Blog

Associations et citoyens mobilisés contre le PLUI de la Métropole Rouen-Normandie

UN PLUI très contesté !

Associations et collectifs citoyens sont en ce moment très remontés contre le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal (PLUI) prévu pour la période 2020 à 2033 sur la Métropole Rouen-Normandie. 
Pourquoi ?  Simplement car en dépit d’effets d’annonce de la Métropole et de la volonté, au moins affichée, du gouvernement de ne plus consommer de terres agricoles pour l’urbanisation, ce
ne sont pas moins de 1020 hectares qui sont promis aux bulldozers, sonnant le glas des dernières fermes de la Métropole ainsi que de nombreux vergers, de surfaces cultivées et de  zones de
forêts urbaines… Si vous voulez approfondir le sujet après la lecture de cette page, faite un tour sur le site de Bouillons Terre d’avenir pour un dossier complet et très bien documenté :
http://www.lafermedesbouillons.fr

L’appel des association :

Un appel pour un PLUI moins destructeur de nature à été  lancé à l’initiative de plusieurs associations, nous vous le proposons au format photo, vous n’avez qu’à cliquer dessus pour
l’agrandir…

Les associations signataires :

L’article de  Bouillons Terres d’Avenir pour tout comprendre :

Nous vous proposons l’article complet de l’association Bouillons Terres d’avenir, tel que sur leur site (http://www.lafermedesbouillons.fr), pour bien comprendre les enjeux du PLUI :

 

Présentation générale des PLU, puis examen synthétique du PLUI de la Métropole de Rouen, avec mise en évidence du côté destructeur et des aspects cachés.

 

1- Cadre général du Plan Local d’Urbanisme (PLU)

Les documents d’urbanisme visent à répondre aux besoins quotidiens des habitants en cherchant à préserver et développer la qualité du cadre de vie, en adaptant l’organisation territoriale selon
la démographie, en promouvant la mixité sociale et en garantissant le maintien de la nature dans les secteurs urbanisés.

Ces documents permettent de définir des orientations en matière de préservation des espaces naturels agricoles et forestiers, d’habitat, de transport et déplacement, de performance
environnementale et énergétique, d’aménagement commercial, de qualité urbaine, architecturale et paysagère.

Le PLU divise l’espace en 4 zones :

les zones urbaines (ZU) accueillent l’habitat, les activités économiques, différentes infrastructures

les zones agricoles (ZA) sont réservées aux activités de production agricole : champs, prairies, vergers, fermes

les zone naturelles (ZN) avec les forêts , les espaces ouverts, les zones de loisirs

les zones
à urbaniser
(ZAU)
pour celles qu’il est prévu de faire passer de l’état agricole ou naturel vers l’état urbanisé.

 

C’est le développement continu de ces zones AU qui fait disparaître sous le béton un département français tous les 7 ans.

 

2- Description du PLUI de Rouen Métropole 2020 – 2033

Jusqu’à maintenant, les PLU étaient entre les mains des 71 communes de la Métropole. A partir de 2020, cette responsabilité revient à la Métropole Rouen Normandie dans le cadre d’un Plan Local
d’Urbanisme Intercommunal (PLUI).

Le Plan Local d’Urbanisme Intercommunal affiche les enjeux et ambitions pour la période 2020 – 2033. Et manifestement, l’avenir dessiné est moins vertueux que celui
annoncé
 !

En effet, 1 020 hectares (ha) sont promis aux bulldozers. Une réduction de moins de 25% par rapport aux consommations de l’exercice précédent, pourtant jugé largement dispendieux.

 

Avec la disparition :

  • des dernières fermes et champs en cœur de ville (Canteleu, Bonsecours, Bihorel, Bois-Guillaume, ….),
  • de vergers (Jumièges, …),
  • de nombreuses surfaces cultivées proches des zones urbaines et propices à la réalisation d’une ceinture maraîchère,
  • de forêts urbaines ou péri-urbaines, poumons de notre territoire…

C’est une partie riche et précieuse de notre territoire qui est définitivement détruite.

Dans le détail, quelles utilisations sont prévues pour ces 1 020 ha de terres agricoles et naturelles menacées d’urbanisation ?

  • Habitat : 360 ha
  • Activités économiques : 300 ha
  • Équipements / infrastructures : 250 ha
  • Espaces en cours d’évolution : 110 ha

 

3- Zones d’ombre du PLUI

 

 Le problème du changement de référentiel

Ce PLUI est le premier conduit par la Métropole. Il fait suite à près de 71 PLU communaux construits selon des méthodes et des objectifs différents. Un des premiers travaux de la Métropole a été
de réaliser une synthèse et une harmonisation entre les documents d’urbanisme existants.
Il en résulte une grande difficulté à appréhender l’évolution entre l’avant PLUI (complètement retravaillé et donc un peu arbitraire) et le nouveau projet de PLUI.
En particulier, la Métropole annonce que les 1020 hectares de terres voués à l’urbanisation n’intègrent pas 300 hectares qui étaient « à urbaniser », qui restent à urbaniser, mais qui
ont été décrétés déjà urbanisés.
Donc 300 hectares qui risquaient de peser lourd dans l’image « bétonneuse » de la Métropole qui sont masqués, « ni vus ni connus ».

 

Le grand flou sur les infrastructures et grands projets

Le document « Evaluation Environnementale » du PLUI évoque 3 grands projets : la Liaison A28-A13, le Contournement de l’agglomération elbeuvienne, la ligne de train Ligne Nouvelle
Paris-Normandie.
250 hectares sont prévus en extension pour la réalisation de « toutes » les infrastructures sur la période du PLUI, dont 243 hectares pour la Liaison autoroutière A28-A13. Rien n’est
dit sur les autres infrastructures, mais il ne reste que 7 hectares (???).
La réponse est peut-être à chercher dans la création d’un zonage « hybride » pour les infrastructures : des zones agricoles ZA ou naturelles ZN affectées d’un suffixe infrastructure
« ir » (ZA-ir, ZN-ir). Sans doute des champs ou forêts autoroute; mais 920 hectares, quand même !

 

Donc, l’annonce de 1020 hectares en urbanisation nouvelle, c’est sans compter les gros à-côté. Attention aux mauvaises surprises.

 

Ci-dessous, les zones menacées :

Les actions à venir avant la date fatidique du 01 octobre 2019 :

L’enquête publique n’est ouverte que jusqu’au 01 octobre, il sera donc ensuite trop tard pour se mobiliser, proposer des solutions alternatives et les faire valoir à la place du plan actuel ,
voila pourquoi les associations sont très présentes sur le terrain  en ce moment,

voila les actions prévus au jour de parution de cet article pour Bouillons Terre d’Avenir :

 

Présences sur les lieux de l’enquête :

  • jeudi 12 septembre, 14h30 – 16h : présence à la commission d’enquête à la mairie de Rouen

N’hésitez pas à venir nous rencontrer ou contribuer à ce moment-là si vous êtes disponible !

 

Autres actions à venir :

  • Exposition, mini-conférences, échanges, ciné-débats… organisés par Bouillons terres d’avenir, à la Friche Lucien, Place Carnot à Rouen :

    • mercredi 11 septembre, 18h30 à 21h30
    • mercredi 18 septembre, 18h à 20h
    • jeudi 19, vendredi 20 et samedi 21 septembre, 18h – 21h
  • Présence sur les marchés de la Métropole :

    • mardi 10 septembre, 10h – 12h, à Duclair
    • samedi 14 septembre, 10h – 12h, à Elbeuf
    • samedi 15 septembre, 10h – 12h, à Sotteville

Et aussi :

Lettre ouverte à la Métropole de Rouen, Hôtel-de-Ville de Rouen, jeudi 12 septembre de 15h à 16h

Participation à la réunion publique du groupe local Prévôtière, salle Jean Texcier, 78 rue Jean Texcier à Rouen : jeudi 12 septembre, 19h (préservation des terres situées à
Bihorel-Bois-Guillaume)

Visite de site menacé à Saint-Etienne-du-Rouvray, le lundi 16 septembre de 18h à 19h30.


RANDO TRAIL LA BETHUNE 2019

6ème EDITION Infos Rando Trail La BethuneLes 1000 pattes brayonnes avec le soutien de l’Amicale Neufchâtel Athlétisme organisent le SAMEDO 9 novembre 2019 à 17h30 leur sixième rando et trail de la Béthune de NUIT sur deux parcours différents. Un premier parcours […]

Le Zapping de la rentrée – Septembre 2019

C’est arrivé près de chez vous   Resto Basket Niveau 0 Ils mangent pour 110 euros dans un restaurant de #Rouen et partent sans payer, laissant seul leur "ami", sans un souhttps://t.co/SfD6wpxVl7 via @76actu — Raphaël Tual (@rap…

BRAYHB

COUPE DE NORMANDIE LE BHB S’IMPOSE À CAEN Bray HB : 29 – CAEN Chemin Vert : 16 – (Mi-temps 14-9)Premier tour de Coupe de Normandie pour la toute nouvelle équipe senior masculine du Bray Handball qui se déplaçait à Caen.  Un […]

ES AUMALE HB

Excellence Régionale Féminine 1er match officiel de la nouvelle saison pour l’équipe féminine aumaloise, qui accueille ce samedi à 21 heures, son homologue de Bolbec. Malgré une préparation un peu tronquée (le dernier match n’a pas eu lieu, l’équipe parisienne […]

Le rap à l’école: un outil pédagogique feat les profs

Le rap, honni par les uns, adulés par les autres, est une musique de l’ére du temps,  une musique qui entre dans les écoles et est utilisée pour transmettrre messages et enseignements. Lutte contre le harcèlement, apprentissage de la géométrie,  son fl…

Le Corso Fleuri de Fécamp en photos

soleil et bonne humeur à Fécamp !

Moment traditionnel de la fin de la saison estivale à Fécamp, le Corso Fleuri de la ville est l’occasion pour les habitants, touristes et associations de se rencontrer et partager un moment de
bonheur simple avant la rentrée. Défi largement relevé ce dimanche 25 aout 2019, avec en prime une météo des plus agréables, de nombreux chars tous magnifiques, des musiciens, des mascottes et
bien sur des majorettes !

 

Mais au fait, savez vous d’où vient le terme Corso Fleuri ? Pour ce qui est de Corso, il s’agit d’un mot italien, signifiant  » la grande rue » ou « rue principale », celle ou il se passe des choses,
ou il faut être… Pour ce qui est de fleuri, c’est tout simplement car au départ la plupart de ces événements saluaient l’arrivée du printemps dont le symbole le plus visible et coloré est sans
aucun doute l’apparition de nombreuses fleurs. Si les premiers Corsos  sont apparus en Italie  avec des charrettes décorées de feuilles et de branchages, tirées dans la rue
principale,  c’est en France  et plus précisément à Nice  en 1876 qu’il apparait sous sa forme actuelle. L’idée est déjà à la fois de divertir et remercier les touristes
principalement venus du nord du pays, et rendre hommage  aux travailleurs locaux (A Nice c’était les horticulteurs régionaux.). Les charrettes et harnais des chevaux étaient  alors
décorés avec de véritables fleurs des sites des alentours, mais l’esprit de partage, l’humour et l’implication des habitants étaient déjà présents.

 

On retrouve maintenant des Corsos Fleuris un peu partout en occident (En France donc, mais aussi aux Pays-Bas, en Autriche, aux États-Unis,  en Suisse et en Belgique notamment),  et il
ont toujours pour vocation d’annoncer  un événement récurent majeur : Printemps, fin des vacances estivales, fêtes des moissons…. sans oublier de mettre en valeur celles et ceux qui font
vivre la ville : associations, entreprises…

Seule différence, les fleurs sont maintenant en papier, mais la magie opère tout autant pour le public, alors plutôt qu’un long discours, nous vous proposons un retour en photos avec tous les
chars et participants, et des liens pour les contacter, bon Corso à vous !

Tous les chars:

Cette année, pas de thème précis mais un rassemblement des plus beaux chars fleuris des alentours avec en ouverture ceux de Criquetot-l’Esneval , puis le char fécampois avec la mascotte de cette
édition : l’éléphant Roudoudou et l’évocation importante de la pêche. Et enfin le comité des fêtes de Doudeville à proposer six chars sur le thème de l’enfance. Petits et grands sont
littéralement subjugués par les couleurs, le travail d’une grande précision  et le coté féerique  de ce cortège fleuri. Vous pouvez retrouvez ci-dessous les photos de l’ensemble des
chars, par ordre de passage au départ du défilé.

Contacter les participants :

Page Facebook du Comité des Fêtes de Doudeville : www.facebook.com/doudevilleenfete

Page consacrée aux  Amis de Criquetot (Comité des Fêtes) : https://www.criquetot-lesneval.net/project/comite-des-fetes

Groupe Facebook du comité des fêtes du quartier du ramponneau (Fécamp) : www.facebook.com/groups/1514951318811976

Les mascottes

Les mascottes sont toujours très attendues par les enfants et cette année, le moins que l’on puisse dire, est qu’elles étaient nombreuses et de toutes les générations. Un grand bonheur pour tous
les bézots présents, et surtout un grand merci aux participants sous les costumes car le défilé est assez long et le soleil cognait ce jour-la.

Contacter les participants :

Découvrir les Mascottes de KDO sur Facebook : www.facebook.com/Les-Mascottes-De-Kdo-Fecamp

Les majorettes, musicien(ne)s et comédien(ne)s

Pour notre plus grand plaisir, musiciens, majorettes et autres artistes se sont succédé  entre les chars, offrant des animations différentes au fil du parcours et ce  malgré  la
chaleur, vous les retrouvez  tous en photos ci-dessous, avec par ordre d’apparition :  le marching-band belge Royal Fasam Orchestra, les majorettes fécampoises des Albatros puis les
Goélettes, la Candel Parade et ses costumes extravagants, les musiciens de l’Avant-Garde d’Angerville-la-Martel, les Gilles et Marins qui  nous viennent du Nord/Pas de Calais (Wattrelos
précisément)  et distribuent les traditionnelles oranges au public et enfin, en clôture de cortège, les Marinettes de Fécamp et leurs acrobaties en patins à roulettes. Un défilé très sympa
avec des participant(e)s d’ici et d’ailleurs, de toutes les générations , tou(te)s dynamiques et motivé(e)s, car c’est aussi ça l’esprit des Corso Fleuris : Du partage et de la solidarité !

Contacter les participants :

Site du Royal Fasam Orchestra : http://www.fasam.net

Site de l’association des Marinettes de Fécamp : http://marinettes-de-fecamp.over-blog.com

Site de l’Avant-Garde d’Angerville-la-Martel :  www.facebook.com/Fanfare-Harmonie-dAngerville-la-Martel-76-L-Avant-Gard…

Tel  des Albatros de Fécamp : 02 35 29 52 37

Tel des  Goëlettes de Fécamp : 02 35 28 81 29

Pour les Gilles et Marins de Wattrelos également, nous n’avons trouvé de page ou site actualisé, mais la compagnie est plus active que jamais dans ses actions en faveur des fêtes populaires et du
partage des traditions.  Cas identique pour la Candel Parade


Découvrez le verger municipal en toute liberté

La Ville de Duclair est propriétaire d’un terrain qui dispose de quelques pommiers, situé 160 rue Pasteur, juste avant l’atelier des services techniques. Une sélection locale de variétés de pommiers a été privilégiée. Implantés en bordure de la nouvelle voie verte, dans l’espoir que celle-ci devienne une halte pour les promeneurs gourmands ! En trois … Continuer la lecture de Découvrez le verger municipal en toute liberté