliothèque Salacrou consacre une exposition. Caricaturiste, illustrateur et peintre, Riou avait de multiples casquettes. Découvrez la vie et l’œuvre de cet artiste havrais tombé dans l’oubli.

LIRE AUSSI : Au Havre, partez à l’aventure avec Édouard Riou, illustrateur de Jules Verne

Infos pratiques :
Vendredi 8 février 2019, à 18 heures, à la bibliothèque Armand-Salacrou, 17 rue Jules-Lecesne, au Havre.
La conférence sera précédée d’une visite guidée de l’exposition.
Entrée libre dans la limite des places disponibles.

Cinéma

Soirée Bollywood au Sirius, au Havre, vendredi 8 février 2019.

Soirée Bollywood au Sirius, au Havre, vendredi 8 février 2019. (©Rapid Eye Movie.)

Le Sirius accueille une soirée indienne. Au programme : un dîner indien concocté par Le Taj Mahal, puis la projection de Bajirao Mastani, à 20h45.

VIDÉO. La bande-annonce de Bajirao Mastani :

Infos pratiques :
Vendredi 8 février 2019, à partir de 19 heures pour le dîner indien et projection à 20h45, au Sirius, 5 rue du Guesclin, au Havre.
Plus d’infos en ligne, ici.

Concert

Grand Parc, en concert, au CEM.

Grand Parc, en concert, au CEM. (©D.R.)

Le CEM accueille Grand Parc, un duo qui cultive une pop composite, tendance hors-piste. « D’un morceau de mélancolie progressive à la griserie d’un riff tranchant de guitare dans le plus basique des couplets-refrains, la musique de Grand Parc n’a de boussole que pour celles et ceux qui ne craignent pas les départs au vent », décrit le CEM. La première partie sera assurée par Dead Myth, dont le psych-rock parlera aux amoureux de Fuzz, Cosmonauts et Fidlar.

VIDÉO. Unchestra de Grand Parc :

Infos pratiques :
Vendredi 8 février 2019, à 20h30, au CEM, Fort de Tourneville, 55 rue du 329e-RI, au Havre.
Infos au 02 35 48 48 80.
Tarif : 7 euros.

Théâtre

« Orphelins », d'après le texte de Dennis Kelly, est présenté au Théâtre des Bains Douches.

« Orphelins », d’après le texte de Dennis Kelly, est présenté au Théâtre des Bains Douches. (©Virginie Meigné.)

En partenariat avec le Volcan, le Théâtre des Bains Douches présente Orphelins. Adaptée d’un texte de Dennis Kelly, la pièce précipite le quotidien dans une réalité où explosent les mensonges et les non-dits.

Infos pratiques :
Vendredi 8 février 2019, à 20h, au Théâtre des Bains Douches, 22 rue Louis-Lô-Basso, au Havre.
Réservations en ligne, ici.
Tarifs : de 5 à 18 euros.

Théâtre musical

Le « Journal d’un disparu » de Leos Janacek fut présenté pour la première fois en 1921. Il est inspiré de l’amour impossible de Janacek pour sa muse Kamila de 37 ans sa cadette. Cette œuvre brûlante est illuminée par la mise en scène d’Ivo van Hove, assisté de Romain Gilbert.

Avec Ed Lyon , ténor / Marie Hamard, mezzo / Hugo Koolschijn et Gijs Scholten Van Aschat, comédiens / Lada Valesova, piano.

Spectacle en tchèque et en anglais surtitré en français.

Durée 1h20. Rens : 02 35 98 74 78.

Infos pratiques : 
Vendredi 8 février 2019, à 20 heures, au Théâtre des Arts, rue du Docteur Rambert, à Rouen (Seine-Maritime).
Tarifs : de 10 à 46 euros.

Rival sons au 106

Après avoir fait les premières partie des Rolling Stones ou de Black Sabbath, le groupe californien Rival Sons va présenter son rock vintage au accents heavy blues-rock.

VIDÉO. Do your worst, de Rival sons :

Infos pratiques :
Vendredi 8 février 2019, à 20 heures, au 106, quai Jean-de-Béthencourt, à Rouen (Seine-Maritime).
Tarif : de 18,50 à 28 euros.

Sortie d’album pour Thibault Wolf 

Idéaliste et rêveur, Thibault Wolf, propose un univers poétique, contestataire teinté d’imaginaire fantastique. Une sorte de néo romantique qui n’hésite pas à employer parfois l’absurde et le surréalisme. Sa musique se veut rock avec des accents de chansons familières qui rappelleront Brel, Bashung ou encore les Doors.

Réservation : 06 11 27 44 79 ou billetterie hello asso

VIDÉO. Une reprise interprétée par Thibault Wolf :

Infos pratiques : 
Vendredi 8 février 2019, à 21h, à l’Almendra, rue Paul Baudoin, à Rouen (Seine-Maritime).
Tarif : 8 euros.

REGLEMENT CHALLENGE 2019

CHALLENGE DU PAYS DE BRAY 2019

Règlement du Challenge du Pays de Bray 2019

Le Challenge « du Pays de Bray » se déroulera pendant l’année 2019 et comportera 10 courses. Le challenge est ouvert aux licenciés et aux non licenciés. Vous trouverez ci-dessous le règlement complet de cette 2ème édition.

· Article 1 :
Chacune des 10 organisations proposant les Marches, Randonnées, Trails, Course sur route et cross constituant le challenge est strictement indépendante et les concurrents participent sous le règlement propre à chaque organisation, sans que le challenge ne puisse s’y substituer de quelque façon que ce soit. Les points du challenge sont attribués suivant les classements scratch officiels fournis par chacune des 10 organisations, sans possibilité de contestation. L’obligation d’une assurance responsabilité civile et le respect du règlement FFA en matière de licences et de certificats médicaux sont également sous la responsabilité de chacune des organisations participantes.

Chacune des 10 organisations se réserve la possibilité de modifier le parcours initial suivant les contraintes environnementales (nidifications, protection d’espèces protégées, etc…), les contraintes de parcours (passages en terrain privé, utilisation du domaine public…) et contraintes organisationnelles (sécurité, intempéries, etc…). En cas d’annulation d’une étape sur décision de son organisation ou sur décision des autorités compétentes, le présent règlement reste inchangé et intégralement applicable.

· Article 2 :
Le challenge du Pays de Bray 2019 est constitué des étapes suivantes :
Cross de l’Epinay 27 janvier Course
Trail Fort et Vert 03 février Course / Randonnée
Foulées Bolhardaises 17 mars Course / Marche
Trail des Crocs Les Gdes Ventes 07 Avril Course / Randonnée
Trail du Pays de Bray 12 mai Course / Randonnée
Les foulées Londinièraises 16 juin Course / Marche
Courses du Casino 29 juin Course / Marche
Les foulées Foucarmontaises 25 août Course / Marche
Trail d’Eawy 01 septembre Course / Randonnée
Trail de la Béthune 09 Novembre Course / Randonnée

Toutes les courses et marches de chaque organisation sont prises en compte dans le challenge sauf lors des courses du Casino le 29/06 (Le 10 Km du Casino ne sera pas pris en compte pour les Femmes, seul Le 7Km de La Forgionne le sera)

· Article 3 :
Pour être classé(e) :

Concernant les marches, il y a 9 marches dont 5 randonnées3 participations Marche sur route obligatoires, celui qui fait les 4 marches sur route bénéficiera d’un bonus de 2 points.

De plus, pour chaque randonnée effectuée donne un bonus de 2 points.
Soit : 1 randonnée : + 2 points
2 randonnées : + 4 points
3 randonnées : + 6 points

Concernant les courses, il y a 10 courses dont 3 Routes, 5 Trails et 1 cross
6 participations obligatoires et 2 points de bonus pour chaque course supplémentaire

Soit 7 courses : + 2 points
8 courses : + 4 points
9 courses : + 6 points

Concernant les Marches Nordique, il y a 5 Marches dont 1 Route, 4 Trails.
4 participations obligatoires et 2 points de bonus la course supplémentaire

Soit 5 courses : + 2 points

· Article 4 :
Les classements sont établis en additionnant les points gagnés sur les 6 meilleures épreuves (pour la Course) et les 3 meilleures (pour la marche).

Il y a un classement scratch Homme et un classement scratch Femme par course ou marche. Les points attribués sont :

– 1000 points au premier du classement scratch.
– 999 points ….
– 998 points ….
– …. .

Bonus de 2 points par course ou marche/ Rando supplémentaires.

· Article 5 :
Les catégories d’âge, pour chaque épreuve, sont celles émises par la FFA. Pour le classement du Challenge, en cas de changement de catégories d’âge en cours d’année, la catégorie d’âge retenue est celle de la première épreuve du challenge.

· Article 6 :
Sont récompensés à la diligence du Challenge du Pays de Bray les trois premiers au scratch ainsi que les 3 premiers des catégories suivantes H et F : Ca, Ju, Es, S, V1, V2, V3, V4. Les récompenses H et F seront identiques. Pas de cumul de récompense.

Chaque participant figurant au classement final du challenge sera récompensé. Cette récompense sera remise aux coureurs présents lors de la cérémonie des récompenses. En cas d’absence l’organisation du challenge n’a aucune obligation de faire parvenir les récompenses. La date de la cérémonie des récompenses du Challenge 2019 reste à définir.

Pour tous renseignements complémentaires contacter un des organisateurs

Six groupes de l’agglomération rouennaise au festival Rock’N’Aubette près de Rouen

Plusieurs groupes de rock de l'agglomération rouennaise participent à ce festival.

Six groupes de rock de l’agglomération rouennaise participent à ce festival. (©ACLA)

Le festival Rock’n’Aubette se tiendra à l’Espace Yannick Boitrelle, refait à neuf suite à un accident survenu en juillet dernier à Saint-Léger-du-Bourg-Denis (Seine-Maritime). Ce qui avait eu pour conséquence de reporter le festival en février, alors qu’il était prévu initialement en octobre, comme toutes les éditions précédentes.

Lire aussi : SONDAGE. Festival Beauregard : quels noms pour boucler la programmation de l’édition 2019 ?

Ce festival de rock est organisé par le service culturel municipal de Saint-Léger-du-Bourg-Denis : l’ACLA (Activités Culture et Loisirs de l’Aubette). Pour l’ACLA, il s’agit d’un test sur de nouvelles dates comportant une programmation riche et variée avec six groupes issus de Rouen et son agglomération.
Vendredi 8 février, les groupes Kobalt, Youpoor ! et Hasta Siempre ouvriront le festival. Samedi 9, ce sera au tour de Chaxtown, Black Pho3nix et The Edible Toadstool Orchestra.

Foodtruck et navette depuis Rouen

Deux nouveautés agrémenteront le festival : un foodtruck sur place et un service de navette gratuit avec un rendez-vous place Saint Marc à Rouen, devant le restaurant La Boucherie à 19h15 et 19h45 (réservation indispensable par mail à acla76@wanadoo.fr).

Infos pratiques
Pour venir au festival, réservations indispensables au 02 35 08 04 24 ou acla76@wanadoo.fr (préciser le nom du groupe pour lequel la réservation est faite).
Entrée : 7 € pour 3 concerts chaque soir, début à 20 h 30.
Espace Yannick Boitrelle, théâtre, 123, route de Lyons, Saint-Léger-du-Bourg-Denis. Buvette payante sur place et foodtruck.

Au Havre, elle donne un coup de couteau au visage de sa voisine qui lui avait prêté de l’argent

Les policiers ont retrouvé le couteau dans l'évier de la cuisine et des traces de sang dans l'entrée.

Deux femmes se sont disputées au Havre. Une a reçu un coup de couteau au visage. Les policiers ont retrouvé le couteau dans l’évier de la cuisine et des traces de sang dans l’entrée. (©AdobeStock/Illustration)

Une femme a reçu un coup de couteau au visage au Havre (Seine-Maritime), jeudi 6 février 2019. Une blessure qui fait suite à une querelle avec sa voisine.

Lire aussi : Un arbre lui tombe dessus, un homme grièvement blessé en Seine-Maritime

Un prêt d’argent en cause

La dispute a éclaté en début d’après-midi. À l’origine de la querelle, un prêt d’argent. Pour aider sa voisine n’ayant ni compte en banque ni chéquier, la victime, une femme de 36 ans, avait accepté de lui signer des chèques nécessaires à l’achat d’un matelas.

Cette dernière avait promis de la rembourser et les choses s’étaient dans un premier temps bien passées. Mais après deux premiers remboursements, à hauteur de 150 euros chacun, le contact est rompu entre les deux femmes.

Des traces de sang dans l’entrée

N’ayant plus de réponse à ses demandes, la victime a donc fini par se présenter au domicile de sa voisine. Cette dernière expliquera ensuite à la police que l’entendant tambouriner à sa porte, elle aurait saisi un couteau pour « se défendre » et que le coup serait ensuite parti par accident.

Les policiers ont effet constaté la blessure de la victime, retrouvé le couteau en question dans l’évier de la cuisine et relevé des traces de sang dans l’entrée de la maison dont l’habitante a été placée en garde à vue.

La police frappe à sa porte, il jette un sac rempli de drogues par la fenêtre, au Havre

Dans le sac, les policiers ont découvert de l'argent liquide et une importante quantité de résine de cannabis.

Dans le sac, les policiers ont découvert de l’argent liquide et une importante quantité de résine de cannabis. (©Illustration / Pays d’Auge)

Alors qu’ils se rendaient pour un simple contrôle dans un appartement du Havre (Seine-Maritime),  les policiers ont interpellé un homme qui s’était débarrassé d’un sac rempli de drogues avant de prendre la fuite, lundi 4 février 2019. Précisions.

Lire aussi : Course-poursuite près de Rouen : un adolescent interpellé au volant d’une voiture volée

Il jette un sac par la fenêtre quand les policiers sonnent à la porte

Les faits se sont produits dans un immeuble de la rue des saules. Les policiers s’y sont présentés à la porte d’un appartement situé au premier étage, où ils recherchaient une femme faisant l’objet d’une fiche de recherche. 

Ayant trouvé porte close, les policiers s’apprêtaient à repartir lorsque leurs collègues restés à l’extérieur pour faire le guet leur ont signalé qu’un individu, se trouvant dans l’appartement en question, a jeté un sac par la fenêtre.

18 mois de prison

En retournant sur leur pas, les policiers tombent alors nez à nez avec l’homme en question, accompagné d’un autre individu. Tout deux ont alors pris la fuite en courant.

Dans sa course, le premier suspect a tenté de se débarrasser d’un sachet en plastique, qu’il a jeté dans le jardin d’un pavillon, avant d’être finalement interpellé. En tout, 1,7 kilo de résine de cannabis, 250 grammes d’herbe ainsi qu’un peu plus de 200 € en liquide sont saisis sur lui.

Placé en gare à vue, le suspect a nié les faits, expliquant avoir trouvé la drogue dans le vide-ordure de son immeuble. Entendu en comparution immédiate, il a écopé de 18 mois de prison dont un an avec sursis assorti de l’obligation de porter un bracelet électronique.

Et dans la nuit…
Dans la nuit du lundi 4 au mardi 5 février, les policiers ont fait une autre saisie importante de stupéfiants au Havre. C’est cette fois-ci lors d’un contrôle pour une conduite en état d’ivresse qu’ils ont découvert 92 grammes de résine de cannabis, 15 cachets d’ecstasy, 9 grammes de cocaïne, 4 grammes de MDMA et 8 buvards de LSD ainsi que 790€ en liquide. Un homme a été placé en garde à vue.

Un arbre lui tombe dessus, un homme grièvement blessé en Seine-Maritime

Un homme a été grièvement blessé après la chute d'un arbre, à Criquiers, près de Forges-les-Eaux (Seine-Maritime), jeudi 7 février 2019.

Un homme a été grièvement blessé après la chute d’un arbre, à Criquiers, près de Forges-les-Eaux (Seine-Maritime), jeudi 7 février 2019. (Illustration ©Adobe Stock)

Un homme a été victime d’un grave accident, jeudi 7 février 2019, à Criquiers, non loin de Forges-les-Eaux (Seine-Maritime). Un arbre lui est tombé dessus.

La victime coincée sous un arbre

L’accident s’est produit aux alentours de 14h30, dans un petit chemin situé à proximité du cimetière de la commune. Dans des circonstances qu’il reste encore à déterminer, un homme d’environ 75 ans s’est retrouvé coincé sous un arbre.

Lire aussi : Un arbre tombe sur la chaussée près de Dieppe et prive une commune d’électricité

Le chemin n’étant pas praticable pour les véhicules des sapeurs-pompiers, il a fallu faire intervenir l’hélicoptère Dragon 76 de la sécurité civile. C’est donc par hélicoptère que l’homme, grièvement blessé, mais dont les jours n’étaient pas en danger au moment de sa prise en charge, a été transporté vers un centre hospitalier.

VIDÉO. Vitrail Henri IV, façade, clocher… La cathédrale Notre-Dame au Havre se refait une beauté

Anne Pinto est maître-verrier, avec trois autres artisans, elle va restaurer le vitrail Henri IV de la cathédrale Notre-Dame.

Anne Pinto est maître-verrier, avec trois autres artisans, elle va restaurer le vitrail Henri IV de la cathédrale Notre-Dame. (©M-B/76actu)

Derrière l’imposant échafaudage qui recouvre l’entrée de la cathédrale Notre-Dame au Havre (Seine-Maritime), pas moins de neuf corps de métiers vont se succéder pour rénover façade, sculptures extérieures, clocher et vitraux pendant encore neuf mois environ. 

Lire aussi : EN IMAGES. Gros travaux et appel à mécénat pour restaurer la cathédrale Notre-Dame du Havre

« Un chantier qui me tient à cœur »

Cette fois, ça y est : c’est l’heure de la grande restauration pour le vitrail Henri IV, installé dans la cathédrale Notre-Dame. Anne Pinto, maître-verrier est venue de Charente, avec trois autres artisans, afin de procéder à la très délicate opération de démontage du vitrail. Samedi 9 février, ce sera direction l’atelier pour plusieurs mois d’un travail minutieux autour de cette pièce de 2,80 m de largeur sur 5 mètres de hauteur. 

Anne et son équipe n’ont pas hésité à répondre à l’appel de la mairie du Havre.

Ce vitrail a été restauré en 1976 par mon ami Michel Durand qui est décédé cette année. Nous étions jeunes verriers à l’époque et nous adorions passer dans son atelier, lui était à la retraite et nous donnait de nombreux conseils. Donc lorsque la Ville du Havre a proposé une nouvelle restauration, nous n’avons pas hésité, sourit Anne Pinto. 

La dimension patrimoniale et artistique du vitrail est une autre raison de l’intérêt de Anne et son équipe.  « C’est un vitrail patrimonial dans toute sa splendeur de 1881, d’un artiste majeur du XIXe siècle, le maître-verrier Duhamel-Marette. Il s’agit d’un travail exceptionnel de gravure sur pierre, de découpe de verre et de peinture. » 

« C'est un vitrail patrimonial dans toute sa splendeur de 1881, d'un artiste majeur du XIX siècle le maître-verrier Duhamel-Marette, il s'agit d'un travail exceptionnel de gravure sur pierre, de découpe de verre et de peinture. » 

« C’est un vitrail patrimonial dans toute sa splendeur de 1881, d’un artiste majeur du XIXe siècle le maître-verrier Duhamel-Marette, il s’agit d’un travail exceptionnel de gravure sur pierre, de découpe de verre et de peinture. »  (©VG/76 actu)

Pièces de verres brisées, peintures effacées par le temps, fragments à recoller, visages à restituer : le travail de restauration de ce vitrail représentant la venue du roi de France Henri IV au Havre, en 1603, va être colossal. 

Lire aussi : Galerie photo. Cathédrale Notre-Dame, l’origine du Havre

103 donateurs : 17 000 euros récoltés
Le coût total de la rénovation de la cathédrale est de 2,8 millions d’euros TTC, dont 35% pris en charge par la Ville du Havre. Le reste du chantier est financé par l’État, la Région Normandie, ou encore le Département de Seine-Maritime.
Pour la rénovation du vitrail Henri IV, la Ville du Havre a lancé une campagne de souscription publique en avril 2018. « À ce jour, nous avons eu 103 dons en moyenne de 70 à 80 euros. Ce qui nous permet de récolter 17 000 euros sur les 40 000 que coûte la restauration du vitrail. La souscription est toujours possible« , explique André Gacougnolle, adjoint au maire en charge des finances et des bâtiments communaux.

VIDÉO. Quand l’architecte explique le travail sur la pierre et le maître-verrier sur le vitrail :

Le sel, cet ennemi de la pierre

Vincent Duteurtre, architecte en charge des bâtiments au Havre (Seine-Maritime) explique les dégâts du sel sur la pierre de la façade de la cathédrale.

Vincent Duteurtre, architecte en charge des bâtiments au Havre (Seine-Maritime) explique les dégâts du sel sur la pierre de la façade de la cathédrale. (©M-B/76actu)

Parallèlement à cette rénovation du vitrail, le travail sur la cathédrale pour cette phase du grand chantier va également porter sur la façade de la cathédrale qui porte, elle aussi, les stigmates du temps. 

On a recensé pierre par pierre, cm par cm, tout ce qui va devoir être changé ou restauré, indique Vincent Duteurtre, architecte en charge des bâtiments au Havre.

L’architecte explique : « Notre plus gros ennemi, c’est le sel, sur les trois types de pierre que l’on peut voir sur cette façade de la cathédrale. Les pathologies sur la pierre sont liées aux dégâts du sel avec les embruns marins. Il y a des pénétrations qui se font dans les pierres, l’eau arrive et pénètre et, en séchant, le sel se cristallise et fait éclater la pierre avec le temps. La pierre se transforme alors en poudre à certains endroits. »

Un autre gros travail va consister en la réparation des corniches, surtout en partie haute « à cause de clous qui rouillent. » 

En septembre 2019, ce sera le clocher qui bénéficiera d’une rénovation. Et en attendant, « la cathédrale qui accueille chaque année 60 000 visiteurs en moyenne, soit moitié moins que l’église Saint-Joseph, reste ouverte au public », insiste André Gacougnolle, qui annonce, d’ici quelques jours, avant le nettoyage minutieux de la façade, « l’arrivée d’une immense bâche protectrice avec une belle surprise pour les Havrais. »

Un imposant échafaudage a été installé sur la façade de la cathédrale, il sera recouvert d'une imposante bâche d'ici quelques semaines.

Un imposant échafaudage a été installé sur la façade de la cathédrale, il sera recouvert d’une imposante bâche d’ici quelques semaines. (©M-B/76actu)

Près de Rouen, le transformiste Angie Queen va proposer un show à l’américaine

Le transformiste Angie Queen revient

Le transformiste Angie Queen revient avec un nouveau show à Darnétal, près de Rouen (Seine-Maritime). (©Angie Queen)

Britney Spears, Mariah Carey, Mylène Farmer… Dans un show à l’américaine, Angie Queen, artiste transformiste de Darnétal, dans l’agglo de Rouen (Seine-Maritime) se glissera dans la peau de ces chanteuses. Chaque mois de mars depuis 2012, Medhi Justin (alias Angie Queen) a pour habitude de faire salle comble à l’espace Savale de Darnétal et ses 260 places.

Lire aussi : Près de Rouen : le transformiste Angie Queen se glisse dans la peau des stars féminines

Pour Medhi qui habite à Darnétal (Seine-Maritime) depuis son enfance, ce rendez-vous annuel est le spectacle le plus important au niveau professionnel et aussi psychologique. D’autant que le jeune homme de 26 ans reste très attaché à sa commune.

Le gymnase Ferry métamorphosé

Pour son septième spectacle annuel intitulé N7 on stage, le transformiste s’est lancé un nouveau défi en se produisant au gymnase Ferry de Darnétal qui peut accueillir jusqu’à 500 personnes.

Ce sera aussi la première fois que ce gymnase se transformera autant pour accueillir un tel spectacle avec des effets spéciaux. « À l’espace Savale l’an dernier, je me suis senti étriqué. Pour mon prochain spectacle, j’avais envie de faire quelque chose d’un peu plus grandiose », explique-t-il. « Au gymnase Ferry, il y aura deux scènes principales avec une avancée de six mètres au milieu du public. Les tribunes seront supprimées, un cabaret sera créé sur le terrain. »

Avec cette configuration inédite et un thème centré sur les chanteuses de Las Vegas, Medhi promet un show à l’américaine surprenant avec quatre danseurs au lieu de deux habituellement :

Dans le coin, je suis le seul à faire ce type de spectacle. En France, on est deux ou trois artistes transformistes à avoir fait un tel show .

Pour s’imprégner de ces chanteuses dans ses transformations, Medhi est allé les voir en concert plusieurs fois. Et pour réaliser ses métamorphoses, il collabore avec une couturière ayant travaillé à l’opéra de Rouen ainsi qu’avec un perruquier de Paris qui lui réalise des perruques sur mesure.

Continuer sans Mickey

Mais cette année, ce spectacle aura une valeur sentimentale particulière : ce sera la première fois que Medhi se produira sans la présence de Mickey, un artiste transformiste qui était son mentor, collègue et ami avec qui il s’est produit plusieurs fois.
Malade, Mickey était absent au spectacle de mars 2018 mais Medhi se sentait porté par lui. La disparition de Mickey en avril 2018 a profondément affecté Medhi qui lui rendra hommage.

Chaque année, l’artiste de Darnétal tente de se renouveler et de faire évoluer ses spectacles. « Me remettre en question, je pense que c’est ce qui fait ma force », constate l’artiste, qui estime que changer de lieu traduit son état d’esprit.

J’ai l’esprit du cirque. Pour moi, un artiste ne reste pas toujours au même endroit et bouge.

D’ailleurs, son but ultime serait de partir en tournée, toujours en incluant Darnétal.

Un retour sur scène plus tôt que prévu ?

En attendant d’en arriver là, il se pourrait bien que le public n’ait pas à attendre jusqu’en mars 2020 pour retrouver Angie Queen sur scène à Darnétal. L’artiste fera une annonce pendant son spectacle du 9 mars prochain. Pour être sûr d’avoir une place, il est fortement conseillé de réserver en contactant Medhi.

Infos pratiques
N7 on stage, spectacle transformiste d’Angie Queen : samedi 9 mars 2019, 21 h au gymnase du complexe sportif Ferry à Darnétal (rue Jules-Ferry). Ouverture des portes à 19 h 30. Entrée au tarif unique de 15 €. Réservations : 07 88 63 33 78.
Réseaux sociaux. Instagram : angiequeenoff ; Facebook : Medhi Gautier (Angie Queen Off).

LISTE MATCHS REPORTES

LIGUE NORMANDIE & DISTRICT 76

09&10 FEVRIER 2019

Le mauvais temps est de retour, et les arrêtés municipaux ont commencé a tomber lors des derniers week-end et devraient être encore nombreux samedi 9 et dimanche 10 février 2019. Afin de vous informer de mieux possible, BRAYSPORTS tiendra à jour chaque semaine une liste des rencontres reportées.

Afin d’être le plus précis possible, nous vous invitons dès à présent a nous communiquer vos arrêtés.

Soit par mail: christophe@braysports.fr
Soit par SMS: 0684459436
Ou réseaux sociaux: FACEBOOK

Samedi 9 & Dimanche 10 février 2019 (arrêtés Municipaux)

Formule 1. Pierre Gasly en pleine préparation : « Il n’y a que la gagne qui m’intéresse »

Pierre Gasly, en conférence de presse, mercredi 6 février 2019, au centre d'entraînement golfique de Bois-Guillaume, près de Rouen (Seine-Maritime).

Pierre Gasly, en conférence de presse, mercredi 6 février 2019, au centre d’entraînement golfique de Bois-Guillaume, près de Rouen (Seine-Maritime). (©FM/76actu)

Pierre Gasly, le coureur automobile originaire de Bois-Guillaume (Seine-Maritime), est actuellement en pleine préparation. À tout juste 23 ans, il entamera sa deuxième saison en Formule 1, au Grand Prix d’Australie, à Melbourne, le 17 mars 2019, avec son coéquipier Max Verstappen, au sein de l’équipe Red Bull. De retour du centre d’entraînement de Santa Monica (États-Unis), il a fait une halte chez lui à Bois-Guillaume, occasion de livrer ses impressions à la presse. 

Lire aussi : Formule 1 : le Rouennais Pierre Gasly, en pleine ascension, pilotera pour Red Bull en 2019

« J’ai hâte que ça commence »

« J’ai hâte que ça commence !, confie le pilote, enthousiaste. Cette saison sera très importante. C’est un rêve que je vis, et que j’avais depuis j’ai commencé le kart. Avec Max, on se connait depuis 2010, c’est le coéquipier le plus talentueux du moment. Il y a entre nous du respect et de l’amitié. »

Outre l’entraînement physique, digne d’un véritable athlète, Pierre effectue en ce moment des séances sur simulateur, et réalise des essais sur les bolides.  

En 2018, il avait terminé le championnat à la 15e place. Sans annoncer d’objectif précis pour cette saison, le sportif ne s’interdit rien. « On attend de moi que je sois professionnel et constant, et que j’apporte de bons retours techniques, souligne Pierre Gasly. Pour l’instant on ne connaît pas notre performance, on verra à Melbourne. »

Lire aussi : Un nouveau stade de rugby construit dans quatre ans au sud de Rouen ?

« La pression m’a construit mentalement »

Le jeune coureur aborde en tout cas les enjeux sportifs et la pression qui s’ensuit en toute sérénité : « Bien sûr que cette année il y a de la pression supplémentaire, mais cette pression, je l’ai depuis tout petit, cela m’a construit mentalement. Je suis très compétitif, il n’y a que la gagne qui m’intéresse. »

Lire aussi : Formule 1 : En voiture avec Carlos Sainz

La vraie première du conseil de Le Havre Seine Métropole en live

L’assemblée est maintenant installée, on va maintenant pouvoir passer aux débats et décisions ! Et il y a beaucoup de dossiers sur la table lors de ce conseil communautaire de Le Havre Seine Métropole. Et c’est à suivre en live dès 17h jeudi 7 février 2019 ! Peu d’incitations, beaucoup d’occasions Certes, si vous avez […]

L’article La vraie première du conseil de Le Havre Seine Métropole en live est apparu en premier sur Seinomedia.fr.

François Ruffin viendra à Rouen présenter « J’veux du soleil », son documentaire sur les Gilets Jaunes

François Ruffin sera à Rouen (Seine-Maritime), vendredi 22 février 2019, pour présenter son nouveau documentaire consacré aux Gilets jaunes.

François Ruffin sera à Rouen (Seine-Maritime), vendredi 22 février 2019, pour présenter son nouveau documentaire consacré aux Gilets jaunes. (©Actu Toulouse/Archives)

J’veux du soleil, ce n’est pas qu’un vœu régulièrement formulé par les Normands, c’est aussi le titre du prochain documentaire que François Ruffin et Gilles Perret ont consacré aux Gilets jaunes. Le député La France Insoumise, journaliste et réalisateur viendra le présenter en avant-première à l’Omnia, à Rouen (Seine-Maritime), vendredi 22 février 2019.

« Un road-movie dans la France des Gilets jaunes »

Déjà auteur du film documentaire qui a rencontré un certain succès Merci patron !, François Ruffin réitère donc avec J’veux du soleil. Ce nouveau projet engagé, un « road-movie dans la France des Gilets jaunes », montrera la semaine qu’il a passée avec des manifestants installés sur les ronds-points durant le mois de décembre 2018.

Lire aussi : Dans « Merci patron », cet élu de Normandie qui joue les acteurs malgré lui

« Si on ne fait pas ce boulot, la trace de ce mouvement exceptionnel dans notre histoire va être faite par BFMTV, des éditorialistes, des intellectuels à chemise blanche, qui vont résumer ça à un mouvement violent, d’alcooliques, voire de fascistes et d’antisémites », a-t-il expliqué dans une vidéo. 

J’ai rencontré des gens qui sont beaux, et c’est à nous d’en faire un truc beau, et pas cette espèce de gilets jaunes pestiférés et lépreux que veulent les dominants.

Le ton est donc donné pour celui qui se décrit comme « député-reporter » et qui n’a jamais caché son soutien au mouvement des Gilets jaunes. Il sera donc présent avec l’équipe du film, vendredi 22 février 2019 au cinéma l’Omnia, pour le présenter avant sa sortie officielle (datée au 3 avril 2019).

Infos pratiques : 
Avant-première de J’veux du soleil, vendredi 22 février 2019 à 20h au cinéma l’Omnia, rue de la République à Rouen

Six points et 135 euros d’amende : la police de Rouen prête à réprimer les refus de priorité aux piétons

Des policiers ont mené une opération de prévention au sujet des refus de priorité aux piétons, mercredi 6 février 2019 à Rouen (Seine-Maritime).

Des policiers ont mené une opération de prévention au sujet des refus de priorité aux piétons, mercredi 6 février 2019 à Rouen (Seine-Maritime). (©SL/76actu/Archives)

« Opération carton rouge » contre le refus de priorité aux piétons. Tel était le nom de l’action menée mercredi 6 février 2019 par la police de Rouen (Seine-Maritime) pour sensibiliser les automobilistes à ce nouveau pan du Code la route. Depuis septembre 2018, il punit de 135 euros d’amende et du retrait de six points le fait de ne pas s’arrêter quand un piéton veut traverser la route. 

Neuf automobilistes sensibilisés par les policiers

Huit agents des polices nationale et municipale ont mené leur opération prévention de 15h30 à 17h, devant le Théâtre des Arts et à la sortie rive-droite du pont Corneille. Plutôt qu’un carton rouge, c’est un carton jaune qui a été délivré aux 34 automobilistes concernés : « 25 ont été sensibilisés et neuf ont été rappelés à la loi », indiquent les policiers de la formation dédiée à la sécurité routière. Ils ont aussi distribué des prospectus.

Lire aussi : Accident près de Rouen : un piéton grièvement blessé après avoir été percuté par une voiture

Lesquels rappellent les 135 euros d’amende et le retrait de six points auxquels seront soumis les conducteurs ne respectant pas cette disposition inscrite dans le Code de la route depuis septembre 2018. Le flyer rappelle aussi qu’en 2016, « 40 accidents ont concerné un piéton et un automobiliste » à Rouen, notant qu’en juillet 2017, un piéton est décédé, percuté par une voiture qui ne s’était pas arrêté à l’approche d’un passage piéton. 

Les policiers ont distribué un prospectus rappelant aux automobilistes les sanctions encourues en cas de refus de priorité à un piéton qui veut traverser.

Les policiers ont distribué un prospectus rappelant aux automobilistes les sanctions encourues en cas de refus de priorité à un piéton qui veut traverser. (©DR / DDSP76)

Des règles de prudence à adopter envers les piétons

Les policiers ont donc rappelé les règles d’usage à proximité de ces passages : diminuer sa vitesse et redoubler de prudence aux abords des écoles, terrains de sport ou des jardins publics, ralentir de nuit, quand un piéton peut être masqué par des véhicules stationnés ou en faisant marche arrière. 

Parmi les 34 automobilistes contrôlés mercredi 6 février, un seul a été verbalisé, pour conduite avec téléphone au volant.