Blog

Appel à Solidarité pour Rio face à la pandémie

A Rio, l’occupation chiquinha gonzaga, une occupation de travailleurs précaires et militants, doit faire face à une situation critique avec la suspension des salaires.
Et ce, alors que le nombre de morts causés par la pandémie atteint des records ces jours-ci. 400000 cas sont actuellement recensés officiellement, un chiffre qu’il faudrait multiplier par 10 selon les médecins pour avoir une idée réelle de l’étendue de la contamination. Le Brésil est aussi un des endroits au monde où le taux de létalité lié au Covid est le plus élevé : 6,7 % des personnes contaminées décèdent, contre 1 % dans la plupart des pays.
Dans ce contexte, les camarades de l’occupation Chiquinha Gonzaga lancent un appel à soutien pour subvenir aux besoins de tous les habitants du lieu.


Analyses

/
,

Au CH du Rouvray comme à l’hôpital public : non à la répression, oui aux ouvertures de lits

Le comité de soutien des personnels en lutte de l’hôpital psychiatrique du Rouvray se remobilise aujourd’hui. Fondé au printemps 2018 en appui à la grève de la faim qui s’y est tenue pendant 18 jours, il réunit des habitantes et des habitants de l’agglomération rouennaise, usagères et usagers de l’hôpital public en tant que patient·es ou aidant un·e proche souffrant de maladie physique ou psychique.
D’une part nous soutenons spécifiquement les agents du Rouvray visés par des procédures disciplinaires pour (…)


Infos locales

/

[Sons] La mobilisation reprend à l’hôpital psychiatrique du Rouvray

Deux ans après une grève de la faim visant à obtenir des moyens pour du soin, la mobilisation reprend à l’hôpital psychiatrique du Rouvray, à Sotteville-lès-Rouen. D’une part pour s’opposer aux sanctions disciplinaires pesant sur des agents qui ont alerté sur les consignes dangereuses de la direction en début d’épidémie de Covid-19. D’autre part pour défendre l’hôpital public et mobiliser en vue d’une manifestation nationale le 16 juin 2020. Captation des prises de parole et de l’ambiance du rassemblement (…)


A écouter

/
,

La Gazette des confiné·es #15 – Occupations et Zad, économie vs écologie et locataires étranglés

Sous Macron, l’économie est reine et les promesses écologiques du vent. Ou du greenwashing pour les multinationales. Bien réelle, la répression s’abat sur les classes populaires et les luttes. Violences policières, Zad détruites, squats menacés… Dans les immeubles de New-York, Bologne et peut-être bientôt de Rennes ou Paris, les menaces d’expulsions locatives poussent à la solidarité. Se transformera-t-elle en mouvement politique ?


A lire ailleurs

/

Radio renversée n°4 : renverser l’enfance

Au début du confinement, on nous avait promis l’avènement des jours heureux. À son issue on découvre effaré·es des enfants parqué·es dans des carrés de 2 mètres sur 2 dans la cour de récréation. La maltraitance institutionnelle comme nouvelle société ? Sans façons. Une émission toute entière consacrée aux enfants, à l’école, à l’enseignement.
Télécharger l’émission entière (clic droit, enregistrer sous, licence CC by-nc) : mp3
L’écouter séquence par séquence (le déroulé précis est en dessous du lecteur) :
Lien de (…)


A écouter

/
,

Il n’y a pas qu’à Rouen qu’on manifestait lundi 11 mai

De Rouen à Saint-Brieuc et d’Amiens à Marseille, une multitude de rassemblements ont marqué la première journée du « déconfinement ». Les plus importants se sont tenus devant les hôpitaux, en soutien aux soignant·es, parfois eux-mêmes en grève. Leur mobilisation exemplaire contre le Covid-19 autant que le mépris jamais démenti des gouvernements à leur égard préfigurent le rôle prépondérant des personnels médicaux dans les mouvements sociaux qui éclateront tôt ou tard.


A lire ailleurs

/
,
,
,
,

18 mai – Du bruit pour les prisonnierEs

ISOLEES MAIS PAS OUBLIEES !
Le 18 Mai, 2 mois après l’interdiction des parloirs, montrons aux personnes privées de liberté que même si elles sont isolé·e·s, on ne les oublie pas.
Banderoles, pancartes, convois de voitures ou de vélos, tapage de casseroles, rassemblements par grappes de 10 (ou plus), du bruit dans la rue, en bas de chez nous, à nos fenêtres à 20h18 !! Toute initiative est bienvenue.


Infos locales

/
,

Covid-19, entretien à l’hôpital

Depuis cette étrange période d’État d’urgence sanitaire, isolé·e·s et confiné·e·s, il est parfois difficile de prendre la mesure de la crise sanitaire que nous traversons. Entretien téléphonique réalisé ce 18 avril avec Isabelle, déléguée syndicale CGT au CHU de Lille.
Podcast en deux parties, à écouter sur arteradio, que nous reproduisons ici.


A écouter

/
,

Radio renversée n°3 : contre la société validiste

À l’heure où fleurissent des consignes maltraitantes en guise de réponse officielle à la crise sanitaire, il paraît plus que jamais judicieux de bâtir, au contraire, une société fondée sur le soin, l’attention, l’auto-détermination, l’auto-organisation, l’inter-dépendance. Cette idée ne surgit pas de nulle part. Divers collectifs y travaillent, sur le plan théorique comme d’un point de vue pratique, depuis de nombreuses années. Et parmi eux, en première ligne dans la lutte pour les droits de toutes et tous, (…)


A écouter

/
,

Après vous, dans le jour d’après

Nous y voilà donc, c’est l’après. Nous allons faire le grand saut officiellement lundi. Le moment tant attendu où plus rien ne pourra être comme avant, s’entasser dans les transports, dans les embouteillages, rejoindre ceux qui ont dû rester en première et deuxième ligne…


Analyses

/
,

La Gazette des confiné·es #12 – Autonomie alimentaire, contrôle de l’info et carte tricolore

Sauver les apparences quand les faits vous échappent, c’est ce à quoi s’emploient Philippe, Borne et Véran. Sommés par le château de remettre tout en marche, ils occupent sans compter presque tous nos écrans. « Masques et tests manquent ? C’est bien embarrassant. Vite ! publions une carte des départements. Génératrice de stress, c’est l’intention qui compte. Croyez-nous sur parole, elle sera prête à temps. Comme nous aimons la presse, se trouvent à notre adresse les meilleurs « fact-checking » sur le confinement. Cette sélection vous choque ? Vous la dites orientée ? Montrez-nous vos papiers ! Quittez Bure prestement ! »


A lire ailleurs

/
,

Z n°13 : Rouen, Fumées noires et gilets jaunes

Pour son treizième numéro, l’équipe de Z s’est installée à Rouen au lendemain de l’incendie de l’usine Lubrizol, qui a déversé l’équivalent d’une marée noire dans le ciel de la Normandie. Dix mille tonnes de produits chimiques hautement toxiques partis en fumée, plus de dix tonnes d’amiante dispersées sur l’agglomération.


Infos locales

/
,

Radio renversée n°2 : analyse et critique du travail gratuit

On se penche aujourd’hui sur ce qui apparaît comme un pilier de l’état d’urgence sanitaire (et qui était d’ailleurs déjà là avant, de façon vaguement plus discrète) : le travail gratuit. Celui des couturières fabriquant masques ou surblouses pour les hôpitaux ou les municipalités sans aucune rémunération, celui des infirmières stagiaires payées 1 € de l’heure, mais aussi celui, hors institutions et dans une toute autre logique, des brigades populaires assurant la préparation et la distribution de milliers de (…)


A écouter

/
,
,

La rentrée est annulée

Quelques éléments pour bien comprendre quelle rentrée l’Etat tente de nous imposer et comment y faire face. (Protocoles, courriers des préfets et DASEN et surtout les informations de ceux qui s’y opposent…)


Analyses

/
,

Confiné·e·s : pour renverser le capitalisme, prenons le temps de nous organiser et de nous fédérer !

Le collectif Laisse Béton, qui avait appelé à une manifest’action le 29 février à Nantes contre les projets destructeurs, inutiles du grand Ouest, appelle au développement de Zones d’Autonomie Définitives pour libérer des espaces de l’emprise capitaliste. Pour résister aux attaques à venir, il sera nécessaire de coordonner aussi bien les zones à défendre que les épiceries solidaires. En nous reliant, nous pourrons renforcer notre autonomie. Alors prenons le temps de l’organisation, de la construction d’outils pour renforcer nos alternatives radicales de sortie du capitalisme !


Analyses

/
,
,
,

État d’urgence sanitaire : l’ordre social, quoi qu’il en coûte

Depuis le mois de mars on assiste au déploiement d’un arsenal de mesures destiné à enrayer la propagation du covid-19. Bien loin de concerner le seul champ médical, ces mesures impliquent des transformations profondes du fonctionnement des institutions étatiques, et notamment judiciaires. L’état d’urgence sanitaire instaure un État autoritaire, anéantit les droits de la défense et exacerbe le réflexe sécuritaire. Dans ce contexte, les groupes de défense collective et legal teams restent actifs pendant le confinement pour ne laisser personne isolé·e face à la police et aux juges.


A lire ailleurs

/
,
,

Pour que cesse le confinement de notre lutte et de nos amitiés

Ce texte, publié sur le blog Nous sommes tou-te-s des malfaiteur-euse-s, est porté par des personnes mises en examen dans le cadre de l’information judiciaire ouverte sur des militants de Bure. Il a été rédigé par le biais de complexes allers-retours du fait de leurs contrôles judiciaires qui les obligent à « s’abstenir de rentrer en relation » entre elles. Par cette tribune, publiée également sur Reporterre et Mediapart et faisant suite à une enquête en trois volets elles souhaitent se réapproprier tant bien que mal une expression collective face à cette répression atomisante.


A lire ailleurs

/
,
,

Dénégations

Chaque événement démesuré voit naître ses détracteurs et ses réducteurs. Ils considèrent (comme le Chat Botté de la fable qui mange l’ogre après l’avoir réduit en souris) que réduire la représentation de ce qu’il se passe pour le mettre à sa portée serait en mesure de donner les moyens de triompher sur ce qui terrifierait, si toutefois on le regardait dans toutes ses dimensions. Ce triomphe obtenu au nom de la peur condamne à l’impuissance et la pandémie de Covid-19 qui est en train de se répandre sur la planète ne fait pas exception à la règle. Elle aussi a ses réducteurs et ses détracteurs. Pourtant il y a bien des choses à redire, à contester, à attaquer face à ce qui se passe, ne serait-ce que l’État et le capitalisme. Mais L’Histoire pousse parfois les adeptes de la perplexité dans le grand bain, et les salariés contraints de continuer à travailler avec le virus comme les émeutiers de la faim ou les révoltés de l’enfermement n’ont pas besoin de dénier la réalité du virus ou de réduire la pandémie à une taille moins effrayante pour se révolter et lutter à la fois contre le virus et contre les modalités de sa gestion par le pouvoir.


Analyses

/
,

Grève des loyers partout dans l’Ouest

Payer son loyer ou bouffer : nous on a choisi !
Alors que le 1er mai arrive et qu’un grand nombre de travailleurs se retrouvent encore plus dans la merde organisons-nous pour ne plus payer nos loyers, étendons la grève des loyers ! Tract et affiche à distribuer et coller partout dans l’Ouest pour que plus personne ne soit isolé !


Infos locales

/
,