Archive dans 1 mars 2020

Municipales à Rouen : les propositions de Guillaume Pennelle, candidat Rassemblement National

Le candidat Guillaume Pennelle (Rassemblement National) a présenté son programme mardi 25 février à son local de campagne, rue des Arpents à Rouen (Seine-Maritime), aux côtés d'une partie de ses co-listiers, la liste complète devant être dévoilée dans les prochains jours.

Le candidat Guillaume Pennelle (Rassemblement National) a présenté son programme mardi 25 février, à son local de campagne, rue des Arpents à Rouen (Seine-Maritime), aux côtés d’une partie de ses co-listiers. (©FM/76actu)

Le candidat Rassemblement National aux élections municipales à Rouen (Seine-Maritime), Guillaume Pennelle, avait déjà présenté ses propositions en matière de sécurité, « priorité absolue » de la liste soutenue par Marine Le Pen. Mardi 25 février 2020, il a présenté l’ensemble de son programme, condensé dans un document de quatre pages tirés à 40 000 exemplaires, actuellement en cours de boîtage. 

Lire aussi : INTERVIEW. Municipales à Rouen : Guillaume Pennelle repart avec les couleurs du RN

Sécurité, propreté, immigration…

« Nous n’avons pas voulu éditer un bottin mais un document clair et efficace, explique le candidat. Et c’est un programme que nous avons voulu réalisable, au vu de la faible marge de manœuvre financière dont la Ville de Rouen dispose. Il ne s’agit pas de mentir aux Rouennais en leur promettant des choses grandiloquentes. »

Comme cela a déjà annoncé, les propositions liées à la sécurité figurent en tête du programme, suivies par la propreté, l’immigration, le commerce ou encore la politique en faveur des retraitées. La liste complète devrait être dévoilée dans la semaine du 2 mars.

Voici des point notables du projet de Guillaume Pennelle, répartis en quatre thèmes dégagés par la rédaction de 76actu

Le programme

• Écologie

• Instaurer le tarif 1 voyage dans les bus et métros à 1 euro valable 2 heures. 
• Proposer des repas 100 % bio issus des produits locaux dans les cantines. 
• Végétaliser la ville en multipliant les espaces verts pour lutter contre les îlots de chaleur. 
• Démocratie
• Rendre la Métropole accessible aux Rouennais.
• La Métropole doit être au service des maires et des habitants et non l’inverse. 
• Développer le réseau voisins vigilants pour lutter contre les cambriolages. 
• Création d’une conciergerie municipale sous forme d’une plateforme téléphonique pour aider et conseiller les personnes âgées dans leurs démarches du quotidien (problèmes internet, factures, rendez-vous médicaux…). 

• Attractivité et cadre de vie

• Police municipale doublée, formée, armée, avec des patrouilles 24h/24 et 7 jours/7 partout en ville.
• Multiplier des agents d’entretien actifs très tôt le matin.
• Mise en place des zones bleues gratuites dans les quartiers commerçants. 
• Lutte contre la prolifération de certains commerces (kebabs, activités communautaristes…)… aux activités souvent douteuses (car servant en réalité au blanchiment de l’argent du trafic de drogue) et qui dénaturent l’identité de Rouen.

• Contournement Est

• Appuyer la réalisation rapide du contournement routier Est de la ville. 

PORTRAIT. Du Havre à Paris, les œuvres théâtrales de François Bizet s’invitent sur les planches

François Bizet est auteur, comédien et metteur en scène.

Le Havrais François Bizet est auteur, comédien et metteur en scène. (©SP)

François Bizet habite au Havre (Seine-Maritime), depuis 1995, et vit sa passion pour les planches sur tous les fronts : s’il donne des cours de théâtre dans différentes associations, il écrit aussi et signe la mise en scène de ses textes. Auteur, comédien et dramaturge, François Bizet a déjà monté 22 pièces. « J’ai écrit mon premier texte en 2002. Par crainte, j’ai aussi réalisé la mise en scène. Ainsi a commencé cette double carrière  », sourit le discret auteur. 

Lire aussi : INTERVIEW. « Petit traité de survie en milieu familial » avec les Chiens de Navarre, au Havre

« Une pensée verbale »

Les Havrais ont eu l’occasion de voir son travail au Poulailler, au Bastringue, à l’espace Sarah-Bernhardt etc. Ses textes sont traversés par un thème, un fil rouge : « Je parle souvent d’imposture, de mensonge. C’est un thème récurrent, mais que je traitais de manière inconsciente. Je me suis rendu compte de ça, l’année dernière. »

Pour l’artiste havrais, l’écriture théâtrale est la forme d’expression qui s’est imposée.

Comme des gens font de la prose, de la poésie ou du slam, j’écris des pièces de théâtre, explique-t-il. Ce qui me plaît dans la forme théâtrale, c’est la verbalisation de la pensée, via les dialogues et échanges. Les personnages disent ce qu’ils pensent.

Lire aussi : Spectacles, engagements, élections… Entretien avec David Bobée, directeur du CDN Normandie

De nombreuses influences viennent nourrir la pensée de François Bizet : « J’aime beaucoup le théâtre de l’Absurde : Ionesco, Beckett. C’est une période où ça se lâche : on casse le principe de théâtre traditionnel. » L’auteur havrais confie également aimer « des choses plus viscérales comme les auteurs des années 1980 que sont Koltès, Lagarce, Copi. »

Textes publiés

Si vous n’avez pas eu l’occasion de les voir mis en scène, il est possible de lire les textes de François Bizet, publiés aux éditions de L’ Aiguille (La loge et autres comédies, mais aussi Les amours blanches).

Jusqu’au 28 mars, une pièce musicale du Havrais est présentée au Théâtre du gouvernail (XIXe arrondissement), à Paris. « La pièce Les semeuses de larmes a été créée au Poulailler. Elle poursuit sa vie à Paris. Cette pièce musicale suit Victoria Ghosting, guide londonienne, en charge des visites de Big Ben. Mais un jour, l’une de ses visites est perturbée… L’étrange s’invite dans la visite historique. » Une affaire à suivre sur les planches… 

Municipales. Gwénaël Labarre veut réinstaller du dialogue et de l’information à Bonsecours

Gwénaël Labarre (au centre) et son équipe veulent redynamiser Bonsecours.©Bonsecours 2020 l’avenir est à vous.

Gwénaël Labarre (au centre) et son équipe veulent redynamiser Bonsecours.©Bonsecours 2020 l’avenir est à vous. (©Le Bulletin)

Après l’annonce des candidatures du maire sortant Laurent Grelaud et celle de Marylène Follet, l’élu d’opposition Gwénaël Labarre et son équipe sont la troisième liste à se présenter à Bonsecours, sur le plateau Est de Rouen (Seine-Maritime) lors des élections municipales des 15 et 22 mars 2020. Déterminé et sûr de ses forces en présence, Gwénaël Labarre, tête de liste de Bonsecours 2020 l’avenir est à vous, est parvenu à fédérer autour de lui des hommes et des femmes, sans étiquette politique, allant de 23 ans à 77 ans, avec le même but commun : réveiller Bonsecours.

Lire aussi : Municipales 2020. Marylène Follet veut porter « un projet nouveau » pour Bonsecours, près de Rouen

Informer et communiquer

En cas de victoire, s’il y a un point qui tient à cœur à Gwénaël Labarre, c’est la circulation de l’information et de la communication. « Actuellement, la mairie prend ses décisions toute seule en étant renfermée sur elle-même. » La tête de liste en veut pour preuve le manque criant de communication sur les sujets de la ZAC (Zone d’aménagement concerté ) et de la piscine : « Il n’y a eu aucune réunion publique à ces sujets. Pour la piscine aucune information n’a circulé. Sur les grands projets, on communiquera et on informera la population. » Le sujet brûlant depuis ces derniers mois, c’est le projet de ZAC de la société Nexity avec la construction de 360 logements sur le site de 22 ha de la ferme de Bonsecours.

« La peur de l’inconnu est logique »

Sur ce projet, Gwénaël Labarre est pour, mais admet que certains détails doivent être revus : « Le problème, c’est qu’on ne tient pas compte de la vision actuelle des choses. Ce projet a plus de dix ans et on le regarde avec une ancienne vision. » Il poursuit : « Il faut trouver un équilibre, en tenant compte de l’urbanisation qui s’est développé aux alentours. » Le chef de file constate toutefois que la population qui y est réticente change son fusil d’épaule une fois qu’on prend le temps de lui expliquer les bienfaits de cet aménagement : « On en revient au manque de communication et d’information de la municipalité. Les gens sont contre, mais en leur expliquant ils comprennent. Sans explication, la peur de l’inconnu est logique. »

Au sujet de l’urbanisme, là aussi, Gwénaël Labarre déclare que la communication avec les professionnels et les habitants est un plus pour un développement contrôlé de Bonsecours. « Le but, c’est de développer Bonsecours. On aura jamais un centre-ville comme au Mesnil-Esnard, mais maintenant il y a des cases vides et il faut les remplir. »

Lire aussi : Il flottait comme un petit air de campagne municipale au Casino de Bonsecours, près de Rouen

Investir grâce aux économies

L’un des derniers points développé par le chef de file concerne le poids de la dette de la commune et la manière de l’alléger. La solution, Gwénaël Labarre l’apporte : « Tout d’abord il faut renégocier les prêts ou les regrouper. Par la suite il faut discuter afin de voir quels services pourraient être mutualisés. » Cependant, il y a un point sur lequel ce dernier souhaite rassurer les associations : « On ne touchera pas à leur financement. »

Côté culturel, Gwénaël Labarre et son équipe souhaitent faire bouger les choses : « Ce qui il y a en place pour les adolescents, c’est génial, il faut continuer dans ce sens. Mais il faut réfléchir à d’autres axes avec l’informatique, le graphisme et mieux exploiter notre centre culturel. »

Côté patrimoine, le candidat pense à la basilique qui nécessite de nombreux travaux et il estime qu’il faut : « bouger pour trouver des subventions, faire appel à des mécènes. Il s’agit d’un projet à 20 millions d’euros, seuls on ne peut pas y parvenir, donc il faut trouver des solutions. Nous ne sommes pas sous cloche. »

Municipales à Rouen : Jean-Louis Louvel dévoile sa liste, mêlant « jeunesse, expérience et maturité »

Jean-Louis Louvel a présenté sa liste, constituée de 55 personnes, à Rouen, vendredi 28 février 2020.

Jean-Louis Louvel a présenté sa liste, constituée de 55 personnes, à Rouen (Seine-Maritime), vendredi 28 février 2020. (©Manon Leterq/76actu)

Le candidat Jean-Louis Louvel a dévoilé sa liste de campagne pour « Rouen Autrement » au Café de Rouen, sur la place du Vieux Marché dans la capitale normande, vendredi 28 février 2020. Cette liste constituée de 55 personnalités « avec des membres de la société civile qui s’engagent pour la première fois en politique », veut mêler « la jeunesse, avec l’expérience et la maturité. »

Lire aussi : Municipales. Le candidat Jean-Louis Louvel ambitionne d’être « le meilleur ambassadeur de Rouen »

L’âge moyen de la liste : 49 ans

L’entrepreneur a présenté cette liste en précisant que la « moyenne d’âge était de 49 ans ». Le plus jeune colistier a 48 ans, et la plus âgée 75 ans. Sur cette liste, on retrouve des membres « de la société civile », mais aussi le député LREM Damien Adam ou la sénatrice Catherine Morin-Desailly. 

Jean-Louis Louvel a également axé sur discours à partir d’une carte, sur la répartition des colistiers par quartier. « Pour vivre tous ensemble, il ne faut oublier personne et peu importe les origines sociales, ethniques et même cultuelles. Il faut qu’on apprenne à mieux dialoguer et tous e comprendre », a ajouté Jean-Louis Louvel, qui a également distribué une charte d’engagement, comprenant 14 mesures sur les notions d’éthiques et de solidarité. Elle devrait être signée par chaque colistier. 

  1. Jean-Louis Louvel, 53 ans, Entrepreneur
  2. Sarah Balluet, 40 ans, Avocate en droit social
  3. Robert Picard, 38 ans, Consultant en gestion publique
  4. Fatimata Niang, 35 ans, Gestionnaire CAF
  5. Jonas Haddad, 32 ans, Avocat
  6. Anne-Sophie Deschamps, 41 ans, Assistante parlementaire
  7. Jean-Pierre Girod, 61 ans, Professeur agrégé en économie gestion
  8. Sadia Ghadrane, 42 ans, Cheffe de projet Mission handicap
  9. Maxime Boissière, 35 ans, Infirmier
  10. Marie-Hélène Roux, 55 ans, Cadre supérieur de la santé
  11. François Laurent, 57 ans, Conseil en communication
  12. Isabelle Delaunay, 51 ans, Cadre administratif
  13. Samy Bouguern, 27 ans, Chef de projet
  14. Létycia Murielle Ossibi, 41 ans, Juriste
  15. Dimitri Deneuve, 37 ans, Startup manager
  16. Camille Blot, 31 ans, Commerçante
  17. Patrick Chabert, 64 ans, Avocat (ancien bâtonnier)
  18. Isabelle Fedina, 65 ans, Retraitée (milieu hospitalier)
  19. Philippe Penot, 64 ans, Ingénieur électrotechnique Esigelec et formateur
  20. Samia Boukhalfa, 61 ans, Commerçante
  21. Steeve Kowalski, 50 ans, Gérant d’entreprise
  22. Agathe Fremy, 46 ans, Avocat
  23. Fabrice Bauer, 51 ans, Cardiologue – Professeur universitaire
  24. Hélène Van De Walle, 65 ans, Médecin du travail – Ergonome
  25. Alban Bourguignon, 25 ans, Attaché parlementaire
  26. Pascale Eskinazi, 58 ans, Gestionnaire Politique Agricole
  27. Benjamin Fortin-Duchemin, 24 ans, Chargé de projet culturel
  28. Pascale Kéradec, 60 ans, Professeur économie et gestion
  29. Laurent Miklarz, 58 ans, Responsable de service
  30. Geneviève Farcis-Nollet, 58 ans, Commerçante
  31. Richard Lecoeur, 67 ans, Expert en formation professionnelle
  32. Océane Villemiane, 19 ans, Etudiante
  33. Baptiste Mulder, 28 ans, Directeur commercial
  34. Pascale Bohu, 54 ans, Médecin dermatologue
  35. Ludovic Héluin, 47 ans, Infirmier
  36. Priscillia Barney, 36 ans, Gérante
  37. Geoffrey Mameaux, 27 ans, Entrepreneur
  38. Caroline Patierno, 42 ans, Cadre de santé
  39. Grégory Herré, 43 ans, Analyste de données
  40. Mireille Vasselin, 72 ans, Professeur de lettres retraitée
  41. Abdelali Elktiri El Idrissi, 40 ans, Commerçant
  42. Krystyna Jung Astier, 68 ans, Consultante ingénierie de projet
  43. Jean-Yves Lemercier, 63 ans, Courtier en assurances
  44. Marie-Françoise Marcassin, 72 ans, Retraitée
  45. Paul Boissière, 19 ans, Etudiant
  46. Anne-Marie Le Nallio Gray, 70 ans, Infirmière retraitée
  47. Jacques Lehoussel, 70 ans, Retraité
  48. Françoise Martini, 75 ans, Directrice d’école retraitée
  49. Grégoire Houdan, 18 ans, Etudiant
  50. Monique Lebreton, 75 ans, Retraitée
  51. Richard Picot, 65 ans, Médecin généraliste
  52. Frédérique Therain, 50 ans, Chef d’établissement collège
  53. Philippe Priol, 67 ans, Ancien cadre de la fonction publique
  54. Catherine Morin-Desailly, 59 ans, Enseignante en détachement parlementaire
  55. Damien Adam, 30 ans, Cadre dans le secteur privé

Lire aussi : Municipales : Jean-Louis Louvel veut faire de Rouen « la capitale verte européenne »

Un homme grièvement blessé dans l’incendie de son appartement, près de Rouen

Un homme a été extrait de son habitation en proie aux flammes, dimanche 1er mars 2020, à Elbeuf.

Un homme a été extrait de son habitation en proie aux flammes, dimanche 1er mars 2020, à Elbeuf. (©RT/76actu/archives)

Un homme âgé d’une quarantaine d’années a été transporté dans un état grave à l’hôpital après avoir été extrait de son appartement lors d’un incendie, dimanche 1er mars 2020. Le sinistre s’est propagé vers 8h30, dans cette habitation située au 4, rue Pierre-Renaudel à Elbeuf, dans l’agglomération de Rouen (Seine-Maritime). 

Lire aussi : Une voiture en feu dans un parking d’immeuble, près de Rouen : les habitants évacués

Aucune autre victime

La victime a été extraite de son logement « dans un état grave », indiquent les sapeurs-pompiers sans préciser la nature des blessures. Elle a été transportée médicalisée au centre hospitalier d’Elbeuf. Après une reconnaissance à l’aide de caméras thermiques, aucune autre victime n’est à déplorer.

Une marche à Rouen contre l’obésité pour parler de cette maladie

the feet with weight scale on wooden floor

Une marche dans le cadre de la journée mondiale de l’obésité, est prévue le 4 mars 2020 à Rouen. (©Illustration/Adobe Stock)

L’association de La Ligue contre l’obésité qui regroupe des professionnels de santé et des membres d’associations de patients, organise une marche dans le cadre de la journée mondiale contre l’obésité, pour la toute première fois dans 12 villes en France, mercredi 4 mars 2020.

C’est notamment le cas à Rouen (Seine-Maritime), via l’antenne de la Ligue en Normandie, avec un rassemblement prévu à 17 heures. Les marcheurs espèrent « faire parler de l’obésité, maladie chronique qui touche plus de 15 % de la population française ».

Lire aussi : Pourquoi la Normandie est l’une des régions de France les plus touchées par l’obésité ?

Déconstruire les préjugés sur l’obésité

L’obésité, cette maladie chronique enregistrée par l’Organisation mondiale de la santé depuis 1997, se définit comme une accumulation excessive et anormale de tissus graisseux dans l’organisme, qui est d’origine multi-factorielle : des causes psychologiques, génétiques ou liées à des facteurs environnementaux comme l’alimentation, la sédentarité ou des traitements médicaux.

« Le combat du siècle à venir est probablement celui de l’obésité », affirme même Olivier Foulatier, chirurgien viscéral et digestif à la clinique Mathilde de Rouen, et président de la Ligue contre l’obésité en Normandie. Selon le médecin, près de 500 000 personnes ont déjà été opérées en France, et ce chiffre pourrait même atteindre « un million de personnes d’ici dix ans, à ce rythme ». La Normandie est d’ailleurs la quatrième région française la plus touchée par l’obésité, avec 19,6 % d’adultes obèses recensées en Seine-Maritime et dans l’Eure selon une étude d’OBEPI (2012). 

Lire aussi : Dans la peau d’un obèse, les soignants du CHU se confrontent au regard des gens à Rouen

C’est auprès de la population qu’une grande partie du travail est à réaliser, pour déconstruire les préjugés, comme le souligne le professionnel de santé :

On ne choisit pas d’être obèse. La représentation que l’on peut avoir d’une forme de négligence fait partie de cette croyance portée dans la population.

Et c’est sans compter sur la discrimination qui en découle. Dans le monde de l’entreprise, « être une jeune femme obèse aujourd’hui, c’est 20 fois plus discriminant que tout le reste ! »

Lire aussi : Et si vous marchiez pour financer la recherche sur l’obésité et l’anorexie en Normandie ?

« Ne pas qu’elles se sentent isolées dans cette situation »

Cette marche doit également permettre d’attirer l’attention des pouvoirs publics sur la situation, mais aussi celle des personnes obèses « pour ne pas qu’elles se sentent isolées dans cette situation », ajoute Olivier Foulatier.

Car la maladie a un impact médical qui n’est pas négligeable, et peut avoir de graves conséquences pour la santé, avec des risques de cancers du colon, du rectum, de l’ovaire, de l’utérus, d’hypofertilité, de tumeurs cérébrales, de diabète, de maladies cardiovasculaires ou encore d’infection ostéo-articulaire. 

Marcher lors de cette journée mondiale contre l’obésité, c’est aussi l’occasion de mettre l’accent sur l’ouverture cette année, des deux antennes départementales de la Ligue contre l’obésité, en Seine-Maritime et dans l’Eure.

Informations pratiques :
Journée mondiale de lutte contre l’obésité, mercredi 4 mars 2020, à Rouen. Départ à 17 heures du parking du Hangar 106 jusqu’au Pont Corneille, sur les quais bas rive gauche. Inscription gratuite pour la participation, avec des lots à gagner le jour de la marche. Renseignements au 07 69 86 18 46.

Suspension temporaire (?) de l’activité sur le blog.

L'activité de l'Etoile de Normandie est temporairement suspendue par décision du co-créateur Michel H. A. Patin, responsable de la teneur des écrits et de la publication des commentaires devant canalblog.com. J'adresse copie de ma décision à Yuca de Taillefer le créateur du webzine.
 
J'espère cet arrêt effémère. Le blog fut créé pour réclamer la réunification de la Normandie, et nous pouvons nous taper sur l'épaule, nous l'avons obtenue ensemble la réunifiation! Je remercie le Collectif Bienvenue en Normandie et ses ami(e)s pour avoir animé et modéré le blog pendant plusieurs années.
 
Aujourd´hui, l'Etoile de Normandie est devenue un webzine combattant les Gouvernements successifs vantant les mérites du Pdt. de région.
 
Même si je partage beaucoup des avis exprimés, je souhaite de la retenue.
 
Tant que cette retenue ne sera pas garantie, je laisserai en sommeil le blog.
 
 
Salutations normandes.

 

MHAP

 

 

Scorpions, sauterelles, grillons… Une soirée pour déguster des insectes dans un bar de Rouen

Scorpions, sauterelles et vers grillés viendront ravir les papilles des clients curieux de ce bar à vin, à Rouen.

Scorpions, sauterelles et vers grillés viendront ravir (ou pas) les papilles des clients curieux de ce bar à vin, à Rouen. (©Illustration/Adobe Stock)

C’est un peu comme un avant-goût de Koh-Lanta. Le 19 mars 2020, Jessy et Alain comptent proposer à leurs clients un événement un peu spécial. La Barbue, un bar à vin installé rue de Martainville à Rouen (Seine-Maritime) depuis décembre 2019, va remplacer, le temps d’une soirée, ses « cacahuètes » par des « vers et des grillons ». Et pour les « curieux » (et surtout courageux), des insectes « plus gros » et plus exotiques comme des scorpions seront proposés !

Lire aussi : Cosy et zéro gaspi’ : Augustin, un nouveau café en centre-ville de Rouen

« Entre 15 et 20 espèces différentes »

Mais les deux associés ne veulent pas en dire beaucoup plus sur la liste exacte des insectes prévus. « Tout n’est pas encore défini et puis on ne voudrait pas tout spoiler [divulguer, NDLR]« , explique Alain avec le sourire. Le mystère reste entier, mais au total, ce sont « entre 15 et 20 espèces différentes » qui seront soumises au palet délicat de leurs clients.

Ils viennent d’ailleurs tous d’un « élevage parisien » spécialisé dans l’exploitation des insectes, le tout apposé du « label bio ». Pour eux, ce sera aussi l’occasion de « goûter des produits d’avenir » qui pourraient remplacer la viande et de repousser les « peurs » de chacun.

L'événement créé sur Facebook par le bar à vin

L’événement créé sur Facebook par le bar à vin (©Capture d’écran Facebook)

Bien entendu, « rien n’est imposé ». Le bar proposera comme à son habitude, ses 45 références de vin français ainsi que ses différentes planches « à partager » composés de « produits frais » issus au maximum d’un « circuit court ». Mais pour les adeptes de l’émission de télé-réalité de TF1, la célèbre épreuve de dégustation d’insectes leur tend les bras ! Ou les mandibules…

Infos pratiques
Le 19 mars 2020, de 18 heures à 1 heure, le bar à vin La Barbue organise son « Insects Party ».
Lien vers l’événement Facebook ici.
Pour réserver : 06 36 13 50 84 ou contact par Messenger.

La permanence d’Édouard Philippe au Havre taguée après la décision d’utiliser le 49.3

La permanence d'Édouard Philippe au Havre a été une nouvelle fois la cible des opposants à la réforme des retraites. La dernière fois que ce QG a été tagué c'était le 27 février.

La permanence d’Édouard Philippe au Havre a été une nouvelle fois la cible des opposants à la réforme des retraites. La dernière fois que ce QG a été tagué c’était le 27 février. (©MC Nouvellon/76actu/archives)

Une centaine de manifestants ont laissé éclater leur colère au Havre (Seine-Maritime), alors que le Premier ministre venait d’annoncer son intention de faire usage de l’article 49.3 de la Constitution pour faire adopter la réforme des retraites par le Parlement. Samedi 29 février 2020, la permanence de campagne d’Édouard Philippe a été taguée et caillassée. 

« 49.3 Philippe prend la fièvre », « Mettons-le en quarantaine », « Déni de démocratie », pouvait-on lire sur la façade.

La troisième fois

C’est la troisième fois, que le QG de campagne du Premier ministre est visé, toujours avec la même revendication : le retrait du projet de réforme. La dernière fois, le 27 février, des militants CGT avaient fait le choix de redécorer le local, place Chillou.

La députée Agir, Agnès Firmin-Le Bodo, deuxième sur la liste du candidat havrais, a dénoncé ces agissements d’autant que des membres de l’équipe de campagne se trouvaient à l’intérieur. Une plainte pour dégradations devait être déposée dimanche 1er mars.

À Rouen, la permanence du candidat de la société civile Jean-Louis Louvel, soutenu entre autres par la République En Marche, a également été dégradée, samedi dans la soirée.

🔴 ROUEN – LA PERMANENCE DE JEAN-LOUIS LOUVEL CANDIDAT LREM AUX MUNICIPALES REFAIT À NEUF

Publiée par Rouen dans la rue sur Samedi 29 février 2020

CORONAVIRUS ET LE SPORT

ANNULATION OU REPORT ?

Les événements sportifs organisés sur le territoire Français pourront être annulés notamment s’ils se déroulent dans un espace confiné et s’ils rassemblent plus de 5 000 personnes.

Quels sont les événements susceptibles d’être annulés en raison de l’épidémie de coronavirus ?
Selon le ministère des Sports, il s’agit des compétitions et rencontres sportives internationales, pouvant entraîner des brassages de population (y compris d’athlètes internationaux) venant de zones à risques ; c’est le cas du semi-marathon de Paris dimanche.
Sont également concernées toutes les compétitions se déroulant sur le territoire, dans un espace confiné, rassemblant plus de 5 000 personnes.

Pourquoi les rencontres de la 27e journée de Ligue 1 sont-elles maintenues ?
Toujours selon le ministère, il s’agit d’une compétition nationale, dans des lieux ouverts et donc non concernés par la restriction.

Qui peut décider de l’annulation ou du report d’un événement ?
Les préfets, dans chaque région, en lien avec la cellule du ministère de la Santé dédié à l’épidémie de coronavirus, peuvent notifier l’annulation ou le report d’une rencontre ou d’un événement sportif, si les conditions de restriction (à savoir la présence de 5 000 personnes dans un espace confiné) sont réunies.

Le ministère des Sports précise que les mesures sont susceptibles d’évoluer en fonction de la propagation ou non du virus. L’objectif premier est « d‘éviter le brassage de populations provenant de zones à risques ». Le ministère a également réclamé à tous les responsables de fédérations sportives, et à tous les dirigeants sportifs d’identifier les réunions internationales à venir sur le territoire, afin d’anticiper la prise de décision.

Une nouvelle réunion est prévue mardi matin au Ministère des sports. Roxana Maracineanu réunira l’ensemble des acteurs du sport français (parmi eux : le CNOSF, la direction des grands évènements sportifs ou encore l’Agence nationale du sport).

SOURCE ARTICLE : L’EQUIPE

Vous étiez ado au Havre dans les années 80 ? Confiez vos souvenirs pour un long-métrage

E,n novembre 1982, le Volcan était inauguré. Vous étiez ado à cette époque ? Racontez Le Havre des 80's !

En novembre 1982, le Volcan était inauguré. Vous étiez ado à cette époque ? Racontez Le Havre des 80’s ! (©S.B./76actu.)

Le Havre (Seine-Maritime) est identifié comme une terre de cinéma. Nombreux sont les réalisateurs à y avoir planté leur caméra. Dans le cadre de l’écriture d’un long-métrage, la société de production parisienne Chi-Fou-Mi (Le grand Bain, Le chant du loup) recherche des Havrais, qui ont passé leur adolescence dans la cité Océane, dans les années 1980. 

Lire aussi : Quatre films cultes en 4DX projetés au Havre et à Rouen : sensations folles garanties

Les années 80 made in LH

Peu d’éléments sont connus sur le projet, en cours d’élaboration, porté par Chi-Fou-Mi. Pas de nom de réalisateur, ni de synopsis… Quelques indices néanmoins : le film, adaptation du livre L’amour ouf de Neville Thompson, aura Le Havre pour décor et nous téléportera dans les années 1980.

Nous cherchons des profils divers et des personnes appartenant à différentes classes sociales pour nous raconter Leur Havre pendant la décennie 80. Ces témoignages nous permettront d’avoir une idée plus précise de la ville à cette époque pour reconstituer la période, l’ambiance etc., explique la boîte de production.

Classes bourgeoises ou ouvrières, tous les récits et souvenirs sont les bienvenus. « Nous avons beaucoup d’éléments sur la scène musicale de cette décennie ; c’est pourquoi nous sommes à la recherche de témoignages périphériques, de personnes qui portent un autre regard sur la ville. »

Lire aussi : Nostalgie. Retour dans les années 80, au Havre

Souvenirs, souvenirs…

Si les souvenirs remontent à la surface, si vous avez envie de raconter Le Havre des années 80, l’inauguration du Volcan de Niemeyer, les premiers burgers engloutis au Max Burger… N’hésitez pas à contacter la boîte de production.

Il suffit de nous contacter par mail et de nous adresser un texte racontant cette époque. Plus nous aurons de précisions, plus nous pourrons établir un récit conforme et fidèle à cette période.

Information pratique :
Revivez vos moments d’adolescence made in LH et envoyez votre prose à l’adresse suivante : josephinebault8@gmail.com