Archive dans 31 août 2019

REPORTAGES A SUIVRE

DIMANCHE 1 SEPTEMBRE 2019

A suivre sur www.braysports.fr

ATHLETISME:
DIMANCHE 1 SEPTEMBRE 2019
TRAIL D’EAWY à Pommeréval à partir de 9h45

BMX:
DIMANCHE 1 SEPTEMBRE 2019
Compétition BMX à Montérolier à partir de 10h30

L’affaire Godard : 20 ans de mystère

Le 1er septembre 1999, la famille Godard disparaissait dans des circonstances troublantes. Le médecin caennais et ses deux enfants ne sont jamais revenus d’une croisière en voilier. Des traces du sang de madame Godard ont été retrouvées dans la demeure familiale à Tilly-sur-Seulles.
 

Des séances de ciné gratuites pour les familles, à Rouen : votez pour vos films préférés

Quatre séances de cinéma gratuites seront à l'affiche de l'auditorium du Musée des beaux-arts de Rouen (Seine-Maritime), pendant les vacances d'automne et d'hiver 2019.

Quatre séances de cinéma gratuites seront à l’affiche de l’auditorium du Musée des beaux-arts de Rouen (Seine-Maritime), pendant les vacances d’automne et d’hiver 2019. (©Adobe Stock)

Voici des idées de sorties familiales pour les vacances d’automne et d’hiver. Dans le cadre de l’exposition intitulée « Arts et cinéma : les liaisons heureuses », à découvrir au Musée des beaux-arts de Rouen (Seine-Maritime) à partir du 18 octobre 2019, des séances de cinéma gratuites seront proposées (dans la limite des places disponibles), à l’auditorium du musée. Pour concocter la programmation, le public est invité à donner son avis, en votant pour ses films préférés, sur les comptes Facebook et Twitter de la Réunion des Musées Métropolitains. Les films présélectionnés sont répartis en quatre thèmes.

Drôles de bêtes 

Séance dimanche 20 octobre à 11 heures (vote ouvert le 28 août) : 
Le grand méchant renard, de Benjamin Renner, Patrick Imbert, 2017, 1h20
Qui veut la peau de Roger Rabbit ?, de Robert Zemeckis, 1988, 1h43
Rango, de Gore Verbinski, 2011, 1h51

• La bande annonce de Qui veut la peau de Roger Rabbit

Monstrueusement vôtre

Séance dimanche 27 octobre 2019 à 11 heures (vote à partir du 31 août) : 
Un monstre à Paris, d’Eric Bergeron, 2011, 1h30
L’étrange noël de monsieur Jack, de Henry Selick, 1994, 1h16
Wallace et Gromit, Le mystère du lapin-garou, de Nick Park et Steve Box, 2005, 1h35

L’étrange noël de monsieur Jack :

Peinture et dessin animé

Séance dimanche 22 décembre 2019 à 11 heures (vote à partir du 4 septembre) : 
Le tableau, de Jean-François Laguionie, 2011, 1h16
Brendan et le secret de Kells, de Tomm Moore et Nora Twomey, 2009, 1h18
Le roi et l’oiseau, de Paul Grimault, 1980, 1h27

Le tableau :

Moi et les autres

Séance dimanche 5 janvier 2020 à 11 heures (vote à partir du 7 septembre) : 
Le chat du rabin, de Joann Sfar et Antoine Delesvaux, 2011, 1h40
Ma vie de courgette, de Claude Barras, 2016, 1h10
Azur et Asmar, de Michel Ocelot, 2006, 1h39

Ma vie de courgette :

Conduite, alcool, injure, rébellion, outrage… Sa folle nuit au Havre se termine au tribunal

Un homme, alcoolisé a collectionné les infractions dans la nuit du 30 au 31 août au Havre (Seine-Maritime). Il doit répondre de nombreux faits, lundi 2 septembre, au tribunal.

Un homme, alcoolisé a collectionné les infractions dans la nuit du 30 au 31 août au Havre (Seine-Maritime).  (©Illustration / Actu.fr)

Aux alentours de 2h15 du matin, dans la nuit du 30 au 31 août 2019, un homme, manifestement très alcoolisé, était au volant de son véhicule dans la rue de Cronstadt, au Havre (Seine-Maritime). 

Dans cette même rue, des ouvriers étaient alors affairés à la réfection du bitume de la chaussée. Avec son véhicule, il a alors fait plusieurs passages, avant de décider de s’en prendre ouvertement aux ouvriers.

Lire aussi : Au Havre, ivre, il insulte des infirmières à l’hôpital et crache sur des policiers

Un homme virulent 

Venu à leur contact, l’homme décide alors de grimper sur un des engins de chantier. La goutte de trop pour les travailleurs, qui décident de le saisir pour l’immobiliser. Plus facile à dire qu’à faire, car l’homme s’est avéré particulièrement virulent. Un ouvrier a même reçu un coup, heureusement sans gravité.

Contactés, les membres de la Police municipales décident alors de l’embarquer, non sans mal. Outrage et rébellion en sus. Une fois au poste, l’agitateur a refusé de se soumettre à un test de dépistage alcoolique. 

Direction le tribunal 

Cette folle nuit a conduit le Parquet à prendre une franche décision. D’ici au lundi 2 septembre 2019, l’homme est maintenu à la maison d’arrêt du Havre. Il sera alors présenté en comparution immédiate devant le tribunal et devra répondre des faits de rébellion, outrage, conduite en état d’ivresse, violence ou encore au refus de se soumettre au test de dépistage d’alcool. 

Retour à l’unité académique normande prévu pour le 1er janvier 2020: quid d’un projet éducatif pour la jeunesse normande?

Madame Chritine Gavini-Chevet mise d'office au chevet du chantier de la fusion académique normande (nous préférons ici plutôt parler de restauration de l'unité académique normande autrefois dirigée depuis le Rectorat de Caen) après le départ forcé du recteur préfigurateur Denis Rolland, faisait sa conférence de presse à Caen quelques jours avant la rentrée des classes.

Résultats normands au bac (cuvée 2018): le "trou normand" peut mieux faire!

image_content_23913833_20180708182252

https://www.paris-normandie.fr/actualites/societe/education/resultats-du-bac-en-normandie--peut-mieux-faire--EE13350271

On retiendra donc l'information principale: le projet de recréer une seule académie pour les cinq départements normands est confirmé avec une nouvelle date d'objectif fixée au 1er janvier 2020.

Fort bien.

Mais il faut craindre que les mêmes causes produisent les mêmes effets: l'absence de toute curiosité intellectuelle pour la Normandie et pour un projet éducatif normand, (pour des raisons autant culturelles qu' idéologiques) d'une part, et, d'autre part, la suspicion (légitime) contre une énième réforme comptable, risquent, à nouveau, de mettre en péril ce retour à l'unité académique normande pourtant indispensable au traitement des urgences socio-scolaires de notre région qui a échoué ces quarante dernières années sa démocratisation de l'accès au diplôme:

La Normandie garde, hélas, des taux d'illettrisme supérieurs à la moyenne nationale et des niveaux de diplôme largement inférieurs à la moyenne nationale dans sa population active (rappel pour mémoire: 34% de la population active de l'Orne n'a pas de diplôme, donnée INSEE datée de septembre 2018). Cette situation défavorable n'est en rien améliorée par un service public de l'orientation et de l'emploi défaillant auprès de jeunes lycéens Normands qui continuent massivement d'ignorer leur région ou d'en avoir une piètre image au point d'alimenter un exode post-bac encore trop important (5 à 6000 jeunes post-bac Normands quitteraient les académies de Caen et de Rouen pour poursuivre des études supérieures ou pour trouver un premier travail mieux rémunéré ailleurs) puisque la faiblesse du niveau de qualification entraîne aussi un plus faible niveau des salaires ainsi qu'une plus faible ambition et une plus faible mobilité des jeunes Normands.

Nous n'avons plus guère d'illusion dans les capacités de l'Education Nationale telle qu'elle fonctionne actuellement à servir l'intérêt général de la jeunesse, a fortiori, la jeunesse normande dont elle se contrefiche éperduement...

Jusqu'à Caen?

Lire ici:

https://actu.fr/societe/inclusion-reussite-fusion-priorites-la-rectrice-rouen-caen-la-rentree_26813483.html

 

Elections municipales à ROUEN 2020: Jean-Louis LOUVEL ne peut pas être « et en même temps »…

... candidat aux prochaines élections municipales à Rouen (mars 2020) et président de l'entreprise qui a racheté sinon sauvé de la faillite la société qui édite le dernier quotidien régional indépendant normand, Paris-Normandie, pour ne pas le nommer.

jean-louis-louvel-candidat-mairie-rouen-854x569

Sans pour autant médire de Jean-Louis Louvel, un "homme neuf" venu de la société civile et du monde de l'entreprise, qui ne fait pas mystère, et on s'en réjouira ici par principe, de sa fierté normande, il faut néanmoins admettre que cette candidature annoncée depuis des mois et désormais officiellement confirmée pose quelques questions.

Nous en poserons deux:

1) Il semble difficile de concilier les inconciliables même si c'est la philosophie officielle du régime "macroniste" (Jean-Louis Louvel devant recevoir la caution de la République en Marche): pour préserver l'indépendance rédactionnelle du premier quotidien rouennais, Jean-Louis Louvel va devoir trouver une solution. Celle de prendre une distance institutionnelle et relationnelle avec le journal qu'il a contribué à remettre à flot, au nom d'ailleurs, de l'intérêt général de la Normandie (avec le soutien actif d'Hervé Morin et du conseil régional).

2) Jean-Louis Louvel qui a la fibre normande sera-t-il capable de fédérer autour de lui les acteurs rouennais qui veulent enfin penser des projets "normands" à Rouen pour que la première agglomération urbaine de Normandie soit enfin une authentique métropole régionale... à moins d'une heure d'autoroute du Grand-Paris? Le lien entre la Métropole de Rouen et le conseil régional de Normandie déjà important est appelé à se renforcer: il faut, pour cela, que Rouen soit à nouveau dans Rouen. Concrètement: le maire de Rouen doit être aussi le président de la métropole. Sauf que la Fabiusie finissante tient encore la plupart des communes (très nombreuses) qui constituent officiellement la Métropole de Rouen: le match annoncé entre Jean-Louis Louvel et Nicolas Mayer-Rossignol sera donc bien celui de savoir si le pouvoir politique réel rouennais pourrait repasser ou non de la rive gauche de la Seine (où il se trouve actuellement) à la rive droite...

rouen

 

Lire les liens suivants:

https://www.francebleu.fr/infos/politique/municipales-2020-jean-louis-louvel-annonce-sa-candidature-a-rouen-1567016316

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/interview-jean-louis-louvel-candidat-mairie-rouen-cest-devoir-mengager_26835465.html

https://actu.fr/normandie/rouen_76540/jean-louis-louvel-candidat-mairie-rouen-credibilite-paris-normandie_26874320.html

Sur l'attractivité rouennaise, toujours aussi problématique, voir aussi:

https://www.lepoint.fr/societe/huit-cadres-franciliens-sur-dix-envisageraient-de-partir-en-province-selon-une-etude-29-08-2019-2332267_23.php

Chute de scooter près du Havre : alcoolisé et sans casque, le jeune pilote gravement blessé

Un homme de 19 ans a fait une chute en scooter, dans la nuit du 30 au 31 août 2019 au Havre (Seine-Maritime). Souffrant d'un traumatisme crânien, son état a été jugé critique...

Un homme de 19 ans a fait une chute en scooter, dans la nuit du 30 au 31 août 2019 au Havre (Seine-Maritime).  (©Illustration / Adobe Stock)

Un accident de scooter s’est produit, rue René-Coty à Montivilliers, proche du Havre (Seine-Maritime), dans la nuit du vendredi 30 au samedi 31 août 2019. Alcoolisé au moment des faits, le conducteur ne portait pas de casque non plus de casque quand il a percuté un véhicule stationné. 

En effet, vers 3h du matin, le pilote de 19 ans a sévèrement chuté de son engin. Il est le seul impliqué dans cet accident, qui pourrait s’avérer dramatique.

Traumatisme crânien

En effet, après avoir été évacué par les secours en direction de l’hôpital Jacques-Monod, des examens ont révélé un traumatisme crânien. La décision a ensuite été prise de le transporter en direction du centre hospitalier Charles-Nicolle, à Rouen

À 16h30, samedi 31 août 2019, son pronostic vital été toujours réservé.  

Lire aussi : Au Havre, le pronostic vital d’un jeune homme engagé après un accident de voiture contre un mur

Histoire en Seine-Maritime : l’épopée méconnue du pilote américain Oscar Lajeunesse en 1944

Oscar François Lajeunesse, pilote américain, est tombé non loin de Buchy le 6 juin 1944. Il y fut caché par Marcel Paquot jusqu’à la Libération
du bourg. La deuxième photo montre Oscar Lajeunesse, au centre, entouré de deux Buchois actuellement non identifiés.

Oscar François Lajeunesse, pilote américain, est tombé non loin de Buchy le 6 juin 1944. Il y fut caché par Marcel Paquot jusqu’à la Libération du bourg. (©Photo © Coll. Paquot)

Le 6 juin 1944, un chasseur américain s’écrasait près de Buchy (Seine-Maritime). Le pilote, sauf, Oscar François Lajeunesse a réussi à échapper aux recherches des troupes allemandes grâce aux civils des alentours. Il sera libéré par les troupes canadiennes le 31 août 1944.

Oscar François Lajeunesse, surnommé Babe, est né le 22 septembre 1915, dans le Massachusetts, aux États-Unis. Pompier dans le civil, il intègre le 4th Fighter group le 9 mars 1944 et est affecté au sein du 336th Fighter squadron.

Un des escadrons de chasse américain formé en septembre 1942 avec les personnels des escadrons de la Royal Air Force composés uniquement de militaires américains. Ces unités avaient été formées avant que l’Amérique ne déclare la guerre à l’Allemagne, souligne Thierry Chion, historien et journaliste local.

Le temps était nuageux ce 6 juin 1944. Pour une raison non encore élucidée (chasse adverse ou défense contre l’aviation, cette dernière piste restant privilégiée), le chasseur P-51 de l’aviateur est touché au cours de sa mission au-dessus de la France occupée. Celle-ci consistait à mitrailler des convois allemands repérés au hasard sur les routes de Normandie.

Après avoir décollé de la base de Debden, en Angleterre, à 14 heures, l’aviateur (qui compte déjà deux victoires à son actif) et ses compagnons de vol repèrent un train transportant des véhicules allemands. Ils le prennent en chasse. C’est lors du troisième passage qu’Oscar Lajeunesse constate que son avion a été touché et subit d’importantes fuites d’huile. Il décide alors de larguer ses deux bombes non armées au hasard avant de s’extraire de l’habitacle et sauter en parachute.

Caché dans un arbre

Selon les informations livrées par le rapport d’évasion du pilote, son avion s’écrase en région de Buchy. En fait il tombe à Estouteville-Écalles. Oscar Lajeunesse se rend sur les lieux du crash ensuite et constate dans son rapport d’évasion que son avion « est complètement détruit et brûlé. Il était impossible de savoir de quel genre d’avion il s’agissait. » Toutes informations pouvant apporter plus de précisions sur le lieu exact du crash sont les bienvenues. Revenons aux faits.

De son côté, le pilote se débarrasse rapidement de son parachute lorsqu’il arrive au sol. Il le cache derrière une haie puis se réfugie, pendant sept heures, dans un arbre car il n’y a pas, souligne-t-il, de bois dans la région. Grâce au concours d’Isabelle Paquot et de sa mère Henriette qui a vécu les événements, nous savons que l’américain est tombé sur le terrain d’une ferme appartenant à un couple de personnes âgées.

Les anecdotes fusent également. L’américain a été vu suspendu à son parachute par les civils. Lorsque les recherches allemandes sont passées, ils se mettent à leur tour à vouloir trouver le pilote. Arrivant au pied d’un arbre, ils entendent quelqu’un les interpeller. Levant la tête, ils voient l’aviateur perché. Il leur demande de l’eau pour se faire un peu de toilette. Ils déposeront une cuvette au pied de la haie qu’ils retrouveront vide le lendemain matin.

De La Rue-Saint-Pierre à Buchy

Ensuite, le pilote décide de quitter sa planque, traverse la route principale puis se dirige à travers champs. À un moment donné, il est surpris par un groupe de perdrix qui prend son envol. Il trouve finalement refuge dans une ferme, celle de Monsieur Lafosse, à la Rue-Saint-Pierre, et passe la nuit dans un bâtiment. Le lendemain, il est découvert par le commis de la ferme, Monsieur Dumont, qui va signaler la présence de l’aviateur à ses patrons.

Au final, le rapport d’évasion fournit par Alain Trouplain, passionné par les chutes d’avions dans le secteur et habitant les Ventes-Saint-Rémy, fait état qu’Oscar Lajeunesse passe quatre à cinq jours dans cette ferme, mais il la situe « 4,5 kilomètres au sud de Buchy ». C’est ce document, trouvé par Alain Trouplin qui a permis de redécouvrir l’histoire d’Oscar Lajeunesse.

Cette photo montre Oscar Lajeunesse, au centre, entouré de deux habitants de Buchy actuellement non identifiés.

Cette photo montre Oscar Lajeunesse, au centre, entouré de deux habitants de Buchy actuellement non identifiés. (©Photo © Coll. Paquot)

Le fermier contacte Marcel Paquot, électricien à Buchy. Muni d’un vélo et de bleus de travail, il va chercher l’aviateur et le conduit dans la maison de sa belle-mère, Jeanne Delaplace, rue aux juifs. Il restera ainsi caché pendant presque trois mois, jusqu’au 31 août 1944, date de la libération de Buchy par la 4e division blindée canadienne.

Anne-Marie Lefebvre se souvient de cet aviateur. Ses souvenirs ne fourmillent pas de détails, mais elle note qu’il se rendait à la messe le dimanche. Par contre, les Buchois verront le départ de l’aviateur comme un soulagement, car il se faisait remarquer par la gente féminine qui ne semblait pas insensible à son charme. Un climat de jalousie s’installait progressivement et il aurait pu conduire à une dénonciation des personnes qui venaient en aide à l’américain.

Il part avec les Canadiens

Lorsque les blindés canadiens sont entrés dans Buchy, l’aviateur est monté sur le premier char, sous le regard de son protecteur. Oscar Lajeunesse se retourne en lui lançant « Marcel je reviendrai ». Seulement, l’avance canadienne se faisant rapide, l’aviateur disparaît.

À la fin des années 1970, mon père était dans son jardin, route de Rouen. Il observait quelqu’un prendre des photos dans la rue. Cela l’intriguait, il est allé au-devant de l’homme pour lui demander ce qu’il faisait. C’était François Lajeunesse, rappelle Isabelle Paquot.

L’américain avait ainsi tenu sa promesse. Il était revenu. Les deux hommes tombent dans les bras l’un de l’autre. « Il est d’abord revenu seul, puis avec sa femme », précise Henriette Paquot.

D’autres personnes sont venues en aide à l’aviateur, comme Messieurs Villette, Octeau, Piolé et Maurice Vauclin, chef de groupe de résistance. « Il faut être prudent avec l’orthographe des noms de familles fournis par les pilotes car il s’agit d’une écriture souvent sujette à déformation. Pour preuve, Piolé était transformé en Priolé dans le rapport d’évasion d’Oscar Lajeunesse », insiste Thierry Chion.

Des travailleurs russes

Henriette Paquot rappelle que son mari avait aussi caché des travailleurs russes et polonais :

Des Russes et des Polonais étaient employés par les Allemands pour remettre la gare de Montérolier en état après un bombardement. Un jour, de nouveaux avions sont apparus dans le ciel. Les soldats allemands se sont mis à l’abri et les travailleurs étrangers se sont éparpillés dans la campagne. Mon mari en avait récupéré trois qu’il cachait dans ce qui est devenu, par la suite, notre maison.

Marcel Paquot a également abrité un réfractaire au Service du Travail Obligatoire. « Je ne me rappelle plus de son nom, mais son père était dentiste à Paris. Il l’a envoyé chez son oncle, vétérinaire à Bosc-le-Hard. Ce dernier ne pouvant le garder, l’oriente chez M. Picard, à Héronchelles. Ce dernier l’a envoyé chez mon mari », se remémore Henriette Paquot.

Tout cela n’est qu’histoire ancienne, mais Isabelle Paquot est heureuse que cette histoire réapparaisse aujourd’hui : « Il faut faire vivre tout cela. »

Reprise des chroniques normandes de Gilles MAUGER dans l’Eveil de Pont-Audemer

C'est la rentrée et l'Etoile de Normandie reprend quelques bonnes habitudes... Par exemple, la reprise ici-même de la chronique proposée par Gilles Mauger pour l'Eveil de Pont- Audemer (édition du 28 août 2019):

COMME DISAIT MA GRAND MERE
Avei l’troufignon qui vos vésouille. Avoir le trou du cul qui vous démange.
VOCABULAIRE NORMAND
Tiller, fendre, doler vient du scandinave teljà, fendre à la hache.
DO YOU SPEAK NORMAN ? Yes you do but you don’t know it.
To abound a bien sûr pour origine normande abounder, abonder, même sens.
EUNE TITE HISTOUERE

l-homeopathie-qu-est-ce-que-c-est-pour-quels-maux

 Homéopathie
_ Boujou Maîte Jean, cha va ti bié anhuit ?
_ Couomme eul temps, man Nono. Aveu la caleine qu’i fait pin, tu pâles si ch’est aisé pou œuvrer. A l’entreye du meis i pieuvait à retour de temps pis à c’t heu ch’est la caleine. Ya qu’eul poussier qu’est cotent. Cha creit, j’te garantis. Sitot cha quique cha dit z’évènements ?
_ Vos avez ti vu ? L’insécueurité sochiale va bétot décesser d’remboursicoter les médicachions homéopathiques. Portant tertous sait qu’y a des déhaits qu’la médechine ordeineire ne pervient pin à garir. Aleurs, si y a pu la médechine homéopathique, quique no va fai ? Va fallei tracher alieurs. Pas ? No va ête cotraint d’artorner veir les arbouteus, les garisseus pis les chorchiers. Mais y en a ti oco, à c’t’heu ? Vos en connaichez ti vos, Maite Jean ? Vos qui connaichez tertous ?
_ Te maque pin la coreye. Est pin cha qui faille. Tiens, t’as l’pé Lafuite. Li, il a de l’attendement dans les constipachions pis les quiaules. Il est quasiment chécun des seirs au café du carreau pou l’Ang’lus, l’heu du ragucheu, Pas ? Si t’as la quiaule, vos beivez par ensemble (mais es tei qui paye bié seur) deus, treis tornées de Ricard pur, chans iao, euddans eun grind verre. Deus, treis orémus par enson et te v’là gari. Des coups faot arc’mencher le jour d’amprès.
Si tes boché du troufignon, t’y vas aveuc eun morcé d’neir savon. Aveu san couté, i t’arscueulpte eun seuppositouère là-euddans. Est eun artisse, faot veir. Tu l’engaines là oyou qu’i faot. Pin d’erreu seurtouot, ou cha fait pin l’méime effet. Pis tu repaires dans les cabistras dis mineutes durant et t’arsouors soulégé. Tu payes itou deus ou trois tornées mais pas au Ricard çu coup-là et le tou est josté.
Quanque t’as des problèmes pou hureuser tan amoureuse, tu vas vei la mé Michallante. A t’fait des pisse-mémères ou bié des soupes « affreuses-disiaques » à la gourgane. Ch’est couomme du Viagra pis ch’est bouon eudpusse, mais faot prinde garde à pin en beire eud trop. Y a des effets segondais mauplaisants. Cha fait treuler. Pas ? Al a itou eune médicachion si t’as mal à téite. A t’fait tremper les pieds eudddans eun baquet d’iao caode à la moutarde. Su qu’y a d’bien aveuc chette médecheine-là, ch’est que si cha marche pin, t’as les pieds propes. Est toujou cha d’prins. Pas ?
Pis t’as l’gars à Julien Duparc. Li, il a rhérité, d’san grand pé, d’eun live eud chorchellerie, le « Tit Albert ». Cha s’rait couomme qui deirait eul « Tit futé » d’la chorchellerie. Seulement l’gars, il est pin trop dégouginé et donc i peut pin t’fai d’la chorchellerie li-méime, seurtout qu’ch’est esposant çu bazar-là, alors i t’quitte le luire tei-méime. Ch’est quinze uros la jorneye. Coumme cha, est amain, tu peus t’fai tan tit fricot d’chorchellerie touot seul et t’garir par tei-méime. D’quei ête glorieu. Mais faot pin fai eud trompes. Pas ? Sinon t’as rien l’ai niaiseu. Tu veyes pin qu’tu d’viennes bigorneau en te soingnant eun agachin. Cha f’rait rire eul monde. Pas ? Tu deis méime povei t’fai des r’mèdes pou soingner tan quien, tes conins ou eune pochion pou enquiauler la belle-mè. Chaose que tu peus pin d’mander à tan médechin. Est délicat. Pas ? Pis cha s’rait pin rembougetté eune toute.
_ Est i seulement possibe tout cha ? Maite Jean, vos m’arbindez la coreye. Pus d’arias à s’fai. Pis eune pochion pou la belle-mé. A va ête ryin cotente qu’euj me démente d’alle.
Qui qu’i dit ?
Caleine : canicule ; Poussier : mauvaise herbe ; Creit : pousse ; Décesser d’remboursicoter : cesser de rembourser ; Déhaits : maladies ; Tracher : chercher ; Chorchiers : sorciers ; Se maquer la coreye : se faire du souci ; Faillir : manquer ; Attendement : entendement ; Quiaule : diarrhée ; Carreau : place centrale ; Ragucheu : apéro ; Orémus : prières ; Neir : noir ; Couté : couteau ; Engainer : enfiler ; Cabistras : cabinets ; Hureuser : rendre heureux ; Pisse-mémère : tisane ; Segondais : secondaires ; Treuler : péter longuement ; Chorchellerie : sorcellerie ; Dégouginé : malin ; Esposant : dangereux ; Quittte le luire : laisse le lire ; Glorieu : fier ; Bigorneau : loucheur ; Agachin : cor aux pieds ; Conins : lapins ; Rembougetté : remboursé ; Arbinder la coreye : remonter le moral ; Arias : soucis ; Se démenter : s’occuper, préoccuper ;

Au Havre, 150 commerçants se mobilisent pour la recherche médicale du cancer des enfants

Mélanie Parsy, Jean-Luc Moyne et Ludivine Rouzes se mobilisent contre le cancer des enfants et pour la recherche médicale.

Mélanie Parsy, Jean-Luc Moyne et Ludivine Rouzes se mobilisent contre le cancer des enfants et pour la recherche médicale. (©Studio JL Moyne)

Le cancer des enfants est la première cause de décès par maladie des plus jeunes : un enfant sur 440 développe un cancer avant l’âge de 15 ans. Afin de sensibiliser le plus grand nombre à cette cause et de rassembler des fonds pour l’association Imagine for Margo, Ludivine Rouzes a lancé, le 24 août 2019, l’opération Les papillons bleus, au Havre (Seine-Maritime).

150 commerçants s’associent et se fédèrent pour la bonne cause, en organisant une collecte dans leurs points de vente jusqu’au 24 septembre 2019.

Lire aussi : Une première en France : des coiffeurs de Normandie mobilisés contre les cancers des enfants

« Les cancers infantiles : un fléau »

Quand Ludivine Rouzès et Charles Delattre ont perdu leur petite fille Emma d’une tumeur maligne, ils se sont engagés dans un combat pour elle : aider la recherche à progresser et à trouver le traitement approprié aux enfants. 

Depuis la disparition de leur fille, le couple participe, chaque année, à la course Enfants sans cancer, organisée par l’association Imagine for Margo, créée par une maman dont l’adolescente est décédée d’une tumeur cérébrale.

Le but de cette manifestation : récolter des fonds pour la recherche. L’opération Les papillons bleus, dont c’est la première édition, est l’occasion d’ouvrir au plus grand nombre la collecte et de « sensibiliser à cette cause : le cancer des enfants passe trop souvent à la trappe.

Cette nouvelle opération est l’occasion que les gens prennent connaissance de ce fléau et de la nécessité de financer la recherche médicale dans ce domaine, souligne Ludivine.

150 commerçants mobilisés

Grâce au soutien de Mélanie Parsy, commerçante, l’opération a pu être lancée :

Mélanie est à la tête du UExpress des Halles et du SuperU océane de la plage. Elle a réussi à fédérer autour d’elle 150 commerçants, par l’intermédiaire de l’association des commerçants de Saint-Vincent, présidée par Jean-Luc Moyne. Sans l’aide de nos sponsors (associations de commerçants de St-Vincent et des Halles centrales, la SIM, Harmonie mutuelle et SuperU), nous n’aurions pu réaliser des supports de communication. Cette aide a été précieuse.

Cagnottes et urnes dans les boutiques

Cagnottes, urnes ou prélèvement par paiement bancaire pour faire un micro-don sont proposés par les commerçants.

Nous avons baptisé l’opération Les papillons bleus car le papillon est l’emblème de l’association Imagine for Margo et le bleu symbolise la mer, la ville, la cité océane, précise Ludivine, qui travaille actuellement à la nouvelle édition d’À leur santé. 

Rendez-vous le 13 septembre 2019 dans les bars havrais pour soutenir l’association. Le principe est simple : les restaurateurs s’associant au projet s’engagent à reverser une partie de leur bénéfice à la recherche médicale.

Lire aussi : « À leur santé » : au Havre, une initiative pour soutenir la rechercher contre les cancers infantiles

RECHERCHE JOUEURS MATIN

FC NEUFCHATEL EN BRAY

Saison 2019/2020

L’équipe matin du FC Neufchâtel en Bray, recherche pour la saison 2019/2020 de nouveaux joueurs afin d’étoffer l’effectif du groupe.
Si vous êtes intéressés pour rejoindre l’équipe, vous pouvez contacter le responsable au 06 72 05 43 52 (Franck SOUTIF)

Formule 1 : le pilote Pierre Gasly va tenter de se refaire une santé au Grand prix de Belgique

de

Le pilote de Bois-Guillaume retrouve ce week-end du 31 août au 1er septembre 2019 la piste à l’occasion du Grand Prix de Belgique. (©DR)

C’est le 12 août 2019, sur son lieu de vacances, que Pierre Gasly a appris que dès la fin de la pause estivale, il serait remplacé par le pilote Thaïlandais Alexander Albon et que, de ce fait, il retournait chez Toro Rosso, l’écurie sœur qui lui avait ouvert ses portes en 2017.

Muet depuis cette éviction, le Normand a tenté de se changer les idées lors de ses vacances qu’il a passé avec Caterina, sa compagne sur la côte Amalfitaine. Désormais pleinement concentré sur les neuf Grand Prix qu’il reste à disputer sur cette saison 2019, Pierre Gasly s’est dit :

Heureux de retrouver Toro Rosso, ma famille italienne pour le reste de la saison.

Lire aussi : Formule 1. Pierre Gasly en pleine préparation : « Il n’y a que la gagne qui m’intéresse »

Retrouver ses sensations

Pierre Gasly qui a disputé 26 Grand Prix avec l’écurie italienne avec notamment une belle 4e place l’an passé à Bahrein, espère donc retrouver de bonnes sensations et surtout se refaire une santé après un début de saison catastrophique chez Red Bull où, en douze Grand Prix, il n’a jamais réussi à être performant… Terminant toujours très loin derrière son co-équipier, le Néerlandais Max Verstappen, vainqueur en Autriche et en Allemagne.

J’ai profité de cette trêve pour réfléchir à la première moitié de la saison, mais maintenant je suis totalement tourné vers le reste de la saison, et prêt à reprendre la piste, surtout à Spa mon circuit préféré. C’est là que j’ai décroché ma première victoire en Formule 4 en 2011.

Pourtant, le Normand avait un peu d’appréhension, ce jeudi, d’affronter les médias car il reconnait que les semaines passées n’ont pas été facile.

J’ai digéré, mais je suis concentré sur l’avenir et sur ma performance. Mais si j’ai été blessé et déçu de cette décision car j’ai cru que je roulerai chez Red Bull jusqu’à la fin de l’année. Je n’oublie pas que c’est grâce à Red Bull que je suis en Formule.

Lire aussi : Le pilote normand Pierre Gasly impatient de rouler au grand prix de France de Formule 1

VIDÉOS. I Muvrini, Zazie, Michèle Bernier… Découvrez les grandes dates du Carré des Docks, au Havre

Le zazieessenciel tour fera étape au Carré des Docks, au Havre, le samedi 28 mars 2020.

Le zazieessenciel tour fera étape au Carré des Docks, au Havre, le samedi 28 mars 2020. (©Photo d’archives. Thierry Chion.)

Le Carré des Docks, au Havre (Seine-Maritime), a concocté un programme mêlant humour et concerts pour sa nouvelle saison 2019-2020. Si les fans retrouveront avec joie Veronic Dicaire ou Messmer, cette année sera l’occasion pour la salle havraise d’accueillir des artistes comme Slimane, I Muvrini ou encore Zazie.

Lire aussi : Au Havre, le Volcan dévoile sa nouvelle saison et mise sur la création sous toutes ses formes

Danse et Humour

Les amateurs de ballets se réjouiront de la programmation du Carré des Docks qui fait la part belle à la danse : Casse-Noisette, le 20 novembre, Celtic Legends, le 18 mars, ou encore Le lac des cygnes, le 23 avril, seront accueillis dans l’enceinte du Carré des Docks. Autre grande dominante pour cette saison : l’humour.

Laura Laune ouvrira le bal le 12 octobre, suivie d’Elie Semoun, le 23 novembre et de Michèle Bernier, le 19 janvier 2020. L’humoriste débarque avec le spectacle, Vive demain ! Seule en scène, elle livrera un nouveau spectacle encore plus visuel et musical, mis en scène et co-écrit par sa complice Marie Pascale Osterrieth.

VIDÉO. Extrait de Vive demain !, le spectacle de Michèle Bernier :

Le 31 janvier, Jérôme Commandeur prendra la relève. Roland Magdane présentera son spectacle Déjanté !, le 21 mars 2020.

Lire aussi : Lever de rideau sur la nouvelle saison du Théâtre de l’Hôtel de Ville, au Havre

Zazie en mars 2020

Côté musique, les Corses d’I Muvrini sont attendus le 7 mars 2020. Vitaa et Slimane monteront sur la scène du Carré des Docks, le 13 mars, tandis que Zazie clôturera ce mois musical, le 28 mars. C’est le grand retour sur scène de la chanteuse française, dans le cadre du Zaziessenciel Tour.

VIDÉO. L’essenciel de Zazie :

Samedi 18 avril, le jeune performeur Lenni-Kim fera escale au Havre. Après une trentaine de dates en 2019 pour sa 1ère tournée événement, Lenni-Kim est de retour sur scène en 2020 pour sa toute nouvelle tournée, It’s a new dawn Tour.

VIDÉO. Minuit de Lenni-Kim :

Infos pratiques :
Carré des Docks, quai de la Réunion, au Havre.
Programmation complète en ligne, ici.
Billetterie dans les points de vente habituels.