Blog

Nouvelle pollution aux hydrocarbures dans la Seine

Importante pollution de la Seine aux hydrocarbures ce dimanche 20 janvier

Les faits :

Dimanche 20 janvier, la Seine a été victime d’un nouvel épisode de pollution aux hydrocarbures dont il est pour le moment impossible d’affirmer la source. Les traces de cette pollution
étaient  visibles sur plusieurs kilomètres et toute la largeur du fleuve. Bien sur, les premiers sur les lieux furent les pompiers qui ont immédiatement entamés des recherches pour
déterminer l’origine de cette pollution, sans succès, avant de laisser place à des sauveteurs et une équipe spécialisée en risque chimique, sans plus de résultats pour le moment.

 

 De leur coté la gendarmerie fluviale et le service des voies navigables, ont ouvert une enquête nécessaire pour retrouver les coupables de cet acte, qui s’il peut paraitre anodin à certains
et qui d’après les premières constatations d’experts, dans ce cas, n’aurait que peut d’impact sur la faune et la flore, fait parti d’un ensemble au mieux de négligences, au pire d’actes
volontaires provoquant de véritables dégâts dans nos fleuves et océans lorsque nous les cumulons.

Des précédents récents :

Il n’y a pas à remonter bien loin pour constater la récurrence de ces actes, en décembre 2018 pour être exact. Il s’agissait la d’une péniche qui avait dégazé au niveau de Vernon. En décembre
2017, à Vernon également, c’était  plus de 1000 litres d’huile de vidange qui étaient déversés dans le fleuve. Et si l’on remonte la Seine avant la Seine-Maritime, on s’aperçoit d’un
accident industriel en décembre 2018, à Corbeil-Essonnes, qui a provoqué le déversement de 3000 litres de peinture orange contenant notamment du toluène, un hydrocarbure. Nous pourrions également
citer les très nombreux « légers dégazages »  de bateaux de particuliers et de péniches, qui ne sont pas tous repérés. 

Hydrocarbures ? Kezako ?

Rappelons que les hydrocarbures sont des composés chimiques faits uniquement de carbone et d’hydrogène dans des proportions définies. Ils forment la matière première de la pétrochimie, donc de
l’industrie chimique et, en aval, des industries du textile, du meuble, de la bureautique, de l’automobile, du bâtiment et des travaux publics, de l’armement, de la pharmacie… On les retrouve
naturellement dans la terre, et précision importante, Ils sont inflammables et ne se mélangent pas avec l’eau.

Les risques liés à la pollution aux hydrocarbures :

Revenons tout d’abord sur les problèmes de l’utilisation classique des hydrocarbures, avec cet extrait d’article de futura-sciences.com :

« Les hydrocarbures constituent une source de gaz à effet de serre majeure et un danger pour l’environnement. La menace du réchauffement climatique conduit donc à chercher à en limiter la
consommation. D’autant que la ressource n’est pas renouvelable, à l’échelle humaine. Elle résulte de la décomposition de matière organique accumulée dans des bassins sédimentaires pendant des
millions d’années. Les gisements d’hydrocarbures conventionnels commencent à s’épuiser et l’exploitation d’hydrocarbures non conventionnels a été lancée pour continuer de subvenir aux besoins. »

 

 Maintenant passons aux risques liés à ces déversements dans les fleuves et océans

 Les effets des hydrocarbures peuvent être multiples :

 

Contamination de l’ensemble de la chaîne alimentaire (notamment par bioaccumulation d’hydrocarbures)

 

Effets sur la santé humaine :

-Effets dépressifs sur le système nerveux, neurasthénie, anxiété

-Exposition aigüe : irritation des muqueuses et de la peau

-Exposition chronique : dégénérescences cérébrales

-Le benzène a des effets sur le système nerveux, les globules et les plaquettes du sang

 

Effets sur les animaux marins :

-Effets « physiques » (canards englués…)

-effets physiologiques (les hydrocarbures affectent le métabolisme, la fertilité, le système immunitaire…)

 

Asphyxie de la faune et de la flore sous-marine


Renouveau urbain à la Cité des familles

Samedi 19 janvier, la Ville organisait une balade urbaine dans les quartiers de la Cité des familles et des Bruyères pour présenter l’ensemble des opérations de réhabilitation et de reconstruction en cours et à venir. Un programme porté par les bailleurs sociaux ICF Atlantique et Habitat 76 pour un total de 541 logements. À la charnière des territoires de la commune, entre la rue Pierre-Semard, la rue des Coquelicots, la rue des Anémones et la rue des Platanes, le paysage n’en finit pas d’évoluer depuis 2017. Accompagnés par la Ville, les bailleurs sociaux ICF Atlantique sur la Cité des familles et Habitat 76 au sein du quartier des Bruyères ont engagé de vastes programmes de réhabilitation, de démolition et de reconstruction. La balade urbaine organisée par la Ville, samedi 19 janvier, constituait une occasion de dresser un premier bilan et d’apporter des réponses aux questions des habitants et de Stéphanais en puissance.
Au fil de la promenade, conduite collectivement par le maire Joachim Moyse, le député Hubert Wulfranc et le président du Département Pascal Martin, les représentants d’ICF Atlantique et d’Habitat 76 ont pris le temps de présenter leurs programmes respectifs.
La première halte a eu lieu rue des Coquelicots, à deux pas de la salle festive. Les vues d’architectes présentées aux participants permettaient alors de mieux se projeter dans l’avenir et d’imaginer qu’à la place des terrains vides aujourd’hui pas moins de 85 logements verraient le jour à l’horizon du premier trimestre 2020 avec à la fois des pavillons et des collectifs. Un temps aussi pour découvrir les sept maisons suédoises réhabilitées entre septembre 2017 et novembre 2018. Isolation thermique par l’extérieur, isolation des combles, remplacement des portes d’entrée, des volets battants…chaque maison a été traitée de manière distincte tout en préservant leur singularité qui fait partie du patrimoine stéphanais depuis 1947.
Un peu plus loin, en remontant la rue Pierre-Semard vers la rue de Stockholm, les travaux engagés par le bailleur social Habitat 76 permettait de distinguer la partie réhabilitation sur Bruyères II pour 136 logements et la partie reconstruction de 100 logements après la démolition de 66 logements sur Bruyères I. Au cœur de ce programme, réparti entre des pavillons et des collectifs et qui devrait être achevé entre janvier et mars 2020, Habitat 76 a souhaité réaliser une chaufferie biomasse destinée à alimenter les immeubles sur Bruyères I, II ainsi que sur Bruyères IV. Cet ultime programme concerne la construction de 89 logements répartis entre 21 pavillons et 58 collectifs. La livraison prévisionnelle de ce nouvel ensemble est prévue pour le premier trimestre 2021.
Au terme de cette visite, le maire Joachim Moyse a souhaité rappeler que la Ville se félicitait de « la qualité des opérations portées par les bailleurs sociaux avec l’ambition d’offrir une vie meilleure aux habitants grâce à des programmes de rénovation et de construction pour une meilleure isolation, des économies d’énergie et un confort d’usage. Un coût certes au départ mais qui doit permettre d’atténuer les hausses de charge à moyen et à long termes. » Dans le même temps, le maire a rappelé l’importance de la mixité dans ces offres de logements qui permet« de mixer les populations entre les anciens et les nouveaux habitants. ». Autant d’éléments qui participent de l’attractivité de la Ville avec une proximité des écoles, des commerces et des transports en commun. Enfin, Joachim Moyse a souligné son intention de favoriser les rapports de proximité avec les bailleurs sociaux alors que la réforme de la loi Élan tend à les contraindre à fusionner ou à s’adosser à des groupes plus importants. À terme, ces démarches risqueraient de les conduire « à perdre tout contact avec les réalités de terrain ». Une éventualité que la Ville refuse d’envisager, attachée à demeurer à l’écoute des besoins des habitants.

RCUS FORGES-SEP BLANGY

RCUSF 20-12 SEPBB Forges remporte le derby! Le derby s’annonçait chaud entre Forges et Blangy. Un match retour aux saveurs de revanche pour le RCUSF qui voulait effacer la défaite 22-15 encaissée à Blangy, le 07 octobre dernier. Alors, ce […]

Le Havre : Pierre Janet se réveille à nouveau

A l’issue d’une assemblée générale jeudi 17 janvier, l’intersyndicale SUD-CGT-CFDT de l’hôpital psychiatrique Pierre Janet du Havre publie un communiqué. 6 mois après la mobilisation des perchés, les personnels font le point sur la situation.
L’article…

COUPE DE CROSS

COUPES DE CROSS PAYS DE BRAY 3ème étape à Neufchâtel samedi 2 février  Combien seront-ils le 2 février sur les bords de la Béthune, à défendre leurs chances lors de la 3ème journée de la 49 ème saison des coupes […]

Hervé MORIN: L’OFFENSIVE REGIONALISTE

Editorial de Jérôme Besnard directeur de l’ACIP (Agence de Communication Interrégionale de Presse):

http://www.acip-presse.fr/
 
Régionalisme : l’offensive d’Hervé Morin
L’ancien ministre de la Défense Hervé Morin, 57 ans, chef de file des é…

ROUEN – Récit, photos et vidéo de l’Acte X des Gilets Jaunes

Récit, photos et vidéos de l’acte X à Rouen. Deux canons à eau Pour le cinquième samedi consécutif, les gilets jaunes du 76 et 27 décident manifester à Rouen. C’est le dixième acte de la mobilisation et l’affluence ne faiblit pas dans les rues de la ville. C’est à la Cathédrale que le rendez-vous est […]

L’article ROUEN – Récit, photos et vidéo de l’Acte X des Gilets Jaunes est apparu en premier sur Rouen dans la rue.

EAWY BASKET SAINT-SAENS

EBSS 18-42 ROUXMESNIL U13F Des maillots neufs pour les U13fémines Samedi 19 janvier 2019, les U13 féminines de l’EB saint-Sans recevaient leurs horloges de Rouxmesnil Bouteilles, pour le compte de la 2ème journée du championnat département 3. Malgré des équipements […]