Archive dans 31 décembre 2019

Les 10 albums de la décennie 10

Voici donc le résultat de la percolation des cinquante disques en une série de dix, forcément injuste. En fait, il aurait fallu une série de douze pour que je sois pleinement satisfait. Mais la règle c'est dix... Preuve que la décennie a été riche en coup [...]

Grève à la SNCF : un trafic encore perturbé en Normandie le 1er et 2 janvier

Seuls 20 % du trafic sera assuré sur les lignes normandes, dimanches 15 décembre 2019.

Jeudi 1er et vendredi 2 janvier 2020, le trafic ferroviaire sera encore perturbée en Normandie. (©RT/76actu/illustration)

« Pas de trêve pendant les fêtes », avaient annoncé les cheminots. Ils ont tenu parole. Mercredi 1er et jeudii 2 janvier 2020, le trafic ferroviaire sera perturbée en Normandie.

Trois trains sur 10 

La SNCF annonce trois circulations sur 10, mercredi 1er janvier. Voici les dessertes ferroviaires suivantes qui sont assurées : 

  • Trois allers/retours Paris – Rouen – Le Havre
  • Deux allers/retours Paris – Rouen
  • Un aller/retour Paris-Granville
  • Deux allers/retours Rouen-Oissel
  • Trois allers/retours Rouen-Dieppe 
  • Deux allers-retours Caen-Lison
  • Quatre allers-retours Lison-Caen
  • Deux allers-retours Paris-Caen-Cherbourg
  • Quatre allers-retours Cherbourg – Caen – Paris
  • Trois allers-retours Caen-Paris
  • Deux allers-retours Paris-Caen
  • Quatre allers-retours Paris – Caen
  • Quatre allers-retours Cherbourg – Caen
  • Un aller-retour Trouville/Deauville – Paris

63 cars réguliers relieront villes normandes, dont : deux allers/retours Argentan-Flers, trois Surdon/Alencon et deux Alençon/Surdon, un aller-retour Granville-Rennes.

Aucune circulation sur les axes suivants : TGV Le Havre / Marseille, Le Havre – Bréauté – Fécamp, Rolleville – Montivilliers – Le Havre, Rouen – Amiens – Lille.

Lire aussi : Grève contre les retraites : d’autres actions avant la manifestation du samedi 4 janvier, à Rouen

Cinq trains sur 10 jeudi

La situation s’améliore quelque peu, jeudi 2 janvier 2020, avec cinq circulations sur 10. Voici les dessertes ferroviaires suivantes qui sont assurées : 

  • Cinq allers-retours Paris – Rouen-Le Havre
  • Huit allers-retours Paris – Rouen
  • Un aller-retour Paris-Granville
  • Sept allers-retours Rouen-Elbeuf
  • Six allers-retours Elbeuf – Rouen
  • Huit allers-retours Rouen-Dieppe
  • 13 allers-retours Caen-Lison
  • 12 allers-retours Lison-Caen
  • Trois allers-retours Paris-Caen-Cherbourg
  • Quatre allers-retours Cherbourg – Caen – Paris
  • Trois allers-retours Caen-Paris
  • Quatre allers-retours Paris – Caen
  • Trois allers-retours Cherbourg – Caen
  • Trois allers-retours ParisTrouville/Deauville

27 cars de substitution et 63 cars réguliers sur les axes normands assureront six allers-retours Rouen – Caen, cinq allers-retours Argentan-Flers, un aller-retour Granville-Rennes, un aller-retour Le Mans – Caen.

Aucune circulation sur l’axe Rouen /Amiens/ Lille et sur le TGV Le Havre / Marseille.

Lire aussi : Grève à la RATP : quand la ligne 13 fonctionne, les usagers réagissent avec humour sur les réseaux !

Qui sont les bénévoles de la Vestiboutique, cette boutique solidaire de la Croix-Rouge à Rouen ?

Stéphane, service civique, et Odile Kugelman, ont plaisir à se retrouver pour permettre aux vêtements d'avoir une seconde vie (Photo de gauche). L'équipe avec laquelle Odile travaille à la Vesti Boutique de la Croix Rouge, à Rouen.

Stéphane, service civique, et Odile Kugelman, ont plaisir à se retrouver pour permettre aux vêtements d’avoir une seconde vie (Photo de gauche). L’équipe avec laquelle Odile travaille à la Vestiboutique de la Croix-Rouge, à Rouen. (©Le Bulletin)

Qui sont les bénévoles de la Vestiboutique de la Croix-Rouge française à Rouen (Seine-Maritime) ? Créé à Rouen (Seine-Maritime) en 2013, ce lieu situé rue du Bac permet d‘acheter des vêtements à des prix défiant toute concurrence. Et les recettes de ces ventes financent les actions de la Croix-Rouge. Parmi les bénévoles qui animent le lieu, Odile Kugelman, originaire de Bois-Héroult, qui ressemble à une super-héroïne du quotidien.

Lire aussi : La Vesti-Boutique de la Croix Rouge est ouverte

Vingt-cinq bénévoles se relaient sur le site

Loin d’être une star et soucieuse, par modestie, qu’on ne parle trop d’elle, Odile espère que la Vestiboutique puisse accueillir encore plus de visiteurs et attirer encore, de nombreux donateurs. Lorsqu’elle est au travail pour la Croix Rouge, Odile ose partager sa sensibilité et instaure une relation de confiance pour « offrir un échange positif », insiste-t-elle. Une variante de la fraternité en somme. Depuis qu’elle participe à la mission de la Croix-Rouge, de façon régulière depuis quatre ans maintenant, elle a appris à connaître certains des clients de la boutique.

Vingt-cinq bénévoles se relaient sur le site pour partager, offrir ou donner de leur temps. Les expériences de chacun et leurs compétences sont des atouts très appréciés dans l’organisation de cette mission. L’équipe est composée de cinq personnes, en plus de la responsable du site. La boutique fonctionne aussi grâce à des services civiques, des reconversions professionnelles, des retraités ou des stagiaires.

Lire aussi : La nouvelle boutique solidaire de la Croix Rouge de Caen, la vestiboutique, ouvre lundi

Entre deux piles de linge qu’elles sont en train de ranger, une des bénévoles se confie : « Pour moi, le jeudi il n’y a aucune dérogation possible, c’est la Croix-Rouge et rien d’autre ». Montrant un rayon du magasin qui a eu plus de succès que les autres, une autre bénévole se réjouit : « Quand on voit repartir les vêtements, nous sommes contentes et estimons que notre travail est récompensé ». Et de préciser : « Nous essayons de faire en sorte d’avoir des pièces de qualité. Nous proposons aussi des produits de marque. Il y a un bel élan de générosité à notre égard de la part des marques ».

Apporter du bien-être, ne porter aucun jugement

Odile donne ainsi de son temps une fois par semaine, le jeudi. Elle partage aussi son sourire et quelquefois ses conseils vestimentaires. Odile, toujours bienveillante, observe le reflet de la société dans cette boutique. L’insertion sociale, elle connaît car elle voit passer certains clients pour un entretien d’embauche. Elle rencontre également d’autres personnes qui ont encore du chemin à faire…

Les rencontres sont multiculturelles. Les acheteurs peuvent être aussi les donateurs et appartiennent à toutes les catégories sociales. Odile est ses collègues rencontrent parfois des personnes qui sont état de grande difficulté et dans l’incapacité de payer les affaires qu’elles prennent. Dans ces cas-là, Odile fait la part des choses : son empathie et son sourire prennent le dessus. Elle ne porte aucun jugement, c’est une règle. Ce qu’elle veut avant tout, c’est « apporter du bien-être à toutes les personnes qui viennent à la boutique de Rouen ».

Quant aux bénévoles, ils sont aussi de toutes catégories sociales : en orientation professionnelle, emploi civique, retraité ou encore stagiaire. Lors du tri, opéré avec rigueur mais dans une belle ambiance, les bénévoles se retrouvent parfois avec un stock trop important. Une redistribution dans d’autres boutiques s’organise alors, ce qui permet de varier les vêtements sur les différents sites. L’acheminement est organisé par les bénévoles. Actuellement retraitée, Odile confie que ce bénévolat lui apporte autant que ce qu’elle donne pour les autres. 

Eau impropre à la consommation en Seine-Maritime : retour à la normale pour 30 communes

K'eau de la ville de Cahors ne doit toujours pas être consommée jusqu'au 3 janvier 2020.

L’ARS annonce une levée des restrictions d’eau potable pour 30 communes de Seine-Maritime, mardi 31 décembre 2019. (©Illustration/Pixabay)

À la suite des intempéries, l’eau n’était plus potable dans de nombreuses communes de Seine-Maritime, en cette fin d’année 2019. Les fortes précipitations ont entraîné des particules d’argiles et de limons dans les nappes souterraines. 

Mardi 31 décembre 2019, l’Agence régionale de santé (ARS) de Normandie annonce une bonne nouvelle pour ce dernier jour de l’année. Un retour à la normale de la qualité de l’eau distribuée a été observé au vu des analyses effectuées sur les réseaux concernés par une restriction de consommation de l’eau du robinet.

Lire aussi : Intempéries : l’eau impropre à la consommation dans plus de 43 communes de Seine-Maritime

Retour à la normale pour 30 communes

Il s’agit des secteurs desservis par les syndicats d’eau du Haut-Cailly, Mont-Cauvaire et Auffay-Tôtes. L’eau est reconnue à nouveau potable sur les communes suivantes :

  • Cailly
  • Saint-Germain-sous-Cailly
  • La-Rue-Saint-Pierre
  • Saint-André-sur-Cailly
  • Vieux-Manoir
  • Pierreval
  • Bierville
  • Longuerue
  • Morgny-La-Pommeraie (hameau de la Pommeraie)
  • Fontaine-Le-Bourg (le Maltrait)
  • Mont-Cauvaire
  • Les-Authieux-Ratieville
  • Claville-Motteville
  • Clères : rue des Mares, rue de la Futaie, impasse de la sente a panier, rue de
    la Futaie, rue du trou à barbe, route de mont Cauvaire, route de la Houssiette, route
    de fontaine le bourg, rue de la Seille, rue du Hamel, route du Mont Piel, chemin des
    Aubépines
  • Fontaine-Le-bourg : rue du Hamel, route du Mont Piel, chemin des aubépines, chemin du Mesnil Englier, chemin du Thil, chemin les Maisonnettes, Tour du Creux, cote de la justice, rue du Rombosc
  • Beautot
  • Fresnay-le-Long
  • Grugny
  • La-Houssaye-Béranger
  • Tôtes
  • Varneville-Bretteville
  • Vassonville
  • Auffay (partie basse, hameau Mesnil Sauval et rue de Verdun)
  • Biville-la-Baignarde (sauf quartier Le Béteau)
  • Étaimpuis (hameaux Loeuilly et Le Coudray)
  • Frichemesnil (quartier La Joserie)
  • Heugleville-sur-Scie (rue du Maréchal Foch et rue Duquesne)
  • Saint-Denis-sur-Scie (hameau de Beuville))
  • Saint-Maclou-de-Folleville (sauf les hameaux Ordemare et La Pierre)
  • Saint-Victor-l’Abbaye (sauf quartier Le Menu Bois)

28 communes encore concernées

L’eau est encore impropre à la consommation dans  28 communes, sur les secteurs du syndicat d’eau de la Vallée de La Saâne et Caux Central (en partie) et Communauté de communes Caux  Austreberthe (en partie).

Ces 15 communes sont concernées en totalité :

  • Beauval-en-Caux
  • Val-de-Saâne
  • Auzouville-sur-Saâne
  • Bertrimont
  • Calleville-les-Deux-Églises
  • Saâne-Saint-Just
  • Saint-Vast-du-Val
  • Blacqueville
  • Bouville
  • Croix-Mare
  • Mesnil-Panneville
  • Carville-la-Folletière
  • Saint-Martin-de-l’If (Fréville, Betteville, La Folletière et Mont-de-l’If)

Ces 13 communes sont concernées en partie :

  • Imbleville (vallée)
  • Saint-Mards (sauf Soquentot)
  • La-Fontelaye (vallée)
  • Biville-la-Baignarde (hameau des Béteaux)
  • Bourdainville (trois abonnés)
  • Villers-Écalles (partie Haute)
  • Écalles-Alix (sauf Loumare et RN 29)
  • Cideville (Le Cidetot)
  • Motteville (Runnetot et Beaulieu) 
  • Touffreville-la-Corbeline (route d’Yvetot et impasse Val au Cesne)
  • Pavilly (Médinnerie, La Route)
  • Sainte-Marguerite-sur-Duclair (La Crique)
  • Sainte-Marie-des-Champs (Fourche, chemin de Loumare)
  • Saint-Paer (route de Saint-Paer, Trubleville)
  • Saint-Wandrille-Rançon (Etaintot, La Crique)

De l’eau en bouteille à disposition 

« La population de ces secteurs est invitée à ne pas consommer l’eau du robinet jusqu’à nouvel ordre », indique l’ARS dans un communiqué. L’eau ne doit pas « être utilisée pour la boisson, le lavage des dents et la préparation des aliments sauf si elle est portée à ébullition ».

Les abonnés sont tenus régulièrement informés par les collectivités et les exploitants qui mettent à disposition de l’eau embouteillée. « Tout est mis en œuvre pour qu’un retour à une situation normale ait lieu rapidement », assure l’ARS.  

Lire aussi : Intempéries : l’eau du robinet impropre à la consommation dans 40 communes de Seine-Maritime

Les essais de sirènes d’alerte ne retentiront nulle part en France, mercredi 1er janvier 2020

Les sirènes d'alerte vont retentir à Toulouse et en Haute-Garonne le 2 mai 2019, vers 12h15. Exceptionnellement, ce sera un jeudi.

Les sirènes du système d’alerte et d’information des populations seront silencieuses, mercredi 1er janvier 2020. Leur essai mensuel a exceptionnellement été reporté au mercredi suivant. (©Illustration/actu.fr)

Les sirènes du système d’alerte et d’information des populations des services de l’Etat (SAIP) resteront muettes, mercredi 1er janvier 2020. D’ordinaire testées tous les premiers mercredis du mois, elles ont été reportées pour ne pas retentir un jour férié.

Lire aussi : En Seine-Maritime, les sirènes d’alerte à la population se sont déclenchées par erreur

Retour à la normale en février

La date d’essai a ainsi été fixée au mercredi 8 janvier suivant par la Direction générale de la sécurité civile et de la gestion des crises. Les dispositifs concernés sont : les sirènes relevant de l’État, des communes et des établissements industriels.

À partir du mois de février, les essais reprendront selon la formule habituelle : tous les premiers mercredis, aux alentours de 12 heures, en fonction des territoires. La loi française impose aux détenteurs des dispositifs d’alerte de vérifier leur bon fonctionnement chaque premier mercredi du mois.

Au Havre, le centre de tri bloqué par des Gilets jaunes : pas de collecte des déchets avant jeudi

Le centre de tri ayant été bloqué ce matin, la collecte des déchets ménagers n'a pas pu être effectuée comme prévue dans les rues du Havre (Seine-Maritime).

Le centre de tri ayant été bloqué le mardi 31 décembre 2019 au matin, la collecte des déchets ménagers n’a pas pu être effectuée comme prévue dans les rues du Havre (Seine-Maritime). (©MCN)

Tôt ce mardi 31 décembre 2019 au matin, un groupe de Gilets jaunes a bloqué le centre de tri du Havre (Seine-Maritime). Un feu a été allumé et les camions en charge de la collecte en partie empêchés de sortir. Précisions.

Lire aussi : Grève contre les retraites : d’autres actions avant la manifestation du samedi 4 janvier, à Rouen

Pas de collecte des déchets ménagers avant jeudi 

Au petit matin, un groupe composé d’une vingtaine de Gilets jaunes a bloqué le centre de tri des déchets du Havre. Après avoir allumé un feu et bloqué un moment l’accès au site, les manifestants ont finalement levé leur barrage dans la matinée pour laisser passer les camions.

Conséquence de cette mobilisation : « la collecte des déchets ménagers n’a pu avoir lieu », indique les services de la Communauté urbaine. La prochaine collecte étant prévue jeudi 2 janvier 2020, « il est important de rentrer les bacs gris », insistent ces derniers.

L’activité ayant repris pour la suite de la journée, la collecte des bacs jaunes s’effectuera en revanche comme prévu.

Suivi de la grève du 30 décembre au 9 janvier

La grève se poursuit dans de nombreux secteurs malgré les vacances scolaires. Il n'y a point de trève et le mouvement semble bien parti pour durer au delà des fêtes de fin d'année.
Dans cet article, suivez les infos, rdv, actions, etc. dans la régions Rouennaise.

  • Lundi 30 décembre

Blocage du port de Rouen et du Havre par les dockers

Mardi 31 décembre :

Opération péage gratuit près de Rouen

  • 19h - Réveillon solidaire des GJ au Rond Point des Vaches.

Jeudi 2 janvier 2020 :

  • 4h30 - Action interpro, rdv Gare de Sotteville.

Vendredi 3 janvier 2020 :

  • 19h-22h - Concert de soutien aux grévistes à la Rotonde.
    Groupes :
    Kinkebila, Loya, Mister Blue Project...
    Entrée gratuite, les dons à la caisse de grève sont faits par l'intermédiaire de la vente de nourriture et de boissons.
    Pour faire vivre la solidarité financière.

Samedi 4 janvier 2020 :

  • 14h - Manifestation, départ de l'Hôtel de Ville.

Lundi 6 janvier 2020 :

  • 6h - rassemblement devant les portes des ateliers SNCF de Quatre Mares à Saint-Etienne-Du-Rouvray.
  • Action en fin de matinée sur Sotteville.
  • 17h - Intersyndicale départementale dans les locaux de la FSU.

Mardi 7 janvier 2020 :

  • 4h30 - Action interpro, rdv sur le parking du lycée Elisa Lemonnier à Petit Quevilly.
  • 11h - AG Interpro sur l'esplanade du Palais de Justice.
  • 18h - AG Education Nationale à la Halle aux Toiles à Rouen.

Mercredi 8 janvier 2020 :

  • 7h-9h - blocage du Rond Point des Vaches.
  • 11h - Rdv Interpro place des Emmurées.

Jeudi 9 janvier 2020 :

  • 10h30 - Manifestation au départ du Cours Clémenceau.
  • 15h - Assemblée de lutte des grévistes, place des Emmurées.

Aménagement de la place de l’Église à Bihorel : le stationnement au cœur des préoccupations

Le projet d’aménagement de la place de l’église de Bihorel (Esquisse)

Le projet d’aménagement de la place de l’église de Bihorel (Esquisse©MétropoleRouenNormandie).)

« Est-ce qu’on pourra avoir sept grands arbres qui pourront devenir des arbres fruitiers ? Pourquoi pas des groseilliers et framboisiers afin de favoriser le lien via les cueillettes, pour ensuite faire des confitures ? » C’est par cette question-réaction que s’est ouvert le débat à Bihorel (Seine-Maritime), après la présentation par le maire Pascal Houbron et les représentants de la Métropole Rouen Normandie, du projet d’aménagement de la place de l’Église de Bihorel, des rues d’Étancourt et de la République.

Lire aussi : Municipales 2020. Une liste citoyenne à l’assaut de Bihorel, sur le plateau Nord de Rouen

Coût du projet : un million d’euros

Ce site semble pour l’instant en quête d’identité, entre voitures en stationnement et vie quotidienne de la ville, comme le marché ou encore la fréquentation de l’église. le projet est pour l’instant chiffré à un million d’euros et il suscite des inquiétudes, à en croire les réactions des nombreux habitants présents. Et comme souvent dans les projets de réaménagement de centres-villes, c’est le stationnement qui a occupé la plus grande part des débats.

Des places de stationnement en moins

L’ambition du projet d’aménagement du site est d’apaiser et redynamiser le centre-ville, réorganiser le stationnement et l’emplacement du marché, tout en créant un parvis pour mettre en valeur la place de l’église, ainsi que la vie des commerces et riverains.

Et pour ce faire, une condition sine qua non : restreindre le nombre de places de stationnement. Le nombre de places passerait de 100 à 81 places. « La place est devenue un parking relais. Des gens se garent ici gratuitement et prennent le bus pour aller à Rouen, laissant leur véhicule sur place. C’est un handicap pour les résidents qui veulent aller dans les commerces ou services de Bihorel. L’objectif est donc bien de sortir le maximum de ces véhicules tampons, qui ne représentent pas d’attractivité pour le commerce », affirme le maire Pascal Houbron.

Lire aussi : Les femmes et les jeunes de plus en plus présents dans les jardins familiaux de Bihorel, près de Rouen

La disparition de la piscine, entérinée ?

Les Bihorellais résidant autour du périmètre de l’église redoutent donc un afflux de voitures qui viendraient stationner dans les rues adjacentes. « Le pari de restreindre le nombre de places crée beaucoup d’inquiétudes chez les riverains », résumait ainsi une personne présente à la réunion, constatant les nouvelles constructions, qui vont aussi générer du trafic.

Le maire a pour sa part relevé un certain paradoxe : « Certains veulent de l’écologie et d’autres des places pour stationner leur voiture ». S’agissant des places en moins sur la future place de l’église réaménagée, Pascal Houbron a toutefois indiqué qu’un parking relais, à la piscine, pourra être utilisé par les personnes souhaitant se rendre en ville, sans leur véhicule. Ce qui a suscité un autre constat dans l’assistance : « Vous nous proposez un parking relais, ce qui entérine la disparition de la piscine ? »…

L’écologie, la protection de l’environnement ont été des questions très présentes dans le débat, avec notamment la place des déplacements à vélo. Pascal Houbron a ainsi expliqué que « le square fera l’objet d’une réflexion globale lorsque le chantier sera terminé » et il a annoncé que l’aménagement de la place prévoit « l’installation de bornes électriques. Des parkings vélo seront également présents et une zone 20 km/h sera aménagée, pour la sécurité des piétons et des deux-roues ». Une précision qui a laissé dubitative l’association Guidoline, constatant, par expérience, que « le partage piéton, vélo et voitures ne fonctionne pas. Les gens ont peur ».

Trois phases de travaux

Les remarques de l’assistance ont été prises en compte par les intervenants, mais le maire a toutefois rappelé que la place de l’église propose « un espace contraint et pas suffisamment important pour faire tout ce que l’on veut ». Reste un point important dans ce projet : redonner une identité à cette place, la remettre au centre du village tout comme l’église pour permettre aux habitants de se réapproprier le lieu.

Ce projet est prévu en trois phases : la première sur la place même de l’église qui devrait intervenir au cours du 2e semestre 2020, après l’enfouissement des réseaux et le renouvellement des conduites d’eau potable. « Durant les travaux, des places seront conservées et le marché hebdomadaire sera positionné sur la place Saint-Louis », a souligné Pascal Houbron.

Grève contre les retraites : d’autres actions avant la manifestation du samedi 4 janvier, à Rouen

Un rassemblement s'est formé sur le parking de la gare de Sotteville-lès-Rouen pour rejoindre le péage d'Heudebouville sur l'A13.

Un rassemblement s’est formé sur le parking de la gare de Sotteville-lès-Rouen afin de rejoindre le péage d’Heudebouville sur l’autoroute A13. (©Manon Leterq/76actu)

À l’appel des organisations syndicales, un rassemblement s’est formé sur le parking de la gare de Sotteville-lès-Rouen (Seine-Maritime), dans la matinée, mardi 31 décembre 2019. Rendez-vous a été pris pour donner suite au mouvement de contestation contre le projet de réforme des retraites, qui dure depuis le 5 décembre. Une action au niveau du péage d’Heudebouville (Eure) sur l’A13 a été décrétée au dernier moment sur le parking de la gare de Sotteville-lès-Rouen par la trentaine de manifestants présents, à partir de 11h jusqu’à 12h30.

Lire aussi : Réforme des retraites : les ports de Rouen et du Havre de nouveau bloqués

Action le jeudi 2 janvier

Depuis le début de la contestation sociale, à Rouen, les « actions symboliques » ne cessent de se multiplier : blocage du centre de tri postal de Saint-Etienne-du-Rouvray, du dépôt de bus de la compagnie de transports TCAR à Rouen ou encore arrêt des activités sur la zone portuaire

L’opération de dernière minute au péage d’Heudebouville ce mardi avait pour but selon Gérald Le Corre, responsable santé/travail de la CGT, « d’informer les gens sur la route, de discuter avec eux et de récolter des sous pour la caisse de grève. »

Jeudi 2 janvier, à 4h30, un autre rassemblement est planifié sur le parking de la gare de Sotteville-lès-Rouen, pour décider des actions à mener en début de journée, sur la zone industrielle. « Il y aura une nouvelle situation de blocage économique du pays. Les actions restent symboliques mais si on s’y met tous, avec tous les secteurs d’activités, on gagnera d’autant plus vite », complète le représentant CGT. 

Multiplier les actions symboliques 

Les manifestants espèrent attirer plus de grévistes issus du secteur privé dans leurs rangs, pour que la mobilisation soit d’autant plus importante. « A partir de lundi, les assemblées générales devront toucher plus de secteurs », ajoute Gérald le Corre, qui tente d’analyser la situation : « Le mouvement est pourtant très majoritairement soutenu par la population et le gouvernement n’arrive pas à renverser l’opinion publique. Mais il fait des concessions, on l’a vu avec les marins, les danseuses de l’opéra, les policiers et les pilotes. Tout le monde voit bien que le gouvernement est affaibli. C’est le moment de s’y mettre et de multiplier les actions. »

Et même si les manifestants sont dans les cortèges, de moins en moins nombreux en cette période de fêtes, avec un millier de manifestants recensés samedi 28 décembre contre plus de 10 000 le 5 décembre, le leitmotiv de l’intersyndical départemental ne change pas : 

La question n’est pas de savoir si on va gagner, mais de savoir quand on va gagner !

Une manifestation est d’ores et déjà prévu samedi 4 janvier, à 14 heures au départ de la place de l’Hôtel de Ville de Rouen, avant la grande manifestation nationale du 9 janvier. Un préavis de grève de 24 heures a déjà été déposé. 

Lire aussi : Plus d’un millier de manifestants à Rouen contre la réforme des retraites

Accident entre une voiture et un camion sur le pont de Tancarville : une jeune femme blessée

L'accident s'est produit dans la matinée, le 31 décembre, sur le pont de Tancarville, entre un camion et une voiture.

L’accident s’est produit dans la matinée, le 31 décembre, sur le pont de Tancarville, entre un camion et une voiture. (©Laurent Ridel/76actu)

Un poids-lourd et une voiture se sont percutés, mardi 31 décembre 2019 au matin, sur le pont de Tancarville (Seine-Maritime). Une jeune femme âgée de 20 ans a été blessée dans l’accident. Précisions.

Lire aussi : Un incendie se déclare dans une serre commerciale, près de Rouen

La victime en urgence relative

C’est un peu après 9 heures,  mardi 31 décembre 2019 que les pompiers ont été appelés sur un accident qui s’était produit sur le pont de Tancarville. En cause, une voiture et un camion transportant de la nourriture pour animaux, qui se sont percutés.

À bord de la voiture, une jeune femme âgée de 20 ans a été blessée. Incarcérée dans le véhicule, elle a dû être prise en charge par les secours et a été transportée en direction de l’hôpital Monod, au Havre, par le Smur de Lillebonne. Elle se trouvait alors en état d’urgence relative.

Le temps de l’intervention, la circulation sur le pont a été réduite à une voie.

[Vidéo] Action à France 3 Normandie Rouen

Le 5 décembre, une grève historique permet à 1500000 personnes de montrer leur colère dans la rue. Au même moment, la direction de l'information de France Télévisions donne des instructions aux rédactions : « Ne pas utiliser les mots : prise d'otages, Colère, Grève générale, Grève historique. »

Samedi 7 décembre, des citoyens souhaitent attirer l'attention et rencontrer des journalistes de France 3 Normandie Rouen pour leur demander leur avis sur ces consignes données par leur hiérarchie.
... et sur leur idée de l'indépendance journalistique...

C'est la fin du journal du soir, quelques journalistes descendent dans le hall d'accueil... et font demi-tour. Ils sortiront finalement par une petite porte à l'autre vout du bâtiment.

Quand les médias sont partout, la vérité est nulle part. Quand la vérité eest partout, les médias sont nulle part.
Rummantik (1981)

Appel régional à Rouen pour l’acte 60

2020, l'année des bonnes révolutions...

Pour bien commencer l'année, même s'il n'y a pas eu de trêve, on invite tout le monde à venir goûter aux spécialités régionales rouennaises ! Samedi 4 janvier, venez visiter la capitale normande.
Rendez-vous à 14h Place du Général de Gaulle (devant l'hôtel de ville de Rouen).

Si le mouvement a pu tenir entre les fêtes et dans la durée, il est maintenant temps pour lui de s'étendre.

En rappel : ces quelques conseils pour bien se préparer :

  • Manuel de survie en garde à vue : Ce petit guide a pour objectif de donner corps à une généralisation du silence, à l'extension la plus universelle possible du sabotage du travail policier.
  • En cas de garde vue n'oubliez surtout pas que vous n'avez en aucun cas besoin de donner votre code pin en garde vue voici quelques explications ici.
  • Si vous voulez vous organiser en une medic team voici une brochure très utile : « Les gestes à adopter en manif », recensant l'ensemble de l'armement utilisé par la police en contexte de manifestations, et indiquant les réactions adaptées à chaque type de blessure.
  • En cas d'arrestation ou si vous avez besoin du numéro d'un avocat avant la manifestation, contactez le 07 68 84 84 92 ou via le FB : Legal Team Rouen.
  • Filmer la police c'est se protéger, protéger les autres et se défendre. alors voici un guide.

VOEUX 2020

Bonne année 2020 !!!

Profitons de ce jour d’espoir pour souhaiter à tous ceux que l’on aime le plus de bonheur possible.
Que les fêtes soient riches de joie et de gaieté, que cette nouvelle année 2020 déborde de bonheur et de prospérité.
Une santé de fer, un moral d’acier et aussi un peu d’argent en plus !
Que tous vos voeux deviennent réalité !

Voilà tout ce que nous vous souhaitons pour cette nouvelle année 2020 !