Blog

75ème Anniversaire de la Libération de Fécamp

Venez célébrer le 75ème Anniversaire de la Libération de Fécamp !
Le dimanche 1er septembre, vous assisterez à deux défilés de véhicules militaires : à 10h et à 15h. Les véhicules seront visibles sur le quai Bérigny et parcourront la ville.
Une exposi…

75ème Anniversaire de la Libération de Fécamp

Venez célébrer le 75ème Anniversaire de la Libération de Fécamp !
Le dimanche 1er septembre, vous assisterez à deux défilés de véhicules militaires : à 10h et à 15h. Les véhicules seront visibles sur le quai Bérigny et parcourront la ville.
Une exposi…

Mouvement social des livreurs de Deliveroo depuis le 03 aout 2019

Photos d'illsutration : Wikipedia et FLickr
Photos d’illsutration : Wikipedia et FLickr

Des livreurs sous-payés

Qui ?

Les livreurs de repas de la société Deliveroo soutenus par le collectif CLAP (Collectif des livreurs autonomes de Paris), sont en grève depuis le 03 aout 2019. Pour rappel les livreurs Deliveroo
ont le statut d’indépendants et ne peuvent donc faire une grève classique.

Un appel est également lancé aux restaurateurs ainsi qu’aux clients pour boycotter le service. 

 

Il est à noté que si nous suivons le mouvement français, des manifestations et mouvements sociaux des livreurs Deliveroo comme Uber Eat et autres services ont régulièrement lieux de part le
monde, principalement en Allemagne, en Espagne, en Angleterre, aux Pays-Bas et aux États-Unis.

Pourquoi ?

Les livreurs dénoncent la toute nouvelle grille tarifaire, qui engendre des baisses de revenus de 30% à 50%.

Passer d’un minimum fixe de 4€ ou 4.5€ par course suivant les villes à 2.5€ voila ce qui attend les « auto-entrepreneurs » travaillant pour Deliveroo, doit-on rappeler que la plateforme anglaise ne
fourni ni assurance,  ni entretien des véhicules (vélos ou scooters).

 

En pratique comment cela se passe t’il ? 

Avant le minimum par course était fixe, quelque-soit la longueur de la course, la nouvelle grille tarifaire, elle, se veut progressive en fonction de la distance de la course. Sur la papier cela
aurait pu être une bonne idée si les montants proposés permettaient au moins aux livreurs de survivre…. Car dans les faits les courses courtes étant majoritaires, le livreur y perd beaucoup,
sans compter le fait , que les longues courses censées êtres mieux payées impliquent un trajet retour plus long puisqu’elle envoient le livreur dans des secteurs qui ne lui permettrons quasiment
jamais d’avoir une nouvelle course proche. Au final un livreur ne gagnait déjà que très peu auparavant ( entre 1000 et 1500 € par mois, une fois tous ses frais déduis, et ce pour 45h/semaine) ,
s’il garde les mêmes trajets il gagnera maintenant entre 500 et 1000€ euros, toujours une fois ses frais déduis et pour 45h/semaine. Impossible de vivre avec si peu, d’autant que les assurances
sont très chères et les accidents fréquents, voila ce qu’entendent dénoncés les livreurs excédés d’êtres traités comme de vulgaires marchandises.

 

Revendications à l’antenne de Francetvinfo.fr :

« On veut revenir à la tarification qu’il y avait avant. On n’a pas été consulté avant cette baisse. Et puis on veut instaurer des organes officiels de négociation, des groupes de représentants
reconnus par les plateformes pour pouvoir négocier nos conditions de travail : la tarification, qui pourrait passer à un minimum horaire garanti, et puis le management.

On est des indépendants, il faut respecter cette indépendance. On est capable de faire notre travail sans avoir tout le temps une application sur le dos. »

Les perturbations :

Pas de perturbations au quotidien, mais évidement l’appel au boycott et des opérations de blocage des services livraisons de certains restaurants peuvent amener à revoir vos pratiques si vous
faites appel à Deliveroo.   De grands rassemblements sont prévus sur Paris pour le moment et faisant offices d’assemblées générales pour le mouvement.  Des rassemblements locaux
ont également lieux, souvent devant les restaurants qui utilisent le service Deliveroo : Les livreurs restent et klaxonnent jusqu’à ce que le restaurateur désactive les livraisons sur
l’application.