Home

GESTION DES DÉCHETS PAR LES PROFESSIONNELS

INFORMATION DÉCHETTERIES ET PLATEFORMES DÉCHETS VERTS
DÉPÔT DE DÉCHETS PAR LES PROFESSIONNELS

 

A partir du 1er février 2021, les dépôts de certains déchets par les professionnels dans les déchetteries d’Yerville et de Doudeville ainsi que les plateformes déchets verts de Routes et de Saint-Laurent en Caux seront facturés.

 

Pour ce faire, les professionnels devront se munir d’un bon de commande à retirer auprès du gardien de la déchetterie ou au bureau de la Communauté de Communes 33b rue Jacques Ferny à Yerville. Il faudra joindre au bon de commande dûment complété un Kbis, pour les déchets suivants :

TARIFS 2021
Encombrants 30 €/m3
Bois 25 €/m3
Déchets verts 20 €/m3
Gravats 10 €/m3

 

Une fois le bon de commande validé par la Communauté de Communes, deux bons de dépôt numérotés vous seront remis pour présentation au gardien et le dépôt pourra être réalisé.

Sans ce bon, le professionnel ne pourra accéder aux déchetteries et plateformes déchets verts.

 

La facturation se fera par l’envoi d’un titre de recette.

L’apport des autres déchets est gratuit et ne nécessite pas de bon de dépôt.

 

Téléchargez le Bon de commande dépôt pro 2021

L’alerte du GIEC NORMAND: le changement climatique pourrait affecter la navigation sur la Seine dès 2050…

L'information à lire ci-après date de décembre dernier mais son sujet importe quelle que soit l'actualité en cours: le GIEC Normand s'inquiète des conséquences du changement climatique en Normandie notamment sur l'économie régionale, à commencer dans la vallée de la Seine avec deux effets inquiétants:

MjAxODAyNGE1YjY0YzcxMDkwM2E2OTJlYjQ5NmM0OWE2NWI2MDg

1) Un risque d'inondation accru sur les rives de la Seine pouvant affecter des installations industrielles classées SEVESO

2) Une plus grande variation du niveau d'eau dans la Seine pouvant affecter la navigation fluviale et maritime.

https://www.lejournaldelaxeseine.fr/le-giec-normand-alerte-sur-les-consequences-du-rechauffement-climatique/

Le Giec normand alerte sur les conséquences du réchauffement climatique

Après avoir dévoilé les grandes lignes de leur travaux aux élus régionaux, les coprésidents du Giec normand Benoit Laignel et Stéphane Costa sont venus aux 4e Rencontres normandes du développement durable pour alerter sur les conséquences prévisibles du réchauffement climatique dans la région. Avec un seul mot d’ordre : il est temps d’agir !

Né très officiellement le 17 décembre 2019, le Giec normand impulsé par la région Normandie a livré les conclusions de son premier rapport d’étape. Une projection à horizon 2100 des conséquences du réchauffement climatique sur une région bordée de littoral et traversée par l’un des cinq plus grands fleuves français.

Premier enseignement, « le réchauffement climatique est déjà à l’œuvre sur notre territoire », confirme le coprésident du Giec normand, Benoît Laignel. professeur à l’université de Rouen, environnementaliste réputé déjà membre du Giec international ainsi que de celui de la Métropole Rouen Normandie. Il souligne d’emblée « la hausse observable des températures depuis plusieurs décennies (entre + 0,6 C° et + 0,8 C°) qui se traduit par un passage de 15 à 35 du nombre de jours par an au-delà de 25 C°, avec en corollaire une diminution notable du nombre de jours de gel, de neige ou de brouillard ».

Le littoral fortement affecté

Si l’horizon de l’étude fixe une échéance à 2100, l’urgence à réagir n’en est pas moins grande. « Nous sommes dans une situation d’urgence climatique et nous devons réagir dans les dix ans qui viennent pour aller vers les scénarios les plus optimistes », prévient l’universitaire. Dans le meilleur des cas, si rien n’est fait, les températures pourraient augmenter en moyenne de 0,7 C° à 1 C° en Normandie. Scénario peu réaliste de l’aveu même de Benoit Laignel, qui tranche avec les + 4 C° de la version la plus pessimiste.

Quoi qu’il en soit, le réchauffement climatique aura fatalement des implications en termes d’élévation du niveau de la mer qui pourrait atteindre 1 m d’ici à la fin du siècle, tout comme en matière de précipitations moyennes annuelles qui pourraient diminuer de – 3 % à – 15 %. Conditions propice à des aléas extrêmes beaucoup plus fréquents, tant en précipitation qu’en épisodes de fortes chaleurs : « hors littoral, on pourrait connaître 30 à 40 jours supplémentaires par an supérieurs à 30 C° », s’alarme le coprésident du Giec régional.

Un risque accru d’inondations de sites Seveso

Dans ce tableau sans concession, le littoral et l’axe Seine sont, sans surprise, « les zones les plus sensibles au changement climatique ». Davantage de précipitations extrêmes entraînent davantage de crues, phénomène qui s’additionnant à l’élévation attendue du niveau de la mer engendrerait des inondations plus fréquentes et plus intenses. Un scénario dans lequel « les nombreux sites Seveso de la boucle de Rouen seraient inondés même en cas de crues modérées » alors qu’aujourd’hui le risque est lié à des crues intenses couplées à des coefficients de marées élevés. Un phénomène qui pourrait même, estime Benoit Laignel, se matérialiser dès 2050 !

Au final, quelles pourraient être les conséquences de ces conditions dégradées sur le trafic fluvial ? Sur ce point pas de certitudes mais déjà quelques hypothèses : « Nous allons vers une augmentation des contrastes : l’été le niveau de l’eau sera très bas dans les rivières et fleuves ». Avec quelles conséquences pour le trafic fluvial ? « Il faut se poser la question dès aujourd’hui », prévient Benoit Laignel.

L’alerte du GIEC NORMAND: le changement climatique pourrait affecter la navigation sur la Seine dès 2050…

L'information à lire ci-après date de décembre dernier mais son sujet importe quelle que soit l'actualité en cours: le GIEC Normand s'inquiète des conséquences du changement climatique en Normandie notamment sur l'économie régionale, à commencer dans la vallée de la Seine avec deux effets inquiétants:

MjAxODAyNGE1YjY0YzcxMDkwM2E2OTJlYjQ5NmM0OWE2NWI2MDg

1) Un risque d'inondation accru sur les rives de la Seine pouvant affecter des installations industrielles classées SEVESO

2) Une plus grande variation du niveau d'eau dans la Seine pouvant affecter la navigation fluviale et maritime.

https://www.lejournaldelaxeseine.fr/le-giec-normand-alerte-sur-les-consequences-du-rechauffement-climatique/

Le Giec normand alerte sur les conséquences du réchauffement climatique

Après avoir dévoilé les grandes lignes de leur travaux aux élus régionaux, les coprésidents du Giec normand Benoit Laignel et Stéphane Costa sont venus aux 4e Rencontres normandes du développement durable pour alerter sur les conséquences prévisibles du réchauffement climatique dans la région. Avec un seul mot d’ordre : il est temps d’agir !

Né très officiellement le 17 décembre 2019, le Giec normand impulsé par la région Normandie a livré les conclusions de son premier rapport d’étape. Une projection à horizon 2100 des conséquences du réchauffement climatique sur une région bordée de littoral et traversée par l’un des cinq plus grands fleuves français.

Premier enseignement, « le réchauffement climatique est déjà à l’œuvre sur notre territoire », confirme le coprésident du Giec normand, Benoît Laignel. professeur à l’université de Rouen, environnementaliste réputé déjà membre du Giec international ainsi que de celui de la Métropole Rouen Normandie. Il souligne d’emblée « la hausse observable des températures depuis plusieurs décennies (entre + 0,6 C° et + 0,8 C°) qui se traduit par un passage de 15 à 35 du nombre de jours par an au-delà de 25 C°, avec en corollaire une diminution notable du nombre de jours de gel, de neige ou de brouillard ».

Le littoral fortement affecté

Si l’horizon de l’étude fixe une échéance à 2100, l’urgence à réagir n’en est pas moins grande. « Nous sommes dans une situation d’urgence climatique et nous devons réagir dans les dix ans qui viennent pour aller vers les scénarios les plus optimistes », prévient l’universitaire. Dans le meilleur des cas, si rien n’est fait, les températures pourraient augmenter en moyenne de 0,7 C° à 1 C° en Normandie. Scénario peu réaliste de l’aveu même de Benoit Laignel, qui tranche avec les + 4 C° de la version la plus pessimiste.

Quoi qu’il en soit, le réchauffement climatique aura fatalement des implications en termes d’élévation du niveau de la mer qui pourrait atteindre 1 m d’ici à la fin du siècle, tout comme en matière de précipitations moyennes annuelles qui pourraient diminuer de – 3 % à – 15 %. Conditions propice à des aléas extrêmes beaucoup plus fréquents, tant en précipitation qu’en épisodes de fortes chaleurs : « hors littoral, on pourrait connaître 30 à 40 jours supplémentaires par an supérieurs à 30 C° », s’alarme le coprésident du Giec régional.

Un risque accru d’inondations de sites Seveso

Dans ce tableau sans concession, le littoral et l’axe Seine sont, sans surprise, « les zones les plus sensibles au changement climatique ». Davantage de précipitations extrêmes entraînent davantage de crues, phénomène qui s’additionnant à l’élévation attendue du niveau de la mer engendrerait des inondations plus fréquentes et plus intenses. Un scénario dans lequel « les nombreux sites Seveso de la boucle de Rouen seraient inondés même en cas de crues modérées » alors qu’aujourd’hui le risque est lié à des crues intenses couplées à des coefficients de marées élevés. Un phénomène qui pourrait même, estime Benoit Laignel, se matérialiser dès 2050 !

Au final, quelles pourraient être les conséquences de ces conditions dégradées sur le trafic fluvial ? Sur ce point pas de certitudes mais déjà quelques hypothèses : « Nous allons vers une augmentation des contrastes : l’été le niveau de l’eau sera très bas dans les rivières et fleuves ». Avec quelles conséquences pour le trafic fluvial ? « Il faut se poser la question dès aujourd’hui », prévient Benoit Laignel.

Mon soutien aux enseignants et aux étudiants mobilisés : l’Education est un investissement pas une charge

26 janvier - Pour des réponses enfin à la hauteur des enjeux... et des besoins !! ;
Pour que l'Education (comme d'ailleurs l'hôpital public) bénéficie de la même attention et des mêmes investissements publics de la part du gouvernement que le secteur privé ;
Pour que le "monde d'après" ne ressemble pas au "monde d'avant" en appliquant toujours les mêmes logiques comptables, alors que l'on parle de l'avenir de nos enfants et de nos jeunes ;
Pour que les enseignants accèdent enfin aux rémunérations qu'ils (...)

- Actualités /

NORMANDITUDE: Comme le mot « nègre » le mot « patois » doit être, avant tout, le mot d’une fierté assumée!

Pour une fois, nous ne serons pas d'accord avec l'ami Michel Feltin-Palas...

On vous laisse lire d'abord son propos et on vous explique après notre point de vue car nous ne souhaitons pas en finir avec le mot "patois"...

Bien au contraire!


 

Pour en finir avec le mot "patois"
S'il est parfois employé sans mauvaise intention, ce terme sert principalement à discréditer les langues privées de statut officiel. Mieux vaut pour cette raison ne pas l'utiliser.
On le sait notamment depuis George Orwell et son célèbre roman 1984 : qui veut contrôler la pensée contrôle d'abord les mots servant à l'exprimer. Aussi est-il utile de se pencher sur un terme qui a joué un rôle décisif dans le sort des langues régionales en France : patois.
Commençons par l'étymologie. Selon le très sérieux Dictionnaire historique de la langue française des éditions Le Robert, celui-ci trouverait son origine dans l'ancien français patoier:  "agiter les mains, gesticuler (pour se faire comprendre comme les sourds-muets)". Une autre hypothèse a été avancée par le grammairien du XVIIe siècle Gilles Ménage. Lui renvoyait à la formule latine patrius sermo, soit "la langue des pères",celle que l'on apprend oralement en famille, mais que l'on n'écrit pas. Patrius aurait ensuite évolué en patrois, puis en patois.
Une chose est certaine : ce vocable n'a rien de neutre. "Au Moyen Age, patois désignait toutes les autres langues. C'est à partir de la fin du XVIe siècle qu'il va se spécialiser. Alors que les idiomes des pays étrangers sont désignés par leur nom - l'italien, l'anglais, l'allemand - on réserve patois aux langues des Provinciaux", souligne Gilles Couffignal, maître de conférences en histoire de la langue à la Sorbonne. Dans la première édition de son Dictionnaire, en 1694, l'Académie française écrit ainsi : "Langage rustique, grossier comme est celuy d'un païsan, ou du bas peuple." Même a priori chez Diderot, dans l'Encyclopédie, où l'on peut lire : "Patois. Langage corrompu tel qu'il se parle presque dans toutes les provinces : chacune a son patois [...]. On ne parle la langue que dans la capitale."
Il faut attendre la fin du XIXe siècle pour que cette vision commence à être remise en cause. Après avoir étudié le sujet avec un peu de rigueur, les linguistes en arrivent à une conclusion implacable : il est scientifiquement impossible d'utiliser le même mot pour désigner des langues d'origine celtique (le breton), germanique (le flamand, le platt), latine (le picard, le gallo, le gascon, le provençal, le catalan, le corse, etc) sans oublier le basque, que l'on ne peut rattacher à aucune de ces familles.
Les prétendus patois seraient donc de véritables langues n'ayant simplement pas la chance de bénéficier d'un statut officiel ?
L'argument ne plaît pas à tout le monde. Soucieux de justifier l'unité du pays et la prééminence du français à l'école, un autre groupe de linguistes aux penchants nationalistes allume un contre-feu. Parmi eux : "Gaston Paris et Paul Meyer, définissent alors les patois comme les "évolutions naturelles du latin"", indique Gilles Couffignal. Une théorie qui se heurte toutefois à deux nouvelles difficultés. La première est qu'elle ne résout pas la question des langues de France non issues du latin. La seconde est qu'elle conduit en bonne logique à classer le français comme l'un de ces patois, puisque lui-même est issu du latin.
Pensée sacrilège !
Gaston Paris (le bien nommé) sort alors de son chapeau le "francien", prétendu dialecte parlé anciennement en Ile-de-France, lequel, dit-il, aurait fini par l'emporter sur les autres langues d'oïl. Pur artifice, là encore. "Qu'est-ce qui a présidé à l'invention du francien ? C'est le fait de grammairiens républicains ou proches de la République, et jacobins, souligne le linguiste Bernard Cerquiglini. Leur vision est celle d'un pouvoir central fort qui, par le moyen de l'école, diffuse sa langue comme l'idéal républicain dans les provinces, voire les colonies."
Malgré la faiblesse de son argumentation, Gaston Paris parvient pourtant à imposer ses vues. Il faudra attendre la montée des revendications régionalistes, dans la seconde partie du XXe siècle, pour qu'un autre discours émerge peu à peu. Les défenseurs des langues minoritaires refusent l'étiquette infamante de "patois" et finissent par obtenir gain de cause. Très symboliquement, depuis 2001, une délégation du ministère de la Culture s'occupe du français et des "langues de France".
Hélas... Chassé des textes officiels, le mot reste en usage dans les représentations collectives, y compris chez certains locuteurs, qui reprennent à leur compte le terme dont les représentants de l'Etat - notamment les instituteurs - ont toujours désigné leur langue. "Pour eux, patois renvoie à leur manière intime de s'exprimer, à la langue des sentiments profonds", relève Gilles Couffignal. Il ne s'agit surtout pas de les en blâmer, mais cette attitude relève typiquement du "complexe du colonisé" , c'est-à-dire une situation où les dominés adoptent les codes du dominant, faute de "conscientisation", comme on disait naguère.
Soyons honnêtes. Il existe une dernière acception de ce terme. Purement technique, elle consiste à décrire la variation locale d'une langue, sans connotation péjorative aucune. "Un patois, écrit ainsi la linguiste Henriette Walter, est une langue à part entière, qui se parle dans une aire géographique limitée et qui a connu une évolution légèrement différente de celle des patois voisins."
Cette approche ne m'a cependant jamais convaincu pour une raison très simple : si l'on adopte cette terminologie, l'on devrait, en toute rigueur, l'appliquer à tous les idiomes de la planète qui diffèrent peu les uns des autres. Evoquer par exemple les patois français de Belgique, du Québec ou... de Paris; ou encore affirmer que Shakespeare utilisait le patois britannique de l'anglais tandis que Faulkner écrivait en patois américain.
Or il se trouve qu'on ne le fait jamais, ce vocable étant exclusivement réservé à nos pauvres langues régionales.
Conclusion ?
Patois est à langue ce que "youpin" est à juif ou "pédale" à homosexuel : un terme dont la vocation est de rejoindre le cimetière des mots à bannir de l'usage courant.

Commentaire de Florestan:

13062928_10154140702877241_5064951308199830226_o-1024x683

Il est dommage que l'ami Michel Feltin-Palas ait besoin de recourir au "point Godwin" pour trouver une conclusion à son propos légitimement critique sur l'histoire des usages idéologiques du mot "patois".
Quant à nous, pour sortir totalement du "complexe du colonisé" tout en évitant les perversités idéologiques de ce ressentiment notamment pratiqué par le progressisme à la sauce américaine, nous faisons le choix d'une fierté libre et assumée de garder le "patois", ce mot magnifique car nous préférons suivre le parti d'Aimé Césaire et de Léopold Sédar Senghor, le chantre africain de la "Normandité" quand ils nous parlent de la "négritude", qui est, pour eux, la revendication d'une fierté individuelle et collective ironiquement établie sur le mot magnifique de "nègre" et que la bêtise raciste transforme en insulte absolue sans en connaître la sublime beauté.
Car si l'on se penche étymogiquement sur l'origine du mot latin niger/nigra, on retrouve la racine du mot "nuit" et tout le monde a déjà fait l'expérience, notamment en été, que la nuit n'est pas noire mais étoilée, scintillante comme mille diamants.
Puisque "nègre" désigne la couleur de la nuit scintillant de toutes ses étoiles, le mot nègre chez Césaire et Senghor est le mot synonyme de la plus haute considération, littéralement, le mot qui vous place parmi les étoiles ("con-sidera").
Patois, langue de la Normanditude...
Il en est de même avec le mot "patois" qui, au delà du mépris social et culturel de Paris pour les provinces ou des urbains vis-à-vis des "ploucs", renvoie à pays, à paysan, à patrie, à patrimoine et à père: comme le rappelle Michel Feltin-Palas, il s'agit de la "langue des pères" immémoriale, qui est celle des racines, de la filiation et de la transmission d'un héritage qui permet de savoir qui nous sommes tout en évitant les deux grandes maladies idéologiques de notre temps:
la haine de soi et la haine des autres!
Vive le patois! Vivent les patois et vive notre loceis, notre patois normand!

143008078_2812848578969417_6954873264182554972_o

Samedei eul 23 d' javier, ch'était l'assembleye d' La FALE

à la Cour-Masure du Bessin (FCB=Ferme Culturelle du Bessin).
Nos a oco ben eud la vesouille et eud l'ouvrage pou' eul pa'ler normand aveuc l'anneye 2021 qui démarre !!