Archive dans 29 octobre 2020

Futur port de l’AXE SEINE: Le siège sera au Havre. Mais le port risque d’être parisien faute de volonté normande commune!

Billet de Florestan:

Ce que nous vous annoncions ici même il y a quelques semaines est confirmé officiellement: le siège du futur port de la vallée de la Seine fusionnant les actuels grands ports maritimes du Havre et de Rouen ainsi que le port fluvial de Gennevilliers-Paris, sera au Havre car tel est le bon plaisir d'un ancien Premier ministre redevenu maire du Havre.

Par principe, on s'en réjouira: la Normandie récupère, enfin, une place de commandement d'intérêt national sur un sujet essentiel pour son économie régionale. Mais notre joie sera prudente et ce pour deux raisons sinon deux inquiétudes majeures:

1) Il ne faudrait pas qu'une coquille vide havraise et normande soit remplie à Paris: qu'importe le contenant ou le conteneur, ce qui compte c'est le contenu et le pouvoir réel. Pour lors, nous restons dans le cadre d'un grand port maritime d'intérêt national qui reste la chasse gardée de la haute-administration publique: la réalité restera reléguée à l'extérieur de la salle du conseil d'administration du futur grand port de l'Axe Seine avec voix consultative...

2) Dans ce dossier essentiel sinon vital pour l'avenir de notre Normandie, qui justifie l'intérêt national de la réunification de la Normandie, on aurait dû avoir et ce, depuis longtemps, un pilotage normand au plus haut niveau, à savoir: une réunion de travail et de cadrage entre Hervé Morin (conseil régional), Edouard Philippe (communauté urbaine du Havre) et Nicolas Mayer-Rossignol (métropole de Rouen). Malheureusement, il n'en est rien. Il n'y a pas d'équipe normande chez les grands élus de notre région. Edouard Philippe et surtout Nicolas Mayer-Rossignol considèrent qu'ils peuvent gérer cette importante affaire sans avoir affaire à la région Normandie que tous ignorent (y compris l'Etat quand il joue au mécano avec nos ports sans nous demander notre avis) pour ce qui est de définir les enjeux et le projet mais qu'ils ne manqueront pas de solliciter pour tous les financements du développement concret du futur port de l'Axe Seine:

Celui qui finance devrait commander...

S'il y a plus de 300 millions sur la table pour financer la "chatière" qui permettra, enfin, une communication correcte entre la darse de Port 2000 à la Seine via le port intérieur du Havre, on ne le doit pas à l'Etat central parisien, ni à un ancien Premier ministre redevenu maire du Havre et encore moins au petit oiseau de Rouen: c'est la région Normandie qui propose ce financement et qui attend encore le feu vert.

Redisons-le encore: en dix ans de bavardages et de postures sur l'Axe Seine, la seule nouveauté positive et concrète dans ce dossier, c'est la réunification de la Normandie avec l'émergence d'une autorité d'action publique régionale qui devrait, en toute légitimité, prendre la direction de ce projet puisqu'elle en sera, de fait, le principal financeur!

Pour tous ceux qui suivent avec intérêt et passion nos affaires normandes, notamment les lecteurs de l'Etoile de Normandie, ce dossier de l'Axe Seine que nous savons ici essentiel pour notre Normandie est une source d'inquiétude et d'irritation: l'intérêt général normand n'est pas perçu ni porté par les grands élus en cause, notamment du côté de la métropole de Rouen et son maire-président actuel qui croit pouvoir diriger une métropole aussi bien en Normandie que sur la face cachée de la lune...

Il y a un lobby breton. Inutile d'insister. Mais il y a aussi un lobby nordiste qui a obtenu de haute lutte, à la fois la construction du canal Seine-Nord et la direction de son développement futur.

Mais pour obtenir le développement et la direction d'un axe Seine portuaire et logistique pourtant d'intérêt national, il n'y a toujours pas de lobby normand.


Lire ci-après:

  • Le communiqué de presse officiel du gouvernement:

0

  • La réaction sur Twitter d'Hervé Morin, président de la Normandie: elle est claire sinon logique comme un problème qui réclame sa solution... logique! A savoir que la région Normandie qui sera, à n'en pas douter, le premier partenaire financier d'un futur port d'intérêt national installé au coeur même de la Normandie, ne souhaite pas n'être qu'un robinet à argent public!

Capture d’écran du 2020-10-29 00-23-10

  • La réaction sur Twitter de Jean-Baptiste Gastinne, vice-président du conseil régional de Normandie et maire adjoint du Havre: sans surprise!

Capture d’écran du 2020-10-29 00-33-19

 

  • La réaction sur Twitter de Marine Caron, conseillère centriste à la Métropole de Rouen qui, hélas, ne voit pas plus loin que les horizons bornés par les hauteurs forestières qui enserrent le méandre rouennais...

C’est donc #LeHavre qui a été choisie (sans grande surprise) pour accueillir le futur siège d’#HAROPA face à Rouen et Paris. Félicitations à LH pour cette belle opportunité dynamique qui s’ouvre à eux.

#Rouen, ville de l’entre-deux & de l’équilibre avait pourtant tous les arguments pour convaincre. Mais elle avait aussi et surtout besoin de ce nouvel élan pour relancer l’attractivité du territoire. Une nouvelle bataille de perdue.
Dont acte. 🚢
Espérons maintenant que nous ne laisserons pas passer les opportunités pour valoriser le GPRM dans cette fusion portuaire...
⤵️
https://lnkd.in/dNy9pn4

  • La réaction de Nicolas Mayer-Rossignol maire de Rouen et président de la Métropole de Rouen est doublement irritante, on s'en doutera... Irritante car, sur le fond, le bougre a raison. Mais sur la forme et la stratégie qu'il faudrait mener pour que ce projet portuaire soit réellement une réussite au service de l'intérêt général de Rouen et, partant, de la Normandie, le bougre a tout faux! Comme d'habitude! Et cela devient lassant...

https://www.metropole-rouen-normandie.fr/actualite/2020/reforme-portuaire-rouen-doit-etre-respectee-pour-nicolas-mayer-rossignol-10002

Réforme portuaire : "Rouen doit être respectée", pour Nicolas Mayer-Rossignol

haropa

Suite aux annonces diffusées ce 28 octobre 2020 à la presse par le Ministère de la mer sur la réforme portuaire et la fusion des ports du Havre, de Rouen et de Paris, voici une déclaration de Nicolas Mayer-Rossignol, Maire de Rouen et Président de la Métropole Rouen Normandie.

« J’apprends ce matin par voie de presse, que le siège du futur établissement réunissant les ports du Havre, de Rouen et de Paris (HAROPA), ainsi que son futur directeur général auraient été choisis et annoncés par le Gouvernement. Ceci alors qu’aucun projet précis d’organisation, de gouvernance et de répartition des emplois de ce futur établissement n’ait été communiqué. Ceci alors qu’aucune ambition réelle en matière d’investissements, notamment pour la transition écologique, le report modal et la compétitivité qui en découle, n’ait été décidée.

Il n’est pas question ici de s’engager dans une querelle fratricide entre Le Havre et Rouen ; bien au contraire, je considère que l’avenir du développement durable de la Vallée de la Seine passe par ce couple, ce moteur à deux chambres que constituent la métropole rouennaise et l’agglomération havraise. Mais je le dis clairement et solennellement : Rouen doit être respectée. Sans Rouen et sa Métropole, il n’y a pas d’Axe Seine possible.

Je demande des engagements fermes et concrets du Gouvernement sur quatre points :

  1. La présidence du futur établissement qui doit revenir à un Rouennais ;
  2. Les emplois qui doivent être préservés, confortés et développés sur le site rouennais ;
  3. Un plan d’investissements massif pour les infrastructures portuaires rouennaises, en particulier pour favoriser le report modal et la transition écologique ;
  4. Une gouvernance suffisamment souple qui inclut les collectivités locales et les acteurs économiques locaux.

Comme Maire de Rouen et Président de la Métropole Rouen Normandie, je ne soutiendrai ce projet que si ces quatre conditions précises sont remplies.

J'ai appelé Madame la Ministre de la Mer Annick Girardin, à qui j’ai exposé ma position (sic!).

J’ai proposé qu'une réunion se tienne prochainement à Rouen (ou en visioconférence selon la situation sanitaire) avec le Premier Ministre, les Ministres concernés et les trois Maires du Havre, de Rouen et Paris, pour échanger sur cet enjeu stratégique, non seulement pour Rouen et sa métropole mais pour notre pays.»


Commentaire de Florestan:
Au cabinet de la ministre de la Mer, ils ont dû rigoler comme des baleines en prếtant l'oreille à notre rossignol arrogant en train de se faire passer pour un goéland, un albatros ou un fou de Bassan qui sont de grands planeurs solitaires au dessus des eaux...
Une fois de plus, NMR joue en solitaire et réussit toujours le tour de force de ne jamais évoquer la Normandie. On suppose donc que le futur port de l'Axe Seine et son développement national et mondial sera pris en charge totalement par la métropole de Rouen...
Quant à sa proposition de réunion genre Yalta sans le Général de Gaulle sur l'avenir de l'Axe Seine, elle est tout simplement ridicule!
Nous le répétons: s'il devait y avoir une réunion au sommet sur ce dossier, elle devrait d'abord être normande!
Pourtant les quatre exigences présentées ici sont légitimes voire indispensables, notamment la quatrième.
La troisième nous laissera, néanmoins, perplexe: comment, en effet, améliorer le report modal et la logistique desservant le port de Rouen si on n'achève pas le contournement autoroutier complet de la métropole normande? On se souvient que ledit Rossignol nous chantait une autre chanson autrefois, sur ce sujet...
On laissera, en revanche, méditer non sans raison, la communauté portuaire rouennaise sur le fait que le gouvernement ait choisi celui qui a développé le port de Dunkerque, port directement concurrent de celui de Rouen pour les céréales, pour achever le projet de fusion portuaire de la vallée de la Seine...

CAEN, Abbaye-aux-dames, 15 octobre 2020: réunion de la commission permanente du conseil régional.

Le 15 octobre 2020, la commission permanente du conseil régional de Normandie a tenu sa réunion mensuelle à l'Abbaye-aux-dames de Caen, siège de la région pour décider du financement de plus de 150 demandes de subvention émanant de la société civile régionale. Plus que jamais, dans cette période de crise et d'incertitudes, l'institution régionale normande est devenue un facteur important de confiance et d'espérance...

5

 

Commission Permanente de la Région Normandie

Depuis le siège de la Région à Caen, Hervé Morin, Président de la Région Normandie, a réuni, jeudi 15 octobre, la commission permanente de la Région Normandie, par visio conférence, pour examiner près de 150 dossiers. On peut notamment retenir :

DEVELOPPEMENT ECONOMIQUE

Les élus régionaux ont accordé :

- des prêts à taux nul à 4 entreprises normandes pour un montant de 285 000 euros au titre du dispositif Prêt COVID 19-Trésorerie,

- 200 000 euros à France Active pour abonder le fonds « Prêt Relève Solidaire (PRS) », s’adressant aux entrepreneurs de l’ESS faisant face à des difficultés liées à la crise sanitaire COVID-19, et proposant des prêts à taux nul pouvant s’élever jusqu’à 100 000 euros sur une durée de 12 à 18 mois, leur permettant de reconstituer leur trésorerie, combler des pertes non couvertes par des aides exceptionnelles et de préparer la relance de leur activité,

- 392 639 euros pour 77 projets de création ou reprise de commerces ou de petites entreprises au titre du dispositif Coup de pouce,

- 208 000 euros pour soutenir 11 porteurs de projet de création/reprise d’entreprises au titre du dispositif prêt d’honneur DEFI – Prêt d’Honneur Normandie,

- 518 464 euros de subventions au titre du dispositif Impulsion Innovation à 2 entreprises, permettant la création de 15 emplois,

- 843 000 euros sous forme de prêts à taux nul, à 10 entreprises au titre du dispositif ARME, permettant la sauvegarde de 518 emplois,

- des subventions pour un montant total de 133 289 euros pour soutenir 3 projets issus de l’Economie Sociale et Solidaire,

- 300 000 euros à l’Université Rouen Normandie pour la première phase du projet de recherche CopHERL – « Incendie des usines Lubrizol et Normandie Logistique : COnséquences Potentielles pour l’Homme et l’Environnement »,

- une enveloppe globale de 254 233 euros à l’Université de Caen Normandie, Fastpoint et Momenttech pour la mise en place de 3 projets collaboratifs innovants, dont le projet NucleoT.

 

ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

- 180 000 euros pour renforcer l'enseignement supérieur

Les élus régionaux attribuent 180 000 euros à l’Université de Caen Normandie pour l’étude de faisabilité et de pré-programmation portant sur la rédaction d’un schéma directeur immobilier du volet ESR et la réhabilitation et l’aménagement du Campus 2.

 

- Un campus connecté à Saint-Lô

Dans le cadre de l'appel à projets campus connecté lancé par le ministère de l'enseignement

supérieur, Saint-Lô Agglo vient d'être retenue pour accueillir un campus connecté à Saint-Lô dès la rentrée 2020. Ce dispositif d’accompagnement des étudiants est soutenu par la Région Normandie à hauteur de 150 000 euros.

NUMERIQUE

- Prix de la médiation numérique en Normandie

La Région a lancé la réédition du Prix annuel de la médiation numérique en Normandie. A ce titre, les lauréats suivants sélectionnés recevront pour la réalisation de leur projet une dotation de 4 000 euros :

- l’EPN de la Mairie d’Hermanville/mer (14) : Un petit grain de sable dans l’EPN,

- les EPN du Centre d’animation Les Unelles (50): Espace Public Numérique Mobile,

- l’EPN de la Communauté de communes Val ès Dunes : Digital Café,

- l’EPN de la Ville de Ouistreham Riva-Bella (14) : Radio temporaire citoyenne « Radio des arts »,

- les EPN du Bureau Information Jeunesse de l’Orne (61) : @h…Social une nouvelle version,

- l’EPN La Fabrique Numérique de la Maison de l’Enfant et des Découvertes d’Evreux (27) : A la Rencontre des métiers du numérique,

- les EPN de la Ville de Cherbourg en Cotentin (50) : Retour vers le Pixel,

- l’EPN Lillebonne de Caux Seine Agglo (76) : Fabriquer un ballon solaire connecté

 

- 46 520 euros pour soutenir les espaces de co-working

Dans le cadre de l’Appel à projets « Fabrique d’Initiatives », les élus régionaux ont décidé d’attribuer 46 520 euros au Tiers-lieu Hey ! Coworking, à Caen, pour l’élaboration d’une COWLIB' Badgeuse, en collaboration avec le Dôme et le Tiers-lieux Rive Droite. Ce dispositif de pointage léger est adapté aux besoins des tiers lieux et espaces de coworking de taille modeste.

La Région Normandie a en outre attribué une enveloppe globale de 55 000 euros à 15 Espaces Publics Numériques (EPN) pour l’acquisition de matériels informatiques.

 

- Projets lauréats de l’Appel à Projets Booster IA

Au titre de sa Stratégie Régionale Numérique, la Région a décidé de faciliter le recours aux solutions numériques basées sur l’intelligence artificielle en lançant l’appel à projet « Booster IA : pour un numérique durable et innovant ».Les élus régionaux ont donc décidé de soutenir 6 projets pour un montant global de 107 356 euros, dont 18 500 euros à la Communauté de communes Côte Fleurie pour le projet de création d’ un modèle prédictif de collecte de déchets pour optimiser la tournée et la valorisation en fonction de l'occupation.

 

ORIENTATION ET FORMATION

- Dispositif « Qualif Individuel »

Au titre de sa politique en faveur de la formation, la Région accorde 574 192 euros pour la prise en charge de 95 parcours de formation de demandeurs d’emploi, au titre du dispositif « Qualif Individuel ».

 

- Dispositif exceptionnel de soutien aux élèves aides-soignants et étudiants infirmiers

Les élus régionaux ont décidé d’attribuer une aide exceptionnelle de 143 000 euros à 120 élèves aides-soignants et étudiants infirmiers impliqués dans la lutte contre le Covid 19.

 

- Labellisation au Service Public Régional de l’Orientation (SPRO) Conseil en Normandie

Les structures suivantes ont reçu la labellisation au Service Public Régional de l’Orientation (SPRO) Conseil en Normandie :

- Centre Régional Information Jeunesse Normandie (CRIJ) / Réseau Information Jeunesse (RIJ) de Normandie,

- Agglomération Evreux Porte de Normandie,

- Caux Seine Développement, Maison des Compétences, à Lillebonne,

- Maison de l’Emploi et de la Formation (MEF) du Cotentin, à Cherbourg-en-Cotentin,

- Transitions Pro Normandie, à Hérouville-Saint-Clair,

- Communauté de Communes Val ès Dunes, à Argences

- Agence Régionale de l’Orientation et des Métiers, à Rouen

 

- Mobilité internationale des jeunes Normands

Le dispositif Pass Monde permet de soutenir la mobilité internationale des jeunes normands (lycéens, étudiants, apprentis, stagiaires de la formation professionnelle…) dans le cadre de leur cursus de formation ou de projets personnels. Les élus régionaux ont décidé d’attribuer des bourses à 241 jeunes normands pour un montant total de 271 760 euros.

 

SPORT :

- Plus de 1,2 million d’euros pour soutenir les clubs sportifs normands

Dans le cadre de sa politique en faveur du développement des pratiques sportives sur tout le territoire, la Région a attribué les subventions suivantes :

  • 692 000 euros pour accompagner 6 clubs sportifs de haut niveau ;

  • 523 000 euros pour accompagner 35 clubs évoluant au niveau national.

 

AGRICULTURE ET PECHE

- Impulsion Installation

Les élus régionaux accordent une enveloppe de 33 500 euros à 3 jeunes agriculteurs au titre du dispositif Impulsion Installation, dont 2 projets de maraîchage.

 

- Normandisation du cheptel bovin, ovin, porcin, équin

Les élus régionaux ont attribué une enveloppe globale de 61 620 euros à 10 exploitations, pour augmenter la proportion d’animaux de race normande dans leur troupeau.

 

- 157 130 euros pour la valorisation et la promotion des produits agricoles normands

La Région Normandie soutient les démarches collectives des filières agricoles valorisant les produits agricoles normands. A ce titre, les élus régionaux attribuent :

  • 57 570 euros à «SILEBAN» pour le financement d’actions ayant pour objectif la promotion de la carotte de la baie du mont Saint Michel et du poireau de Normandie.

  • 49 560 euros à «MARIE SAUCE CONSEIL» pour le financement de 1ère édition du Trophée des Léopards, dont l’objectif est de valoriser les produits d’exception de la Région.

  • 50 000 euros à LEGGO Légumineuses à Graines Grand Ouest» pour le financement du projet en inter régions « Construire des filières pérennes de légumineuses à graines dans le Grand Ouest », dont l’objectif est de structurer des filières des protéines végétales à destination de l’alimentation humaine en Normandie, Bretagne et Pays de la Loire.

 

- Développement de la pêche et de l’aquaculture normande

La Région Normandie finance 3 projets de rénovation et de modernisation des bateaux et des infrastructures de pêche normandes, à hauteur de 118 137 euros, dont la remotorisation du navire PIRAHNA.

 

En outre, dans le but de soutenir les investissements productifs en aquaculture, les élus régionaux accordent une enveloppe globale de 93 817 euros à 2 projets : l’acquisition d'un système d'élevage innovant SEAPA et l’achat d'une calibreuse avec alimentation automatique.

 

- La Région s’engage pour une agriculture normande performante

Au titre de l’appel à projets 2020 « Investissements dans les exploitations agricoles pour une agriculture normande performante», la Région Normandie va financer 83 projets pour l’ensemble du territoire normand pour plus de 1,58 million d’euros.

 

De plus, 4 projets, d’un montant total de 815 297 euros, seront financés au titre du dispositif "Investissements physiques en transformation-commercialisation dans le secteur agroalimentaire et agro-industriel".

 

AMENAGEMENT DU TERRITOIRE

- Plus de 1,61 million d’euros pour le développement de projets structurants pour le territoire

Dans le cadre de la contractualisation avec les territoires, les élus régionaux ont décidé d’accorder :

- 914 732 euros à la Ville de Caen pour la construction d'une halle sportive dans le quartier Saint Jean Eudes à Caen visant notamment à accueillir le pôle Espoir de la Ligue de Handball de Normandie et l'équipe élite du Caen Tennis de Table pour ses matchs à domicile ;

- 12 274 euros à l’Association ATELIERS INSITU, située sur l’Intercom Bernay Terres de Normandie, pour la création de « MobiLab, demain à deux mains, analogique et numérique » ;

- 240 000 euros à la Commune d’Etoutteville (76), pour la création d'un espace public à vocation multiple ;

- 177 667 euros à la Commune de Nonancourt (27), pour la restructuration du gymnase ;

- 266 555 euros à la Commune de Valmont pour la rénovation de la salle de la Concorde.

 

- Plus de 3,61 million d’euros pour soutenir les politiques urbaines

Au titre de son soutien aux politiques urbaines des territoires, la Région Normandie alloue :

- plus de 1,38 million d’euros en faveur de la Métropole Rouen Normandie, pour les travaux du prolongement de la ligne T4 jusqu’au CHU Charles Nicolle » à Rouen

- plus de 2,23 millions d’euros en faveur de la Commune de Vernon pour les travaux d’aménagement des berges de Seine Amont à Vernon, et la reconversion de la friche de l’ancienne fonderie en parc urbain.

 

DEVELOPPEMENT DURABLE

- près de 3 millions d’euros pour la rénovation énergétique de 386 logements sociaux

- 250 000 euros à la SOCIETE ANONYME D'ECONOMIE MIXTE IMMOBILIERE DE NORMANDIE (SEMINOR), pour la construction BBC de 90 logements locatifs à Gournay en Bray (76),

- 969 600 euros à CAEN LA MER HABITAT pour la réhabilitation thermique BBC de 96 logements sociaux (66 collectifs et 30 pavillons) du Groupe Frêres Lumière à Caen,

- 806 868 euros à CDC HABITAT SOCIAL, pour la réhabilitation thermique BBC de 96 logements sociaux à Hérouville Saint Clair,

- 937 399 euros pour LES FOYERS NORMANDS, pour la réhabilitation thermique BBC de 104 logements sociaux à Colombelles

 

- 274 210 euros pour encourager la rénovation énergétique de bâtiments publics

Dans le cadre du « Plan Normandie Bâtiments Durables », les élus régionaux ont décidé d’attribuer :

- 59 572 euros à la Commune de Tessy Bocage pour la rénovation du chauffage et de l’étanchéité de l'école maternelle Jacques Bulot et le raccordement au réseau de chaleur,

- 214 638 euros à la Commune de Beaumont le Roger pour la réhabilitation énergétique de la Salle Robert Fort

 

- La Région soutient les initiatives en faveur du développement durable

Dans le cadre de sa politique en faveur du développement durable, la Région accorde :

- plus de 1,51 million d’euros à 41 projets de production d’énergies renouvelables (panneaux voltaïques, unité de méthanisation, chaudières à granulés…)

- 175 000 euros pour l’acquisition de 80 véhicules électriques par des particuliers au titre du dispositif « IDÉE ACTION – Mobilité durable »,

- 201 chèques « Eco-énergie » pour un montant total de 444 400 euros.

 

- Favoriser les projets de protection et de restauration des milieux naturels

Au titre de l’Appel à projets multifonds Région-FEDER-FEADER 2020-2021 « Etudes et programmes d’intérêt régional en faveur de la biodiversité », 23 projets ont été retenus, et seront soutenus par la Région à hauteur de plus de 2,54 millions d’euros.

 

TOURISME :

- Soutien au projet « The Explorers » du Comité régional du Tourisme (CRT)

La Région accompagne à hauteur de 250 000 euros le Comité régional du tourisme pour son projet d'achats de visuels « Normandie Explorers » et la mise en œuvre d'un programme de communication qui consiste en la réalisation, la diffusion et la distribution internationale d'un film documentaire de 52 mn français et en anglais, d'un film documentaire de 26 mn d'images aériennes en français et en anglais, de 33 formats courts de 1 à 6 mn, de 4 000 photos dont 1 500 aériennes et de 50 dessins.

 

- 237 760 euros pour permettre la création d’un centre d’hébergement touristique social à Dieppe (76)

Les élus régionaux ont décidé de soutenir à hauteur de 237 760 euros le projet porté par l’Association Dieppe An’Go Hostel qui consiste en la création d’un centre d’hébergement touristique permettant l’accueil de publics ayant difficilement accès aux vacances. Ce projet vise à développer au Domaine des Roches le tourisme social dans l'esprit du réseau Ethic Etapes (tourisme responsable, basé sur l’accueil et les échanges internationaux, l’action éducative, l’ouverture culturelle, la mixité sociale, l’accessibilité économique).

 

CULTURE :

- Crise du Covid-19 : 1,27 million d’euros pour soutenir les structures culturelles

La Région se mobilise pour accompagner et anticiper les conséquences de l’épidémie de Covid-19 qui frappe le secteur culturel. Dans le cadre des fonds d’urgence culture n°1 et 2, les élus ont ainsi attribué des subventions pour un montant total de plus de 1,27 million d’euros à 33 structures et entreprises culturelles du territoire.

 

- Soutien à 8 projets en faveur des droits culturels

La Région a inscrit les droits culturels au cœur de sa politique culturelle. Dans ce cadre, elle soutient pour un montant de 175 028 euros les projets suivants :

  • la mise en œuvre du Projet Avatars par le réseau ESPAACE de Rouen (76)

  • la création d'une plateforme d'expositions et de médiations en ligne « New Look » portée par l’association RN13 Bis de Caen (14)

  • le projet "Idoles" porté par la commune d’Eu (76)

  • le Groupement d’Insertion des personnes Handicapées Physiques (GIHP) de Normandie qui accompagnera les équipes de Flaubert 21 sur l'accessibilité de 4 projets

le projet sur 3 ans

  • le projet de médiation "Au fil de l'eau" mené du 1er septembre au 31 décembre 2020 par la compagnie Créa auprès de différents publics d'Hérouville-Saint-Clair (14)

  • la coordination et la mise en place de la saison Regards en 2020 par l’association CEMEA de Normandie

  • le parcours culturel « ML KING 306 (LORRAINE MOTEL) » proposé par la Compagnie Caliband Théâtre, en association avec l'Archipel de Granville et le Théâtre de l'Hôtel de Ville du Havre, pour le lycée Maurice Marland de Granville (50) et le lycée Augustin Boismard de Brionne (27)

 

- 392 000 euros pour accompagner les territoires dans leurs actions de diffusion culturelle

La Région accompagne pour un montant total de 392 000 euros les actions de diffusion culturelle de la commune de Blangy sur Bresle, de la Communauté de Communauté de communes de Lyons Andelles, de l’Intercom Bernay terres de Normandie ainsi que des trois relais culturels suivants : Art et Design en Normandie de Tessy Bocage, Musique Expérience de Ducey les Cheris et l’association 2angles de Flers.

 

- Soutien à la réhabilitation du beffroi de Dives-sur-Mer en lieu culturel destiné au Sablier

La commune de Dives-sur-Mer porte un projet de pôle culturel sur l’ancien site du bâtiment du beffroi qui accueillera, après travaux, le Sablier, pôle des arts de la marionnette en Normandie. La Région accompagne à hauteur de 430 000 euros cette opération de réhabilitation qui prévoit la création d’un atelier de construction adossé à une salle de création de 130 places, d’une loge, d’un espace de stockage, de bureaux ainsi qu’un accueil public et d’une cuisine/salle de réunion mutualisée avec l’école de musique intercommunale qui sera aussi installée sur le site rénové.

 

- Soutien à l’économie du livre

Dans le cadre de sa politique de soutien au développement de l’économie de livre en Normandie, la Région a décidé d’attribuer les subventions suivantes :

  • 66 736 euros d’aides de fonctionnement à 14 structures (aide à l’acquisition de stocks de livres, aide à la création, publication et diffusion d’ouvrages…)

  • 18 904 euros de soutien aux investissements dans sept librairies normandes

  • 67 000 euros pour accompagner l’organisation de trois festivals littéraires (Festival du livre "Lire à Pont L'évêque", Festival littéraire "Le goût des autres" au Havre et Festival du livre de jeunesse de Rouen)

 

- 186 000 euros pour accompagner la réalisation de 18 films et productions audiovisuelles en Normandie

Les élus régionaux ont attribué des subventions pour un montant total de 186 000 euros pour soutenir la réalisation en Normandie de 18 films et productions audiovisuelles (longs et courts métrages, documentaires…).

 

Forum citoyen : « débattons ensemble des décisions à prendre »

À l’approche du premier forum citoyen de la mandature, organisé vendredi 27 et samedi 28 novembre 2020, le maire, Joachim Moyse, revient sur les raisons à l’origine de ce rendez-vous et sur ses objectifs.

Interview du maire Joachim Moyse.

Pourquoi souhaitez-vous réunir tous les ans les Stéphanaises et les Stéphanais ?

J.M. : Je souhaite scander chacune des six années de mandat municipal par un temps d’échange et de débat, autour d’une rencontre avec les habitantes et les habitants. Il y aura donc six forums, chacun d’entre eux étant consacré à l’un des axes thématiques que nous avons collectivement portés pendant la période pré-électorale. L’objectif est de réinterroger et discuter avec la population les politiques publiques communales. De façon à pouvoir les amender, les faire évoluer vers des choix qui peuvent être différents. Ces rencontres doivent aussi être l’occasion de s’informer les uns les autres, de partager des expériences, entre habitants, mais aussi avec les services municipaux et les élus. Il s’agit de se donner du « en commun » pour, ensuite, pouvoir formuler des suggestions, des préconisations par rapport à ce qui est fait ou ce qui ne serait pas assez fait. Plus largement, j’attends aussi de ce rendez-vous de pouvoir donner aux gens la parole et la faculté d’aller remettre en question les politiques menées au niveau national, comme les Gilets jaunes l’ont revendiqué fin 2018-2019.

Comment rassurer ceux qui pourraient craindre que leur voix ne soit pas entendue ?

J.M. : Ce Forum que nous avions annoncé avant les élections n’est pas un gadget, mais un outil de travail. Il ne s’agit pas d’instrumentaliser la parole des gens, mais de la prendre en considération, d’écouter la position des uns et des autres et de valoriser l’expérience du quotidien, le bon sens des habitantes et des habitants.

Pour rassurer les sceptiques, rappelons que nous avons déjà fait la preuve de notre capacité à prendre en compte l’avis et la parole des habitants. C’est ainsi que nous avons proposé une alternative avec un repas sans viande. Lors des ateliers organisés dans le cadre de l’aménagement du quartier Seguin ou, plus récemment, du projet de la rue du Dr Cotoni, nous avons aussi amendé nos projets, suite aux échanges avec la population.

L’idée est de réussir à entendre les demandes, qui manifestent le plus souvent des points de vue particuliers, qu’il faut ensuite concilier avec d’autres points de vue particuliers.

Comment avez-vous choisi le thème du forum 2020, forum citoyen du développement durable et de la santé ?

J.M. : Le forum citoyen des 27 et 28 novembre porte sur le thème de « la ville qui préserve », il s’inscrit donc dans le double champ du développement durable, autour des trois cercles du développement social, économique et environnemental, et de la santé. Cette année 2020, marquée par la mise en avant, malgré nous, de la priorité sanitaire, nous a fortement orienté vers ce choix. Nous souhaitons le décliner autour de trois thèmes – la santé et la propreté urbaine/gestion des déchets, la santé et l’alimentation, la santé et la nature en ville– qui laissent entrevoir les leviers sur lesquels nous avons encore la possibilité d’agir, au niveau de la commune.

Forum citoyen

Du vendredi 27 au samedi 28 novembre 2020 sur le thème du développement durable et de la santé.

Espace Georges-Déziré.

Au programme :

  • Vendredi 27 novembre à 18h30

Table ronde : Enjeux du développement durable et de la santé, quelles possibilités d’agir pour les citoyens et les collectivités ?

  • Samedi 28 novembre de 14h à 19h

De 14h à 15h30 et de 15h30 à 17h : Ateliers participatifs sur l’alimentation, la nature en ville et la propreté urbaine/gestion des déchets – Espace de sensibilisation et ateliers jeux.

De 17h à 18h : Synthèse des contributions citoyennes colletées.

De 18h à 19h : Conclusions du Forum, perspectives stéphanaises par le maire Joachim Moyse.

L’article Forum citoyen : « débattons ensemble des décisions à prendre » est apparu en premier sur Ville de Saint-Étienne-du-Rouvray - Site officiel.

Octobre rose : une première marche couronnée de succès !

Ce samedi 17 octobre, une centaine de marcheurs se sont donnés rendez-vous pour participer à la première marche rose organisée par le CCAS de la ville de Duclair.
Accueillis par le Maire, Jean Delalandre, Véronique Fermé, adjointe chargée des affaires sociales et l’association

Dragon ladies Unies Pour Elles

, les participants ont bénéficié d’un tee-shirt gratuit remis par le CCAS. L’ensemble des dons libres collectés au départ de la marche s’élevant à 705,82€ ont été remis à l’association « Unies pour elles » ainsi qu’une enveloppe de 150€ du Lions Club Duclair Les Abbayes, soit un total de 855,82€. Cette association a pour objectif d’aider les femmes atteintes ou qui ont été atteintes au cours de leur vie par un cancer du sein.

Une fois le top départ donné, la voie verte s’est vue submergée par une remarquable « vague » rose, le résultat d’une belle initiative qui a su rassembler et mobiliser les Duclairois ou les personnes venues d’ailleurs, pour sensibiliser au dépistage du cancer du sein.

Vernissage de l’exposition d’Hélène Leseigneur

C’est en petit comité et avec une jauge adaptée au contexte sanitaire, que le vernissage d’Hélène Leseigneur a eu lieu ce samedi 17 octobre à 11h à la salle des Hallettes.
Hélène Leseigneur peint depuis deux ans, elle est une autodidacte, et exprime son art à travers des portraits d’animaux, des paysages et des scènes de vie. Un regard perspicace et une sensibilité que l’on retrouve à travers ses toiles.
Le Maire, Jean Delalandre, aux côtés d’Annie Leloup, adjointe chargée de la culture et du jumelage, a fait part de son enthousiasme : « nous sommes ravis d’accueillir Hélène Leseigneur et son exposition en mairie. La culture est un sujet auquel nous donnons une importance particulière à Duclair et un domaine dans lequel la ville s’investie en y mettant beaucoup d’énergie et de moyens ».
L’exposition d’Hélène Leseigneur est visible tous les jours en mairie, aux horaires d’ouvertures habituels, jusqu’au 14 novembre 2020.

Humiliation ferroviaire: des TGV « Atlantique » sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre pour suppléer les trains normands fatigués!

En attendant l'arrivée des rames OMNEO Bombardier commandées par la région Normandie qui doivent nous tirer enfin du "moyen-âge" ferroviaire mais qui se font désirer en raison de l'actuelle crise sanitaire et pour palier les pannes à répétition d'un matériel roulant normand à bout de souffle (certaines motrices de nos trains Corail ont le même âge que notre président de région...) il a fallu se résigner à une décision pragmatique:

Hervé Morin et Jean-Pierre Farandou, le patron de la maison cheminote ont signé le 22 octobre 2020 à Rouen un accord mettant à la disposition de la région Normandie, un lot de rames et motrices du TGV "Atlantique"!

4

Bien évidemment, Ouest-France s'en est fait l'écho..

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-des-rames-de-tgv-atlantique-circuleront-sur-la-ligne-paris-rouen-le-havre-7025389

Lire le communiqué de presse officiel diffusé par la région Normandie:

des actionS ET DES MESURES concrÈtes

 

pour RETROUVER DES CONDITIONS DE TRANSPORT SATISFAISANTES

SUR LES LIGNES NORMANDES

A la suite de nombreux dysfonctionnements subis ces derniers mois sur les lignes normandes, Jean-Pierre Farandou, Président-Directeur général de SNCF, s’est rendu ce matin au Conseil régional à Rouen pour présenter à Hervé Morin, Président de la Région Normandie, le plan d’action SNCF visant à redresser rapidement la qualité du service ferroviaire, proposer aux voyageurs des conditions de transport au niveau de leurs attentes et mieux les informer.

 L’échange entre les deux présidents a notamment été l’occasion pour Jean-Pierre Farandou de présenter Pierre Boutier, nouvellement missionné par le groupe SNCF pour redresser la performance du système ferroviaire en Normandie, en particulier sur les axes Paris-Rouen-Le Havre et Paris-Caen-Cherbourg, en support des entités opérationnelles locales. Cette mission fait suite à la demande formulée par Hervé Morin fin août.

 Pour mémoire, à l’occasion d’une réunion d’urgence qui s’est tenue le 24 août dernier, Hervé Morin avait demandé à Jean Pierre Farandou, Président de la SNCF, d’établir un plan d’action afin que cessent les dysfonctionnements subis par les voyageurs entre la Normandie et Paris.

 Un point d’étape est d’ores et déjà programmé en novembre pour dresser un bilan des différentes actions mises en place et effectuer si besoin les ajustements nécessaires.

I / AMÉLIORER LA DISPONIBILITÉ DU MATÉRIEL ET LES CONDITIONS D’EXPLOITATION

 Depuis plusieurs semaines, le parc matériel normand est fortement en tension, en raison notamment des retards de livraison des rames Omneo par le constructeur Bombardier Transport (9 livrées sur les 25 attendues mi-octobre). Cette situation s’est trouvée aggravée par les impacts de la crise sanitaire ainsi que par plusieurs événements externes (tempête Alex, heurts d’animaux, autres incidents...) immobilisant 7 rames fortement capacitaires et entraînant des sous-compositions et des suppressions de trains.

Le plan de transport sur les lignes normandes s’en est trouvé lourdement affecté et les conditions de voyage se sont considérablement dégradées.

  1. Trois rames TGV en renfort pour les lignes normandes

SNCF Voyageurs met à disposition de la Région Normandie 3 rames de son parc TGV pour renforcer, pendant plusieurs mois, les liaisons sur la ligne Paris-Rouen-Le Havre.

Une première rame TGV circulera dès le début du mois de novembre, complétée de 2 rames TGV à partir de mi-décembre. Cette mise à disposition durera 7 mois, jusqu’à fin mai 2021. Chaque rame, issue du parc TGV Atlantique, assurera 3 trajets par jour sur cet axe. C’est la 1ère fois en France que SNCF met à disposition sur une période de longue durée des rames TGV pour assurer l’exploitation de lignes régionales.


 

Commentaire de Florestan furieux:

C'est la première fois que la SNCF s'aperçoit que les grandes lignes ferroviaires normandes sont

AUSSI des grandes lignes NATIONALES!


 

  1. Mobilisation spécifique des équipes de maintenance

Pour compenser le retard de livraison des rames Omneo, la SNCF a été contrainte de maintenir en circulation 41 voitures Corail et 5 locomotives au-delà des délais prévus. Dans ce nouveau contexte, la SNCF a mobilisé 50 agents supplémentaires au plan de marche initial dans les Technicentres de Normandie et de Clichy. Elle a également sollicité le soutien de 4 experts de l’ingénierie du Matériel de Saint-Pierre-des-Corps.

 Par ailleurs, la mobilisation des équipes de maintenance de Sotteville et Caen a permis de réduire de 50 % les délais de préparation des rames Omneo entre la livraison par Bombardier Transport et la mise en service commercial. 3 nouvelles rames Omneo ont ainsi pu être mises en service le 16 octobre.

II/ FOURNIR AUX VOYAGEURS UNE INFORMATION DIRECTE ET PLUS RÉACTIVE

  1. Garantir une information en temps réel et de meilleure qualité grâce à de nouveaux outils innovants

  • À partir de novembre 2020, le Centre Opérationnel régional sera placé en contact direct avec les conducteurs de train sur l’axe Paris-Rouen-Le Havre pour partager l’information en temps réel. Par ailleurs, le centre sera équipé en 2021 d’un mur d’images reprenant toutes les indications indispensables à la prise de décisions permettant une information voyageurs plus réactive et plus fiable.

  • Les informations sur la composition en temps réel des trains sont rendues disponibles sur l’Assistant SNCF sur iPhone, et le seront sur Android au premier trimestre 2021.

  • À partir de décembre, les explications sur les motifs des retards seront rendues plus explicites et plus précises pour les voyageurs, afin de permettre une meilleure compréhension de la situation (mise à quai tardive, difficulté dans la préparation du train…).

  • De nouvelles applications internes sont développées pour assurer une saisie plus rapide des informations liées à une perturbation et ainsi informer les voyageurs dans de meilleurs délais, de façon fiable et cohérente.

  1. Déployer des moyens humains supplémentaires dédiés à l’information voyageurs

  • Un directeur de production dédié aux trains NOMAD a été nommé en octobre en gare de Paris Saint-Lazare pour mieux coordonner les mises à quai et le départ des trains, permettant une information plus anticipée pour les voyageurs en cas d’aléas.

  • 3 agents supplémentaires renforceront le Centre Opérationnel Escale (COE) de la gare de Paris Saint-Lazare en novembre 2020, dédiés spécifiquement aux annonces des trains NOMAD, en situation normale comme perturbée.

Le COE est en charge 24h/24h et 7j/7du pilotage de l’information voyageurs en gare de Paris Saint-Lazare : gestion de l’affichage des trains au départ et à l’arrivée de Paris Saint-Lazare, des annonces sonores, coordination et gestion des agents sur le terrain (escale, sécurité, nettoyage…).

  • Un coordinateur de l’information voyageurs intègrera, en décembre 2020, le Centre Opérationnel Régional à Rouen pour assurer la cohérence et la réactivité des messages à bord de l’ensemble des trains NOMAD, ainsi que sur les réseaux sociaux (@train_nomad). Le Centre Opérationnel Régional est la tour de contrôle en charge de la gestion opérationnelle et de l’information voyageurs des trains NOMAD en situation normale et perturbée.

  1. Renforcer la culture de l’information voyageurs à tous les niveaux

  • Des actions de sensibilisation auprès des agents des gares, des trains et des centres opérationnels sont lancées dès octobre 2020 ainsi que des formations complémentaires pour prendre la parole et garantir la cohérence entre les messages. Ces actions se poursuivront toute l’année 2021.

  • La prise en compte des attentes des voyageurs sera renforcée afin d’adapter l’information voyageurs en temps réel grâce aux signalements faits sur les réseaux sociaux.

  • En lien avec les associations, dès novembre 2020, les plus gros incidents ou anomalies feront l’objet d’un retour d’expérience précis, afin d’apporter des pistes de progrès concrètes et partagées.

L’ensemble des moyens humains supplémentaires et ces nouveaux outils vont permettre une meilleure information pour les voyageurs. En cas de perturbations, ils seront notamment mieux orientés vers des solutions alternatives, en particulier à Paris Saint-Lazare :

  • Information réactive à bord en cas de retard au départ d’un train,

  • Orientation vers le premier train utile au départ,

  • Accès facilité aux portiques Transilien en cas de changement de voie vers cette plateforme.

 

III/ AMELIORER LA PERFORMANCE DU RÉSEAU

Depuis cet été, les équipes de SNCF Réseau sont engagées dans la mise en œuvre d’un plan d’action visant à améliorer la performance du réseau et la ponctualité des trains normands. De grandes mesures sont actuellement déployées à tous les niveaux de l’entreprise, en Normandie et en Île-de-France, afin de répondre aux attentes de la Région Normandie et des voyageurs.

Parmi les mesures les plus notables :

  1. Une régularité accrue  

Une « taskforce ponctualité » à Paris-Saint-Lazare est opérationnelle depuis le 19 octobre (sa mise en place, initialement prévue en décembre, a été accélérée). Elle aura pour mission d’améliorer la ponctualité au départ des trains normands en gare de Paris-Saint-Lazare, et in fine la régularité.

  1. Une meilleure gestion des travaux

Un ensemble d’actions est mis en place pour assurer le bon déroulement des travaux de nuit et donc une reprise des circulations voyageurs à l’heure chaque matin. L’ensemble des travaux prévus en Normandie pour les six prochains mois va faire l’objet d’une analyse fine. Des actions pour sécuriser les chantiers les plus critiques seront mises en place (réaffectation de moyens, restitution du chantier en anticipation, renoncements …). Par ailleurs, pour chaque chantier complexe en Île-de-France et en Normandie, une organisation dédiée est mise en œuvre, avec notamment la désignation d’un chef de projet senior pour accompagner le pilotage de l’opération.

  1. La maîtrise de la végétation

L’équipe en charge de la végétation en Normandie a été renforcée dès cet été. La priorité pour l’équipe est de traiter dès novembre les zones les plus critiques de l’axe Paris–Caen–Cherbourg. L’objectif est de diminuer les incidents liés à la végétation sur le réseau (ex : chute d’arbres) et donc d’améliorer la régularité.

En outre, un contrat de performance est en cours de préparation pour signature entre SNCF Réseau et la Région Normandie dans les prochaines semaines.


Quant aux nouvelles rames OMNEO et à leur déploiement sur les grandes ferroviaires normandes, il va encore falloir s'armer de patience...

https://www.ouest-france.fr/normandie/normandie-nouveaux-trains-livres-en-retard-bombardier-se-defend-7030880