Le 3919, la ligne nationale d’écoute « violences femmes info » bientôt privatisée ?

12 novembre - Depuis 1992, le 3919, numéro de la ligne nationale d'écoute « violences femmes info », permet aux femmes le sollicitant une écoute, des conseils, une information ou une orientation.
Cette ligne gérée par le réseau associatif "Solidarité femmes" a fait très largement ses preuves et est unanimement reconnue...
C'est sans doute ce qui pousse le gouvernement, plutôt que de mieux soutenir le réseau et les associations nationales et locales engagées contre les violences, d'ouvrir à la (...)

- Actualités /

Mineurs non accompagnés remis à la rue : protestation et proposition des élus communistes

Les élus du groupe communiste et républicain du Front de Gauche au Département ont été informés que le vendredi 6 novembre dernier, en fin de journée, deux mineurs non accompagnés avaient été remis à la rue à l’issue d’une évaluation conduite par le CAPS qui les avait préalablement mis à l’abri le lundi précédent.

D’après les informations en leur possession, ces deux mineurs sont nés en février 2005 et lors du premier confinement, ils avaient été mis à l’abri par le CAPS et évalués à la fin du confinement.

Au nom du groupe, Stéphane Barré a saisi le Président du Conseil départemental pour s’indigner et rappeler la proposition portée par les élus communistes pour mettre un terme à ces situations inhumaines.

« Mes collègues du groupe communiste et républicain du Front de Gauche et moi-même sommes choqués par cette situation qui va à l’encontre de la loi sur l’Etat d’urgence sanitaire et tout simplement de l’humanité la plus élémentaire qui doit guider notre action publique.

Afin de mettre un terme à ces situations, nous vous proposons que soit appliquée une suspicion de minorité à tous les jeunes non accompagnés dont la majorité ne peut être établie, mesure que nous défendons dans le cadre des travaux de la Mission d’information et d’évaluation relative à l’accueil et à la mise à l’abri des mineurs non accompagnés en Seine-Maritime.

Car en cette période de crise sanitaire il est encore moins acceptable de laisser à la rue des mineurs.

Dans ces attentes et persuadés de pouvoir compter sur votre intervention, nous vous prions de croire, Monsieur le vice-président et cher collègue, en l’expression de nos meilleurs sentiments. »

La 4G en Seine-Maritime : plus de 99 % du territoire couvert

L’aménagement numérique des territoires est une priorité essentielle pour assurer la cohésion entre nos territoires. Pour lutter contre la fracture numérique dans notre pays, le Gouvernement et les 4 opérateurs mobiles sont arrivés en janvier 2018 à un accord historique : le New Deal Mobile.  Cet accord prévoit le déploiement par les opérateurs d’antennes 4G […]

Catherine Morin-Desailly mobilisée en faveur du classement de l’église Saint-Nicaise de Rouen

La Commission Régionale du Patrimoine et de l’Architecture de Normandie, lors de sa réunion du 17 septembre dernier, a rendu un avis favorable au projet de classement de l’église Saint-Nicaise, inscrite en 1981 au titre des Monuments Historiques.

Catherine Morin-Desailly, Sénatrice de la Seine-Maritime, Présidente de la Commission Culture, Tourisme et Attractivité du territoire de la Région Normandie, mais aussi membre et Présidente suppléante de cette instance, se réjouit de cette excellente décision d’autant qu’elle a été à l’origine de cette saisine en mai 2019 auprès du Président de la Commission Régionale, David Nicolas, mais aussi de Jean-Paul Ollivier, Directeur Régional des Affaires Culturelles.

Sensibilisée par l’association « La Boise de Saint-Nicaise » et après avoir échangé avec des experts du patrimoine dont Emmanuel Pous, Conservateur Régional des Monuments Historiques, elle a entrepris de nombreuses démarches, notamment auprès du Maire de Rouen par un courrier de décembre 2017, qui lui avait malheureusement signifié en février 2018 une fin de non-recevoir y compris dans sa demande de visite du site.

« Cet édifice construit au XVIème siècle a la particularité de posséder une nef et un clocher reconstruits en béton armé au XXème siècle sur des plans des architectes Pierre Chirol et Emile Gaillard » constate la Sénatrice. « Cette église appartient indiscutablement au patrimoine historique rouennais et elle mérite d’être préservée » poursuit-elle.

Cette situation a animé son engagement pour que ce classement en totalité de l’église Saint-Nicaise soit décidé dans la mesure où il permettait notamment de mieux suivre et de soutenir le projet de réhabilitation-restauration porté par l’entreprise Ragnar.

Restait une dernière étape à cette longue procédure, à savoir l’avis favorable du Conseil Municipal de la Ville de Rouen qui a été rendu hier soir.

Catherine Morin-Desailly, tout comme dans un autre registre, le classement du Pont Colbert de Dieppe pour lequel elle s’est engagée, reste personnellement mobilisée pour que cette demande trouve enfin son aboutissement, au plus grand plaisir des rouennais et de tous les amoureux du patrimoine.

Loi sécurité globale : non, cette loi ne menace pas la liberté d’informer

Depuis quelques jours, certaines personnes véhiculent une fausse information sur la proposition de loi pour une sécurité globale que nous examinons actuellement à l’Assemblée nationale. Contrairement à ce que nous pouvons lire ici et là, il n’est en aucun cas question d’empêcher les journalistes de travailler ou d’empêcher le droit d’information des citoyens. Cette proposition […]

Référendum d’autodétermination au Sahara occidental : il y a urgence !

(Article mis à jour le 25 novembre)
25 novembre - J'ai interrogé Jean-Yves Le Drian sur la responsabilité de la France dans l'actuel conflit au Sahara occidental entre les forces armées marocaines et le Front Polisario.
La France, en tant que membre permanent du Conseil de Sécurité des Nations Unies, en tant que membre de l'Union européenne et en tant que pays ami du Maroc porte une vraie responsabilité dans ce qui se passe aujourd'hui :
Rien n'a été fait pour que le référendum d'autodétermination (...)

- Actualités /

Cérémonies du 11 novembre et rassemblement pour la réhabilitation collective des fusillés pour l’exemple de 14-18.

11 novembre - Cérémonies restreintes de commémoration de l'armistice du 11 novembre 1918, ce matin, à Gonfreville l'Orcher, Harfleur, Rouelles puis à Gainneville. Cet après-midi au Havre.
« Ce ne sont pas des soldats : ce sont des hommes. Ce ne sont pas des aventuriers, des guerriers, faits pour la boucherie humaine. Ce sont des laboureurs et des ouvriers qu'on reconnaît dans leurs uniformes. Ce sont des civils déracinés. »
Henri Barbusse (1873-1935), Le Feu, journal d'une escouade (1916)
Et (...)

- Actualités /

Aider les maires à se mettre en conformité avec le Règlement départemental de la défense contre l’incendie (DECI)

Le Règlement Départemental de la défense extérieure contre l’incendie (DECI) applicable depuis le mois d’octobre 2017 préoccupe de nombreux maires qui se trouvent confrontés, notamment dans les communes rurales étendues où l’habitat est souvent diffus, à de fortes difficultés techniques et budgétaires pour se mettre en conformité.

En milieu rural, ce règlement impose une source d’alimentation permettant un débit de 30 m3 à l’heure à 400 m des habitations, contre 60 m3 à 200 m des habitations en zone urbaine. Mais de nombreuses communes en sont loin, d’autant que les investissements nécessaires sont couteux même si les bornes incendie peuvent être remplacées par des réserves enterrées.

Pour ce faire, et sans remettre en cause le bien fondé des obligations prescrites par ce règlement, il semble que le nécessaire accompagnement des maires n’ait pas tout à fait été anticipé lors de son adoption.

C’est le sens de la question posée par Stéphane Barré au Président du Département qui, par application du règlement intérieur de Conseil départemental, lui apportera réponse lors de la séance du 19 novembre prochain.

Pour télécharger le texte de la question déposée par Stéphane Barré : DECI question déposée

Solidarité avec les salariés de l’entreprise PPG Coatings

10 novembre - Avec Alban Bruneau, Maire de Gonfreville l'Orcher, nous sommes venus marquer notre solidarité avec les salariés de l'entreprise PPG Coatings et leur exprimer notre soutien face au projet de suppression d'une vingtaine d'emplois qui frappe les sites de Gonfreville l'Orcher et de Beauzelle.
Un plan social qui nous laisse dubitatifs, c'est le moins que l'on puisse dire, car quelques recherches ont suffit pour s'apercevoir que le groupe a les reins solides. En tout cas suffisamment pour (...)

- Actualités /

Pour sortir de la crise en Côte d’Ivoire, j’en appelle à la diplomatie Française

9 novembre - Les élections en Côte d'Ivoire de dimanche dernier ont été un simulacre de démocratie, avec un candidat qui se présente pour un 3e mandat alors que cela n'est pas permis dans la Constitution ivoirienne, et qui a ensuite séquestré et enfermé une bonne partie des responsables de l'opposition.
La situation est extrêmement tendue et j'appelle la diplomatie française à faire en sorte que l'ONU et l'Union africaine fassent pression sur Alassane Ouattara pour qu'il ouvre enfin un dialogue avec son (...)

- Actualités /

Mon regard sur l’élection présidentielle aux Etats-Unis

7 novembre - Bon ça au moins c'est fait ! 👍
Félicitations au nouveau président Biden et à sa vice-présidente Kamala Harris.
Et il y en a un que l'on ne regrettera pas !!
Quant au nouveau Président et à sa vice-présidente, outre l'amélioration des conditions de vie des américains les plus précaires, mon attente reste le rôle joué par les USA dans le monde. Des gros dossiers l'attende pour œuvrer à la Paix. Le droit des peuples. Je pense aux palestiniens, aux Kurdes et aussi aux Sarahouis...
L'avenir (...)

- Actualités /

Saint Hilaire mobilisée !

07B8F167-FA98-4534-A4A0-4BE614222BA4Le 29 octobre, le ministre de la santé écrivait à nos établissements pour ne plus prendre en charge au bloc opératoire que les urgences ou les interventions dont le report constituerait une perte de chance, afin de libérer des moyens pour les patients Covid. Chaque jour, le CHU de Rouen nous demande de prendre en charge des malades Covid stabilisés, afin de pouvoir en accueillir de nouveaux, et de fournir du personnel soignant. Il nous avait déjà sollicité pour transférer des patients à opérer.

Nous avons répondu présents en diminuant fortement notre activité opératoire, hors urgences, en ouvrant une unité Covid, en y accueillant des patients Covid issus du CHU, en mettant nos équipes opératoires à disposition. Un de nos médecins anesthésiste réanimateur va rejoindre la réanimation médicale du CHU dès lundi prochain.

Néanmoins la situation est loin d'être simple. 25 membres du personnel de la clinique ont contracté le Covid depuis un mois (dont 8 diagnostiqués pour la seule journée d'hier). Nous avons dû gérer un cluster, diagnostiquer des patients chirurgicaux qui ont développé le Covid peu de temps après leur entrée malgré des tests initiaux négatifs, interdire à nouveau les visites, supprimer les pauses au sein des services, remettre en place un tri à l'entrée de la clinique, majorer les gestes barrière, dépister par PCR tout patient entrant dans l'établissement, modifier notre organisation...

L'effort demandé a été considérable. La fatigue est là. Des tensions et des difficultés sont apparues.

Grâce à l'implication, à la bonne volonté et au professionnalisme de chacune et chacun, issus des équipes soignantes, techniques et administratives, des solutions ont été trouvées. Nous relevons les défis successifs et remplissons notre mission au service de la santé de nos concitoyens, sans compter nos efforts. Il faudra veiller à ne pas épuiser nos forces vives et continuer à les protéger avec du matériel de protection individuelle dont l'approvisionnement n'est pas forcément assuré dans la durée.

Je rêve néanmoins du moment où nous pourrons, enfin, retrouver nos gestes de convivialité, partager un café autour d'une table, échanger des sourires sans masque... bref tout ce qui soude nos équipes au delà du travail accompli !

La vague arrive…

CHUpluieDepuis plusieurs semaines, les réunions entre les cliniques, le CHU de Rouen et l'Agence Régionale de Santé de Normandie se succèdent.

La deuxième vague de Covid est annoncée pour le 15 novembre. C'est une prévision statistique, pas forcément une réalité. Ce qui est réel, ce sont les dizaines de lits de réanimation ouverts puis occupés, les centaines de lits d'hospitalisation ouverts puis occupés. Ce qui est réel, ce sont les dizaines et bientôt les centaines d'opérations chirurgicales reportées afin de libérer des moyens pour soigner les malades Covid.

La médecine libérale se mobilise mais dans une ambiance très différente de la première vague. Il s'agit de maintenir une activité de soin classique tout en faisant de la place aux patients Covid. L'équilibre est complexe tant au niveau organisationnel que sanitaire car on mélange dans les établissements des malades atteints par le virus avec d'autres qui en sont indemnes. La coordination public - privé est plus que jamais indispensable mais prend du temps... or le virus nous en laisse peu.

Lutte contre le terrorisme : nous doublons nos forces de sécurité aux frontières

Le président de la République, Emmanuel Macron, a annoncé lors d’un déplacement à frontalière franco-espagnole du Perthus (Pyrénées-Orientales) ce jeudi 5 novembre 2020, de nouveaux moyens pour lutter contre le terrorisme et renforcer le contrôle aux frontières. Le président a notamment annoncé le doublement des forces contrôlant nos frontières, qui passeront de 2400 à 4800 […]

Rassemblement dans le cadre de la campagne internationale pour abolir les armes nucléaires

4 novembre - Rassemblement devant la Sous-Préfecture dans le cadre de la campagne internationale pour abolir les armes nucléaires.
Il y a un événement : le Honduras a ratifié le traité d'interdiction des armes nucléaires. C'est le 50e état à le faire. Dans 90 jours selon les règles de l'ONU ce traité pourra entrer en vigueur.
Les ratifications vont se poursuivre.
Il faut désormais chez nous en France et dans les pays détenteur de la bombe atomique agir pour que les puissances nucléaires obtempèrent et (...)

- Actualités /

Des salariés de Renault-Sandouville contrôlés hier dans leur car au retour du boulot

3 novembre - Des salariés de l'usine RENAULT SANDOUVILLE ont été contrôlés hier, dans leurs cars, au retour du travail pour vérifier qu'ils avaient bien avec eux leur attestation...
Ou peut-être pour vérifier qu'ils ont bien été bossés ?
C'est ironique bien entendu, mais c'est à l'image des aberrations de ce bien curieux reconfinement.
J'ai invité ce soir ce sujet à l'Assemblée nationale pour illustrer combien confier les "pleins pouvoirs" à ce gouvernement... ça fait peur (...)

- Actualités /

Les aides pour soutenir les associations employeuses

Associations

Les aides pour soutenir les associations employeuses

Afin de soutenir les associations, le gouvernement a mis en place plusieurs dispositifs d’aides.

 

❔ Quelles sont les aides ?

 

🔅 Chômage partiel :

🚫 Pour les associations employeuses fermées administrativement ou qui rencontrent des difficultés, le recours au chômage partiel sera maintenu : zéro reste à charge pour l’employeur lorsque l’association est contrainte de fermer.

Nota : L’existence de subventions publiques dans le financement d’une association n’empêche pas l’accès aux aides relatives au chômage partiel.

💻 https://activitepartielle.emploi.gouv.fr/

 

🤝 Fonds de solidarité :

Le fonds de solidarité est réactivé à hauteur de 6 milliards d’euros.

💻 Toutes les associations seino-marines éligibles pourront se déclarer à partir du 20 novembre sur le site impots.gouv.fr

Si vous êtes une association et que vous avez subi une perte importante de chiffre d’affaires* ou une interdiction d’accueil du public, vous avez accès au fonds de solidarité.

⚠ * Chiffre d’affaires = total des ressources de l’association – (moins) [dons des personnes morales de droit privé + subventions d’exploitation + subventions d’équipement + subventions d’équilibre].

➡ Pour les associations fermées administrativement

Toutes les associations de moins de 50 salariés fermées administrativement pourront recevoir une indemnisation allant jusqu’à 10 000 euros quel que soit le secteur d’activité et la situation géographique.

➡ Pour les associations, restant ouvertes mais durablement touchées par la crise, des secteurs du tourisme, événementiel, culture, sport et des secteurs liés

Il s’agit de toutes les associations de moins de 50 salariés, ne fermant pas mais subissant une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50%. Elles bénéficieront également de l’indemnisation mensuelle pouvant aller jusqu’à 10 000 euros.

➡ Pour les autres associations restant ouvertes mais impactées par le confinement

Toutes les autres associations de moins de 50 salariés qui peuvent rester ouvertes mais qui subissent une perte de plus de 50% de leur chiffre d’affaires, l’aide du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 1 500 euros par mois sera rétablie.

 

🏦 Prêts garantis par l’Etat :

Les associations peuvent solliciter un prêt auprès de leur banque habituelle. L’Etat, en cas d’acceptation du dossier, garantit ce prêt à hauteur de 90 % de son montant. 

Pour les associations disposant d’un budget inférieur à 10 millions d’euros, les banques se sont engagées à apporter une réponse dans un délai de 5 jours.

Ils seront adaptés à la fois à la nouvelle situation et aux demandes des associations pour permettre :

  • aux associations de contracter un prêt jusqu’au 30 juin 2021 au lieu du 31 décembre 2020,
  • d’étaler l’amortissement du prêt garanti par l’État entre 1 et 5 années supplémentaires
  • de demander un nouveau différé de remboursement d’un an, soit deux années au total de différé qui ne soit pas considéré comme un défaut de paiement.

 

🏢 Pris en charge des loyers :

Pour les associations employeuses de moins de 250 salariés fermées administrativement ou appartenant au secteur hôtellerie, cafés, restauration (HCR), tout bailleur qui sur les trois mois d’octobre, novembre et décembre 2020, accepte de renoncer à au moins un mois de loyer, pourra bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des loyers abandonnés.

 

 📞 Numéro vert :

Un numéro vert est disponible pour toute information sur les mesures d’urgence : 0806 000 245 (appel non surtaxé, prix d’un appel local). Il est accessible du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h.

Suivez notre actualité !

L’article Les aides pour soutenir les associations employeuses est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.

Pour la réouverture des commerces de proximité : des Maires et Conseillers départementaux se mobilisent

Depuis plusieurs jours et la mise en place du confinement 2ème version, toutes les associations d’élu(e)s alertent sur le sort fait aux commerces qualifiés de « non-essentiels » par le Président de la République.

Élu(e)s de Seine-Maritime, engagés au quotidien dans nos territoires, nous nous mobilisons pour défendre les intérêts de nos commerçants de proximité.

Un courrier signé par plus de 80 maires de Seine-Maritime vient d’être adressé au Président de la République et au Premier Ministre. Stéphane Barré et Alban Bruneau sont signataires.

Les commerces de proximité ont démontré leur capacité depuis le printemps à mettre en place et à tenir les protocoles sanitaires adaptés pour lutter contre la propagation du virus, ils doivent vivre !

Pour télécharger le courrier commun : Courrier commerce de proximité « Paris-Normandie » du 3 novembre : (Cliquer sur l’image pour agrandir) Pour télécharger le reportage de France 3 : France 3 commerce de proximité Pour télécharger le reportage de France Bleu : France Bleu commerce de proximité

Dispositif d’alerte « Cell Broadcast » : je demande au Ministre de l’expérimenter sur les communes de notre zone industrielle

3 novembre - Je me réjouis de l'annonce, lors d'une conférence de presse à Rouen le 24 septembre dernier un an après la catastrophe de Lubrizol, du déploiement à partir de 2021 du dispositif d'alerte « Cell-Broadcast ».
Un dispositif qui permet par le bornage des téléphones portables, d'envoyer des messages standardisés d'alerte à tous les téléphones se trouvant dans une zone définie, et en l'occurrence soumise à un danger immédiat.
Dans mes anciennes fonctions de maire de Gonfreville l'Orcher (commune qui (...)

- Actualités /

Les mesures de soutien aux entreprises

Dans le cadre du plan d’urgence économique détaillé par le Gouvernement la semaine  dernière, 15 milliards d’euros par mois sont mobilisés pour financer l’ensemble des mesures de soutien aux entreprises. Chômage partiel, exonérations de charges, fonds de solidarité, prêt garanti par l’État… On fait le point. ➔ Les prêts garantis par l’État Ils sont prolongés […]

Application TousAntiCovid

L’application TousAntiCovid, lancée par le Gouvernement le 22 octobre 2020, facilite l’information des personnes qui ont été en contact avec une personne testée positive à la COVID-19 et permet d’accélérer leur prise en charge, en complément du travail des médecins et de l’Assurance Maladie. En cela, TousAntiCovid complète l’arsenal des mesures barrières déjà existantes face […]

Ne laisser aucun jeune sans solution

Dans le contexte sanitaire et à la suite du confinement instauré pour lutter contre la propagation de l’épidémie du Coronavirus et de ses conséquences, de nombreux jeunes font face à de grandes difficultés financières. Pour faire face à cette situation, le Gouvernement a lancé un plan ambitieux intitulé “Un jeune, une solution”. En proposant des […]

Les aides pour soutenir les entreprises

Economie

Les aides pour soutenir les entreprises

Afin de soutenir les entreprises dans ce contexte sanitaire très difficile, le gouvernement a prolongé et amplifié plusieurs dispositifs d’aides. Pour financer ces mesures, l’Etat déploie une enveloppe de 15 milliards d’euros.

❔ Quelles sont les aides ?

Chômage partiel :

🚫 Pour les entreprises fermées ou qui rencontrent des difficultés, le recours au chômage partiel sera maintenu dans des conditions exceptionnelles qui prévalaient jusqu’à présent : zéro reste à charge pour l’employeur lorsque l’entreprise est contrainte de fermer.

 

🤝 Fonds de solidarité :

Le fonds de solidarité est réactivé et renforcé !
⚠ Le chiffre d’affaire réalisé en « Click & Collect » ne sera pas pris en compte dans le calcul de la perte de chiffre d’affaires.
💻 Toutes les entreprises seino-marines éligibles pourront se déclarer à partir du 20 novembre sur le site impots.gouv.fr. Les aides parviendront quelques jours après la déclaration.

➡ Pour les entreprises et les commerces fermés administrativement

Toutes les entreprises de moins de 50 salariés fermées administrativement pourront recevoir une indemnisation allant jusqu’à 10 000 euros quel que soit le secteur d’activité et la situation géographique.

➡ Pour les entreprises, restant ouvertes mais durablement touchées par la crise, des secteurs du tourisme, événementiel, culture, sport et des secteurs liés

Il s’agit de toutes les entreprises de moins de 50 salariés, ne fermant pas mais subissant une perte de chiffre d’affaires d’au moins 50%. Elles bénéficieront également de l’indemnisation mensuelle pouvant aller jusqu’à 10 000 euros.

➡ Pour les autres entreprises restant ouvertes mais impactées par le confinement

Toutes les autres entreprises de moins de 50 salariés qui peuvent rester ouvertes mais qui subissent une perte de plus de 50% de leur chiffre d’affaires, l’aide du fonds de solidarité pouvant aller jusqu’à 1 500 euros par mois sera rétablie. Elle permettra de soutenir tous les indépendants.

 

❎ Exonération et report des cotisations sociales :

➡  Toutes les entreprises et les commerces de moins de 50 salariés fermées administrativement bénéficieront d’une exonération totale de leurs cotisations sociales.

➡  Toutes les PME du tourisme, de l’événementiel, de la culture et du sport qui restent ouvertes mais qui auraient perdu 50% de leur de chiffre d’affaires auront le droit aux exonérations totales de cotisations sociales patronales et salariales.

➡  Pour tous les travailleurs indépendants, les prélèvements seront automatiquement suspendus. Ils n’auront aucune démarche à faire.

🏦 Prêts garantis par l’Etat & prêts directs de l’Etat :

➡ Les prêts garantis par l’Etat

Pour soutenir la trésorerie, les entreprises peuvent contracter un prêt jusqu’au 30 juin 2021. L’amortissement du prêt garanti par l’Etat pourra être étalé entre 1 et 5 années supplémentaires, avec des taux pour les PME négociés avec les banques françaises compris entre 1 et 2,5%, garantie de l’Etat comprise.

Toutes les entreprises qui le souhaitent peuvent demander un nouveau différé de remboursement d’un an, soit deux années au total de différé.

Il a été vu avec la banque de France pour que les demandes de différés supplémentaires ne soient pas considérées comme un défaut de paiement des entreprises.

Pour en bénéficier, échangez avec votre conseiller bancaire.

➡ Les prêts directs de l’Etat

L’État pourra accorder des avances remboursables plafonnées à 3 mois de chiffre d’affaires pour les entreprises de plus de 50 salariés.

 

🏢 Pris en charge des loyers :

Dans le projet de loi de finances pour 2021, un crédit d’impôt pour inciter les bailleurs à annuler une partie de leurs loyers, sera introduit. Cette mesure bénéficiera aux entreprises de moins de 250 salariés fermées administrativement ou appartenant au secteur hôtellerie, cafés, restauration (HCR). Tout bailleur qui sur les trois mois d’octobre, novembre et décembre 2020, accepte de renoncer à au moins un mois de loyer, pourra bénéficier d’un crédit d’impôt de 30% du montant des loyers abandonnés.

L’aide sera cumulable avec le fonds de solidarité.  La dépense de l’État pour ce crédit d’impôt est évaluée  à environ 1 milliard d’euros au total.

 

💻 Numérisation des commerçants et des artisans :

Le gouvernement soutient toutes les initiatives qui permettront aux commerçants de continuer à avoir une activité et qui ne présentent aucun risque de diffusion du virus. Ainsi, 100 millions d’euros du plan de relance seront mobilisés pour la digitalisation des petits commerces. C’est notamment ce qu’on appelle le « click and collect ». Cette aide concernera la vente de tous les biens des commerces fermés administrativement avec la possibilité de commander à distance (internet, téléphone) avec un retrait en magasin. Le paiement peut se faire sur place et le retrait de commande peut se faire dans le magasin.

De nombreuses initiatives existent comme par exemple https://www.mavillemonshopping.fr/fr

 

☎ Numéro vert :

Un numéro vert est disponible pour toute information sur les mesures d’urgence pour les entreprises en difficulté : 0806 000 245 (appel non surtaxé, prix d’un appel local). Il est accessible du lundi au vendredi, de 9h à 12h et de 13h à 16h.

Il vient en complément de la plateforme internet déjà existante : https://www.economie.gouv.fr/covid19-soutien-entreprises

Suivez notre actualité !

L’article Les aides pour soutenir les entreprises est apparu en premier sur Stéphanie Kerbarh Députée de Seine-Maritime.

Pour la réouverture des commerces de proximité

2 novembre - Avec près d'une centaine de maires de Seine-Maritime je demande la réouverture des commerces de proximité.
Jugés, et peut être condamnés, parce qu'ils seraient non essentiels, alors même qu'ils ont démontré leur capacité depuis le printemps à mettre en place les protocoles sanitaires ?!!
Plus qu'une aberration c'est une faute qui doit être très vite rectifiée.

- Actualités /

Tribune du mois de novembre : Pour un plan de relance de nos services publics

Tribune du Groupe Communiste et Républicain, Front de Gauche de Seine-Maritime

Bulletin départemental du mois de novembre 2020

 

Pour un plan de relance de nos services publics

La crise sanitaire a encore prouvé le rôle crucial des collectivités et des services publics, leur capacité à agir en proximité, leurs savoir-faire et connaissances des réalités locales, des populations.

Comment cette crise aurait-elle pu être gérée sans les départements menacés de disparition il y a peu, par une doctrine qui cherchait à réduire le maillage territorial qui fait la force de notre pays ? Sans les communes dangereusement affaiblies d’année en année par les gouvernements successifs, en réduisant leur rôle et leurs moyens ? Sans nos services publics pourtant régulièrement démantelés ?

Or le gouvernement fait peser sur les collectivités et services publics une bonne partie de la facture de son plan de relance de l’économie : 10 Milliards de cadeaux aux entreprises financés par la baisse des impôts de production servant au financement des communes et des départements.

C’est 10 Milliards en moins pour nos services publics, nos investissements publics qui représentent une part majeure de l’activité économique et pas seulement dans le bâtiment.

En Macronie, le monde d’après ressemble furieusement à celui d’avant.

C’est dans ce contexte que le Département prépare son budget. Nous interviendrons pour que la majorité des Droites ne vienne pas en rajouter en reportant l’addition sur nos services publics de proximité dont nous avons tant besoin et sur l’indispensable solidarité.

Pour télécharger la tribune : Tribune mois de novembre