Archive dans 1 décembre 2019

Environnement. Près de Rouen, ils réinventent l’agriculture pour une résilience alimentaire

L’association Triticum basée à Darnétal (Seine-Maritime) travaille sur la « résilience alimentaire » de la Métropole de Rouen et ses alentours et a lancé un financement participatif pour l’acquisition de matériel qui permettra, l’été prochain, de moissonner à l’ancienne.

L’association Triticum basée à Darnétal (Seine-Maritime) travaille sur la « résilience alimentaire » de la Métropole de Rouen et ses alentours et a lancé un financement participatif pour l’acquisition de matériel qui permettra, l’été prochain, de moissonner à l’ancienne. (©Association Triticum)

L’objectif de l’association Triticum (NDLR : terme générique regroupant différentes sortes de blés), basée à Darnétal près de Rouen (Seine-Maritime) est notamment de travailler  sur la « résilience alimentaire ». En d’autres termes, développer certains axes de travail dans le domaine de l’agriculture et de l’environnement, pour ne plus être dépendants de l’extérieur en termes d’alimentation. À l’heure du débat sur l’avenir des énergies fossiles comme le pétrole et alors que la catastrophe générée par l’incendie Lubrizol à Rouen a suscité une importante réflexion au sujet des entreprises à risques, classées Seveso, à Rouen et ses alentours, l’activité de l’association Triticum ne devrait pas laisser le public indifférent.

Lire aussi : Acheter de bons produits en réduisant ses déchets ? C’est le pari d’une cueillette près de Rouen

Une opération de financement participatif vient d’ailleurs d’être lancée avec la Métropole pour sensibiliser la population évidemment, mais également les élus et les agriculteurs à l’action de Triticum. L’objectif pour l’association est de faire l’acquisition d’un semoir et d’une batteuse pour les moissons… qui seront réalisées à l’ancienne. « Nous ferons une récolte à la main et le battage en grange, comme autrefois », confirme le président de l’association Simon Bridonneau.

VIDÉO. Présentation du financement participatif de l’association Triticum

 

80 variétés anciennes de blés de pays

Blé Bon Cauchois, Blé de Noé, Blé rouge de Bordeaux, Blé Japhet, Blé de Crépi… tous ces noms ne vous disent peut-être rien, et pour cause : ce sont des variétés anciennes (lire en encadré) qui ont pratiquement disparu mais qui étaient la base de l’agriculture il y a quelques décennies.

La culture et la conservation des semences paysannes et céréales de pays est l’un des axes de travail de l’association. Nous détenons aujourd’hui, grâce à un partenariat avec l’INRA (Institut national de la recherche agronomique) et Réseau Semence Paysanne France, 80 variétés anciennes de blés de pays, indique Simon Bridonneau.

Le but de l’association est évidemment de faire revivre ces variétés, mais leur rareté pousse l’INRA à n’en céder qu’une part infime. « Ces semences sont beaucoup plus résistantes que les semences industrielles, qui sont, elles, sélectionnées pour bien se conserver et bien se transporter », fait valoir le responsable de l’association, constatant que Triticum ne s’inscrit évidemment pas dans la même démarche.

S’agissant du transport notamment et donc de l’acheminement des nourritures, le président de Triticum explique qu’en Europe, « la France importe 99 % de son pétrole car elle n’en produit pas du tout. Notre pays ne s’est pas organisé pour économiser l’énergie autour des transports des productions alimentaires, bien au contraire… Et en cas de soucis pour l’approvisionnement de pétrole, la France, et donc notre alimentation sera en première ligne ». D’où l’urgence de repenser les modes de production et d’alimentation en privilégiant notamment les filières courtes, avec une agriculture à taille humaine.

En savoir plus sur les variétés anciennes
« Nous détenons du blé Bon Cauchois, issu de croisements des années 1910/1920, époque du boom des sélectionneurs tels Villmorin ou Despprez, mais nous détenons aussi et surtout des blés encore plus anciens et de lignées pures, appelées Blés de Pays », précise Simon Bridonneau, qui ajoute que l’association détient également des seigles, des orges, des avoines, des amidonniers et des grands épeautres (blés des Gaulois). Au total, 75 variétés sont ainsi en étude sur le terroir de Rouen, via l’association.
« Les blés de pays sont des blés dit « de population ». Leur évolution n’est pas figée et année après année, ils évoluent suivant les conditions dans lesquelles ils étaient cultivés. Ce sont des semences libres, c’est-à-dire qu’il n’y a pas de droits à payer au semencier, fertiles et adaptables dans le sens où elles intègrent les infos du milieu dans lequel elles poussent et les transmettent à leurs graines », explique le président de l’association. Jusqu’en 1900, chaque terroir disposait de ses variétés adaptées au sol et au climat. Puis l’avènement des rendements et de l’agriculture intensive avec le recours aux engrais azotés a changé la donne et entraîné la perte de très nombreuses variétés. Cela s’est aussi traduit par « la fin de la sélection paysanne qui est un savoir-faire nécessaire pour les fermes qui veulent se passer des semences industrielles », observe Simon Bridonneau.

« Il faut réinventer le modèle de l’agriculture »

« Beaucoup de citoyens se sentent concernés, on apprend aux gens à cultiver. On propose une vraie solution », indique Simon Bridonneau. Loin toutefois d’une vision romantique et idyllique de l’agriculture d’antan, il espère qu’en 2020, d’autres personnes viendront rejoindre les adhérents de l’association, déjà très impliqués et séduits par les chantiers agricoles participatifs autour des semences de pays  : « Certaines de ces semences étaient cultivées sur le terroir normand jusqu’en 1950 », indique Simon Bridonneau, qui espère convaincre d’autres agriculteurs pour qu’ils choisissent ce type de semences sur une partie de leurs exploitations. « Je pense qu’il faut réinventer le modèle de l’agriculture face aux ressources qui s’épuisent », réfléchit-il, constatant toutefois que le monde aujourd’hui obéit à la règle de la globalité et à une guerre des prix qui rend tout changement compliqué. Et conscient également qu’il faudra une volonté politique forte pour espérer amorcer ce changement.

Lire aussi : Environnement : l’arrêté anti-pesticides de Sotteville-lès-Rouen suspendu par la justice

Sensibiliser le plus de personnes 

Quoi qu’il en soit, l’association Triticum a pour sa part pris le virage d’une agriculture repensée selon les valeurs des anciens et les adhérents de la Métropole de Rouen, à Franqueville-Saint-Pierre, Roncherolles-sur-le-Vivier ou encore Saint-Léger-du-Bourg-Denis, qui lui ont déjà confié deux hectares de parcelles n’ont pas eu à le regretter. Aujourd’hui, déjà un de ces hectares a été mis en culture selon les principes de l’agriculture durable et de l’agro-foresterie. « Il faut planter des arbres. Ils sont la meilleure protection de la nature, pour les ressources en eau, pour l’environnement, pour les humains eux-mêmes… », détaille Simon Bridonneau.

On a des contacts à Saint-Jacques-sur-Darnétal et on espère aussi qu’à Darnétal, on pourra obtenir des parcelles. C’est pourquoi nous allons nous attacher maintenant à contacter les élus pour sensibiliser le plus de personnes possible, conclut-il.

Infos pratiques
Pour joindre l’association : triticum76@gmail.com ou contactez le président Simon Bridonneau au 06 66 97 52 92.
Site internet : www.triticum.fr

Un laboratoire rend un rapport d’analyse indépendant après l’incendie chez Lubrizol à Rouen

Méfiant par rapport au discours des autorités, un directeur de laboratoire a choisi de mener des analyses indépendantes après l'incendie de Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime)

Méfiant par rapport au discours des autorités, un directeur de laboratoire a choisi de mener des analyses indépendantes après l’incendie de Lubrizol à Rouen (Seine-Maritime) (©Manon Leterq/76 actu)

L’Institut de recherche et d’expertise scientifique (Ires), laboratoire basé à Strasbourg spécialisé dans la qualité de l’air intérieur, a mené des analyses indépendantes sur huit prélèvements de surface réalisés à Rouen après l’incendie survenu sur le site classé Seveso de l’usine Lubrizol.

Une initiative née de la démarche spontanée de Vincent Peynet, directeur de la structure, qui souhaitait apporter « une autre vision » en tentant de débusquer « des substances qui n’étaient pas recherchées par les autorités ». Un rapport d’analyse a été remis fin novembre 2019 avec ses conclusions à la Ville et à l’agence régionale de santé (ARS) afin de compléter le travail déjà effectué par les services de l’État.

Lire aussi : Ce qu’attend le préfet pour rouvrir partiellement l’usine Lubrizol, à Rouen

« Quantitatives et non qualitatives »

« Personne n’a payé pour ces analyses, on les a réalisées avec la bonne volonté locale », souligne Vincent Peynet, qui pour l’instant n’a pas encore reçu de retour de ses destinataires. Une certaine méfiance envers le discours des autorités, né de l’épisode de la contamination au plomb après l’incendie de Notre-Dame de Paris, l’a poussé à se lancer :

En regardant la liste des produits stockés chez Lubrizol, et étant donné la quantité de produits chimiques, je me suis aperçu que beaucoup de substances se trouvaient non prises en compte dans les recherches. Quand j’ai entendu le préfet dire que tout allait bien après l’incendie, j’ai eu la crainte qu’une situation similaire à Notre-Dame se produise. Je souhaitais apporter un complément d’information.

Lire aussi : A Neufchâtel-en-Bray, le collectif « Lubrizol… Et à Bray ? » veut des éléments de réponse

Il a donc analysé huit lingettes remises par une personne basée à Rouen. « Il n’y avait aucun cadre réglementaire. C’est quelqu’un qui a essuyé les poussières noires qu’il a trouvées. » Les prélèvements ont été effectués à trois endroits : quai de Lesseps à Rouen, rue de la Haie à Bois-Guillaume et rue des Voutes à Mont-Saint-Aignan.

« Je ne suis pas toxicologue, prévient Vincent Peynet. Ces analyses sont quantitatives et non qualitatives. Il faudrait avoir une idée de la dose à laquelle sont exposées les personnes, mais les prélèvements par lingettes, réalisés sur 0,1m², ne permettent pas de comparer les résultats avec une valeur sanitaire de référence. » Difficile en effet, selon lui, de préjuger à partir d’une si petite surface. « Deux prélèvements réalisés l’un à côté de l’autre peuvent donner des résultats totalement différents. »

Des analyses dans les bâtiments préconisés

« Sans grande surprise », le laboratoire a trouvé des hydrocarbures lourds et des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), comme le pyrène, le phénanthènre et le fluoranthène présents dans tous les échantillons. Du benzo(a)pyrène, cancérigène avéré pour l’homme, a également été trouvé dans trois échantillons prélevés à deux endroits différents.

« Du fait de la très faible solubilité dans l’eau, la pollution par ces hydrocarbures et par les HAP devrait être persistante », indique le rapport. Vincent Peynet préconise de réaliser des analyses de l’intérieur des bâtiments de la zone impactée par la catastrophe pour détecter les hydrocarbures lourds et les HAP  :

La pollution de l’environnement extérieur va se déporter vers l’intérieur des bâtiments, transportée par les semelles de chaussures ou par les poussières, dispersées par le vent, sur lesquelles elle s’est déposée. Il faudrait utiliser les données recueillies pour évaluer les quantités auxquelles sont exposées les occupants par rapport à des seuils sanitaires de référence.

• Le rapport de l’Ires en intégralité :

De nouvelles recommandations de l’Anses

L’Agence nationale de sécurité de l’alimentation, de l’environnement et du travail (Anses) a également préconisé des recommandations aux autorités ces derniers jours concernant la pollution après Lubrizol. Elle a communiqué, le 28 novembre, une stratégie de suivi d’une durée d’un an pour les denrées alimentaires. Elle se concentre sur la zone impactée par le sinistre et les exploitations concernées par les premières analyses des autorités.

Lire aussi : Deux mois après la catastrophe, des manifestants reçus pour la première fois par Lubrizol

« Les experts ont défini et priorisé différentes substances à rechercher pour chaque famille d’aliments : les productions végétales pour l’homme et les animaux, le lait, les viandes, les œufs issus d’élevage en plein air, les poissons d’élevage, le miel, les aliments pour le bétail stockés en plein air et l’herbe de pâture, indique le communiqué. Les substances correspondent aux contaminants recherchés lors de la première phase de prélèvements : dioxines et furanes, PCB, HAP, élément-traces métalliques et produits d’extinction. »

L’Anses préconise également de favoriser les cultures de plein champ plutôt que sous serre et les productions issues des animaux élevés en plein air. Les prélèvements devraient porter, selon elle, essentiellement sur les denrées alimentaires d’origine animale destinées à la consommation humaine, les légumes-racines et l’ensilage de maïs.

« La compilation de l’ensemble des données dans ces milieux permettra d’identifier les contaminations liées au panache de fumée de l’incendie et ainsi d’orienter les différentes actions de suivi de l’exposition des populations », assure l’institution.

INTERVIEW. Jérôme Soligny, journaliste du Havre, raconte Bowie à travers sa production musicale

Jérôme Soligny raconte Bowie et l'écriture de ses albums dans

Jérôme Soligny raconte Bowie et l’écriture de ses albums dans « David Bowie : Rainbowman », une somme sur l’illustre musicien. (©JY Gargadennec)

Jérôme Soligny est journaliste pour Rock&Folk, musicien et écrivain (Je suis mort il y a vingt-cinq ans). Originaire du Havre (Seine-Maritime), il demeure fidèle à la Cité océane, même si ses activités l’ont amené à parcourir le monde. Fin connaisseur des Beatles, il est aussi spécialiste de David Bowie.

Il présentera, mercredi 4 décembre 2019, à La Galerne, David Bowie : Rainbowman, un ouvrage qui couvre la période 1967-1980. Préfacé par Tony Visconti, producteur historique de Bowie, le livre raconte l’écriture, les enregistrements des albums et les tournées. Un récit richement documenté car nourri de témoignages recueillis auprès de 300 professionnels.

Lire aussi : [Entretien] David Bowie par Jérôme Soligny, son biographe et ami du Havre

300 témoins racontent Bowie

76actu : Comment s’est construit ce projet de livre ? Après la disparition de Bowie en 2016, il n’était pas forcément question de sortir un nouveau livre sur le musicien. Pourquoi avoir accepté cette proposition ? En quoi était-elle spécifique ?

Jérôme Soligny : Le projet a évolué jusqu’à la fin. Après la mort de David, je n’étais pas chaud pour écrire quelque chose. On m’a sollicité, mais je n’avais pas envie de cachetonner sur le décès de Bowie. Puis, Gallimard m’a contacté et donné carte blanche pour faire ce que je voulais sur Bowie.

J’ai réfléchi à la proposition. C’était l’opportunité de faire quelque chose qui n’existait pas ou de présenter Bowie autrement. Mais comment ? Étant musicien et ayant eu le plaisir d’échanger avec Bowie, ses musiciens et producteurs, il m’a paru intéressant de raconter l’artiste à travers sa production musicale.

Le livre raconte Bowie à travers ses albums, rassemblant de nombreux témoignages. Comment de personnes ont accepté de prendre part à ce projet colossal ?

Je voulais donner la parole aux autres pour qu’ils racontent leur Bowie. J’ai recueilli l’opinion de ceux qui ont bossé avec lui. Ce qui est original, c’est le nombre d’interlocuteurs car ce sont 300 personnes qui ont été interviewées. Pour une fois, la parole est donnée aux seconds couteaux, ceux qui sont l’ombre, mais ont vraiment côtoyé Bowie.

Lire aussi : Trouville-sur-Mer : une rencontre à la galerie Balouka avec Jérôme Soligny, spécialiste de David Bowie

Album après album

Premier volume d’un projet qui comportera deux tomes, David Bowie : Rainbowman se concentre sur la musique et l’écriture des albums. Comment articuler informations factuelles et témoignages ?

J’ai opté pour une forme simple : il y autant de chapitres que d’albums. Les enregistrements sont racontés par moi-même. Je reste dans le factuel et recontextualise, puis je laisse la parole aux gens. Dans chaque chapitre, les témoignages sont identifiés et matérialisés par des pages violettes. 

Souvent, les personnes moins connues disent des trucs plus intéressants ou racontent des anecdotes méconnues car elles ont rarement été interrogées.

Lire aussi : Jérôme Soligny, du Havre, en dédicace pour son histoire du rock

Rétablir la vérité

Le temps passe et les proches de Bowie vieillissent. Y avait-il une certaine urgence à faire ce travail ?

Oui, il y a une nécessité de recueillir les souvenirs car les gens vieillissent. Puis, il y a pas mal de légendes et de mythes sur Bowie qu’il faut déconstruire, même si ma volonté n’est pas de détruire une légende, mais plutôt de rétablir la vérité.

J’aurai, au total, consacré trois ans et demi de ma vie à ce projet. C’est une façon pour moi de tirer ma révérence sur le sujet. Le deuxième volume, qui devrait paraître dans un an, aura une vraie charge émotionnelle car on y évoquera Blackstar, ultime album. J’y étudie comment Bowie a évolué artistiquement, ses succès, mais aussi ses échecs. Bowie était génial, mais il n’a pas toujours vendu des tonnes de disques.

Lire aussi : Une émission dédiée à David Bowie sur Ouest Track, radio du Havre, avec Jérôme Soligny, son biographe

Photos et illustrations

Le concept graphique du livre a été confié à Jonathan Barnbrook, designer des visuels de Bowie à partir du début des années 2000. Des illustrations de Lisa et Margaux Chetteau, deux jeunes illustratrices, viennent ponctuer la lecture. Quels ont été les choix effectués pour l’iconographie ?

Pour l’iconographie, je n’avais pas d’exigence particulière. Depuis le décès de Bowie, beaucoup de photographies ont circulé et des livres avec de superbes photos ont été publiées. Pour apporter quelque chose de neuf, j’ai fait appel à Lisa et Margaux, deux jeunes illustratrices que j’ai découvertes sur Instagram. Elles se sont embarquées dans l’histoire. Le résultat : des illustrations qui racontent et représentent Bowie autrement.

C’est une manière de passer le témoin, d’assurer la transmission ?

Il m’importait d’impliquer des jeunes dans le projet, comme un hommage à Bowie qui avait un sonar et sollicitait des jeunes, leur faisant confiance. Cela évite de s’enfermer dans une époque et de rester avec l’arrière-garde. Le rock continue de vivre. La preuve : nombreux sont les jeunes à écouter Klaus Nomi, Siouxsie, Nick Cave. Sans oublier Bowie !

Infos pratiques :
Mercredi 4 décembre 2019, à 18h, à La Galerne, 148 rue Victor-Hugo, au Havre.
Entrée libre.
David Bowie : Rainbowman (1967-1980), chez Gallimard. Prix : 35 euros.

À Rouen, comment jardiner dans son potager après l’incendie de Lubrizol ?

Vous avez un potager à Rouen et vous ne savez pas quoi en faire après l'incendie de Lubrizol ? Voici les conseils d'un agronome.

Vous avez un potager à Rouen et vous ne savez pas quoi en faire après l’incendie de Lubrizol ? Voici les conseils d’un agronome. (©Mathieu Normand/76actu)

Jean-Paul Thorez est ingénieur agronome de formation, et ancien directeur de l’agence régionale de l’environnement de l’ex-Haute-Normandie. Retraité, l’homme a écrit plusieurs livres sur le jardinage bio. Habitant dans l’agglomération rouennaise, il est également membre du conseil d’administration de l’association Les Champs des possibles, dont le but est de développer l’agriculture urbaine en agro-écologie dans la métropole.

Après l’incendie des stockages de l’usine pétrochimique Lubrizol et de Normandie Logistique, il répond aux inquiétudes des jardiniers de Rouen et livre ses conseils.

Lire aussi : Ce qu’attend le préfet pour rouvrir partiellement l’usine Lubrizol, à Rouen

76actu : Doit-on s’inquiéter si notre jardin a été exposé au panache de fumée ?
Jean-Paul Thorez : Je tiens à rassurer les jardiniers. Les analyses du sol des jardins dans la zone impactée par le nuage sont positives. Celles des autorités et celles que nous avons engagées de notre côté en tant que citoyen. C’est d’ailleurs plutôt rassurant que nos études se rejoignent. 

Mais si l’incendie de Lubrizol n’a créé qu’une nouvelle légère pollution pour les sols, les analyses ont montré un environnement globalement très pollué. Dans les sols, on retrouve des hydrocarbures aromatiques polycycliques (HAP), des métaux, des dioxines… Nous vivons encore dans une ère industrielle, et le sol enregistre l’héritage de tout ce qu’il s’est passé les décennies précédentes.

Les jardiniers parlent très rarement de la pollution des sols. Lubrizol a permis de la mettre en exergue. C’est notre réalité, et nous devons vivre et faire avec.

Lire aussi : Deux mois après la catastrophe, des manifestants reçus pour la première fois par Lubrizol

Ne surtout pas enlever la première couche de terre

Que dois-je faire (et ne pas faire) dans mon potager pour lutter contre la pollution ?

D’abord, comme l’ont déjà annoncé les autorités, il ne faut pas consommer les fruits et les légumes exposés au moment où les suies se sont déposées. Ensuite, contrairement à ce que l’on pourrait croire, il ne faut surtout pas enlever la première couche de terre de votre potager.

Il faut imaginer que le sol, c’est une sorte de station d’épuration pour traiter les dépôts atmosphériques. Ce sont des micro-organismes présents dans la première couche du sol qui s’attaquent aux polluants. La première couche en surface de la terre est en fait la plus vivante. Elle agit comme une éponge quand elle reçoit les polluants, et les fixe. Ce qui fait que les légumes ne les absorbent pas. C’est une sorte de barrière naturelle.

C’est pour cela qu’il est important que les jardiniers nourrissent leur terre une à deux fois par an avec de la matière organique : fumier, compost, humus…

Lire aussi : Lubrizol : les pompiers intervenus divulguent leurs nouveaux résultats d’analyses

Amender la terre de calcaire

N’y-a-t-il aucune autre solution pour aider le sol à éliminer les polluants ?
En Normandie, tous les agriculteurs et jardiniers aguerris savent qu’il est important d’amender la terre de calcaire ou de marne régulièrement, pour lutter contre son acidification. Le calcaire ou la marne vont apporter un peu de calcium pour éviter l’acidité.

Il est important de faire cela, car en Normandie, il pleut beaucoup. Cela lessive les sols, et comme la pluie est elle-même acide, les sols peuvent devenir vraiment trop acides. Et quand le sol est trop acide, les plantes ont tendance à absorber plus rapidement les métaux toxiques comme le plomb ou le mercure.

Régulièrement, les jardiniers doivent donc apporter un amendement en calcaire. Cela s’achète en jardinerie. Il est également possible de mettre des cendres de bois, cela fait le même effet.

Lire aussi : Après Lubrizol, l’archevêque de Rouen au chevet des agriculteurs, en Seine-Maritime

EN DIRECT DES STADES

SAMEDI 30 NOVEMBRE & DIMANCHE 1 DECEMBRE 2019

Cliquez sur l’image pour visiter les sites partenaires!

L2: RODEZ 1-2 HAC
L2: GUINGAMP 1-1 CAEN
N1: QRM 2-2 AS BEZIERS
N2: FCR 2-1 STADE BRIOCHIN
N2: ANGERS SCO 2 1-0 CMS OISSEL
N3: FC DIEPPE REPORTE US ALENCON
N3: PACY 3-2 GRAND QUEVILLY

LIGUE DE NORMANDIE

REGIONAL 1 GROUPE B
SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019 – 18H00
FUSC BOISGUILLAUME REPORTE CMS OISSEL 2
AST DEAUVILLE 5-3 YVETOT AC
MESNIL ESNARD FRANQ 3-0 AS MADRILLET CHAT BL
AL DEVILLE MAROMME-FC ROUEN 1899 2
PAVILLAIS-STADE SOTTEVILLE CC
CS SERV MUN LE HAVRE REPORTE ROMILLY PT ST PIERRE

REGIONAL 2 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
O.H. TREFIL. NEIGES-SC FRILEUSE
ES DU MONT GAILLARD-JS ST NICOLAS AL.BET
USF FECAMP REPORTE FC DIEPPE 2
US LUNERAY-AC ST ROMAIN COLBOSC
ES TOURVILLE REPORTE U.S. DE BOLBEC
ESM GONFREVILLE 2-SC OCTEVILLE SUR MER

REGIONAL 2 GROUPE D
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
SPN VERNON-ST MARCEL F
GISORS F.C.G.V.N. 27-GCO BIHOREL
EVREUX FC 27 2-PACY MENILLES RC 2
FC EURE MADRIE SEINE-ST AUBIN FC
FC LE TRAIT DUCLAIR-CAUDEBEC ST PIERRE F
CO CLEON-ROUEN SAPINS FC

REGIONAL 3 GROUPE F
SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019 – 18H00
US EPOUVILLE 1-1 AS DE MONTIVILLIERS
US CAP DE CAUX CRIQ 0-2 O.H. TREFIL. NEIGES 2
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
HAVRE CAUCRIAUV S REPORTE AL DEVILLE MAROMME 2
STADE ST SAUVEURAIS-GAINNEVILLE AC
CA PT AUDEMER-ATHLETI CAUX F.C.
SC FRILEUSE 2-CS SERV MUN LE HAVRE 2

REGIONAL 3 GROUPE G
SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019 – 19H00
CANY FC REPORTE GRAND QUEVILLY FC 2
YVETOT AC 2 10-0 AS OURVILLE

DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
US LILLEBONNE-FUSC BOISGUILLAUME 2
US DE BOLBEC 2-O PAVILLAIS 2
CS GRAVENCHON REPORTE SOLIDARITE S GOURNAY
FC ST ETIENNE DU R-GRAND COURONNE FC

REGIONAL 3 GROUPE H
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
FC NEUFCHATEL EN BR REPORTE FC OFFRANVILLE
ES DU PLATEAU F.R-ES ARQUES LA BATAILLE
AS OUVILLE REPORTE AS LE TREPORT
ENT. VIENNE ET SAANE-NEUVILLE AC
AS FAUVILLE REPORTE US LUNERAY 2
A HOULMOISE BOND FC-STADE VALERIQUAIS

REGIONAL 3 GROUPE I
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
C ANDELLE PITRES-FC BONSECOURS ST L
STADE SOTTEVILLE CC 2-S DE GRAND QUEVILLY
AS GOURNAYSIENNE FB-PT QUEVILLY ST JULIE
AS MADRILLET CHAT BL 2-ES VALLEE DE L OISON
AJ CAULLE BOSC LE H-FC SEINE-EURE
MONT SAINT AIGNAN FC-AS VAL DE REUIL V P

REGIONAL 3 GROUPE J
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
FC ILLIERS L EVEQUE-US CONCHOISE
US GASNY-US RUGLES LYRE
ROMILLY PT ST PIERRE 2-EVREUX FC 27 3
SC BERNAY-ALIZAY F.A.C.
FC VAL DE RISLE-SAINT SEBASTIEN SP
FC PAYS DU NEUBOURG-ES NORMANVILLE

REGIONAL 3 U18 GROUPE 5
SAMEDI 30 NOVEMBRE 2019 – 15H15
GRP SP. CRIEL EU FC 1-1 GRAND QUEVILLY FC
FUSC BOISGUILLAUME 2-GP TOURVILLE OFFRAN
ES DU PLATEAU F.R-STADE SOTTEVILLE CC
AS MADRILLET CHAT BL-FC ST ETIENNE DU R
US LUNERAY REPORTE GRPT MOULIN ECALLES

REGIONAL 3 FEMININE GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 12H30
CS BEAUMONT-AS CANTON D ARGUEIL
GISORS F.C.G.V.N. 27-ST JEAN – FRESQUIENN
SPN VERNON-FC FEMININ ROUEN PE 2

Cliquez sur l’image pour visiter les sites partenaires!

DISTRICT SEINE MARITIME SENIORS APRES-MIDI

SENIORS APRES-MIDI D1 GROUPE A
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
AUMALE REPORTE FREVILLE/BOUVILLE
ES JANVALAISE REPORTE FC NEUFCHATEL EN BRA 2
US AUFFAY REPORTE TOURVILLE-SUR-ARQUES 2
ST-NICOLAS BETHUNE 2 REPORTE FC TOTES
NORMANDE 76-CA LONGUEVILLAIS

SENIORS APRES-MIDI D1 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
AL DEVILLE MAROMME 3 REPORTE MONT SAINT AIGNAN FC 2
CMS OISSEL 3 REPORTE FC BARENTINOIS
US GRAMMONT-A.C. BRAY-EST
PLAT QUINCAMPOIX FC REPORTE O. DARNETAL
ASCJ KURDISTAN-AS ST PIERRE VARENG
US MESNIL ESNARD FRA 2 3-0F AS MADRILLET CHAT BL 3

SENIORS APRES-MIDI D1 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
AC ST ROMAIN COLBOSC 2-HAVRE CAUCRIAUV. S 2
SC OCTEVILLE/MER 2-CANY FC 2
F. BOUCLE DE SEINE-ES INTERC ST ANTOINE
US GODERVILLE REPORTE US CAP DE CAUX CRIQ 2
US DOUDEVILLAISE REPORTE AS STE ADRESSE BUT
LE HAVRE F.C. 2012-ES MONT GAILLARD 2

SENIORS APRES-MIDI D2 GROUPE A
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
GRANDCOURT REPORTE RC ETALONDES
EU.F.C.-US CRIELLOISE
BELLEVILLE-SUR-MER-US ENVERMEU
LE TREPORT 2 REPORTE US LONDINIERES
FC PETIT CAUX-ES PLAT FOUCAR REAL 2
ST-NICOLAS BETHUNE 3 REPORTE GREGES

SENIORS APRES-MIDI D2 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
US LUNERAY 3 REPORTE BELMESNIL
OFFRANVILLE 2-BACQUEVILLE
ST-VALERY-CAU 2 REPORTE ST AUBIN CAUF UNITED
GASEG SAINT-RIQUIER REPORTE ENT. VIENNE ET SAANE 2
NEUVILLE 2 REPORTE LES GRANDES-VENTES
ARQUES-LA-BATAILLE 2 REPORTE SASSE/THEROUL

SENIORS APRES-MIDI D2 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
A MALAUNAY REPORTE AS PTT ROUEN
GCO BIHORELLAIS 2 REPORTE YERVILLE FC
E MOTTEVILLE-CROIXMA REPORTE A HOULMOISE BOND FC 2
ST AUBIN FC 2-FC LE TRAIT-DUCLAIR 2
FC DE LA VARENNE REPORTE F.C.NORD OUEST
FC TOTES 2-AS BUCHY

SENIORS APRES-MIDI D2 GROUPE D.
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
ROUEN SAPINS FC 2-CO CLEON 2
STADE GRAND QUEVILLY 2-FC BONSECOURS ST LEG 2
US ST JACQUES S/DARN-AL TOURVILLE LA R FC
CAUDEBEC ST PIERRE F 2-AS GOURNAY EN BRAY 2
FC ST JULIEN 2-FC ST ETIENNE DU R 2

SENIORS APRES-MIDI D2 GROUPE E
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 12H30
US LILLEBONNAISE 2-FC BREAUTE BRETTEVIL
AMS PETIVILLE REPORTE US DES VALLEES
US VATTEVILLE BROTON REPORTE US VEAUVILLAISE
AS OURVILLAISE 2 REPORTE CS GRAVENCHON 2
SOLIDARITE S GOURNAY 2-FC GRUCHET LE VALASS
US HERICOURT REPORTE AS FAUVILLAISE 2

SENIORS APRES-MIDI D2 GROUPE F
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
HAVRE CAUCRIAUV. S 3-LE HAVRE S PORT FOOT
GAINNEVILLE AC 2 REPORTE R.C HAVRAIS
AS MONTIVILLIERS 2-US EPOUVILLE 2
AS ST VIGOR D YMONVI REPORTE USF FECAMP 2
FC EPREVILLE REPORTE O HAVR. TREFIL NEIGE 3
ATHLETI CAUX FC 2 REPORTE AS ANGERVILLE ORCHER

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE A
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 12H00
US CRIELLOISE 2 REPORTE LE TREPORT 3
RC ETALONDES 2 REPORTE AUMALE 2
US ENVERMEU 2-AUQUEMESNIL
BAILLY-EN-RIVIERE-MONCHY-SUR-EU
AS INCHEVILLE-ES PLAT FOUCAR REAL 3
US LONDINIERES 2 REPORTE NORMANDE 76 2

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 12H30
OFFRANVILLE 3 REPORTE BELLEVILLE-SUR-MER 2
BIVILLE-LA-BAIGNARDE REPORTE FC NEUFCHATEL EN BRA 3
BACQUEVILLE 2 REPORTE ES JANVALAISE 2
VALLEE DU DUN-CA LONGUEVILLAIS 2
MARTIN-EGLISE-ETOUTTEVILLE-YVECRIQ
ENT. VIENNE ET SAANE 3 REPORTE FC PETIT CAUX 2

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
FAUVILLE-EN-CAUX 3 REPORTE HERICOURT-EN-CAUX 2
ALLOUVILLE BELLEFOSS REPORTE CANY 3
YERVILLE FC 2 REPORTE GERPONVILLE/VALMONT
SASSE/THEROUL 2-OUAINVILLE
E. ST MARTIN/ST PIER REPORTE OUVILLE L ABBAYE 2

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE D
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
MJ TROUVILLE ALLIQUE REPORTE US LILLEBONNAISE 3
SC STE-AUSTREBERTHE REPORTE VATTEVILLE-BROTONNE 2
FC GRUCHET LE VALASS 2 REPORTE US ST JEAN-FRESQUIEN
FREVILLE BOUV. SIVOM 2 REPORTE ENT.MOTTEVIL-CROIXMA 2
ES INTERC ST ANTOINE 2-F BOUCLE DE SEINE 2

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE E
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
GRAND QUEVILLY FC 3-A MALAUNAY 2
FC BARENTINOIS 2-FC LIMESY
AS ST PIERRE VARENGE 2 REPORTE REUNIONNAIS FC
MONT SAINT AIGNAN FC 3-AS ST MARTIN BOSCHER

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE F
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
AS RONCHEROLLES REPORTE FC VIEUX MANOIR
ASL FERRIEROISE REPORTE FUSC BOIS-GUILLAUME 3
F.C.NORD OUEST 2 REPORTE AS CANTON D ARGUEIL 2
AS BUCHY 2 REPORTE PLAT QUINCAMPOIX FC 2
O DARNETAL 2-ES ST AUBIN CELLOVIL

SENIORS APRES-MIDI D3 GROUPE G
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 12H30
US EPOUVILLE 3-PARC D ANXTOT FC
CA HARFLEUR BEAULIEU-US GODERVILLAISE 2
LE HAVRE S PORT FOOT 2 REPORTE ESPC ST GILLES ETAIN
R.C HAVRAIS 2-SC OCTEVILLE/MER 3
AS STE ADRESSE BUT 2 REPORTE LE HAVRE F.C. 2012 2

SENIORS APRES-MIDI D4 GROUPE A
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
BELMESNIL 2 REPORTE EU.F.C. 2
ST AUBIN CAUF UNITED 2 REPORTE GRANDCOURT 2
NESLE HODENG REPORTE F.C. PONTOIS
LES GRANDES-VENTES 2 REPORTE CRIQUIERS

SENIORS APRES-MIDI D4 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
E ST MARTIN/ST PIERR 2 REPORTE AS ST MARTIN BOSCHER 2
ETOUTTEVILLE-YVECRIQ 2 REPORTE US AUFFAY 2
VEAUVILLE-LES-BAONS 2-US DOUDEVILLE 2

SENIORS APRES-MIDI D4 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
ASPTT ROUEN 2-ROUEN AC
JS SERQUEUX SAUMONT-MONT SAINT AIGNAN FC 4

SENIORS APRES-MIDI D4 GROUPE D
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 14H30
JS FONTENAY REPORTE ASL RAMPONNEAU FECAM
AS COLLEVILLE REPORTE ANGERV-JS SAINT LEONARD 76
FC BREAUTE BRETTEVIL 2 REPORTE TANCARVILLE AC
US YEBLERONNAISE-SOLIDARITE S GOURNAY 3

Cliquez sur l’image pour visiter les sites partenaires!

DISTRICT SEINE MARITIME SENIORS MATIN

SENIORS MATIN D1 GROUPE A
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
VATTEVILLE-BROTONNE 3 REPORTE CANY 4
LOUVETOT REPORTE MUNICIPAUX BARENTIN
ANNEVILLE-YVETOT AC 4
STE-MARIE-CHA-VILLERS-ECALLES
VEAUVILLE-LES-BAONS 3-GASEG SAINT-RIQUIER 2
LE TRAIT/ DUCLAIR 3-YERVILLE FC 3

SENIORS MATIN D1 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
ES ST AUBIN CELLOVIL 2 REPORTE VALLEE DE SEINE FC S
AL TOURVILLE LA R FC 2 REPORTE GRAND COURONNE FC 2
ST MARTIN VIVIER OM-A ROUENNAISE DE FOOT
US GRAMMONT 2-US MESNIL ESNARD FRA 3
CAUDEBEC ST PIERRE F 3-GRAND QUEVILLY FC 4
O. DARNETAL 3-A MALAUNAY 3

SENIORS MATIN D1 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
O.H. TREFIL. NEIGES 4-R.C HAVRAIS 3
ES MONT GAILLARD 3-LE HAVRE F.C. 2012 3
AS ST VIGOR D YMONVI 2 REPORTE HAVRE CAUCRIAUV. S 4
US CAP DE CAUX CRIQ 3-FC ROLLEVILLAIS
AC ST ROMAIN COLBOSC 3-US ST MARTIN DU MANO
US SAINT THOMAS 2-US BOLBEC 3

SENIORS MATIN D2 GROUPE A
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
US ENVERMEU 3-BOSC-LE-HARD 3
BRACQUEMONT COPAINS-ENT. VIENNE ET SAANE 4
GREGES 2-DAVIGEL/DIEPPE

SENIORS MATIN D2 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
ST-LAURENT-CAUX REPORTE ETOUTTEVILLE-YVECRIQ 3
VALLEES/CAUDEBEC 2 REPORTE BOUCLE/SEINE 3
VALLEE DU DUN 2 REPORTE FC LIMESY 3
COLLEVILLE-ANGERVILL 2-ST-CLAIR/MONTS

SENIORS MATIN D2 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
ASM AMFREVILLE LA MI-US ST JACQUES S/DARN 2
SC PETIT COURONNE 2 REPORTE A EN AVANT ST PIERRE
AS LONDAISE 2 REPORTE FC BOOS 3
VALLEE DE SEINE FC S 2-FC THOUBERVILLE
STADE GRAND QUEVILLY 3-STADE SOTTEVILLE CC 4

SENIORS MATIN D2 GROUPE D
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
FC DE LA VARENNE 2 REPORTE MONTIGNY VAUP
US CAILLY REPORTE AS RONCHEROLLES 2
ISNEAUVILLE FC REPORTE ASL SIERVILLAISE
FC GRUGNY REPORTE US HOUPPEVILLAISE
FC DES VILLAGES REPORTE F.C.NORD OUEST 3

SENIORS MATIN D2 GROUPE E
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
GAINNEVILLE AC 3-ESM GONFREVILLE 3
LE HAVRE S PORT FOOT 3 REPORTE AS ST AUBIN ROUTOT
ESPC ST GILLES ETAIN 2 REPORTE US ST MACLOU LA BRIE
US EPOUVILLE 4-MANEGLISE FC
US LES LOGES REPORTE FLASH LIBRE AS HAVRE

SENIORS MATIN D2 GROUPE F
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
ROGERVILLE FC-FC MANNEVILLE LA GOU
HAVRE AC 3 REPORTE MJ TROUVILLE ALLIQUE 2
AMS PETIVILLE 2 REPORTE SC OCTEVILLE/MER 4
AS ANGERVILLE L ORCH 2-AMS MARE AU CLERC

SENIORS MATIN D3 GROUPE A
BRACHY REPORTE BIVILLE-LA-BAIGNARDE 2
ES JANVALAISE 3 REPORTE ANNEVILLE 2
US AUFFAY 3 REPORTE OFFRANVILLE 4
CA LONGUEVILLAIS 3 REPORTE ES PLAT FOUCAR REAL 4
FC TOTES 3-NEUVILLE AC 3

SENIORS MATIN D3 GROUPE B
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
E. ST MARTIN/ST PIER 3 REPORTE NORMANVILLE
PALUEL-HATTENVILLE
FAUVILLE-EN-CAUX 4 REPORTE YPREVILLE-BIVILLE
TOUFFREVILLE-LA-CORB-SAINTE-COLOMBE

SENIORS MATIN D3 GROUPE C
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
ST-OUEN-DU-BREUIL-E. ST MARTIN/ST PIER 4
ST-PAER REPORTE STE-MARGUERITE/DUCLA
ENT.MOTTEVIL-CROIXMA 3 REPORTE LOUVETOT 2
AUZEBOSC-LE TRAIT/ DUCLAIR 4
PRESQU ILE 2-FREVILLE/BOUVILLE 3

SENIORS MATIN D3 GROUPE D
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
GOURNAY A.S. 3-APC HOP ROUVRAY FC
A ROUENNAISE DE FOOT 2-ISNEAUVILLE FC 2
US ST MARTIN OSMONV-FC BOOS 2

SENIORS MATIN D3 GROUPE E
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H0
AS MONTIVILLIERS 3-AS LANQUETOT
FC LITTORAL REPORTE UNION FONTAINAISE
ASL RAMPONNEAU FECAM 2 REPORTE CS GRAVENCHON 3
ATHLETI CAUX FC 3 REPORTE US SAINT THOMAS 3
ENT. ST VIGOR-ST AUB 3 REPORTE ES MONT GAILLARD 4

SENIORS MATIN D3 GROUPE F
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
AS NORVILLE-AS ST JEAN LA NEUVIL
AMS GRAINVILLE YMAUV REPORTE ENT PARC ANX/BEUZEVI 2
AS LA CERLANGUE-AS LA FRENAYE
FC BREAUTE BRETTEVIL 3 REPORTE ES INTERC ST ANTOINE 3
US BOLBEC 4 REPORTE AMS PETIVILLE 3

SENIORS MATIN D3 GROUPE G
DIMANCHE 01 DÉCEMBRE 2019 – 10H00
FC YPORT-FC EPREVILLE 2
AS BEUZEVILLETTE REPORTE US LES LOGES 2
FC MANNEVILLE LA GOU 2 REPORTE FC GRUCHET LE VALASS 3
ENT. TILLEUL REPORTE CAP CX-AS CHAMP DES OISEAUX
AS MONTIVILLIERS 4-US SENNEVILLAISE

Le Bag’Autobus, une nouvelle bagagerie solidaire pour les sans-abri, ouvre à Rouen

x

Deux bénévoles seront présents dès l’ouverture de la bagagerie pour accueillir les sans-abri au local de Rouen (Seine-Maritime), lundi 2 décembre 2019. (©Manon Leterq/76actu)

C’est une nouvelle bagagerie pas comme les autres qui voit le jour. L’association L’Autobus Samu social de Rouen ouvre dès lundi 2 décembre 2019, le Bag’Autobus, sa première bagagerie solidaire dans la rue Beauvoisine à Rouen (Seine-Maritime). Le local, tout neuf, vise à réceptionner les affaires personnelles des sans-abri, pour une ou plusieurs journées.

Lire aussi : Les maraudes « en danger » à Rouen : « Il nous manque des bénévoles, c’est du jamais vu »

Porter un ou des sacs, c’est être « stigmatisé »

Ce projet d’implantation discuté pendant près de trois ans, a pu voir le jour uniquement grâce aux dons. Pour la présidente de L’Autobus, Brigitte Bastard, c’était nécessaire d’aller au bout du processus, pour aider à sa façon les plus démunis : « Quand vous portez vos sacs avec vous toute la journée, vos papiers s’abîment et vos pieds sont trempés. Cela fatigue énormément les personnes, qui doivent en journée trouver des endroits pour cacher tous les sacs. » Et la nuit venue, prendre garde à ne pas se faire voler les biens les plus précieux.

La présidente croit en ce dispositif qui doit permettre aux plus nécessiteux de s’en sortir : « Les gens qui portent leurs sacs dans la rue sont stigmatisés. Lorsqu’ils font des démarches avec un sac, cela ne les met pas en valeur. Ce n’est pas présentable. Ils ne sont pas libres de leurs mouvements. »

Trois sacs au maximum et fermés, par personne

Cette bagagerie solidaire devrait pour les six premiers mois, être ouverte trois jours par semaine, les lundi, mercredi et vendredi de 9 heures à 10h30 et de 18 heures à 19h30. Les bénévoles de L’Autobus vont se relayer pour accueillir chaque bénéficiaire.

Les gens bénéficiaires ou non-bénéficiaires de l’Autobus peuvent venir nous déposer leurs affaires le matin, et les reprendre le soir ou nous les laisser plusieurs jours, c’est à leur convenance.

Mais charge à eux de présenter des sacs fermés, qui ne contiennent pas de produits périssables ou d’objets illicites. D’autres conditions doivent néanmoins être respectées par les inscrits. En échange d’une mise en sécurité des affaires, les sans-abri doivent souscrire un abonnement annuel – en donnant une petite somme symbolique – et signer une charte de bonne conduite, nécessaire pour Marie-Francoise Mendras, bénévole à l’Autobus :

Nous espérons que les bénéficiaires pourront venir à nous et qu’ils vont respecter l’engagement qu’ils vont signer, notamment pour le quartier de la rue Beauvoisine. Car c’est pour eux la possibilité de s’insérer dans une partie très calme et très posée de la ville. Cela peut leur être bénéfique.

Lire aussi : De la rue à son atelier de tailleur de pierre : la belle histoire de « Tonton », ancien SDF de Rouen

Femmes avec enfants, jeunes livreurs en précarité…

Ce local qui se veut ouvert à tous répond avant tout à une forte demande, car les plus démunis sont toujours plus nombreux à se présenter à L’Autobus : « Il y a 17 ans, nous recevions 30 bénéficiaires, essentiellement des personnes âgées. Aujourd’hui, ce sont près de 80 avec au mois d’août, un pic record de 200 personnes », souligne-t-elle.

Parmi eux, beaucoup de femmes avec leurs jeunes enfants dans des poussettes, des personnes touchant l’Allocation aux adultes handicapés (AAH), des retraités et de jeunes livreurs.

L'association de l'Autobus a investi près de 2000 euros pour financer l'installation du local.

L’association de l’Autobus a investi près de 2 000 euros pour financer l’installation du local. (©Manon Leterq/76actu)

D’autres bagageries, dans les locaux d’associations d’aides aux personnes, dans le centre-ville de Rouen, existent déjà. Mais à en croire Brigitte Bastard, elles sont toutes saturées. Et les horaires d’ouverture du Bag’Autobus pourraient bien s’étendre si la fréquentation est au rendez-vous.

Lire aussi : La tiny house, une solution pour sortir les SDF de la rue à Rouen

Informations pratiques :
Bag’Autobus de l’association Autobus Samu social de Rouen, bagagerie solidaire ouverte dès lundi 2 décembre 2019. Horaires d’ouverture du lundi, mercredi, vendredi de 9 heures à 10h30 et de 18 heures à 19h30.

HBC LONDINIERES

SAMEDI 30 NOVEMBRE & DIMANCHE 1 DECEMBRE 2019

Résultats du week-end :

  • Seniors Masculins : Cany Barville HB 15 / HBCL 24
  • Séniors Féminines : HBC Foucarmont 27 / HBCL 11
  • -17 ans Masculins : HBCL 46 / HBC Foucarmont 20
  • -15 ans Féminines : HBCL 26 / ES Aumale 15
  • -13 ans Féminines : Exempt 0 / HBCL 0
  • -11 ans Masculins : HBCL 26 / ES Aumale 2
  • -11 ans Féminines : SEP Blangy Bouttencourt 4 / HBCL 25
Cadeau pour les fêtes de fin d’année

Prochains Matchs :

  • Seniors Masculins : Le 07-12-2019 HBCL / A Barentin/Pavilly HB horaire a définir 
  • Séniors Féminines : Le 08-12-2019 HBCL / SEP Blangy Bouttencourt à 11H00, vestiaire à : 10H15
  • -17 ans Masculins : Le 07-12-2019 SEP Blangy Bouttencourt / HBCL à 17H15, départ à : 16H00 –> SALLE DU CAMPIGNY – CITE DU STADE
  • -15 ans Féminines : Le 08-12-2019 HBC Eu / HBCL à 14H00, départ à : 12H45 –> GYMNASE MUNICIPAL – RUE DE LA REPUBLIQUE – EU
  • -13 ans Féminines : Le 07-12-2019 HBCL / ES Arques à 15H15, vestiaire à : 14H30
  • -11 ans Masculins : Le 07-12-2019 HBC Foucarmont / HBCL à 15H30, départ à : 14H30 –> SALLE COMMUNALE – RUE DU STADE
  • -11 ans Féminines : Le 07-12-2019 HBCL / US Forges les Eaux à 14H00, vestiaire à : 13H15

Deux lycéens du Havre en finale régionale du concours de plaidoiries du Mémorial, à Caen

Élisa et Arthur sont qualifiés pour la finale normande du concours de plaidoiries du Mémorial de Caen. Rendez-vous le 6 décembre.

Élisa et Arthur, élèves au lycée Saint-Joseph du Havre (Seine-Maritime), sont qualifiés pour la finale régionale du concours de plaidoiries du Mémorial de Caen, le 6 décembre 2019. (©PL/76actu)

C’est presque une habitude : comme l’an passé, le lycée Saint-Joseph, au Havre (Seine-Maritime), va jouer placé au sein du prestigieux concours de plaidoiries du Mémorial de Caen (Calvados). Cette année, Arthur Thierry et Elisa Herouard, deux élèves de Première aux profils « sciences-éco », ont franchi le cap de la présélection. Conséquence directe, ils disputeront leur première finale régionale, à Caen, vendredi 6 décembre 2019. 

Lire aussi : Rencontre avec Wandrille Delacroix, champion normand des plaidoiries lycéens, originaire du Havre

« Défendre des gens, une cause »

À ne pas confondre avec l’éloquence, la plaidoirie est « un texte qui, en s’appuyant sur des lois et sur des faits, va défendre des gens, une cause », contextualise Arthur, 16 ans. « Dans notre cas, les Droits de l’homme », appuie Élisa. 

Lors de la finale, Arthur a choisi de défendre la cause amazonienne. « Ses peuples, la forêt menacée ». Sa plaidoirie, intitulée « Leur maison brûle », s’inscrit dans la cause écologique, « quelque chose qui me touche beaucoup ».

De pouvoir lier écologie et droits humains, et de voir que ça touche aussi des gens comme nous, ça m’intéresse.

Documenté par le site d’Amnesty, le lycéen a depuis creusé à l’aide d’articles de presse, d’internet, des réseaux sociaux. À la clé, une plaidoirie filmée, et une place parmi les dix Normands retenus à Caen, vendredi 6 décembre prochain.

Lire aussi : Jimmy travaille près du Havre et participe à la finale du Meilleur jeune boulanger de France

« La communauté internationale n’agit pas »

Au Mémorial, il sera accompagné d’Élisa, sa camarade de classe. Cette dernière, tentée par des études de droit à l’avenir, a opté pour une défense des « pieds nus du Venezuela ». Une plaidoirie à l’attention des migrants vénézuéliens. Si la lycéenne de 15 ans n’a jamais visité le pays d’Amérique du Sud, elle a été saisie par des vidéos de manifestants écrasés par des véhicules blindés. 

Là-bas, c’est le chaos, les forces de l’ordre ont pris le pouvoir. C’est un massacre.

Depuis, elle lit les articles du Monde.fr pour se tenir informée. Elle a fait ce choix de plaidoirie pour alerter : « La communauté internationale n’agit pas, à part apporter un soutien politique. C’est un moyen de le dénoncer. »

Pour les préparer jusqu’à la finale du 6 décembre, leurs professeurs de français, de théâtre et d’histoire-géo prodiguent de précieux conseils. Cette dernière, Anne-Sophie Coustham, fait d’ailleurs participer ses élèves depuis douze années. Plusieurs d’entre-eux ont déjà atteint la finale nationale.

« Adepte » du concours, elle y voit pour eux l’occasion « de s’engager dans la défense des Droits de l’homme ».

La notion d’engagement me paraît importante. Comme la prise de position, qu’on leur demande rarement à l’école. C’est aussi un travail abouti, ça n’est pas comme une copie qu’on rend corrigée et puis c’est terminé. Là, il y a plusieurs étapes, ils ont écrit un texte qui est vraiment abouti, à l’écrit comme à l’oral.

Elle souhaite désormais, à l’un ou l’autre, de découvrir la finale nationale. 

Avant ça, des présentations grandeur nature face à leur classe de première, qui a intégralement candidaté, sont prévues. Viendra enfin le temps des huit minutes de plaidoirie – « sans notes pour ne pas être perturbé » – face à un jury composé de journalistes, de membres d’Amnesty International, de personnels de l’Education Nationale, du Mémorial de Caen… Wandrille Delcroix, le lauréat Normandie en 2018 (et ancien élève de la même enseignante), figurera également parmi les votants.  

Cette 23e édition du concours lycéen des plaidoiries – qui a reçu 1 200 vidéos de candidature depuis toute la France –  donnera enfin lieu à une finale nationale, le 24 janvier 2020. Un seul des dix candidats normands sera qualifié. Le gain fait déjà rêver : un séjour à New-York, et une visite de l’Organisation des Nations unies. Ni Arthur, ni Élisa, ne l’ignorent.

ENTRETIEN. Jean-Lambert Wild fait revivre le Dom Juan de Molière sur la scène du Volcan, au Havre

«Dom Juan ou le festin de pierre» de Jean-Lambert Wild à découvrir sur la scène du Volcan, au Havre, les 5 et 6 décembre 2019.

«Dom Juan ou le festin de pierre» de Jean-Lambert Wild à découvrir sur la scène du Volcan, au Havre, les 5 et 6 décembre 2019. (©Tristan Jeanne-Valès)

Après avoir exploré la folie shakespearienne en adaptant Richard III, Jean-Lambert Wild revient sur le plateau du Volcan, au Havre (Seine-Maritime), les 5 et 6 décembre 2019, avec une relecture d’un texte classique. Adaptant la pièce de Molière, Dom Juan ou le festin de pierre, l’artiste redonne vie à une figure de la littérature. 

Son clown blanc revisite ce texte majeur du répertoire. Entretien.

Lire aussi : Découvrez le Ad Hoc festival, la manifestation jeune public de l’agglomération du Havre

La langue de Molière

76actu : Il existe de nombreux textes qui mettent en scène Dom Juan. Parmi toutes ces références, pourquoi avez-vous choisi Molière ?

Jean-Lambert Wild : J’ai lu plus de 200 adaptations du mythe de Dom Juan. La langue de Molière est la plus intéressante. Il me paraît important de faire entendre cette voix, de nos jours, sur les scènes de théâtre.

Vous aviez présenté Richard III de Shakespeare au Volcan. Vous revenez avec Molière. Il est capital pour vous de revisiter le répertoire et de donner une nouvelle audience aux textes classiques ?

Je ne parle pas de textes classiques. Il y a juste des grands textes avec une langue magnifique et des enjeux théâtraux formidables. Ils font partie du répertoire de notre humanité.

Lire aussi : ENTRETIEN. Cendre Chassane est artiste associée au Volcan, scène nationale du Havre

Dom Juan, un enfant terrible

Quel visage a votre Dom Juan ? Quelles sont ses caractéristiques ?

On confond souvent Dom Juan avec Casanova, mais ce ne sont pas du tout les mêmes figures. Dom Juan est quelqu’un qui a rendez-vous avec la mort et affronte la chose avec la folie de la raison contre la folie des passions. 

Votre personnage sombre dans l’hybris, la démesure.

Je reste un clown blanc qui visite des textes du répertoire. Mon parti-pris consiste à faire comprendre l’enjeu du texte de Molière. Son Dom Juan est un enfant terrible, endiablé, anarchiste, jusqu’au-boutiste et terrifiant, tant dans son rire que dans sa tristesse.

Il forme un couple avec Sganarelle. Yaya Mbil. Bitang est extraordinaire dans ce rôle. Le duo crée la dynamique comique de la pièce.

VIDÉO. Extraits de Dom Juan ou le festin de pierre :

Une esthétique décalée

Votre mise en scène convoque de nobles matériaux comme la porcelaine et met à l’honneur les savoir-faire des artisans. C’est important pour vous d’avoir recours à une beauté baroque ?

On ne cède pas aux modes actuelles. Avec Lorenzo Malaguerra, qui co-signe ce spectacle, on croit à la beauté et les décors sont splendissimes. C’est quelque chose de dingue : les escaliers sont en porcelaine, les tapisseries viennent d’Aubusson. Je suis un artisan et j’ai plaisir à travailler avec des artisans. La pièce tourne beaucoup dans le monde entier et elle est ambassadrice du savoir-faire français.

Comment traitez-vous la figure du Commandeur ?

Le Commandeur rôde, telle une bête, et, à un moment, il apparaît. Avec le théâtre, parfois, l’effet le plus simple est le plus percutant. 

Infos pratiques :
Jeudi 5 décembre 2019, à 19h30, et vendredi 6 décembre 2019, à 20h30, au Volcan, espace Oscar-Niemeyer, au Havre.
Réservations en ligne, ici.
Tarifs : de 5 à 24 euros.

GOHTT

RESULTATS DU WEEK-END

Franqueville Saint Pierre 6  11 – 7  GOHTT 1

Fin de série d’invincibilité (3 nuls et 1 victoire) lors d’une rencontre en demi teinte pour l’équipe première du GOHTT qui s’incline donc à Franqueville St Pierre 11-7 contre une équipe un peu plus forte sur le papier. La victoire ou même le match nul n’était pas impossible mais un petit retard a été pris lors des huit premiers simples ( 5 – 3 ) , puis des doublés équilibrés ( 1 victoire sur 2, 5 sets chacun) et seconde partie à l’image de la précédente. Avec les résultats des autres rencontres, le maintient est maintenant officiellement acquis et donc l’objectif de début de saison est atteint. 

Prochain match le vendredi 13 décembre à domicile au gymnase de La Feuillie pour un choc contre le 1er du classement le CP Quevilly 9. 

Commander votre mug personnalisé ! christophe@braysports.fr

Si Le Havre est masculin, quel est le genre de Rouen ou Caen ?

Il serait tentant de par sa terminaison en "en" d'appliquer le genre masculin à la ville de Rouen, cependant, il n'existe pas de règles strictes en matière de genre des villes.

Il serait tentant de par sa terminaison en « en » d’appliquer le genre masculin à la ville de Rouen, cependant, il n’existe pas de règle stricte en matière de genre des villes. (©Fabien Massin/76actu)

Dans la plupart des cas, vous aurez raison, car comme l’indique l’Académie française, en matière de genre des villes, il n’existe « pas de règles précises ». Faut-il concevoir Rouen (Seine-Maritime), Bordeaux (Gironde) ou Strasbourg (Bas-Rhin) au féminin ou au masculin ? C’est la « question pas si bête » que nous vous proposons.

« Le genre est en général masculin », mais…

Le problème ne se pose pas pour le nom des villes définies par un article masculin singulier ou pluriel comme les Sables-d’Olonne (Vendée), Le Mans (Sarthe), Le Havre ou Le Touquet (Pas-de-Calais). En dehors de ces villes où le genre apparaît clairement, que faut-il faire ?

« Le genre est en général masculin dans l’usage parlé », indique Patrick Vannier, du service du dictionnaire de l’Académie française. Le roman de Dominique Lapierre et Larry Collins s’appelle bien Paris brûle-t-il ? Ainsi pour Noël, à n’en pas douter, Rouen sera illuminé de mille feux. Patrick Vannier, du service du dictionnaire du quai Conti serait tenté d’attribuer le masculin à la capitale normande, « à cause de sa terminaison « en », mais vous ne seriez pas fautif à employer le féminin. Je ne me battrai ni pour l’un ni pour l’autre ».

Lire aussi : Emploi, logements… Rouen dans le top 5 des villes les plus attractives de France

Le « e » favorise le féminin

Néanmoins, les Immortels notent que la présence d’un « e » muet en fin de mot « favorise le féminin », comme Marseille (Bouches-du-Rhône) ou Toulouse (Haute-Garonne).

Si le flou semble la règle en la matière, il est certain que le masculin l’emporte lorsque « le nom est précédé des adjectifs ‘vieux’, ‘nouveau’ ou ‘grand' », précise l’Académie française. On parle ainsi du « vieux Lille » et du « grand Paris ». Il en est de même lorsque le nom est précédé du déterminant « tout » — le Tout Nice, par exemple — ou qu’il est employé par métonymie pour un club sportif ou le gouvernement d’un pays. Ainsi vous direz : « Nantes a été champion de France de football. »

Si vous avez tout compris, c’est que nous n’avons pas été assez clair.